Le PNUE propose un « Green New Deal » pour la lutte contre le changement climatique

• • • • •

Le monde devrait s’inspirer du programme de New Deal qu’avait initié le Président américain Franklin Roosevelt pour gérer la Grande Dépression, et fonder un « Green New Deal» (un New Deal Ecologique) pour lutter contre le changement climatique, d’après ce qu’une agence des Nations Unies a proposé.

Le New Deal est le nom donné par le président américain Franklin Delano Roosevelt à sa politique interventionniste mise en place pour lutter contre les effets de la Grande Dépression aux États-Unis.

Une initiative lancée par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) mercredi et qui devrait s’étaler sur deux ans devrait promouvoir la recherche portant sur des outils de marketing, tels que le marché européen de permis d’émissions, visant à aider l’environnement, et ce dans l'esprit d'un « Green New Deal».

Cette initiative, qui serait une sorte de « Green New Deal », a vu le jour en réponse au fait que les efforts politiques pour réduire la pollution, protéger les forêts et limiter le changement climatique, se sont avérés « totalement inefficaces », d’après ce que le directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner, a déclaré.

"Nous sommes plus éloignés d’un
accord à Copenhague que nous ne
l’étions à la conférence de Bali"
Achim Steiner, directeur du Programme
des Nations Unies pour l'Environnement

Il a noté qu’un renflouage gigantesque financier a été mobilisé en seulement quatre semaines, tandis que la réponse au changement climatique a été relativement lente.

De 1981 à 2005, l’économie mondiale a plus que doublé, mais 60% des écosystèmes mondiaux – par exemple les pêcheries et les forêts- étaient soit dégradés soit sur-exploités.

« C’est le mauvais équilibre de notre planète actuellement » a-t-il déclaré.

Un successeur de l'actuel pacte international de lutte contre le changement climatique, le Protocole de Kyoto, devrait être signé à Copenhague d’ici la fin de l’an prochain. Cependant, cet accord semble aujourd’hui plus éloigné qu’il y a un an, d’après Achim Steiner.

« Nous sommes plus éloignés d’un accord à Copenhague que nous ne l’étions à la conférence de Bali » a-t-il déclaré, en faisant référence au lancement des négociations concernant ce nouveau pacte international, en décembre dernier en Indonésie.

« Mais est-ce que cela signifie que nous n’en aurons pas ? Non ».

« La difficulté, c’est qu’il n’y a aucun accord basé sur les intérêts nationaux uniquement. Assez franchement, les niveaux de financements discutés actuellement sont totalement inadéquats  pour permettre qu’un tel accord émerge ».

Le ministre de l’Environnement de la Grande-Bretagne, Hilary Benn, qui présidait le lancement de l’initiative du PNUE, visant à promouvoir un « Green New Deal » a déclaré que cette proposition était dans le même ordre d’idée que le programme de Roosevelt qui disait « La nation qui détruit ses sols se détruit elle-même ».

Le programme des Nations unies pour l'environnement est un organisme créé en 1972 ayant pour but de coordonner les activités des Nations Unies dans le domaine de l’environnement, d’assister les pays dans la mise en œuvre de politiques environnementales, et d’encourager le développement durable.

Source

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Ben | 24/10/2008 @ 9:39 Répondre à ce commentaire

Hihihi !
Et dans le même temps, le projet de taxe sur les sacs en plastique a été rejeté.
http://www.lemonde.fr/planete/....._3244.html

On nous aurait menti ?

2.  miniTAX | 24/10/2008 @ 10:10 Répondre à ce commentaire

On avait le deal de coke. Maintenant, l’Onu nous propose le deal de co2.

3.  miniTAX | 24/10/2008 @ 10:14 Répondre à ce commentaire

@Ben,
En tout cas, mensonge avoué, mensonge pardonné, on apprend que le machin Kyoto ne marche pas du tout :

les efforts politiques pour réduire la pollution, protéger les forêts et limiter le changement climatique, se sont avérés « totalement inefficaces », d’après ce que le directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner, a déclaré.

Un homme normal, quand ça ne marche pas, il dit « remboursez ».
Un bureaucrate, quand ça ne marche pas, il dit « il nous faut plus de moyen » et il ameute l’appareil de propagande pour un « new deal ».

L’homo-bureaucratus est vraiment une nouvelle race à part.

4.  Araucan | 24/10/2008 @ 11:03 Répondre à ce commentaire

Quelques remarques

Cette initiative, qui serait une sorte de « Green New Deal », a vu le jour en réponse au fait que les efforts politiques pour réduire la pollution, protéger les forêts et limiter le changement climatique, se sont avérés « totalement inefficaces », d’après ce que le directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner, a déclaré.

Steiner devrait faire attention avec ce genre de déclarations, il risque perdre son poste ! Si c’est le cas, on arrête…non ? 😉
miniTAX a raison : l’enjeu c’est l’argent et les transferts nord-sud.

« Nous sommes plus éloignés d’un accord à Copenhague que nous ne
l’étions à la conférence de Bali »

Quel drame ! 😆

Il a noté qu’un renflouage gigantesque financier a été mobilisé en seulement quatre semaines, tandis que la réponse au changement climatique a été relativement lente.

Eh bien si ce renflouage n’avait pas été fait, l’ONU et le PNUE seraient déjà en faillite… Quant aux financements annoncés, bien souvent ce sont des garanties, ce n’est pas la même chose.

De 1981 à 2005, l’économie mondiale a plus que doublé, mais 60% des écosystèmes mondiaux – par exemple les pêcheries et les forêts- étaient soit dégradés soit sur-exploités.

Sauf que les causes ne viennent pas du changement climatique…

« Nous sommes plus éloignés d’un accord à Copenhague que nous ne l’étions à la conférence de Bali » a-t-il déclaré, en faisant référence au lancement des négociations concernant ce nouveau pacte international, en décembre dernier en Indonésie.

Steiner n’est pas le seul à faire monter la pression pour la conférence de Copenhague parce qu’ils ont peur que l’UE arrive divisée (ce qui sera le cas) ou ne paye pas. Il faut aussi que le PNUE se positionne dans la discussion (pour récupérer des fonds et ne pas apparaître en perte de vitesse, car la CCUNCC, pour le moment tend à phagocyter tous les accords sur l’environnement).

« Mais est-ce que cela signifie que nous n’en aurons pas ? Non ».

La CCUNCC n’est pas l’OMC, il y aura donc un truc à la sortie, avec au moins un programme de travail pour 10 ou 15 ans : une convention internationale ne meurt jamais, c’est pour cela le PNUE existe encore. Il y aura des promesses de paiements, mais il n’est pas certain qu’un marché mondial de crédits carbone soit instauré. On verra…

« La difficulté, c’est qu’il n’y a aucun accord basé sur les intérêts nationaux uniquement. Assez franchement, les niveaux de financements discutés actuellement sont totalement inadéquats pour permettre qu’un tel accord émerge ».

Traduction : il n’y a pas de garantie de fonds réguliers et surs pour les pays du sud par les pays du Nord. les O,7 % du PIB ou du PNB des pays riches en aide au développement n’a jamais été atteint.
Avec les marchés carbone, beaucoup espèrent voir l’argent tomber du ciel. Pour le moment, c’est la Chine qui engrange…pas le Tchad.

Sauf que la récession et le chomage qui augmente ne va pas faciliter les choses.

5.  Ben | 25/10/2008 @ 0:44 Répondre à ce commentaire

En tout cas, à Meetic, ils ont aussi un plan pour nous faire réduire notre empreinte carbone :
http://static.meetic.com/cobra.....ecolo.html
Par les temps qui courent, un humour si débridé, c’est plutôt bienvenu, non ?

6.  Marot | 25/10/2008 @ 10:50 Répondre à ce commentaire

@Ben, Merci, cet article de Meetic est un délice.

Félix Legendre est très bon.

7.  Araucan | 26/10/2008 @ 1:03 Répondre à ce commentaire

Il n’y a aucune preuve d’une crise du crédit causée par l’homme…

A lire absolument !

http://www.crikey.com.au/Busin.....risis.html

Sorry, the comment form is closed at this time.