La fonte des glaces du pôle nord devrait atteindre à nouveau des records cet été

• • • • •

Selon les climatologues américains, la saison d’été 2008 devrait être marquée comme l’année dernière par une fonte record de la calotte glacière au pôle nord. L’Antarctique, qui est pour le moment dans l’ensemble préservé, pourrait aussi connaître un sort semblable avec la résorption du trou de la couche d’ozone, avertissent-ils.

Par Randolph E. Schimd, AP

La glace en Arctique continuera à diminuer d’épaisseur, et le réchauffement climatique devrait commencer à affecter également l’Antarctique, avertissent les scientifiques. « Le pronostic à long terme n’est pas très optimiste, » a déclaré Jennifer Francis, climatologue de l’Université Rutgers, lors d’une réunion d’information qui s’est tenue vendredi.

L’été dernier, la diminution de la glace au pôle a atteint un niveau record, phénomène que de nombreux observateurs attribuent au réchauffement de la planète.

Mais bien que le rayonnement solaire et le niveau des gaz à effet de serre dans l’atmosphère soient les mêmes aux deux pôles terrestres, à ce jour ces régions ont réagi différemment, peu de changements ayant été constaté dans le Sud, remarque James Overland océanographe à la National Oceanic and Atmospheric Administration.

Les conclusions des chercheurs indiquent que dans le Nord, le réchauffement climatique et la variabilité naturelle du climat se sont renforcés l’un et l’autre, créant en Arctique un situation nouvelle caractérisée par une calotte de glace bien moindre étendue que par le passé.

« Il y a très peu de chances pour que le climat revienne aux conditions d’il y a 20 ans », ajoute-t-il.

D’autre part, M. Overland indique que le trou d’ozone dans l’Antarctique y a modifié la situation en maintenant des températures plus faibles sur la majeure partie du continent excepté la péninsule pointant vers l’Amérique du Sud.

« Il y a donc une explication scientifique donnant la raison pour laquelle nous ne constatons pas d’importants changements dans l’Antarctique tels que ceux que nous voyons dans l’Arctique », note-t-il.

Mais M. Overland ajoute que lorsque le trou d’ozone diminuera dans les années à venir, le réchauffement de la planète commencera à influer également sur le pôle Sud.

Cette réunion d’information portait sur de nouvelles données qui feront l’objet d’une publication la semaine prochaine dans la revue Eos, de l’American Geophysical Union.

M. Overland déclare qu’il avait jusqu’alors fait partie des sceptiques quant aux effets du changement climatique mondial. Ces nouvelles données, qu’il a qualifiées de « surprenantes », ont été établies récemment dans un atelier de recherche, précise-t-il.

Il existe un concordance entre les observations météorologiques, les résultats des modèles climatiques informatiques et les prévisions des scientifiques décrivant ce qui devrait se produire, note Mme Françis.

Tous les éléments de preuve pointent en direction d’une cause humaine pour le changement climatique aux pôles, déclare-t-elle, et c’est là une conclusion qui « affaiblit davantage les arguments de ceux qui insistent sur le fait qu’il n’y a pas à s’inquiéter sur le changement climatique d’origine humaine. »

Le climatologue Gareth Marshall de la British Antarctic Survey précise que, bien que le terme de réchauffement de la planète soit largement utilisé, les choses sont plus compliquées au niveau régional.

Dans l’Antarctique, explique-t-il, le changement climatique a renforcé les vents soufflant autour du continent, y piégeant ainsi de l’air froid. Mais cela diminuera à l’avenir, et permettra alors l’apparition de conditions climatique plus chaudes.

M. Marshall ajoute que désormais toutes les études montrent que les activités humaines sont la cause du changement climatique dans l’Antarctique.

Questionné sur l’éventualité que la disparition des glaces au pôle nord cette saison puisse être semblable au record de l’année dernière, M. Overland a jugé que c’était probable.

« Les estimations indiquent que la couverture minimale de la banquise en septembre prochain, serait la même que celle que nous avons eu l’été dernier, soit 40% inférieure par rapport à il y a 20 ans », prévoit-il. M. Overland ajoute que la glaciation hivernale a connu un démarrage tardif à l’automne dernier.

Mme Francis remarque que « au total, depuis l’automne, l’hiver et jusqu’à aujourd’hui, la concentration de glace, la quantité de glace dans la zone Arctique, a été en dessous de la normale à chaque moment. »

« Toutes les indicateurs présagent, non pas d’une reglaciation, mais de quelque chose de semblable à ce que nous avions l’été dernier et peut-être pire », prévoit-elle.

Traduction Contre Info

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
101.  floyd | 6/06/2008 @ 11:08 Répondre à ce commentaire

@cocaaladioxine

Le site CO2Science a une page spécialement sur l’optimum médiéval. Cette page recense des centaines d’études qui ont été faites dans tous les continents:
http://www.co2science.org/data/mwp/mwpp.php

La grande majorité des études montre qu’il faisait certainement plus chaud que maintenant.
Pour la liste des institutions citées:
http://www.co2science.org/data.....utions.php

102.  hwkf | 6/06/2008 @ 11:20 Répondre à ce commentaire

Deux réponses en vitesse. L’argument du « thermomètre a été inventé en 1850 », est souvent ressorti, mais est incroyablement faux. Les premiers enregistrements date de 1659 ( véridique ). Les premiers enregistrements homogénéisés et donc exploitable date de 1772 ( il y a plus de 200 ans … ). Et pour 1850, je peux vous citez une dizaine de séries fiables, évidemment dans les pays développés de l’époque donc principalement Europe.

En été la banquise fond, c’est une évidence. Mais en été, l’anomalie d’extension ne doit pas fondre. Ce qui me semble est aussi une évidence. Evidence largement mise en défaut depuis 2002, en été comme en hiver d’ailleurs.

Concernant le caractère standard de l’extension dans le bassin central, c’est totalement décalé par rapport à ce que je disais. Je parlais de la mer de Beaufort, qui est actuellement en déficit de 15 à 20%. D’ailleurs, les 500 000 kilomètres² qu’il manque dans le bassin central (visible sur le graphique du post précédent) manquent juste au Nord de la mer de Beufort. Ce qui finalement ne change pas la conclusion que la glace âgée est attaqué à l’heure actuelle, et ceci dés mi-mai.

Pour la corrélation négative, la conclusion s’appuye évidement sur l’Hadley Center. Données qui sont les seuls à noter un refroidissement depuis 2002 à la surface, comparées aux données de la NOAA et de la NASA. Une des raisons est la plus grande réserve à reconstituer les températures là où elles ne peuvent être directement mesurées.

Pour l’AO, c’est gentil de tout mettre sur son dos, encore faut-t-il préciser qu’elle est actuellement plutôt neutre, ce qui est un peu problématique tout lui mettre sur le dos.

D’ailleurs, voici une carte rafraîchissante : http://fr.wikipedia.org/wiki/I.....s_1943.jpg.
Je vous conseille de suivre le lien et de vous baladez dans la bibliothèque, c’est tout à fait intéressant pour remettre 2007 à sa juste place.

103.  jnoel70 | 6/06/2008 @ 12:16 Répondre à ce commentaire

et dis donc pourquoi tu parles pas de la banquise antarctqiue qui bat un record d’extension cette année apres l’été 2007? ca te gène d’en parler, ca te donne des boutons peut etre? bon allez preque Dix millions de km 2 d’extension actuellement, c’est un millions de km 2 de surplus et elle n’a jamais été aussi etendue depuis 1979.

Ca t’etonnes hein? ne t’etrangle pas en lisant ca…

104.  jnoel70 | 6/06/2008 @ 12:23 Répondre à ce commentaire

c est catastrophique nous allons droit vers un refroidissement du climat.Il faut augmenter l’effet de serre et le co2.Chacun peut agir et doit agir sinon nous allons tous mourir de froid.

105.  cocaaladioxine | 6/06/2008 @ 13:17 Répondre à ce commentaire

Il ne faut pas oublier que l’HN et l’HS ont des réponses très différentes par rapport à un éventuel changement climatique, la raison principale étant qu’il y a beaucoup plus de terres au nord qu’au sud (et que les terres réchauffent plus vite).

Laissez-moi au passage rectifier une autre fausse vérité : depuis 2001, on sait que, s’il y a réchauffement global, la surface de l’arctique est censée diminuer et celle de l’antarctique est censée augmenter, pour cause de chutes de neiges plus importantes. Il s’agit de prévisions des modèles ayant été faites 6 ans avant l’observation du début de l’extension. En d’autres termes, le fait que l’un fond et l’autre s’étend est une confirmation de l’existence du RC, pas un argument contre celui-ci.

Pour les barres d’erreur de mon graphe, pas la moindre idée, ce n’est pas moi qui l’ai fait. Je ne dis pas que vous devez tous rajouter des telles barres à vos données, mais ne rejetez pas un modèle sans savoir si les domaines se recouvrent ou non…

106.  miniTAX | 6/06/2008 @ 13:25 Répondre à ce commentaire

@102

Pour la corrélation négative, la conclusion s’appuye évidement sur l’Hadley Center. Données qui sont les seuls à noter un refroidissement depuis 2002 à la surface, comparées aux données de la NOAA et de la NASA.

Bah non, c’est FAUX. les 3 agences qui fournissent la température globale de surface montrent toutes un refroidissement depuis 2002.
Idem pour les 2 températures par satellite (RSS & UAH).
Pourquoi ce mensonge ?

107.  miniTAX | 6/06/2008 @ 13:35 Répondre à ce commentaire

@105

depuis 2001, on sait que, s’il y a réchauffement global, la surface de l’arctique est censée diminuer et celle de l’antarctique est censée augmenter, pour cause de chutes de neiges plus importantes.
Il s’agit de prévisions des modèles ayant été faites 6 ans avant l’observation du début de l’extension.

Quel modèle a prévu il y a 6 ans une hausse de banquise de l’Antarctique ??? Si ça existe, montre le nous. Tu ne peux pas ? Alors arrête de balancer tes affirmations sans preuve.

Au passage, avant que tu ne t’enfonces davantage dans tes délires, on parle ici de banquise de mer dont la formation est réglée principalement par la température et non les chutes de neige. Donc tes explications enfumées dans le genre « que ça fond ou que ça englace, c’est le RC » sont complètement à côté de la plaque.
Mais ça, on commence à s’habituer.

108.  jnoel70 | 6/06/2008 @ 14:04 Répondre à ce commentaire

oueh c est complètement faux ces affirmations. les rechauffistes l’ont dans le baba une fois de + et sont incapable d’avoir une explication sur ce phénomène, la preuve aucune publicité de leur part, il suffit de lancer une recherche sur google en tapant extension record de la banquise antarctique.

la seule chose qu’on trouve ce sont des articles sur la fonte d’un morceau de la banquise antarctique ou alors la fonte de la banquise arctique.

vous etes de mauvaise foi avec votre rechauffement.Rien de vos théorie ou previsions ne se réalise, le mois de mai 2008 est le plus froid jamais observé, le refroidissement climatique est en marche et on nous parle encore de réchauffement. C’est terminé bande de vieux jeu…
changez de disque!

109.  cocaaladioxine | 6/06/2008 @ 14:42 Répondre à ce commentaire

chers amis,

Quel modèle a prévu il y a 6 ans une hausse de banquise de l’Antarctique ??? Si ça existe, montre le nous. Tu ne peux pas ? Alors arrête de balancer tes affirmations sans preuve.

oueh c est complètement faux ces affirmations.

Que dire face à de tels arguments scientifiquement fondés ? La prédiction d’une extension de l’antarctique était déjà présente dans le rapport du GIEC de 2001. Mais j’avoue m’être trompé : après de plus amples recherches, des modèles prédisaient déjà cela en 1996. Voici un article considéré comme une référence sur la chose :

A possible change in mass balance of Greenland and Antarctic ice sheets in the coming century
Ohmura A, Wild M, Bengtsson L
JOURNAL OF CLIMATE Volume: 9 Issue: 9 Pages: 2124-2135 (SEP 1996)

The surface mass balance of the Greenland and the Antarctic ice sheets is simulated using the ECHAM3 GCM with T106 horizontal resolution .A comparison of the two experiments over Greenland and Antarctica shows to what extent the effect of climate change on the mass balance on the two largest glaciers of the world can differ. On Greenland one sees a slight decrease in accumulation and a substantial increase in melt, while on Antarctica a large increase in accumulation without melt is projected. Translating the mass balances into terms of sea-level equivalent, the Greenland discharge causes a sea level rise of 1.1 mm yr(-1), while the accumulation on Antarctica tends to lower it by 0.9 mm yr(-1). The sea level change of the next century can be affected more effectively by the thermal expansion of seawater and the mass balance of smaller glaciers outside of Greenland and Antarctica.

Oups, on dirait que vos idées préconçues ont 12 ans de retard… J’ai plein d’autres références comme ça si vous voulez :0) Plus récentes, plus précises, montrant enre autres pourquoi la péninsule réchauffe plus vite que le centre, etc.

110.  miniTAX | 6/06/2008 @ 15:18 Répondre à ce commentaire

@109
Je viens de te dire qu’on parle d’extension de la banquise de mer et non des plateformes glaciaires continentales (ice sheets). Tu as besoin d’un traducteur français-belge ?

111.  hwkf | 6/06/2008 @ 16:20 Répondre à ce commentaire

Malheureusement pour vous, la banquise se constitue aussi, et même principalement en hiver, avec de la neige. l’Océan est bien trop doux en profondeur pour prendre sur plusieurs mètres. La formation de la banquise, si au départ s’appuye sur la congélation d’eau de mer, nécessite aussi l’apport de précipitation solide pour pérenniser la glace. L’importance de la banquise réside d’ailleurs dans son rôle d’isolant, entre l’Océan, doux et qui ne gèle donc pas en profondeur, et l’atmosphère froide.

Tandis que pour l’extension de l’Antarctique, non, je ne m’étrangle pas, merci bien. Je remarque juste qu’il s’agit d’un phénomène parfaitement compris et anticipé. Il s’intègre d’ailleurs mieux dans la logique d’une augmentation de la superficie de la banquise, que l’arctique ne s’intègre dans une logique de diminution de la banquise. Pour être plus précis, il faudrait se lancer dans la recherche des écarts types. Mais il est clair les 3 millions d’anomalies d’area de l’année dernière ne pourront être justifiés, à la différence des 2 millions d’anomalie positive de l’Antarctique.

Enfin, pour les données NASA et NOA, ont ne doit pas avoir les mêmes sources. Si on en revient à la recherche d’une courbe de tendance linéaire, voici ce qui ressort de Microsoft Excel ( en centième de degré par mois ) :
Nasa ( 1999 à 2007 ): y = 0,284x + 46,282
R² = 0,2898 ( 3,4°/siècle )
NASA ( 2002 à 2007 ): y = 0,064x + 66,192
R² = 0,0098 ( 0,77°/siècle )
NOAA ( 1999 à 2007 ): y = 0,18x + 0,4133
R² = 0,2086 ( 2,16°/siècle )
NOAA ( 2002 à 2007 ): tendance non significative.

La NASA est comme toujours la plus réchauffiste, mais je ne vois pas en quoi ces données montrent un refroidissement quelconques.

112.  cocaaladioxine | 6/06/2008 @ 16:41 Répondre à ce commentaire

cher ami,

il s’agit ici d’un vieil article, un des premiers à proposer une augmentation de la masse de glace en antarctique. S’il ne parle pas des banquises de mer, c’est tout simplement que le modèle ne s’y intéressait pas.

D’autres articles sont parus (fin années 90-début 2000) montrant que cette effet s’étend aux eaux de mer proches, sauf pour une partie de la péninsule. Je vous donnerai les références lundi (pas le temps aujourd’hui, désolé). Je pense en particulier à des modèles développés par le centre Hadley. D’après mes souvenirs, c’est principalement un effet de propagation dû, entre autres, à la fonte latérale de glace (cf modèle de Harvey en 88)

Vous pouvez déjà essayer de préparer quelques contre-arguments cinglants tels que « c’est même pas vrai ». Par contre il va falloir penser à utiliser autre chose que google – vous risquez surtout de tomber sur des sites « sceptiques ».

113.  Curieux | 6/06/2008 @ 17:31 Répondre à ce commentaire

1750 au lieu de 1850 exact mon doigt à fourché. Mais quand notre cher coco confond « ice sheets » et « ice sea », quelle dextérité !

Mais à cette correction près le post reste vrai.
Les modèles sont dans le décor, la T° ce casse la gueule et les soit-disants évidences style la fonte de l’Antarctique, ouaf ! ouaf ! ouaf !

Et quand à ton graphe sur l’Optimum Médiéval sortie… tiens sotie d’où ?

Chuuut ! sources spéciales bidonnées pour alarmiste à la peine.

Google va t-être insuffisant.

114.  miniTAX | 6/06/2008 @ 17:56 Répondre à ce commentaire

Malheureusement pour vous, la banquise se constitue aussi, et même principalement en hiver, avec de la neige. l’Océan est bien trop doux en profondeur pour prendre sur plusieurs mètres.

Les précipitations en Antarctique, c’est moins de 50 mm/an, et surtout en été, pas en hiver. Donc dire que « la banquise est faite principalement de précipitations » est de l’ineptie.

Tandis que pour l’extension de l’Antarctique, non, je ne m’étrangle pas, merci bien. Je remarque juste qu’il s’agit d’un phénomène parfaitement compris et anticipé.

Mais » anticipé » par qui Grand Dieu ?!? Où sont elles ces « anticipations ». Si elles existent, il faut surtout les montrer vite au reste des mortels et non les laisser dans la tour d’ivoire des prophètes du climat.

NOAA ( 1999 à 2007 ): y = 0,18x + 0,4133
R² = 0,2086 ( 2,16°/siècle )
NOAA ( 2002 à 2007 ): tendance non significative.

Oui donc merci de confirmer la température baisse depuis 2002 pour toutes les agences, surtout si on prend AUSSI les mois de 2008. Il est amusant de constater votre mauvaise foi inouïe. Quand la température baisse, on ne montre pas les chiffres et on dit « tendance non significative ». Non mais lol quoi.

115.  miniTAX | 6/06/2008 @ 18:04 Répondre à ce commentaire

il s’agit ici d’un vieil article, un des premiers à proposer une augmentation de la masse de glace en antarctique. S’il ne parle pas des banquises de mer, c’est tout simplement que le modèle ne s’y intéressait pas.

@112. Mais alors pourquoi tu as affirmé sans vergogne que « La prédiction d’une extension de l’antarctique était déjà présente dans le rapport du GIEC de 2001 » ?

Une augmentation de la « masse de glace en antarctique » ne peut concerner que l’épaisseur et non l’extension, tout comme une augmentation de neige dans les Alpes ne peut PAS faire augmenter la superficie de l’Europe. Et on ne peut pas mesurer les variations d’épaisseur de l’Antarctique (du continent), par contre on peut mesure l’extension de la banquise (qui concerne le pourtour du continent).

Réfléchis 2 secondes (enfin, quelques centaines de s pour toi). Ca y est, tu vois maintenant la différence maintenant ice sheet et sea ice ?

116.  jnoel70 | 6/06/2008 @ 18:51 Répondre à ce commentaire

pas la peine de perdre son temps avec des personnes qui sont lobotomisées par le discours rechauffiste. C’est comme essayer de faire sortir quelqu un d une secte, tres difficile.

Les pauvres sont completement abrutis…

117.  Curieux | 6/06/2008 @ 18:58 Répondre à ce commentaire

Les pauvres sont completement abrutis

Je ne dirais pas ça, ils font partie de ces gens qui veulent s’insérer dans un monde qu’ils ne comprennent pas, alors ils suivent ce qui se dit.
Ce sont plutôt des moutons de Panurge.

Mais leur fin reste tragique…

118.  hwkf | 6/06/2008 @ 19:15 Répondre à ce commentaire

Il y a quand même une différence fondamentale entre tendance non significative et baisse des températures. Dans le premier cas, la série est trop courte pour conclure quoi que ce soit sur la tendance. Dans le deuxième cas, on conclut quelque chose. J’espère que cette différence ne vous as pas échappé.

50mm/an, c’est sur le continent, là où règne en maître l’antyclone. Autour du continent, le contraste entre air froid et sec du continent et douceur humide de l’océan est à l’origine d’un collier de dépressions autour de l’anticyclone. Donc, dire qu’il tombe 50 mm/an sur la banquise est une ineptie. Ensuite, on ne confond pas ice sheet et sea ice. Seulement, la neige est là pour pérenniser l’ice area, cf par exemple la fonte latérale.

119.  Curieux | 6/06/2008 @ 19:49 Répondre à ce commentaire

Mais ce qui est signifcatif, c’est que la corrélation CO2 T° est NEGATIVE depuis 2002.
Mais aussi entre 1934 et 1980.

Ce qui veut dire que sur les 115 dernières années (les années « polluées » par l’homme) nous avons eu :
1895 – 1934 soit 40 ans de corrélation positive,
1934 – 1980 soit 44 ans de corrélation négative,
1980 – 2002 soit 22 ans de corrélation positive,
2002 – 2008 soit un début de 6 ans de corrélation négative en cour.

Et avec ces données que des scientifiques ??????? ont conclu que c’est le CO2 qui réchauffe la Terre !
Même mieux, la partie anthropique du CO2 !

miniTAX a raison, c’est une FARCE.

120.  laurent | 6/06/2008 @ 22:04 Répondre à ce commentaire

@hwkf

Les premiers enregistrements homogénéisés et donc exploitable date de 1772 ( il y a plus de 200 ans … ). Et pour 1850, je peux vous citez une dizaine de séries fiables, évidemment dans les pays développés de l’époque donc principalement Europe.

Homogénéisé et fiables? Whaou!!!!
Bien entendu on a retrouvé tous les différents thermomètres utilisés au cours du temps et on les a interétalonné?
C’te bonne blague… allez, soyons bonne poire… à 1 ou 2 ° prêt, cela doit le faire.

Et il n’y a pas que cela,… j’ai aussi une magnifique série sur Sydney qui a 250 ans, et qui montre une belle tendance (sur les 250 ans) qui doit avoisiner les 3°

Naturellement, on a pas vraiment tenu compte du fait qu’il y 250 ans, la station de mesure se trouvait en plein Bush, et qu’aujourd’hui elle se situe pas loin du centre ville… en plein milieu des immeubles..

Les mesures, quand on sait plus les reproduire à l’identique, il faut TOUJOURS les manier avec précaution…. et pas seulement quand elles nous dérangent…

Quand à la glacio… faudrait que je m’y intéresse… je n’y connais vraiment rien… 😉

122.  hwkf | 6/06/2008 @ 22:19 Répondre à ce commentaire

P.S. : j’ai oublié, pour la NOAA, tendance non significative signifie que la courbe de tendance a du mal à représenter les données, c’est-à-dire qu’on ne peut rien faire dire à la série sur cette période, et donc qu’on ne peut pas la corréler à quoi que ce soit.

123.  laurent | 6/06/2008 @ 22:26 Répondre à ce commentaire

Merci pour le papier hkwf

Il confirme ce que j’ai dis: pas d’inter-étalonnage des instruments et sa conclusion statue assez bien sur la fiabilité, l’influence mal connue de l’urbanisation et la qualité de l’homogénéisation…. toute relative.

124.  cocaaladioxine | 9/06/2008 @ 9:01 Répondre à ce commentaire

Rebonjour à tous,

voilà, je suis de retour comme promis avec une référence montrant que des modèles existent depuis longtemps, qui montrent qu’un RC induit une fonte des glaces en arctique et une extension de celles-ci en antarctique. Avant de la détailler, je ne peux m’empêcher de rappeler (une fois de plus, c’est trop drôle) certaines réactions

Quel modèle a prévu il y a 6 ans une hausse de banquise de l’Antarctique ??? Si ça existe, montre le nous. Tu ne peux pas ?

“que ça fond ou que ça englace, c’est le RC” sont complètement à côté de la plaque. Mais ça, on commence à s’habituer.

Les modèles sont dans le décor, la T° ce casse la gueule et les soit-disants évidences style la fonte de l’Antarctique

des personnes qui sont lobotomisées par le discours rechauffiste. Les pauvres sont completement abrutis…

ces gens qui veulent s’insérer dans un monde qu’ils ne comprennent pas, alors ils suivent ce qui se dit. Ce sont plutôt des moutons de Panurge.

oueh c est complètement faux ces affirmations. les rechauffistes l’ont dans le baba une fois de + et sont incapable d’avoir une explication sur ce phénomène

Chuuut ! sources spéciales bidonnées pour alarmiste à la peine.

Rien de vos théorie ou previsions ne se réalise, le mois de mai 2008 est le plus froid jamais observé, le refroidissement climatique est en marche et on nous parle encore de réchauffement. C’est terminé bande de vieux jeu…
changez de disque!

Bon, allez, je m’arrête… Donc, comme je le disais, voici une référence (il y en a bien d’autres mais j’ai autre chose à faire désolé)

Observed Hemispheric Asymmetry in Global Sea Ice Changes
D. J. Cavalieri, * P. Gloersen, C. L. Parkinson, J. C. Comiso, H. J. Zwally
Science 7 November 1997: Vol. 278. no. 5340, pp. 1104 – 1106

From November 1978 through December 1996, the areal extent of sea ice decreased by 2.9 ± 0.4 percent per decade in the Arctic and increased by 1.3 ± 0.2 percent per decade in the Antarctic. The observed hemispheric asymmetry in these trends is consistent with a modeled response to a carbon dioxide-induced climate warming. The interannual variations, which are 2.3 percent of the annual mean in the Arctic, with a predominant period of about 5 years, and 3.4 percent of the annual mean in the Antarctic, with a predominant period of about 3 years, are uncorrelated.

Vous remarquerez 1- que tout le monde est au courant depuis longtemps de l’asymétrie entre les deux pôles 2- les auteurs proposent un modèle qui reproduit cela par une augmentation du CO2 atmosphérique et 3- que ce papier date tout de même de 1997. 11 ans de retard…

Ce que je ne comprends vraiment pas, c’est comment on peut être aussi sûr de soi et aussi agressif alors qu’on n’y connaît pas grand chose. Moi non plus, dans l’absolu, je ne maîtrise pas le problème de RC et de ses conséquences. Mais j’essaye de me renseigner, et pas en allant uniquement sur des sites « anti-réchauffistes » . Trouver cet article m’a pris environ 10 minutes de recherche. Vous devriez vous demander qui est lobotomisé et embrigadé, finalement.

Sinon, le mois de mai n’a pas été le plus froid jamais mesuré (cf les courbes de T tdonnées sur un autre post).

125.  Charles II | 9/06/2008 @ 9:31 Répondre à ce commentaire

#124
Vous n’avez pas un petit problème avec les élastiques de vos chaussettes, Coca ?

126.  cocaaladioxine | 9/06/2008 @ 9:39 Répondre à ce commentaire

Mon cher Charles, je suis simplement indigné par la mauvaise foi et le « moi-je-sais-tout et vous-êtes-tous-des-cons »-isme qui traîne parfois dans ces forums. Et puis, ce n’est pas moi qui ait les chevilles qui enflent en disant des trucs aussi matures que « tu l’as dans l’os » ou « je t’ai bien eu, ouhaouahoua ». Je l’ai déjà dit, c’est un domaine dans lequel je ne suis pas spécialiste, je ne comprends donc pas tout (et de loin) mais j’essaie de me renseigner

127.  Ben | 9/06/2008 @ 10:36 Répondre à ce commentaire

Bonjour, je prends la discussion en route.

#124
Si je comprends bien, on a affaire à un modèle qui annonçait que ce qui se passait allait continuer dans le même sens.
Question : y a-t-il un modèle climatique qui ait réussi à anticiper quelque chose de nouveau ? (Genre : l’arrêt – pardon : la « pause » – du réchauffement global observé depuis 2001 ?)

128.  miniTAX | 9/06/2008 @ 10:55 Répondre à ce commentaire

Observed Hemispheric Asymmetry in Global Sea Ice Changes
D. J. Cavalieri, * P. Gloersen, C. L. Parkinson, J. C. Comiso, H. J. Zwally
Science 7 November 1997: Vol. 278. no. 5340, pp. 1104 – 1106

Vous remarquerez 1- que tout le monde est au courant depuis longtemps de l’asymétrie entre les deux pôles 2- les auteurs proposent un modèle qui reproduit cela par une augmentation du CO2 atmosphérique et 3- que ce papier date tout de même de 1997. 11 ans de retard…

Tout le monde est au courant de l’asymétrie parce que c’est ce qu’on observe par satellite, banane. Et dire qu’UN modèle arrivent à reproduire l’asymétrie observée, la bonne affaire. Donne moi 4 paramètres ajustable et j’arriverai à te reproduire la trompe d’un éléphant. C’est juste du bidouillage informatique, ça n’a rien à voir avec la science.

Tu a dit que les modèles ont prédit il y a 6 ans la hausse actuelle de la banquise en Antarctique, alors je te repose la question, où sont elles ces prédictions ????

129.  miniTAX | 9/06/2008 @ 10:58 Répondre à ce commentaire

Je l’ai déjà dit, c’est un domaine dans lequel je ne suis pas spécialiste,

@126 Tu n’as aucune idée de ce que sait faire et surtout PAS faire un modèle climatique, mais ça ne t’empêche pas d’affirmer sans vergogne qu’ils ont prédit ceci ou celà ?
C’est franchement du foutage de gueule là ! 😡

130.  cocaaladioxine | 9/06/2008 @ 13:26 Répondre à ce commentaire

Cher Ben : je suis bien d’accord qu’il n’y a rien d’exceptionnel là-derrière. Mais comme vous le remarquerez en lisant les posts ici, tout le monde semble persuadé que l’augmentation de la banquise antarctique est un phénomène inattendu et qui va à l’encontre des théories du RC, alors que c’est le contraire.

Cher miniTAX, inutile de s’énerver comme ça ! Vous me soutenez mordicus depuis des jours qu’il n’existe aucun modèle capable d’expliquer l’asymétrie actuelle, je vous en donne un et vous n’êtes pas content. Il faut parfois admettre que l’on se trompe, et devenir agressif ne masque pas le fait que vous vous êtiez trompé.

L’augmentation actuelle de la banquise antarctique suit celle des 20 années précédentes et, entre autres, celle prédite par des modèles tels que ceux que j’ai cité (publié dans une bonne revue, tout de même). Alors, oui, je pourrais vous faire toute la bilbio des publications depuis 97 mais franchement ça n’a aucun intérêt. Pour résumer, l’explication de ce phénomène réside une modification des courants halins dans l’hémisphère sud.

Finalement, je n’affirme rien « sans vergogne », je lis les études existantes et en tire des conclusions. D’où proviennent vos certitudes sur le fait « qu’aucun modèle ne prévoit l’augmentation de la banquise », quelles sont vos sources ?

131.  miniTAX | 9/06/2008 @ 14:16 Répondre à ce commentaire

Vous me soutenez mordicus depuis des jours qu’il n’existe aucun modèle capable d’expliquer l’asymétrie actuelle

J’ai jamais dit ça, merci d’arrêter ce genre de strawman foireux. Les modèles qui « expliquent » a postiori ce que les satellites constatent n’expliquent rien du tout, c’est juste un fit grossier. Tellement grossier que même le GIEC 2007 dit que dans le chap 4 que « The antarctic sea ice extent exhibits no signifi cant trend » (wouha, avec les modèles de la FARCE, on arrive à expliquer tout et son contraire).

J’ai dit que je voulais voir le détail de tes affirmations, à savoir « les prévisions de modèles ayant été faites 6 ans » sur l’extension de la banquise antarctique.
En guise de réponse, tu as juste cité une vague référence qui parle d’observations et non de prévisions, ce qui n’a rien à voir avec la question. Sois tu as des problèmes de compréhension, sois tu es d’une mauvaise foi inouïe, l’un excluant pas l’autre.

Alors je répète, où sont-elles les prévisions dont tu parlais ? Si elles existent (tu as même avancé que c’est dans le rapport du GIEC), où sont elles et quelles valeurs ont été « prévues » avec quelle incertitude ?
Tu n’espères pas balancer des affirmations gratuites et t’en sortir avec quelques vagues diversions n’est ce pas.

132.  cocaaladioxine | 9/06/2008 @ 15:39 Répondre à ce commentaire

Bonjour,

comme je l’ai déjà dit, la plupart des modèles développés durant les années 90 ont été raffinés au début des années 2000 et donnent des prévisions pour l’extension qui semblent tout à fait en accord avec les observations actuelles. Ce n’est pas spécialement difficile, car depuis 1993 l’extension suit une croissance régulière.

Si vous voulez des références pour la modélisation de ce phénomène, voici un papier de revue, qui reprend pas mal des modèles des années 90 :

Warming asymmetry in climate change simulations
Flato GM, Boer GJ
GEOPHYSICAL RESEARCH LETTERS, Volume: 28, Issue: 1, 195-198 (2001)

Parmi ceux-ci, le vénérable (car ancien)

S. Manabe, M. J. Spelman, R. J. Stouffer, J. Clim. 5, 105 (1992)

qui prévoyait que l’asymétrie observée devrait dans un premier temps constante (vitesse d’augmentation de la surface antarctique constante), et ensuite disparaître à long terme. Sinon, concernant ces prévisions à plus long terme

Long-term climate changes due to increased CO2 concentration in the coupled atmosphere-ocean general circulation model ECHAM3/LSG

Voss R, Mikolajewicz U, CLIMATE DYNAMICS, Volume: 17, Issue: 1, 45-60 (2001)

est pas mal dans le genre. Si vous voulez du plus récent,

Future changes in climate, ocean circulation, ecosystems, and biogeochemical cycling simulated for a business-as-usual CO2 emission scenario until year 4000 AD
Schmittner A, Oschlies A, Matthews HD, Galbraith ED
GLOBAL BIOGEOCHEMICAL CYCLES, Volume: 22, Issue: 1, GB1013 (2008).

Si ce problème vous intéresse, je vous propose donc d’aller lire les articles mentionnés (pour avoir ces chiffres que vous voulez absolument)

Alors, bien entendu, ce genre de scénarios est présent dans les rapports du GIEC. Par exemple, dans le rapport technique « The Regional Impacts of Climate Change » datant de 1997, tout de même. Les participants au dernier sommet ont fait remarquer que la seule discordance qui existe sur le sujet à l’heure actuelle est de savoir combien de temps l’extension devrait durer avant le début des fontes glaciaires…

133.  miniTAX | 9/06/2008 @ 16:03 Répondre à ce commentaire

comme je l’ai déjà dit, la plupart des modèles développés durant les années 90 ont été raffinés au début des années 2000 et donnent des prévisions pour l’extension qui semblent tout à fait en accord avec les observations actuelles.

@132 Non, c’est FAUX, tu mens !

Dans ton premier papier cité « Warming asymmetry in climate change simulations », on voit sur la figure 4 que les 2 modèles CGCM1 et CGCM2 simulent tous une BAISSE de la surface de banquise à partir de 2000.
D’ailleurs, on y lit que les auteurs parlent d’asymétrie parce que l’H Sud ne se réchauffe pas aussi vite que l’HN et que parce que la banquise du pôle Sud ne semble pas changer de manière significative (« the trend in SH ice extent is not significantly different from zero », page 197). Pas parce qu’il y a une « croissance régulière » (selon tes termes) de la banquise antarctique, qui n’est mentionnée nulle part dans le papier.

Bref, au lieu de reconnaître que tu t’es fourvoyé, tu t’enfonces en utilisant des mensonges éhontés pour défendre un argument sans fondement. C’est de la malhonnêteté intellectuelle inexcusable.

http://www.cccma.ec.gc.ca/pape...../CGCM2.pdf

134.  miniTAX | 9/06/2008 @ 16:06 Répondre à ce commentaire

@133, il fallait lire « les 2 modèles CGCM1 et CGCM2 simulent tous une BAISSE de la surface de banquise en Antarctique à partir de 2000. »

135.  Ben | 9/06/2008 @ 16:14 Répondre à ce commentaire

#130
D’accord, mais ça ne répond pas vraiment à ma question : y a-t-il eu quelque part UNE fois UN modèle qui
1) a été un peu écouté ;
2) a annoncé du neuf un peu lourd qui s’est effectivement produit ?
Pour moi, les exemples du genre « les modèles prévoient une pause du réchauffement depuis 2004 » n’en sont pas, vu que le réchauffement est stoppé depuis 2001.
Si la réponse à cette question est non, alors honnêtement, je pense que cela signifie que les modèles sont tout simplement bidons.

136.  cocaaladioxine | 9/06/2008 @ 17:32 Répondre à ce commentaire

Cher minitax,

tout d’abord je tiens à préciser que j’ai fait une erreur de copier-coller en reproduisant la référence. Il s’agit d’une lettre et pas d’une revue (d’ailleurs une revue de trois pages serait vachement courte :0)). Je vous enverrai la référence correcte demain.

Comme je le disais, la polémique actuelle concerne surtout quand la fonte des glaces antarctiques devrait commencer. Ce modèle prévoit 2000, ce qui est clairement trop tôt en effet (surtout que le papier a été publié en 2001).

La croissance régulière dont je parle est mentionnée dans l’article de Science, pas dans la lettre.

Remarquez aussi que les observations indiquent que, d’année en année, l’extension de l’antarctique évolue peu, ou en tout cas moins rapidement que celle de l’arctique.

Et n’oubliez pas non plus que mon but était de montrer que l’extension (relativement lente donc) de l’antarctique n’est pas en contradiction avec un réchauffement global.
Sinon, je ne savais pas que le réchauffement s’était arrêté en 2001 :0) Le ralentissement actuel est expliqué par une activité solaire faible.

137.  miniTAX | 9/06/2008 @ 17:50 Répondre à ce commentaire

Remarquez aussi que les observations indiquent que, d’année en année, l’extension de l’antarctique évolue peu, ou en tout cas moins rapidement que celle de l’arctique.

Non, c’est FAUX. Cryosphère a une courbe de banquise globale (HS+HN) et on y voit une surface qui n’a pas changé depuis que les mesures existent. Ca veut dire que le gain de banquise de l’HS compense parfaitement la perte dans l’HN.

Dans ces conditions, passer sous silence l’Antarctique relève du pur mensonge par omission. Ce n’est pas de la science, c’est de la propagande.

138.  Abitbol | 9/06/2008 @ 18:03 Répondre à ce commentaire

Quand les fabriquants de modèles se prennent les pieds dans le tapis climatique…

Euh, il n’y a pas vraiment eu de modèles qui prédisait le non réchauffement dans l’Antarctique (sinon j’imagine que les alarmistes en feraient leurs choux gras)…
Non, les pauvres modélisateurs se creusent la tête et, à défaut, doivent maudire ce lointain continent qui n’obéit pas à leurs fantasques prévisions. Vous remarquerez quand même dans l’article, que les modèles GIEC cacher arrivent à prédire le réchauffement de tout le reste du globe… Après tout, il n’y a pas de mal à faire des incantations !
On a vu avec les cartes historiques sur la répartition des stations météo que nos modélisateurs ont moyenné à leur convenance une courbe de température globale pour la première moitié du 20e siècle, faute de données suffisantes.
On observe que, depuis 10 ans, le thermomètre est en panne d’ascension ; que l’année la plus chaude des USA est 1934 (l’année où ce pays regroupe 1/3 de toutes les stations utilisées par les agences) ; et plus généralement que le climat n’est pas souvent là où on l’attend…
Mais bon, c’est pas grave, des cabinets d études, des informaticiens et quelques « scientifiques » continuent gaiement à faire leur beurre avec des modèles genre loto.

http://science.branchez-vous.c....._moin.html

139.  laurent | 9/06/2008 @ 21:21 Répondre à ce commentaire

#136
Le ralentissement actuel est expliqué par une activité solaire faible

Le ralentissement de quoi?
une absence de réchauffement (voir une légère tendance au refroidissement) est assimilable à un « ralentissement du réchauffement » ???
En voiture, quand tu es arrêté et que tu passe la marche arrière tu appelle cela « ralentir » ???
J’avoue que ton utilisation du langage me laisse souvent perplexe…

Sinon, il est intéressant que tu attribue la cause d’une variation climatique à une variation d’activité solaire… c’est un un bon début pour enfin pouvoir imaginer que le climat puisse avoir des moteurs naturels….

140.  cocaaladioxine | 10/06/2008 @ 6:52 Répondre à ce commentaire

Abitbol : il y a bien réchauffement dans l’antarctique, comme le montrent les mesures de T (pas d’extension des glaces). Sinon, vous pouvez aller voir l’article de nature que je cite dans un autre post – qui présente un modèle qui, ça alors, prévoit une pause de réchauffement pour 10 ans environ.

Serait-ce incompatible avec l’idée que « les non-réchauffistes n’ont pas le droit à la parole » dans la communauté scientifique ?

cher miniTAX : si vous ne voyez pas dans la série temporelle que la quantité totale de glace diminue, ça va mal. Vous avez essayé une régression linéaire ? Rappelez-vous des chiffres :

the areal extent of sea ice decreased by 2.9 ± 0.4 percent per decade in the Arctic and increased by 1.3 ± 0.2 percent per decade in the Antarctic.

141.  DM | 10/06/2008 @ 9:22 Répondre à ce commentaire

#139
Si je coupe le moteur ou si mon moteur se met à tourner sur « 3 pattes », ma voiture ralentie mais continue à avancer.

142.  Curieux | 10/06/2008 @ 9:34 Répondre à ce commentaire

# et tu pollues +. C’est terrible pour un réchauffiste, une vrai « marche arrière ».

143.  Curieux | 10/06/2008 @ 9:37 Répondre à ce commentaire

# 140 donc si je te lis, la surface de la banquise Arctique = la surface de la banquise Antarctique ?

Je savais que les français étaient fâché avec la géographie, mais là, la moquette te monte à la tête.

144.  cocaaladioxine | 10/06/2008 @ 13:04 Répondre à ce commentaire

Cher curieux, je me demande bien où vous êtes allé lire que je confonds arctique et antarctique…

145.  laurent | 10/06/2008 @ 20:00 Répondre à ce commentaire

#141
Merci, mais je sais ce que veut dire « ralentir »…
C’est juste pour faire de la polémique ou pour égarer le chaland que tu enfonce des portes ouvertes?

146.  DM | 12/06/2008 @ 7:50 Répondre à ce commentaire

#145
Si tu sais cette évidence, pourquoi emploies tu une illustration fausse ?

147.  laurent | 12/06/2008 @ 19:24 Répondre à ce commentaire

#145
Justement, elle n’est pas fausse…. regarde les courbes

Sorry, the comment form is closed at this time.