L’Union Européenne devrait signer un accord de lutte contre le changement climatique avant Copenhague

[ C'est bien connu, le Père Noël vient du Nord et beaucoup y croient, encore ]

• • • • •

Dans un contexte de marasme économique, l'Union Européenne devrait néanmoins parvenir à un accord sur des lois visant à lutter contre le changement climatique, ce qui faciliterait sans doute la conclusion d'un accord international sur le sujet à Copenhague en 2009.

La création d’emplois dans le secteur de l’environnement et une tentative de réduction de la dépendance au gaz russe devraient aider à convaincre l’Union Européenne d’accepter un accord climatique cette année malgré les inquiétudes entourant un ralentissement économique mondial, d’après ce qu’a déclaré le Ministre de l’Energie et du Climat du Danemark, Connie Hedegaard.

Connie Hedegaard a déclaré que l’approbation par les leaders européens d’un ensemble de mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre du bloc de 20% d’ici 2020 par rapport aux taux de 1990, signifirait sans doute que la conclusion d’un accord climatique international à Copenhague d’ici la fin de l’année 2009 soit possible.

"De nombreux pays européens ont une
priorité stratégique qui consiste à devenir
moins dépendant du gaz produit par la
Russie : c’est tout particulièrement une
priorité pour les pays d’Europe de l’Est
qui font partie des plus sceptiques face à
ces lois". Connie Hedegaard, Ministre
de l’Energie et du Climat du Danemark

« Je suis certaine qu’un compromis sera trouvé » pour permettre aux leaders européens d’approuver l’ensemble des lois en décembre ». « Il ne sera peut-être pas parfait, mais j’ai confiance ».

Les leaders européens ont pour objectif de conclure cet accord, qui comprend l’obtention de 20% de l’électricité utilisée par les énergies renouvelables d’ici 2020, même si les nations telles que la Pologne ou l’Italie s’inquiètent des coûts du passage aux carburants fossiles et des pertes d’emplois possibles…

Connie Hedegaard a déclaré qu’un échec signifierait que l’Europe pourrait ne pas participer à la création au niveau mondial d’emplois dans le secteur de l’environnement, comme par exemple dans le domaine des énergies renouvelables.

De plus en plus de gouvernements réalisent qu’il « est mauvais pour l’ensemble de l’Europe de protéger les industries d’hier au lieu de préparer les réponses qui rendront le bloc riche demain » a-t-elle ajouté.

Elle a aussi déclaré que les nations d’Europe de l’est pourraient bénéficier de l’efficience énergétique, des réductions de l’utilisation des énergies fossiles et d’une diversification des sources d’énergie.

« De nombreux pays européens ont une priorité stratégique qui consiste à devenir moins dépendant du gaz produit par la Russie : c’est tout particulièrement une priorité pour les pays d’Europe de l’Est qui font partie des plus sceptiques face à ces lois » a-t-elle ajouté.

Elle a prédit que les nations se préoccuperaient bientôt du changement climatique après le choc de la crise financière. Le Groupe Intergouvernemental d’Experts des Nations Unies sur l’Evolution du Climat (GIEC) prévoit que le changement climatique engendrera plus de sécheresses, de canicules, de maladies et une augmentation du niveau des mers.

D’après Connie Hedegaard, la République Tchèque, qui prendra la présidence rotative de l’Union Européenne à la France en janvier, ne s’est pas montrée intéressée par cet ensemble complexe de lois inachevées.

D’après elle, il est impossible de savoir si la prochaine administration américaine sera prête à promettre des objectifs clairs de réduction des émissions de gaz à effet de serre lors des négociations de Copenhague.

Plus de 190 nations se sont mises d’accord l’an dernier pour conclure un nouveau traité international à Copenhague qui succéderait au Protocole de Kyoto en matière de lutte contre le changement climatique.

Ces nations ont également déclaré que les nations riches devraient faire des « efforts en adéquation avec leur responsabilité » dans les taux actuels de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, argument qui avait fait reculer G.W. Bush devant le Protocole de Kyoto.

Ce dernier avait refusé de signer le Protocole en prétextant qu’il était trop coûteux et qu’il était injuste de ne pas inclure les pays  en développement dans les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Les candidats Barack Obama et John McCain ont tous deux promis de faire beaucoup plus que l’ancienne administration en matière de changement climatique.

Source

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Araucan | 5/11/2008 @ 13:25 Répondre à ce commentaire

Quelques remarques : justifier les politiques énergétiques par le changement climatique n’est qu’une façade, notamment en matière de dépendance vis-à-vis des fournisseurs. Quant à croire que si le protocole de Kyoto n’a pas de successeurs alors l’UE sera exclue des nouveaux marchés « verts » c’est une crétinerie : les USA , hors protocole de Kyoto ont une R&D plus active sur le sujet et ont réduit leurs émissions de GES. Ce qui fait le développement des emplois verts, ce sont les politiques nationales…
Et croire que l’arrivée des USA dans les négociations en fera des négociateurs pliés aux rêves des Européens, c’est aussi prendre ses désirs pour des réalités : ils continueront de vendre le progrès technologique et comme les autres pays développés ébranlés par la crise financière, ils ne pourront faire des promesses financières inconsidérées.

2.  Marot | 5/11/2008 @ 13:32 Répondre à ce commentaire

Désinformation typique de ce type de site et de ce genre de journaliste.

C’est Clinton soi-même assisté de Gore qui a refusé de présenter l’accord de Kyoto au vote du Congrès américain en 1999 et 2000.

3.  Flo | 5/11/2008 @ 14:52 Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas si c’est le meilleur post pour mettre celle là mais bon je ne résiste pas:

http://fr.news.yahoo.com/2/200.....ff8aa.html

Extrait:

« Elle est censée s’appliquer à tous les produits en fonction de leur contenu en CO2, le principal gaz à effet de serre, notamment aux carburants fossiles »

Du CO2 dans les carburants fossiles? Ouah ha ha aha arrhh!

On pourra au passage l’objet de la conférence : « dégager un consensus »…

4.  Araucan | 5/11/2008 @ 15:54 Répondre à ce commentaire

Je ferais remarquer :

qu’il y a déjà des taxes sur les carburants fossiles,
que la fiscalité doit rester constante (diminution de la TVA, des impôts sur le revenu ?)
et que cela s’ajoutera à la répercussion sur les prix au consommateur des quotas de GES sur les entreprises… donc on double la fiscalité carbone.

Lors des discussions de Kyoto, c’était l’un ou l’autre : maintenant on va avoir les deux…

NB : le contenu des produits en CO2 est égal à zéro (sauf les boissons gazeuses et les extincteurs) : c’est leur fabrication ou leur utilisation (y compris en fin de vie) qui a conduit ou conduira à des émissions de GES : on arrive à des non sens….

5.  Flo | 5/11/2008 @ 16:13 Répondre à ce commentaire

Pour faire du CO2 avec des hydrocarbures il faut du O2. Et aux conditions de pression et de température d’extraction des hydrocarbures ça risquerait d’être…comment dire ? Explosif avant d’être utilisé dans le moteur qui utilise justement ce principe.
Ah ces satanés journalistes fainéants (de ne pas chercher des infos correctes) et / ou incultes (de ne pas avoir le connaissances requises pour écrire leurs articles) et / ou parrésseux (de faire des raccourcis ôtant tout sens à leurs phrases):

« Les leaders européens ont pour objectif de conclure cet accord, qui comprend l’obtention de 20% de l’électricité utilisée par les énergies renouvelables d’ici 2020, même si les nations telles que la Pologne ou l’Italie s’inquiètent des coûts du passage aux carburants fossiles et des pertes d’emplois possibles… »

Ah les Italiens et le Polonais « s’inquiètent des coûts du passage aux carburants fossiles »?
Pffff….

6.  piloteman | 5/11/2008 @ 17:14 Répondre à ce commentaire

Elle est censée s’appliquer à tous les produits en fonction de leur contenu en CO2

Mais c’est dans l’air qu il y a du CO2, Peut être qu’on nous prépare la taxation de l’air…

7.  jeff hersson | 5/11/2008 @ 17:15 Répondre à ce commentaire

@Flo,

Ah oui, il faut absolument dégager un consensus pour que les pov’cons puissent casquer…
Qu’ils aillent au diable, ces maudits khmers verts !
Au passage, l’élection d’obama a fait se « toucher » bon nombre d »écoloneuneus, cette nuit…

ils n’en peuvent plus…

8.  Argus | 5/11/2008 @ 17:54 Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Faut dire que la Ministre Danoise Connie Edegaard ne se perd pas dans les détails quand il faut faire de la propagande écolo.

C’est elle qui a invité les 21 personnalités internationales (Dont JL Borloo, cornaqué par nos éminents climatologues) à admirer les dégâts causés par le RCA aux glaciers situés près d’Ilulissat.

Manque de chance pour eux et elle, deux articles dans GRL et un dans Nature, le tout repris par un article de Science (R. Kerr) viennent de montrer que la fonte des glaciers groenlandais est causée principalement, sinon exclusivement, par un phénomène cyclique et parfaitement naturel…( avec des chercheurs Danois impliqués dans ces recherches).

Comme on lui fait remarquer que ces découvertes remettent gravement en cause la raison d’être de son fonds de commerce touristique, Connie Edeggard répond sans hésiter qu’elle continuera comme avant..
Ben voyons ! Quand c’est pour la Grande Cause, on peut (doit) oublier ce qui dérange…
Source danoise , en google-french.

9.  Marot | 5/11/2008 @ 18:30 Répondre à ce commentaire

C’est l’attitude intégriste normale et habituelle

même si ça refroidit, c’est le réchauffement.

Nous sommes dans une situation de non réfutabilité aurait dit Popper.

Quoique l’on constate, quoique l’on établisse, quoique l’on prouve, c’est la faute au (sic) RC.

Ou l’on a affaire à de profonds demeurés, ou bien il faut supposer que cette affaire de RC est saisie et exploitée jusqu’à la corde pour d’autres motifs.

10.  Outrecuistre | 5/11/2008 @ 19:22 Répondre à ce commentaire

Est il possible que cette affaire de RC soit saisie et exploitée jusqu’à la corde pour d’autres motifs par de profonds demeurés?

11.  jeff hersson | 5/11/2008 @ 19:37 Répondre à ce commentaire

@Outrecuistre,
Oui, et le sombre motif est : l’argent !

Le meilleur exemple en est notre bienfaiteur à tous, Al Gore, qui entretient savamment l’hystérie, histoire de faire tourner son petit business :

son petit plan d’épargne-retraite…

Quoique, avec la faillite de Lehman Brothers qui était son soutien financier, on ne l’entend plus guère ces temps-ci , le père Gore… A votre avis, va t’il faire partie de l’équipe Obama ?

12.  scaletrans | 5/11/2008 @ 20:01 Répondre à ce commentaire

@Outrecuistre,

Je pourrais vous donner plusieurs cas de financements « privés » de première grandeur qui n’ont pas connu de retour… car ce n’était pas le but. Et je pense que le but ultime de la FARCE n’est pas l’argent, malgré les apparences.

13.  Ben | 5/11/2008 @ 20:49 Répondre à ce commentaire

Le romancier Michael Crichton est décédé. Le Monde, qui se fend d’un article élogieux, n’a malheureusement pas jugé bon de rapporter l’avis de l’auteur d’ « État d’Urgence » sur le RC.
http://www.lemonde.fr/culture/....._3246.html

14.  jeff hersson | 5/11/2008 @ 21:36 Répondre à ce commentaire

@Ben,
Le Monde, non, mais l’AFP, oui !

L’écrivain américain grand public Michael Crichton, auteur de dizaines de romans à succès dont « Jurassic Park », est mort à Los Angeles (Californie, ouest) à l’âge de 66 ans, a-t-on appris mercredi auprès de sa famille.

Michael Crichton est décédé mardi « après une lutte courageuse contre le cancer », a précisé sa famille dans un communiqué.

L’écrivain était l’auteur de plus d’une dizaine de best-sellers, qui se sont vendus à plus de 100 millions d’exemplaires en 30 langues à travers le monde et est le créateur de la série télévisée « Urgences », un autre succès mondial.

Médecin, romancier et cinéaste, né le 23 octobre 1942 à Chicago (Illinois, nord), Michael Crichton était considéré comme l’inventeur du techno-roman à suspense. Il avait publié son premier best-seller alors qu’il était encore étudiant en médecine à Harvard (Massachusetts).

En 2006, son roman « Etat de peur », un pavé de 600 pages qui mettait en doute la réalité du réchauffement climatique, avait attisé la controverse sur cette question qui divise les scientifiques et la classe politique aux Etats-Unis.

Offrant tous les ingrédients du genre (action, suspense…), ce « techno-thriller » donnait le rôle du « méchant » à une organisation écologiste qui dérive vers le terrorisme, planifiant des catastrophes naturelles pour convaincre l’opinion publique de la réalité du changement climatique et lever ainsi davantage de fonds.

15.  Astre Noir | 6/11/2008 @ 9:20 Répondre à ce commentaire

@jeff hersson,

Aux dernières nouvelles, Al Gore pourrait être nommé …

…ambassadeur itinérant sur le changement climatique!!!

Autrement dit, il va pouvoir faire plein de voyages en avion qui produisent plein de GES pour dire aux Africains de limiter leur production de GES…

Kèskonsmarre!!!

16.  miniTAX | 6/11/2008 @ 10:29 Répondre à ce commentaire

@15,
Vu le Gore Effect, ça va être terrible pour la planète !
Moi, je prie pour que Gore ne visite pas là où j’habite, vu ma note de chauffage depuis 2 ans.

17.  Flo | 6/11/2008 @ 12:19 Répondre à ce commentaire

@ 6 pilotman.
Vous ne croyez pas si bien dire, ça sera tenté tôt ou tard.
Je vous trouverai la référence demain dans un livre qu’avait écrit un journaliste :
« XXIe siècle, les innovations qui vont changer notre vie / Éric de Riedmatten »
Il y a un chapître consacré à ce sujet. Complètement filppant. Comme presque tout le reste du bouquin d’ailleurs.
En dehors des progrès médicaux, presque tout le reste, si on décripte bien, n’a que deux objectifs:

1. Trouver et convaincre des « abonnés » pour les faire payer toujours plus.
2. Limiter autant que possible les libertés individuelles.

18.  Piloteman | 6/11/2008 @ 14:42 Répondre à ce commentaire

@Flo,
Parfois je me demande si nous n’allons pas vers une société infantilisée dans laquelle Papa-Etat et Maman-Technologie viendront remplacer les parents déficients de la famille « traditionnelle » disparue.

Il est possible que Papa Etat s’impose d’autant plus facilement qu’il aura longuement agité le spectre du père fouettard des peurs millénaires, du dérèglement climatique, des risques majeurs et de la destruction de la planète.. afin que le moment venu il puisse proposer sa domination rassurante à ses éternels enfants. D’ailleurs, Papa-Etat est toujours accompagné de brillants experts qui savent tout mieux que nous…
Quant à Maman Technologie qui lui emboîte le pas, on l’aimera d’autant plus qu’elle aura longuement cocooné ses rejetons au point qu’ils ne pourront plus se passer d’elle. Qu’importe si elle leur impose un marquage, un traçage puisque c’est pour leur bien. Observez d’ailleurs à ce sujet l’amusante passion un peu obsessionnelle des scientifiques qui consiste à marquer et à pister de pauvres animaux sauvages sous prétexte de les sauver. Comme si toute la science animale se résumait à traquer sur ordinateur les mouvements des seuls êtres vivants qui peuvent encore se déplacer sans passeport d’un continent à l’autre.. 🙂

Bref, bercés par ces deux parents omniprésent et abusifs mais cependant plutôt permissifs sur la seule liberté qui semble aujourd’hui essentielle,à savoir celle de faire une fiesta débridée et perpetuelle, les éternels adulescents que nous sommes lâcheront sans doute tout le reste, responsabilités et liberté , pour le seul plaisir de vivre sans contrainte.
D’ailleurs pourquoi refuserions-nous puisqu’on nous propose de s’occuper de nous, de nos vieux parents, et surtout de nos rejetons, de la nursery au cimetière sans jamais devoir nous impliquer vraiment ni prendre le moindre risque.

Tout cela n’est certainement pas programmé. Il n’y a pas de complot, mais c’est semble-t-il une pente douce vers laquelle on se dirige comme un skieur se laissant glisser sur une piste verte dans une agréable sensation de torpeur bienheureuse. On voit bien en bas que le télésiège est en panne et qu’une foule immense s’agrandit. Il faudrait obliquer, remonter à pied de quelques mètres.. prendre un autre chemin plus difficile, mais pourquoi ? c’est si bon, tellement bon, de se laisser aller.

Peut être que j’ai tout faux et qu’au contraire nous nous dirigeons vers une société faite de liberté , de responsabilité et de conquête de cet univers qui nous tend les bras..
peut être…

19.  Flo | 6/11/2008 @ 18:58 Répondre à ce commentaire

De mieux en mieux:

http://fr.news.yahoo.com/2/200.....1e315.html

Extraits :

« Selon les projections de l’AIE, les émissions de CO2 liées au secteur énergétique devraient passer de 28 gigatonnes en 2006 à 41 Gt tonnes en 2030, soit une augmentation de 45%.

Les 3/4 de cette augmentation seront dus à la Chine, à l’Inde et au Moyen-Orient et pour 97% aux pays ne faisant pas partie de l’Organisation de coopération et de développement économique (Ocde), souligne l’AIE. »

97 % de l’augmentation par les pays hors OCDE: en gros on y peut rien nous. Donc pourquoi on s’agite comme ça dans tous les sens?

Tout le reste est à l’avenant : corrélation directe CO2 / T° moyenne terrestre etc etc…

20.  Araucan | 7/11/2008 @ 10:58 Répondre à ce commentaire

@Piloteman,

Je vous conseille la lecture du dernier livre d’Emmanuel Todd « Après la démocratie ». Il y constate la perte des idélologies/religions mais oublie la toute nouvelle religion verte , concrétisée en France , par le Temple érigé au Grenelle de l’environnement.

On n’est plus dans le rationnel, au moins dans les hypothèses. Ensuite ça ne réfléchit plus que par déduction.

@Flo,

Mais voyons, les pays occidentaux ont la responsabilité historique de l’accumulation de GES dans l’atmosphère. Ce qui serait intéressant ce serait de savoir à quelle date la quantité émise par les pays hors OCDE sera égale à celle des pays OCDE …

21.  Flo | 7/11/2008 @ 12:25 Répondre à ce commentaire

@Auracan

Essayons de le déterminer très empiriquement à partir de la seule Chine.
Aujourd’hui la Chine émet environ 25 % du total et l’OCDE 66 %.
La chine prévoit de doubler ses émissions d’ici à 2020 et nous de diminuer de 20 % d’ici à 2030.
Soyons optimistes pour la Chine : ils vont doubler seulement en 2030.
Et réalistes pour nous (OCDE): on ne va ni diminuer, ni augmenter.
Sauf erreur de ma part, selon ces hypothèses la Chine à elle toute seule émettra les 3/7 du total en 2030.
Si à cette date l’OCDE n’a pas intégré d’autre pays (dont la Chine), il est plus que probable que les pays hors OCDE émettront largement plus de 50 % du total.
Fera-t-il plus chaud ou plus froid que maintenant? De combien de °C? Cela à-t-il un lien quelconque avec le CO2 réellement une quelconque importance?

22.  Flo | 7/11/2008 @ 12:55 Répondre à ce commentaire

Ca risque même d’arriver bien plus vite, car :

http://tf1.lci.fr/infos/sciences/environnement/0,,4149867,00-la-chine-fait-la-lecon-aux-pays-developpes-.html

Notez la nouvelle magnifique perle finale:

« La crise financière offre au monde l’opportunité de s’écarter des investissements toxiques et de réaliser des investissements durables, par exemple dans des infrastructures à faible émission d’énergie »

Encore une traduction à l’emporte pièce? Un lapsus? Un raccourci journalistique?

23.  Araucan | 9/11/2008 @ 23:42 Répondre à ce commentaire

@Flo,

C’est en fait ce que les carbonistes essayent de nous faire croire depuis le début de la crise financière : pour s’en sortir comme après la crise de 29, il faut faire une relance keynésienne en soutenant les investissements. donc pour eux, les investissements doivent se faire dans la production d’énergies vertes (plus chères) et dans de l’industrie à faible émission de GES.

Si l’on réfléchit un peu, il faudrait être sur que la présente crise est bien similaire à celle de 1929 : je ne le suis pas, ni même persuadé que les besoins d’investissements sont bien à mettre dans ce genre de production.

Financer la recherche reste une œuvre de moyen terme.
Or pour le moment, il faut maintenir la consommation pour que les entreprises ne ferment pas (mais la concurrence reste forte avec les pays à bas salaires) et relancer l’investissement public pour que ceux qui perdent leur boulot en retrouvent assez vite pour éviter que le chômage ne devienne dramatique.

Eh bien déjà, on pourrait refaire les voies ferrées : cela emploiera plus de monde que d’acheter des éoliennes à l’Allemagne…

Sorry, the comment form is closed at this time.