Un Grenelle à effet de serre…

(L'enfer est pavé de bonnes intentions et le Grenelle de l'environnement de gaz à effet de serre …. cachés. L'académie des technologies nous avait déjà démontré que l'utilisation des éoliennes conduisait, en France à construire de nouvelles centrales à gaz (voir là). Voici l'effet de mesures envisagées dans le bâtiment…)

• • • • •

Le Grenelle de l'Environnement a pour objet et pour effet l'interdiction du chauffage électrique dans les constructions neuves.

Désastreux pour l'environnement, puisque le chauffage à l'électricité rejette bien moins de CO2 que les autres modes de chauffage – le fioul et le gaz – qui vont le remplacer. Désastreux aussi pour notre balance des paiements puisque fioul et gaz sont importés alors que l'électricité, nucléaire et hydraulique à 90% en France, est produite chez nous. Désastreux pour notre indépendance énergétique, puisque le changement programmé nous rendra plus encore tributaires du gaz russe ou algérien. Désastreux pour notre système énergétique, puisque les chauffe-eau à accumulation fonctionnent la nuit lorsque l'électricité est abondante et bon marché. Désastreux pour notre industrie enfin, puisque des milliers d'emplois de la filière du chauffage électrique vont disparaître.

Mammas sur des altocumulus

Légende : Mammas sur un altocumulus.

Comment a-t-on bien pu en arriver là ? La loi stipule que les bâtiments qui vont être construits devront consommer moins de 50 KWh (kilowatt/heure) d'énergie primaire par mètre carré, trois ou quatre fois moins que les bâtiments existants. Voilà qui semble une mesure désirable, au moins pour l'environnement.

Pour son chauffage, un bâtiment consomme des mètres cubes de gaz, des litres de fioul, et des KWh d'électricité. Pour additionner ou comparer tout cela, il faut une seule unité, qui est le KWh. Pour le fioul et le gaz, on utilise des coefficients assez classiques qui convertissent mètres cubes de gaz et litres de fioul en KWh. Pour l'électricité, direz-vous, la chose est simple, puisque l'électricité est mesurée et facturée en KWh. Et bien, pas du tout, la réglementation dit que les KWh électriques comptent triple. Il faut multiplier les KWh électriques consommés par trois, ou plus précisément par 2,58. L'unité retenue par la norme n'est pas le KWh d'énergie, mais le KWh d'énergie primaire.

Le diable se cache dans le détail de cet adjectif. Cette façon de compter date du temps où l'électricité était fabriquée à partir du charbon ou du fioul. Il fallait en effet presque trois tonnes de charbon pour fabriquer la quantité d'électricité qui produit autant de chaleur que la combustion directe d'une tonne de charbon.

Ce faible «rendement énergétique», comme disent les physiciens, est évidemment compensé par les avantages spécifiques de l'électricité : il est plus facile de se raser, de s'éclairer ou de regarder la télévision avec de l'électricité qu'avec du charbon. Le coefficient de 2,58 n'était peut-être pas absurde autrefois, pour ramener l'énergie électrique à l'énergie «primaire» qui servait à la produire. Il devient indéfendable avec l'électricité d'origine hydraulique et nucléaire (90% de l'électricité en France), qui n'a rien de secondaire, et n'est produite par aucune énergie primaire.

Ce coefficient 2,58 n'a pas été introduit par les écologistes du Grenelle, mais il fait bien leur affaire, et ils le défendent mordicus. Le nucléaire est l'une de leurs trois bêtes noires, avec les OGM et l'automobile – les trois grands Satan. Interdire la construction de logements consommant plus de 50 KWh d'énergie primaire par m2 en affectant les KWh électriques de ce coefficient, c'est exiger un chauffage électrique qui consommerait moins de 20 KWh par m2, ce que personne ne sait faire. C'est donc interdire le chauffage électrique. C'est diminuer la consommation d'électricité. Et contribuer à l'un des objectifs affichés de la loi: «réduire la part du nucléaire dans le bouquet énergétique français».

Petit coefficient, grandes conséquences. On peut essayer de chiffrer l'une d'entre elles : l'augmentation des rejets de CO2. Les mesures prises obligent à construire des logements chauffés au gaz. Admettons que l'on construise 400 000 logements par an, soit environ 32 millions de m2, qui consommeront pour chacune des cinquante années à venir (à 50 KWh/m2) 1600 millions de KWh. Admettons également qu'en l'absence de ce coefficient, la moitié des logements seraient chauffés à l'électricité, qui rejette 55 grammes de CO2 au KWh ; et l'autre moitié au gaz, qui rejette 206 grammes de CO2 au KWh. Avec la loi dite du Grenelle, tous les logements seront chauffés au gaz. Un calcul simple montre que les rejets de CO2 vont augmenter de 0,14 million de tonnes. Par an. Soit sur les 50 ans de vie d'un bâtiment 7 millions de tonnes. La même opération se reproduira chaque année avec la construction de 400 000 autres logements. Au bout de 10 ans, l'augmentation annuelle des rejets de CO2 de ces 4 millions de logements sera, grâce à notre petit coefficient, de 1,4 million de tonnes par an. Calculez ce que cela fait sur 50 ans.

On nage dans l'absurdité. La norme de 50 KWh par mètre carré présentée comme la mesure phare de la lutte pour la réduction des rejets de CO2 aboutit à les augmenter ! Mauvais pour la planète, mauvais pour notre indépendance énergétique, mauvais pour notre balance des paiements, et mauvais pour notre industrie. Mais bon pour les ennemis du nucléaire.

Rémy Prud'homme

(Source)

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Murps | 30/06/2009 @ 9:18 Répondre à ce commentaire

Té !
A la base, je vois déjà pas en quoi le fait d’exiger ces 5O KWh par m2 soit « bénéfique » pour l’environnement.
Comme si l’énergie utilisée et transformée par l’homme pouvait avoir le moindre impact sur la planète, son climat et sa biosphère…

Y en a qui ont des problèmes avec les puissances de dix et les principes de la thermodynamique.
En clair, la loi « environnementale » en question a été créée par des gens qui manquent de culture scientifique, de gros bon sens et de recul.

Et maintenant, c’est Ubu qui commande…

Cordialement,
Murps

2.  jeff hersson | 30/06/2009 @ 10:09 Répondre à ce commentaire

Ubu ? Je dirais Kafka, plutôt…

3.  Chria | 30/06/2009 @ 13:47 Répondre à ce commentaire

En tout cas jouanno chantal n’a pas l’air de vouloir toucher au nucléaire…
N’est-ce donc pas plutôt de l’incompétence que de la manipulation écolo ? (remarquez les écolos ont très bien pu manipuler les technopathes incompétents)

4.  Araucan | 30/06/2009 @ 14:06 Répondre à ce commentaire

Chria (#3),

Allez voir la source et lisez les trois premiers commentaires …. où il est expliqué que ce n’est pas grave parce que l’objectif c’est de moins consommer d’énergie (ie la décroissance)…

Dans les chiffres pour la France, d’une manière générale on oublie toujours que le nucléaire fournit 80 % de l’électricité : moyennant quoi, on culpabilise plus largement…
Bon, avant, on essayait de nous culpabiliser sur le nucléaire directement, cela n’a pas beaucoup fonctionné, c’est juste un transfert de tactique pas d’objectif.

5.  joletaxi | 30/06/2009 @ 16:48 Répondre à ce commentaire

je ne reviendrai pas sur la polémique qui a sévi ici en son temps concernant les problèmes liés à la production éolienne,quoique:
-le rapport en lien explique ce que j’avançais,que les éoliennes terrestres sont munies de générateurs asynchrones,(à cage d’écureuils) qui induisent une puissance réactive sur le réseau, très difficile à réguler car impossible à anticiper.Que ces problèmes sont à l’origine de la grande panne évoquée.que à partir d’un pourcentage trop important de courant »éolien » injecté sur le réseau, celui-ci devient instable,etc…
Que les éoliennes de forte puissance(sans doute pour ces raisons,sont d’un type à générateur synchrone, qui ont besoin pour se connecter d’onduleurs très coûteux,qui induisent sur le réseau des harmoniques de courant pulsé très difficiles à juguker et encore mal maîtrisés(ce problème deviendra récurrent pour les centrales photovoltaïques)et qu’il n’existe pas de moyens de stockage de puissance hors les barrages(dont les écolos ne veulent pas évidemment)
Bref,que en l’état,cette imbécillité n’a aucune justification,ce que tous les gens un peu informés savaient déjà.
Quant aux normes pour le batiment, je vous rappelle que après le premier choc pétrolier(j’ai vu l’autre jour un reportage de cette époque sur le Shah d’Iran qui expliquait déjà le peakoil inévitable dans les 10 années à venir….) il avait été imaginé d’installer des puissances nucléaires devant permettre de chauffer à l’électricité dans le but de se passer de pétrole….
Quand on sait qu’en Belgique, pays réputé pour ses grandes sécheresses et son aridité,on impose maintenant l’installation de citernes à eau de pluie dans les nouvelles constructions, »machin »qui ne servira que épisodiquemment et qui va s’encrasser rapidement et devenir un parfait incubateur à « saloperies » diverses, on revient à la question primaire;
comment en est on arrivé à mettre en place un système qui propulse aux postes de commande les imbéciles, les opportunistes, les crapules?

6.  Chria | 30/06/2009 @ 17:07 Répondre à ce commentaire

Araucan (#4),
J’ai surtout lu des gens qui pinaillent et dont l’idéologie est plus forte que la rigueur

7.  Araucan | 30/06/2009 @ 18:43 Répondre à ce commentaire

Chria (#6),

Pouvait-il en être autrement ?

joletaxi (#5),

Quand on sait qu’en Belgique, pays réputé pour ses grandes sécheresses et son aridité,on impose maintenant l’installation de citernes à eau de pluie dans les nouvelles constructions,”machin”qui ne servira que épisodiquemment et qui va s’encrasser rapidement et devenir un parfait incubateur à “saloperies” diverses, on revient à la question primaire;

C’est utile pour arroser son jardin…même en Belgique 😉 plus réserve pour les pompiers. (expérience familiale).

NB : s’il n’y a pas de lumière qui arrive à la citerne, l’eau reste claire (expérience tropicale).

8.  joletaxi | 30/06/2009 @ 21:15 Répondre à ce commentaire

@Araucan
Les quelques exemples que je connais,citernes raccordées à un groupe hydrofor,pour alimenter toilettes et arrosage des pelouses se sont soldés par des notes d’entretien explosives par rapport à la petite économie réalisée(filtres encrassés,citernes pleines de déchets de feuilles et autres,odeurs,dépôts dans les toilettes etc)
Pour la sécurité incendie, autant se payer une piscine,qui apportera quelques bons moments…. et d autres aussi évidemment,ou collectionner les camions de pompier

9.  joletaxi | 30/06/2009 @ 21:17 Répondre à ce commentaire

Pour une fois un article pas mal sur Agoravox à propos des lampes économiques qui soulève un problème qui revient de façon récurrente avec les solutions vertes,je veux parler de notre sempiternel cos phi

10.  Abder | 30/06/2009 @ 21:21 Répondre à ce commentaire

joletaxi (#5),

Belgique, pays réputé pour ses grandes sécheresses et son aridité

On peut parler de sécheresse (relative) en Belgique mais pas d’aridité. Le climat est océanique, voire hyperocéanique dans ce pays suffisamment arrosé pour ne jamais avoir de déficit hydrique, ni saisonnier ni mensuel. Un manque de pluie par rapport à ce dont on est habitué s’appelle sécheresse, mais pas aridité. Et encore cette sécheresse ne peut être sévère dans ce pays, mais seulement dans les statistiques.

11.  Manu95 | 30/06/2009 @ 23:05 Répondre à ce commentaire

On ne doit pas parler de la même Belgique

« Avec un ciel si bas qu’un canal s’est perdu
Avec un ciel si bas qu’il fait l’humilité
Avec un ciel si gris qu’un canal s’est pendu
Avec un ciel si gris qu’il faut lui pardonner
Avec le vent du nord qui vient s’écarteler
Avec le vent du nord écoutez-le craquer
Le plat pays qui est le mien »

Extrait de  » Le Plat Pays  » de Jacques Brel

12.  Araucan | 1/07/2009 @ 10:28 Répondre à ce commentaire

joletaxi (#8),

Mais là c’est peut-être la technologie qui n’est pas adéquate ! 😉

13.  REDBARON 17 | 1/07/2009 @ 17:32 Répondre à ce commentaire

Problème de réception de Skifall… Suis-je le seul ? (erreur interne du serveur)

joletaxi (#9),

Pour une fois un article pas mal sur Agoravox à propos des lampes économiques qui soulève un problème qui revient de façon récurrente avec les solutions vertes,je veux parler de notre sempiternel cos phi

Mercure mon beau mercure…!!!
C’est tout juste maintenant, si on en croit les escrologistes, que l’on est envahi de mercure quand on allume une ampoule basse consommation…
Des millions de tubes fluorescent de par la planète… et pas un seul contaminé… mais avec les lampes BC (adaptation du tube fluo), c’est l’enfer qui nous guette…!!!

14.  REDBARON 17 | 1/07/2009 @ 17:32 Répondre à ce commentaire

Problème de réception de Skifall… Suis-je le seul ? (Erreur 500 erreur interne du serveur)

joletaxi (#9),

Pour une fois un article pas mal sur Agoravox à propos des lampes économiques qui soulève un problème qui revient de façon récurrente avec les solutions vertes,je veux parler de notre sempiternel cos phi

Mercure mon beau mercure…!!!
C’est tout juste maintenant, si on en croit les escrologistes, que l’on est envahi de mercure quand on allume une ampoule basse consommation…
Des millions de tubes fluorescent de par la planète… et pas un seul contaminé… mais avec les lampes BC (adaptation du tube fluo), c’est l’enfer qui nous guette…!!!

15.  the fritz | 1/07/2009 @ 17:43 Répondre à ce commentaire

REDBARON 17 (#14),
Non pas du tout; après huit jours d’absence, j’ai cru que je sois confronté au même problème que certains vis à vis de pensée unique il y a un temps; il est vrai que les difficultés de connexion avec skifall sont de plus en plus nombreuses

16.  Araucan | 1/07/2009 @ 21:41 Répondre à ce commentaire

the fritz (#15),

Même problème dans la journée aussi…

17.  Araucan | 1/07/2009 @ 21:49 Répondre à ce commentaire

Araucan (#16),

Y’a du Yoyo dans les débits mais le site indique erreur 500 serveur….
http://www.grenouille.com/grap.....one=141370

18.  Charles II | 4/07/2009 @ 12:00 Répondre à ce commentaire

Le réchauffement climatique réduit la taille des moutons, si, si !

Ici

Par contre, ne soyez pas inquiet pour la c.nnerie, elle, elle ne rapetisse pas !

19.  joletaxi | 4/07/2009 @ 14:44 Répondre à ce commentaire

Une lecture intéressante
http://zerohedge.blogspot.com/.....major.html

Si vous aviez encore des doutes…

20.  Araucan | 5/07/2009 @ 22:49 Répondre à ce commentaire

Charles II (#18),

Cet article est un bon exemple de manip…
Chez les herbivores, quoi de plus surprenant, à ressource en herbe constante, si les populations augmentent, de vois diminuer la taille des jeunes de l’année ?
(c’est vrai chez bien d’autres herbivores, le chevreuil par exemple).
Si le temps se radoucit, il y a moins besoin de réserves pour survivre…

21.  Abitbol | 10/07/2009 @ 10:01 Répondre à ce commentaire

Un article intéressant dans les Echos : « L’écologie ne créé pas d’emplois » par un prof d »économie.
http://www.lesechos.fr/info/an.....plois-.htm

On s’en doutait, mais ça fait plaisir quand on le dit.

22.  Myke | 10/07/2009 @ 17:11 Répondre à ce commentaire

Abitbol (#21),
Les 700 000 emplois « détruits » de Rémy Prud’homme ne sont certainement pas plus exacts que les 600 000 emplois « créés » de Borloo. Mais le fond de cet article mérite une grande attention et renvoie une fois de plus à Frédéric Bastiat : « Tout en constatant la destination que l’Etat donne aux millions votés, ne négligez pas de constater aussi la destination que les contribuables auraient donné – et ne peuvent plus donner – à ces mêmes millions. Alors vous comprendrez qu’une entreprise publique est une médaille à deux revers. Sur l’un figure un ouvrier occupé, avec cette devise : ce qu’on voit ; sur l’autre, un ouvrier inoccupé, avec cette devise : ce qu’on ne voit pas« .
Deux remarques :
-Frédéric Bastiat écrit bien « votés » et non « volés », mais la langue lui brûle… (il utilise d’ailleurs le second terme dans un autre texte)
-« Entreprise publique », désigne ici simplement une action économique décidée par les pouvoirs publics. Mais le sens moderne pourrait aussi convenir.

23.  Araucan | 10/07/2009 @ 18:39 Répondre à ce commentaire

Abitbol (#21),

Merci, l’article va être posté…

Sorry, the comment form is closed at this time.