La province de Surin, Thaïlande, indemnise les morts du froid

[Non, ce n'est pas une blague, ni une erreur de traduction]

• • • • •

Le Conseil provincial de prévention et d'atténuation des catastrophes (CPPAC) de Surin  assure les résidents de la province que le gouvernement est prêt à fournir de l'aide  aux populations subissant la vague de froid actuelle. Cette aide se monte à 20.000 baht [430 euros] pour toute personne morte de froid.

Le chef du CPPAC, Umnuay Chantharat a informé qu'il a reçu une demande urgente du Ministère de l'intérieur afin d'accélérer l'aide aux citoyens frappés par la vague de froid en cours en mettant la priorité sur les personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Son bureau a été chargé d'attribuer 20.000 bahts aux victimes du froid et 40.000 bahts si les victimes sont des chefs de famille. Les services de M. Umnuay travailleront également avec l'autorité provinciale de la santé publique afin de mobiliser des équipes médicales pour aider les citoyens dans les zones reculées.

Le chef du CPPAC a admis que cette année, la province a été particulièrement touché par le froid avec 17 districts déjà déclarés zones sinistrées. Il a demandé que les citoyens prennent un soin particulier pour en faisant des exercices réguliers, tout en rappelant que si les citoyens commencent à lutter contre le froid en allumant des feux, ils devraient se méfier des risques d'incendie.

Source : gouvernement thailandais

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Sirius | 22/01/2009 @ 4:07 Répondre à ce commentaire

Réponse du GIEC/IPCC :
Bon. Ne paniquons pas. Qu’il fasse actuellement froid à Surin ne signifie pas qu’il n’y a pas réchauffement climatique. Ce dernier continue bien au contraire à s’exercer et même à s’amplifier. Il faut et il suffit de distinguer les écarts locaux de la tendance globale. Hum… Bien sûr, la température globale du globe accuse un refroidissement marqué depuis 2002. Mais cela n’est fondamentalement qu’un écart par rapport à la hausse croissante de la température globale depuis 1850. Ne vous en faites donc pas : le monde se réchauffe, il est donc normal que personne ne le réalise. Car voyez-vous, le système que nous étudions depuis des lustres est si complexe qu’il contient en lui-même des contractions qui – comme l’a dit le célèbre philosophe allemand Hegel – sont à la source même de sa dynamique. Bref, faites-nous confiance et aller vous coucher…

Oh Yeah. 🙂

2.  Curieux | 22/01/2009 @ 10:16 Répondre à ce commentaire

Sirius (#1),

En fait il ne sont pas mort de froid puisque le froid est dû au RC. Ils sont donc morts d’un coup de chaleur présentant des traces de congélation. D’ailleurs notre modèle « ZZZFFF111 » de prévision climato-médicale le montre très bien.

Ah ! dernier point le GIEC vient d’interdire formellement l’utilisation de feux de bois pour cause d’émissions de CO2. Ce qui est parfaitement justifié d’un point de vu scientifique : le CO2 augmente le RC qui provoque les vagues de froids qui à leur tour entraine des morts par coup de chaud avec trace de congélation. CQFD.

3.  joletaxi | 22/01/2009 @ 10:28 Répondre à ce commentaire

Ils n’ont rien prévu pour les morts de rire?

4.  Phoebus | 22/01/2009 @ 10:41 Répondre à ce commentaire

Lu dans le journal belge Le Soir de ce jour : « Mauvaise nouvelle pour le Continent blanc. Dans la revue Nature de cette semaine, les chercheurs américains sont formels : l’ensemble de l’Antarctique est soumis à un réchauffement depuis de nombreuses années et non uniquement, comme on le pensait, dans sa seule partie occidentale, du côté de sa péninsule. ».

Je pensais que la glace en Antarctique avait plutôt tendance à s’étendre. Une explication?

Le lien de l’article : http://www.lesoir.be/actualite.....4040.shtml

5.  Curieux | 22/01/2009 @ 10:41 Répondre à ce commentaire

Si, bien sur ! Le modèle “Ahahahah-4302-Ohohohoh″ de prévision climato-zygomatical.

6.  miniTAX | 22/01/2009 @ 10:47 Répondre à ce commentaire

430 euros pour indemniser un mort ? 😯 😯 😯
En France, ça ne couvrirait même pas le cinquième d’un enterrement décent. La vache, le coût de la vie (dans tous les sens du terme) est carrément pas cher en Thailande !
Au fait, si on meurt de canicule, on est payé ? (humour noir inside)

7.  miniTAX | 22/01/2009 @ 10:51 Répondre à ce commentaire

Phoebus (#4),
Explication ? Un des auteurs de l’étude n’est autre que Michael Mann, l’auteur du fameux hockey stick, le fameux (ou plutôt fumeux) chercheur qui arrive à faire bander n’importe quelle courbe de température.

Pas étonnant donc maintenant que même l’Antarctique se mette soudain à réchauffer à l’insu de son plein gré.

8.  Araucan | 22/01/2009 @ 11:10 Répondre à ce commentaire

Phoebus (#4),

Voir là aussi…

9.  Araucan | 22/01/2009 @ 11:10 Répondre à ce commentaire

Voici le lien

http://skyfal.free.fr/?p=62#comment-13524

10.  Curieux | 22/01/2009 @ 11:11 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#7),
Et surtout les conclusions de l’article ici qui ne sont pas reprise par le Soir.

Other scientistS said that the study did not fully account for shifts such as a thinning of ice sheets in West Antarctica.

« This warming is not enough to explain these changes, » said David Vaughan, a glaciologist for the British Antarctic Survey at Rothera, by an iceberg-strewn bay. He said the thinning was probably linked to shifts in the oceans.

The Nature study compared temperatures measured by satellites in the past 25 years with 50-year records from 42 Antarctic weather stations, mostly on the coast.

Vous l’avez compris, l’étude ne rend pas compte de la fonte de la banquise sur la péninsule ouest – pas assez chaud, c’est le réchauffement océanique. Et comme les 42 stations météos son situés en bord de mer… Ils ne reste plus qu’a faire la soupe Giecienne, extrapolation et bidouillage (cf. péninsule ouest).

11.  Araucan | 22/01/2009 @ 11:17 Répondre à ce commentaire

Sur l’Antarctique

image de la Nasa en 2004

Image de l’article (avec effectivement Mann en guest star, il suffit de voir le nom pour connaître les conclusions)

Juste pour en rajouter

Carte des volcans de l’Antarctique

Ah oui on peut aussi rappeller qu’il y a une activité volcanique dans le coin…

From the UW paper again:

“West Antarctica is a very different place than East Antarctica, and there is a physical barrier, the Transantarctic Mountains, that separates the two,” said Steig, lead author of a paper documenting the warming published in the Jan. 22 edition of Nature.

But no, it just couldn’t possibly have anything at all to do with the fact that the entire western side of the Antarctic continent and peninsula is dotted with volcanoes. Recent discovery of new volcanic activity isn’t mentioned in the paper at all.

From January 2008, the first evidence of a volcanic eruption from beneath Antarctica’s ice sheet has been discovered by members of the British Antarctic Survey.

The volcano on the West Antarctic Ice Sheet began erupting some 2,000 years ago and remains active to this day. Using airborne ice-sounding radar, scientists discovered a layer of ash produced by a ’subglacial’ volcano. It extends across an area larger than Wales. The volcano is located beneath the West Antarctic ice sheet in the Hudson Mountains at latitude 74.6°South, longitude 97°West.

Voir là pour la discussion en anglais :

http://wattsupwiththat.com/200.....#more-5224

il y effectivement deux points sur cet article qui interrogent : le rétro-modèle et la non considération de l’activité volcanique…

12.  Araucan | 22/01/2009 @ 11:24 Répondre à ce commentaire

En tous cas, cela n’a pas l’air de se réchauffer au pôle sud.

13.  Bof | 22/01/2009 @ 13:05 Répondre à ce commentaire

Phoebus (#4),
J’aime bien lire entre les lignes de ce genre d’article. Sur celui-ci, on peut donc lire que le fameux consensus se faisait aussi pour dire que l’Antarctique ne se réchauffait pas. Jusqu’à ce que bien sûr le somptueux M.Mann invente un nouveau réchauffement dramatique dans ce coin encore vierge de ses élucubrations

Oui mais il ya 6 mois, quand le prince Albert préparait son voyage en Antarctique pour « étudier le réchauffement climatique », M.Mann n’avait pas encore élucubré ! Le consensus était toujours que l’antarctique ne se réchauffait pas. Mais alors, dites moi, pourquoi cette info ô combien importante et consensuelle n’était alors pas reprise dans les différents journaux ? « On » ne nous dirait pas tout ? 😉 « On » aurait trompé le prince Albert?

Je n’ose pas y croire….

14.  Abitbol | 22/01/2009 @ 13:21 Répondre à ce commentaire

Michael Mann ?
C’est pas le type qui a réalisé « HEAT » avec DeNiro et Pacino ?
Savais pas qu’il travaillait aussi dans la climatologie…

Bref, si on le laisse s’occuper des températures en Thaïlande, les malheureux morts de froid vont réchauffer et ressusciter. Ils devront rembourser le fric allouer par le gouvernement pour payer les cercueils chauffants de Minitax !

Pour info, le prochain film de M. Mann devait s’intituler « Hockey Stick », avec Leonardo DeCaprio en roi du palet, mais la production a reculé devant le budget colossal en trucages pour recréer une patinoire qui grimpe à la verticale…

15.  Flo | 22/01/2009 @ 14:52 Répondre à ce commentaire

J’étais en Californie du Sud toute la semaine dernière.
C’était rigolo, il faisait 29 °C entre 11 h du matin et 3 h de l’après-midi. A certains endroits ils ont même mesuré les T° les plus élevées jamais enregistrées un 15 janvier.
Alors évidemment mes interlocuteurs (pourtant scientifiques) : « you know I believe in global warming due to human activity ». De fait il faisait entre très chaud et très doux sur toute la côte Ouest jusqu’au Sud de l’Alaska.

Un peu plus à l’Est, meanwhile (en boucle dans mes nuits d’insomnie due au décalage horaire sur le Weather Channel) :

« ARCTIC BLAST »:

-45 °C dans la région des grands lacs.
(où ils ont relevé la T° la plus basse jamis enregistrée un 15 janvier)
-15 °C à Boston
-13 °C à New York

et alors là:
-6 °C à Raleigh
-12 °C à…Atlanta
et
0 °C à Orlando en Floride, à Houston et à La Nouvelle Orléans où pendant un jour ou deux il a fait 10 °F de moins qu’à Anchorage!

Global ce réchauffement puisqu’on vous le dit!

16.  Phoebus | 22/01/2009 @ 15:33 Répondre à ce commentaire

Mouais, donc à prendre avec des pincettes comme info. Maintenant, le réchauffement en question est peut-être justement du à la présence d’Albert en Antarctique. La famille Grimaldi à toujours eu un sacré tempérament d’après ce qu’en disent les gazettes people !

17.  chria | 22/01/2009 @ 15:59 Répondre à ce commentaire

Borloo aime les jolies femmes :
http://www.actu-environnement......_6556.php4

18.  Curieux | 22/01/2009 @ 16:40 Répondre à ce commentaire

chria (#17), Je crois plutôt que c’est Sarkho…
En plus d’être jolie elle a un truc… comme Koscisko pareille.

En tout cas ils ont de la réserve.

Au ps à part Ségo et c’est pas un produit de l’année, c’est plutôt la cata. Remarquez au PS ils ont la foi, Ségo, dixit elle-même, a inspiré Obama ! Okay, le lendemain elle à dit que c’était une blague, mais pourquoi nous le dire, on avait tous compris…

19.  Curieux | 22/01/2009 @ 16:41 Répondre à ce commentaire

Kosciusko !
Désolé, mon clavier été tout ému.

20.  chria | 22/01/2009 @ 16:42 Répondre à ce commentaire

Ancienne chef de l’Ademe…

21.  Araucan | 22/01/2009 @ 18:49 Répondre à ce commentaire

Pour revenir sur l’Antarctique,

Une page où se trouvent les températures des stations australiennes

http://data.aad.gov.au/aadc/so.....m?soe_id=1

et un article du Figaro sur l’effet du volcanisme cité par Myke :

Antarctique : un volcan
ferait fondre les glaces
Caroline de Malet
22/01/2008 | Mise à jour : 16:30
.
Si la calotte polaire est plutôt stable dans la partie est de l’Antarctique, il n’en va pas de même à l’ouest (NASA).
Si la calotte polaire est plutôt stable dans la partie est de l’Antarctique, il n’en va pas de même à l’ouest (NASA).
Un volcan subglaciaire serait en partie à l’origine de la diminution de l’épaisseur de la calotte à l’ouest du continent.

Un volcan actif sous l’Antarctique ? Loin de relever de la science-fiction, cette hypothèse vient d’être démontrée dans un article publié hier dans Nature Géoscience. Ce volcan subglaciaire aurait même produit une importante éruption volcanique voici deux mille ans.

«Nous pensons qu’il s’agit de la plus importante éruption volcanique intervenue en Antarctique depuis dix mille ans. Elle a été à l’origine d’un trou substantiel dans la calotte polaire et a engendré un jet de cendres et de gaz 12 kilomètres autour», explique Hugh Corr, l’auteur principal de cette étude.

C’est une équipe du British Antarctic Survey qui a découvert ces traces d’éruption, en analysant des données collectées par radar au cours d’un survol par avion de l’Antarctique Ouest en 2004-2005. Le site des monts Hudson, en terre d’Ellsworth, près du glacier de l’île de Pine, est aujourd’hui recouvert d’un lit de cendres, enfouies sous des couches successives d’enneigement.

Hausse du niveau des mers

Ces «téphras», cendres et roches éjectées dans l’air, sont répartis sur une surface de 156 kilomètres sur 190, qui couvre 23 000 km². Pour les scientifiques, cela montre qu’il n’y a eu qu’une seule éruption. L’épaisseur de la glace qui recouvre les cendres, entre 100 et 700 mètres sous la surface, a permis de dater l’éruption à 2 200 ans, soit autour de 207 avant J.-C. Les scientifiques savaient déjà qu’une éruption volcanique était intervenue en Antarctique aux environs de 325 avant J.-C. mais ils ignoraient où celle-ci avait eu lieu.

Cette découverte apporte une piste d’explication à la fonte du glacier de l’île de Pine. «L’écoulement du glacier vers la côte s’est accéléré au cours des décennies récentes et il est possible que la chaleur provenant du volcan ait participé à cette accélération», avance le professeur David Vaughan, coauteur de l’étude.

Pourtant, poursuit ce dernier, «je ne peux pas expliquer la fonte plus générale des glaciers de l’Antarctique Ouest qui contribue à la hausse globale du niveau des mers à hauteur d’environ 0,2 millimètre par an. Ce changement a probablement son origine dans le réchauffement des eaux océaniques ».

Car si la calotte polaire est plutôt stable dans la partie est de l’Antarctique, il n’en va pas de même à l’ouest. Ce phénomène s’accélère même, comme l’ont montrée Éric Rignot et ses collègues du Jet Propulsion Laboratory en Californie, par des travaux publiés la semaine dernière dans la même revue. Grâce à des données d’interférométrie radar obtenues par satellite, couvrant 85 % des côtes du pôle Sud, ils ont pu calculer que la fonte des glaces de l’Antarctique Ouest a représenté 132 milliards de tonnes en 2006, contre 83 milliards en 1996, soit une hausse de 75 % en dix ans.

Le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec) prédit, à terme, une augmentation de l’épaisseur de la calotte polaire, du fait d’une hausse attendue des précipitations neigeuses à l’est.

Mais où est donc passée toute cette eau ? (Flemme de faire les calculs en millimètres d’eau de mer…)
Elle est repartie direct en neige de l’autre coté du continent ?

22.  miniTAX | 22/01/2009 @ 19:35 Répondre à ce commentaire

Caroline de Malet a écrit : « ils ont pu calculer que la fonte des glaces de l’Antarctique Ouest a représenté 132 milliards de tonnes en 2006, contre 83 milliards en 1996, soit une hausse de 75 % en dix ans. »
132 milliards de tonne, ça représente 132 km3.
L’Antarctique faisant 30 millions de km3, ce qui fait qu’on est passé d’une perte annuelle de 0,00028% à 0,00044%. Ah oui, quand même !!! Heureusement qu’il y a des modèles pour calculer une perte aussi considérable !
Vive le journalisme à 2 neurones.

23.  Araucan | 22/01/2009 @ 22:04 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#22),

Merci pour le calcul : c’est aussi insignifiant que mes g de calcite à l’hectare.

24.  Curieux | 23/01/2009 @ 0:28 Répondre à ce commentaire

A propos de la nouvelle étude du Goddart institut sur le RC de l’Antartique :

« Here’s an interesting little plot from the collation of surface and AWS data. For some reason, there seems to be a sharp decline in AWS counts at the start of 2003 – from 35 at the end of 2002 to 9 at the start of 2003 »

Ça c’est du sérieux, de l’Hansen ou Mann pur jus.

C’est chez Steve McIntyre .

25.  laurent | 23/01/2009 @ 2:36 Répondre à ce commentaire

Grâce à des données d’interférométrie radar obtenues par satellite, couvrant 85 % des côtes du pôle Sud, ils ont pu calculer que la fonte des glaces de l’Antarctique Ouest a représenté 132 milliards de tonnes en 2006, contre 83 milliards en 1996, soit une hausse de 75 % en dix ans.

Encore un journaliste qui a très mal compris l’étude en question.
L’interférométrie radar permet de mesurer la dynamique des glaces (vitesse d’écoulement des glacier).
Elle ne peut pas être utilisée pour de l’altimétrie de précision.

Les chiffres donnés sont donc des estimations de volumes de glaces rejetés par les glaciers, en fonction de leurs vitesses d’écoulement, ce ne sont en aucun cas des bilans de masse (qui tiendraient compte des variations d’accumulation par précipitation).
La seule information donnée est donc que pour la péninsule ouest, la vitesse d’écoulement des glaciers a augmenté entre 1996 et 2006… ce qui n’est pas vraiment un scoop…

Pour Info, le Legos travaille depuis quelques années déjà pour obtenir un modèle numérique d’altitude de la péninsule antartique… dont la précision serait de l’ordre de 1m à 2m… (pour avoir un modèle initial qui permettrait éventuellement ultérieurement de calculer des variations de masse)

Quand aux températures antarctiques de Mann… elles sont issues de températures de brillance AVHRR, qui ne sont PAS des températures sol (dépendent de l’émissivité… et donc la fameuse « calibration » avec les données station est un leurre… ) et qui même en temps que températures de brillance, demandent pour être comparées (pour calculer des tendances) des corrections atmosphériques (principalement à cause de l’ absorption par la vapeur d’eau)…. hors, le contenu instantané atmosphérique en vapeur d’eau est très variable et mal connu (difficile d’avoir des valeurs instantanées fiables au moment de la mesure…)

Bref… beaucoup de chiffres donnés qui mériteraient d’être replacé dans le contexte de mesure, expliquées, et qui gagneraient à être accompagnés d’une estimation d’erreur.

26.  chria | 23/01/2009 @ 10:23 Répondre à ce commentaire

laurent (#25),
oui, merci de vos précisions qui remettent bien les choses dans leur contexte.
Sinon :
http://www.livemint.com/2009/0.....es-70.html

27.  Dyblast | 23/01/2009 @ 14:08 Répondre à ce commentaire

« 132 milliards de tonne, ça représente 132 km3. » en supposant que la densité de cette glace est de 1? correct? (je taquine la :p)

28.  Flo | 23/01/2009 @ 15:33 Répondre à ce commentaire

Sur l’Antarctique.
Encore une belle preuve du RC GLOBAL (lire la dernière phrase):

http://fr.news.yahoo.com/4/200.....1ccfa.html

29.  Araucan | 25/01/2009 @ 22:52 Répondre à ce commentaire

Dyblast (#27),

Bien vu !

30.  Araucan | 25/01/2009 @ 23:20 Répondre à ce commentaire

Sur cet hiver ,

il a neigé dans le Djebel Jais dans les Emirats arabes unis (c’est la seconde fois depuis qu’il y a des enregistrement et la dernière fois c’était en 2004)

http://www.thenational.ae/arti.....newsletter

Il semblerait que certains glaciers du Groenland ralentissent en revenant à leur vitesse de l’an 2000 et que l’hypothèse de la lubrification par l’eau ne fonctionne pas. Gore a parlé trop vite…

http://www.worldclimatereport......onvenient/

31.  Daniel | 26/01/2009 @ 21:26 Répondre à ce commentaire

Voir la video

http://www.meteo-world.com/news/index-2397.php

Aujourd’hui à 13h32
Neige dans les montagnes de Jebel JaisCrédits: Vidéo youtuben capture: Météo-worldLes montagnes de Jebel Jais ( environ 1740 m d’altitude) ont été recouvertes par près de 10 centimètres de neige avec une températures qui est descendu à –3°C, du jamais vu depuis qu’existent les relevés météorologiques dans ce pays.
Les dernières chutes de neige avaient été relevées en décembre 2004 et il s’agissait de la première fois que l’on en observait.
Plus on descendait vers la plaine, et plus la neige n’était plus de la neige, mais de la grêle.
La ville de Ras al-Khaimah (altitude 31 m) a été touchée par des orages qui ont laissé jusqu’à 22 mm de précipitations.

Les montagnes de Jebel Jais sont situées à la frontière entre les Émirats Arabes Unis et l’état de l’Oman.

32.  Gymnstets | 26/08/2010 @ 15:11 Répondre à ce commentaire

In Starcraft, a mecca of Korea University has discovered that computer addiction can heal – ostensibly in Starcraft – with antidepressants. These usually come in depression, panic attacks, phobias and much more used.
Starcraft addiction seems to represent a serious problem in Korea. The Department of Psychiatry, Chung Ang University found in a study that video games can be and in the case of the study ostensibly cured Starcraft addiction with large doses of bupropion. It is a dopamine and norepinephrine inhibitor that is normally used as an antidepressant. This mainly depression, obsessive-compulsive disorders and panic attacks, phobias, eating disorders, chronic pain, withdrawal syndrome, lethargy, insomnia and more are discussed ([url=http://www.mobn909.com]45901vbe[/url]).
The University of Chung Ang underwent eleven o’clock Starcraft-addicted Koreans this treatment. After six weeks of the study authors reported the first success. The desire of the players was therefore decreased by 23.6 percent, while the playing back of the subjects in their favorite game by 35.5 percent went.

33.  Patrick Bousquet de Rouvex | 26/08/2010 @ 16:12 Répondre à ce commentaire

je suggère à l’administrateur de considérer le précédent message de Gymnstets comme un spam !!!

34.  PapyJako | 26/08/2010 @ 19:42 Répondre à ce commentaire

Patrick Bousquet de Rouvex (#33),
J’appuie des quatre membres cette suggestion.

Sorry, the comment form is closed at this time.