La pollution réduit la luminosité du ciel dans le monde.

(Le débat sur l'effet des aérosols sur les températures n'est pas clos… En voici un exemple…)

College Park, 12 Mars 2009 – Une équipe de l'Université du Maryland, a compilé la premières bases de données de mesure des aérosols au-dessus des terres, longue de plusieurs décennies, rendant possible de nouvelles recherches sur la façon dont la pollution de l'air influe sur le changement climatique.

Grâce à cette nouvelle base de données, les chercheurs montrent que la visibilité par  ciel clair du au dessus des terres a diminué globalement au cours des 30 dernières années, et témoigne de l'augmentation des aérosols, ou de la pollution atmosphérique. Leurs résultats sont publiés dans le numéro de Science de Mars.

«La création de cette base de données est un grand pas en avant pour la recherche sur les changements à long terme de la pollution atmosphérique et leur corrélation avec les changements climatiques», a déclaré Kaicun Wang, chercheur assistant à l'Université du Maryland, au département de géographie et auteur principal de l’étude. "Et c'est la première fois, nous avons une information au niveau mondial à long terme sur les aérosols au-dessus des terres à joindre avec celle déjà disponible sur les aérosols au-dessus des océans."

Poussières au-dessus de la Méditerannée.

Wang, avec Shunlin Liang, de l'Université du Maryland, professeur de géographie, et Robert Dickinson, professeur de géologie à l'Université du Texas, Austin, ont créé une base de données qui inclut les mesures de visibilité par ciel clair de 1973 à 2007 pour 3250 stations météorologiques dans le monde, qui sont publiées par le National Climatic Data Center (NCDC).
La visibilité est la distance à laquelle un observateur météorologue distingue une source donnée. Plus il y a des aérosols présents dans l'air, plus courte est la distance, donc la visibilité.

Selon les chercheurs, les données de visibilité ont été comparées aux données satellite disponibles (2000-2007), et s’avèrent un indicateur de la concentration d'aérosols dans l'air. Ils en concluent que les données de visibilité fournissent une base valable à partir de laquelle les scientifiques peuvent étudier les corrélations entre la pollution de l'air et les changements climatiques.

Aérosols, gaz à effet de serre et changements climatiques.

Les aérosols sont des particules solides ou liquides de gouttelettes en suspension dans l'air. Il s'agit notamment de suie, poussières et de particulesde dioxyde de soufre, et souvent associés à ce que nous pensons de la pollution de l'air. Les aérosols proviennent, par exemple, de la combustion de combustibles fossiles, de processus industriels et de la combustion de la biomasse des forêts tropicales humides. Ils peuvent être dangereux pour la santé humaine et l'environnement.

Les particules d'aérosols affectent la température de la surface de la Terr

e soit en réfléchissant la lumière vers l'espace, ce qui réduit le rayonnement solaire à la surface de la Terre, soit en absorbant le rayonnement solaire, ce qui chauffe ainsi l'atmosphère. Les effets variables des aérosols (refroidissement ou réchauffement) modifient également les propriétés de la couverture nuageuse et des précipitations.

Alors que les impacts de l'augmentation des gaz à effet de serre sont clairs sur le réchauffement climatique, ceux de l'augmentation des aérosols ne le sont pas. Les études à long terme de l’effet des aérosols sur le changement climatique n’ont pas été vraiment concluantes jusqu'à présent en raison du
manque de données sur les aérosols au-dessus des terres, selon Wang et son équipe. Toutefois, avec cette base de données, les chercheurs peuvent désormais comparer températures, précipitations et couverture nuageuse des 35 dernières années avec les mesures d’aérosols.

Assombrissement mondial.

Selon les auteurs, une analyse préliminaire de la base de données montre une augmentation régulière dans lesPollution par les aérosols au dessus du Bangladesh aérosols au cours de la période de 1973 à 2007. L’augmentation des aérosols dans l'atmosphère bloque le rayonnement solaire à partir de la surface de la terre, et ont ainsi entraîné un net "assombrissement". La seule région qui ne montre pas une augmentation des aérosols est l'Europe, qui a effectivement subi un "éclaircissement", disent les auteurs.

La cause principale de l'augmentation des aérosols est la combustion croissante de combustibles fossiles. Et l'un des principaux produits de la combustion de combustibles fossiles est le dioxyde de soufre. Ainsi, l'équipe note que l’augmentation régulière des aérosols dans les dernières décennies, est accompagnée également par une augmentation des aérosols sulfatés. Cela diffère des études récemment citées par le Groupe d'experts intergouvernemental sur le changement climatique qui montraient que les émissions mondiales d'aérosols de sulfate avaient diminué entre 1980 et 2000.

Post et traduction : Araucan

Source : WUWT

Pour en savoir plus : UCAR. ou Wikipédia.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Laurent | 13/03/2009 @ 15:05 Répondre à ce commentaire

Article intéressant.
… mais je suis très sceptique sur la qualité, la complétude et l’intercalibration des données de la base.
La seule façon de mesurer avec une précision suffisante l’épaisseur optique, c’est en utilisant un photomètre. Le réseau mondial de photomètres s’appelle Aeronet, la composante française (gérée par le LOA) s’appelle PHOTON (voir ici:http://loaphotons.univ-lille1.fr/), et couvre non seulement une partie de l’Europe occidentale, mais aussi une bonne partie de l’Afrique… tout ceci avec moins de 40 stations automatiques… installées entre 1995 et maintenant (j’ai donc du mal à voir comment on peut avoir des données fiables sur la période 1980/2000).

Quand aux satellites, certes on a maintenant MODIS (et d’autres satellites dédiés à l’étude des aérosols, comme PARASOL), mais leur lancement est relativement récent…

Je me demande donc quelles données ils ont compilé…. les mesures d’épaisseur optiques synoptiques faites « au doigt mouillé »?…. si c’est le cas, ça ne vaut pas tripette, je souhaite donc aux futures utilisateurs de sérieux dons de voyance pour leur articles et leurs conclusions.

2.  Astre Noir | 13/03/2009 @ 15:28 Répondre à ce commentaire

Au sujet de la perte de luminosité du ciel, je vous recommande le site d’un joyeux illuminé :

http://www.eauseccours.com/

Attention, il y a des vrais morceaux de rigolade dedans

3.  Araucan | 13/03/2009 @ 15:50 Répondre à ce commentaire

Astre Noir (#2),

Oui déjà vu et discuté sur ce site il y a un moment !
C’est un copain à Chria !
Certainement un brave type mais effectivement quelque beaux morceaux de rigolade !

4.  Astre Noir | 13/03/2009 @ 16:00 Répondre à ce commentaire

Tiens, du nouveau pour lutter contre le chômage, bientôt de nouveaux emplois de contrôleurs européens de pets de vache :

http://fr.news.yahoo.com/55/20.....baed7.html

Des états de l’Union européenne envisagent de taxer les pets du bétail

Alors même que les groupes de pression agricoles fustigent cette proposition, ces deux pays envisageraient une taxe respective de 13 € et de 80 € par vache, la taxe étant également valable pour tous les autres animaux d’élevage. Il semblerait que les gaz émis par ces animaux, et notamment le méthane, contribuent au réchauffement climatique dans la mesure où les flatulences et les renvois constituent des gaz à effet de serre. Cette taxe devrait ainsi permettre d’investir dans la recherche de nouvelles technologies permettant de réduire les gaz à effet de serre. Le Danemark serait apparemment pionnier dans ce domaine et aurait trouvé un moyen de récupérer et de recycler les gaz émis par les cochons. Les représentants du secteur agricole dénoncent fermement cette mesure et craignent une délocalisation en Amérique Latine, où les éleveurs pourront éviter les taxes européennes. L’un des porte-parole de la Commission européenne s’est cependant montré optimiste et espère que l’Europe pourra attaquer le problème à la racine en réduisant les émissions de méthane, pourquoi pas en développant une nouvelle alimentation pour les bêtes.

On est bien en avance pour un Poisson d’Avril

5.  Flo | 13/03/2009 @ 16:49 Répondre à ce commentaire

« pourquoi pas en développant une nouvelle alimentation pour les bêtes »

Bah oui « pourquoi pas »?

Des farines animales par exemple?

Ils sont devenus fous.

6.  Araucan | 13/03/2009 @ 16:50 Répondre à ce commentaire

Laurent (#1),

Les données viennent du National Climatic Data Center (NCDC)

J’ai trouvé cela.
http://www.weather.gov/aq/

7.  jeff hersson | 13/03/2009 @ 17:06 Répondre à ce commentaire

Astre Noir (#4), Le plus drôle dans l’histoire est que ce sont les rots de vache qui émettent du méthane, pas les pets…
la preuve :

c’est métro qui le dit…

8.  Araucan | 13/03/2009 @ 19:18 Répondre à ce commentaire

Flo (#5),

Si si il y a déjà eu des recherches là-dessus, il suffit de nourrir le bétail à l’ensilage de maïs parce l’herbe « naturelle » fait péter/roter. Mais le maïs ce n’est pas très en odeur de sainteté non plus…
C’est très difficile parfais d’être plus vert que vert…

Astre Noir (#4),

Surtout de nouvelles taxes !

9.  laurent | 13/03/2009 @ 23:44 Répondre à ce commentaire

Araucan (#6),

Les données viennent du National Climatic Data Center (NCDC)

C’est bien ce que je dis, ce sont des données synoptiques, autrement dit, en ce qui concerne l’épaisseur optique, du « doigt mouillé », au moins pour la majeure partie du monde.
Je ne vois pas comment on peut quantifier une tendance avec ces données avec une erreur inférieure à 100% (de la variation).

10.  Araucan | 14/03/2009 @ 0:13 Répondre à ce commentaire

laurent (#9),

Ok, je capte. Ce serait peut-être bien de le signaler sur WUWT où j’ai récupéré l’article ?

Si c’est du doigt mouillé sur la majeure partie du monde, cela explique peut-être cet obscurcissement, non ?

11.  Myke | 14/03/2009 @ 18:29 Répondre à ce commentaire

Astre Noir (# 4)
Vous croyez plaisanter ? Pas du tout. Si vous voulez vous amuser un petit moment, vous pouvez calculer les émissions annuelles de CH4 d’une vache, c’est tout prévu. Voici la référence d’une intéressante brochure de 1026 pages (vous avez bien lu) traitant de l' »organisation et méthodes des inventaires nationaux d’émissions atmosphériques » (OMINEA).
C’est très distrayant.
http://www.citepa.org/publicat.....s.htm#inv6
Le chapitre B 2 3 2 traite de l’élevage, avec deux parties : « fermentation entérique » (ce sont les fameux rots) et « gestion des déchets » (façon de « gérer » le fumier et le purin).
Si vous avez le courage de faire les calculs, vous vérifierez qu’une vache émet à peu près autant de GES qu’une voiture (le CH4 et le N2O sont plus « actifs » que le CO2).
Bon courage !

12.  Araucan | 14/03/2009 @ 22:10 Répondre à ce commentaire

Myke (#11),

Ce serait très amusant si vous le faisiez ce calcul et qu’on le poste, histoire que tout le monde se marre ?

13.  Curieux | 15/03/2009 @ 0:38 Répondre à ce commentaire

Myke (#11),
Donc si les écolos nous suppriment les bagnoles, le char à bœuf fera jeu égale avec un 4×4 pendant le trajet et lui mettra la patée au garage ?

Fun, il va bientôt faire très chaud sur cette planète !

14.  Myke | 15/03/2009 @ 10:13 Répondre à ce commentaire

Araucan (#12)
Ce serait un peu compliqué, car pour les calculs détaillés il faut aussi se reporter aux « lignes directrices » du GIEC auxquelles renvoie OMINEA
http://www.ipcc-nggip.iges.or......ch4wb1.pdf
(chapitre 4 agriculture section 4.2 Domestic Livestock)
Mais beaucoup plus simplement, voyez donc :
– une vache laitière émet, rien que par sa fermentation entérique, 100 kg de CH4 par an (source OMINEA B.2.3.2.1.1, je n’invente rien). le CH4 a un « pouvoir de réchauffement global » de 21; soit 21 x 0,1 = 2,1 tonnes de CO2 équivalent par an.
– une voiture moyenne parcourt environ 13 000 km par an (source commission des comptes des transports), en émettant environ 160 g CO2/km (chiffre pour l’UE), soit 2,1 tonnes de CO2 par an.
Les ordres de grandeur sont donc équivalents ; il faudrait rajouter dans les deux cas quelques autres émissions de moindre importance (gestion des déjections vs/ gaz fluorés de la climatisation).
Si çà se trouve (Curieux #13), un tracteur agricole émet moins de GES qu’un attelage de boeufs ! (tirer une charrue avec un 4×4, c’est risqué pour le labour)

15.  Inconnu | 15/03/2009 @ 11:02 Répondre à ce commentaire

Myke (#14),
Qui croire ?
Même pour des données que l’on pourrait croire connues, on trouve n’importe quoi (exemple les 26,402 Gt/an de CO2 de wikipedia ! belle précision)

Myke part de 100 kg/an de CH4 par vache laitière.

L’ESA affirme (www.esa.int/esaCP/Pr_3_2002_i_FR.html) 120 l/jour soit 43,8 m3 par an.
Masse volumique gazeuse du CH4 à 0°C 0,6512 kg/m3
Total 28,5 kg/an
et en équivalent CO2 0,6 tonnes

Le cheptel bovin mondial est de l’ordre du milliard de têtes

alors les bovins participent à l’effet de serre pour 600 millions de tonnes d’équivalent CO2.

Alors que les humains en sont à 1 kg de CO2 par jour, soit pour 6 milliards, environ 2,2 Gt/an

16.  piloteman | 15/03/2009 @ 19:41 Répondre à ce commentaire

Finalement Buffalo bill, en massacrant des millions de bisons pour affamer les indiens, était le premier écolo.. qui l’eut cru ?

17.  Chria | 15/03/2009 @ 19:57 Répondre à ce commentaire

Myke (#14),
le prg du méthane (dixit un ingénieur qui bosse pour un organisme qui s’occupe de la pollution) est revue à la ausse : 25

18.  jeff hersson | 15/03/2009 @ 21:46 Répondre à ce commentaire

Quand j’étais en Australie, les écolos du coin nous bassinaient aussi avec le RC dû aux bovins, et que par conséquent il fallait diminuer la viande, ce qui fit dire à un comique local :
« vous voulez empêcher les vaches de péter ? Transformez-les en steaks !! »

19.  Araucan | 15/03/2009 @ 22:53 Répondre à ce commentaire

Curieux (#13), Myke (#14),

Merci !

piloteman (#16),
Il y a toutefois ue différence entre un moteur et une paire de boeufs…
Le premier, à l’arrêt n’émet pas : les boeufs si… 😉

Inconnu (#15),

Sur le site Pensée unique , il est dit :

L’homme injecterait, lui, chaque année, environ 3 GtC dans l’atmosphère sur les 5 à 7 GtC produits annuellement par combustion d’énergie fossile (pétrole, fiouls, gaz etc..). A noter que, d’après un article de Prairie et Duarte (Biogeosciences, 2007), la respiration de l’humanité toute entière relâcherait quelques 0,3 GtC/an dans l’atmosphère ! Les animaux domestiques :0,75 GtC/an et les déchets humains et animaux : 0,5 GtC/an, ce qui n’est pas totalement négligeable.

Il y a une différence de quantité pour les humains :
2,2GTCO2 /44*12= 0,6GTC ce qui fait encore le double du chiffre de Biogeosciences…

En plus le calcul de Myke ne concernait que les rejets de CH4 d’une vache laitière soit 2 x plus qu’un bovin à viande…Tous les bovins sur terre ne sont pas des vaches laitières ! Mais cela n’explique pas la différence.
Même avec la respiration des dits animaux domestiques on n’y arrive pas…

Y’a encore du travail !

20.  Philippe, le retour :) | 16/03/2009 @ 9:41 Répondre à ce commentaire

Et blablabla, et blablabla…

Tiens skyfal, cette article pour te donner du grain à moudre 🙂

http://www.guardian.co.uk/comm.....en-monbiot

Votre bien dévoué admirateur 🙂

PS : effectivement le trafic aérien est un problème ; juste pour le plaisir, j’ai éditer l’article sur la mort des abeilles que j’ai montré ensuite à mes collègues lors du café ce matin : un vrai plaisir, merci Astre Noir pour ce lien 🙂

21.  miniTAX | 16/03/2009 @ 9:59 Répondre à ce commentaire

Même avec la respiration des dits animaux domestiques on n’y arrive pas…

Araucan (#19), faut penser à compter les sportifs et les travailleurs manuels qui, en pleine activité, émettent 5 à 10x plus qu’un humain au repos.
Les salles de gym, les matchs de foot, la course à pied, les jeux olympiques, pouah, que de GES.
Les pauvres qui font des km pour chercher le bois ou l’eau, les paysans avec leur charrue et leur bêches, pouah, que de GES.

C’est pas pour rien qu’Al Gore a proscrit les activités physiques pour « protéger le climat ».

22.  miniTAX | 16/03/2009 @ 10:10 Répondre à ce commentaire

Tiens skyfal, cette article pour te donner du grain à moudre 🙂

http://www.guardian.co.uk/comm…..en-monbiot

Philippe, le retour 🙂 (#20), ce que j’adore dans l’article, c’est les commentaires des lecteurs, hi hi :mrgreen:
Heureusement que cet idiot de Monbiot ne délivre pas son apocalypse en plein milieu de la foule, sinon il se ferait lyncher.
Ca nous change des boeufs qui commentent chez l’imMonde.

Pour la petite histoire, Monbiot est un descendant d’aristocrate français, et fait partie de « l’establishment » anglais, l’un de ceux qui a le mode de vie le plus extravagant du monde libre.
Alors le voir verser des larmes de crocodile pour les-pauvres-qui-subissent-le-dérèglement-climatique-provoqué-par-les-riches pendant que ses lecteurs lui balancent des oeufs, je ne sais pas si je dois rire ou pleurer.
Je suppose que le sceptique rit et le français pleure.

23.  Flo | 16/03/2009 @ 12:05 Répondre à ce commentaire

Proposition:

Greffer au popotin des ruminants des réservoirs en baudruche.
Bien avant de voir des poules avec des dents et des chevaux à avec des ailes on verra au moins des vaches volantes.

24.  Flo | 16/03/2009 @ 13:03 Répondre à ce commentaire

Les calamités (suite):

http://tf1.lci.fr/infos/sciences/environnement/0,,4307059,00-new-york-bientot-rayee-de-la-carte-.html

http://tf1.lci.fr/infos/sciences/0,,4306764,00-le-littoral-francais-menace-par-la-montee-des-eaux-.html

On a de la cahnce de ce côté.
21 cm suffisent à NY alors qu’il faut 90 cm au moins chez nous!
Et tout ça arrivera des deux côtés en même temps en 2100.

25.  Araucan | 16/03/2009 @ 20:47 Répondre à ce commentaire

Flo (#24),

Ce que tout le monde oublie dans cette histoire de mer qui monte, c’est que cela va se produire progressivement, pas en une seule fois…

26.  Daniel | 16/03/2009 @ 21:21 Répondre à ce commentaire

Flo (#24),

Encore une info génante pour ceux qui annoncent ce genre de calamités…

http://www.cyberpresse.ca/inte.....moigne.php
« Bonne nouvelle pour le Groenland : il a gagné un répit. Le recul de la calotte glaciaire, qui s’était accéléré à partir de la fin des années 1990, est à l’arrêt depuis 2005. »

27.  Curieux | 16/03/2009 @ 22:31 Répondre à ce commentaire

Daniel (#26),

Mais, bon sang arrêtez de donner ce type de nouvelle, il y a des réchauffiste qui lisent ici et ils ne vont pas pouvoir dormir. C’est comme si je leur annonçais que la mer ne monte plus depuis 2006.

28.  Daniel | 17/03/2009 @ 0:23 Répondre à ce commentaire

Flo (#5),
“pourquoi pas en développant une nouvelle alimentation pour les bêtes”

Voir l’info

http://www.agribionet.org/clie.....8;clef2=11

Un aliment nouveau empêche le bétail de produire du méthane

29.  Araucan | 18/03/2009 @ 23:50 Répondre à ce commentaire

En parlant d’aérosols, voici la photo d’une tempête de sable en Arabie saoudite et au Koweit

Voir là aussi http://www.lemonde.fr/planete/.....L-32280184

30.  jeff hersson | 20/03/2009 @ 13:10 Répondre à ce commentaire

En parlant de luminosité :

de vraies lumières au WWF…

31.  Marot | 20/03/2009 @ 16:34 Répondre à ce commentaire

jeff hersson (#30), Allez rigolons un coup.

C’est le même wwf qui organise des tours du monde en jets privés pour faire prendre conscience à 70 000 $ par tête des méfaits du carbone et des vilains humains.

Ce sont ces faux-culs qui font éteindre les lumières !

Ce jour là, j’illuminerai chez moi, exprès, oui.

32.  guignolo | 20/03/2009 @ 22:33 Répondre à ce commentaire

Marot(#31)

Ce jour là, j’illuminerai chez moi, exprès, oui.

+1

33.  jeff hersson | 21/03/2009 @ 9:38 Répondre à ce commentaire

guignolo (#32), Et moi donc…
Sans déconner, quand donc ces abrutis vont comprendre qu’éteindre toutes les lumières, c’est bien beau, mais quand tout se rallume en même temps, ça fait un tel appel de courant que l’énergie dépensée est équivalente, voire pire, que les lumières éteintes pendant une heure ??

à votre avis, un TGV a le plus besoin de courant à quel moment ? Pour monter de O à 300, ou bien pour se maintenir à 300 ? 😉

34.  Daniel | 27/03/2009 @ 8:00 Répondre à ce commentaire

Le réchauffement de l’Atlantique lié à la poussière du Sahara et aux volcans

La suite http://tempsreel.nouvelobs.com....._du_s.html

35.  jeff hersson | 27/03/2009 @ 18:04 Répondre à ce commentaire

Daniel (#34),
vous remarquerez que le journaleux de l’AFP ne peut s’empêcher d’écrire ceci :

Sans minimiser l’importance du réchauffement du climat, ce chercheur note que cet ajustement permet de comprendre pourquoi l’Atlantique se réchauffe plus vite que le Pacifique.

Purée, on leur met le nez dans le caca, et ils trouvent que ça ne pue toujours pas…

36.  Chicanau | 1/04/2009 @ 19:27 Répondre à ce commentaire

A mes amis forumistes,

Vous oubliez un point crucial dans ce méthane: c’ est un carburant.
Du pét drôle qui se perd.
La préocupation serait de le récu pét rer.
Un tuyau relié à une bouteille et voilà des millions de tonnes de péts drôles récupérés.
Avec une création d’ emplois pour :
Les techniciens pour dessiner les modèles pour hommes , dames , vaches etc…
( ne pas oublier les embouts de raccordement )
Les stylistes pour affiner
Les Top Modèles pour promouvoir
Les infirmiers pour la pose et les soins
Les …..
Fini la crise.
En plus ça sent rien le méthane.
A plus.

37.  Chria | 1/04/2009 @ 19:34 Répondre à ce commentaire

A quand la couche récupératrice de méthane ?

38.  Chria | 1/04/2009 @ 19:38 Répondre à ce commentaire

au journal de france 2 y’a eu un reportage sur les éoliennes qui ralentissent la terre et qu’on va devoir rajouter une heure dans la journée…
Bien vu ! 😀

39.  ardeche07 | 1/04/2009 @ 20:43 Répondre à ce commentaire

Chria (#38),
C’est un poisson d’avril !
La terre ne met pas 24h40 pour faire un tour en 2009 !

40.  Araucan | 1/04/2009 @ 20:59 Répondre à ce commentaire

Chria (#38),

On a le temps….Si cela met autant de temps que l’augmentation du mois lunaire, on a le temps de voir passer encore quelques glaciations sévères…

41.  Chria | 1/04/2009 @ 22:12 Répondre à ce commentaire

Et l’horloger…

Sorry, the comment form is closed at this time.