L’Europe sur le point de saboter sa propre politique climatique, dit Greenpeace

[Pour le Ministre de l’Energie allemand, c’est trop. Pour Greenpeace, c’est trop peu]

L’Union Européenne va saboter son objectif d’amener les pays développés à réduire fortement les émissions à gaz à effet de serre si elle se permet des objectifs plus bas pour elle-même que ceux qu’elle voudrait pour les autres, a dit Greenpeace mardi dernier.

La Commission Européenne, dans une série de nouvelles mesures énergétiques et environnementales, doit faire une proposition mercredi pour que les pays développés réduisent leurs émissions, accusées de réchauffement global, de 30% d’ici 2020 par rapport au niveau de 1990. Au même moment, la Commission va proposer aux 27 pays membres de l’UE un objectif de réduction de GES de 20% pendant la même période, avec la possibilité de réduire plus si la communauté internationale accepte elle-aussi une plus large réduction.

Greenpeace a dit que l’objectif de 20% de réduction de l’UE va affecter les chances d’un objectif plus large au plan mondial. « Nous pensons que c’est un raté politique et scientifique » a dit Mahi Sideridou, le directeur de la politique climatique à Greenpeace à Bruxelles, en ajoutant que les 20% d’objectif ont été fixé sur une base de marchandages politique plutôt que de la science du changement climatique. « Ils bidouillent pendant que la planète brûle », dit-elle.

L’UE, qui a joué un rôle clé en imposant le Protocole de Kyoto s’est battu pour concilier son rôle de leader dans la lutte contre le changement climatique avec ses efforts pour améliorer la compétitivité de ses états-membres.

Source Reuters

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone