Réchauffement climatique ?


Reid Bryson

Par Reid A. Bryson Ph.D., D.Sc., D.Engr., Professeur Emerite de Météorologie, de Géographie et de Sciences Environnementales, Université de Wisconsin, Madison.

[Reid Bryson est considéré comme le père de la climatologie moderne, auteur de 230 publications et 5 livres, climatologue le plus cité au monde selon le British Institute of Geographers]

Pas un jour ne se passe sans une nouvelle dans les médias contenant une référence à l'opinion de quelqu'un au sujet du "réchauffement global". Une recherche rapide par Internet dévoile littéralement des centaines d'articles sur le "réchauffement global". Chaque numéro de journal spécialisé sur la science atmosphérique contient normalement au moins un article sur le changement climatique, le plus souvent synonyme de "réchauffement global" ou certains de ses aspects. Des générations entières d'étudiants diplômés ont été formées à croire que nous connaissons le mécanisme principal du changement climatique et qu'il n'y a juste qu'à approfondir les détails. Pourquoi alors devrais-je vous ennuyer à parler de ce sujet avec un titre aussi ridicule ?

Je fais cela parce que, en tant que quelqu'un qui a passé de nombreuses décennies à étudier le sujet dans le cadre professionnel, je trouve qu'il y a d'énormes lacunes dans le niveau de compréhension de ceux qui font des déclarations les plus stridentes sur le changement climatique. Pour lire les nouvelles de manière rationnelle, un lecteur éduqué a besoin de quelques notions clés pour faire un tri rapide entre ce qui carrément absurde et ce qui est probablement correct. Je propose de fournir ces clés pour que le lecteur ait au moins un détecteur d'absurdité rudimentaire.Quelques absurdités courantes :

    1. Le réchauffement atmosphérique du siècle dernier est sans précédent. FAUX. Il y a littéralement des milliers de publications scientifiques avec des données qui montrent que le climat a changé d'une manière ou d'une autre pendant au moins 1 million d'années.
    2. C'est un fait que le réchauffement du siècle dernier est d'origine humaine et dû aux émissions de CO2. FAUX. C'est une théorie qui n'a aucune preuve crédible. Il y a un certain nombre de causes du changement climatique et tant qu'on n'a pas pu exclure toutes les autres causes, on ne peut attribuer le changement au seul CO2.
    3. Le gaz le plus important avec un effet de serre est le CO2. FAUX. La vapeur d'eau est au moins 100x plus efficace que le CO2 donc de petites variations de la vapeur d'eau ont plus d'influence que de larges changements de CO2.
    4. On ne peut pas contredire les modèles informatiques qui prédisent l'effet d'un doublement du CO2 ou autre "gaz à effet de serre". FAUX. Pour démontrer cela, on devrait démontrer que les modèles sont capables au moins de reproduire le climat présent. Ils ne peuvent pas faire cela même en rêve. Il y a des études qui montrent que la plage d'erreur des simulations des précipitations est de l'ordre de 100% et que la simulation de la température actuelle donne des plages à peu près identiques à celles prédites suites à un doublement de CO2. Pour de nombreuses régions, l'erreur sur les précipitations est de 300-400%.
    5. Je prétends que les mesures de CO2 sont mal faites. FAUX. Les mesures de CO2 sont faites correctement mais c'est leur interprétation qui est le plus souvent anti-scientifique.
    6. Il y a en général un consensus des scientifiques que la cause du CO2 sur un réchauffement du climat est un fait. Probablement FAUX. Je n'ai pas le souvenir d'avoir vu un vote et je sais que si un tel vote était organisé pour ceux qui sont les plus activistes sur la question, cela concernerait une part importante de gens qui ne connaissent pas suffisamment le climat pour avoir une opinion crédible. Faire un vote est une manière risquée de découvrir la vérité scientifique.

      Alors Que Pouvons Nous Dire au sujet du Réchauffement Global ?

      • Nous pouvons dire que la Terre s'est très probablement réchauffée au siècle dernier.
      • Nous ne pouvons pas dire quelle part de ce réchauffement est due aux émissions de "gaz à effet de serre" de l'homme tant que nous n'avons pas considéré d'autres facteurs comme les aérosols. La quantité d'aérosol dans l'atmosphère a été mesurée au siècle dernier mais à ma connaissance, les données n'ont jamais été utilisées.
      • Nous pouvons dire que la question des modifications d'origine humaine du climat est importante – trop importante pour être ignorée. Cependant, c'est devenu désormais une roue-libre médiatique et politique plutôt qu'un problème scientifique. Quel changement par rapport à 1968, l'année où je présentais un papier dans un congrès scientifique national où l'on me riait au nez pour avoir suggéré que l'homme pourrait changer le climat !

      Source

      Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
      101.  Kousougoulou | 18/12/2008 @ 11:52 Répondre à ce commentaire

      @chria. Les jeux sont-ils faits? Sans doute. Comme le disent beaucoup d’écologistes, ce qui fait défaut, c’est le temps.

      Ce type de constat va se généraliser et la culpabilisation va disparaître quand nous passerons d’acteurs à observateurs … le débat n’aura plus lieu d’être.

      102.  Astre Noir | 18/12/2008 @ 12:03 Répondre à ce commentaire

      Araucan (#99),

      Cela me rappelle les bouquins de SF des années 70 où l’humanité vivait dans un monde surpollué, exsangue, noir : cela ne s’est pas produit.

      Et encore…Certains écrivains de SF avaient du talent (je pense par exemple à JG Ballard). Et ce qu’ils écrivaient était de la fiction.
      Ici, il n’y a aucun talent d’écriture, et ils prétendent prédire l’avenir.
      Du sous Nostradamus.
      Et encore, Nostradamus avait lui aussi un réel talent poétique, et il avait écrit ses Centuries avec une telle imprécision qu’il était possible d’y trouver à posteriori la prédiction de n’importe quel évènement.
      Là, les prévisions sont tellement précises, et à tellement brève échéance, que le ridicule va bientôt les atteindre.

      Ce que j’aime bien, ce sont des phrases comme
      « le processus échappera à notre contrôle. » ou encore « Un fois ce point dépassé, l’humanité perdra le contrôle »

      Toujours cette horrible arrogance à dire que l’homme peut prétendre contrôler le climat.

      C’est d’ailleurs curieux de constater que sur ce point les écolo-intégristes rejoignent finalement d’autres exaltés que sont certains chrétiens tout aussi intégristes violemment anti-écolos qui prétendent que l’homme a été installé par Dieu sur Terre avec pour mission de soumettre la planète et l’environnement.

      103.  Fabge | 18/12/2008 @ 12:11 Répondre à ce commentaire

      @101

      Les jeux sont faits : on va vers le froid, seule son intensité est encore un mystère.

      104.  Araucan | 18/12/2008 @ 12:13 Répondre à ce commentaire

      JG Ballard a toujours du talent même s’il reste … déprimant, mais parfois très pertnent sur certains aspects). Je préfère Norman Spinrad (même si c’est moins littéraire…mais ce n’est pas un Anglais.)

      L’intégrisme climatique ressemble aux autres intégrismes et la formule est bonne, avec la « même arrogance » envers le monde physique et humain aussi.

      Les minorités qui se croient éclairées et veulent sauver (pardon, mener) le monde, sont dangereuses, structurellement, quel que soit leur message.

      105.  scaletrans | 18/12/2008 @ 12:31 Répondre à ce commentaire

      chria (#97),

      http://www.contreinfo.info/art.....ticle=2414

      J’ai été voir… j’aurais aimé balancer une boule dans ce ramassis de quilles cinglées, mais le forum est fermé (peut-être à cause d’autres personnes qui ont eu la même idée?)

      106.  Bof | 18/12/2008 @ 12:38 Répondre à ce commentaire

      @chria (#97): merci pour l’article

      Je lis ce blog depuis qques temps, il est bien intéressant…et réjouissant !

      Sur l’article de Chria, j’aime bien la phrase « Une fois ce point dépassé, l’humanité perdra le contrôle ».
      Et si le fantasme de tous ceux qui crient au loup sur le RCA ce n’était pas celui-là: tout contrôler, et en particulier le climat ?
      S’imaginer que l’homme, avec ses 4×4, est plus puissant que le soleil et les océans réunis pour faire varier le climat, c’est pas excitant ça ?

      En fait, depuis le Titanic, on a rien appris: on se croit toujours plus forts que la nature. (Pas mal la comparaison avec le Titanic – le lourd paquebot du RCA pourrait bien finir pareil: écrasé contre…un iceberg !)

      107.  Fabge | 18/12/2008 @ 12:58 Répondre à ce commentaire

      @Bof

      Ceci renvoie au texte de Serge Galam (Les Scientifiques ont perdu le Nord chez Plon ou l’article du Monde de février 2007) :
      – si on admet que l’homme peut influer sur le climat, c’est rassurant, on peut toujours s’en sortir (encor que : la crise économique actuelle…),
      – si on admet qu’on n’y peut rien, c’est angoissant, la fatalitas chère à chéri-bibi.

      108.  miniTAX | 18/12/2008 @ 13:04 Répondre à ce commentaire

      C’est d’ailleurs curieux de constater que sur ce point les écolo-intégristes rejoignent finalement d’autres exaltés que sont certains chrétiens tout aussi intégristes violemment anti-écolos qui prétendent que l’homme a été installé par Dieu sur Terre avec pour mission de soumettre la planète et l’environnement.

      Ca n’a rien de curieux, l’écologisme est juste une religion de substitution aux religions séculaires. On y trouve exactement les mêmes mécanismes qui soutiennent une foi irrationnelle. Prenons l’exemple du réchauffisme :
      – la croyance (on comprend le climat et on peut le protéger)
      – le péché (le diable s’appelle Siyoutwo ou pour les intimes CO2),
      – la punition (le dérèglement climatique),
      – l’apocalyse imminente (tipping point, emballement thermique…),
      – les prophètes (Al Gore & Co) voire le messie (Obama),
      – les rituels de rédemption (recyclage, petit doigt aux 4×4)
      – les pèlerinages (Bali, Poznan)
      – les lieux saints (l’Arctique, Maldives)
      – les oboles voire indulgences (compensation carbone)
      – la bible (rapports du GIEC)
      et bien sûr, la promesse de rédemption: sauver le climat.

      L’écolo-réchauffisme est juste une religion païenne: le paganisme. Ceux qui balaient d’une main une religion ne font qu’en éteindre une autre, même s’ils se refusent à le reconnaître.
      Comme dirait un philosophe, « on n’a jamais été moderne ». Chassez le naturel, il revient au galop.

      109.  Kousougoulou | 18/12/2008 @ 13:32 Répondre à ce commentaire

      @Bof. Je ne suis pas d’accord avec votre analyse sur l’humilité. Comment se fait-il que certains scientifiques en arrivent à dire qu’une bactérie (10E-16 kg) et sa petite famille pourrait mettre à mal un homme (70kg) ?

      110.  Curieux | 18/12/2008 @ 14:03 Répondre à ce commentaire

      Kousougoulou (#109),
      Ça veut dire quoi vos 2 lignes ???????

      111.  chria | 18/12/2008 @ 14:09 Répondre à ce commentaire

      @minitax
      fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Action_cl%C3%A9ricale.jpg

      Kousougoulou (#109),
      Peut-être pour avoir des crédits ?

      112.  Kousougoulou | 18/12/2008 @ 14:15 Répondre à ce commentaire

      @Tous. Que dire de l’humilité à dire que l’homme peut prétendre n’avoir aucune influence sur le climat, sur la terre, sur l’environnement … Que c’est une humilité mal placée, que c’est en fait un manque d’humilité.

      @miniTAX – l’ECONO
      L’économisme de marché est une religion de substitution aux religions séculaires. C’est la grande gagnante de toutes les religions humaines. Elle est basée sur l’égoïsme positif et renie la plupart des valeurs de toutes les autres religions.
      – la croyance (on comprend l’économie et on peut l’améliorer)
      – le péché (l’auto suffisance, le protectionnisme)
      – la punition (la guerre des ressources)
      – l’apocalypse imminente (la récession, la déflation)
      – les prophètes (la majorité des économistes)
      – les rituels de rédemption (privatisation)
      – les pèlerinages (FMI, OMC … )
      – les lieux saints (la City et Wall Street)
      – les indulgences (ouvrir son marché)
      – la bible (les rapports du FMI, OMC …)

      113.  scaletrans | 18/12/2008 @ 21:23 Répondre à ce commentaire

      Kousougoulou (#112),

      Que dire de l’humilité à dire que l’homme peut prétendre n’avoir aucune influence sur le climat, sur la terre, sur l’environnement … Que c’est une humilité mal placée, que c’est en fait un manque d’humilité.

      Il n’est pas question ici d’humilité ou d’orgueil, il s’agit de réaliser que la signature anthropique est, jusqu’à maintenant, invisible dans le climat, et que cela a été prouvé de multiples manières. L’orgueil consiste justement à dire le contraire sans preuves, et même, encore pire, à envisager, pour inverser une tendance qui n’existe pas, à prétendre intervenir directement par des manœuvres soit inutiles, soit éminemment dangereuses, sur la nature comme sur la société.

      Sorry, the comment form is closed at this time.