L’Afrique en appelle à la conscience mondiale face au changement climatique

[ Un appel à la réduction des gaz à effet de serre pour lutter contre le changement climatique… par un pays exportateur d'hydrocarbure !]

• • • • •

ALGER, (PL).- Des représentants des pays africains sont convenus sur la nécessité de renforcer leurs institutions pour développer la capacité collective de négociation, et mettre en œuvre des projets destinés à contrecarrer les effets du changement climatique.

Des ministres de l’Environnement, des écologistes, des expertes de l’ensemble du continent ont participé à la conférence sur le changement climatique, à laquelle le président Abdelaziz Bouteflika a envoyé un message de soutien et d’encouragement.

Les délégués ont mis l’accent sur la mise en place de projets aux niveaux national, sous-régional et régional d’une qualité adéquate pour pouvoir exiger des responsabilités aux « partenaires capitalistes » par rapport à ce phénomène.

Dans son message, le président Bouteflika a signalé que le dérèglement du climat dû à l’effet de serre représente «le plus grand défi de cette première moitié du XXIe siècle », « est au cœur de l'activité humaine et remet en cause le modèle de développement économique qui a prévalu jusqu’ici».

De l’avis du chef d’Etat algérien, « pour la première fois, l'espèce humaine, en tant qu'espèce et non en tant qu'ensemble de nations juxtaposées, affronte ses responsabilités à l'égard de la planète, de sa propre survie et du devenir des générations ».

« L’Afrique est le continent le plus durement touché, et le plus vulnérable aux changements climatiques, qu’elle n’a pas contribué historiquement au changement climatique et n'est responsable que de 3,5% des émissions mondiales», a-t-il souligné.

Avec ses ressources forestières (17% du patrimoine mondial), l'Afrique « constitue de fait un puits net », a-t-il ajouté, notant qu'elle n'en est pas moins le continent « le plus affecté » et « le plus vulnérable » aux changements climatiques.

Bouteflika a fait remarquer plus loin que les menaces qui pèsent sur l’environnement à l’échelle mondiale, et en particulier sur la dégradation du climat, doivent inciter à améliorer la gouvernabilité internationale en la matière.

« L’amélioration des prises de position passera par une amélioration de la coordination et l’approfondissement du dialogue en vue d’une meilleure gestion des biens environnementaux communs aux niveaux régional et international », a souligné le président.

Le président de la République a rappelé que l'Afrique a adopté la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques et le protocole de Kyoto qui « contient des dispositions légalement contraignantes pour les pays développés en matière de réduction d'émission de gaz à effet de serre ».

« Les intérêts à court terme, la conscience insuffisante de l'urgence d'agir, consacrent encore la primauté des égoïsmes des groupes de pays au détriment d'une véritable solidarité à l'échelle mondiale, au bénéfice de la planète et des générations futures », a-t-il souligné.

Source

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Abder | 26/11/2008 @ 1:59 Répondre à ce commentaire

Mais Monsieur le Président, (à la veille d’un troisième mandat décroché !) le réchauffement serait bénéfique pour l’Afrique! Depuis le « RC » observé, la sécheresse n’est plus au Sahel; de même, durant le Quaternaire, les épisodes secs étaient frais (interpluviaux) et ceux humides étaient bien tièdes (pluviaux) ? l’OCH en témoigne bien à travers ses archives morphoclimatiques sahariennes… L’Afrique ne profitera-t-elle pas vraiment du RC présumé et prévu ? Les pays « non alignés » s’alignent… sur le RC.

2.  Abitbol | 26/11/2008 @ 9:23 Répondre à ce commentaire

Il me semble, mais ce n’est que mon avis, que le président algérien a d’autres défis plus urgent a relever pour son pays (gros producteur de gaz)…

3.  jeff hersson | 26/11/2008 @ 9:44 Répondre à ce commentaire

Abder (#1), Effectivement, le Sahel a reverdi…
Et pendant ce temps-là :

Le virus du SIDA pourrait théoriquement être éliminé en dix ans, si tous les habitants des pays présentant une fort taux d’infection étaient régulièrement testés et traités, d’après un modèle mathématique.

C’est une solution inattendue à la pandémie, mais elle se base plus sur des hypothèses que des données réelles, et elle présente des failles logistiques. L’étude a été publiée mardi par le journal médical The Lancet sur son édition en ligne.

« C’est un résultat assez saisissant » estime Charlie Gilks, un spécialiste du traitement de la maladie à l’Organisation mondiale de la Santé, qui fait partie de auteurs de l’article. « Dans un temps relativement court, nous pourrions potentiellement assommer l’épidémie », selon lui.

L’étude se base sur des éléments recueillis en Afrique du Sud et au Malawi. Les patients étaient testés volontairement chaque année et recevaient les médicaments nécessaires si ils étaient séropositifs, malades ou pas. En dix ans, l’infection a reculé de 95%.

Coût du projet, 3,4 millions de dollars (2,62 millions d’euros) par an pour réduire de moitié les morts du SIDA. Ce n’est malheureusement pas à la portée de nombreux pays, estime Myron Cohen, qui a réalisé une étude comparable à l’université de Caroline du Nord. AP

Bon, c’est un modèle, n’est-ce pas… Mais quand même, il y a plus urgent que de fumer des milliards dans la FARCE…

4.  Hacène | 26/11/2008 @ 10:08 Répondre à ce commentaire

Abder, tu as raison. Durant l’Holocène, la règle est l’association du froid polaire avec plus de sécheresses, comme lors du Petit Âge de Glace ou plus récemment du refroidissement d’après-guerre. Et à l’inverse, en effet, plus chaud signifie plus humide. La théorie de Marcel Leroux explique cela très bien. Question : la science climatologique en général l’explique-t-elle bien, ou prend-elle simplement acte de cela sans se l’expliquer pour l’instant ?
Quant à Bouteflika, il ne fait là que de la politique politicienne, rien d’autre…

5.  Curieux | 26/11/2008 @ 11:37 Répondre à ce commentaire

jeff hersson (#3),

Intéressant de noter que le fond contre le sida dispose de ~ 3 milliards $ en 2008, donc les moyens, mais que :

C’est une solution inattendue à la pandémie, mais elle se base plus sur des hypothèses que des données réelles, et elle présente des failles logistiques

Donc, ici le le « modèle mathématique » ne motive pas la bobolandie qui a plus besoin de couronne d’épine et de clous dans les mains que d’efficacité sur le terrain (cf Kou-cou ou christophe) !

6.  Curieux | 26/11/2008 @ 11:41 Répondre à ce commentaire

Abder (#1),
Bien vu, mais je crains que le RC soit bien plus important politiquement pour Bouteflika que le reverdissement du Sahel. Tant pis pour les hommes… et les bêtes.

7.  Araucan | 26/11/2008 @ 11:47 Répondre à ce commentaire

Hacène (#4), Abder (#1),

Il est vrai que personne ne parle du reverdissement du Sahel (amélioration de la pluviométrie) et de la remontée de la ligne de végétation au Nord : tant mieux pour les pays concernés même si c’est loin de résoudre tous leurs problèmes.

Bouteflika, comme beaucoup de politiques du G77 ne peut pas laisser passer une occasion aussi importante de compléter et d’augmenter l’aide au développement pour de nombreux pays d’Afrique.

Soyons cyniques : si le RC potentiel est bénéfique pour le Sahel et qu’en plus, de l’argent arrive, c’est tout bénéf….

8.  miniTAX | 26/11/2008 @ 13:44 Répondre à ce commentaire

Bouffikielà qui parle de « protéger le climat » alors qu’il se fait une tonne de fric en exportant le gaz et le pétrole tant qu’il peut, c’est pas mieux qu’un curé qui prêche la vertue et s’en va forniquer juste après la messe.

Niveau hypocrisie, c’est vraiment à vomir. Il n’y a que big Al qui fait pire.

9.  Chria | 26/11/2008 @ 17:46 Répondre à ce commentaire

Vraiment vomissant. Comme on dit par chez nous, c’est la merde qui se fout des chiottes !

10.  Araucan | 26/11/2008 @ 20:49 Répondre à ce commentaire

Juste deux liens en connection :

http://www.fenetreeurope.com/p.....8;id=12016

et

http://www.ue2008.fr/PFUE/lang....._africaine

11.  the fritz | 26/11/2008 @ 23:45 Répondre à ce commentaire

Bouffikielà qui parle de “protéger le climat” alors qu’il se fait une tonne de fric en exportant le gaz et le pétrole tant qu’il peut, c’est pas mieux qu’un curé qui prêche la vertue et s’en va forniquer juste après la messe.

Niveau hypocrisie, c’est vraiment à vomir. Il n’y a que big Al qui fait pire.

A moins que ce soit notre president, élu à la majorité, dont le slogan est travailler plus pour gagner plus et qui n’a aucun scrupule pour signer le pacte de l’autre Nicolas de la Hulotte, tout aussi hypocrite

Ceci étant, est-ce que les patissiers sont responsables de la maladie de tous les obèses qui se promènent dans la rue; est-ce qu’il faut condamner les vignerons parce qu’il y a des alcooliques dans notre pays?????

12.  Sirius | 26/11/2008 @ 23:50 Répondre à ce commentaire

@8-9
Ouais. L’idéologie RCA est maintenant tellement incrustée dans les consciences (effet du martellement médiatique répété) qu’il suffit désormais de se dire bon croyant pour paraître vertueux, peu importe ce que l’on fait. Tout cela est franchement ridicule, bien sûr. Mais, comme dit l’adage : plus que ça change, plus c’est pareil…

13.  Chria | 27/11/2008 @ 14:12 Répondre à ce commentaire

the fritz (#11),
On pourrait aussi condamner Dieu d’être responsable de la mortalité des humains, après tout. Vos comparaisons sont un peu faciles…

En parlant de Dieu, ça me fait penser aux intégristes qui justifient la guerre au nom de leur croyance, et même des non intégristes qui s’absolvent de leur actes douteux… Le CC (ou RCA, mais c’est comme les divinités, elles ont plusieurs noms finalement) est bien devenu une forme de religion.
Repentez-vous, sceptico-hérétiques, ou vous brulerez dans les flammes atmosphériques de l’enfer réchauffé !
Quand à vous autre, si vous vous soumettez à votre Dieu, vous irez au paradis vert… Quelque soit vos fautes, vous serez pardonnés si vous le servez avec foi !
La guerre sainte a commencé, munissez-vous de vos sacs poubelles de couleur, de votre vélo et de panier bio, et aller affronter les impies adorateurs et sniffeurs de gaz serreux ! 😯

14.  Curieux | 27/11/2008 @ 14:27 Répondre à ce commentaire

Chria (#13),

On pourrait aussi condamner Dieu d’être responsable…

Ah ! grande idée, et, bien sur le bûcher serait de charbons avec un beau panache de fumée bien noir. Bien entendu on rajouterai hansen et Al gore plus quelques autres intégristes. 😛 😛 😛

15.  the fritz | 27/11/2008 @ 14:36 Répondre à ce commentaire

Chria,
réponds- tu à Minitax ou à moi?
Et puis c’est toi qui parle de Dieu, pas moi
Et puis quand tu dis: »Repentez-vous, sceptico-hérétiques, ou vous brulerez dans les flammes atmosphériques de l’enfer réchauffé !
Quand à vous autre, si vous vous soumettez à votre Dieu, vous irez au paradis vert… Quelque soit vos fautes, vous serez pardonnés si vous le servez avec foi !
La guerre sainte a commencé, munissez-vous de vos sacs poubelles de couleur, de votre vélo et de panier bio, et aller affronter les impies adorateurs et sniffeurs de gaz serreux
 »
tu t’adresses à qui nominativement?

16.  Chria | 27/11/2008 @ 15:58 Répondre à ce commentaire

Je m’adresse à vous fritz pour la première phrase, et à personne d’autre en particulier ensuite…

17.  Flo | 1/12/2008 @ 17:22 Répondre à ce commentaire

Et le rédacteur du Monde qui fait mine de s’indigner avec les conférenciers anti-corruption qu’un marché basé sur du vent puisse éventuellement atiser les convoitises de gens peu recommandables!

http://fr.news.yahoo.com/64/20.....b1c83.html

18.  Araucan | 1/12/2008 @ 18:26 Répondre à ce commentaire

Faire du blanchiment d’argent avec du carbone, quelle ironie !

S’il y a beaucoup d’argent qui coule, il y aura des détournements, c’est inévitable et plus les systèmes sont complexes, et plus ce sera détourné… de façon légale (experts) ou illégale…

Dans l’article, je ne vois pas où sont les 5 sujets…

A toutes fins utiles voici l’ordre du jour de la convention et voir si les sujets du monde sont bien à l’ordre du jour…

unfccc.int/resource/docs/2008/cop14/fre/01f.pdf
unfccc.int/resource/docs/2008/cmp4/fre/01f.pdf
unfccc.int/resource/docs/2008/sbi/fre/09f.pdf
unfccc.int/resource/docs/2008/sbsta/fre/07f.pdf
unfccc.int/resource/docs/2008/awg6/fre/04f.pdf
unfccc.int/resource/docs/2008/awglca4/fre/14f.pdf

(Nb : pas de www pour accéder aux documents)

Bonne lecture !

19.  Araucan | 1/12/2008 @ 18:31 Répondre à ce commentaire

Voici un article qui résume assez bien les discussions (pour y comprendre quelque chose) :

http://www.euractiv.com/fr/cha.....cle-169223

20.  Araucan | 1/12/2008 @ 20:02 Répondre à ce commentaire

Flo (#17),

Eh cela commence au sein de la CCNUCC, sur les mécanismes de développement propre…Un auditeur suspendu …

http://www.reuters.com/article.....nnel=10341

21.  Daniel | 8/02/2009 @ 12:29 Répondre à ce commentaire

5 février, 2009 1
Un hiver exceptionnellement pluvieux au Maroc
http://maghrebinfo.actu-monde......#more-2249

Pluies et froid continuent de tuer au Maroc

Hier, 6 morts de plus dans le moyen Atlas suite aux perturbations que connaît le royaume ces derniers jours, 14 au total depuis lundi. Les dégâts matériels sont énormes en particulier dans toute la plaine agricole du Gharb au nord du pays. Et ce mauvais temps va continuer au Maroc jusqu’à samedi.
Pluies et froid au Maroc virent à la tragédie, le bilan humain de ces intempéries s’est encore alourdi avec la mort de 6 frères et sœurs dans le moyen Atlas, et les pertes matérielles sont lourdes en montagne et encore plus ces derniers jours dans les plaines agricoles du centre et du nord du Maroc.
Les intempéries au Maroc sont à l’origine d’une nouvelle tragédie hier soir dans la province d’Azilal dans le moyen Atlas ; la neige en s’accumulant a provoqué l’effondrement de nombreuses toitures, effondrement fatal dans la petite commune d’Aït Abdi où 6 enfants ont trouvé la mort, 4 filles et 2 garçons d’une même famille et dont la mère a également été blessée.
6 morts qui s’ajoute aux 8 décès déjà recensés lundi lors dans des écroulements de maisons provoqués cette fois par les fortes pluies qui s’abattent sur la région du Gharb au nord de Rabat. Une région particulièrement touchée puisque 2000 maisons ont été endommagées, 300 d’entre elles construites en pisé se sont même effondrées. La plaine du Gharb qui fait face aux débordements de ses barrages avec de multiples conséquences, les eaux récupérées par les oueds provoquent en effet des inondations. Les autorités locales ont déployé un important dispositif d’intervention pour apporter assistance aux populations sinistrées, plusieurs milliers de personnes ont été déjà évacuées, les tentes et les couvertures ont été acheminées sur place et les équipes de secours ont reçu le soutien des forces auxiliaires également mobilisées. Ces opérations sont coordonnées depuis un PC d’urgence installé à Sidi Slimane. Mais les dégâts, pour les habitants du Gharb, s’étendent bien au-delà de leurs maisons, les cultures sont en effet très affectées dans une région considérée comme l’un des poumons agricoles du Maroc. Selon l’Office régional agricole de Kénitra, 56.000 hectares sont actuellement submergés par les eaux et des milliers d’autres endommagés, ce qui devrait réduire le volume des récoltes.
La bonne pluviométrie enregistrée jusqu’à maintenant au Maroc donne certes lieu à des prévisions optimistes sur l’ensemble du pays pour 2009, mais ces prévisions restent suspendues dans certaines grosses régions agricoles – comme le Gharb – à une amélioration des conditions météo. L’agriculture au Maroc, rappelons le, représente 15 à 20 % du PIB marocain, et emploie notamment 4 millions de ruraux.

22.  chria | 9/02/2009 @ 8:37 Répondre à ce commentaire

Toujours pas vu d’article sur l’Australie… Etonnant, non ?
😈

23.  jeff hersson | 9/02/2009 @ 10:11 Répondre à ce commentaire

chria (#22), Les feux de foret n’ont rien d’exceptionnel en Australie en cette période. En revanche, le bilan très lourd, lui, l’est, hélas… Ce qui n’a pas empêché les Verts australiens de « récupérer » le drame et d’en faire une nouvelle preuve du « changement » climatique !

24.  maurice | 9/02/2009 @ 10:11 Répondre à ce commentaire

chria (#22),

inondations ou canicule ou les deux ?

25.  chria | 9/02/2009 @ 13:09 Répondre à ce commentaire

Allez parce que je vous charie une petite perle de plus :
http://www.lexpress.fr/actuali.....39507.html

26.  jeff hersson | 9/02/2009 @ 13:15 Répondre à ce commentaire

chria (#25), Je vous ai grillé, mon cher. Veuillez jeter un oeil sur le fil « billet sans sujet 4″… :mrgreen:

27.  chria | 9/02/2009 @ 13:23 Répondre à ce commentaire

J’ai été toasté !

28.  Marot | 9/02/2009 @ 13:32 Répondre à ce commentaire

L’Express devrait se calmer un peu :

après des années de sécheresse et avec les températures records relevées ce week-end dans l’Etat de Victoria

à mettre en face de :

The National plan for water security, dont la création, annoncée le 25 janvier 2007, vise à garantir une utilisation soutenable de l’eau dans les dix prochaines années et une gestion de la ressource par bassin. Il est doté de 10 milliards de dollars australiens. L’Etat de Victoria est le seul à ne pas avoir accepté de participer au plan et au partage de souveraineté qu’il induit. Carnets du Diplo, nov. 2007

et avant cela on avait lu dans l’Express :

Inondations dans la province de Victoria en Australie: 1 mort
Le 29-06-2007 à 09h09
L’état de Victoria en Australie est en proie à de graves inondations.

référence : http://www.meteo-world.com/news/index-1455.php

Alors inondations ET sècheresse

29.  Araucan | 10/02/2009 @ 0:48 Répondre à ce commentaire

Le problème en Australie (j’y suis allé un peu partout) par rapport aux incendies repose sur plusieurs faits :
– on ne fait pas mieux question inflammabilité et combustibilité que les forêts d’eucalyptus et melaleucas,
– la structure des forêts est nettement à deux étages : un étage de broussailles qui brûle en feu courant régulièrement, et la strate dominante (même dans les parcs…) : les traces de feux sont partout sur les troncs de la strate dominante, y compris en Tasmanie, où il pleut pourtant…
– l’utilisation du feu est une pratique culturale en zone d’élevage,
– les barbecues sont un sport national et il est manifestement très difficile d’interdire les feux en brousse…
– la lutte contre les incendies se heurte à l’immensité du pays et à sa faible population (peu de chemins, peu de réserves utilisables avec des avions, bien souvent pas de tours de surveillance, proportionnellement jamais assez de pompiers ou de camions…)
– le discours qui sévit dans tous les pays anglo-saxons comme quoi les feux sont naturels et font partie des cycles forestiers ( au parc du yellowstone aux USA en 89 si je me souviens bien, c’est ce que l’on nous a expliqué : on a laissé bruler , je crois la surface brulée a atteint près de la surface d’un ou deux départements français…pour nous expliquer 10 ou 15 ans après que les feux ont débuté hors du parc et de la main de l’homme …). Hors des forêts qui brûlent dans beaucoup de cas sont des forêts qui brulent encore mieux ensuite…En Tasmanie, on m’a expliqué que c’était normal que les pelouses alpines brûlent régulièrement !!!
– les pare feux les plus riquiquis que je n’ai jamais vu (2 mètres de large !), quand il y en a,
– des feux qui montent rapidement en houppier du fait des écorces d’eucalyptus, et là la lutte devient difficile.

Donc quand un feu est loin des habitations on laisse brûler et quand il est proche des habitations, on sauve les gens en priorité…

Mais bon en Australie, il paraît que cela brûle depuis 40 000 ans (en gros avec l’arrivée des Abos, qui mettaient le feu pour chasser plus aisément ensuite…) à tel point que cela a favorisé les Myrtacées (eucalyptus et autres) qui se régénèrent bien mieux que d’autres après incendie…

30.  chria | 10/02/2009 @ 13:57 Répondre à ce commentaire

entendu ce matin à rmc
Ségolène royale (à peu près) : « on le voit avec les morts en Australie et les tempêtes, il faut investir dans les énergies renouvelables pour empêcher tout ça… »

31.  maurice | 10/02/2009 @ 14:07 Répondre à ce commentaire

chria (#30),

a t-elle entendu parler de Météo-France ? tous les analystes MF interviewés dernièrement sont pourtant clairs:

1- RIEN et absolument RIEN ne permet de relier ces tempêtes (ni aucune autre d’ailleurs) au RC
2- ces tempetes (y compris Klaus et 1999) se produisent tous les 10 ans en moyenne et c’etait déjà le cas avant 1999 ( exemples de 1987 et 1967), mais c »etait moins médiatisé

32.  miniTAX | 10/02/2009 @ 16:28 Répondre à ce commentaire

le discours qui sévit dans tous les pays anglo-saxons comme quoi les feux sont naturels et font partie des cycles forestiers

Araucan (#29), pas en Australie ni en Californie sous la propagande des écolos justement !
En Californie, c’est la loi visant à protéger les espèces menacées qui a empêché le débroussaillage pendant des décennies. Même un particulier qui débroussaille pour protéger son habitation est en infraction passible de lourdes peines. En Australie, il suffit de lire le site de Mahorasy pour voir à quel point les Khmers verts qui croient détenir la vérité en matière de protection de l’environnement ont permis aux forêts d’accumuler des matières inflammables à un point insoutenable. Leur stupidité va jusqu’à interdire des communautés menacées par le feu de faire paître les ruminants pour réduire les risques, voir cet exemple prémonitoire de la forêt de Barmah, dénoncé il y a tout juste 2 mois

Ces incendies sont donc des catastrophes évitables mais qui ont été au contraire favorisés par l’incompétence et la bêtise crasse des écolos qui par idéologie ont cherché à empêcher toute intervention humaine sur les forêts, même quand elles entourent des zones urbaines. Ce qui devait arriver est arrivé, on a eu les catastrophes d’origine anthropique, mais la véritable cause est tout autre que celle que les merdias réchauffistes nous présentent.

33.  maurice | 10/02/2009 @ 16:48 Répondre à ce commentaire

eh oui, le leg de Midnight Oil, Peter Garrett et tout ça

34.  miniTAX | 10/02/2009 @ 17:13 Répondre à ce commentaire

maurice (#33), devine ce que devient Peter Garrett, now ?
Ministre de l’environnement de l’Australie du gouvernment Rudd.
Elle est pas belle la vie ?

35.  maurice | 10/02/2009 @ 17:39 Répondre à ce commentaire

ben oui je savais que tot ou tard il allait devenir général des salades vertes ça fait 1 an à peu près non ?

36.  jeff hersson | 10/02/2009 @ 19:39 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#34), maurice (#35),
Lorsque j’étais en Australie en novembre 2006, j’ai assisté quasiment « en direct live » au déboulonnage de Kim Beazley, leader historique du parti travailliste australien ( et véritable abruti, à côté de lui François Hollande semblait sortir de polytechnique !) par une coalition menée par Kevin Rudd et dont faisait partie ce bon Peter Garrett, qui avait gentiment viré sa cuti, du vert au rose… Il était dés lors évident que si les travaillistes gagnaient les législatives de novembre 2007, Rudd n’allait pas oublier son nouvel ami, ce qu’il fit en le nommant ministre de la culture, du patrimoine et de l’écologie !
Depuis, qu’à fait Garrett ? à vrai dire pas grand-chose, si ce n’est deux trois « cérémonies » en mémoire de massacres d’abos au NSW ou au Queensland, un renforcement des lois sur les parcs naturels, et pour le reste, basta… En revanche, je puis vous assurer qu’aujourd’hui encore, on entend toujours les Oils une dizaine de fois par jour sur les radios FM australiennes… :mrgreen:

37.  miniTAX | 10/02/2009 @ 20:17 Répondre à ce commentaire

jeff hersson (#36), Ceci dit, les Oils plusieurs fois par jour, c’est pas si atroce. Ca me rappelle de bons souvenir de teufs d’anthologie avec leur musique à fond ;).
Si seulement, Garrett pouvait faire de l’écologie aussi bien que la musique, ça aurait été super. Malheureusement, c’est un type qui n’a du talent que dans un seul domaine.

38.  jeff hersson | 10/02/2009 @ 20:23 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#37), J’ai toujours bien aimé les Oils aussi, mais je t’avouerai que de voir Peter Garrett s’exprimer à la télé avec le titre « ministre de l’écologie » ça fait un drôle d’effet, surtout quand tu te rappelles ses paroles de chansons, et que tu vois qu’il ne fait…à vrai dire rien…

39.  Araucan | 10/02/2009 @ 21:19 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#32),

Ce genre de choses ne m’étonne pas. Quand on lit la littérature sur les feux en australie (ou aux USA), jamais ils ne parlent des causes des feux, comme si c’est naturel : or en Europe, on a un certain nombre de donnée et il apparaît que les activités humaines sont majoritairement à l’origine des feux de forêts (bien souvent involontairement ou par inconscience, mais il y a aussi des actes criminels, avec des motifs souvent folkloriques…).
La foudre est un phénomène suffisament fréquent et partout : donc on ne voit pas pourquoi ce serait une cause plus fréquente dans certains pays plus que dans d’autres, même si certaines formations végétales sont plus inflammables que d’autres. De plus en laissant les feux s’étendre par impuissance ou par idéologie, on uniforme les formations végétales, on favorise la croissance de végétation qui sont souvent plus inflammables et on rentre dans un cercle vicieux.

Actuellement, la vrai rupture dans le discours, c’est la presse australienne parle de pyromanes…

Bon maintenant, il y a des moyens de prévenir les incendies mais on n’est jamais à l’abri d’une conjonction sécheresse + réserve en eau des sols très faible + crétins pyromanes + pompiers débordés. La presse qui dit « attention aux feux » quand la situation devient très risquée, agit en fait comme un déclencheur des crétins pyromanes.

@tous,

Les Oils de temsp en temps, cela fait du bien ! Remarquons tout de même que la situation des Abos en Australie n’est pas flamboyante et l’espèce de discours en vigueur qui les renvoient vers leur résrves et leur « naturalité » à la fois politiquement correct (respect des peuples indigènes), mais structurellement discriminatoire, m’a toujours mis mal à l’aise. On ne voit jamais un Abo travailler même dans les endroits où ils sont nombreux (et visibles le jour)…
Les bus pratiquent encore la ségrégation : les blancs devant les Abos derrière…
Il y a une différence entre tenir un discours qui est de fait paternaliste et enfoncer des gens (qui par ailleurs produisent des tableaux géniaux…)

40.  maurice | 11/02/2009 @ 10:04 Répondre à ce commentaire

pour revenirà l’Afrique, elle devrait avoir des chats plus urgents et concrets à traiter…

11.700 cas et près de 500 morts par le cholera au Zimbabwe.

Les autorités en place ont amorcé un vaste programme d’expropriation des exploitations agricoles appartenant à des fermiers blancs afin de les redistribuer à la population noire défavorisée. Cette mesure a entraîné l’effondrement de milliers de fermes autrefois prospères, mettant des millions de personnes au bord de la famine et provoquant une crise économique sans précédent.
L’hyperinflation atteignait en juillet dernier le taux apocalyptique de 231 millions de pourcents tandis que le chômage frappait 80 % de la population active.

41.  Araucan | 11/02/2009 @ 23:07 Répondre à ce commentaire

maurice (#40),

Pour l’Afrique, l’enjeu du CC, c’est la redirection des flux d’aide au développement vers la lutte contre le CC ; pour le moment cela profite surtout aux pays émergents qui polluent beaucoup plus que toute l’Afrique ( cf la part de la Chine dans le mécanisme de développement propre de la Convention climat). Il faut que l’Afrique s’assure de sa part d’aide au développement, elle reprend donc le discours des bailleurs de fonds, plutôt que de dire : aidez moi pour mon agriculture, mes écoles, mes routes, mes hôpitaux…
C’est une question de survie aussi…

42.  Myke | 16/02/2009 @ 16:20 Répondre à ce commentaire

Araucan (#41). Comme vous avez raison ! Mais à ce sujet on peut se poser (au moins) deux questions : 1/ les Africains sont-ils eux-mêmes convaincus ou font-ils semblant ? 2/ Est-ce de bonne politique de leur part que d’entretenir les lubies des pays « développés » plutôt que de sonner vigoureusement la fin de la récréation ?
L’état de l’Afrique sera peut-être le problème résiduel de la planète d’ici un demi-siècle. Mais qui s’en préoccupe ?
J’ai entendu cette nuit à la BBC une scientifique (au congrès de Chicago) qui attribuait au global warming l’extension de la malaria dans les pays sub-sahariens.

43.  Laurent | 16/02/2009 @ 17:53 Répondre à ce commentaire

Myke (#42),

J’ai entendu cette nuit à la BBC une scientifique (au congrès de Chicago) qui attribuait au global warming l’extension de la malaria dans les pays sub-sahariens

… ce qui est en totale contradiction avec les « prévisions » des modèles climatiques agréés par le GIEC…
Ces modèles prévoient une aggravation de la fréquence et de l’intensité des sècheresses en Afrique sub-saharienne… ce qui veut dire des conditions de reproduction moins bonnes pour le moustique anophèle (dont les larves ne se développent que dans l’eau)… et donc d’évidence une diminution de la population du vecteur du paludisme… et donc un recul de cette maladie.

C’est encore une belle illustration que les thuriféraires du réchauffement ne se préoccupent même plus de la cohérence de leurs arguments.
Ce qui compte c’est de noyer le publics sous un flot ininterrompu d’affirmations vaseuses pour qu’il ne puisse plus entendre autre chose…

44.  Fabge | 16/02/2009 @ 18:12 Répondre à ce commentaire

Comme je l’ai déjà dit dans ces colonnes, le plus grave est que les effets d’annonce sont rarement suivis d’une mise au point après qu’ils se soient révélés sans fondement.
L’exemple de l’arctique « libre de glace à l’été 2008 » est significatif. Il y a des gens qui ont cru que c’était réellement le cas et qui tombent des nues lorsqu’on leur montre les graphiques de progression de l’étendue de banquise.

45.  Abder | 16/02/2009 @ 22:00 Répondre à ce commentaire

Daniel (#21),

Pluies et froid continuent de tuer au Maroc

La plaine du Gharb qui fait face aux débordements de ses barrages avec de multiples conséquences, les eaux récupérées par les oueds provoquent en effet des inondations.

En fait, le froid de cette saison est exceptionnel par rapport à ce à quoi on est habitué depuis au moins une vingtaine d’années. On a souvent tendance à oublier le froid des décennies d’avant. De même, ces inondations qui ont presque disparu, notamment dans la plaine de subsidence du Gharb, après la construction de grands barrages, reviennent avec les fortes pluies. L’une des causes est qu’on est partagé entre le souci de garder le maximum d’eau dans les lacs réservoirs de barrages et celui de régulariser les débits tout en évitant les inondations des rivières dont le lit est largement perché au dessus du niveau de la plaine qui est de niveau de base. Les eaux de pluies torrentielles tombées sur la plaine elle même ont des problèmes de drainage. De nombreux secteurs sont des anciens marécages asséchés et aménagés par la suite pour agriculture et habitat. Le retour de fortes pluies ne peut que provoquer des dégâts pour ces occupations humaines récentes de zones autrefois tout le temps menacées. En conclusion, ce ne sont en réalité que les barrages construits qui ont fait épargner cette plaine par les inondations qui étaient très habituelles.

46.  chria | 17/02/2009 @ 16:42 Répondre à ce commentaire

Merci abder pour cette remise ne perspective

Sorry, the comment form is closed at this time.