Température globale par satellite

On entend souvent dire que la planète se réchauffe partout sauf en quelques rares endroits, que 2005 a été l'année la plus chaude, plus encore que 1998 ("2005 est 0,1°C plus chaud que 1998", Jean Jouzel dans l'émission C Dans l'Air de janvier 2007), que la température ne cesse d'augmenter…

En fait, si on examine la température par satellite, aucune des affirmations précédentes n'est vraie. La Terre se réchauffe et se refroidit localement, parfois de manière brutale. Depuis 1998, l'année du record de température dû à un el Nino exceptionnel, la température a tendance à stagner (figure 1). Si l'on utilise la température satellite, disponible 24/7 avec une couverture spatiale quasi complète de la planète (excepté les surfaces neigeuses – pôles et glaciers) et d'une précision de l'ordre de 0,03 °C, il serait difficile de trouver une corrélation entre température et taux de CO2 atmosphérique en augmentation régulière depuis plusieurs décennies. Malgré la supériorité des mesures satellite, le GIEC continue d'utiliser la température de surface pourtant affectée par de nombreux défauts :

  • nombre de stations de mesure très faible (< 5.000) et ne couvrant pas correctement de larges étendues terrestres ni les océans, dont les données ne sont pas rendues publiques
  • non concordance entre les différents organismes officiels : par exemple 2005 serait l'année la plus chaude pour le GISS, mais pas pour le Hadley Centre ni le CRU et bien sûr pas pour les satellites
  • non reproductibilité des mesures et opacité des méthodes de correction des données
  • controverse sur l'effet d'îlot de chaleur urbain
  • incertitude pouvant atteindre +-0,2°C

L'animation ci-dessous représente la température mensuelle globale de la basse troposphère (Lower Troposphere Temperature ou TLT, température entre la surface et les 10 premiers km de l'atmosphère) mesurée par satellite de 1978 à 2007. Les observations par satellite concordent bien avec les événements climatiques importants constatés en surface, par exemple, les vagues de froids en Amérique du Nord ou en Russie, la canicule de 2003 en Europe, les neiges exceptionnelles en Afrique du Sud et en Amérique du Sud lors de l'hivers austral 2006, un automne 2006 particulièrement doux en France et un février 2007 exceptionnellement froid en Amérique du Nord Est, etc… Source Remote Sensing System

{{flv_msu_temp_lt}}

Réchauffement climatique

Commandes (le focus doit être sur le lecteur):Espace=pause, Flèches gauche-droite=recul-avance rapide, The Great Global Warming Swindle=plein écran, sous-titrage.

Température globale moyenne de l'animation ci-dessus :
Réchauffement climatique

Figure 1 : température globale de la basse troposphère (TLT). Source.
A noter les baisses de température consécutives aux éruptions d'El Chichon (1982) et
du Pinatubo (1991) et la forte hausse due à un El Nino exceptionnel (1998).

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  miniTAX | 7/05/2007 @ 9:31 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette carte animée vraiment extraordiaire.
L’année 1998 a été vraiment démentielle, rouge partout !!!
2005 n’est rien à côté, je ne comprends pas qu’on puisse n’utiliser que la température du GISS pour affirmer que c’est l’année la plus chaude alors que c’est clairement contredit par la température satellite.

Je ne comprends d’ailleurs pas qu’on puisse encore utiliser la température terrestre avec tous les problèmes qu’il y a (nombre de stations ridicule, en baisse constante depuis que les satellites existent, mesure seulement des premiers mètres de l’air ambiant, réchauffement dû aux villes, le CRU qui ne peut même pas identifier les stations …). En fait ça doit être la seule raison d’être du RC. Si on utilise la température satellite, le réchauffement n’existe pas.

P.S. El Nino de cette année a fait pschiitttt. 2007 ne sera PAS l’année la plus chaude comme l’a annoncé en grande fanfare la Met Office. RDV en fin d’année pour faire les comptes.

2.  miniTAX | 7/05/2007 @ 9:44 Répondre à ce commentaire

En fait on voit tout avec cette carte animée ! Si on pouvait avoir des prévisions climatiques de ce type, ne serait ce qu’un à 2 mois à l’avance, (un fantasme pour l’instant et certainement à tout jamais) on n’aurait pas eu les catastrophes sanitaires comme en 2003.
D’ailleurs, la canicule de juin 2003 est bien centrée sur la France mais c’est l’Europe Centrale qui déguste côté froid avec une anomalie de -4°C. Le même motif se répète au mois d’avril dernier: exceptionnellmenet chaud en France, neige en Arabie Saoudite.

Dire qu’il y en a qui ont osé relier la canicule de 2003 au RC (cf Dominique Voynet dans son clip de campagne présidentielle). « Instrumentaliser », c’est comme ça qu’on dit je crois 😉

3.  Abder | 8/05/2007 @ 1:24 Répondre à ce commentaire

Abstraction faite de l’anomalie exceptionnelle et isolée d’El nino de 1998, la tendance semble vers la baisse pour la période 1996 à 2001. Depuis 2002, la tendance est vers la stabilité, voire vers une légère baisse de la température dite « globale ».

4.  the fritz | 12/05/2007 @ 18:53 Répondre à ce commentaire

El Nino et le RC

1998 fut une année record pour la température moyenne du globe, et la relation avec El Nino est communément mise en avant ; on connaissait le CO2 et autres GES, l’action des aérosols et ozone dans les îlots urbains, l’activité solaire, la disparition de la banquise et son action sur l’albédo ; voici El Nino et son impact énorme sur les moyennes et le RC. Mais d’où tire-t-il ses calories , celui-là?
Une réflexion concerne justement ces moyennes et cela me rappelle une réflexion de miniTax, je ne sais plus où : le fait de calculer ces moyennes avec des mesures donnant la température de l’air à des stations sur Terre d’une part, et des températures de l’eau de mer en surface (je ne sais trop comment et avec quelle densité) d’autre part, revient à mélanger des serviettes et des torchons. En effet, si on étale un gros tas d’eau chaude cantonnée du côté de l’Indonésie sur tout le Pacifique, il est clair que la température de surface de l’eau de celui-ci va grimper et donc tirer la moyenne du globe vers le haut. Mais cela n’a rien à voir avec un réchauffement global ; on ne fait que répartir la température océanique différemment ; cela peut aussi donner une idée de la réactivité de l’océan : celui-ci ne peut accumuler de la chaleur que durant un cycle de 6 à 8 ans ; au delà il est obligé de vomir sa chaleur en s’étalant vers l’Est

5.  DM | 16/05/2007 @ 11:52 Répondre à ce commentaire

http://fr.news.yahoo.com/16052.....-de-l.html

Ca fond en antarctique également !

6.  Abitbol | 16/05/2007 @ 15:59 Répondre à ce commentaire

@ DM « Ça fond en antarticque également ! »

Ce n’est pas trop ce que dit IFREMER…

http://www.ifremer.fr/com/doss....._02_07.pdf

7.  miniTAX | 16/05/2007 @ 19:06 Répondre à ce commentaire

#6, Ifremer parle de la glace de mer (pendant l’hiver austral) et non de la plateforme glaciaire continentale de l’Antarctique (pendant l’été).

De toute façon, la glace fond sur la partie Ouest, c’est le réchauffement climatique (forcément). Mais en même temps, la plus grosse part Est de l’Antarctique qui se refroidit et qui gagne en glace chaque année, la glace de mer qui s’étend toujours plus année après année, c’est quoi, des inventions de la nature pour embêter les réchauffistes ?

Facile de fabriquer un consensus, il suffit de taire les faits qui dérangent. Quand on voit la presse aussi partiale dans le traitement des infos, pas besoin d’être grand clerc pour soupçonner qu’il y a quelque chose qui cloche.

8.  nicolas | 16/05/2007 @ 19:07 Répondre à ce commentaire

#7

Mais non voyons dont le refroidissement c’est aussi le rechauffement cliamtique!

Sinon pour etre plus serieux j’ai trouve l’explication de Marcel Leroux tres convaincante sur la question.

9.  Isabelle | 27/05/2007 @ 21:15 Répondre à ce commentaire

je suis très perplexe à la lecture de Marcel Leroux, cela se voit qu’il ne jardine jamais, peut-être observerait-il le temps qu’il fait d’une autre manière !
j’habite en Limousin et observe la venue d’insectes « étrangers » au pays, curieux n’est-ce pas ?
Les vents ont changé aussi mais ça doit être une impression tout comme la fonte des glaciers dans le monde entier, non vraiment l’homme doit être forcément étranger à tout ça !
Quand il n’y a plus assez d’eau dans les fleuves pour refroidir les centrales nucléaires françaises entre autre, c’est vrai qu’à vous entendre, c’est encore une désinformation.
Bravo ! Continuez d’y croire, quand vous serez à moitié cuit sur qu’on vous entendra dire autre chose.
Quand on voit la misère des gens qui subissent les aléas climatiques et qui en meurent, c’est facile d’ergoter bien tranquillement en Occident, mais il y en aura pour tout le monde et si monsieur Leroux est un vieux monsieur qui ne risque plus rien alors il doit être égoïste à souhait de ne même pas penser à sa descendance. Folie que de se croire immortel à ce point en emmenant tout le monde dans le goufre.
Vraiment, je ne souhaite même pas rencontrer des gens tels que vous et si l’on en vient à être sinistrés climatiques j’espère bien que vous serez aussi dans le lot .
je vous souhaite de pouvoir faire évoluer votre point de vue au moins il y aura l’émergence de l’intelligence même s’il sera trop tard.

NB : je ne lis pas la presse à sensation sur le climat et je n’ai pas la télé. J’observe, c’est tout et la Terre change mais pas forcément dans le bon sens.

10.  nicolas | 27/05/2007 @ 21:57 Répondre à ce commentaire

Voici quelques exemples trouves ici des belles sondes de temperature.

Merci a Isabelle, oui le climat change, par contre je ne sais pas ce que veux dire dans le bon sens?

11.  miniTAX | 27/05/2007 @ 22:47 Répondre à ce commentaire

#9, ne vous en faites pas, on a prédit le « goufre » pour l’humanité depuis la nuit des temps. L’arche de Noé, les cavaliers de l’apocalypse, l’armageddon, tout ça faisait partie déjà de l’arsenal des apocoliques anonymes depuis des lustres.

Et pourtant, toutes les prévisions de catastrophe pour l’humanité sont fausses. La preuve, on est toujours là. Alors profitez de la vie et ne vous en faites pas pour votre descendance: le GIEC prévoit que d’ici fin du siècle, elle sera 1600% plus riche qu’en 2000 si on continue business as usual.

12.  Abitbol | 29/05/2007 @ 8:27 Répondre à ce commentaire

@ 9
Pour les insectes « étrangers », je vous conseille de faire appel aux policiers de NS qui se feront un plaisir de les raccompagner à la frontière…

Sorry, the comment form is closed at this time.