Le réchauffement climatique rend l’eau de l’Atlantique Nord plus salée

[dire qu'on nous a affirmé toujours le contraire pour souligner la menace de l'arrêt du Gulf Stream]

Les eaux de surface de l'Atlantique Nord sont en train de devenir plus salées, suggère une nouvelle étude sur des enregistrements sur plus de 50 ans. Et cela pourrait en fait être une bonne nouvelle pour les effets du changement climatique sur les courants océaniques à court terme, disent les auteurs de l'étude. Ceci parce que des eaux plus salées dans les couches supérieures de l'océan atlantique Nord pourrait signifier que le convoyeur océanique – une pièce essentielle de la plomberie planétaire dont certains scientifiques craignent le ralentissement à cause du réchauffement global – va rester stable. Le convoyeur océanique est la circulation des eaux océaniques autour des mers du globe, d'une importance cruciale. Il contribue à diriger le Gulf Stream et aide l'Europe à rester chaude. La densité des eaux responsables du débit des courants océaniques dépend de la température et de la salinité donc tout changement dans la salinité pourrait avoir un impact.

Tim Boyer du National Oceanographic Data Center américain et ses collègues ont compilé les données sur la salinité enregistrée par l'industrie de la pêche, par les navires de la marine et scientifiques qui parcourent l'Atlantique Nord entre 1955 et 2006. Ils ont trouvé que durant cette période, le couche d'eau qui constitue les 400 mètres supérieurs est devenue progressivement plus salée. L'eau est probablement devenue plus salée à cause du réchauffement global, dit Boyer. "Nous savons que l'océan supérieur est devenu plus chaud en Atlantique Nord donc il est logique qu'il devrait y avoir lus d'évaporation, ce qui rend les eaux plus salées," dit-il.

Source

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Charles II | 26/08/2007 @ 14:48 Répondre à ce commentaire

@Frédéric
Il y a désaccord entre le titre du document et son contenu.

2.  Frédéric, admin skyfall | 26/08/2007 @ 21:39 Répondre à ce commentaire

Merci Charles, c’est corrigé.

3.  Marot | 26/08/2007 @ 22:02 Répondre à ce commentaire

Le 29 June 2005, Michael Schirber, LiveScience Staff Writer écrivait un article titré «Global Warming Makes Sea Less Salty»

« Since the late 1960s, much of the North Atlantic Ocean has become less salty, in part due to increases in fresh water runoff induced by global warming »
Il s’appuyait entre autres sur une étude de Ruth Curry of the Woods Hole Oceanographic Institution (WHOI) :
« Precipitation and river runoff at high latitudes have been increasing, In the last decade, fresh water has been accumulating in the Nordic Seas layer (the upper 1,000 meters) that is critical to the ocean conveyor, so it is something to watch. »

4.  miniTAX | 26/08/2007 @ 23:00 Répondre à ce commentaire

Sur le web, on trouve des centaines d’article sur le possible arrêt du Gulf Stream à cause d’un apport d’eau douce qui rendrait l’eau MOINS salé. Par exemple le site de l’inénarrable Jancovici, l’expert en hypothèses-qui-conduisent-à-la-certitude-d’un-futur-cataclysme-climatique, où on trouve ce genre de passages somptueux:

Source Manicore : « il faut que de la banquise se forme pour libérer un surplus de sel augmentant brusquement la densité de l’eau de surface, or si la formation de banquise devient de plus en plus difficile il y aura moins de sel supplémentaire disponible,

le changement climatique devrait se traduire par une augmentation de la pluviométrie aux hautes latitudes (notamment dans le Nord de l’Europe et du Canada), ce qui va provoquer un apport d’eau douce dans l’Atlantique Nord qui ne sera peut-être pas compensé par l’évaporation supplémentaire, l’ensemble pouvant diminuer la salinité et donc la densité de l’eau de surface sous ces lattitudes. »

Seul petit souci pour nos experts en lecture du marc de café prévisionnistes, ils ont oublié de faire des mesures de la vraie réalité.

5.  Dominique | 28/08/2007 @ 9:05 Répondre à ce commentaire

Si, comme l’indique Marcel Leroux dans la Nouvelle Revue d’Histoire de juillet/août 2007, le moteur des courants océaniques de surface est le vent, la menace de l’arrêt du Gulf Stream n’est-elle pas alors tout simplement impossible ?

6.  miniTAX | 28/08/2007 @ 9:52 Répondre à ce commentaire

#5 S’il s’agit ici de la salinité de l’eau de mer, donc de la densité qui règle la plongée des eaux vers le fond, donc de la circulation thermohaline (le « tapis roulant » océanique). Le gulf stream n’est que la partie supérieure du tapis roulant.

Et le gulf stream, malgré la croyance populaire catastrophiste, ne peut PAS s’arrêter, sauf si la Terre s’arrête de tourner, ce qui est, si l’on s’en tient au verbiage principe-de-précautionniste, « un danger qu’on ne peut pas exclure ».

7.  orlando de rudder | 29/08/2007 @ 22:29 Répondre à ce commentaire

Vus n’avez rien compris! Je vous explique:

Perrier salé!

Alors comme ça, la mer absorbe plein de CO² tout dégueu que les vilains humains y z’en foutent plein partout dans la Tmosphère! Surtout les Chinois! A tel point qu’une récente étude américaine dont à laquelle tous les experts y sont d’accord, a démontré que certainement peut-être, d’ici moins de dix ans, la mer sera composée de Perrier salé! C’est dégueulasse! Honte aux Chinois! C’est vrai, quoi, merde alors!

Bravo!

Heureusement, grâce à la France qui a fourni un appareil à dessaler la mer avec de l’uranium à la Libye, Khadafi va tout transformer en Perrier buvable. Y manquera plus que le whisky. Par chance, les Coréens (les méchants,pas les gentils! Evidemment!) en fabriquent grâce à un alambic nucléaire qui transforme les vieux pneus et les dissidents en alcool (matériel fourni secrètement par l’Ecosse en échange de la libération d’otages papous, grâce à l’intervention, tout aussi secrète, de Cecilia Sarkozy! Chut!)! Voila la vérité! Tous les experts sont unanimement d’accord!Forcément!

La vie est belle!

8.  ludovic jaff | 30/08/2007 @ 13:51 Répondre à ce commentaire

bonjour
Le gulf stream ne peut pas s’arreter certe. Par contre il peut diminuer d’intensité, remonter moins haut qu’actuellement, etc….
et donc cela peut avoir des effets sur les précipitations ou la température du continent européen non ….
Maintenant le fait que la partie supérieure soit plus salée c’est un constat à aujourd’hui. Or les prévisions sont à moyen terme.

9.  Séverine | 21/11/2007 @ 19:24 Répondre à ce commentaire

Voilà ce que je comprends de tout ce méli-mélo d’informations que diverses études publient :
1) Le vent et la force de Coriolis sont responsables de la circulation des courants en surface;
2) La température et la salinité de l’eau influent sur sa densité donc sur le mécanisme profond des courants;
Donc : le réchauffement climatique, à mon sens, va accélérer le processus d’évaporation c’est pourquoi l’eau sera plus salée en surface. Maintenant, le réchauffement accélère également la fonte des glaciers, ce qui va introduire de l’eau douce dans l’Atlantique Nord donc de l’eau moins salée.Si le volume d’eau douce déversé est supérieur au taux d’évaporation de l’eau, le Gulf Stream a de fortes chances de reculer, ce qui entraînerait un refroidissement des côtes sous son influence avec des hivers rigoureux et des étés assez pluvieux. Dans le cas contraire, ce courant conserverait toute son amplitude. Il semble malheureusement que la première hypothèse soit la plus probable.

Si vous avez des explications plus claires à donner, je serais ravie de les recevoir! Merci!

10.  Curieux | 22/11/2007 @ 0:04 Répondre à ce commentaire

@ Séverine

Informations oui, claire ? vous jugerais sûrement que ce qui apparaît simple est en fait nettement plus complexe :

Piqué dans “la Recherche” d’Octobre
Bryden et al annonçait un ralentissement de 30% de la circulation thermohaline à partir de relevé des navires entre 1957 et 2004, ce qui avait fait grand bruit à l’époque.
La même équipe montre que la circulation thermohaline supposé régulière est en fait trés variable. Cette fois le dispositif de mesure est imposant, fixe et va d’un côtés à l’autre de l’Atlantique (un an de mesures au niveau du 26 ème parallèle).
Ainsi :
Le flux total varie de 4,4 millions de M3 à 35,3 millions de M3 (x8) !
Et ce de manière brusque, la couche d’eau à 3,5° plonge de 700 m en 1 seul jour, la circulation moyenne, au même moment tourne brutalement au Nord et la couche la plus profonde qui était arrèté repart vers le Sud, gagnant 13 millions de M3 en quelques jours !
En conclusion, voilà un domaine supposé compris qui nous échappe complètement !
Mieux voilà que ce “pachydereme” supposé lent et placides apparaît aussi imprévisible qu’une météo de demie-saison sous nos latitudes !

Désolé, mais vos hypothèses, comme celles de « dit spécialistes » s’effondrent devant la réalité effectivement mesurée.

11.  home loan | 30/01/2009 @ 3:24 Répondre à ce commentaire

Lovely. Great site.

Sorry, the comment form is closed at this time.