Création de l’Association des climato-réalistes

Le premier septembre 2015 était lancé le Collectif des climato-réalistes, grand mouvement francophone dédié à une approche critique de la question du climat. En seulement quelques mois, ce collectif a rassemblé plusieurs centaines de personnes et des associations et groupes d’origines diverses. La pétition du Collectif contre l’éviction par France Télévisions du journaliste Philippe Verdier a obtenu vingt mille signatures venues du monde entier, ainsi qu’une couverture médiatique internationale. La « contre-COP21 » du 8 décembre à Paris a constitué un rassemblement inédit de figures reconnues du climato-réalisme francophone. Enfin, le bulletin hebdomadaire d’information des climato-réalistes en est déjà à son 28e numéro.

Ainsi donc, l’existence des climato-réalistes comme un mouvement crédible et cohérent est à présent un fait. Pour assurer la pérennité de l’initiative, renforcer ses possibilités d’action et mener à bien les projets qui en assureront le rayonnement, il est aujourd’hui créé l’Association des climato-réalistes, qui a vocation à constituer le plus vaste rassemblement des forces climato-réalistes francophones.

Jacques Duran, physicien et ancien directeur de recherches au CNRS, célèbre auteur du site Pensée Unique, en est le président d’honneur.

Vincent Courtillot, géophysicien et membre de l’Académie des sciences, intègre le comité scientifique.

Christian Gérondeau, président fondateur de l’Association Française des Climato-optimistes, devient membre du bureau ainsi que du comité scientifique, fusionnant ainsi les deux associations.

La constitution en association permettra le déploiement de forces nouvelles, en offrant la possibilité de lever et d’engager des fonds pour la promotion du climato-réalisme. L’organisation d’une « contre-COP22 » à l’automne et le lancement d’un magazine sont deux des projets sur lesquels l’association travaillera les prochains mois.

Composition du bureau provisoire :

Président d’honneur : Jacques Duran
Président : Benoît Rittaud
Premier vice président, chargé des relations internationales : Pierre Bouteille
Deuxième vice président : Éric Lauriac
Trésorier : Pierre Grandperrin
Secrétaire, chargée de communication : Marie-France Suivre
Christian Buson
Christian Gérondeau
Pascal Rémy

Composition du comité scientifique :

Vincent Courtillot (géophysicien, Institut de Physique du Globe de Paris et Académie des sciences)
Reynald Du Berger (géophysicien, université du Québec à Chicoutimi)
Jacques Duran (physicien, directeur de recherches au CNRS (e.r.))
Christian Gérondeau (ingénieur polytechnicien)
François Gervais (physicien, université François Rabelais, Tours)
István Markó (chimiste, université catholique de Louvain)
Rémy Prud’homme (économiste, université Paris-est Créteil (émérite))
Benoît Rittaud (mathématicien, université Paris-13)

Rejoignez-nous dès à présent, et faites circuler l’information à vos contacts et sur les réseaux sociaux ! C’est en étant nombreux que nous pourrons peser. Faites-nous part de vos idées, de vos attentes, de vos propositions en nous écrivant à collectifdesclimatorealistes@gmail.com, sur notre page Facebook ou encore sur la page dédiée sur le site Skyfall.

Votre cotisation (adhésion simple : 30 € ; adhésion couple : 50 €) peut nous être envoyée

  • par chèque (Association des climato-réalistes, 35 avenue de Breteuil, 75 007 Paris) ;

  • par virement aux « climato-réalistes » (Swift code : SOGEFRPP ; IBAN : FR76 3000 3031 9000 0507 6110 024). ***Nouvelle MàJ : c’est bon, fausse alerte.*****

Peuvent adhérer aussi bien les personnes physiques que morales.

Télécharger les statuts de l’association : format pdf, format odt (office).

En mémoire de Bill Gray

William Gray, un spécialiste des ouragans, est mort il y a quelques jours.

Pour lui rendre hommage, voici un texte qu’il a écrit en 1996, bien avant que Trenberth se mette à chercher de la chaleur manquante au fond des océans, ou que des climatologues essayent de retrancher les la nina des courbes de température pour éradiquer la pause. Lire la suite

Le crépuscule du mouvement du changement climatique

Source

Traduction : Scaletrans
Par Judith Curry

Ne vous laissez pas avoir par la fanfare parisienne : le mouvement du changement climatique va se voir confronté à de gros problèmes.

Voici des extraits du long article intitulé Green Idols: Twilight of the Climate Change Movement écrit pour The National Interest par Mario Loyola.

Lire la suite

La Chaleur interne de la terre entraîne un écoulement rapide de la calotte et une fonte sous glaciaire au Groenland.

La chaleur interne de la terre, souvent négligée quand on parle du climat, n’est pas sans influence aucune sur les températures comme nous allons le voir. Merci à papijo pour nous avoir transmis ce texte.
la chaleur interne de la terre fond les glaciersLa lithosphère du Groenland a des fonds chauds qui remontent à son passé géologique lointain et provoque l’écoulement rapide de la glace et sa fonte sous-jacente.
Pour comprendre la calotte groenlandaise actuelle, les chercheurs doivent remonter loin dans l’histoire de la Terre. La lithosphère a des fonds chauds qui remontent à son passé géologique lointain et provoque l’écoulement rapide de la glace et sa fonte sous-jacente. Une zone d’anomalie traverse le Groenland d’est en ouest où le flux de chaleur actuel provenant de l’intérieur de la Terre est élevé. Grâce à cette anomalie, une équipe internationale de géophysiciens dirigée par Irina Rogozhina et Alexei Petrunin du GFZ [GeoForschungsZentrum] Centre Allemand de Recherches Géophysiques pourrait expliquer les observations obtenues par radar et forage de la calotte qui indiquent une fonte étendue sous la couche de glace et un glissement accru de la base de la glace depuis le sommet de la calotte du Groenland jusqu’à l’Océan Atlantique Nord.

Lire la suite

Orage sur les modèles climatiques

par Benoît Rittaud (alias Ben).

Il semblerait que les modèles climatiques se soient emballés un peu vite sur la variabilité hydrologique. Selon un article scientifique qui vient de paraître dans Nature (une revue qui n’est pas précisément connue pour sa complaisance envers les climatosceptiques), l’évolution des précipitations dans l’hémisphère nord au cours du siècle écoulé n’aurait pas eu le caractère extrême qu’on lui prêtait jusque là sur la base des modèles climatiques. Ces derniers auraient surestimé les effets du réchauffement observé au XXè siècle. (Qui l’eût cru ?)

C’est un gros caillou potentiel dans la chaussure des prévisions catastrophistes pour le siècle à venir. Ci-dessous une traduction en français de l’introduction de cet article (avec, en gras, les deux passages qui secouent). Selon ma boule de cristal, aucun média mainstream ne mentionnera cette étude sans ajouter qu’elle « ne change rien sur le fond », que « tous les scientifiques sont quand même d’accord », et/ou autres « efforts nécessaires pour limiter la hausse des températures à +2°C ». Lire la suite