Doper la Bourse du Carbone Grâce à l’Affermage d’Impôts

par Robert Zubrin, expert à la Foundation for Defense of Democracies, est ingénieur en astronautique et auteur de Energy Victory: Winning the War on Terror by Breaking Free of Oil.

• • • • •

Le plan énergie d'Obama, une idée ancienne au coût énorme pour le  consommateur.

Le Président Obama a réclamé un effort courageux pour libérer l'Amérique de l'emprise du cartel international de pétrole. Pour cela, il a proposé, en tant que mesure principale, de créer une "bourse du carbone" pour limiter les émissions de carbone. Bien que l'objectif indiqué du président soit en effet louable voire critique pour le futur de la nation, malheureusement, en tant que moyen de le réaliser, un système de marché de crédits carbone est un non-sequitur complet.

La bourse du carbone est principalement un moyen de réduire la production d'électricité. Les États-Unis produisent seulement 3% de leur électricité à partir du pétrole. De ce fait, taxer l'électricité ne fera rien pour nous libérer de la dépendance à l'égard du pétrole étranger. Tout au contraire. Dans la mesure où le transport électrifié offre une alternative au pétrole, comme les métros, trolleys, et des trains le font déjà aujourd'hui et les voitures électriques potentiellement demain, taxer leur force motrice ne peut que rendre la situation plus mauvaise.

Les défenseurs de la proposition de bourse du carbone ont cependant avancé qu'à proprement parler, le marché crédit carbone n'est pas simplement un impôt, car son mécanisme contient des dispositifs non compris dans un système d'imposition conventionnel. En cela ils ont raison. Le crédit carbone n'est pas simplement un impôt. Il est plus mauvais qu'un impôt. C'est une version moderne de l'affermage d'impôts.

L'affermage d'impôts était une pratique des Persans et autres empires antiques. Voici comment cela fonctionnait. Disons que le roi a  besoin d'une certaine somme d'argent pour financer une guerre, un monument à sa gloire ou autre projet tout  aussi indispensable. Plutôt que de s'occuper de l'administration nécessaire pour collecter les impôts directement, il vendrait le droit d'imposer une province donnée à un certain ami riche. Cet individu soucieux du bien public déploierait alors ses troupes de gangsters à sa solde pour piller la province en question. Le roi obtenait de l'argent comptant pour son projet tandis qu'en pouvant exercer librement sa  rapacité, l'ami collecteur d'impôt  obtenait généralement un excellent retour sur investissement. Ainsi, tous ceux qui comptaient étaient heureux.

Essentiellement, le système de la bourse du carbone fonctionne de la même manière. Au commencement, des crédits d'émission de carbone seraient achetés par les entreprises et les industries, qui en ont besoin leur business. De tels honoraires payés au gouvernement pour des crédits de carbone sont simplement une imposition directe. Cependant, les crédits de carbone seraient vendus aux enchères et bon nombre d'entre eux seraient achetés par des financiers, non pour leur usage personnel, mais afin de les revendre avec bénéfice.
À condition que le gouvernement limite le nombre et la vente des nouveaux crédits de carbone, ce qu'il devrait faire et donc ferait pour que le système fonctionne comme prévu, la marge à la revente des crédits carbone privés pourrait être très forte, permettant à ceux qui ont l'argent comptant disponible d'acheter de tels crédits à l'avance pour taxer la vraie économie à la volonté. Les entreprises touchées par ces coûts gonflés les transmettraient alors aux consommateurs dont ceux avec les plus bas revenus seraient frappés le plus durement.

Avec le plan de sauvetages actuel, le gouvernement rassemble les impôts sur le revenu et donne l'argent à Wall Street. Avec la bourse du carbone, le gouvernement vendra à des financiers bien établis le droit d'imposer une taxe massive et extrêmement régressive sur la vente de l'électricité à la nation et de collecter de l'argent directement pour leurs propres bénéfices. Ce sera de la kleptocratie à un niveau sans précédent.

L'administration d'Obama indique qu'elle espère obtenir environ 650 $ de milliards de rentrée pour l'Oncle Sam grâce la vente des crédits carbone et il n'y a aucune raison de douter de ce chiffre. Cependant, c'est seulement la part reçu par le gouvernement. En raison du dispositif d'affermage d'impôts établi par le système, le coût pour le public est susceptible d'être bien plus grand.

Bien que publiquement justifié par le Président Obama comme moyen d'indépendance du pétrole, la bourse du carbone, tel que conçu par les activistes écologistes actuellement aux commandes de la politique énergétique de la Maison Blanche, a pour but véritable la lutte contre le réchauffement climatique.
Cependant il ne contribuera pas à réaliser ce but de toute façon. Au contraire, en imposant un impôt coûteux sur l'économie américaine, la bourse du carbone rendra plus chers les biens fabriqués en Amérique, ce qui favorisera encore plus leur délocalisation, le plus notablement en Chine. En conséquence, l'économie américaine se contractera tandis que l'économie chinoise augmentera aux frais des États-Unis.

Puisqu'une fraction encore plus grande qu'aux USA de l'électricité et de la chaleur utilisées dans les processus industriels en Chine vient du charbon, l'effet net de la bourse au carbone sera donc d'augmenter les émissions de carbone dans l'atmosphère terrestre, non de les diminuer. Mais non seulement les industriels chinois obtiendront une plus grande part de marché pour leurs produits, ils pourront les vendre plus cher, puisque leur concurrence coûtera encore plus cher. Ainsi les grands perdants en général seront non seulement les fabricants et les ouvriers américains, mais les pauvres du monde.

Il est bien dommage que l'administration d'Obama s'embarque dans une politique aussi néfaste que la bourse du carbone. Si le but est de réduire les émissions de carbone, cela pourrait être efficacement favorisé par la levée des obstacles à l'expansion de l'énergie nucléaire. Au lieu de cela, l'administration a renforcé nettement de tels obstacles, le plus notable étant l'arrêt du développement d'un dépôt permanent de déchets nucléaires à Yucca Mountain, Nevada.

Mais si le but est, comme le Président l'a déclaré – et comme cela devrait être en effet – de casser l'emprise du cartel du pétrole, alors l'énergie nucléaire, les éoliennes et certainement les taxes liées à la bourse du carbone sont toutes hors sujet. Au contraire, ce qui est nécessaire serait une flotte de véhicules qui peut fonctionner avec des combustibles liquides qui peuvent être obtenus indépendamment  de l'OPEP et de ses alliés. Ce but pourrait le plus rapidement être réalisé en passant une loi, telle que l'Open Fuel Standards Act (HR 1476), exigeant que la majorité des nouvelles voitures vendues aux États-Unis soit entièrement flexible pour le carburant (flex fuelled), c.-à-d., capable de fonctionner aussi bien avec l'essence, l'éthanol ou le méthanol (qui peut être manufacturé à partir de n'importe quel genre de biomasse, aussi bien que les charbon, gaz naturel et détritus urbains recyclés).
Puisqu'une telle loi pousserait les fabricants étrangers de voitures à modifier leurs lignes [de production] pour se conformer à la norme Open Fuel Standards Act, ceci transformerait rapidement la flotte globale d'automobiles afin de la rendre compatible avec les carburants qui peuvent aisément être produits dans le monde entier à partir des sources non-pétrolières, mettant complètement à mal de ce fait le monopole vertical du cartel international du pétrole.

Le mécanisme de la bourse du carbone est très mauvais pour ce qu'il est, mais il est encore pire  pour ce qu'il n'est pas. Pendant les 36 années depuis que le premier embargo de pétrole a rendu évident le besoin d'une politique efficace de garantie d'énergie, la classe politique américaine a systématiquement raté le but promis. Comme le rêve fantastique de l'administration de Bush d'une économie de l'hydrogène, qui était une garantie de sécurité énergétique avant l'heure, la bourse au carbone est un canular de plus qui détourne du problème critique d'affranchissement de la menace d'extorsion par le cartel du pétrole.

Le prix du pétrole est en baisse en ce moment, mais seulement en raison de l'effondrement de l'économie mondiale. En décembre dernier, l'OPEP a retiré 4 millions de barils par jour du marché mondial, de sorte que dès que l'économie globale montrera n'importe quel signe de rétablissement, le prix du pétrole grimpera à des niveaux records, nous renvoyant directement de nouveau dans la récession, et le transfert massif de pouvoir de l'Occident vers les Islamistes reprendra. On ne doit pas permettre à une telle chose de se reproduire.

M. Obama, j'espère sincèrement que vous serez l'acteur du changement dont nous avons besoin.

 


Source
, traduction par Vazkor

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Marot | 13/04/2009 @ 9:05 Répondre à ce commentaire

C’est bien ici que l’on constate que l’expérience ne sert à rien et que les lobbies sont efficaces.

Qu’est-ce que c’est tout ça au fond sinon la réalisation du rêve d’Enron, ceux qui avaitent englouti une fortune pour faire passer le protocole de Kyoto.

Ce rêve qui va se réaliser c’est la création d’une nouvelle base de spéculation. Celle dont profite déjà à plein le spéculateur Gore.

On va voir progressivement, les transactions au comptant, puis les achats et ventes à découvert puis la création de produits dérivés sur indices et enfin les actifs dits toxiques quand ils seront régionalisés.

Que vaudra un actif carbone sur l’industrie du Turkestan ?

2.  Curieux | 13/04/2009 @ 11:05 Répondre à ce commentaire

C’est super, revoilà nos socialos-écolos-bobos qui nous renvoi sous l’ancien régime et ces Fermiers Généraux, une des causes de la Révolution Française !

Youpiiiiiiiiiiiiii, on va bientôt leur couper la tête !

3.  Fernand | 13/04/2009 @ 16:30 Répondre à ce commentaire

Gore est un des actionnaires majeurs de la bourse du carbone de Chicago. Lui et ses amis ont investi dans l’éthanol. Par exemple, Richard Branson, magnat de Virgin, investissait 400 millions dans la fabrication d’éthanol pour sa flotte d’avions, à base de canne à sucre. Une autre denrée qui verra augmenter ses prix rapidement…

Nous ici, on a un gourou écolo, Steven Guilbault, diplômé en théologie et en sciences politiques de l’Université de Montréal, dont le seul exploit a été de gravir la tour du CN à Toronto pour attirer l’attention sur le climat comme activiste de Greenpeace.

En février 2005, il a témoigné devant un comité de la Chambre des communes à Ottawa. Voici ce qu’il pense de la bourse du carbone, lui l’ami de Gore et le défenseur de la bourse de carbone à Montréal. Voici un extrait du verbatim de cette commission fédérale…

M. Bernard Bigras (député Bloc québécois): Une autre question. On a appris qu’on vise à réduire les objectifs pour les grands émetteurs industriels de 55 à 35 mégatonnes environ. Inévitablement, si on veut atteindre l’objectif de Kyoto, il faudra aller les chercher ailleurs. Il semble que le gouvernement fédéral veuille aller chercher ces émissions ailleurs à l’étranger.
Je regardais dans le plan original de novembre 2002, on parlait de 12 mégatonnes qu’on souhaitait aller chercher en émissions internationales par le gouvernement canadien. N’y a-t-il pas une limite à tenter d’aller chercher des mégatonnes à l’étranger alors que nous avons un potentiel évident de pouvoir réduire à la source les émissions de gaz à effets de serre sur notre territoire? Y a-t-il une limite à tenter d’augmenter l’objectif d’aller chercher les crédits d’émissions à l’étranger?
Le président: Monsieur Guilbeault, une courte réponse, s’il vous plaît.
M. Steven Guilbeault: Il n’y a pas de limite prévue dans le cadre du protocole de Kyoto, donc, théoriquement the sky is the limit. Évidemment, là où cela devient problématique c’est que cela pourrait être perçu comme une fuite de capitaux. Je suis d’accord avec votre collègue du Parti conservateur, ce qu’on ferait c’est qu’on financerait ailleurs des réductions d’émissions, du développement technologique, alors que nous restons pris avec nos vieilles affaires polluantes. Je ne pense pas que ce soit une stratégie de développement économique qui fasse beaucoup de sens.

Faudrait pas parler des deux cotés de la bouche comme ça…

4.  Murps | 13/04/2009 @ 16:59 Répondre à ce commentaire

Tant qu’à faire…
Pourquoi on ne mettrais pas en place une bourse au diazote ?
C’est abondant et ça peut être dangereux le diazote.
Imaginez que ça se combine avec l’hydrogène pour faire de l’ammoniaque, ou pire avec l’eau pour faire des nitrates !
Et je vous parle pas des explosifs.

Dans quelle situation serions nous si le diazote était utilisé n’importe comment par n’importe qui ?

On regarderait quels sont les pays qui possèdent le plus de diazote, c’est facile : c’est proportionnel à la surface du pays.
Ces salauds de grands pays pollueurs ont une atmosphère composée à 79 % de diazote ! Il ne faut pas laisser un tel désastre écologique se mettre en place. Pensons à nos enfants.

Ces pays auraient le droit de se débarrasser de leur diazote si toxique contre une taxe payée aux pays de surface inférieure.
On mettrait ensuite des pompes à air gigantesques pour faire passer de l’air d’un pays à un autre, voire des immenses diazotiers, navires qui transporteraient de l’azote liquide d’une côte à une autre.

Je suggère de fixer arbitrairement le prix de la tonne de diazote à 1 €, puis de laisser la régulation se mettre en place en bourse.

Qu’en pensez-vous ?

Murps

5.  Jean-Pierre Audet | 13/04/2009 @ 17:00 Répondre à ce commentaire

De plus en plus d’hommes de science reconnus et possédant en grande partie des doctorats en sciences dites exactes, ayant souvent travaillé plusieurs décennies sur ces problèmes d’environnement, se prononcent enfin sur Internet et arrivent parfois à donner des conférences faisant état de leur scepticisme quant à l’effet dit de serre et surtout quant à la part des activités humaines dans ces supposées augmentations des températures globales. Or, depuis quelques années, le constat est lumineux : le climat global, loin de se réchauffer, est en train de se refroidir. Les activistes anti-carbone vont finir par se rendre compte du ridicule de leur position. Il est à souhaiter que les journalistes, eux, commencent bientôt à se réveiller. Car il pourra un jour leur devenir difficile de prendre le tournant à 180 degrés comme je l’ai fait moi-même, simple citoyen, alerté surtout par M. Fernand Trudel qui continue de m’alimenter avec des analyses des plus pertinentes sur ce sujet devenu plus controversé que la religion elle-même, ce qui n’est pas peu dire !

6.  Araucan | 13/04/2009 @ 20:42 Répondre à ce commentaire

Les activistes anti-carbone vont finir par se rendre compte du ridicule de leur position.

Je crains bien que non : le ridicule ne tue plus depuis longtemps… et le sujet est traité aux plus hauts niveaux… Personne n’ira se dédire sur les grandes déclarations de principe déjà prises au mieux, on enterrera le sujet lentement ou on le transformera en adaptation au changement climatique (mais pour cela il faudrait changer l’article 1 de la CCNUCC…).
Et comme on est en train de réorganiser l’économie autour de ces histoires de carbone.
Dans toutes cette histoire de marchés carbone, on ne parle (officiellement en tout cas) que des aspects bénéfiques escomptés, rarement des effets négatifs, pourtant connus, puisque les marchés il y en a depuis au moins deux cents ans !
Mais effectivement ce qui est nouveau, c’est le retour de percepteurs privés de l’impôt, mais aspect libéral oblige, avec une compétition entre ceux-ci… alors que sous l’ancien régime, ils étaient limités à une région donnée (ils pouvaient faire aussi jouer la police).
Là on va encourager la spéculation (stockage des crédits quand ils sont à bas coût et revente mesurée quand la demande est forte) : les Etats vont pouvoir apprécier ce qu’ils perdent et les consommateurs voir les coûts augmenter.
Pour les entreprises, deux solutions resquiller ou s’échapper. Les innovations cela demande du temps.

7.  Yvon Dionne | 13/04/2009 @ 22:52 Répondre à ce commentaire

L’objectif de l’auteur est la fin du terrorisme islamique en leur coupant les fonds provenant du pétrole. Rappelons que la sécurité énergétique n’est qu’un objectif accessoire à celui du contrôle climatique. Il ne faut pas perdre de vue cet objectif premier, qui est à mon avis non seulement illusoire mais inutile car le CO2 n’est pas la cause principale des changements climatiques (en + ou en -) et que l’activité humaine n’est pas non plus la principale source de l’augmentation du CO2.

Je ne crois pas que la sécurité énergétique doive nous faire avaler en douce un poison économique. N’oublions pas que les pays arabes ou islamiques (l’Iran n’est pas arabe) ne sont pas les seuls producteurs de pétrole et que même si le prix du baril revenait à 150$ US le pétrole demeure la source d’énergie la plus économique. De plus, si les pays occidentaux adoptaient une telle politique, l’effet serait un déplacement de l’offre de pétrole vers les pays en développement, qui jouiraient alors d’un avantage compétitif additionnel.

Ce n’est pas par le jeu des taxes ou des faux marchés comme celui du carbone que l’industrie automobile (et du transport en général) peut se sortir du marasme. Ce que les écolos proposent n’est en fait qu’un transfert d’une partie de la population à une autre pour subventionner des sources d’énergie dont la technologie n’est pas à point, et forcer les choix des consommateurs en faveur d’automobiles plus coûteuses tant à l’achat qu’à l’entretien et les réparations !

8.  Lisa SION | 14/04/2009 @ 6:19 Répondre à ce commentaire

Le réchauffement planétaire se traduit par des sécheresses brutales comme la France en a connu en 2OO3, mais depuis trois ans en Espagne et jusqu’à douze ans en Australie. Mais c’est l’hémisphère nord , moins isotherme puisqu’ayant plus d’eau en suspension sur des terres réceptrices et d’habitant en mouvements, qui voit les plus brutales fluctuations. Celles ci sont évidentes autour du pôle nord qui voit sa calotte se réduire de plus de sa moitié chaque été, et cette fonte se répand dans l’athmosphère, refroidissant tous nos étés depuis quelques années. Donc, il est difficile de déterminer si la terre se réchauffe ou se refroidit selon qu’on habite Sydney ou Paris, qui vient de connaitre un hiver des plus froids, puisque les courbes locales s’avèrent souvent en désaccord avec la tendance générale. Il est néanmoins exact que les suspensions dans l’athmosphère des mégatonnes de particules brulées par chacun, causent un obscurcissement qui s’ajoute au calme solaire constaté depuis qques années.

En somme, Monsieur Obama, c’est bien vous qui avez la solution finale : Contraignez vos banquiers à utiliser leurs réserves d’or pour fabriquer ces panneaux solaires méga conducteurs, dernière génération. Ils dispensent autant d’énergie que tout l’uranium du monde et chacun a largement les moyens de s’équiper de plusieurs mètres carré, sachant que, réduits à un micron d’épaisseur, le m2 pèse un gramme d’or et coûte donc, dix euro. Ce n’est pas la peine de se poser plus de questions. Point barre.

9.  Charles II | 14/04/2009 @ 7:37 Répondre à ce commentaire

La canicule a encore frappé

Une hausse de la mortalité a été enregistrée cet hiver en France, l’un des plus froids des 20 dernières années, avec un excès de près de 6.000 décès sur les six premières semaines de 2009, selon une première estimation de l’Institut de veille sanitaire (InVS).

ici

10.  andqui | 14/04/2009 @ 7:45 Répondre à ce commentaire

Et dire que la solution était devant nous et que nous ne la voyions pas !!!!
Quant au 1er §, je m’interroge, entre la canicule de 2003 et les étés qui se refroidissent…Mais l’intervenant à l’air très sûr de lui.

11.  Marot | 14/04/2009 @ 8:31 Répondre à ce commentaire

andqui (#10), Ca a un nom :

être bardé de certitudes.

12.  joletaxi | 14/04/2009 @ 9:58 Répondre à ce commentaire

@Marot
paraît qu’à force de conviction on peut même marcher sur l’eau… j’y arriverai, sur, j ‘y arriverai.

13.  Araucan | 14/04/2009 @ 10:48 Répondre à ce commentaire

Il est assez amusant de voir que ceux qui ont blâmé pendant des années les USA de ne pas participer à l’immense foire du climat, sont désormais les premiers à en attendre monts et merveilles et à leur dérouler le tapis rouge dans les négociations.

Autre aspect, il n’y a pas de solution technologique miracle. Le jour où les panneaux solaires feront marcher les TGV …. on en reparlera.

14.  piloteman | 14/04/2009 @ 11:11 Répondre à ce commentaire

On avait déjà une religion… il nous manquait plus que le grand prêtre.
oooh Bama… oooooh Bama
qui sait, encore quelques efforts, et ils en feront peut-être un Dieu.

On est mal barrés.. à quand la mobylette de l espace pour qu’on puisse changer de crèmerie.

j’veux partir…

15.  piloteman | 14/04/2009 @ 11:13 Répondre à ce commentaire

En somme, Monsieur Obama, c’est bien vous qui avez la solution finale

j’veux partir … !!

16.  Araucan | 14/04/2009 @ 16:41 Répondre à ce commentaire

Sur les énergies renouvelables… (désolé pas le temps de traduire…)

http://network.nationalpost.co.....aster.aspx

Sorry, the comment form is closed at this time.