Réchauffement: de graves effets pourraient se faire sentir à moins d’un degré de hausse, selon une étude

(Le danger n'est plus désormais à 2°C mais avec seulement un seul degré désormais. Parle-t-on de météo ou de climat ? Si le réchauffement déjà constaté a été de 0,7°C par siècle, alors nous vivons déjà dans un monde de catastrophes…)

• • • • •

Les conséquences du réchauffement climatique, comme l'augmentation des sécheresses, canicules ou inondations, risquent de se faire sentir avant même que la hausse des températures n'atteigne un degré supplémentaire par rapport au niveau de 1990, selon une étude menée par une équipe internationale d'experts du climat.

Le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) estime que le risque de conditions météorologiques extrêmes augmentera avec une hausse moyenne des températures mondiales comprise entre un et deux degrés au-dessus des niveaux de 1990. Le Centre américain des données climatiques recense actuellement une hausse de 0,12 degré
depuis 1990.L'équipe d'experts internationaux qui publie la nouvelle étude cette semaine dans l'édition en ligne des annales de
l'académie nationale américaine des sciences (Proceedings of the National Academy of Science, PNAS) se montre plus pessimiste. "Les augmentations de sécheresses, canicules et inondations sont projetées dans de nombreuses régions et auraient des effets négatifs, y compris des manques d'eaux, des feux de forêts fréquents et des risques de crues à partir de moins d'un degré de réchauffement supplémentaire au-dessus du niveau de 1990".

maungatautari_morning_scene.JPG

De fait, "il est désormais plus probable que le contraire que l'activité humaine a contribué aux augmentations observées de vagues de chaleur, d'intenses précipitations et à l'intensité des cyclones tropicaux", écrivent les chercheurs dirigés par Joel Smith de Stratus Consulting.

D'autres chercheurs, notent-ils, ont suggéré que "la probabilité de la canicule de 2003 en Europe, qui avait provoqué la mort de dizaines de milliers de personnes a été substantiellement accrue par la hausse des concentrations de gaz à effet de serre".

Il y a une semaine, Christopher Field de la Carnegie Institution for Science, avait déclaré lors de la réunion annuelle de l'Association américaine pour le progrès de la science que les humains ajoutaient désormais du CO2 dans l'atmosphère encore plus vite que dans les années 90. Les émissions de dioxyde de carbone ont augmenté de 3,5% par an depuis 2000, contre 0,9% par an dans les années 90, avait-il estimé.

La nouvelle étude fait état de nouvelles preuves de la plus grande vulnérabilité au changement climatique de populations spécifiques, les plus pauvres et les plus âgés, dans les pays en développement mais aussi dans les pays les plus riches. "Des événements comme l'ouragan Katrina et la canicule de 2003 en Europe ont montré que la capacité aux phénomènes extrêmes liés au climat est plus faible qu'attendue et de ce fait, leurs conséquences et les vulnérabilités associées sont plus élevées qu'on ne le pensait", remarquent les chercheurs.

Parmi les co-auteurs du rapport figurent des chercheurs américains, et d'Inde, Allemagne, Canada, Zimbabwe, Australie, Bangladesh, Cuba et Belgique.

Source : AP et PNAS

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
101.  Abitbol | 1/03/2009 @ 13:19 Répondre à ce commentaire

Est-ce que le NSIDC a résolu ses problèmes de capteur ?
Peut-être, d’après l’image ci-dessous l’étendu de glace arctique serait déjà plus important en ce 1er mars qu’au miximum de l’anné 2008.

Donc, les choses s’arrangent du côté du pôle nord. Ça s’arrange doucement, mais ça s’arrange. Contrairement à toutes les déclarations des alarmistes et des modélisateurs du GIEC et consort!

102.  Araucan | 1/03/2009 @ 14:01 Répondre à ce commentaire

Abitbol (#101),

Ils utilisent un autre satellite…
Voir là : http://noconsensus.wordpress.c.....k-on-line/

103.  brandon | 1/03/2009 @ 14:21 Répondre à ce commentaire

IL FAUT ABSOLUMENT RÉPONDRE A CELUI QUI A ECRIT CE TISSU D INEPTIES :

« … montre la superposition (pour comparaison) des deux indicateurs de retrait des deux banquises arctique et antarctique sur une période de 30 ans environ…

Première observation : les deux courbes sont bien évidemment déphasées de 6 mois ;

Deuxième observation : en supposant que ce qui se passait avant 1979 était plutôt stable et comparable à cette année là justement, nous pouvons alors convenir que la surface totale de banquise terrestre est comprise entre 19 et 25 millions de km² (ce fut là notre climatiseur depuis quelques milliers d’années) ; oublions un instant les glaciers si vous le voulez bien, du bruit selon moi dans le signal le plus pertinent ; pour l’Arctique la surface de banquise est comprise entre 16 et 7 millions de km² ; pour l’Antarctique, elle est comprise entre 3 et 18 millions de km² ;

Troisième observation : la stabilité du glaçon nommé Arctique est clairement rompue ; et après 2007 et 2008, nous pouvons convenir que la surface totale de banquise terrestre est comprise entre 18 et 23 millions de km² ; pour l’Arctique la surface de banquise est comprise entre 15 et 5 millions de km² ; pour l’Antarctique, elle est comprise entre 3 et 18 millions de km² ;

Voilà pourquoi la distribution de ce signal n’est plus uniforme… L’entropie s’effondre à un rythme très rapide, et sans connaître la nature du système étudié, nous pouvons affirmer ici qu’il est déstabilisé… Je ne ferai pas ici la démonstration mathématique de l’entropie au sens de Shannon, mais les personnes qui font du traitement du signal comprendront certainement ce que je veux dire…

A ce rythme, l’océan arctique serait totalement dépourvu de glace en été 2012…

S’agissant là aussi d’une crise systémique au même titre que la crise financière dont nous aurions raison de nous interroger quant à la coïncidence avec celle dont nous débattons ensemble, la moitié nord de la Terre se retrouverait totalement dépourvue de ses Glaciers d’ici à 2018…

Finalement, c’est un peu comme la fonte d’un gros glaçon : d’abord rien ne se passe ou presque, et puis soudain, tout s’accélère… Nous pouvons obtenir des résultats similaires en calculant l’enthalpie du glaçon…

Pour répondre à Michel07 maintenant :

http://igloo.atmos.uiuc.edu/cg…..mp;sy=2009

La banquise est malheureusement instable et bouge en permanence ce qui rend ces mouvements perceptibles avec une granularité de mesure de 24 heures ; s’il s’agissait d’un bug localisé, le rendu de l’image serait interpolé ce qui n’est pas le cas depuis le 10 février 2009, date où l’accélération brutale de la fonte est observée ; enfin, le danger pour l’Arctique ne vient pas du ciel et des températures qu’il y fait, mais des océans eux-mêmes dont les températures sont anormalement élevées, pour preuve : les deux tempêtes récentes qui se sont abattues sur la France… »

d’abord si tu prenais 30 secondes pour verifier ce que tu dis, tu verrais qu’il s’agit effectivement d’un bug et que contrairement à ce que tu dis ca fait des mois et des mois que les oceans sont anormalement froids, pacifique comme atlantique nord :

http://www.osdpd.noaa.gov/PSB/.....6.2009.gif

L’antarctique lui a peté tout les records d’extension durant l’année 2007 et 2008.

c’est pas possible de lire autant de conneries en un seul post. les réchauffistes sont définitivement aliénés dans leurs croyances folles et criminelles

104.  Araucan | 1/03/2009 @ 14:38 Répondre à ce commentaire

brandon (#103),

On a répondu à Philippe mais il a disparu sans répondre…

105.  Myke | 1/03/2009 @ 17:56 Répondre à ce commentaire

Curieux #29.
La divergence entre les « prévisions » de Hansen et la réalité a souvent été mise en évidence sur ce site et ailleurs. Votre graphe mis à jour le confirme très bien.
Je conçois qu’un « modèle » puisse éventuellement fournir une tendance générale (aussi fausse soit-elle comme le modèle de Hansen et probablement ceux des autres) pour les années à venir. Mais l’allure des courbes m’a toujours rendu perplexe : ces dentelures annuelles (sur trente années !) résultent-elles vraiment de calculs sophistiqués, ou le modèle génère-t-il des irrégularités annuelles aléatoires pour faire plus vrai ?
Si vous avez des idées là-dessus, je suis très intéressé.

106.  Curieux | 1/03/2009 @ 19:07 Répondre à ce commentaire

Myke (#105),

J’ai bien pensé que c’était fait à la main, mais le trait serait plus tremblé. 😉

Sinon plus sérieusement, c’est comme la cuisine, tu essayes, tu goûtes, tu modifies, et tu recommences jusqu’à ce que ça te paraisses bien.

107.  Abitbol | 1/03/2009 @ 19:23 Répondre à ce commentaire

Araucan (#102),
Merci.

108.  miniTAX | 1/03/2009 @ 23:27 Répondre à ce commentaire

Mais l’allure des courbes m’a toujours rendu perplexe : ces dentelures annuelles (sur trente années !) résultent-elles vraiment de calculs sophistiqués, ou le modèle génère-t-il des irrégularités annuelles aléatoires pour faire plus vrai ?

Myke (#105),
Ces « dentelures » viennent des ajustements faits au pifomètre sur le forçage par les aérosols. Comme personne n’a de mesures sur les aérosols, chacun peut y mettre ce qu’il veut (la preuve, ce forçage est différent d’un modèle à l’autre !).
Exemple, on ne sait pas pourquoi il y a une « dentelle » de température en 1956 ? Hop, un petit-coup de forçage positif sur les aérosols et voilà, nos climatologues peuvent affirmer fièrement que le climat est bien reproduit par les modèles. Hé, c’est la science climatique.
Ca semble incroyable ? Vous ne me croyez pas? Essayez ModelE/GISS fait par Hansen et de Schmidt qu’on ne présente plus, modèle qui fait parti du jeu de la vingtaine de « modèles internationaux » utilisé par le GIEC, table 1, lignes « Tropospheric aerosols » (effet direct et indirect), colonne « Lat-time ». Rien qu’en forçage négatif par les aérosols, il y a un refroidissement d’au moins 0,6°C en 1 siècle (je le rappelle, on n’a AUCUNE mesure du taux d’aérosols global, et pourtant, nos climatologues post-modernes, eux arrivent trouver des valeurs qui remontent à avant 1900 !).
En clair, le climat s’est réchauffé de 0,7°C (mesuré). Alors pour l’expliquer, on SUPPOSE que les aérosols ont refroidi le climat terrestre de 0,6°C ce qui permet de SUPPOSER que les GES anthropiques ont réchauffé le climat de 1,3°C donc au final de justifier l’hystérie du CO2 et d’autres gaz sataniques d’origine humaine en leur attribuant un effet thermique délirant.
Eh oui, la « science » climatique est aussi mauvaise que ça.

Au passage, vous remarquerez aussi que le forçage négatif des aérosols selon ModelE diminue de manière régulière depuis 1880 et ce de manière arbitraire et totalement anti-scientifique (cf graphique). Alors quand un réchauffiste vous expliquera doctement que le global cooling jusqu’aux années 1970 s’explique par la pollution par les aérosols, ou que le réchauffement moderne « ne peut pas être reproduit sans tenir compte des GES anthropiques », vous lui montrerez la courbe de forçage par les aérosols de ModelE et vous lui demanderez : « et cette courbe de concentration des aérosols, c’est de la physique fondamentale de l’atmosphère peut-être ? »

109.  Myke | 2/03/2009 @ 16:16 Répondre à ce commentaire

Minitax.
Un grand merci pour ces explications et le lien. Je vais méditer là-dessus. Tout ceci est édifiant. Au fond, un tirage de nombres au hasard aurait fait aussi bien mal.

Mais les auteurs des modèles n’ont sûrement pas été sans s’apercevoir de ces divergences, qui semblent s’accentuer et ne pourront pas être passées sous silence encore longtemps. Comme ils paraissent doués d’une certaine imagination, n’ont-ils pas trouvé une ou plusieurs explications ingénieuses à cet écart croissant ? (par exemple en distinguant entre les deux hémisphères). Il va bien falloir réajuster les modèles, qui ne semblent d’ailleurs même pas prévoir correctement le passé…

Par ailleurs, j’aurai encore besoin d’un conseil : Woodfortrees donne les températures mensuelles ; on peut en déduire aisément des moyennes mobiles sur 12 mois (« mean » et « 12 »), mais je n’ai pas trouvé la fonction permettant d’obtenir des températures annuelles (années calendaires). Merci d’avance.

110.  Myke | 4/03/2009 @ 7:30 Répondre à ce commentaire

Voici une explication ingénieuse.

http://wattsupwiththat.com/200.....riability/

Sorry, the comment form is closed at this time.