La position du gouvernement sur le réchauffement climatique

• • • • •

Une interview du 7 Janvier 2008 de la Secrétaire d’Etat à l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet, l’éminence grise du Ministre de l’Environnement Jean Louis Borloo. Elle expose son point de vue, donc celui du gouvernement actuel sur le réchauffement climatique.


{{flv_gov2008}}

Source TV Agri.info

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  miniTAX | 10/01/2008 @ 9:51 Répondre à ce commentaire

« Il faut dire la vérité aux Français » qu’elle dit la Secrétaire d’Etat ! Alors il faut qu’elle arrête de ressortir l’argument usé de « il y a quasi-consensus sur la question ». Les scientifiques ne sont d’accord sur quasiment rien. Les économistes encore moins. Et comme par hasard, il y a « quasi-consensus » quant il s’agit de l’origine humaine du réchauffement et de ses conséquences économiques ?!?
Non mais il faut être une bureaucrate pur jus pour ne pas se rendre compte que ça sonne faux.

Notons au passage que celle qui se réclame du « consensus des scientifiques » ne le trouve plus très pertinent s’agissant des OGMs dont elle est une adversaire déclarée, OGM dont l’inocuité a pourtant été confirmée par toutes les académies de sciences et de médecine de la planète.
Il faudrait qu’elle apprenne qu’on ne peut pas à la fois cracher et sucer.

2.  DM | 10/01/2008 @ 10:55 Répondre à ce commentaire

As-tu écouté les infos qui parlent de la position européenne vis à vis du mais transgénique ?
Pour l’inocuité des OGM rien n’est moins sur. Des études sur l’animal prouve que ce n’est pas sans effet.
Comme les téléphones portables, le nombre d’étude montrant sa nocivité est en constante augmentation.
Je n’ai pas à l’instant de sources pour le quasi-concensus, mais on peut dire qu’il y a beaucoup de monde dans les labos qui sont persuadés de l’origine humaine du réchauffement.

3.  maurice | 10/01/2008 @ 13:12 Répondre à ce commentaire

s’il y a « quasi-consensus » c’est qu’il doit y avoir « quasi-rechauffement » ou que l’homme est « quasi-responsable »…

bonjour la « quasi-prise de position »…

4.  Fabge | 10/01/2008 @ 13:33 Répondre à ce commentaire

@ DM

En ce qui concerne l’inocuité de telle activité, il est évident qu’il n’y en a pas, il y a toujours un impact pour chaque action. Le risque zéro etc…Reste à savoir quel est l’enjeu et l’acceptation du prix à payer. Si vivre 20 ans de plus se paie par un certain nombre de produits chimiques dans mon corps, je signe! Ceci me rappelle une phrase de je ne sais plus quelle femme, au moment du débat sur la pilule et tout ce qu’on évoquait en matière d’effets secondaires, réels d’ailleurs, et de son côté anti-nature : « J’emmerde la nature et je dis merci à la science ». (Si quelqu’un a la référence exacte?).
En ce qui concerne le consensus, moi qui fréquente le milieu des climatologues et publie dans cette matière, j’ai beaucoup de réserves. Il n’y a déjà pas de consensus sur la mesure du réchauffement; certains, et ils ont des arguments, vont jusqu’à le juger négligeable. Le CO2 et autres GES est une des hypothèses parmi d’autres. Il faut savoir que tout laboratoire CNRS ne peut tout simplement pas dire qu’il n’admet pas le postulat du RCA, ceci nous est répété régulièrement en réunion. Il n’empêche que, même parmi les labos qui affichent un soutien à la pensée en cours, il y a des chercheurs qui travaillent sur autre chose.

5.  miniTAX | 10/01/2008 @ 22:03 Répondre à ce commentaire

As-tu écouté les infos qui parlent de la position européenne vis à vis du mais transgénique ?

Bonjour DM,
La position européenne est que la France se met dans l’illégalité en interdisant le maïs MON810. Et chaque jour d’illégalité se traduit en amende sonnante et trébuchante. Mais c’est pas grave, le contribuable français paie pour la bêtise crasse du moustachu et à ses apologistes, comme d’hab.

6.  DM | 14/01/2008 @ 9:56 Répondre à ce commentaire

La position européenne est également de prendre en compte les constats pas très positifs des dernières expériences et du réexamen des expériences plus anciennes.

7.  maurice | 23/01/2008 @ 14:05 Répondre à ce commentaire

#6.
La position UE est surtout depuis hier soir la suivante: chaque citoyen UE devra supporter un coût de 3 euros par semaine et par citoyen européen d’ici 2020 pour le plan de lutte anti-RC.

http://www.lemonde.fr/web/depe.....-50,0.html

Compte tenu:
1- que nous (UE) sommes les seuls au monde à jouer à ce jeu-là
2- que nous (UE) ne savons chiffrer le ROI (aucune projection économique ni environnementale)
3- que le CO2 anthropique en tant que cause du RC est peut être le résultat d’un consensus, mais n’en demeure pas moins une hypothèse

et ben je trouve qu’on se tire une sacré balle dans le pied, si ce n’est dans la tête.

8.  Guillaume | 25/01/2008 @ 15:35 Répondre à ce commentaire

#7
« je trouve qu’on se tire une sacré balle dans le pied, si ce n’est dans la tête. »
Surement que ça ne servira à rien contre le RC, mais de toute manière il faudra appliquer un tel plan pour pouvoir se passer progressivement du pétrole et du gaz, prochainement en déclin. Donc ce ne sont pas des euros jetés par les fenêtres.

9.  maurice | 25/01/2008 @ 16:17 Répondre à ce commentaire

#8.

Si on veut se débarrasser du pétrole et du gaz, on promeut le nucléaire et basta; pas la peine de faire autant de chichis et de plans tordus à base de taxes hypocrites

10.  Abitbol | 25/01/2008 @ 17:44 Répondre à ce commentaire

Je n’ai pas à l’instant de sources pour le quasi-concensus, mais on peut dire qu’il y a beaucoup de monde dans les labos qui sont persuadés de l’origine humaine du réchauffement.

Et cela ne veut strictement rien dire… L’histoire humaine est constellée d’erreurs consensuelles. Par exemple, il y a eu une majorité d’Allemand pour porter Hitler au pouvoir en 1933. 12 ans plus tard, pensez-vous que ceux, qui jadis pensaient qu’il ferait un bon chancelier, avaient raison ?
On peut multiplier ces exemples par milliers. Il ne suffit pas d’être « persuadé » ou d’avoir des « quasi-certitudes »… il faut avoir raison !
Or, les connaissances humaines sur le climat sont minimes de l’aveu des scientifiques sérieux. Je vous laisse les autres DM.

11.  maurice | 25/01/2008 @ 18:05 Répondre à ce commentaire

#10.

L’exemple d’erreur consensuelle le plus frappant pour moi (et qu’on peut rapprocher de celui du RC) est la guerre d’Irak II.

Tout le monde non anglo-saxon ou opposant à G.W.Bush (Al Gore en tête d’ailleurs, les autres démocrates faisaient partie du consensus ;-)) s »indignait de la manipulation américaine pour déclencher la guerre préventive. Les membres (H.Blix en tête) de l’inspection COCOVINU désignée par l’ONU (comme le GIEC) avaient subi des pressions pour fabriquer ce consensus.
A l »époque, la probabilité que Hussein dispose d’armes de destruction massives etait grande, mais cette seule probabilité (absence de preuves formelles) n’avait pas suffi pour emporter l’adhésion de l’ONU (mais n’a pas empeché la guerre pour autant, qui a été qualifiée d’illégale par l’ONU).

Aujourd’hui on déclare une guerre préventive contre le CO2/RC sur les mêmes bases (présomptions) mais tout le monde trouve ça normal….

12.  miniTAX | 25/01/2008 @ 18:58 Répondre à ce commentaire

Oui mais bon, les fidèles de la COUAC sont aussi le plus souvent des anti-OGM acharnés.

Dans un cas, ils brandissent l’argument bidon du consensus. Dans l’autre, le consensus de toutes les Académies de science, de 99,99% des chercheurs spécialisés et de leur publication, des universités, des utilisateurs d’OGM… sur l’inocuité et les avantages massifs des OGMs ne vaut tout d’un coup plus rien. Pareil pour le nucléaire.

Bref, le partisan du consensus devient systématiquement agressif dès qu’on lui pose la question qui tue: « pour ou contre les OGM ? »

13.  maurice | 25/01/2008 @ 19:16 Répondre à ce commentaire

#12

Bref, le partisan du consensus devient systématiquement agressif dès qu’on lui pose la question qui tue: “pour ou contre les OGM ?”

oui mais ils vont te sortir leur argument massue: « ah oui, mais c’est pas pareil et pis de toutes façons j’cause pas aux climat-sceptiques, na »

14.  the fritz | 26/01/2008 @ 0:02 Répondre à ce commentaire

Minitax, je ne suis pas contre le progrès ni contre une société de consommation raisonnée; mais les OGM c’est l’industrialisation de l’agriculture, bouffer toujours plus et donner à manger à toujours plus de bêtes pour transformer en carnassier toujours plus d’humains et éventuellement favoriser la filière biocarburant; alors faut arrêter un jour, parce que se posera aussi le problème de l’irrigation; il y a d’autre façons de faire vivre mieux les gens que de les gaver que ce soit de produits manufacturés ou de bouffe, c’est de les éduquer, sinon cela se passera un jour comme avec la bourse: à force de faire crédit , arrivera un jour où la terre ne pourra plus fournir; cela n’a rien à voir avec l’inocuité et je pense d’ailleurs que la pression démographique sera telle que la demande sera plus grande que l’offre; mais je préfèrerais cent fois que le monde puisse vivre avec une agriculture le plus biologique possible

15.  laurent | 26/01/2008 @ 1:14 Répondre à ce commentaire

The fritz
Toutes les projections de l’ONU donnent pour la population mondiale un pic à 9 milliards d’habitants, qui sera atteint un peu avant la fin du siècle…. cela fait en gros 35% de plus qu’aujourd’hui.
Il ne devrait pas y avoir de problèmes pour les nourrir… à condition que l’agriculture de tout un tas de PVD, notamment en Afrique (ou va se situer le plus gros de l’apport de population) se modernise (A l’heure actuelle, une grande partie de l’agriculture Africaine est une agriculture de subsistance, sans intrants, sans lutte contre les parasites, sans irrigation, et avec des rendements très faibles).

Le but des OGM est de permettre une agriculture donnant des rendements équivalents à aujourd’hui, mais avec moins d’irrigation, moins d’intrants et moins de produits phytosanitaire… donc une agriculture plus « propre », moins agressive envers les sols, et moins couteuse.
Certe, il ne faut pas faire n’importe quoi… et les études à faire seront encore longues, et l’amélioration très progressive… et, comme dans tout progrès, il y aura des erreurs faites ici et la, et des problèmes qu’il faudra résoudre.
Cela fait plus de 10000 ans que l’homme manipule génétiquement les plantes, par sélection d’abord, puis par croisements et hybridation. Les manipulations génétiques directes ne sont qu’une façon plus moderne d’améliorer les plantes pour servir nos besoins.
On peut avoir peur du progrès, et tout rejeter en bloc…. c’est d’ailleurs un mouvement qui s’amplifie au XXIème siècle, qui par bien des cotés se dirige droit vers l’obscurantisme… mais il est certain que le mode de vie continuera à changer et les innovations scientifiques avec.
Mettre en place des organismes de contrôles, multiplier les études pour éviter au maximum les erreurs est une bonne chose.
… mais refuser les OGM en bloc est un mouvement de peur à peu prêt équivalent à celui du XIXième siècle qui craignait que les chemins de fer fasse tourner le lait des vaches.
On en rigole aujourd’hui en se gaussant des ignorants de l’époque…. c’est à peu prêt ce qui se passera dans un siècle quand on parlera de grande peur des OGM du début du XXIième siècle…

16.  the fritz | 26/01/2008 @ 9:40 Répondre à ce commentaire

tout à fait d’accord avec toi, la seule chose que je voudrais c’est que cela ne devienne pas une manipulation capitalistique

17.  maurice | 26/01/2008 @ 10:40 Répondre à ce commentaire

#15 et 16.

Oui mais la discussion ici n’est pas de statuer sur le bien-fondé des OGM ou pas mais de la position de blocage idéologique des groupes anti-OGM et ce malgré le consensus scientifique qui démontre (pour le MON810) son inocuité et le non-risque de dissémination spontanée.

Pour revenir au sujet du RC, ces anti-OGM devraient donc être considérés comme « OGM-sceptiques » et donc balayés de toute discussion et a fortiori décision, or ce n’est pas le cas.

C’est ce que dénonce miniTAX il me semble.

Sorry, the comment form is closed at this time.