« Les tenants du réchauffement sont sensés organiser une contre-attaque mais pourquoi est-elle si faible ? »

"The Great Global Warming Swindle" (La Grande Fraude du Réchauffement Global), diffusé par la BBC Channel 4, est un documentaire sceptique du changement climatique d'origine humaine. Le programme a déclenché un débat houleux et des accusations d'imprécision scientifique. Ci-après, son producteur, Martin Durkin, répondant aux critiques.

Le 8 mars dernier, Channel 4 a diffusé mon programme. Depuis lors, les supporters de la théorie du réchauffement global anthropique ont publié des critiques acerbes. J'ai été attaqué pour avoir utilisé un "vieux" graphique décrivant la température sur les dernières 1000 années. Ils disent que je devrais utiliser un "nouveau" graphique – celui utilisé par Al Gore, connu sous le nom de "crosse de hockey", parce que ça y ressemble.


Courbes CO2/Température du documentaire
The Great Global Warming Swindle

Mais la crosse de hockey a été totalement discréditée. On a constaté que le programme informatique utilisé pour la générer produit une forme en crosse de hockey même quand on lui fournit des données aléatoires (je réfère les lecteurs aux travaux de McIntyre & McKitrick et au Rapport Wegman, tous disponibles sur Internet). Plutôt que le graphique en forme de crosse de hockey qui a été discrédité, le graphique que nous utilisons (et publié par le GIEC) représente la température standard et acceptée pour cette période.

Une critique affirme que l'un des graphiques que nous avons cités, qui illustre la corrélation extraordinairement proche entre les variations solaires et les changements de température, a été "corrigé" entre temps. Cela n'a certainement pas été le cas. Le graphique a été fourni par le professeur Eigil Friis-Christensen, le directeur du Centre National de l'Espace Danois, qui dit qu'il reste valable. Mais si les tenants du réchauffement global n'aiment pas ce graphique, il y en a plein d'autres qui disent la même chose.


Courbes CO2/Activité solaire de
The Great Global Warming Swindle

Plus personne ne peut sérieusement disputer le lien entre l'activité solaire et la température dans l'histoire du climat terrestre. Je convie les lecteurs à faire une recherche sur Internet : Veizer, Geoscience Canada, 2005; Soon, Geophysical Research Letters, 2005.

Dans le film, nous avons utilisé 3 graphiques pour décrire les changements de température au cours du 20e siècle. Sur l'un, il y avait une erreur sur les dates en abscisse qui a été corrigée pour la seconde diffusion du firm sur More4, lundi dernier. Cela ne faisait aucune différence. Les tenants du réchauffement global peuvent choisir n'importe quel graphe. Le problème reste le même pour eux : l'augmentation de température au début du 20e siècle (avant 1940, quand les émissions humaines de CO2 étaient relativement insignifiantes) est aussi forte, mêm plus forte selon certains graphiques, que l'augmentation de température à la fin du 20e siècle.

Alors sur quel autre point cherchent-ils à m'attaquer? Prof Carl Wunsch, du MIT, qui a été dans le film, affirme plus tard qu'il a été trompé. Ce n'est pas le cas.

La chose remarquable n'est pas que j'ai été attaqué. Mais que les attaques ont été si faibles. Les données sur les forages glaciaires étaient le bijou de la couronne climatique, citées encore et encore comme la preuve que le dioxyde de carbone est le "moteur" du climat terrestre. En fait, comme ses défenseurs ont été forcés à l'admettre, les données glaciaires disent le contraire. Les changements de température précèdent toujours les changements de CO2 de plusieurs centaines d'années. La température règle le CO2, pas l'inverse. Les tenants du réchauffement global ne l'ont pas nié. Ils ne le peuvent pas.

Pendant le boom économique d'après-guerre, alors que les émissions industrielles de CO2 étaient en hausse, la température était en baisse (d'où la grande panique du refroidissement global des années 1970). Pourquoi ? Ils disent : peut-être le refroidissement était-il dû au SO2 (dioxyde de soufre) produit par l'industrie. Mais ils le marmonnent à peine parce qu'ils savent que cela n'a aucun sens. Grâce à la Chine et au reste, les niveaux de SO2 sont bien, bien supérieurs maintenant par rapport à l'époque. Pourquoi est ce qu'il ne fait pas alors un froid grelottant ?

Trop de journalistes et de scientifiques ont bâti leur carrière sur l'alarmisme du réchauffement global. Certains journaux ont mis en jeu leur réputation là-dessus. La mort de cette théorie va être douloureuse et affreuse. Mais cette théorie va mourir. Parce qu'elle est fausse, fausse, fausse.

Source

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  spqr | 20/03/2007 @ 2:38 Répondre à ce commentaire

Sans attendre leur contre-attaque (ils vont avoir du mal) voici ma contribution à l’attaque 🙂

Réchauffement global : les chiffres truqués

Mais ne vous inquiétez pas, ils trouveront autres chose pour continuer à faire parler d’eux et obtenir des crédits et des subventions qui font bien défaut aux vrais chercheurs. Il y a eu successivement les attaques contre les engrais, contre les pesticides, l’histoire des pluies acides, le trou de l’ozone, le dénigrement des OGM qui répondent pourtant au problème (réel) des pesticides, l’attaque contre le nucléaire qui répond pourtant à leur souci de dégager moins de CO2 (est-ce qu’ils ne seraient pas un peu schizophènes ?), puis le réchuffement global causé par l’homme 🙁

Et demain que vont-ils inventer ?

2.  DM | 20/03/2007 @ 8:24 Répondre à ce commentaire

Le scandale du sang contaminé, l’affaire de l’amiante, la disparition du corail, le recul des mers d’Aral, mer morte etc.., la disparition d’espèces animales à un rythme très rapide, le SIDA etc.. tout cela aussi aurait pu être évité s’il n’y avait eu des sceptiques qui nient tout ou reporte au lendemain.

Si le réchauffement est réel que donnerez vous pour votre défense ?

3.  Fabge | 20/03/2007 @ 9:38 Répondre à ce commentaire

Il y a deux choses sures à mon sens :
– il n’y a pas de consensus réel sur le réchauffement dans sa présentation actuelle, et, d’une certaine manière, je comprends les alarmistes : si nous voulons faire progresser notre connaissance du climat, ce qui est un vaste chantier dont nous ne sommes qu’au début, le seul moyen, dans notre mode de fonctionnement social, d’avoir des subsides est de crier « au feu »,
– le seul moyen de diminuer la vulnérabilité des sociétés à ces aleas climatiques est de favoriser leur développement, et donc accepter, car nous n’avons pas beaucoup d’autres modèles de développement, qu’elles rejettent encore du CO2.

4.  DM | 20/03/2007 @ 11:31 Répondre à ce commentaire

Sans compter qu’il n’est pas étonnant qu’on s’inquiète des conséquences de rejet de CO2 sur un peu plus d’1 siècle ce qu’il a fallu des millions d’années à constituer progressivement.

5.  spqr | 20/03/2007 @ 13:59 Répondre à ce commentaire

@DM
Cela ne signifie pas qu’il ne puisse pas y avoir des problèmes réels, comme certains de ceux que vous citez : le sang contaminé en est un, dû à la négligence humaine.
Le recul de la Mer d’Aral n’est pas un problème de climat mais soviétique : avoir voulu faire de cette région , un secteur 100% dédié à la culture du coton et pour ce faire avoir détourné la quasi-totalité de l’eau des fleuves alimentant la mer pour irriguer. L’amiante : certains disent que l’on a beaucoup exagéré et que les inconvénients de sa suppression l’emportent sur ceux de son utilisation.
Disparition des espèces animales : ce n’est pas une nouveauté ; les paléontologues estiment qu’à la fin du Permien 90% des espèces animales ont disparu ; même type de phénomène à là la fin du Secondaire : disparition des dinosaures entre autres. L’homme n’est pas supposé avoir existé à ces époques. Ensuite, la vie est repartie.
Il n’y a jamais eu de scepticisme quand au sang contaminé ou au SIDA, pour ce dernier le virus responsable a été recherché activement puis découvert.

@DM (second msg)
Que faites-vous du fait que la teneur en CO2 est plus faible aujourd’hui qu’à l’époque de l’homme de Cro-Magnon ? Etait-ce dû au feux de bois à l’entrée des cavernes ?
Teneur beaucoup plus élevé au Jurassique (6 X si j’ai bon souvenir) : était-ce dû aux pets des dinos ?

6.  nicolas | 20/03/2007 @ 14:33 Répondre à ce commentaire

Le Co2 au jurassique et les pets de dinos, peu probable, ces grosses vaches devaient eux aussi rejeter du methane.
Plus serieusement, quel regard portez vous sur les reponses de real climate?

7.  DM | 20/03/2007 @ 15:48 Répondre à ce commentaire

@spqr
La mer d’Aral reste le resultat de l’impact humain, qu’il soit soviétique ou autre c’est pareil.
Les paléontologues parlent de phénomènes qui se déroulent sur des millions d’années, même les extinctions ont eu lieu sur des centaines de millier d’année et les plus brutales ont une origine catastrophique (genre météore pour le Jurassique -65 Mo années).
Pour l’amiante il faut dire ca aux victimes.
Le scepticisme existe pour le SIDA (comment expliquer l’accroissement de la population en afrique du Sud et dans d’autres contrées alors que le SIDA fait des ravages est un exemple d’argument donné), mais il ne l’a pas emporté sur la majorité.
Ma liste n’était pas exhaustive, c’est juste ce qui m’a traversé l’esprit.

Et pour le CO2 vous répondez à ma question par une autre question, ce n’est pas un dialogue.
Ce qui caractérise notre époque c’est la vitesse à laquelle croit la teneur en CO2, d’après la majorité des scientifiques (dont des prix nobels), ils ne doivent pas tous être de mauvaise foi.
Et je ne suis pas sur qu’on ne vivrait pas sans problème si on avait d’un seul coup le climat du jurassique ou de l’époque de cromagnon.

8.  Frédéric, admin skyfall | 20/03/2007 @ 16:43 Répondre à ce commentaire

@ DM,
Vos exemples sur le Sida, la mer d'Aral… montreraient surtout que la science "officielle" est loin de dire toute la vérité.

Sinon, au sujet du CO2 et des prix Nobels, je voudrais signaler cet article de Jaworowki, un spécialiste de la question qui émet de sérieux doutes sur la fiabilité des mesures officielles de CO2 par les carottes de glace. Il cite l'étude en 2006 de Beck et al, qui reprend 175 articles publiées sur la mesure directe de CO2 depuis le début du 19e siècle par de grands scientifiques dont plusieurs prix nobels.

Et ces mesures directes ont trouvé au 19e siècle et au début du 20e siècle, càd avant que le problème du réchauffement ne se pose, des concentrations de CO2 supérieures à maintenant. Seulement, le GIEC a choisi d'ignorer ces mesures pourtant d'excellente précision (maximum 3% d'incertitude) pour préférer les mesures indirectes données par les forages glaciaires.

9.  Curieux | 20/03/2007 @ 16:45 Répondre à ce commentaire

@ DM sur le CO2 deux remarques :

– Le CO2 n’est PAS à l’origine du réchauffement, les courbes (y compris celles du GIEC) montre une augmentation de la température PUIS du CO2. Le mécanisme de cette augmentation du CO2 est connu, plus les océans sont chaud moins ils dissolvent de CO2, celui-ci est alors relargué dans l’atmosphère (le relargage de CO2 par le vivant, y compris l’homme, est ANECDOTIQUE par rapport au dégazage océanique).

– Le CO2 n’est pas un toxique, il est essentiel à la vie. C’est avec lui que les plantes construisent tiges et troncs. La vie est fille de la chimie du carbone. Seule celle-ci permet la construction et le fonctionnement des cellules vivante.

10.  spqr | 20/03/2007 @ 18:32 Répondre à ce commentaire

@Curieux
Oui et si on regarde la Terre d’un peu loin, on ne peut pas dire qu’elle soit florissante au niveau végétation.
Il y a quelques années, certains climatologues ont même avancé l’idée que l’homme, au lieu de réduire ses émissions de CO2, devraient au contraire les laisser s’échapper dans la nature (le CO2 uniquement, pas les autres gaz) de façon à favoriser la pousse de davantage de végétaux, donc de nourriture.
Position tout à fait iconoclaste dans l’ambiance actuelle ; de quoi se faire lyncher 🙂
Là-dessus, je ne connais pas assez bien ; qu’en pensez-vous ?

11.  Murps | 20/03/2007 @ 20:58 Répondre à ce commentaire

#10 à spqr,
Vous dites « …Là-dessus, je ne connais pas assez bien … ».
Bravo !

Mais ne vous mettez pas martel en tête : personne ne connait « assez bien ». Même ceux qui prétendent connaitre « mieux que bien » se trompent lourdement sue le climat.
Tant qu’on aura pas un modèle de circulation générale du climat et tant que la climatologie restera politisée, les « prévisions » resteront pures spéculations.

A DM, je ne comprends pas bien ce mélange des genres (SIDA, mer d’Aral…)
La mer d’Aral s’est vidée parce qu’on a détourné les fleuves qui l’alimentaient. Pas parce que la planète s’est réchauffée.
Quand au SIDA, il arrive comme un cheveu sur la soupe. Pourquoi ne pas parler de l’indigestion ou des ongles incarnés ?
Ne seriez vous pas en train de mélanger philosophie et sciences dures ? Sociologie et sciences expérimentales ? Scepticisme scientifique et délit d’opinion ?

PS : les dinosaures sont morts tous seuls, comme des grands, sans grosse météorite…
(http://www.geopolis-fr.com/art.....aures.html
et
http://www.dinosoria.com/extinction_dinos.htm)

Cordialement.

12.  jelise | 21/03/2007 @ 1:58 Répondre à ce commentaire

#2, #5, #7
Je ne voudrais pas faire un trop long aparté sur le sujet mais il existe également de fortes suspicions sur l’origine du SIDA, suspicions qui sont portées notamment par le père de la technique qui permit le séquençage de l’ADN (PCR) qui est par ailleurs prix nobel de chimie (Kary Mullis).

Aucun virus du SIDA n’aurait été isolé. Et le lien entre un prétendu rétrovirus et le SIDA est loin d’être scientifiquement prouvé.

D’ailleurs, le syndrome, connu sous le nom générique de SIDA, pourrait également avoir pour cause la malnutrition ou la consommation d’eaux polluées, car celles-ci provoquent les mêmes symptômes.

Quant au sang contaminé, il se pourrait même que les personnes atteinte du syndrome, suite à des transfusions sanguines, l’aient été à cause des-dites transfusions qui auraient affaibli leur système immunitaire.

Je reste néanmoins très circonspect, car je ne suis pas un spécialiste de la question. Je me documente et j’évalue ce que je lis en essayant de recouper les informations. Mais je crois que toutes les supercheries fonctionnent de façons similaires. Et puis, plus c’est gros, plus on y croit… non ?

13.  DM | 21/03/2007 @ 8:47 Répondre à ce commentaire

@Murps

Je ne mélange pas les genre je donne des exemples.
Comme vous le dites vous même je parle du scepticisme ambiant et de ses implications qui peuvent parfois être graves.
Sur le climat comme sur beaucoup de chose il n’y a pas de certitudes ! ni dans un sens ni dans l’autre, mais les conséquences selon la réalité sont plus ou moins graves. C’est un pari, qui peut en prendre les risques ?
Ne vaut-il pas mieux prendre trop de précaution et faire marche arrière que d’être imprudent (à cause du scepticisme ambiant) et de ne plus pouvoir agir ?

Enfin pour les dinosaures il n’y a pas de consensus !!

@jelise
Merci pour ces précisions.
Je n’y crois pas une seconde même si je n’ai pas réponse à tout. J’ai connu 1 personne qui avait le SIDA et je sais comment ca se passe, pas terrible.. et ce n’est pas de la malnutrition.. et ca se contamine (son ami est décédé) et il était homosexuel (ca compte, ils sont proportionnellement les plus touchés).

14.  jelise | 21/03/2007 @ 19:29 Répondre à ce commentaire

@DM

Ne vaut-il pas mieux prendre trop de précaution et faire marche arrière que d’être imprudent (à cause du scepticisme ambiant) et de ne plus pouvoir agir ?

Prendre des « précautions » ne se fait jamais sans conséquences. Les choix que l’on fait sont rarement neutres.
Si les « précautions » sont sans objet alors pourquoi les prendre ?
Si elles sont coûteuses et inutiles alors pourquoi les prendre ?

Je n’y crois pas une seconde même si je n’ai pas réponse à tout. J’ai connu 1 personne qui avait le SIDA et je sais comment ca se passe, pas terrible.. et ce n’est pas de la malnutrition.. et ca se contamine (son ami est décédé) et il était homosexuel (ca compte, ils sont proportionnellement les plus touchés).

La malnutrition est une des affections produisant les mêmes symptômes que le SIDA.
Mais il n’est pas question ici de croyances. Si vous êtes intéressé par la question, voici un point de départ : SIDA

Le problème dans ces affaires c’est que, quand les « scientifiques » se sont trompés, ils ne le reconnaissent jamais.
La Science ne se trompe-t-elle JAMAIS ?
Cela ressemble fort à un dogme religieux…

15.  Murps | 21/03/2007 @ 20:04 Répondre à ce commentaire

@DM

En ce qui concerne le « scepticisme » climatique, pour moi, c’est plus que cela : je ne crois pas du tout au réchauffement. On ne peut pas définir une variation (augmentation) de la T° moyenne de la planète à 0,1° près. Je pense même que la notion de « valeur moyenne » de la température terrestre n’a aucune autre valeur qu’indicative par son ordre de grandeur.
En fait je pense que toute cette histoire de réchauffement n’est qu’un fantasme de plus à ajouter aux croyances catastrophistes des humains.
Ca fait partie de la nature humaine de croire en ces choses là.
Dés lors le principe de précaution n’a aucun sens. On ne peut l’appliquer que pour des risques identifiés. Celui n’en est pas un. C’est une peur irrationnelle. Rien d’autre.
Comme le dit Jelise plus haut, on ne va pas dépenser argent et énergie pour lutter contre un danger inexistant. On pourrait tout aussi bien élever un temple géant à St Cucufin, pour prévenir une attaque des Lémuriens de la planète Schbeurgh, ça serait pareil, mais ça ferait moins sérieux.

C’est vrai que pour les dinosaures il n’y a pas de consensus.
Mais je suis prêt à parier que d’ici peu (quelques années…) il y en aura un sur un point : les dinosaures ne sont pas disparus à cause d’une grosse météorite.

Cordialement.

16.  DM | 22/03/2007 @ 9:57 Répondre à ce commentaire

Si elles sont coûteuses et inutiles alors pourquoi les prendre ?

Mais on n’en sait rien !
Dans le doute on s’abstient de prendre des risques de faire du tord. Donc on devrait s’abstenir de prendre le risque de polluer de trop !

En fait je pense que toute cette histoire de réchauffement n’est qu’un fantasme de plus à ajouter aux croyances catastrophistes des humains.

Tu ne peux pas balayer d’un revers de la main la position de milliers de scientifiques de haut renom, dont des prix nobels !
Ils sont tout de même mieux placés que nous.
Ca ne démontre pas qu’ils ont raison mais qu’on doit tenir compte de leurs avertissements.

La malnutrition est une des affections produisant les mêmes symptômes que le SIDA.

Le Sidéen que j’ai cotoyé quelques temps avait une alimentation normale et il a eu sa maladie par l’un de ses « amis » qui lui est décédé dans ses bras.
On sait quand même faire la différence entre la malnutrition et la maladie !
Le résultat des prises de sang sur le système immunitaire n’a pas été non plus inventé de toute pièce.
Enfin je voulais juste citer cet exemple pour montrer que pour beaucoup de sujets des voies s’élèvent mais n’ont pas forcément raison ou ne sont pas dangereuses (on pourrait ajouter le 11.09, l’homme sur la lune etc..)

17.  jelise | 23/03/2007 @ 8:25 Répondre à ce commentaire

Donc on devrait s’abstenir de prendre le risque de polluer de trop !

Tout à fait d’accord avec ça. Mais ici, on ne parle plus de pollution. On a fait l’amalgame entre la pollution et le CO2 et on est donc dans la confusion totale. C’est du funambulisme. Pas étonnant qu’on puisse se laisser abuser !
Mais il ne faut pas non plus lancer le balancier dans l’autre sens. Il y a peut-être des changements climatiques qu’il va falloir prendre en compte, même si ceux-ci ne sont pas anthropiques.

Le Sidéen que j’ai cotoyé quelques temps avait une alimentation normale et il a eu sa maladie par l’un de ses “amis” qui lui est décédé dans ses bras.
On sait quand même faire la différence entre la malnutrition et la maladie !

Je ne vais pas m’étendre là-dessus parce qu’on est hors sujet. Mais documente-toi et si tu veux, on en parle « off-line ».

Et je répète qu’il n’est pas question de croyances ici. Avant de se lancer dans des actions, il est impératif de s’assurer que l’analyse qu’on fait de la situation est correcte et objective. Or, dans le cas des changements climatiques (ou d’autres sujets), force est de constater que l’appréciation des données n’est ni correcte (basée essentiellement sur des modélisations et sur des corrélations artificielles), ni objective (basée sur des présomptions).

18.  DM | 23/03/2007 @ 8:35 Répondre à ce commentaire

On a fait l’amalgame entre la pollution et le CO2 et on est donc dans la confusion totale.

Quand quelque chose est en excès il peut devenir un polluant.
De la radioactivité il y a en a partout (naturelle) mais c’est une origine artificielle dangereuse qui est considéré comme un polluant.

En même temps, réduire les rejets de CO2 des voitures c’est aussi réduire les autres polluant et ca c’est le bienvenue ! (je suis asthmatique depuis quelques années que je vis en ville, et je suis très sensible à cette pollution).

, dans le cas des changements climatiques (ou d’autres sujets), force est de constater que l’appréciation des données n’est ni correcte (basée essentiellement sur des modélisations et sur des corrélations artificielles), ni objective (basée sur des présomptions).

C’est ton point de vue, pas celui de nombreux professionnels.
Même s’il y a des erreurs (des 2 cotés) cela ne remet pas forcément tout en cause.
Nous sommes donc dans une situation loin d’être certaine.

19.  jelise | 23/03/2007 @ 9:05 Répondre à ce commentaire

@DM

réduire les rejets de CO2 des voitures c’est aussi réduire les autres polluant

Pourquoi pas ? Mais quand c’est présenté comme la panacée alors je dis NON !
Surtout quand l’analyse est fausse. L’augmentation de la teneur en CO2 de l’atmosphère est explicable par toute autre chose que la production humaine. En effet, l’augmentation de CO2 est subséquente à l’augmentation de la température. Et il est établi (ce n’est pas une présomption) que plus la température de l’eau (de mer entre autre) augmente, plus le CO2 se dissout difficilement dedans.

C’est ton point de vue, pas celui de nombreux professionnels.
Même s’il y a des erreurs (des 2 cotés) cela ne remet pas forcément tout en cause.
Nous sommes donc dans une situation loin d’être certaine.

Là encore, ce n’est pas une question de point de vue. Il faut lire les rapports du GIEC. Ils sont disponibles en ligne.
Et c’est le noeud gordien du problème. Tout l’édifice « Réchauffement Climatique Anthropique » est basé sur des faits non objectifs. Mais avec l’aide des média, il a pris des proportions telles qu’il est difficile de penser qu’il puisse être complètement factice.
Et pourtant, les preuves objectives sont tellement nombreuses…

Et, au lieu de se pencher sur les vrais problèmes (pollutions, malnutrition, etc), on s’affronte sur la cause du RC et on perd son temps à débattre sur le sexe des anges… 😉

Je crois (et là je parle de croyances) que des changements climatiques vont survenir bientôt. Il est vrai qu’il paraîtrait plus rassurant de penser que nous pourrions en maîtriser les causes. Même si c’était le cas, il est plus urgent de se préparer à affronter ces changements qu’à se focaliser sur ses prétendues causes.

20.  DM | 23/03/2007 @ 11:53 Répondre à ce commentaire

Avez-vous lu le site de Jancovici: http://www.manicore.com/ ?

21.  DM | 23/03/2007 @ 13:13 Répondre à ce commentaire

Mais avec l’aide des média, il a pris des proportions telles qu’il est difficile de penser qu’il puisse être complètement factice.

Ce ne sont pas que les médias mais aussi des scientifiques qui ne sont pas des charlatans.
Le site de Jancovici parle du GIEC et de son sérieux.

22.  miniTAX | 23/03/2007 @ 14:26 Répondre à ce commentaire

@DM,
Bah disons que Jancovici, il « remplit son frigo » avec le réchauffement climatique, en faisant le consultant pour qui veut bien entendre sa messe, notamment les gens du nucléaire qui bénissent le RC pour relancer la filière.

Pas de réchauffement climatique, plus rien dans le frigo. Essaye de trouver un seul endroit sur son site où il parle de bénéfice éventuel d’un réchauffement, tu auras du mal. Les histoires à faire peur, c’est ce qui le fait vivre. Par conséquent, pour y trouver un point de vue équilibré, tu repasseras.

Son site qui fait semblant de présenter des faits scientifiques et qui à chaque fois, conclut par des spéculations dans un seul sens genre, bientôt, d’ici 10 ans, avant 2050, vers 2100… ce sera la catastrophe, le déluge & co, c’est vraiment à prendre avec des pincettes.

Sur ce blog-ci, on a des infos, certes partiales mais variées permettant à chacun d’avoir un max d’info pour juger la question par lui-même au lieu de se fier à conclusions douteuses.

23.  DM | 23/03/2007 @ 15:54 Répondre à ce commentaire

Je suis étonné par le manque de site où il y a une vrai confrontation entre anti- et pro- réchauffement climatique.
C’est dommage car c’est pourtant là qu’on peut se faire une idée. Comme dans les sites creationisme/évolution ou ca bataille bien 😀

24.  Moi | 23/03/2007 @ 15:57 Répondre à ce commentaire

25.  jelise | 23/03/2007 @ 16:41 Répondre à ce commentaire

@DM #21
Vous parlez de sérieux du GIEC ? Jugez vous-même.
Voici ce qui est dit dans le 2e rapport, à la page 22 :

Notre capacité à mesurer l’influence de l’homme sur le climat
global reste limitée car le signal attendu est encore difficile à distinguer
du bruit de fond lié à la variabilité naturelle, et à cause
d’incertitudes sur divers facteurs importants. Ces incertitudes ont
trait à l’ampleur et aux caractéristiques de la variabilité naturelle à
long terme, de l’évolution temporelle du forçage lié aux gaz à effet
de serre, aux aérosols et aux changements à la surface des continents,
et de la réponse à ce forçage. Malgré ces incertitudes, le faisceau
d’éléments disponibles suggère qu’il y a une influence perceptible
de l’homme sur le climat global.

Quand je rapproche la 1e et la dernière phrase je comprends :
« Nous ne sommes pas capables de mesurer l’influence de l’homme sur le climat mais cette influence est perceptible. »
Ferait-on appel à des voyants au GIEC ? 🙂

Je ne mets pas en doute les compétences, ni le sérieux des scientifiques du GIEC. Le problème vient des technocrates qui font l’interface avec le public. Le 2e panel du GIEC n’est pas composé que de scientifiques. Et les problèmes résident dans le fait que ce qui est produit à l’attention des décideurs est parfois très éloigné de ce qui est produit par les scientifiques.

26.  jelise | 23/03/2007 @ 16:48 Répondre à ce commentaire

#23
Personnellement, je dénonce justement cet affrontement pro/anti.
Il n’a pour conséquence que de nous affaiblir. Il nous fait perdre de vue des enjeux essentiels : pollution de l’eau, pollution des sols, pollution de l’air, gaspillages, malnutrition, hygiène etc. Toutes ces choses étant anthropiques.
Je devrais ajouter Changements Climatiques. Car, même s’il ne change pas à cause des émissions de CO2 dues à l’activité humaine, le climat change.

27.  DM | 23/03/2007 @ 16:54 Répondre à ce commentaire

Le problème c’est que je vais sur des sites anti- et je trouve des arguments qui semblent valables mais je ne trouve pas forcément les réponses de l’autre coté. Et même si je les trouvent ca amène d’autres questions.
La seule solution est la confrontation et pousser jusqu’au bout les arguments. Après tout c’est de la science et il doit bien ressortir quelques certitudes de ce genre de confrontations.
C’est le prix à payer pour connaitre la vérité sur le sujet.

28.  miniTAX | 23/03/2007 @ 18:38 Répondre à ce commentaire

En même temps, réduire les rejets de CO2 des voitures c’est aussi réduire les autres polluant et ca c’est le bienvenue ! (je suis asthmatique depuis quelques années que je vis en ville, et je suis très sensible à cette pollution).

2 vérités qui dérangent :
1. une étude de la NASA vient de trouver que ce serait parce qu’on a réduit la pollution ces derniers 30 ans que la température augmente, donc contrairement à ce qui tu avances, réduire la pollution ne serait « PAS le bienvenue » 😈
2. la pollution des villes s’est énormément réduite ces dernières années, pour pratiquement tous les polluants et les particules. Le plomb a pratiquement disparu. Tu peux voir ça sur le site d’Airparif (il faut bien chercher car c’est une courbe pas bonne à voir pour le lobby écolo).

Bienvenue dans le monde réel et complexe !

29.  Charles II | 23/03/2007 @ 21:36 Répondre à ce commentaire

Et pour en ajouter une couche, c’est, pour la France, à Paris que l’espérance de vie est la plus élevée. Bien sûr, il y a plus d’employés et de cadres à Paris qu’ailleurs et ces catégories ont une meilleure espérance de vie, mais, si la « pollution » était si dangereuse pour la santé, elle devrait contre-balancer ces avantages, eh bien, elle ne le fait pas !
Je sais, c’est agaçant pour les hygiénistes de tout poil, mais c’est comme ça.

Eh oui, le monde est complexe, et je l’aime bien comme ça.

30.  Curieux | 24/03/2007 @ 15:34 Répondre à ce commentaire

Une des causes de l’asthme ou allergies serait le manque de contact avec des micro-organismes ou allergènes durant l’enfance ces affections sont de type auto-immune : en un mot excès de propreté ! (Je précise : serait et excès). Sinon cobtrairemnet aux idées préconçues la pollution à diminué dans les grandes villes occidental depuis la moitié du XXème siècles. Souvenons nous que déjà sous Louis XIV, on savait, dés Chartres qu’on approchait de Paris tellement cela puait !

Attention donc aux idées toutes faites.

31.  DM | 26/03/2007 @ 7:46 Répondre à ce commentaire

J’ai vécu à la campagne et le moins que je puisse dire c’est que j’ai été on ne peut plus en contact avec les allergènes et les bactéries de tout poils !! (je ne remet pas en cause l’étude, mais elle n’explique pas tous les cas).
Au passage je préfères, et de loin, l’odeur de purin à l’odeur de la pollution automobile !
Mes allergies sont apparues lorsque je me suis installé définitivement en ville. Et à chaque fois que je vais en centre c’est la même rengaine : douleurs dans le nez, asthme etc.. (sauf certains jours, moins pollués).

Au fait, aujourd’hui, dans le nord, nous sommes à 8/10 sur l’échelle de pollution..
Airparif pour les indices :
1998 10 0.27% 9 0.27% 8 1.64 7 1.92%
1999 10 0% 9 0% 8 0.27% 7 2.19%
2000 10 0% 9 0% 8 0.55% 7 0.55%
2001 10 0% 9 0% 8 0.82% 7 3.84%
2002 10 0% 9 0% 8 0.55% 7 0.55%
2003 10 0% 9 1.1% 8 1.64% 7 4.38%
2004 10 0% 9 0% 8 0.27% 7 0.55%
2005 10 0% 9 0% 8 1.1% 7 1.64%
2006 10 0% 9 0% 8 1.1% 7 3.01%

On ne peut pas parler de tendance à la baisse (mais cela devrait être le cas avec les nouveaux diesels).

Benzène : nette baisse
Ozone : hausse
NO : baisse
NO2 : légère baisse
SO2 : baisse
Fumées noires : stable
Particules : stable
NOx : baisse
CO : baisse ?

Je rajouterais : crotte de chien en hausse à Lille tout au moins.. et selon les quartiers 😀

32.  DM | 26/03/2007 @ 9:19 Répondre à ce commentaire

Pour la corrélation les bonnes données ne semblent pas aussi convaincantes :
http://stephenschneider.stanfo.....ut2004.pdf

33.  miniTAX | 26/03/2007 @ 11:14 Répondre à ce commentaire

Pour la corrélation les bonnes données ne semblent pas aussi convaincantes :

DM, il ne faut pas retenir que ce qui t’arrange. La corrélation de la teméprature avec le soleil est bien meilleure sur le siècle qu’avec le CO2.
Soit dit en passant, Stephens Schneider, c’est le même qui dans les années 70, avait accusé les polluants atmosphériques de déclencher un début d’âge glaciaire.

Ces gars là, il faut absolument qu’ils trouvent une influence humaine. Pas d’influence humaine, pas d’argent pour la recherche, pas d’attention des médias, pas de publications dans les journaux spécialisés et tout leur château de carte s’effondre et le discrédit qu’on peut imaginer sur une théorie qu’ils ont défendue bec et ongle dès le début. Ce serait donc étonnant qu’il approuve l’importance solaire.

Quand des chercheurs, pour maintenant coûte que coûte une thèse politique, se mettent à nier des résultats scientifiques dérangeants qui s’accumulent, ça ne sent pas bon. La science qui se mêke à la politique, en général, ça mène toujours au désastre. On en a eu des exemples avec l’eugénisme, le lynsenkisme ou les « sciences » économiques marxistes.

34.  DM | 26/03/2007 @ 12:13 Répondre à ce commentaire

Tu n’as en rien donné des contre-arguments au lien que j’ai donné.
Les attaques ad hominem sont les derniers recours..

35.  DM | 26/03/2007 @ 12:17 Répondre à ce commentaire

Au fait, dans les années 70, nous n’avions pas les données d’aujourd’hui (précision + données 70-06).

36.  minitax | 26/03/2007 @ 16:03 Répondre à ce commentaire

Tu n’as en rien donné des contre-arguments au lien que j’ai donné.

Bah si, j’ai dit que la corrélation avec le soleil (ici, la longueur des cycles de 11 ans qui est expliquée par la théorie du barycentre) est bien meilleure qu’avec le CO2. Même en supposant que ça ne colle pas lors des dernières décennies et que les erreurs montrées dans ton lien sont avérées, la corrélation sur le 20e siècle est bien meilleure qu’avec le CO2 qui ne corrèle ni avec la hausse de température entre 1900 et 1940, ni avec la baisse de T entre 1940 et 1975 (cf les 2 graphiques du billet ci-dessus).
Et puis il y a les rayons cosmiques qui varient avec le champ magnétique solaire et qui corrèlent avec la température pendant des siècles.

Cette théorie du réchauffement anthropique où l’on cherche à tout prix à expliquer le climat par les gaz à effet de serre juste sur quelques décennies alors qu’on dispose d’une corrélation solaire bien meilleure sur des échelles de temps qui vont de la décennie aux centaines de milliers d’années prend l’eau de toute part.

Quand on voit que des tempêtes solaires peuvent dérégler des satellites ou des radars terrestres et provoquer des perturbations électriques jusqu’à un effondrement du réseau comme en 2001 en Amérique du Nord, que les flares solaires peuvent atteindre la hauteur de plusieurs fois le diamètre de la terre à une vitesse qui permet de traverser toute l’Europe en moins de 2 minutes, que Piers Corbyn (dans le film) peut prédire le climat à plusieurs mois juste en étudiant le comportement du soleil, on se dit qu’expliquer le climat terrestre en minimisant les variations solaires et en se concentrant sur les gaz à effet de serre est une vision de grenouille au fond du puits, ça ne peut PAS marcher.

37.  DM | 27/03/2007 @ 7:18 Répondre à ce commentaire

Justement si la corrélation s’arrête là ou la machine s’emballe c’est bien que l’emballement n’est pas du à des éruptions solaires qui sortent de l’ordinaire mais à autre chose.
Sur les divers shémas disponibles ca et là sur le role de chaque facteur, l’activité solaire est bien prise en compte mais n’est pas seule (ca serait aussi trop simple).
Un facteur peut très bien dominer si tous les autres sont stables, mais si un autre ayant des effets plus importants (genre taux de CO2) augmente ou diminue, il peut escamoter les effets du facteur qui était dominant (l’activité solaire).

38.  miniTAX | 27/03/2007 @ 15:16 Répondre à ce commentaire

Justement si la corrélation s’arrête là ou la machine s’emballe c’est bien que l’emballement n’est pas du à des éruptions solaires qui sortent de l’ordinaire mais à autre chose.

Bah non, la machine ne « s’emballe » pas, si tant est que ce verbe puisse signifie quelque chose. La température n’a plus augmenté depuis 1998 alors que le CO2 n’arrête pas d’augmenter. Tu parles d’une « corrélation » !

39.  DM | 28/03/2007 @ 7:32 Répondre à ce commentaire

Sur les courbes de températures on voit bien une forte montée dans les denieres années, sur les liens que j’ai donné également.

40.  dreamer | 31/03/2007 @ 2:10 Répondre à ce commentaire

HEllo
Je n’ai pas lu tous les commentaires mais, au cas ou cela n’a pas encore été dit, le titre comporte une faute d’orthographe flagrante, ca fait mauvais genre :s
Censé et pas Sensé 🙂

A++
Dreamer

41.  dreamer | 31/03/2007 @ 2:11 Répondre à ce commentaire

note : sauf si c’est une sorte de jeu de mot en fait 😉

42.  Raoul | 3/04/2007 @ 16:24 Répondre à ce commentaire

[… supprimé car doublon], merci de votre compréhension].

43.  Raoul | 3/04/2007 @ 17:37 Répondre à ce commentaire

D’accord, je vois le genre !
Bye

Sorry, the comment form is closed at this time.