Climat: Greenpeace « enferme » des ministres de l’UE, 300 interpellations

(L'hiver se traîne en longueur et l'enthousiasme politique pour le changement climatique s'émousse au dur contact de la crise économique. Alors quoi de mieux qu'une manif à Bruxelles pour se rappeller au bon souvenir des grands argentiers de l'UE. Prélude d'une année fertile en événements "climato-politiques" en tout genre ou dernière manifestation avant une extinction du sujet sous le poids de la contrainte économique ?)

Plus de 300 militants de Greenpeace ont bloqué mardi l'un des principaux bâtiments de l'Union européenne à Bruxelles pour réclamer plus d'efforts de protection du climat, avant de se faire déloger par la police qui a interpellé la quasi-totalité des manifestants.
Des militants de Greenpeace bloquant le bâtiment du Conseil européen à Bruxelles le 10/03/09.
L'action, baptisée "ministres privés de sortie", a débuté vers 10H30 (09H30 GMT) devant le Conseil européen, où étaient réunis les ministres des Finances de l'UE, et s'est achevée trois heures plus tard par la réouverture de l'ensemble des issues, selon un responsable de la sécurité du bâtiment.

Greenpeace a affirmé que la police avait interpellé "plus de 300" personnes pour dégager le bâtiment, infligeant des "blessures" non précisées à cinq d'entre eux, dans un communiqué.

La police n'a pas confirmé ces informations.

"Save the climate" (Sauvez le climat) et "Bail out the planet" (Plan de sauvetage pour la planète), pouvait-on lire sur certaines des banderoles brandies par les manifestants, au nombre de 340 et originaires de 20 pays selon l'organisation écologiste. Les ministres européens des Finances consacrent des centaines de milliards d'euros publics au sauvetage des banques et de leurs dirigeants mais ils n'avancent toujours pas un centime d'euro lorsqu'il s'agit de soutenir financièrement notre réponse à la crise climatique", a commenté un militant de Greenpeace, Fawaz Al-Bitar, dans un communiqué.

"Si la planète était une banque, il y a longtemps qu'on l'aurait sauvée de la faillite", a-t-il accusé.

Certains ont réussi à pénétrer dans l'enceinte du Conseil européen, mais pas à l'intérieur du bâtiment proprement dit, et à s'attacher à des grilles avec des cadenas de vélo. Les forces de police les en ont évacués. L'édifice du Conseil européen, baptisé "Justus Lipsius", est le lieu de réunion régulier des ministres de l'Union européenne, ainsi que des chefs d'Etat et de gouvernements lors de leurs sommets. La manifestation est intervenue au beau milieu d'une réunion des ministres européens des Finances. Ces derniers ont discuté entre autres des moyens pour l'Europe d'aider financièrement les pays pauvres à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

Source : AFP

Dans son communiqué de presse, la présidence tcheque ne consacre que ces quelques lignes au financement du changement climatique, à la formulation plutôt sybilline :

Le Conseil Ecofin a adopté des conclusions sur le financement international des mesures de lutte contre le changement climatique. L’UE est prête à renforcer et rendre transparents les flux financiers dans ce domaine et à agir dans le sens d’une répartition équitable des coûts liés à la lutte contre le changement climatique. Les conclusions adoptées sont la contribution du Conseil Ecofin à la future position commune de l’UE pour la conférence de l’ONU sur le changement climatique qui doit se dérouler en décembre à Copenhague. Les démarches à suivre en matière de financement figureront à l’ordre du jour du
prochain Conseil européen de mars.

Source : EU2009.cz

Posté par Araucan

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Flo | 11/03/2009 @ 14:17 Répondre à ce commentaire

Que de tergiversations! Ségolène elle, elle a trouvé la solution pour le finacement:

http://fr.news.yahoo.com/63/20.....428_1.html

« Total : Ségolène Royal a estimé que l’État devait « prélever les bénéfices » du groupe Total qui a annoncé hier la suppression de 555 emplois d’ici à 2013 dans ses activités de raffinage et pétrochimie.

Alors que Total annonce « plusieurs centaines de suppressions d’emplois », que le groupe « a fait des bénéfices considérables » et « augmenté de 10% les dividendes des actionnaires », Ségolène Royal a déclaré : « l’Etat doit prélever les bénéfices de Total et les réinjecter massivement dans les énergies alternatives pour préparer la croissance de demain ». »

Simple non?

Ce qu’il y a de bien avec les socialistes, c’est qu’il n’y a jamais à attendre longtemps pour voir surgir le tant honni « intérêt personnel » (pris au sens large):

Suite de l’article:

« Elle souhaite que l’État « réinjecte » ces bénéfices dans les énergies alternatives, citant notamment le plan lancé dans sa région en faveur de l’énergie photovoltaïque »

2.  Chria | 11/03/2009 @ 14:27 Répondre à ce commentaire

Moi je dis que l’Etat doit investir Total avec l’armée et leur piquer toute leur pétrole pour le brûler !

3.  Araucan | 11/03/2009 @ 14:52 Répondre à ce commentaire

Nom d’un petit bonhomme et Greenpeace n’y a même pas pensé ! Il suffit de capter tous les bénéfices des entreprises pétrolières pour financer des éoliennes et panneaux solaires et faire fuir les actionnaires.

Quand il n’y aura plus de ces entreprises ou qu’elles seront cachées dans des paradis fiscaux off-shore, les Verts pourront dire l’économie basée sur le pétrole est morte !*

On est pas loin de voir ressurgir un ou des avatars des avions renifleurs !

4.  miniTAX | 11/03/2009 @ 15:00 Répondre à ce commentaire

Total fait 90% de son chiffre d’affaire à l’étranger. Continuons à lui chercher des poux sur la tête jusqu’à ce qu’il aille s’installer en Suisse ou au Luxembourg. Et alors ce sera adieu aux vaches, veaux et cochons et la Reine du chabichou n’aura plus que ses yeux pour pleurer les fameux « bénéfices ». Elle se croit au Casino Royale alors qu’elle cherche juste à saigner la poule aux oeufs d’or.
Comme disait le cher Général, « les français sont des veaux » !

5.  Patrick | 11/03/2009 @ 17:01 Répondre à ce commentaire

Ras le bol des fachos de greenpeace.
Pourquoi ne sont-ils jamais sérieusement condamnés? Est-ce dû à leurs liens avec la CIA dont ils servent très bien les intérêts ?

6.  Araucan | 11/03/2009 @ 17:12 Répondre à ce commentaire

Patrick (#5),

Pas besoin de ce genre de théories du complot : ils sont juste des alliés objectifs de certains services de l’administration et de certains courants politiques, au niveau national ou UE et cela suffit.

7.  Abitbol | 11/03/2009 @ 17:30 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#4),
Surtout que si Total se barre à l’étranger, ça ne changera rien dans la vie Ségolène Royal. Mais en sera-t-il de même pour tout le monde (les employés qui bossent au siège par ex.) ?

8.  Argus | 11/03/2009 @ 17:31 Répondre à ce commentaire

Excusez, c’est sans doute off-topic mais si vous n’avez pas lu cet article sur le bloggers et la presse dans l’imMonde, cela vaut le coup d’oeil :

LE MONDE | 06.03.09 | 14h25 • Mis à jour le 06.03.09 | 15h11
Un extrait :
……..

« Les blogueurs compliquent la tâche des services de presse, explique Ludovic Bajar, directeur associé de Human to Human, l’une de ces agences. Leur pratique est fondamentalement différente de celle des journalistes. Ils ne respectent pas les trois piliers du métier que sont la distanciation, l’objectivation et le recoupement des sources. Ils sont dans une subjectivité totale par rapport à leur sujet. Ils vivent leur activité comme une passion. Ils se racontent. Lorsqu’un blogueur arrive à une conférence de presse, la première chose qu’il fait est de se prendre en photo ou de se faire photographier… »

C’est pas merveilleux le journalisme vu comme ça ?
_______________________________________________________
Source : lemonde.fr/technologies/article/2009/03/06/les-blogs-info-ou-influence_1164435_651865.html

rajoutez le http://www.

9.  Araucan | 11/03/2009 @ 17:57 Répondre à ce commentaire

Argus (#8),

Sur la distanciation, ne sommes nous pas justement plus distanciés que les grands médias ? Même trop comme certains nous le reprochent…

l’objectivation , on essaye même si on y arrive pas toujours, et puis après tout pourquoi pas, il peut y avoir des avis divergents et objectifs sur un même sujet. Croire que l’on peut tout objectiver, c’est aussi faire croire qu’il n’y a qu’une seule façon de voir le monde. Mais si objectiver, c’est aussi reconnaître les lacunes dans beaucoup d’aspects alors là, cela changerait effectivement beaucoup de chose dans le traitement de nombre de sujets par les médias…

et le recoupement des sources, ben les journalistes devraient montrer l’exemple, mais on essaye aussi…de le faire.

10.  Daniel | 13/03/2009 @ 23:12 Répondre à ce commentaire

Voir l’introduction ….

Conférence sur les sols et le changement climatique (juin 2008)
http://ec.europa.eu/environment/soil/conf_fr.htm

Luc Gnacadja
Executive Secretary of the United Nations Convention to Combat Desertification
Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres,
Monsieur le Commissaire à l’Environnement de la Commission européenne,
Mesdames et messieurs les experts et chercheurs,
Distingués participants,
Je voudrais avant tout propos, féliciter la Direction Générale de l’Environnement de la
Commission européenne pour cette remarquable initiative, et vous remerciez cher M.
Dimas, Commissaire européen à l’environnement pour m’avoir invité à présider cette
conférence. Je crois qu’elle sera une contribution majeure dans la dynamique nécessaire
pour opérer un véritable changement de paradigme dans l’approche actuelle du combat
pour faire face aux changements climatiques qui menacent notre existence même.
Ce changement de paradigme est une nécessité, une exigence et une urgence.
Pensez donc ! Au cours des quinze dernières décennies, l’humanité a créé une machine
infernale en dégradant à la fois le sol et l’atmosphère qui à leur tour se dégradent
réciproquement. Et pour briser ce cercle vicieux nous n’avons à ce jour orienté nos
attentions que vers l’atmosphère. C’est une démarche insuffisante voire même une voie
sans issue !
Il y a urgence à atteindre des objectifs plus ambitieux de réduction de nos émissions de gaz
à effet de serre.
Il y a donc nécessité à y associer tout le monde y compris ceux qui ne sont pas la cause du
problème qui menace néanmoins de les emporter en premier, je veux parler des
populations des pays en développement.
C’est par conséquent une exigence que d’utiliser tout le potentiel humain ainsi que celui de
la nature pour relever les défis des changements climatiques.

CHANGEMENT CLIMATIQUE et IMPORTANCE des SOLS
http://europa.eu/rapid/pressRe.....anguage=en

Rapport «Examen des informations existantes sur les interactions entre les sols et le changement climatique»:
http://ec.europa.eu/environmen.....ons_en.htm

11.  Curieux | 14/03/2009 @ 0:04 Répondre à ce commentaire

Dans la Recherche « Le prix du carbone décroche »

« Le prix du carbone a décroché avec l’entrée de l’économie en récession. L’activité de l’industrie lourde (aciéries, verriers, cimenteries, papier-carton) est maintenant en recul de près de 20% sur un an (…) Après 2010, le prix va probablement remonter, car l’abondance de quotas va progressivement disparaître avec la reprise de l’activité »

Donc pour que la régulation des émissions de CO2 via la bourse du carbone fonctionne il faut que les usines tournent et polluent plein « pot » !
Et ils sont payés pour pondre ces systèmes ?

12.  Araucan | 14/03/2009 @ 0:31 Répondre à ce commentaire

Curieux (#11),

Bien sûr ! Où alors il faut réduire les quotas pour maintenir les prix : c’est en cela que ce système est en fait une taxe…parce que maintenir des prix élevés cela revient à intervenir sur le marché, comme à l’époque où l’on faisait des stocks pour maintenir les prix de certaines denrées alimentaires…c’est le consommateur qui paye.

Lire l’exposé de MacKitrick à la conférence de NY (indisponible pour le moment hélas…)

13.  Araucan | 14/03/2009 @ 0:36 Répondre à ce commentaire

Daniel (#10),

Il y a deux enjeux par rapport aux sols :

1) « améliorer » les bilans des pays développés
2) trouver un mécanisme qui permette de financer la lutte contre la désrtification comme c’est envisagé aussi pour la lutte contre la déforestation…

Les marchés carbone c’est mieux que la loterie, enfin si les prix se maintiennent et s’il n’y a pas trop de crédits qui fassent baisser les prix…

Sorry, the comment form is closed at this time.