Réchauffement avec précédent du Groenland

Lundi dernier, le Ministre du développement durable, alarmé par des nouvelles inquiétantes du réchauffement climatique au pôle Nord, a fait un voyage éclair au Groenland pour se rendre compte de la fonte accélérée des glaciers. On aurait pu espérer qu'avec une visite sur le terrain aussi instructive – et accessoirement coûteuse – en compagnie d'éminents experts climatologues, le ministre serait incollable sur la question au retour de sa belle escapade. Or il n'en est rien, vu ses déclarations aussi chocs qu'erronées :

 

"Quand on voit les images satellites, les carottages glaciaires, il n'est plus discutable que tous les modèles de prévisions climatiques étaient conservateurs: en réalité tout va plus vite", a souligné M. Borloo.

"L'idée est d'aller constater la réduction des glaces due à la fonte, l'accélération du vêlage (cassure de l'extrémité du glacier dans l'océan où il forme un iceberg), les traces de pollutions qui ne peuvent être d'origine locale ou régionale", a expliqué le ministre.

Car qu'en est-il réellement du climat du Groenland. Puisqu'il est question de réchauffement, la première chose qui viendrait à l'esprit est de consulter la température de la région, si possible pas uniquement sur les dernières décennies mais sur une durée la plus longue possible pour mettre correctement les choses en perspectives.
Le GISS/NASA met à disposition du public la température des stations qui servent à compiler la température mondiale. Pour le Groenland, les choses sont très simples, on dispose en tout et pour tout de 4 stations avec une couverture temporelle de l'ordre du siècle et dont les températures sont suffisamment mises à jour.

Lorsqu'on consulte la température de ces stations, une évidence s'impose : la hausse actuelle de température, certes rapide, n'a rien d'exceptionnel par rapport à celle se produisant dans les années 30, à une époque à l'industrie mondiale était en récession et où personne, hormis sans doute quelques sorciers faiseurs de pluie n'aurait l'idée de trouver une cause humaine ou industrielle à un changement climatique. De plus, on constate très clairement un refroidissement marqué et durable dès le milieu du 20e siècle, en plein boom économique des trente glorieuses, ce qui cadre bien mal avec la théorie du réchauffement d'origine humaine puisque la corrélation entre température et CO2 a été négative sur cette période.

Il est dommage que le Ministre ne soit pas au courant de ces constatations. Cela aurait contribué à refroidir un peu le réchauffement médiatique, ce qui aurait été utile pour prendre des décisions sereines sur une question aussi complexe que le climat. Mais au moins grâce à lui et surtout à skyfall, on aurait appris désormais, preuves scientifiques à l'appui, que le réchauffement actuel du Groenland et de l'Arctique est tout à fait dans les normes des variations naturelles et que cela s'est produit déjà dans le passé, bien avant la surmédiatisation de l'effet de serre d'origine humaine et bien avant qu'on ait les hélicoptères en location et autres moyens modernes pour survoler les glaciers.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  miniTAX | 13/09/2007 @ 18:21 Répondre à ce commentaire

Quand on voit les images satellites, les carottages glaciaires, il n’est plus discutable que tous les modèles de prévisions climatiques étaient conservateurs:

On « voit » l’accélération du RC avec les carottages et les images satellites. hihi, on sent tout de suite le type qui maîtrise le sujet 😀

2.  Marot | 13/09/2007 @ 20:07 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette analyse des stations groenlandaises.

Par curiosité je suis retourné dans le site NASA/GISS, j’ai regardé les stations de mesure en France et j’ai constaté qu’il n’y a plus aucune station rurale dans la liste des stations en France.

Quelqu’un sait-il s’il est possible de comparer les stations météo nationale et GISS ? Les mêmes ? un sous-ensemble probablement.

Et il m’est venu une idée.

Pourrait-on faire collectivement le même travail de photographie que http://www.surfacestations.org/ fait pour les É.-U. ?

3.  Rasse | 14/09/2007 @ 11:09 Répondre à ce commentaire

Akureyri, c’est en Islande, il me semble, pas au Groenland ! Mais ça ne change rien au débat.

4.  Fabge | 14/09/2007 @ 14:50 Répondre à ce commentaire

Il me semble avoir vu, cité par climat-sceptique une étude de Vinther et al (in J. Geophys.rev) montrant, à partir des données danoises, que les deux dernières décennies du XXè siècle sont les plus froides.

5.  Langlade | 17/09/2007 @ 11:28 Répondre à ce commentaire

Alors que tous nos médias diffusent sans arrêt des informations de plus en plus préoccupantes sur le réchauffement climatique pour des raisons marketing ou idéologiques des livres comme celui de Claude Allègre dénonçant ces dérives se font rares.

Aussi, la sortie en septembre 2007 du livre de Jean de Kervasdoué, « les Prêcheurs de l’apocalypse « (édition Plon) se doit être signalé.

Un conseil : acheter le pour faire avancer les idées non climatiquement correctes. Si ce type de livres se vend bien, ils seront de plus en plus nombreux et la bataille de la communication pourra s’inverser au profil d’idées plus proches de la réalité scientifique.

Faites nous aussi connaître les autres livres de ce type pour qu’ils reçoivent l’écho qu’ils méritent.

6.  Marot | 17/09/2007 @ 12:05 Répondre à ce commentaire

#5

Je n’ai pas de livre mais je recommande le site

roboratif et touche à tout.

7.  ludovic jaf | 18/09/2007 @ 17:58 Répondre à ce commentaire

bonjour

quelqu’un connaitrais il un site serieux et en français ou il y a des chiffres précis sur la relation entre le soleil et le réchauffement climatique ?

merci d’avance

8.  miniTAX | 18/09/2007 @ 21:04 Répondre à ce commentaire

#7 : dernier lien colonne gauche de ce site ❗

9.  the fritz | 23/09/2007 @ 9:57 Répondre à ce commentaire

tout compte fait, puisqu’on on a atteint semble-t-il , pour une raison ou pour une autre, des températures similaires à celles de l’optimum médiéval, et si celles-ci devaient se poursuivre pendant un certain temps, il serait logique de penser que le Groenland se retrouve dans une situation similaire à celle de l’époque de sa colonisation par les Vikings, situation qui n’est pas encore celle d’aujourd’hui si je ne me trompe; il me semble donc logique également de voir encore les glaciers se rétracter, la banquise se rétrécir, jusqu’à voir les Groenlandais élever des vaches, cultiver du blé et pêcher la sardine bouchant le port d’angmassalik

10.  Fabge | 1/10/2007 @ 19:30 Répondre à ce commentaire

@ rasse
pour Akureyri :
On fait avec ce qu’on a. Il faut réaliser que l’Islande n’est séparée du Groenland que par environ 300 kms et qu’il s’agît du même bassin océanique. L’emploi de ces données est donc justifié.
Ce qui m’étonne le plus est que l’année 1998 est très discrète. Peut-être est-elle décalée? Quelqu’un a une idée?

11.  Fabge | 1/10/2007 @ 19:42 Répondre à ce commentaire

@ Marot

Merci pour l’info. j’ai acheté le livre de Jean de Kervasdoue. Le contenu est plus inégal que ce qu’annonce le titre. J’y ai cependant trouvé des pages pleines de réflexions utiles souvent très voisines du simple bon sens. L’auteur se concentre évidemment sur ce qu’il connait le mieux, le domaine de la santé; sur le chapitre climatique, c’est plus discret, mais j’y ai décelé un scepticisme exposé de manière assez habile.

Dans le même ordre d’idées : je ne sais si plusieurs d’entre vous ont écouté France-Culture ce matin, mais il y a eu, dans la bouche de Luc Ferry, des mots très bien employés sur les peurs qui servent actuellement de réflexion politique, ce qui me semble assez dans l’air du temps (climatique bien sûr).

Ecoutez-bien les déclarations diverses faites actuellement. Au-delà du politiquement correct (genre « Le réchauffement est un problème très important »), les discours réels sont bien différents. Je participe à des colloques scientifiques où le thème du RC revient souvent. On y entend assez régulièrement en introduction de certaines communications des phrases du genre de celles que je viens de citer, puis l’auteur passe à tout à fait autre chose, voire dément complètement ou partiellement le discours ambiant.

12.  miniTAX | 2/10/2007 @ 0:22 Répondre à ce commentaire

#10
C’est assez curieux en effet. Si on regarde la température par satellite, 1998 est très chaude sur le Groenland.
De toute façon, la température de surface par le GISS, c’est un peu n’importe quoi. La France est représentée par une quarantaine de stations avec des données tronquées et pas une seule station rurale avec des données récentes. Pour le Groenland, territoire immense avec des climats totalement différents entre la côte Est et Ouest, il y a moins de 10 stations. Prétendre qu’on peut avec ça détecter des dixièmes de degré, c’est pas de la science c’est de la prestidigitation

13.  Cyrille | 13/10/2007 @ 20:07 Répondre à ce commentaire

Si ça peut faire avancer le débat, ce sont les Vikings qui ont appelé la terre qu’ils venaient de découvrir « Groënland ». Et pourquoi l’ont-ils appelée ainsi me direz-vous ? : Eh bien par ce qu’elle était toute verte « Groën » cette terre « Land ». Il n’y avait aucune glace dessus (au moins sur les côtes). En effet, on était à cette époque à l’optimum, c’est-à-dire avant le « petit âge glaciaire ». Amusant non ? …

14.  pepone | 16/10/2007 @ 15:56 Répondre à ce commentaire

Cyrille,

malheureusement, nos écolos font abstraction de tous ces faits du passé qui risquent de chambouler leurs idéos (ou idéaux !) …

L’écologie religieuse telle que celle que nous connaissons actuellement est récente, son éclosion s’est surtout faite après 68, quand les fumeurs de pétards ont reposé le pied sur terre… Il ont découvert la nature, pensant qu’elle avait toujours existé ainsi, qu’elle n’avait connu de changement que lors de l’apparition du modernisme, de l’industrie, et du confort.

Ils sont persuadés avoir une mission divine à accomplir (sans doute un effet retard de l’herbe consommée dans leur jeunes années) et qu’ils sont les seuls à pouvoir juger de ce qui est bon ou mauvais… Certains se prennent même pour dieu à défaut de n’avoir pu être président des US !

Malheureusement pour eux, ils doivent savoir que notre bonne vieille terre, son apparence, sa composition, son climat n’ont cessé de changer depuis son existance … Heureusement d’ailleurs sinon il n’y aurait aucune vie sur cette terre !

Des espèces ont vécu puis disparu … D’autres sont apparues … et cela continuera ainsi sans doute quelques milliards d’années de plus.

Je ne veux pas dire par là qu’il faut faire n’importe quoi, polluer les sols, détruire notre environnement.

Mais il ne faut pas non plus dire n’importe quoi, entretenir un climat de terreur pour s’attribuer un pouvoir…

Je suis contre l’écoterrorisme, contre la secte verte !

15.  Curieux | 16/10/2007 @ 19:09 Répondre à ce commentaire

après 68, quand les fumeurs de pétards ont reposé le pied sur terre

Oh, oh, j’en suis un, avec plaisir et sans regret aucun.
Je crois qu’il s’agit de phénomènes intemporels, et qui par le biais d’une alchimie généralement improbable trouvent échos dans la Société. Parfois tous les individus sont touchés et c’est une religion, parfois des élites qui prennent le pouvoir et ce sont des dictaures éclairées, parfois ce sera une chasse aux sorcières, aujourd’hui ce sont surtout les médias et une frange politique et comme les deux adorent faire ch… le peuple, ils multiplies les interdits les « bons conseils », la « bonne conduite », etc.

16.  miniTAX | 17/10/2007 @ 0:16 Répondre à ce commentaire

#15, effectivement Curieux, c’est intemporel mais pas du tout improbable. En effet, le réchauffement climatique anthropique a tous les bons ingrédients pour faire une parfaite religion post-moderne capable de remplir le vide spirituel des européens laiques :
– la menace de cataclysme
– les prophètes
– les gardiens du temple (GIEC)
– la bible (Résumé pour Décideurs)
– les bigots prosélytes
– les mécréants (Américains, Chinois, sceptiques …)
– les pêcheurs (suivez mon regard)
– les rituels et prières (recyclage, bicyclette, compostage, ampoules écotones, émissions de Nicolas Hulot…)
– la promesse de rédemption (oh mes frères, vivez dans la pauvreté, n’émettez plus et vous serez sauvé des eaux du déluge et des feux de l’enfer, amen)

Les chutes de météorite qui avaient fait des dégâts immenses et prouvées à la vie sur Terre auraient mérité bien plus d’attention car une nouvelle catastrophe n’est qu’une question de temps (et je prie pour que nous soyions prêts à ce moment là). Mais comme on ne peut pas mettre la cause d’un tel événement cosmique sur le dos de l’homme, ça a été recalé au profit des gaz à effet de serre. La seule différence que je vois, c’est que contrairement à la venue du messie dont la date n’est pas annoncé (malins nos anciens), cette fois-ci, on nous précise bien les événements et leur date : point de non retour en 2015, disparition de la banquise arctique en 2030, réchauffement de 1.5°C en 2050…
C’est là l’erreur tactique qui sera fatale à cette éco-religion.

17.  gorsky | 17/10/2007 @ 11:58 Répondre à ce commentaire

Possible, mais c’est oublier que lorsque nous vivrons à ces dates, ce qui a été prophétisé hier et aujourd’hui et quelqu’en soit le degré d’exactitude alors, la mémoire collective aura oublié…

18.  fabge | 2/11/2007 @ 10:03 Répondre à ce commentaire

Lisez avec attention les réactions des lecteurs, sur le site du Monde, à l’article sur les résultats de l’opération Tara, où il nous est répété que « tout va plus vite », que les glaces Groenland sont à l’agonie, etc…
Lorsque j’en ai pris connaissance, je me suis dit : soit tous les sceptiques (payés par Exxon, bien sûr…) trollent le site, soit le grand public s’est rendu compte qu’il y a, au minimum, beaucoup d’exagérations sur le petit coup de chaud de ces dernières années.

19.  Fabge | 21/11/2007 @ 17:00 Répondre à ce commentaire

Pour les stations de référence de l’arctique, on peut aussi citer Mourmansk, où les années les plus chaudes sont 1936, 1998 et 1937 (lecture sur graphique).

Lorsque je vois les courbes fournies par le Giec pour l’Amérique du Nord, montrant une hausse « sans précédent » des dernières décennies, sachant que les années 30 sont les plus chaudes au Groenland et aux USA, et, d’après ce que j’ai vu pour les stations rurales qui couvrent toute la période au Québec et en Alaska, elles donnent quelque chose de similaire, je me demande : « Mais comment ont-ils fait? »

Quelqu’un a une réponse (sérieuse)?

20.  Curieux | 21/11/2007 @ 23:51 Répondre à ce commentaire

Oui, bien sur, le GIEC n’est pas sérieux !

21.  DM | 22/11/2007 @ 9:36 Répondre à ce commentaire

#18
Une autre hypothèse c’est le refus d’une réalité qui dérange, qui obligerait à revoir ses habitudes.
Ce n’est qu’une hypothèse.
Parallèlement nous avons la hausse du pétrole, conjoncturelle, certes, mais qui ne laisse pas tellement d’espoir à une baisse importante et durable (voir la courbe sur les 3 dernières années).
Cette hausse implique également d’autres contraintes, notamment sur les déplacements, et par incidence sur la pollution. Elle est mal acceptée : trop de TVA etc… mais il faut voir aux USA ou ils subissent la hausse de manière bien plus brutale..

22.  Curieux | 22/11/2007 @ 10:57 Répondre à ce commentaire

voir la courbe sur les 3 dernières années

Où ?

23.  DM | 22/11/2007 @ 14:19 Répondre à ce commentaire

Par exemple ici ou je suis régulièrement les tarifs pour anticiper les couts à la pompe :
http://futuresource.quote.com/.....r&st=

24.  Curieux | 22/11/2007 @ 16:51 Répondre à ce commentaire

Désolé je t’avais mal lu, je pensais qu’il s’agissait de la production qui baissait durablement.

Pour info le prix du pétrole en Europe est à 80% dû aux taxes. Sa valeur en monnaie constante reste stable depuis des décennies.

Le principal problème pour les français, est leur perte de pouvoir d’achat induit par leurs choix politiques (35 heures, non maîtrise des dépenses publiques, etc.)

25.  Astre Noir | 22/11/2007 @ 17:40 Répondre à ce commentaire

@ Curieux (comm 24)

Pour info le prix du pétrole en Europe est à 80% dû aux taxes. Sa valeur en monnaie constante reste stable depuis des décennies.

Vous retardez un peu, cher Curieux.

Le prix des carburants constitué à 80 % par les taxes, c’était valable dans les années 1990, avec un pétrole à 10 ou 15 dollars le baril!

La TIPP, qui est fixe, n’a pas bougé depuis plusieurs années, son poids relatif a donc beaucoup baissé.

Au 15 novembre 2007 (source Ministère de l’Industrie), la part des taxes représentait (en moyenne) 52 % du prix d’un litre de gazole, 61 % du prix d’unlitre de SP 95

Des détails ici :
http://www.industrie.gouv.fr/e.....ons_fr.htm

26.  Curieux | 22/11/2007 @ 18:15 Répondre à ce commentaire

@ Astre Noir

vous lisez trop vite, ou vous souhaitez trop un résultat :

Wikipeda :
Cette taxe est perçue sur les volumes et non sur le prix de vente du produit. C’est donc un montant fixe en euros qui est perçu sur chaque unité vendue (0,5892 euro pour un litre de super sans plomb en 2004). En ajoutant aussi la TVA, la part des taxes représente près de 75% dans le prix de vente à la pompe (73.2% pour le super sans plomb 98 en 2003).

27.  Astre Noir | 23/11/2007 @ 9:59 Répondre à ce commentaire

Vous n’aviez pas tort, Curieux…en 2003, puisque vous me citez les chiffres Wikipedia de cette année là.

Mais comme vous le dites vous-même, la TIPP, qui représente la plus grosse partie des taxes, est un montant fixe, par litre. Mathématiquement, en cas d’augmentation du prix de l’essence Hors taxe, la part de la TIPP baisse.

Depuis le 1er janvier 2007, les régions peuvent moduler la TIPP , il n’y a donc plus de taux unique, mais 22 taux différents. mais la modulation permise étant assez faible (+ ou – 1,77 cent/l de SP95, + ou – 1,15 cent/l de GO), les écarts à la moyenne ne sont pas significatifs.

Je redonne donc les moyennes nationales (chiffre Ministère de l’Industrie) :
* en moyenne pour l’année 2003 :
Gazole HT : 0.2715
Gazole TTC : 0.7935
Poids des taxes : 66 %
SP 95 HT : 0.2606
SP95 TTC : 1.0163
Poids des taxes : 74 %

* au 16 novembre 2007 (moyenne nationale) :
GO HT : 0.5865
GO TTC : 1.2108
Poids des taxes : 51.5 %
SP 95 HT : 0.5218
SP 95 TTC : 1.3444
Poids des taxes : 61.2 %

28.  Curieux | 23/11/2007 @ 11:29 Répondre à ce commentaire

@ Astre Noir

Exacte ! et ce qui vaut pour vous, vaut pour moi !

Et bien que cela ne change rien sur le fond de mon post :

le prix du pétrole en monnaie constante reste stable depuis des décennies.
Le principal problème pour les français, est leur perte de pouvoir d’achat induit par leurs choix politiques (35 heures, non maîtrise des dépenses publiques, etc.),

ça fait désordre.

29.  Astre Noir | 23/11/2007 @ 16:36 Répondre à ce commentaire

Vous allez me trouver chiant… 🙂

Effectivement, si on fait une droite avec deux points, l’un en avril 1980 (deuxième choc pétrolier) et aujourd’hui,nous aurions une belle droite horizontale, puisqu’en dollars constants, le pétrole était à 101 $ en 1980, et qu’il frôle les 100 $ aujourd’hui.

Mais entre les 2, on a quand même pas mal de montagnes russes.

Ceci dit je pense que le prix élevé du pétrole actuellement est pour une grande part dû à des phénomènes spéculatifs, et non pas à l’approche du fameux « Peak Oil ».

Je vous conseille d’ailleurs la lecture du livre d’Yves Cochet, « Pétrole Apocalypse ».
Je vous garantis quelques bonnes sénaces de rigolade!

30.  Curieux | 23/11/2007 @ 18:07 Répondre à ce commentaire

Allons chiant et juste, c’est pas vraiment chiant mais chiant et faux ça c’est constipant.

31.  miniTAX | 19/03/2008 @ 8:42 Répondre à ce commentaire

Une info intéressante sur la banquise arctique: les graphiques de la surface par cryosphere.com ont été stockés dans cet archiveur de pages Web : http://web.archive.org/web/*//.....t.area.jpg

Entre un ancien graphique et un plus récent, la banquise [b]à une même date[/b], a changé de 5%, dans le sens que vous devinez et ce sans la moindre explication.

La prochaine fois qu’on vous dit que la banquise fond de manière catastrophique, demandez sur quel graphique, celui de 2005 ou de 2007.

32.  Marot | 20/03/2008 @ 21:43 Répondre à ce commentaire

Merci miniTax pour ce lièvre levé.

C’est une belle manipe !

33.  jeff hersson | 21/03/2008 @ 13:52 Répondre à ce commentaire

itou pour les glaciers qui perdent de l’épaisseur, les dernières données datent de… 2006 mais sortent maintenant, comme c’est étrange… 🙂

Sorry, the comment form is closed at this time.