Réchauffement Global : Prévision par des Scientifiques ou Prévision Scientifiques

• • • • •

En 2007, le groupe de travail n° 1 du Groupe Intergouvernemental sur les Changements Climatiques, une commission d'experts constitué par l'Organisation Météorologique Mondiale et le Programme Environnemental des Nations Unis, a publié son Quatrième Rapport d'Evaluation. Le Rapport prédisait des augmentations dramatiques des températures moyennes du globe dans les 92 prochaines années et des nuisances sérieuses résultant des augmentations de température prédites. Nous basant les principes régissant les prévisions, nous demandons : ces prévisions constituent-elles une base correcte pour l'établissement de politiques publiques ? Notre réponse est "non".

Pour fournir des prévisions de changement climatique utiles à la décision politique, on devrait pouvoir prévoir (1) la température globale, (2) les effets de tout changement de température, et (3) les effets de politiques alternatives praticables. Des prévisions justes des trois paramètres sont nécessaires pour des choix politiques raisonnables.

Les prévisions du GIEC n'étaient pas le résultat
de procédures scientifiques mais des opinions de
scientifiques transformées par les mathématiques
et obscurcies par une rédaction embrouillée

Le rapport du groupe de travail 1 du GIEC fut considéré comme fournissant les plus crédibles des prévisions à long terme des températures moyennes globales par 31 des 51 scientifiques ou autres impliqués dans les prévisions climatiques qui ont répondu à notre enquête. Dans le Rapport de 1056 pages nous n'avons trouvé aucune référence aux sources d'information originelles sur les méthodes prévisionnelles bien que les ouvrages, articles et sites web en soient facilement accessibles. Nous avons audité  les processus prévisionnels décrits au Chapitre 8 du Rapport du groupe de travail 1 du GIEC pour évaluer dans quelle mesure ils se conformaient aux principes des prévisions. Nous avons trouvé suffisamment d'informations pour porter des jugements sur 89 des 140 principes de prévisions. Les procédures de prévisions qui étaient décrites enfreignaient 72 principes. Beaucoup des ces violations étaient fondamentalement graves.

Les prévisions du rapport n'étaient pas le résultat de procédures scientifiques. En effet, c'étaient les opinions de scientifiques transformées par les mathématiques et obscurcies par une rédaction embrouillée. Les recherches en matière de prévisions ont montré que les prévisions d'experts ne sont pas fiables dans les situations impliquant  l'incertitude et la complexité. Nous avons été dans l'impossibilité d'identifier quelque prévision scientifique de réchauffement que ce soit. Proclamer que la Terre va se réchauffer n'est pas plus crédible que de dire qu'elle va se refroidir.

…lire bien plus ici : pdf 200 ko

Source : Forecasting Principles, traduction par Scaletrans
P.S. Un grand merci à Scaletrans, qui a fait un formidable travail de traduction et de mise en page

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
151.  REDBARON 17 | 26/05/2009 @ 18:26 Répondre à ce commentaire

Marot (#150),
Tu as raison on aurait dû débattre sur :
« Billet sans sujet 5 »

152.  Curieux | 26/05/2009 @ 19:55 Répondre à ce commentaire

@ redbaron ce qui est curieux chez vous c’est qu’une définition est un nombre de page Google…
Par exemple, au hasard, Rechauffement climatique donne 1.480.000 pages. C’est donc vrai !
Ou alors j’ai essayer avec votre preuve absolue, les « !!!!!!!!!!!!!!! », mais là Google donne O (zéro) page. C »est donc faux.

Avec ce type d’argument, c’est sur que vous irez loin mais sans moi.

153.  Manu95 | 26/05/2009 @ 21:01 Répondre à ce commentaire

Marot (#150),
Merci d’avoir écrit ce que beaucoup pensaient sans vouloir intervenir.

154.  Myke | 27/05/2009 @ 8:45 Répondre à ce commentaire

Tiens, pour en revenir au thème du fil (merci Marot !), je propose un petit amusement : tapez sur la fenêtre Google « le climat pourrait ».
Le résultat dépasse toute attente. Bon surf !

155.  Curieux | 27/05/2009 @ 9:33 Répondre à ce commentaire

Myke (#154),
dont celle-là :  » Le climat pourrait expliquer près d’un tiers de la variation d’une action. » (le jdf) !
Bigre, la crise de 29 à celle des sub-primes conséquences des algorithmes d’Hansen ?
Quel homme.

156.  Marot | 27/05/2009 @ 10:12 Répondre à ce commentaire

Stop Curieux, stop

pas de crise de 29, pas de subprimes,

rien de tout cela svp

Hansen oui, oh oui !

157.  Curieux | 27/05/2009 @ 18:03 Répondre à ce commentaire

Marot (#156),
Désolé j’ai pas fais gaffe.

158.  Chria | 28/05/2009 @ 9:24 Répondre à ce commentaire

Ce matin à rmc Barnier a dit que si Allègre rentre au gouvernement, il devra se conformer à la politique du grenelle. Vous imaginez Allègre avouer publiquement que c’est le co2 le responsable du RC ? A veste quand tu te retournes…
De plus Barnier a insisté sur le réchauffement majeur qui nous attends et l’urgence de mener une politique verte, avec une Europe qui protège, etc…
Enfin comme toujours avec les politiques de l’esbroufe en veut-tu en voilà.

Sinon des résultats du programme LEFE :
http://www.actu-environnement......_7452.php4
Après lecture on se rend compte que ça ne va pas forcément dans le sens du RCA. Tiens, c’est plus compliqué qu’à l’INSU de mon plein gré ?

J’ai remarqué la disparition de ce forum d’Araucan, j’espère qu’il reviendra bientôt.

159.  scaletrans | 28/05/2009 @ 15:24 Répondre à ce commentaire

Chria (#158),

J’ai remarqué la disparition de ce forum d’Araucan, j’espère qu’il reviendra bientôt.

+1

160.  Marco33 | 28/05/2009 @ 17:45 Répondre à ce commentaire

Tiens, je ne l’avais pas vu celle-là

161.  Curieux | 29/05/2009 @ 9:37 Répondre à ce commentaire

Marco33 (#160),
A voilà quelqu’un qui confirme mon post.
Et je sens que c’est une tendance de fond.

162.  jeff hersson | 29/05/2009 @ 10:18 Répondre à ce commentaire

Marco33 (#160), Oui mais il parle de « normes climatiques », et ces deux mots ensemble me gênent un peu…à moins que ce ne soit dû à la traduction ?

163.  Araucan | 3/06/2009 @ 0:20 Répondre à ce commentaire

Chria (#158) et les autres ,

Je suis revenu, j’étais parti à la chasse ! Et loin d’un accès internet. 😉

164.  Chria | 3/06/2009 @ 9:31 Répondre à ce commentaire

Bonjour Araucan. Ca existe encore les coins loin d’un accès internet ? T’as chassé le phoque ?

165.  scaletrans | 3/06/2009 @ 9:36 Répondre à ce commentaire

Araucan (#163),

On est tous content de vous revoir.

166.  Araucan | 3/06/2009 @ 10:51 Répondre à ce commentaire

Chria (#164), scaletrans (#165),

Et content de vous retrouver tous en forme…
J’étais en France, et si si il y a encore des zones où le portable passe très très mal et où les débits Internet sur ligne fixe sont parfois sportifs.
Sinon j’étais à la chasse aux fleurs et aux papillons qui vont avec.

167.  Araucan | 3/06/2009 @ 11:05 Répondre à ce commentaire

Sinon j’ai eu le temps de lire le livre de Gérondeau : j’en conseille la lecture : c’est très clair, bien écrit et réaliste (sauf quelque petits détails mais il ne faut pas mégoter…).

168.  Flo | 3/06/2009 @ 13:46 Répondre à ce commentaire

Auracan (#167)

J’avais lu le précédent « Ecologie, la grande arnaque » et je lirais certainement le dernier.
Dans la « grande arnaque » il partait du postulat que le changement climatique (dû à l’homme) était pratiquement certain et démontrait que les solutions envisagées étaient entre inutiles et nuisibles et toujours extraordinairement coûteuses.
Dans son dernier livre a-t-il été jusqu’à infléchir son postulat de départ? C’est-à-dire à mettre en doute le réchauffement anthropique lui-même?

Voici ce qu’il déclarait lors d’un diner / débat en septembre dernier :

« Est-ce que l’on va vraiment à la catastrophe? On nous dit que la mer va monter. Dans les rapports de Nations Unies, on lit que des régions entières vont être submergées. Mais quand vous regardez les chiffres, les mêmes experts vous disent que – selon l’hypothèse moyenne – la mer monterait de 30 cm au cours du 21ème siècle. Trente cm en un siècle est-ce que cela peut avoir des conséquences catastrophiques? La marée sur les côtes Landaises, c’est nettement plus que 30 cm! 30 cm en un siècle, c’est du 3 mm par an. Qui est-ce qui peut croire que cela va avoir des conséquences catastrophiques! Certes pour M. Al Gore, ce n’est pas 30 cm, c’est des mètres et des mètres, mais enfin, même pour le GIEC, ce n’est que 30 cm.

Il y a toujours eu des changements de climat et ils ont été d’une autre ampleur. Il y a quinze à vingt mille ans, le niveau des mers était cent mètres plus bas qu’aujourd’hui! Vous savez qu’une grotte a été découverte en Méditerranée par un plongeur sous-marin. Son entrée est à 37 m au dessous du niveau de la Méditerranée. On y a trouvé des dessins montrant qu’elle fut habitée. Et à l’époque les gens y allaient à pied. Il y a donc eu de vrais changements et en l’occurrence ce n’était pas l’homme qui en était responsable. La calotte glacière a fondu il y a quelque dix mille ans et la mer est montée de cent mètres. On a donc connu des changements climatiques qui n’ont rien à voir avec ceux qu’on nous annonce. Au moyen âge les Vikings occupaient le Groenland, qui voulait dire Greenland c’est-à-dire Terre verte et ils y élevaient du bétail. La race humaine s’est adapté à bien d’autres changements que ceux qu’on nous annonce et elle s’adaptera à ces derniers. Est-ce que les changements en cours sont dûs à l’activité humaine? Au fond personne n’en sait rien. »

169.  Araucan | 3/06/2009 @ 21:14 Répondre à ce commentaire

Flo (#168),

Argh, je ne l’ai déjà plus sous la main car je l’ai prêté à un ami…ce n’est pas une grosse partie de son livre : il dit qu’il n’y a pas de corrélation entre teneur en CO2 de l’atmosphère et température, mais n’insiste pas vraiment.

En fait son raisonnement est le suivant : même si les pays développés se serrent la ceinture, de toute façon tout le pétrole, charbon, gaz naturel disponible sera brûlé parce que les autres pays en ont besoin pour se développer et que cela reste les énergies les moins chères. Dans la négociation du post Kyoto, ces pays ne renonceront pas à se développer, ils n’accepteront pas de réduction d’émissions de leur part et les 20 % de réductions d’émissions de l’UE en 2020, cela restera peanuts au regard des augmentations d’émissions qui se profilent. Donc ce n’est pas nécessaire d’être masochiste de notre coté et tous seuls en plus, à développer en grandeur réelle des productions d’énergie qui relèvent plus du marché de niche, que de processus industriels matures. Il attend beaucoup du nucléaire,des biocarburants et des progrès sur la consommation des moteurs thermiques par contre. Il insiste sur le fait que l »Allemagne a beaucoup augmenté ses émissions et les masque par un programme d’éoliennes et de centrales à charbon ou à gaz… Par contre, toutes les économies d’énergie sont bonnes à prendre.
Enfin, il dénonce la Grenelle de l’Environement comme une alliance de fait entre secteurs industriels subventionnés ou vivant du renforcement régulier de normes (quand le bâtiment va, tout va…), certaines corporations et les ONG environnementalistes, alliance qui a évacué d’ailleurs les consommateurs ou les usagers. Il y en a long sur les éoliennes…. Il montre bien la bascule technocratique qui favorise les solutions onéreuses promues par les Verts et certains groupes d’intérêt (ex: les TER en région hors Ile de France, ou les éoliennes) et l’abandon de solutions optimisées d’un point de vue technique et économique.

Il défend la voiture (mais ne répond pas vraiment aux nuisances en zone urbaine, c’est un des -petits- défauts du livre) et montre que les gens ne peuvent (ou ne veulent) y renoncer…

En fait

170.  Daniel | 6/06/2009 @ 9:38 Répondre à ce commentaire

http://www.ocregister.com/arti.....heat-watts

Editorial: Cooling down with global-warming data
U.S. and world temperature records are compromised by monitoring station errors.
An Orange County Register editorial

If fighting global warming may cost the economy $9.6 trillion and more than 1 million lost jobs by 2035, as the Heritage Foundation forecasts, it’d be a good idea to be sure there’s a sound basis before making such a massive sacrifice.
We’ve noted before that climate change is occurring as it always has, but the claim that man-made greenhouse gases will cause catastrophic temperature increases is based on questionable science and projections. Man’s contribution to greenhouse gases is minuscule. There are some theories but no convincing proof that increased emissions cause increased temperature.
Now another serious doubt has been raised concerning how much of the 1-degree centigrade increase over the past century allegedly caused by escalating emissions has even occurred.
« We can’t know for sure if global warming is a problem if we can’t trust the data, » said Anthony Watts, veteran broadcast meteorologist, who for three years organized an extensive review of official ground temperature monitoring stations, in conjunction with Dr. Roger Pielke Sr., senior research scientist at the Cooperative Institute for Research in Environmental Sciences and professor emeritus of the Department of Atmospheric Science at the University of Colorado.
The study, recently published by the free-market Heartland Institute, inspected 860 of the 1,221 U.S. ground stations that gauge temperature changes. The findings were alarming.
They found 89 percent of stations « fail to meet the National Weather Service’s own siting requirements » that say stations must be located at least 100 feet from artificial heat sources.
« We found stations located next to the exhaust fans of air conditioning units, surrounded by asphalt parking lots and roads, on blistering hot rooftops and near sidewalks and buildings that absorb and radiate heat, » Mr. Watts reported.
Many stations also had added more sensitive measuring devices, heat-generating radio transmission devices and even latex paint to replace original whitewash, resulting in greater heat retention and reflection.
At one location, Mr. Watts said when he « stood next to the temperature sensor, I could feel warm exhaust air from the nearby cell phone tower equipment sheds blowing past me! I realized this official thermometer was recording the temperature of a hot zone . . . and other biasing influences including buildings, air conditioner vents and masonry. »
These influences produce readings higher than actual ambient temperatures, Mr. Watts said. Moreover, the research revealed « major gaps in the data record that were filled in with data from nearby sites, a practice that propagates and compounds errors. »
These inflated, error-prone, tinkered-with temperature recordings are one of several measurements cited by the U.N.’s Intergovernmental Panel on Climate Change as evidence man-made global warming is a threat. But the Heartland study concluded, « The U.S. temperature record is unreliable. And since the U.S. record is thought to be ‘the best in the world,’ it follows that the global database is likely similarly compromised and unreliable. »
Before devastating the economy to fix a problem that may not exist, we ought to get the numbers right.

171.  Araucan | 8/06/2009 @ 0:30 Répondre à ce commentaire

Flo (#168),

Sur les prévisions d’émissions de GES dans les années à venir en appui au livre de Gérondeau :

http://effetsdeterre.fr/2009/0.....ns-le-dos/

172.  Daniel | 11/06/2009 @ 14:28 Répondre à ce commentaire

Une analyse de l’historique des données de température de l’état de Victoria en Australie, y compris la ville de Melbourne, suggère un effet d’îlot urbain , mais ne constate pas d’effet de réchauffement global de la région

http://jennifermarohasy.com/bl.....l-warming/

173.  Abitbol | 11/06/2009 @ 23:29 Répondre à ce commentaire

@Daniel
Très intéressant et pas étonnant !
De telles stats devraient être menées partout autour des grandes villes pour réellement mesurer l’effet d’îlot urbain.

174.  Daniel | 12/06/2009 @ 8:24 Répondre à ce commentaire

Abitbol (#173),

Froid intense dans le sud de l’Australie…

http://www.meteogiornale.it/news/read.php?id=20321

Freddo molto intenso in Australia sudorientale. -5,9°, -6,0° e -5,5°C le minime di martedì, mercoledì e giovedì ai 1707 metri di Mount Buller, dove vi sono state anche massime sempre negative e deboli nevicate, dopo i 74 mm di precipitazione nevosa di domenica e lunedì. -9,0°C sia mercoledì che giovedì ai 1957 metri di Crackenback (massime -5,1° e -3,6°C). A Cabramurra (m 1482) estremi -6,5°/-1,3°C mercoledì e -7,0°/0,2°C giovedì. Gran gelo anche ai 575 metri della capitale Canberra, con minime -3,8° e -5,8°C mercoledì e giovedì (massime 9,3° e 9,0°C). Le medie di giugno di Canberra sono 0,7°/12,2°C.

Freddo intenso anche a bassa quota. Nel nordovest del Victoria, gelata ai soli 78 metri di Hopetoun, con minima -0,6°C giovedì. -0,7°C a Mildura, nel Nuovo Galles del Sud, quasi 6°C sotto la media delle minime di giugno. Notevoli i -0,9°C di Dubbo, a 35°S (4,3°C la media delle minime di giugno) e ancora più i -0,9°C di Griffith, a 34°S. Grafton, nel nord del Nuovo Galles del Sud, è scesa a -0,2°C, un dato notevole in pianura a neppure 30° di latitudine (8,0°C la media delle minime di giugno). 3,8°C la minima all’aeroporto di Brisbane, in Queensland, che ha comunque un record di -0,1°C (11,0°C la media delle minime di giugno

175.  Araucan | 12/06/2009 @ 10:34 Répondre à ce commentaire

Daniel (#174),

il ya eu de la neige au Royaume uni et cela caille au Canada et aux USA.
Il a gelé il y a peu au Sud du Brésil mais le Hadley Center annonce un été chaud….pour la troisième année consécutive.

On verra bien la suite !

176.  miniTAX | 12/06/2009 @ 10:41 Répondre à ce commentaire

Araucan (#175), mais c’est déjà tout vu ! Les réchauffistes essaient encore de faire bonne figure en brandissant l’hypothétique apparition d’El Nino mais ce qu’ils ne savent pas ou font mine d’ignorer, c’est que la PDO est négative ce qui veut dire que la tendance froide n’a aucune chance de s’inverser.
Pour être aussi sourd aux faits et à la réalité, ça ne peut être qu’une religion.

177.  Araucan | 12/06/2009 @ 11:24 Répondre à ce commentaire

Mais cela ne les empêche pas d’en remettre une couche :

http://www.actualites-news-env.....tique.html

C’est pour motiver tous les pays de l’Est qui ont des centrales à charbon…. et qui ne sont pas masos….

178.  ardeche07 | 12/06/2009 @ 13:33 Répondre à ce commentaire

Je viens de recevoir mon nouveau livre de chevet,
« Les scientifiques ont perdu le Nord » de Serge Galam (physicien et directeur de recherches au CNRS) editions Plon sept 2008.
Je vous le recommande vivement! Cet ouvrage est une référence.
C’est autre chose que le livre de Cabrol !
Un extrait de la derniere page de la couverture « ……..les scientifiques dans cette affaire sont devenus des gourous. Leurs opinions sont devenues une vérité absolue. La science est désormais décrétée et non prouvée, nous n’avons plus qu’à nous taire, trembler, nous repentir et payer pour notre salut. Payer, au sens premier du terme….etc… »
Qu’est ce que j’aimerai voir ce scientifique sur des plateaux télés pour débattre avec Jouzel ou d’autres réchauffistes.

179.  Hieronim | 12/06/2009 @ 13:44 Répondre à ce commentaire

ardeche07 (#178),

Si ce n’est déjà fait, je te conseille un débat mêlant Galam et 2 autres scientifiques (Derive et Merle) sur le sujet : c’est rediffusé sur France Culture à l’adresse suivante :

http://sites.radiofrance.fr/ch....._publique/

Ca date d’il y a quelques jours, ça dure 50′ et c’est en format *.ram. Si ton PC/Mac ne sais pas le lire tu peux dl le programme Real Alternative qui permet de décoder le format *.ram et de le lire sous Windows Media Player Classic.

http://www.clubic.com/telechar.....ative.html

A noter que le lien du débat comporte d’autres interventions de Galam en rapport avec celles des internautes (parfois offusqués).

180.  floyd | 12/06/2009 @ 14:12 Répondre à ce commentaire

ardeche07 (#178),

Je vous conseille également le livre d’Andre Legendre, ‘L’homme est-il responsable du réchauffement climatique?’:

http://avaxhome.ws/ebooks/lang.....tique.html

181.  Hieronim | 12/06/2009 @ 15:24 Répondre à ce commentaire

floyd (#180),

Je viens de lire l’intro, les références et la première partie : c’est assez bien écrit à première vue (niveau tentative d’être ‘objectif’ je veux dire).

Ce serait bien d’avoir d’autres retours concernant ce livre si cette première impression s’avère.

Rien que de tenter de comprendre la définition de la mission du GIEC ça reste discutable du point de vue des mots et de leur signification. Ca paraît bête de devoir en arriver là mais c’est comme ça.

Merci pour la référence en tout cas.

182.  the fritz | 12/06/2009 @ 17:48 Répondre à ce commentaire

Daniel (#172),

Il y a dans le site de Jennifer une référence qui m’intéresse
Citation: Nickolaenko, A. P. (2009), Concept of planetary thermal balance and global warming, J. Geophys. Res., 114, A04310, doi:10.1029/2008JA013753.
The concept of Earth’s thermal balance is used to suggest that solar energy absorbed by a planet is equal to the heat radiated from that planet. Such an approach substantially simplifies estimating the anthropogenic warming of the planet. We compare the solar irradiance with the current heat production caused by burning different kinds of fuel. We show that anthropogenic heating is able to cause global warming of 1°C in a century.

Quelqu’un a-t-il plus de détail concernant cette publication?

183.  andqui | 12/06/2009 @ 18:26 Répondre à ce commentaire

Allez sur C’dans l’air maintenant, on est en plein délire; le rôle du soleil est déclaré infime au regard des GES;

184.  the fritz | 12/06/2009 @ 22:29 Répondre à ce commentaire

andqui (#183),
C’est pour cela que le papier cidessus m’intéresse; l’énergie ajoutée par la combustion du fossile représente à peu près le 1/10000 de l’énergie solaire reçue par la terre; et d’après le papier ci dessus elle permettrait de faire gagner 1°C par siècle; il faut bien sur savoir ce que l’on réchauffe et ce n’est pas pour rien que ce papier a été signalé dans une discussion concernant les ilots de chaleur urbain

185.  Araucan | 13/06/2009 @ 0:53 Répondre à ce commentaire

the fritz (#184),

Mais cher ami, ce n’est pas la combustion qui réchauffe, c’est le produit de la combustion ! 😉

Sinon plus sérieusement, comment parler d’équilibre thermique, alors que justement on est dans un système dynamique avec des flux … qui varient…
De plus s’il y a accumulation de chaleur/d’énergie, cela veut dire qu’il n’y a pas d’équilibre…

186.  the fritz | 13/06/2009 @ 10:58 Répondre à ce commentaire

Araucan (#185),
Mais bien sûr il n’y a jamais d’équilibre, pauvre YAB avec son équilibre de 4 milliards d’années, s’il y a equilibre, c’est la mort, la vie et le climat naît de déséquilibres

187.  Marot | 13/06/2009 @ 13:13 Répondre à ce commentaire

Grandes réjouissances.

Enfin un outil simple de prévision.

Un quatuor de gens très savants
H. Damon Matthews, université Concordia de Montréal
Nathan P. Gillett, Centre for Climate Modelling and Analysis, Canada
Peter A. Stott, MET Office
Kirsten Zickfeld, université Concordia de Montréal

ont publié dans Nature que la réponse en température à une variation de quantité de CO2 dans l’atmosphère est linéaire.
http://www.nature.com/nature/j.....08047.html

Finies les rétroactions positives ou négatives, finis les modèles, proportionnel on vous dit.

0,0000000000015 ° C par tonne.

Et tous de se réjouir, en se demandant comment il se fait que personne n’avait vu cela et surtout quelle est la loi physique simplissime qui justifie cela.

Une loi ? quelle loi ?

Il n’y a pas de loi,

La belle proportionnalité est fondée sur….

a combination of global climate models and historical climate data to show that there is a simple linear relationship between total cumulative emissions and global temperature change.

et c’est robuste disent-ils :

une émission déterminée de CO2 entraîne une même élévation de température au niveau mondial, et cela quel que soit le lieu ou le moment où elle se produit et quelle qu’en soit la durée.
http://www.futura-sciences.com.....ple_19572/

Vivent les modèles !

188.  scaletrans | 13/06/2009 @ 13:39 Répondre à ce commentaire

Marot (#187),

Et personne ne rit, voilà qui devrait faire trembler.
Des scientifiques sans honneur confortent des idéologues totalitaires dont le slogan est : « pas de liberté pour les ennemis de Gaïa ».

189.  the fritz | 13/06/2009 @ 13:54 Répondre à ce commentaire

Marot (#187),
C’est clair; ce papier rejoint l’autre (que je n’ai pas encore pu lire en détail) ; mais en précisant que la proportionnalité est liée aux émissions- et non à la teneur en CO2 de l’atmosphère comme tu l’écris- on en vient à l’idée que c’est bien la combustion qui est responsable de l’augmentation de température et non le niveau de CO2 de l’air

190.  Araucan | 13/06/2009 @ 14:44 Répondre à ce commentaire

Marot (#187),

Voici les remarques que j’avais faites sur un autre fil de discussion sur cet article.

http://skyfal.free.fr/?p=368#comment-18424

Ce qui est fabuleux c’est que la combinaison de systèmes complexes (non réductibles) aboutissent à un résultat simple (linéaire…) : c’est un miracle de la physique ! Bon il nous manque l’incertitude sur les données : il y a des chances que l’on soit dans une équation du type :
1 tCO2 conduit à 1,5.10^-12°C de réchauffement +/- 250 %.

D’un autre coté, si l’on considère la seule hypothèse CO2=réchauffement, je ne comprends pas pourquoi il faut passer par des systèmes d’équations abominablement complexes pour arriver à ce résultat.

D’autre part si l’on réfléchit à la signification du chiffre en température, cela veut dire que 1GtCO2 émise conduit à 1,5.10^-3 °C de réchauffement : il ne dit pas si c’est du net (bilan) ou en absolu…
Si c’est du net, on a du temps avant d’avoir un degré de plus…
Si c’est de l’absolu, pour le CO2 issu des carburants fossiles compter 5 GtCO2, on a le temps aussi et si l’on compte aussi les émissions de CO2 naturelles (sans compter les absorptions), dans 10 ans on a un degré de plus : toutefois cela aurait du être constaté avant et ce n’est pas le cas.
Donc ce calcul conduit à des résultats absurdes. CQFD.

191.  the fritz | 13/06/2009 @ 15:56 Répondre à ce commentaire

Il reste 1 000 milliards de barils de petrole traditionnel à exploiter; cela fera 0,12 trillion de tonnes de carbone, soit 0,1 à 0,2 °C d’augmentation ( terrible cette linéarité qui varie du simple au double); le pétrole représente 40% de notre consommation actuelle, gaz et charbon 50% ;les réserves de charbon sont environ 7 fois celle du petrole. Donc si d’ici la fin du siècle on brûle tout le fossile, la température augmentera de 0,7 à 1,4°C; pas de quoi affoler les troupes; au contraire, cela sera le bien venu, parce que s’il faut compter sur les éoliennes ou la biomasse pour se chauffer, vaut mieux investir dans l’élevage des moutons à poils laineux

Et puis si après cela on nous gonfle encore avec le consensus autour de l’effet de serre …..? C’est quand le prochain rapport du GIEC ?

192.  Marot | 13/06/2009 @ 19:00 Répondre à ce commentaire

Araucan (#190), Mes plates excuses pour n’avoir pas vu le signalement du 11/06 tiré de sciencedaily.

Sorry, the comment form is closed at this time.