Impacts climatiques selon GreenPeace

Résumé visuel du rapport sur les impacts des changements climatiques en France : synthèse pdf, rapport complet. Ce rapport, préfacé par MM. Le Treut et Jouzel, a été commandé par Greenpeace et réalisé par Climpact avec l'aide "de scientifiques de renom".
Climpact est une "startup" de conseil issue du CNRS – plus précisément de l'Institut Pierre Simon Laplace dont fait partie M. Le Treut et dont le directeur est M. Jouzel – et spécialisée dans la gestion des risques climatiques.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Murps | 29/07/2007 @ 10:27 Répondre à ce commentaire

Je lis « Rapport scientifique publié par Greenpeace »…
Eh beh ! Tout un programme !

Quand je pense qu’on accuse les « sceptiques » d’être à la solde des pétroliers et que pendant ce temps des membres du GIec fondent des entreprises comme celle ci http://www.climpact.com/extran.....article=12 pour Entreprise dont le but est de vendre du vent, probablement au collectivités locales et aux frais du contribuable.

Ca serait pas, comme qui dirait, une espèce de conflit d’intérêt, une sorte de trafic d’influence ?
D’un côté je passe à la télé et je crie au loup et fait ma promotion, et de l’autre je vends des conseils pour résister au réchauffement.

Knock ! Sort du corps de Jean Jouzel !

Arf !

Cordialement.
Murps

2.  Bob Geldorf | 29/07/2007 @ 22:58 Répondre à ce commentaire

Pourquoi toutes ces images de secheresse ? Il pleut comme vache qui pisse, ces temps-ci, pourtant…

3.  maurice | 30/07/2007 @ 9:37 Répondre à ce commentaire

#2

ah mais non ! il fait chaud sur les plages de méditerrannée eh là oh si c pas une preuve ça ! mdr

4.  Curieux | 30/07/2007 @ 14:52 Répondre à ce commentaire

Bonnes nouvelles, Le Treut et Jouzel ont, enfin monnayés leurs alarmismes pour ce payer des vacances au… soleil !

5.  Charles II | 2/08/2007 @ 10:58 Répondre à ce commentaire

L’Institut Royal Météorologique de Belgique a un avis plus pragmatique que nos « experts » :

http://www.rtlinfo.be/news/art.....climatique

6.  Marot | 5/08/2007 @ 23:08 Répondre à ce commentaire

Il paraît y avoir des entreprises prêtes à payer des prévisions à plusieurs mois.

On ne peut que leur répéter ce qu’écrit Météo-France :

«Les prévisions saisonnières pour le trimestre août-septembre-octobre 2007 (Bulletin du 25 juillet 2007)

En France métropolitaine, aucun scénario n’est privilégié ni pour les températures, ni pour les précipitations. »

Et de toute manière le partapluie est ouvert :

«La fiabilité des prévisions saisonnières en termes de comparaison entre prévision et observation n’est sans doute pas la meilleure façon de les juger.»

Si donc la prévision pour l’instant absente est fausse, ne vous plaigniez pas.

7.  Curieux | 10/08/2007 @ 16:50 Répondre à ce commentaire

Grande nouvelle, selon Le Monde, « Le réchauffement climatique devrait se faire sentir à partir de 2009 » http://www.lemonde.fr/web/arti.....716,0.html

Donc 2007 l’année la plus chaude selon le Giec et les réchauffiste, à la trappe, 1998 aussi, et 2000 – 2006 tout autant !

Et pourtant que n’a t-on entendu dire que ces années étaient la « preuve » du réchauffement, courbes à l’appuies. Même la théorie solaires etait balayé.

Mais voilà, 2007 débuté sous d’excellents hospices tourne froid et hop ! nos réchauffistes sont congelés et décalent les échéances, c’est plus aujourd’hui, c’est demain. Ouf ! les modélisateurs et leur état-major sont sauvés.

8.  Marot | 10/08/2007 @ 21:34 Répondre à ce commentaire

Merci Curieux pour ce lien splendide qui nous apprend :

1) que les modèles existant sont peu satisfaisants !
on s’en doutait.
2) que l’océan (sic!) arctique (eh oui) résiste !
oh le vilain
3) que leur modèle est plus mieux que les précédents.
on avait un doute, eux non.

9.  Jean-Luc P | 13/08/2007 @ 13:51 Répondre à ce commentaire

Bonjour Curieux,

comme toujours il faut nuancer les titres des journalistes, il vaut mieux aller directement à la source… qui conclut ses résultats par (traduction personnelle) « On prévoit qu’au moins la moitié des années après 2009 dépasseront le record de température de 1998, l’année la plus chaude enregistrée ».

10.  Jean-Luc P | 13/08/2007 @ 13:55 Répondre à ce commentaire

Je rajoute une couche :

prises individuellement les années ne sont pas significativement plus chaudes qu’une année comme 1950 (au hasard).
C’est uniquement la tendance de ces 15 dernières années (courbe moyennée sur 5-10 ans) qui permet de mettre en évidence le phénomène, qui alors apparait significatif.

11.  Curieux | 13/08/2007 @ 15:36 Répondre à ce commentaire

Bonjour Jean-Luc P,

D’abords je cite la source…

Deuxièmement si tu lis mon post je fais référence aux réchauffistes qui eux, parlent en années, voir en… mois !

Troisièmement, le thermomètre est inventé par Celsius au 18ème siècle, enfin celui qui marque l’eau bouillante à 100°, début des bases qui servent aux prédictions carbonnées. Hors nous sommes là en plein « Petit âge glacière » qui se termine en 1850. Donc battre des records de températures à partir de cette base pendant 150 à 200 ans ne parait pas excessif ni rapide si l’on se réferre à l' »Optimum médiéval » plus chaud et pendant plus de 300 ans.

Ps, c’est le giec qui à annoncé 2007 l’année la plus chaude et c’est la reculade que je souligne. Au passage note qu’il ne disent pas qu’ils se sont trompés… et en 2100, ils (et nous) seront tous mort pour juger cette… farce.

12.  miniTAX | 13/08/2007 @ 22:54 Répondre à ce commentaire

#11, petit précision, ce n’est pas le GIEC qui a prédit 2007 la plus chaude mais la Met Office qui reprend les conclusions des modèles du Hadley Centre, annoncées en grande fanfare au début de cette année, pour récemment se dédire en disant désolé, on s’est trompé.
Lequel Hadley Centre qui vient encore de nous exposer ces entrailles de poulets informatisées prédisant un prochain réchauffement dès 2009 dans l’article du Monde que tu as cité précédemment. Ils n’en sont plus à une ânerie près.

13.  Jean-Luc P | 14/08/2007 @ 12:20 Répondre à ce commentaire

Oui Minitax le phénomène El Niño s’est interrompu tôt dans l’année alors qu’il semblait parti pour durer, à la surprise générale, ce qui explique la reculade.

En effet les années El Niño correspondent à des années chaudes.

Curieux, pas de problème 🙂
Et je suis d’accord avec ton raisonnement sur le début des mesures. Il n’en reste pas moins que nous assistons aux plus hautes températures depuis le début des mesures.

14.  Curieux | 14/08/2007 @ 14:43 Répondre à ce commentaire

Jean-Luc P, pas de problème 😉
Et je suis d’accord avec ton observation, nous assistons aux plus hautes températures depuis le début des mesures et ou est le problème ?

15.  Jean-Luc P | 14/08/2007 @ 15:03 Répondre à ce commentaire

A Curieux,

je viens de te relire, tu dis que tu cites la source, mais tu cites bien l’article du monde et pas la source primaire, dont j’ai mis le lien. Il y a déjà une couche d’interprétation supplémentaire par le journaliste du Monde.

Malheureusement l’article est payant…

16.  Curieux | 14/08/2007 @ 15:47 Répondre à ce commentaire

Ok je suis d’accord sur ce point, Le Monde est (devenu) un mauvais journal ou l’info est passé à la trappe de l’opinion du journaliste (?) qui écrit.
Mais le Met Office (merci miniTax) n’est pas mal non plus, il vient de ce ridiculiser et il remet ça pour 2009 et après. Au moins le giec prédit à 93 ans ce sera moins vérifié…

17.  Jean-Luc P | 16/08/2007 @ 11:59 Répondre à ce commentaire

Je viens de voir le dernier bilan du NDCC, 2007 n’est pas si fraiche que ça : elle titille de près 1998 et 2005 jusqu’alors.

Et tant qu’on y est l’évolution de l’englacement arctique :

18.  Curieux | 16/08/2007 @ 13:32 Répondre à ce commentaire

J’ai jeter un œil sur vos liens
2 points attirent l’attention, d’abord c’est le début d’année qui plombe la fraîcheur 😉 avec cet extraordinaire et si agréable mois d’avril. Ensuite les relevés confirment que nous ne sommes plus (depuis 1999) dans une de montée des températures (même si la tendances apparaît l’être).
Je trouve que l’on se rapproche de plus en plus des prévisions héliocentrés. En tout cas, avec les quantités de CO2 émis il est de plus en plus difficile d’admettre la thèse d’un réchauffement carboné et anthropiques, les T° devraient alors grimper à la vertical.

Mais l’année n’est pas terminée et, à la différence de nos instances Onusiennes, je ne vend pas de peau d’ours.

19.  Jean-Luc P | 17/08/2007 @ 9:56 Répondre à ce commentaire

Il est clair que février et avril-mai ont vraiment bien aidé mais juin et juillet sont aussi bien placés dans le palmarès des mois. Et c’est un peu ce qui me surprend à vrai-dire. En fait le NDCC ne commente individuellement que les mois les plus chauds, c’est tout de même assez médiatiquement orienté de leur part…

Pour le deuxième paragraphe je ne suis pas du tout d’accord, et l’incidence El Niño/La Niña le prouve bien : la variabilité intermensuelle et interannuelle bruite fatalement les tendances climatiques : ce n’est pas parce qu’on ne bat pas chaque année le record qu’il n’y a pas un réchauffement moyen, non ?

Et le pic solaire n’est pas pour 2011-2012 ?

20.  miniTAX | 17/08/2007 @ 11:05 Répondre à ce commentaire

ce n’est pas parce qu’on ne bat pas chaque année le record qu’il n’y a pas un réchauffement moyen, non ?

Et le pic solaire n’est pas pour 2011-2012 ?

Ca fait 6 ans que la température globale n’augmente plus alors que la hausse de CO2 est >2% /an. L’effet de serre a pris sacrément du retard 😉

Quant au soleil, non, son « pic » ne sera pas en 2011-12 , cf ici . Le cycle 24 n’a toujours pas commencé donc son pic serait aux alentours de 2013-2014 (cycle de 12 ans, donc 1/2 cycles à 6 ans) mais ça peut aller jusqu’à 2016. Plus ça tarde, plus le soleil sera faible.

Il est à noter que les 4 derniers cycles sont parmi les 5 les plus puissants depuis qu’on a mesuré les cycles solaires et correspond bien à la période de réchauffement qu’on a eue depuis 1970 (contrairement à ce qu’affirme Lockwood qui a utilisé des données qui l’arrangent). Mais cette longue période de beau temps semble se terminer.

21.  Jean-Luc P | 17/08/2007 @ 11:56 Répondre à ce commentaire

Ca fait 6 ans que la température globale n’augmente plus alors que la hausse de CO2 est >2% /an. L’effet de serre a pris sacrément du retard 😉

Pourtant quand je regarde la palmarès NOAA des années les plus chaudes j’ai :

1998/2005
2003
2002
2004
2006
2001
1997
1995
1999

[…]
Et le Goddard Institute

2005
1998
2002
2003
2006

22.  Curieux | 17/08/2007 @ 12:44 Répondre à ce commentaire

Vos données, dans un système très variable, montrent bien une stagnation des T° alors que les émissions de CO2 s’envolent.

Ceci semble indiquer que le CO2 ne « pilote » rien dans cette affaire (même s’il n’est pas neutre). La théorie héliocentré apparaît renforcé. Quand on regarde l’accord T°/cycle solaire on constate un léger retard des T° et si le CO2 n’est pas neutre, il pourrait amplifier ce retard.

Réponse dans 2-3 ans sans doute. D’ici là évitons de prendre de « grandes décisions » qui pourrait s’avérer extrêmement dommageable pour la Terre et l’humanité.

23.  Jean-Luc P | 17/08/2007 @ 14:16 Répondre à ce commentaire

Et si on groupe les années par 5… C’est peut-être plus évident ?

Le Soleil ne semble pas être en cause, pour l’instant la seule théorie alternative aux GES qui me semble plus crédible mais très peu documentée reste l’affaiblissement du géomagnétisme, interprété comme les prémisses d’une inversion.

Un lien, peut-être en rapport…

24.  miniTAX | 17/08/2007 @ 15:08 Répondre à ce commentaire

#21: Jean Luc, la température satellite de la troposphère ne montre aucun réchauffement depuis 6 ans.

Quant à la température terrestre du GISS, elle n’est pas fiable puisque le « record » de 2005 du GISS n’existe PAS pour le CRU. D’ailleurs, le GISS a reconnu il y a une semaine avoir fait un bug dans ses corrections de température lors du passage à l’an 2000 et a révisé le classement de ses températures pour les USA: l’année la plus chaude est désormais 1934 et non 1998. Voilà qu’on découvre qu’il n’y a plus de réchauffement sur un territoire aussi grand que les USA, à l’endroit où l’on dispose le plus de capteurs et de données vérifiables. Que dire alors des contrées comme la Sibérie, la Chine ou le Sahara ? Eh bien que la température de surface est mesurée par un réseau de capteurs inadaptées pour détecter des variations aussi faibles que 0,6°C/siècle, avec des méthodes de correction qui ne sont pas rendues publiques et des résultats qui ne sont pas reproductibles par d’autres chercheurs ou organismes.

Par conséquent, il vaut mieux se fier à la température satellite qui couvre toute la terre et qui prend des mesures 24/7.
Malheureusement pour certains, les mesures fiables et modernes n’arrangent pas la théorie de l’effet de serre anthropique.

Le Soleil ne semble pas être en cause,

Si, le soleil est en cause. Lockwood (ton article) a utilisé des données douteuses pour montrer que le soleil ne serait pas en cause ces 3 dernières décennies tout en affirmant que le soleil serait responsable du réchauffement pendant la première moitié du 20e siècle (bizarre, vous avez dit bizarre). Il a été réfuté par de nombreux autres physiciens solaires : cf par exemple ici :

The recent Lockwood/Frohlich publication’s assessment depends on the absence of a significant trend in the Lean/Frohlich (PMOD) TSI composite. A more objective use of the TSI satellite observational database does not support the PMOD model or their conclusions. Just as it would be premature to claim we understand TSI variability on climate time scales with extant satellite data, it is equally premature to use the existing TSI database to relegate TSIʹs role in climate change to negligible levels. The selective use of data and models and the rush to judgment by Lockwood and Frohlich do not lend credibility to their investigation.

25.  Curieux | 17/08/2007 @ 16:17 Répondre à ce commentaire

Et si on groupe les années par 5… C’est peut-être plus évident ?

le problème des « lissages » posent un problème en cas de changement d’orientation, ils tendent à le… lisser donc le rendre imperceptible surtout si ce changement est doux et suit une longue période uniforme.

26.  Jean-Luc P | 17/08/2007 @ 16:39 Répondre à ce commentaire

Je ne dirai pas le contraire. Mais il n’y a pas beaucoup d’autre moyen de supprimer le bruit intrinsèque.

27.  Jean-Luc P | 17/08/2007 @ 16:45 Répondre à ce commentaire

Si, le soleil est en cause. Lockwood (ton article) a utilisé des données douteuses pour montrer que le soleil ne serait pas en cause ces 3 dernières décennies tout en affirmant que le soleil serait responsable du réchauffement pendant la première moitié du 20e siècle (bizarre, vous avez dit bizarre). Il a été réfuté par de nombreux autres physiciens solaires : cf par exemple ici :

Très intéressant, je vais lire ça de près. Au sujet de Scarfetta que je vois cité, son papier fait état de 30 % de contribution solaire environ au réchauffement global :

the sun contributed as much as 45–50% of the 1900–2000 global warming, and 25–35% of the 1980–2000 global warming

28.  Jean-Luc P | 17/08/2007 @ 16:46 Répondre à ce commentaire

ET même dans l’intro de ce papier les auteurs citent 10-30 %….

29.  Jean-Luc P | 17/08/2007 @ 17:05 Répondre à ce commentaire

Quant à la température terrestre du GISS, elle n’est pas fiable puisque le “record” de 2005 du GISS n’existe PAS pour le CRU. D’ailleurs, le GISS a reconnu il y a une semaine avoir fait un bug dans ses corrections de température lors du passage à l’an 2000 et a révisé le classement de ses températures pour les USA: l’année la plus chaude est désormais 1934 et non 1998. Voilà qu’on découvre qu’il n’y a plus de réchauffement sur un territoire aussi grand que les USA, à l’endroit où l’on dispose le plus de capteurs et de données vérifiables.

Sauf que l’ampleur de la correction n’est pas suffisamment importante pour avoir un poids notable sur le calcul au niveau mondial. Ce qui me laisse dire qu’on raisonne sur du local et pas du global. Quant à la qualité des autres capteurs je n’en ai bien sûr aucune idée.

Il y a un débat très très ouvert de ce qui est le plus pertinent entre les divers relevés de température, ils ont forcément tous des biais !

30.  Curieux | 18/08/2007 @ 10:04 Répondre à ce commentaire

#26

Mais il n’y a pas beaucoup d’autre moyen de supprimer le bruit intrinsèque

Sauf erreur, le lissage n’a pas pour objet de supprimer un « bruit » nuisible, mais de rendre lisible une courbe extrèmement chahuté. Mais lorsque le procédé permet de rendre invisible un évènement tout particulièrement quand celui-ci gène…

31.  DM | 22/08/2007 @ 13:51 Répondre à ce commentaire

Quoting today’s New York Times, in an article by Reuter’s:

“The world experienced a series of record-breaking weather events in early 2007, from flooding in Asia to heatwaves in Europe and snowfall in South Africa, the United Nations weather agency said on Tuesday.

“The World Meteorological Organization (WMO) said global land surface temperatures in January and April were likely the warmest since records began in 1880, at more than 1 degree Celsius higher than average for those months.

“There have also been severe monsoon floods across South Asia, abnormally heavy rains in northern Europe, China, Sudan, Mozambique and Uruguay, extreme heatwaves in southeastern Europe and Russia, and unusual snowfall in South Africa and South America this year, the WMO said.”

32.  Curieux | 22/08/2007 @ 14:28 Répondre à ce commentaire

So, what ?

33.  tony | 14/09/2007 @ 14:33 Répondre à ce commentaire

#20

« Quant au soleil, non, son “pic” ne sera pas en 2011-12 , cf ici . Le cycle 24 n’a toujours pas commencé donc son pic serait aux alentours de 2013-2014 (cycle de 12 ans, donc 1/2 cycles à 6 ans) mais ça peut aller jusqu’à 2016. Plus ça tarde, plus le soleil sera faible. »

où peut-on voir si le cycle 24 a commencé?

34.  Serge Wampach | 17/09/2007 @ 22:30 Répondre à ce commentaire

Je confirme, le changement de cycle tarde à venir: n’oublions pas qu’l s’agit d’un « méga-cycvle » de 8000-12000 ans: la « dépression » solaire serait-elle plus importante que le « petit age glaciaire » de Louis 14 et ce malgré l’effet de serre depuis la « Révolution Industrielle » (soit 150 ans) . Nous vivons une « hyper-activité » solaire (depuis + ou – 1947) , le changementnde « grand cycle » tarde à venir…(il y aurait une corrélation logique): grand cycle: grand changement, petit cycle, petit changement. Il est avéré que depuis + ou – 20 ans , les planètes du système solaire ont connu un réchauffement constant.
Je suis le premier à reconnaitre les effets de l’effet de serre anthropique( généré par les excsès de notre mode de vie « galopant »: surtout ces dernières décennies: U.S.A? Europe et surtout Chine et Inde. Mais, selon moi, le Soleil renforce un processus généré par l’Homme.

35.  Marot | 12/01/2008 @ 23:00 Répondre à ce commentaire

Sur les « verts » :

Une parole bien sentie de Sir David King, le conseiller scientifique qui a persuadé Tony Blair du réchauffement climatique :

« There is a suspicion, and I have that suspicion myself, that a large number of people who label themselves ‘green’ are actually keen to take us back to the 18th or even the 17th century. »

cité par The Guardian :

http://www.guardian.co.uk/envi.....emissions1

36.  maurice | 23/01/2008 @ 15:09 Répondre à ce commentaire

Malgré une pause, le Refroidissement Climatique se poursuit:

http://onmarchesurlatete.over-.....23484.html

Sorry, the comment form is closed at this time.