Kyoto: «Une erreur que le monde ne doit jamais répéter»

[Le gouvernement conservateur du Canada ne fait plus mystère de son rejet du traité de Kyoto, signé par le gouvernement socialiste précédent]

Alexander Panetta
La Presse Canadienne
Kampala, Ouganda

Le premier ministre Stephen Harper a mis un terme dimanche à la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth, à Kampala, en Ouganda, en qualifiant le Protocole de Kyoto d'erreur que le monde ne doit jamais répéter.
M. Harper a caractérisé l'accord sur les changements climatiques de document présentant des failles, et il a prévenu que le Canada n'appuierait aucun nouveau traité international comportant de telles lacunes.
Le premier ministre a estimé que la principale erreur de Kyoto avait été d'imposer des cibles en terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre à trois douzaines de pays, mais pas aux autres, parmi lesquels les plus grands pollueurs du monde comme les États-Unis, la Chine et l'Inde.
Le Canada va donc entreprendre le mois prochain de cruciales négociations post-Kyoto, au cours desquelles il compte faire valoir une position relativement simple: tous les importants pollueurs doivent être la partie, faute de quoi il n'y aura pas d'accord.


M. Harper a caractérisé l'accord sur les changements
climatiques de document présentant des failles. Photo AP

M. Harper a fait l'objet de certaines critiques pour avoir défendu ce point de vue, lors du sommet du Commonwealth, mais il a maintenu catégoriquement qu'il s'agissait-là de la seule solution.

La prise de position du premier ministre canadien a pour effet de placer la barre à un niveau extrêmement élevé en vue des pourparlers des Nations unies sur le climat, à Bali, en Indonésie, le mois prochain. M. Harper a cependant dit préférer cette approche à celle adoptée par le passé.

«C'était l'erreur de Kyoto», a-t-il déclaré à des journalistes, au terme du sommet de Kampala.
«Nous avons déjà tenté l'approche un tiers des pays auront des cibles obligatoires et espérons que les autres suivent l'exemple. Nous y sommes déjà. Et ça n'a pas fonctionné.»

M. Harper n'en était pas à sa première déclaration publique au sujet du Protocole de Kyoto, prévoyant que les émissions de gaz à effet de serre soient inférieures de 6%, d'ici à 2012, à ce qu'elles étaient en 1990. [Le Canada en est à un dépassement de 30% du niveau de 1990]

Il y a cinq ans, il avait qualifié l'entente de projet socialiste coûteux et tourné en ridicule la science du réchauffement climatique mondial, au moment de la signature du traité par le précédent gouvernement, libéral. ["libéral" est le terme pour désigner la gauche en Amérique du Nord]

Plus récemment, il a tout simplement jugé impossible d'atteindre les cibles de l'entente en raison de l'incapacité des libéraux à réduire les émissions de gaz à effet de serre, opinion qui a eu des échos jusque dans le discours du Trône.

Dimanche, le premier ministre a laissé entendre que Kyoto présentait des failles depuis toujours.
«Nous avons déjà vu Kyoto, a-t-il affirmé. Si nous obtenons qu'un tiers du monde signe et attendons les deux autres tiers, cela ne va jamais arriver.»

M. Harper a dit avoir contribué à un succès jamais vu auparavant: obtenir des États-Unis, de la Chine et de l'Inde qu'ils s'attaquent à la question des changements climatiques dans le cadre de rencontres internationales successives.

Lors des sommets du G8, de l'APEC et, cette fois-ci, des chefs de gouvernement du Commonwealth, le premier ministre a obtenu des plus importantes puissances économiques au monde qu'elles acceptent le principe général d'une réduction des émissions de gaz à effet de serre.

La Chine, l'Inde et les États-Unis, qui ne sont pas liés à Kyoto, représentent à eux seuls plus de la moitié des émissions produites à l'échelle mondiale.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Marot | 27/11/2007 @ 18:25 Répondre à ce commentaire

Faut-il voir dans l’attitude du gouvernement fédéral canadien une conséquence de l’engagement de l’association Friends of science ?
et peut-être un effet de ce que peut apporter un groupe structuré ?

2.  Murps | 27/11/2007 @ 21:41 Répondre à ce commentaire

Je constate que ce Monsieur critique Kyoto pour des problèmes politiques.
Personnellement j’aurais préféré qu’il critique Kyoto parce que cela ne sert à rien. A rien du tout.
A part nous faire payer des taxes.

Cordialement.
Murps

3.  miniTAX | 27/11/2007 @ 22:23 Répondre à ce commentaire

#1, #2 Effectivement, le gouvernement canadien (pas fous, ce sont des politiciens après tout) stipule que « le réchauffement est bien d’origine humaine et c’est un problème », ce qui n’est pas du tout la position de Friends of Science !

Par contre, sa conclusion, tout ce qu’il y a de plus raisonnable et pragmatique, est que ça coûte la peau des fesses alors que ça ne sert à rien puisque les pays non contraints émettent comme des porcs.
En gros, le Canada a vu bien avant les autres que Kyoto est un protocole stupide qui n’a aucune chance de marcher. On ne peut pas en dire autant des Européens malheureusement mais la réalité finit toujours par prévaloir.

Les sceptiques ont de quoi se réjouir, ils vont pouvoir assister les 4 prochaines années à la déconfiture en direct d’une idéologie. Les mises en bouche ont déjà commencé à Montréal il y a 2 ans, Nairobi l’année dernière et décembre prochain à la conférence de Bali. Enfin, « se réjouir » est un bien grand mot vu tout ce que ces raoufs inutiles nous coûtent.

4.  Marot | 27/11/2007 @ 22:38 Répondre à ce commentaire

À propos de raouts, signalé par

à partir de
Upcoming Meetings

Climate and Atmosphere

UNFCCC workshop on capacity building under the convention: St John’s, Antigua Antigua & Barbuda.
5th ministerial conference on the protection of forests in Europe: Warsaw, Poland. 20th world energy congress: Rome, Italy.
27th session of the GIEC: Valencia, Spain.
Tourism ministerial summit on climate change: London, United Kingdom.
30th conference of the parties to the UNFCCC and 3rd meeting of the parties to the Kyoto protocol: Bali, Indonesia.
4th austrian JI/CDM workshop: Vienna, Austria.
Delhi sustainable development summit (DSDS) 2008: sustainable development and climate change: New Delhi, India.
Washington international renewable energy conference (WIREC) 2008: Washington, USA.
International GEF workshop on evaluating climate change and development: Alexandria, Egypt.
28th sessions of the unfccc subsidiary bodies: Bonn, Germany.
7th world wind energy conference and exhibition: Kingston, Ontario, Canada.
International conference on groundwater and climate in Africa: Kampala, Uganda.
UNCCD CRIC 7 and CST 9: Istanbul, Turkey.
20th meeting of the parties to the Montreal protocol (mop-20): Doha, Qatar.
14th conference of the parties to the UNFCCC and 4th meeting of the parties to the Kyoto protocol: Poznan, Poland.
15th conference of the parties to the UNFCCC and 5th meeting of the parties to the Kyoto protocol: Copenhagen, Denmark.

5.  Marot | 27/11/2007 @ 22:40 Répondre à ce commentaire

Navré les liens n’apparaissent pas :
signalé par http://ventdeforce77.info/#sa0

à partir de http://www.iisd.ca/upcoming/li.....s.asp?id=5

6.  Humain51 | 28/11/2007 @ 4:30 Répondre à ce commentaire

@Murps

« Je constate que ce Monsieur critique Kyoto pour des problèmes politiques. Personnellement j’aurais préféré qu’il critique Kyoto parce que cela ne sert à rien »

Comme le dit l’article, « Stephen Harper a déja qualifié l’entente de projet socialiste coûteux et tourné en ridicule la science du réchauffement climatique mondial ».

S’il nuance ses propos, c’est tout simplement pour faire du millage politique. Son gouvernement est minoritaire. C’est de bonne guerre.

Je suis canadien et assez fier de mon premier ministre sur cette question.

7.  miniTAX | 28/11/2007 @ 10:19 Répondre à ce commentaire

#5 Affluence record et inattendu pour la conférence de Bali, au point que les autorités locales craignent pour l’équilibre écologique de la petite station balnéaire (de luxe tout de même)!

Ils auraient pu se réunir pour « sauver la planète » à un endroit moins chaud, à Pittsburg ou à Lille en hiver par exemple. Ca a au moins le double mérite d’engendrer moins de miles d’avion et d’attirer moins de parasites climatologues. Mais non ! 😡

8.  Marot | 28/11/2007 @ 10:56 Répondre à ce commentaire

À Nairobi au grand raout, ils étaient plus de 6000 avec en plus maris, femmes, maîtresses et amants.

À raison d’au moins 4000 $ pour le voyage et 2000 pour le séjour, sachant que la quasi totalité des dépenses est financée par des organismes publics, les contribuables de tous les pays ont été taxés de 36 millions de $ pour une conférence sans grand résultat.

Pour ces parlottes, les climatos ne regardent pas au CO2 dégagé par leurs avions.

9.  Murps | 28/11/2007 @ 14:43 Répondre à ce commentaire

#6
Oui, bravo pour le courage politique de Stephen Harper.
Rien que pour ce qu’il dit.
Et effectivement vous pouvez être fier de votre Ministre.

Nous on en a un aussi comme ça. C’est un ancien ministre, mais il n’est pas toujours très diplomate…
😉

10.  Jeff Hersson | 28/11/2007 @ 14:53 Répondre à ce commentaire

dire la vérité n’est pas toujours compatible avec la diplomatie… 🙂

11.  gorsky | 28/11/2007 @ 15:26 Répondre à ce commentaire

Au risque de faire des bons mots, c’est plutôt la diplomatie qui n’est pas toujours compatible avec la Vérité.

12.  miniTAX | 28/11/2007 @ 17:35 Répondre à ce commentaire

Pour ces parlottes, les climatos ne regardent pas au CO2 dégagé par leurs avions.

Finalement, ça prouve bien que les alarmistes ne croient pas une seule seconde aux catastrophes qu’ils annoncent à longueur de journée, sans quoi, ils auraient limité leur déplacement et utilisé les moyens de communication moderne, ne serait ce que pour donner l’exemple.

C’est comme si on a des prêcheurs de vertue qui aussitôt après le sermon s’en vont tranquillement forniquer. Ca ne peut pas coller.

13.  Curieux | 28/11/2007 @ 18:47 Répondre à ce commentaire

Hé oui, ça sent le sapin (parole d’écolo !) pour ce grand foutoire qu’on appel le rechauffemet climatique anthropique.

14.  Jeff Hersson | 28/11/2007 @ 22:44 Répondre à ce commentaire

vivement, parce que vu le prix que nous coute cette gabegie…

15.  rageous | 29/11/2007 @ 11:06 Répondre à ce commentaire

[Le Canada en est à un dépassement de 30% du niveau de 1990]
Des mauvaises langues mettraient en cause son niveau inateignable…
L’Europe n’est pas en reste, émission de CO2 en T/hab: Allemagne 6,4 +1,2 %
Danmark 5,7 +11 %
Espagne 3,8 +10,4 %
France 2,6 -0,9 %
Si l’Europe s’est fixé comme objectif de consommer 20 % d’EnR d’ici 2020, il en résulte que ça ne diminue pas les émission de CO2 chez les adeptes de l’éolien!

16.  fabge | 5/12/2007 @ 11:35 Répondre à ce commentaire

Une question en passant :

Quelle est la part de la désindustrialisation dans la baisse des émissions de CO2 en France?
Sachant que la Chine devient l’usine du monde, ne sommes-nous pas en train de faire un transfert de nos émissions vers ce pays?

17.  Curieux | 5/12/2007 @ 13:01 Répondre à ce commentaire

Hé, l’occidental bobo est malin, pas de pollution chez lui et produits moins chers !

18.  miniTAX | 5/12/2007 @ 13:02 Répondre à ce commentaire

Sachant que la Chine devient l’usine du monde, ne sommes-nous pas en train de faire un transfert de nos émissions vers ce pays

Bien sûr mais c’est évident même si ça fait mal aux prosélytes du réchauffement climatique de le reconnaître. La Grande-Bretagne par exemple n’a pratiquement plus aucune industrie mais ça lui permet d’afficher un bilan CO2 flatteur.

Au passage, la Chine tout comme l’Inde est devenue gros exportateur d’éolienne, des turbines de 1,5 MW ! Une compagnie chinoise vient de remporter un contrat de 100 M$ pour en installer dans le Montana. Tout ça permet aux producteurs d’électricité de récupérer des crédit carbones.

Grâce à Kyoto, le contribuable occidental paie pour faire marcher des usines chinoises et indiennes.
Pas beau ça ? Le partage des richesses, je suis pour 😉

19.  DM | 5/12/2007 @ 13:05 Répondre à ce commentaire

Vous êtes en avance sur votre temps, vous arrivez à poster à 13:01 alors qu’il n’est que 12:05…

20.  DM | 5/12/2007 @ 13:07 Répondre à ce commentaire

Je partage votre constat sur la délocalisation des industries..
Ensuite on nous parle tout le temps de la Chine comme d’un gros pollueur..

21.  gorsky | 5/12/2007 @ 16:39 Répondre à ce commentaire

« Ensuite on nous parle tout le temps de la Chine comme d’un gros pollueur..  »
C’est un FAIT.
Et le gouvernement chinois, tout comme l’indien, a la liberté de refuser ces délocalisations sur son sol. Or, il n’en est rien…

@ Fabge
« Sachant que la Chine devient l’usine du monde, ne sommes-nous pas en train de faire un transfert de nos émissions vers ce pays?  »
Sans doute puisque que le gouvernement chinois vient d’obtenir un prêt de l’UE de 500 millions d’euros pour combattre le RC. Autrement dit, en plus des conséquences des délocalisations, ce sont les contribuables européens qui paient (encore une fois) pour combattre le RC hors de leurs frontières … Et c’est tout bénef pour la Chine communiste …

22.  DM | 5/12/2007 @ 17:26 Répondre à ce commentaire

@gorsky
Arrête de vouloir contredire pour le plaisir de contredire, ou plutot parce que tu ne veux pas être d’accord avec moi, même si c’est le cas.
Tu as très bien compris qu’en disant « on nous parle tout le temps de la Chine etc.. » je voulais mettre le doigt sur l’hypocrisie des nations occidentales qui sous-traitent et donc polluent là bas.

23.  gorsky | 5/12/2007 @ 18:34 Répondre à ce commentaire

@ DM ; Je ne cherche pas vraiment à te contredire mais plutôt à ce que tu comprennes pour ce cas précis que tu te trompes en dénoncant UNIQUEMENT « l’hypocrisie des nations occidentales qui sous-traitent et donc polluent là bas. »
La Chine communiste avait et a toute la liberté pour refuser ces délocalisations, hors, il n’en est rien. Et, c’est la Chine qui donne son accord en toute CONSCIENCE afin que l’implantation d’industries de type occidental soit effective.
Donc, le partage des responsabilités est une réalité. Ce qui ne veut pas dire que celles-ci soient égales.
Et comme le RC d’origine anthropique est une « trouvaille » occidentale, la Chine ne se prive pas d’en faire porter la responsabilité sur les épaules des occidentaux afin justement de lui sous-tirer quelques millions d’euros, qui, par ailleurs, ne seront sans doute jamais remboursés…

Ainsi, involontairement, des gens comme toi, pensent exactement comme les chinois le veulent en dénoncant UNIQUEMENT « l’hypocrisie des nations occidentales qui sous-traitent et donc polluent là bas. »

Un minimum de connaissance sur la méthode communiste est indispensable pour bien comprendre les affaires de ce monde, malheureusement, les études de ce genre sont passées aux oubliettes.

24.  rageous | 5/12/2007 @ 19:49 Répondre à ce commentaire

@miniTAX
Rien d’extraordinaire, ici en France on installe du 2 MW!
Les chinois parce que c’est eux qui tienne les tarifs de la ferraille et pour faire oublier leur usine à charbon, quelques éoliennes pour faire croire aux restes du monde leur effort écologique (sic)!

Sorry, the comment form is closed at this time.