Déclaration de Bali

Ce document de consensus a été préparé sous les auspices du Centre de recherches sur le Changement Climatique de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud à Sydney, en Australie.

Le rapport de 2007 du GIEC (Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat), élaboré par plusieurs centaines de climatologues, a conclu sans équivoque que notre climat se réchauffait rapidement et que nous étions maintenant certains à au moins 90% que les activités humaines en étaient la principale cause. La concentration actuelle de dioxyde de carbone dans notre atmosphère dépasse de loin les variations naturelles qui se sont produites durant les 650 000 dernières années, et augmente très rapidement à cause des activités humaines. Si cette tendance n’est pas bientôt arrêtée, plusieurs millions de personnes seront exposées aux risques associés à des événements extrêmes tels que vagues de chaleur, sécheresse, inondations et tempêtes, nos côtes et nos villes seront menacées par des élévations du niveau de la mer et un grand nombre d’écosystèmes, de plantes et d’espèces animales seront en grand danger d’extinction.

La prochaine série de négociations axées sur un nouveau traité mondial sur le climat (dans le cadre du processus de l’UNFCCC de 1992) doit commencer en décembre 2007 et se terminer en 2009. Le principal enjeu de ce nouveau régime doit être de limiter le réchauffement de la planète à moins de 2°C au-dessus des températures pré-industrielles, limite qui a déjà été formellement adoptée par l’Union Européenne et plusieurs autres pays.

Basée sur la compréhension scientifique actuelle, cela requiert que les émissions mondiales de gaz à effet de serre doivent être réduites, d’ici 2050, d’au moins 50% au dessous de leurs niveaux de 1990. A long terme, les concentrations de gaz à effet de serre doivent ainsi être stabilisées à un niveau bien inférieur à 450 ppm (parties par million, mesurées en concentration équivalente CO2). De manière à rester en dessous des 2ºC de réchauffement, les émissions mondiales doivent atteindre leur plus haut niveau puis décroître au cours des 10 à 15 prochaines années, il n'y a donc pas de temps à perdre.

En tant que scientifiques, nous recommandons fortement aux négociateurs d'aboutir à un accord prenant ces objectifs comme étant le minimum des conditions requises pour parvenir à un accord juste et efficace sur le climat planétaire.

 

Source

Liste des 212 signataires de la déclaration

Nom Titre Pays
Richard Allan Dr United Kingdom
Richard Anthes Dr USA
Waleed Abdalati Head, Cryospheric Sciences Branch USA
Becky Alexander Assistant Professor USA
Ian Allison Dr Australia
Caspar Ammann Research Scientist USA
Leif Anderson Professor Sweden
Jean-Claude Andre Dr France
Natalie Andronova Research Scientist USA
David Archer Professor USA
Mike Archer Professor. Dean of Science Australia
Vincenzo Artale Senior Research Scientist Italy
Paulo Artaxo Professor Brazil
Karen Assmann Dr Norway
Dorothee Bakker Dr United Kingdom
Edouard Bard Professor College de France France
Tim Barnett Research Marine Physicist USA
J. Ray Bates Professor Ireland
Richard Bellerby Dr Norway
Rasmus E. Benestad Dr Norway
Terje Berntsen Senior Scientist Norway
Nathan Bindoff Professor Physical Oceanography Australia
Robert Bindschadler Chief Scientist, Hydrospheric/Biospheric Laboratory USA
Roxana Bojariu Head, Climate Research Group Romania
Sandrine Bony Research Scientist France
Laurent Bopp Dr France
Alberto Borges Dr Belgium
Philippe Bousquet Assistant Professor France
Pascale Braconnot Dr France
Raymond S. Bradley Professor. Director. Climate System Research Center USA
Guy Brasseur Senior Scientist USA
Francois-Marie Breon Professor France
Christopher Bretherton Director. Program on Climate Change USA
Victor Brovkin Dr Germany
Erik Buitenhuis Dr United Kingdom
Pep Canadell Executive Director Global Carbon Project Australia
Mark Cane Professor USA
Carlo Carraro Professor Italy
Anny Cazenave Senior Scientist France
Marie-Lise Chanin Director of Research Emeritus France
Sylvie Charbit Dr France
Robert J. Charlson Professor USA
John Church Chief Research Scientist Australia
Garry Clarke Emeritus Professor of Geophysics Canada
Martin Claussen Professor. Director. Max Planck Inst. Germany
William D. Collins Professor and Senior Scientist USA
Paul Crutzen Professor Germany/USA
Kurt M. Cuffey Professor USA
Valerie Daux Dr France
Anthony Del Genio Physical Scientist USA
Kenneth Denman Senior Scientist Canada
Robert E. Dickinson Professor USA
Paul Dirmeyer Research Scientist USA
Helge Drange Professor Norway
Kerry Emanuel Professor USA
Matthew England Professor and ARC Federation Fellow Australia
Ian Enting Professor Australia
Jean-Louis Fellous Earth observation satellite expert France
Jonathan Fink Director. Global Institute of Sustainability USA
Andreas Fischlin Director Terrestrial Systems Ecology. ETH Zurich Switzerland
Jacqueline Flückiger Research Scientist Switzerland
Chris E. Forest Research Scientist USA
Piers Forster Reader in Climate Change Physics UK
Joos Fortunat Professor Switzerland
Roger Francey Senior Scientist Australia
Helen Amanda Fricker Associate Research Geophysicist USA
Pierre Friedlingstein Dr France
Andrew D. Friend Dr United Kingdom
Qiang Fu Professor USA
Andrey Ganopolski Scientist Germany
Catherine Gautier Professor USA
Alexander Gershunov Research Climatologist USA
Sarah Gille Associate Professor USA
Nathan Gillet Dr UK
Valerie Gros Dr France
Nicolas Gruber Professor Switzerland
Hoshin Gupta Professor USA
Kimio Hanawa Professor Japan
Bogi Hansen Professor Faroe Islands
Mohamed H.A. Hassan Professor Italy
Klaus Hasselmann Prof. Emeritus Germany
Gerald Haug Professor Switzerland
Didier Hauglustaine Directeur de Recherche CNRS France
A. D. J. Haymet Professor USA
Gabriele Hegerl Dr and Reader Geosciences UK,USA
Martin Heimann Professor. Director. Max-Planck-Inst. Germany
Christoph Heinze Professor in Chemical Oceanography Norway
Ann Henderson-Sellers Professor Australia
Jens Hesselbjerg Christensen Head of Climate Research Programme Denmark
Bruce Hewitson Professor South Africa
Kip Hodges Director. School of Earth & Space Exploration United States
Georg Hoffman Dr France
Marika Holland Scientist USA
David M Holland Professor USA
Elisabeth A. Holland Program Lead, Biogeosciences Program, NCAR USA
Greg Holland Senior Scientist Severe Weather Research and Applications USA
Lesley Hughes Professor Australia
James W. Hurrell Senior Scientist USA
Stan Jacobs Senior Research Scientist USA
Eystein Jansen Professor. Director Norway
Truls Johannessen Professor of Chemical Oceanography Norway
Ian Joughin Senior Engineer USA
Masa Kageyama Dr France
Robert Kandel Emeritus Senior Scientist France
Georg Kaser Professor Austria
Ralph Keeling Professor of Geochemistry USA
Robert M. Key Research Oceanographer United States
Jeffrey Kiehl Senior Scientist USA
Miko Kirschbaum Senior Scientist New Zealand
Christine Klaas Dr Germany
Albert Klein Tank Dr Netherlands
Reto Knutti Professor Switzerland
Rupa Kumar Kolli Dr India
René Laprise Professor. Director ESCER Centre Canada
Corinne Le Quere Professor United Kingdom
Herve Le Treut Director. Laboratoire de Meteorologie Dynamique France
Peter Lemke Professor Germany
Conway Leovy Professor Emeritus USA
Sydney Levitus Director. World Data Center for Oceanography USA
Ulrike Lohmann Professor Switzerland
Diana Liverman Professor United Kingdom
Dan Lubin Research Physicist USA
Joachim Luther Professor Germany
Amanda H. Lynch Professor and ARC Federation Fellow Australia
Jose Antonio Marengo Senior Scientist Brazil
Jochem Marotzke Professor. Director. Max Planck Inst. Germany
Valerie Masson-Delmotte Dr France
Ben Matthews Dr Belgium
Cecilie Mauritzen Senior Scientist Norway
Bryant McAvaney Senior Principal Research Scientist Australia
James J. McCarthy Professor of Oceanography USA
Jeffrey J. McDonnell Professor and Richardson Chair in Watershed Science USA
Trevor J. McDougall Dr Australia
Tony McMichael Professor Australia
Ben McNeil Queen Elizabeth II Research Fellow Australia
Nicolas Metzl Dr France
Elisabeth Michel Dr France
Guy Midgley Dr South Africa
Arthur J. Miller Research Oceanographer USA
Gunnar Myhre Senior Scientist Norway
Neville Nicholls Professor Australia
Richard D. Norris Professor and Curator, SIO Geological Collections USA
Daniel Olago Dr. Senior Lecturer University of Nairobi Kenya
Michael Oppenheimer Professor USA
Bette Otto-Bliesner Senior Scientist USA
Jonathon Overpeck Director Institute for the Study of Planet Earth USA
Didier Paillard Dr France
Wm. Richard Peltier University Professor of Physics Canada
Andy Pitman Professor Australia
Serge Planton Senior Scientist France
Gian-Kasper Plattner Dr Switzerland
Jan Polcher Directeur de Recherche du CNRS France
Michael J. Prather Fred Kavli Professor USA
Stefan Rahmstorf Professor of Physics of the Oceans Germany
Philip Rasch Senior Scientist USA
Michael Raupach Dr Australia
Chris Reason Professor. Oceanography South Africa
James Renwick Science Leader, Climate Variability & Change New Zealand
Ulf Riebesell Professor Germany
Stephen R. Rintoul Dr Australia
Johan Rockström Associate Professor Sweden
Terry L. Root University Faculty, Senior Fellow USA
Lynn M. Russell Professor of Atmospheric Chemistry USA
Toshiro Saino Professor Japan
Christoph Schär Professor in Atmospheric Sciences, ETH Zurich Switzerland
John Schellnhuber Professor Germany
Gavin Schmidt Research Scientist, NASA GISS USA
Stephen H. Schneider Professor USA
Birgit Schneider Dr France
Michael Schulz Senior Scientist France
Richard Seager Senior Research Scientist USA
Jeffrey P. Severinghaus Professor of Geosciences USA
Drew Shindell Senior Scientist and Lecturer USA
W James Shuttleworth Professor. Director NSF SAHRA Center USA
Murugesu Sivapalan Professor USA
John P. Smol Professor Canada
Olga Solomina Dr Russia
Richard Somerville Professor USA
Will Steffen Professor Australia
Thomas Stocker Professor Switzerland
Kristof Sturm Associate Professor Sweden
John Sulston Dr United Kingdom
Didier Swingedouw Dr France
Lynne D. Talley Professor USA
Karl E. Taylor Dr USA
Fichefet Thierry Professor Belgium
Helmuth Thomas Associate Professor. Canada Reseach Chair Canada
Jerry Tjiputra Dr Indonesia
Kevin Trenberth Dr. Head, Climate Analysis Section USA
Peter A. Troch Professor USA
Carol Turley Dr United Kingdom
A.S Unnikrishnan Senior Scientist India
Francisco P. J. Valero Director Atmospheric Research Laboratory USA
Rob Van Dorland Dr The Netherlands
Ricardo Villalba Director IANIGLA Argentina
Martin Visbeck Professor Germany
Andrea Volbers Dr Norway
Thorsten Wagener Assistant Professor USA
John Wahr Professor USA
Warren M. Washington Senior Scientist USA
Bob Wasson Professor Australia
Andrew Watson Professor United Kingdom
Ian G. Watterson Dr Australia
Andrew Weaver Professor Canada
Peter J. Webster Professor USA
Ray F. Weiss Professor USA
James W.C. White Professor USA
Jürgen Willebrand Professor Emeritus Germany
Larry Winter Deputy Director NCAR USA
Carl Wunsch Professor of Physical Oceanography USA
Xubin Zeng Professor USA
Guang J. Zhang Research Meteorologist USA

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Jeff Hersson | 7/12/2007 @ 17:52 Répondre à ce commentaire

Richard Allan… Ce n’était pas un acteur porno ? 🙂
blague à part, quelle désolation, vraiment…

2.  Abitbol | 7/12/2007 @ 18:59 Répondre à ce commentaire

Pas beaucoup d’asiatiques, ni d’africains dans cette liste… Quand on retire les occidentaux, restent une dizaine de noms.

Je vous invite à aller sur le net pour découvrir la fine fleur scientifique française…

3.  Charles II | 7/12/2007 @ 20:18 Répondre à ce commentaire

Pour vous donner une idée de la précision et la crédibilité des modèles, un compte-rendu de réunion de mise au point de LMDZ/ORCHIDEE, ça décoiffe :

http://www.lmd.jussieu.fr/~lmd.....CR17012002

4.  miniTAX | 7/12/2007 @ 20:49 Répondre à ce commentaire

#3, Ah oui, merci, j’adore !
Quelques perles de ce qui se dit tout bas entre modélisateurs:

Olivier mentione qu’il faudra régler un problème d’accumulation de neige qui peut atteindre plusieurs milliers de mètres d’épaisseur.

Sur les moyennes zonales, on remarque :
– des températures troposphériques sans biais systématique.
un gros biais froid (5 à 15 degrés) à la tropopause.
– Un jet d’été nord beaucoup trop étroit.
En revanche, le décallage vers le nord du jet circum-antartique qui nous inquiétait tant l’an dernier a disparu miraculeusement.
Sans doute une histoire de conditions aux limites.

Quand on compare sur une simulation longue les flux en bas et en haut, on a un biais de l’ordre d’une 10aine de W/m2. C’est beaucoup trop.

– faire une simulation avec des vitesses de chute différentes pour les
particules de glace.

5.  Charles II | 7/12/2007 @ 22:40 Répondre à ce commentaire

Celui-là n’est pas mal non plus.
http://www.lmd.jussieu.fr/~lmd.....CR17102000
On y trouve, entre autres, les noms d’Hervé Le Treut, Pascale Braconnot, Sandrine Bony, 3 des signataires de la déclaration ci-dessus.
Ceux-là, au moins, ne peuvent exhiber l’excuse de la croyance, ils sont idéalement placés pour connaître parfaitement les limites de leur modèle.
Ils se situent donc bien, à mon sens, dans une situation de falsification de conclusions pour raisons idéologiques (ou bassement pécuniaires).

6.  Charles II | 7/12/2007 @ 23:08 Répondre à ce commentaire

Dans celui-ci, de la même équipe :
http://www.lmd.jussieu.fr/~lmd.....CR09102001

le rédacteur classe l’aspect CO2 du sujet, non pas dans les motivations scientifiques mais bien dans les motivations politiques.
Remarquez bien, je crois que nous sommes nombreux à n’en pas douter.

Je cite :

Positionnement vis-à-vis de la surveillance de l’environnement :
—————————————————————–

La question était de savoir quel était l’intérêt des uns et des autres
pour des utilisations de type surveillance de l’environnement et
pour le développement d’une version plus « opérationnelle » du modèle.
Cette possibilité était décrite dans un document distribué à un certain
nombre d’entre vous, document rédigé en réponse à une demande du DASE dans
le cadre du CTBT.
Il y a des motivations à la fois scientifiques (prévision en temps réel
sur des campagnes d’observation, analyses des données du SIRTA), des motivations
politiques (CTBT, CO2) et des motivations pratiques (disposer d’un modèle
très facile à utiliser
).

7.  NoBreath | 8/12/2007 @ 9:03 Répondre à ce commentaire

Une initiative originale de lutte contre le réchauffement climatique. http://selfapnea.blogspot.com/ dans le délire actuel, il n’y a pas de mauvaises idées.

8.  Marot | 8/12/2007 @ 12:10 Répondre à ce commentaire

Complément aux C.-R. signalés plus haut, la page des publications « Lettre des utilisateurs ».

http://www.lmd.jussieu.fr/~lmdz/LMDZ-info/

6 lettres successives significatives de l’activité de modélisation.

9.  the fritz | 16/12/2007 @ 0:09 Répondre à ce commentaire

De manière à rester en dessous des 2ºC de réchauffement, les émissions mondiales doivent atteindre leur plus haut niveau puis décroître au cours des 10 à 15 prochaines années, il n’y a donc pas de temps à perdre.
Mais en définitive , il est urgent d’attendre ……le peak oil que tout le monde prévoit dans cette fourchette.

10.  Fabge | 16/12/2007 @ 20:07 Répondre à ce commentaire

Moralité :
Mon sentiment personnel est que tout le monde joue faux-cul. D’un côté, grande kermesse, tapis rouge et fastes pour les congressistes, notamment les groupes de pression écologistes.
De l’autre, accord a minima parce que les gouvernements ne veulent pas s’obliger à des démarches dont ils savent très bien le peu de portée. Quelques nations acceptent de jouer le rôle du méchant pollueur.

Je suis finalement assez optimiste sur l’avenir de ce débat.

11.  Curieux | 16/12/2007 @ 21:16 Répondre à ce commentaire

Faux-cul tous ? Non, pas les américains, eux disent ce qu’ils veulent…
Mais les Allemands… Construire 20 centrales électriques au charbons et jouer aux écolos, manque pas d’air 😈 Merckel.
Mais finalement on va faire ce que les américains disent par ce que c’est ce que tout le monde veut.

C’est beau la langue de bois (et très écolos !) 😀

12.  Fabge | 18/12/2007 @ 13:21 Répondre à ce commentaire

Exercice de projection :

2020 : les températures chutent de manière dramatique (-1°), des mouvements de citoyens s’organisent et font pression sur les gouvernements pour qu’ils protègent leurs citoyens face à la montée de ce changement climatique sans précédent. Nicolas Sarkozy, de nouveau président après avoir été premier ministre, fait voter une taxe sur les véhicules et les modes de chauffage qui n’émettent pas assez de CO2 dans l’espoir de faire remonter l’effet de serre.

13.  Curieux | 18/12/2007 @ 18:18 Répondre à ce commentaire

Alerte à frédéric.

Cher Administrateur il y a un usurpateur sur ce site un certain « curieux » tout en minuscule comme sa misérable méthode.

Donc, cher Administrateur, pouvez-vous faire le ménage de ces méprisables scories qui obscurcissent le beau ciel de « Changement climatique » ?

14.  curiosité | 19/12/2007 @ 9:42 Répondre à ce commentaire

C’est l’inconvénient du net : on ne sais pas qui se cache derrière les pseudos.

Je pense que tout le monde aura reconnu l’usurpation d’identité.

15.  Marot | 19/12/2007 @ 12:53 Répondre à ce commentaire

préférer
penser

que d’r que d’r !

Pour ce qui est de la pollution, elle décroit depuis plus d’un siècle et c’est tant mieux.

16.  DM | 19/12/2007 @ 13:17 Répondre à ce commentaire

Pour la pollution : bof : par exemple :

Grace à diverses mesures lÈgislatives et techniques, la pollution de líair par le dioxyde de soufre (SO2) et les oxydes díazote (NO ), principaux polluants, et, polluant secondaire ozone (O
3), a fortement diminuÈ en Suisse ces 15 dernières années
Par contre, les particules fines (PM, particulate matter) Èmises par les moteurs diesel augmentent depuis l’an 2000 et ont beaucoup contribuÈ à ce que les maxima aient largement dÈpassÈ la limite ponctuelle de 10 µg/m des Èpisodes de smog hivernal en 2003 et 2006.

http://www.medicalforum.ch/pdf.....26-047.PDF

17.  gorsky | 19/12/2007 @ 13:51 Répondre à ce commentaire

@ 18 ;
Dans ton petit texte, il est à peu écrit ce que dit n°17 puisque, je te cite : « les principaux polluants ont fortement diminué en Suisse ces 15 dernières années. »
Et il n’est pas dit que les fines particules des moteurs diésel soient des principaux polluants….
Donc ?
Bof….

18.  Marot | 19/12/2007 @ 13:52 Répondre à ce commentaire

#19 Qu’est-ce que cette nouvelle chose ? la pollution « mondiale »

Encore une invention sans signification comme la température moyenne ?

Plus précisément :

le taux de Pollution due aux diesels est largement depassé

Qu’est-ce que cela veut dire ?

19.  Abitbol | 19/12/2007 @ 14:17 Répondre à ce commentaire

#18
L’activité humaine pollue, et la vie, tout court, est une pollution.
La pollution est l’un des désavantages qu’engendre l’activité humaine.
Disons que tant qu’il y a plus d’avantages à l’activité humaine avec pollution que sans…

20.  DM | 19/12/2007 @ 14:26 Répondre à ce commentaire

#20
Lis la suite :

Des particules de suie sont déjà présentes dnas les macrophages alvéolaires des enfants et elles provoquent des insuffisances fonctionnelles, des pneumo- et cardiopathies, des cancers, et une augmentation des décés de 0.5% par palier de 10 µg/m3 PM10.

21.  miniTAX | 19/12/2007 @ 17:42 Répondre à ce commentaire

@DM, pourquoi ne pas consulter tout simplement le site de surveillance Suisse de la pollution ?

On constate qu’en Suisse, comme dans tous les pays développés, la pollution en particule comme la plupart des polluants atmosphériques (notablement le plomb et le SO2) a baissé. Eh oui, une vérité pas bonne à dire pour les catastrophistes.
Les histoires de hausse depuis 2000, c’est du pipeau.

22.  Fabge | 19/12/2007 @ 17:43 Répondre à ce commentaire

J’habite à Paris depuis plus de 50 ans. Que de chemin parcouru. Il faut avoir connu les immeubles crasseux de suie, l’odeur des gaz d’échappement des voitures de ce temps-là, les émanations des égoûts et j’en passe pour apprécier la situation actuelle, tout comme il faut avoir connu la misère paysanne, le tétanos, la polio, etc…pour se rendre compte que le progrès n’est pas un vain mot. Le passé est bien mort, qu’il reste dans sa tombe!
Certes, il y a de la pollution, il y en aura toujours, mais attention : souvent la pollution baisse (en teneur par exemple), mais, comme les normes baissent régulièrement, il sera toujours possible de dire que le monde est de plus en plus pollué.
Tant pis. Tout ce qui m’intéresse, c’est de savoir que j’ai 20 ans d’espérance de vie de plus qu’au moment de ma naissance.

23.  miniTAX | 19/12/2007 @ 18:14 Répondre à ce commentaire

souvent la pollution baisse (en teneur par exemple)

« souvent », c’est un euphémisme ! TOUS les polluants baissent en teneur, souvent de manière spectaculaire et certains ont carrément disparu comme le plomb. Il suffit d’aller consulter les données du site Airparif, disponible au public seulement depuis 2 ans car ce n’est pas très bon d’avouer ce genre de chose tout en continuant de tondre le moutontribuable.

24.  floyd | 19/12/2007 @ 18:25 Répondre à ce commentaire

« On constate qu’en Suisse, comme dans tous les pays développés, la pollution en particule comme la plupart des polluants atmosphériques (notablement le plomb et le SO2) a baissé »

Cela n’a pas empêché lors des dernières votations en Suisse de voir tous les partis, à l’exception de la droite dure, baser leur campagne sur la sauvegarde de l’environnement. Ce n’est pas étonnant puisque pratiquement tous les gens croient que la pollution augmente. La propagande écologique fonctionne parfaitement!

25.  fabge | 20/12/2007 @ 11:13 Répondre à ce commentaire

C’est d’autant plus dommageable que l’effort considérable qu’ont accompli les générations précédentes pour nous permettre de vivre dans un monde meilleur, où la faim recule et la santé progresse, est ainsi passé par profits et pertes, puisqu’on nous rabâche à longueur de temps que, en ce faisant, nous avons vécu dans l’erreur et égoïstement bousillé la planète.

26.  DM | 20/12/2007 @ 14:24 Répondre à ce commentaire

#21
Je ne vois pas pourquoi ta source serait plus fiable que la mienne.
Et sur tes courbes, depuis 2000 il y a effectivement une légère augmentation et ce qui ne se voit pas c’est l’augmentation des particules les plus fines, les plus dangereuses.

Un autre exemple concret de la pollution : toutes les mares de mon enfance ont disparues et c’est bien les déchets, la pollution qui en est la cause.

Les naufrage Erika etc.. ca pollue également..

On gagne du terrain dans certains domaine (et ca va s’accélérer) mais ca repart ou ca démarre dans d’autres.

#25
Le nombre de mort du SIDA a dépassé depuis un moment le nombre de victime de la peste bubonique.
C’est certain que les proportions n’ont rien à voir, mais un mort est un mort, une vie a autant de valeur aujourd’hui qu’hier.
Et certaines maladies qu’on croyait disparus sont revenus.
La technique progresse mais tout le monde n’en profite pas.

27.  Fabge | 20/12/2007 @ 15:37 Répondre à ce commentaire

@DM

Les mares (c’est un de mes objets d’étude) n’ont pas disparu à cause de la pollution mais simplement parce que, créées pour répondre aux besoins d’une économie rurale spécifique, elles ne répondent plus aux besoins actuels.

Quant au SIDA, je m’interroge sur le chiffre. La peste bubonique a tué le tiers de la population européenne au 14è siècle (on a moins d’informations sur ce qui s’est passé ailleurs. Je doute qu’on en soit là pour le Sida, y compris en Afrique.
Malgré tout, l’espérance de vie au niveau mondial croît.

28.  DM | 20/12/2007 @ 16:01 Répondre à ce commentaire

Pour les marres elles ont péris sous les déchets des agriculteurs du coin.
Je regrettes mes grenouilles vertes et rainettes que je voyais souvent à l’époque.
😀

29.  Abitbol | 20/12/2007 @ 17:48 Répondre à ce commentaire

Quand on commence à s’apesentir sur le passé, en disant que tout était mieux avant, c’est qu’on est pas loin d’être gâteux. Les vieux sont les plus conservateurs, c’est bien connu.

30.  miniTAX | 20/12/2007 @ 19:20 Répondre à ce commentaire

#29 Ah oui le bon vieux temps où les grenouilles pullulaient, quand on pétait de trouille de la petite vérole ou des grossesses non désirées, quand on était à deux doigts d’une guerre thermonucléaire dont le centre était en plein Europe, quand on allait au lavoir pour nettoyer son linge et quand on faisait les courses à vélo tous les jours sans quoi on mangerait la viande avariée, pour ceux qui avaient la chance d’en manger chaque jour, quand le moindre pépin de santé nous donnait un passeport direct pour l’au-delà en business class.

Qu’est ce qu’on était bien, et écolo sans le savoir en plus !

31.  Curieux | 20/12/2007 @ 19:51 Répondre à ce commentaire

@ 29 Ah ben, ça c’est ben vrrrai, même leûr 68 qu’y z’ont jamais fait, fôt point leur changer !

32.  fabge | 20/12/2007 @ 22:28 Répondre à ce commentaire

@DM

Il y a un organisme qui s’appelle le Pôle-relais Mares et Mouillères qui s’intéresse à la réhabilitation des mares. Si la question vous intéresse, rentrez en contact avec eux (références sur votre moteur de recherche préféré). Il y a également des délégations régionales.

33.  miniTAX | 21/12/2007 @ 9:54 Répondre à ce commentaire

Finalement, quand on y pense, si cette « déclaration » n’a réuni que 212 signataires, c’est bien que les histoires de « consensus de milliers de climatologues », c’est du vent.

Elles sont où les milliers de signatures des « milliers de scientifiques du GIEC » ????

34.  Marot | 21/12/2007 @ 13:26 Répondre à ce commentaire

#33

L’IPCC n’a pas de milliers de scientifiques. Il n’a que des représentants des gouvernements.

L’IPCC compile à sa manière des articles publiés et compte le nombre d’auteurs. Cela fait des milliers de noms.

35.  Laurent | 21/12/2007 @ 15:09 Répondre à ce commentaire

Même pas…. pour l’AR4, le nombre d’auteurs principaux est inférieur à 200.
(en comptant les auteurs jusqu’au rang 3 dans les publications retenues).
…. et les relecteurs font partie des auteurs principaux à 90% (donc sont juges et parties…)

Sorry, the comment form is closed at this time.