Un nouveau bouquet de gaz chauffants dans le collimateur

• • • • •

Agence France-Presse Bonn 01/04/09

Dans sa deuxième vie au-delà de 2012, le protocole de Kyoto devrait être étendu à un nouveau bouquet de gaz dont l'action chauffante dans l'atmosphère risque d'accentuer le changement climatique.

Le traité impose déjà aux 37 pays industrialisés qui l'ont ratifié et à l'Union européenne de réduire leurs émissions de six substances responsables du réchauffement: CO2 (dioxyde de carbone), méthane, protoxyde d'azote et trois gaz fluorés (HFC, PFC, SF6).

Cette première phase d'engagement expirant fin 2012, la communauté internationale s'est engagée à conclure un nouvel accord mondial contre le réchauffement en décembre à Copenhague, qu'elle a commencé à négocier cette semaine à Bonn.

Les nouveaux gaz concernés ont été généralement développés depuis l'adoption du Protocole en 1997, certains ont même remplacé les bannis : nouveaux HFC (hexafluorures de carbone) ou PFC (perfluorures de carbone), polyéthers perfluorés, chlorure de méthyle… Au total, treize catégories de gaz se retrouvent dans le viseur sur recommandation du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), la plus vaste expertise scientifique sur le sujet, couronnée par le Prix Nobel de la Paix en 2007.

«Il ne s'agit pas de grandes quantités, ils représentent moins de 1% des gaz à effet de serre, mais sont en forte croissance. Ce qui justifie de prendre un certain nombre de mesures de prévention pour garder le contrôle», indique le délégué de la Suisse, José Romero. Ainsi, le trifluorure d'azote (NF3) est surtout utilisé dans les écrans plats et pour la production de panneaux photovoltaïques : selon une étude de l'Université de Californie parue en 2008, la production mondiale de NF3 pourrait atteindre 8.000 tonnes en 2010. L'équivalent de 130 millions de tonnes de CO2.
Par comparaison, une centrale électrique au charbon produisant 3.600 megawatts d'électricité émet environ 25 Mt de CO2 par an.

«Dans cette affaire (la lutte contre l'effet de serre), il n'y a pas de petits produits», insiste Brice Lalonde, ambassadeur de France pour le climat. «L'industrie chimique doit se tourner vers des substituts ou récupérer les gaz en cause : c'est plus facile pour eux que pour le CO2, qui est lié à de grosses infrastructures». Pour Steve Sawyer, ex-expert de Greenpeace, devenu patron du Global Wind Energy Council, l'important est d'adresser un «message politique à l'industrie chimique : cessez de les produire». Et de citer une célèbre marque de baskets qui en injecte dans la semelle d'un de ses modèles les plus populaires…

«Il s'agit de composants très stables, à durée de vie très longue et au pouvoir réchauffant des milliers, voire des dizaines de milliers de fois supérieur à celui du CO2. Sans régulations, employés à grande échelle, ils pourraient rapidement devenir un énorme problème».

Les Etats-unis sont producteurs de la plupart de ces gaz, la Chine en est souvent le principal consommateur; pour autant personne ne redoute de débats agités sur ce sujet. «Nous n'avons pas encore arrêté de position sur le sujet. Mais mieux vaut intégrer (ces gaz au protocole) avant que leur poids économique ne soit trop important», relève un expert du Département d'Etat joint à Washington. «Par le passé l'industrie s'est montrée très coopérative et nous allons travailler avec elle. Nous devrions trouver une solution équitable et efficace».

Source : Cyberpress

Posté par Araucan.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
51.  Araucan | 9/06/2009 @ 21:27 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#50),

Faites un tour sur le site indiqué par Daniel et cliquez sur les petites images en bas à gauche : elles s’agrandissent….

52.  Chria | 10/06/2009 @ 10:50 Répondre à ce commentaire

Araucan (#51),
y’en a qui ne perde pas le nord, quand il s’agit de plumer des ados

53.  piloteman | 10/06/2009 @ 11:04 Répondre à ce commentaire

c est un canular j’espère 🙂

54.  Araucan | 10/06/2009 @ 11:16 Répondre à ce commentaire

piloteman (#53),

Essayez …

55.  Marot | 10/06/2009 @ 12:37 Répondre à ce commentaire

piloteman (#53),

Canular vient de canuler et canuler vient de canule (à lavement).

C’est donc bien ça.

56.  piloteman | 10/06/2009 @ 13:06 Répondre à ce commentaire

Vous voulez dire que gens dotés d’un cerveau humain croient vraiment qu’ils vont sauver la planète en pétant dans un sac …? j’espère que c’est du second degré !

57.  REDBARON 17 | 10/06/2009 @ 18:01 Répondre à ce commentaire

AAAAAAh ! Oui grand fou… mets-moi le tuyau on va sauver la planète…!!!!!!!!!!!

Là, ils ont fait fort dans la sottise…!!!

58.  Araucan | 10/06/2009 @ 18:41 Répondre à ce commentaire

piloteman (#56),

Ils croient bien que 2 millièmes de variation de la composition de l’atmosphère va entrainer la fonte de l’Antarctique : ils peuvent bien croire le reste !
C’est un bon test que de savoir combien de sacs à méthane ont été vendus !

59.  Daniel | 10/06/2009 @ 18:46 Répondre à ce commentaire

Meteo Antarctique : Vostok frole les -80 °C

http://www.meteogiornale.it/news/read.php?id=20306

60.  andqui | 10/06/2009 @ 19:42 Répondre à ce commentaire

piloteman (#53),
J’ai eu vent de cette perle mais je la crois sans fondement. En tous cas, ceux qui la propagent ne manquent pas d’air et ça me semble suspect (en 2 mots…?)
Il y a du relâchement! C’est la fin des haricots!
Alors, je m’en vais derechef déguster un délicieux pet-de-none

61.  Araucan | 10/06/2009 @ 21:09 Répondre à ce commentaire

Daniel (#59),

Et la température de sublimation (passage de l’état solide à l’état gazeux) du CO2 est ?

– 79 °C !

62.  Araucan | 10/06/2009 @ 21:24 Répondre à ce commentaire

Daniel (#59),

Les prix du colza vont monter (et des biocarburants aussi…)

http://www.reuters.com/article.....1U20090609

63.  Curieux | 10/06/2009 @ 21:28 Répondre à ce commentaire

andqui (#60),
C’est une blague à mon sens, le mec écrit qu’il ne fournit pas la canule « pour des raison médicale et d’assurances ».
Il a parfaitement concocté son coup, les écolos péteurs seront définitivement rdicule et lui plus riche de 50 $.

5 — Included « AFTER BURNER » accessory kit, for POWER ON THE GO!!!!
(1 can of re fried beans & 1 can of Jalapenos)
6 — Comes with 1/4 turn shutoff valve & hose, but WILL NOT BE SHIPPED WITH METHANE COLLECTOR PROBE, as some IDIOT will try to stick this thing up their rear end, nose, ears, or mouth. (lawyer stuff)

Et le nom… « I am saving the planet by going green » ça tien du chef d’œuvre, non ?

64.  the fritz | 10/06/2009 @ 22:05 Répondre à ce commentaire

andqui (#60),
Savoureux!!!!

65.  Pierre-Ernest | 10/06/2009 @ 23:19 Répondre à ce commentaire

Il y a 25 ans, lorsque j’habitais au Texas, il y avait (déjà) une pub (humoristique) qui disait : « save gas : fart in a jar… » avec une photo explicite à l’appui (ce qui signifie, pour les non anglophones :  » économisez le gaz (avec un jeu de mot pour « gas » (gaz) et aussi « gas » (diminutif de « gasoline » = essence) : pétez dans un pot (de conserve).
Évidemment, traduit, ça n’est plus très rigolo.

66.  miniTAX | 10/06/2009 @ 23:59 Répondre à ce commentaire

Mon cher PE, je te signale qu’il y a une pub française à peu près à la même époque qui faisait (de mémoire) : « économisez du gaz, pétez dans le four », ce qui en terme d’humour explosif, n’est pas en reste.
C’était même plus vieux je crois à l’époque de l’après choc pétrolier où le gouvernement passaient des pubs télés pour nous inciter à éteindre les lumières, à ne pas éviter de laisser ouvert le frigo et à ne pas trop accélérer ou rouler longtemps en 3e.

Comme quoi, ce bourrage du mou ne date pas que d’aujourd’hui. La seule innovation, c’est qu’on aura bientôt droit à une amende systématique pour les récalcitrants poétiquement baptisée CCE (pour « Contribution Climat Energie » ou « Casque à Chaque Expiration » pour les intimes)

67.  Daniel | 11/06/2009 @ 0:29 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#66),
L’auteur de cette pub détournée est le professeur Choron (dans Hara Kiri )
A vérifier …

68.  Daniel | 11/06/2009 @ 0:37 Répondre à ce commentaire

Curieux (#63),

D’autres blagues sont moins droles
qui s’en souvient de ce genre de prédictions ?

Just like the 1970 consensus

Earth Day 1970 Quotes.

Demographers agree almost unanimously on the following grim timetable: by 1975 widespread famines will begin in India; these will spread by 1990 to include all of India, Pakistan, China and the Near East, Africa. By the year 2000, or conceivably sooner, South and Central America will exist under famine conditions….By the year 2000, thirty years from now, the entire world, with the exception of Western Europe, North America, and Australia, will be in famine.
• Peter Gunter, professor, North Texas State University

69.  Gilles Monette | 19/07/2009 @ 19:35 Répondre à ce commentaire

Dcarbon+ en bourse USA Stock Market Juillet 2009
OTC-BB
Symbole LCOL

70.  Araucan | 31/08/2009 @ 21:29 Répondre à ce commentaire

Double peine pour le protoxyde d’azote :

Lisier et engrais sont devenus les ennemis numéro un de la couche d’ozone
LE MONDE | 31.08.09 | 16h10 • Mis à jour le 31.08.09 | 16h10

La traque minutieuse des gaz à effet de serre oblige parfois à s’intéresser aux replis les plus obscurs et improbables des systèmes de production. En peu de temps, flatulences et borborygmes bovins sont ainsi devenus des objets d’études aussi respectés que d’autres, en raison de leur importante contribution au changement climatique.

Dans la dernière édition de la revue Nature Geoscience, publiée en ligne dimanche 30 août, c’est sur le fumier qu’Eric Davidson, biogéochimiste au Woods Hole Research Center (Massachusetts), entend attirer l’attention des climatologues et des responsables politiques. Les effluents des exploitations agricoles ne sont en effet pas seulement responsables de dégradations visibles des écosystèmes, comme les proliférations d’algues vertes sur certains littoraux bretons. On leur doit aussi de discrètes émanations d’oxyde nitreux (N2O), gaz également connu sous le nom de protoxyde d’azote ou de gaz hilarant…

L’affaire ne prête pourtant nullement à rire. En effet, explique Eric Davidson, « après le dioxyde de carbone, le méthane et le chlorofluorocarbure-12, l’oxyde nitreux est le quatrième gaz à effet de serre anthropogénique le plus important ».

Selon les calculs du biogéochimiste, la production animale est, par fumier interposé, responsable de l’émission annuelle de 2,8 millions de tonnes (Mt) de N2O. Dans le modèle de M. Davidson, le lisier est la première cause d’augmentation de la concentration atmosphérique de gaz hilarant, passé d’un niveau préindustriel de 270 parties par milliard (ppb) à 319 ppb en 2005.

Viennent ensuite les engrais de synthèse, qui seraient responsables de l’émission annuelle de 2,2 Mt de N2O : environ 2,5 % de l’azote (N) des fertilisants épandus seraient irrémédiablement convertis en N2O. Loin derrière ces deux causes majeures, l’industrie relâche 0,8 Mt par an et la combustion de biomasse seulement 0,5 Mt par an.

HABITUDES ALIMENTAIRES

Ces résultats suggèrent que l’agriculture, au sens large, est responsable de la plus grande part du N2O excédentaire stocké dans l’atmosphère depuis le début de l’ère industrielle. Et ce n’est pas fini. « Alors que la part des protéines animales dans les régimes alimentaires augmente globalement, la gestion du lisier sera une composante importante des efforts à venir pour réduire les émissions anthropiques d’oxyde nitreux », prévient Eric Davidson.

A la lumière de ces travaux, les changements des habitudes alimentaires en Chine ou en Inde auront un impact cardinal sur les émissions de N2O. Le développement des agrocarburants aussi. Des travaux publiés le 26 août dans la revue PLoS One indiquent ainsi qu’en 2030, « au moins 206 000 km2 » de terres arables seront consacrées, au Etats-Unis, à des « cultures énergétiques », très gourmandes en engrais de synthèse.

La combustion des agrocarburants ainsi produits n’émettra aucun dioxyde de carbone (CO2) supplémentaire dans l’atmosphère, puisqu’elle ne relâchera que du carbone auparavant prélevé dans l’air, par photosynthèse. Elle suscitera cependant, de manière collatérale, d’importantes émissions de N2O. Il n’est pas sûr que climat y gagne au change : la question, difficile à trancher, est au centre d’âpres débats.

Ce n’est pas tout. Outre son effet sur le réchauffement, l’oxyde nitreux contribue aussi à détruire la couche d’ozone. Ses émissions ne sont pas réglementées par le Protocole de Montréal qui, entré en vigueur en 1992, a donné un coup d’arrêt à la fabrication des chlorofluorocarbures (CFC), alors principaux destructeurs de l’ozone stratosphérique.

Dans une courte démonstration, publiée le 27 août sur le site de la revue Science, trois chercheurs de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) préviennent que le N2O endosse désormais ce rôle. En plus d’être un acteur toujours plus important du changement climatique, il sera, tout au long du XXIe siècle, le principal frein à la résorption du trou de la couche d’ozone.
Stéphane Foucart

71.  Bof | 1/09/2009 @ 9:45 Répondre à ce commentaire

Araucan (#70),

Ben zut alors, déjà qu’il ne fallait plus respirer (émission de CO2), voilà maintenant qu’il ne faut plus bouffer.

j’adore l’échelle utilisée: partie par milliard. Ça permet de dire « 270 » ou « 319 », et non pas 0,270 ppm qui serait trop comparable au 380 ppm du CO2.

Notons que c’est logique: à partir du moment où le GIEC a entérinné le fait qu’un gaz à un niveau de trace (CO2) peut dérégler tout le climat, n’importe quel autre trace peut aussi le faire.

72.  Araucan | 1/09/2009 @ 11:03 Répondre à ce commentaire

Bof (#71),

Mais là ce qui est « amusant » c’est qu’il va y avoir une bataille entre deux conventions internationales sur ce gaz, dont on ne nous dit rien par ailleurs sur le cycle naturel….

73.  jeff hersson | 1/09/2009 @ 14:22 Répondre à ce commentaire

Araucan (#70), Tiens, le troutrou dans la coucouche d’ozone, ça faisait longtemps…
Dans ce cas, j’aime poser des questions stupides : pourquoi les aborigènes d’Australie ( endroit où la coucouche est très très fine…) ont ils cette peau-là ?

74.  Araucan | 1/09/2009 @ 14:30 Répondre à ce commentaire

jeff hersson (#73),

Ceux du Sud de l’Australie peut-être mais ils ont été décimés en Tasmanie… et pour ceux du Nord, en quoi leur peau est-elle différente de celle, mettons, des tchadiens ?

75.  Abder | 1/09/2009 @ 17:43 Répondre à ce commentaire

Moi, qui croyais que le problème de la couche d’ozone était résolu… Ozone Layer Burned by Cosmic Rays ;
Correlation between Cosmic Rays and Ozone Depletion

76.  Araucan | 1/09/2009 @ 18:22 Répondre à ce commentaire

Abder (#75),

Mais oui vous avez raison ! Mais si c’est de la faute aux rayons cosmiques alors il n’y a plus de convention ….

77.  miniTAX | 1/09/2009 @ 18:51 Répondre à ce commentaire

jeff hersson (#73), c’est pas en Australie que la couche d’ozone est « très fine » (quoi que ça puisse vouloir dire) mais à l’équateur. Et c’est aussi à l’équateur qu’il y a le plus d’UV nocifs mesuré au niveau du sol (à cause de l’angle d’incidence solaire) et non chez les penguins. Et c’est aussi là qu’il y a le plus d’inconscients pour aller se cramer les fesses tous les étés en ignorant la « science » du trou dans la couche d’ozone qui nous avait prédit les pires catas: l’extinction imminente des pinguins en Antarctique, les lapins aveugles en Patagonie, les moutons décimés à Ushuaïa…
Mais bien sûr, ce genre de mesure directe, personne n’a pensé à le faire savoir en premier lieu, ni les pseudo-scientifiques impliqués dans cette vaste arnaque, et encore moins les journaleux qui préfèrent tourner le dos à une vérité scientifique qui dérange pour pouvoir alimenter leur machine à mauvaises nouvelles.

Ce qui permet de brandir des menaces hypothétiques dans les trous du c. du monde où personne n’ira vérifier. C’est moins risqué que de lancer une panique planétaire dans le genre « vos vancances d’été de bronzage idiot vont vous faire mourir dans d’atroces souffrances », des fois que les gens se mettraient à sentir à plein nez le foutage de gueule vu que ça les concernent directement. C’est surtout plus facile pour faire passer des législations anti-CFC débiles télécommandées par le complexe écolo-industriel (en l’occurrence Du Pont).
Autre observation que les escrocs de l’ozone ne vont pas crier sur les toits: entre un minimum et un maximum solaire, l’énergie du spectre UV peut varier de plus de 5% ! ainsi donc les doses reçues par les êtres vivants au niveau du sol, ce qui voudrait dire que si nos législateurs obsessionnels compulsifs se préoccupaient vraiment des rayons prétendument nocifs et non uniquement du trou d’ozone, ils auraient fait des lois pour limiter les expositions au soleil lors de chaque maximum solaire, tous les 11 ans. S’ils ne le font pas et préfèrent accuser l’homme et ses CFCs satanique, c’est que mettre sur le dos du soleil une CAO (catastrophe assistée par ordinateur) pour justifier des lois alakon, c’est pas très crédible politiquement, preuve qu’ils savent pertinemment qu’ils mentent.

Comme quoi, l’arnaque « globale » du RCA, basée sur un mix nauséabond de pseudo-science, de bêtise des politiques, de corruption des institutions internationales, l’ONU en premier, du rêve des bureaucrates non élus d’établir une « gouvernance mondiale » et des intérêts financiers puissants, ce n’est pas la première fois ni sera la dernière.

78.  miniTAX | 1/09/2009 @ 18:58 Répondre à ce commentaire

D’ailleurs, pour ceux qui sont intéressés par cette escroquerie planétaire de l’ozone qui n’est autre que le géniteur de l’arnaque encore plus grosse du RCA, cet article en fait un bon historique : http://cei.org/pdf/1184.pdf

79.  jeff hersson | 1/09/2009 @ 20:24 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#77), Merci de tes précisions ! 😉

Il est vrai qu’aux antipodes, le pays des kangourous est réputé détenir le record mondial de taux de cancer de la peau par habitant, mais vu que tant d’entre eux descendent des anglo-saxons à la peau si claire, je trouvais normal que la Nature fasse bien les choses en dotant les aborigènes d’une peau bien noir eet épaisse !…

80.  the fritz | 1/09/2009 @ 21:56 Répondre à ce commentaire

Le cancer de la peau des Australiens et scientifiquement démontré; il vient du fait que beaucoup d’australiens passaient leur temps en voiture ( c’est avant l’invention de la clim dans les véhicules, mais on sait que la cancer met longtemps à se déclarer) avec le coude dépassant de la fenêtre ouverte , position favorite des camioneurs, dragueurs et autres branleurs

81.  super.mouton | 7/12/2009 @ 14:24 Répondre à ce commentaire

Bonne nouvelle! j’étais dans une conf de presse ce vendredi avec M.Robert Kandel, astrophysichien du GIEC.
En parlant de la saturation du CO2 – il m’a demandé de « quelle autorité, je lui disait ça », il m’a quand même avoué que le CH4 était dans une partie du spectre où il n’y avait rien… Les vaches peuvent dormir tranquille… Et nous continuerd e manger de bon steack, et aaahh que la terre est bien faite!

82.  the fritz | 7/12/2009 @ 15:37 Répondre à ce commentaire

super.mouton (#81),
En parlant de vaches et de CH4 dans la rubique « nouveau bouquet de gaz chauffant » est-ce de la pub pour un nouveau parfum « fleur d’anis »

Sorry, the comment form is closed at this time.