ClimateGate : de la crédibilité de la recherche climatique

( Les données des fichiers et en premier lieu, les courriels plus aisés à lire, donnent à réfléchir. Voici les réflexions de Judy Curry postées sur le site Climate Audit : elle vit le système de l'intérieur et trouve même du mérite à Gavin Schmidt ! Les aspects qu'elle soulève sont fondamentaux et constituent la base sur laquelle la communauté scientifique est en première ligne…)

Au passage, l'arborescence du fichier FOIA …ici.

• • • • •

Traduction du post de Steve McIntyre, du 22 Novembre, 2009 sur Climate Audit

Judy Curry a écrit ce qui suit :

Ayant été scotchée ces derniers jours dans la blogosphère par des posts sur le piratage du HADCRU (Haldley Center) et l'attention croissante qui y est accordée par les grands médias, je tiens à fournir une évaluation et une perspective «extérieure mais initiée". Mon point de vue est aussi celui d'une chercheuse sur le climat qui n'est pas directement impliquée dans l'un ou l'autre des controverses et des problèmes soulevés dans les emails HADCRU volés, mais comme un familier de ces recherches,  des controverses autour et de bon nombre de personnes qui envoyent des e-mails. Alors que la blogosphère a identifié de nombreux courriels qui indiquent de prétendues malversations, les éclaircissements en particulier de Gavin Schmidt ont été très utiles en fournissant des explications et le contexte approprié de ces e-mails. Toutefois, même si les e-mails piratés du HADCRU ont peu d'effet dans le contexte de malfaçon qui impacte les enregistrements de données climatiques, les dommages causés à la crédibilité auprès du public sur la recherche climatique sont susceptibles d'être significatifs. À mon avis, deux questions plus larges sont soulevées par ces e-mails qui altèrent cette crédibilité : le manque de transparence sur les données climatiques, et le «tribalisme» de certains groupes de la communauté de recherche sur le climat qui entravent l'examen par les pairs et le processus d'évaluation.
1. Transparence. Les données climatiques doit être publiquement disponibles et bien documentées. Cela inclut les métadonnées qui expliquent comment les données ont été traitées et manipulées, quelles hypothèses ont été faites dans le montage des ensembles de données, et quelles données ont été omises et pourquoi. Cela semble être une exigence évidente et simple, mais la nécessité d'une telle transparence n'a été exprimé que récemment quand le poids politique de ces données s'est accru. Le jeu de données climatiques de surface du HADCRU et l'ensemble des données paléoclimatiques utilsés dans les différentes analyses ayant mené aux courbes en crosse de hockey ("hockeystick") se démarquent par leur manque de transparence. Une grande partie des données paléoclimatiques et des métadonnées sont devenues disponibles seulement en raison de la pression publique exercée par Steve McIntyre. Ces jeux de données mis au point et développés il y a plusieurs décennies de cela et maintenant considérées comme des éléments essentiels des données climatiques, contiennent souvent des éléments dont les données brutes ou les métadonnées n'ont pas été conservées (ce qui semble être le cas avec le HADCRUT). Le jeu de données climatiques de surface du HADCRU requière une documentation publique qui détaille la période et le lieu des mesures des stations individuelles utilisées, les ajustements statistiques des données, les méthodes d'analyse de données pour alimenter la recherche, et quelles mesures ont été omises et pourquoi. Si ces données et les métadonnées sont pas disponibles, je pense que l'ensemble des données doit être retravaillé (probablement que les données brutes sont disponibles à partir des sources originales). Le jeu de données climatiques devraient être régulièrement retraitées dès lors que de nouvelles données deviennent disponibles et que les méthodes d'analyse s'améliorent. Un certain nombre d'aspects du climat de surface ont besoin d'être mieux compris. Par exemple, l'accroissement de la température de surface vers 1940 a besoin d'être ajusté, et je suis personnellement dubitative sur la façon dont cette période est traitée dans l'analyse HADCRUT. En résumé, compte tenu de l'importance politique croissante des données climatiques, des normes de transparence et de disponibilité toujours plus strictes doivent leur être appliquées ainsi qu'aux métadonnées. Ces normes doivent être claires, appliquées et respectées par les agences de financement nationales et les sociétés éditrices de revues scientifiques.
Hide the decline !
2. Les tribus du climat. La tribu est définie ici comme une identité forte qui distingue ses membres d'un autre groupe, qui se caractérise par une forte loyauté intra groupe et regardant les autres groupes qui diffèrent de la tribu comme inférieures. Dans le contexte de la recherche scientifique, les tribus diffèrent des groupes de collègues qui collaborent et s'associent sur une base professionnelle. En raison de la politisation de la science climatique, les tribus du climat (composées d'un petit nombre de chercheurs sur le climat) ont été créées en réponse à la machine politique à désinformer sur le climat, associée par exemple à ExxonMobil, CEI, Inhofe /Morano, etc… La réaction des tribus du climat à l'assaut politique a été de mettre en cercle les chariots et de pointer les canons à l'extérieur afin de discréditer la désinformation de ces groupes politisés. La motivation des scientifiques dans les tribus pro-RCA porte moins sur la politique que sur l'ego professionnel et l'intégrité scientifique de leurs recherches,qui ont été prises d'assaut pour des raisons non scientifiques (je suis sure qu'il existe des exceptions individuelles, mais c'est ma perception globale). J'ai été adoptée dans une "tribu" au cours de l'automne 2005, après la publication de l'article de Webster et all.  sur les ouragans et le réchauffement climatique.Mes collègues et moi furent totalement déconcertés et débordés par les attaques qui nous assaillirent et s'associer à une tribu où les autres étaient plus expérimentés et avertis sur la façon de répondre, fut très utile et un soulagement à cette époque.
Après m'être de plus en plus informée sur les politiques du changement climatique (à la fois externe et interne dans ce domaine), je me suis intéressée à certaines des tribus qui pointaient leurs armes en interne vers d'autres chercheurs sur le climat qui remettaient en question leurs recherches ou qui ne passaient pas divers tests de loyauté. J'ai même commencé à passer du temps sur Climate Audit et mes félicitations à Steve McIntyre public lorsque son site remporté le "Blog Award"  du meilleur site scientifique, not été accueillies par un email plutôt désagréable de l'un des membres de la tribu. Alors que la «guerre des ouragans" fait long feu en moins d'une année et que les scientifiques récupéraient des agressions extérieures et revenaient à la normale en argumentant scientifiquement avec leurs collègues, la "guerre de la crosse de hockey" a apparemment continué sans relâche. Avec la publication du 4e Rapport d'évaluation du GIEC, le prix Nobel de la Paix, et la législation de l'énergie au sommet de l'agenda législatif national, les «dissidents» sont devenus de plus en plus pertinents (la Conférence Heartland et NIPCC ne sont pas vraiment de bas niveau). Il est donc difficile de comprendre que quelques chercheurs sur le climat poursuivent de la tactique du cercle d chariots avec les armes pointées vers les chercheurs sceptiques en faisant apparemment de la rétention de données et d'autres informations pertinentes liées aux publications, en contrecarrant le processus d'examen par les pairs, et en gardant les papiers de rapports d'évaluation. Les scientifiques sont bien entendu humains, et des réponses affectives à court terme aux attaques et à l'adversité sont à prévoir, mais je suis particulièrement préoccupée par ce comportement apparemment systématique et continu de scientifiques qui détiennent des positions éditoriales, siègent à des conseils et des comitési mportants et participent à des rapports d'évaluation majeurs. Ce sont ces questions révèlées dans les courriels du HADCRU qui m'inquiètent le plus, et il semble difficile d'évacuer le nombre de courriels liés à la FOIA, à l'examen par les pairs, et au processus d'évaluation. J'espère sincèrement que ces courriels ne reflètent pas en réalité ce qu'ils montrent, et j'encourage Gavin Schmidt et al. de continuer à expliquer les e-mails individuels et les questions d'intérêt plus générales.
En résumé, le problème semble être que la stratégie du cercle de chariots mise au point par de petits groupes de chercheurs sur le climat en réponse à des attaques politiques contre leur science est maintenant utilisée contre d'autres chercheurs sur le climat et contre les blogs les plus techniques (par exemple Climate Audit, Lucia , etc…). Sur un tel sujet d'intérêt public avéré, les scientifiques ont besoin d'examiner attentivement les arguments sceptiques et soit de les réfuter,  soit d'apprendre par eux. Essayer de les supprimer ou essayer de discréditer le chercheur ou le blogueur sceptique, n'est pas une stratégie éthique et échouer à long terme. J'ai une certaine sympathie pour les préoccupations de Phil Jones de ne pas vouloir perdre le contrôle de son programme de recherche personnelle pour cause de perte de temps à répondre à toutes les requêtes et des demandes relatives à son ensemble de données, mais être largement financé par des fonds publics oblige plutôt fortement le HADCRU à y répondre. Le nombre de ces demandes serait considérablement réduit si toutes les données disponibles  et pertinentes ainsi que les métadonnées étaient accessibles au public, et si les demandes de Steve McIntyre avaient été honorées (je suppose que de nombreuses demandes sans objet réel ont été faites pour appuyer la demande de Steve McIntyre, et celles-ci disparaîtraient).
Le piratage du HADCRU renforce très nettement le poids de Climate Audit, WUWT, etc… Le plus simple pour le HADCRU et al. pour sortir Climate Audit et sa tribu du débat, c'est de rendre publiques toutes les données et métadonnées climatiques et de tout faire pour améliorer les jeux de données en fonction de tous les commentaires qui sont recus. Cela fait, ils  s'essouffleront rapidement et devenir hors de propos  . Les efforts actuels de Gavin Schmidt à RealClimate sont un pas dans la bonne direction pour accroître la transparence.
Mais la question de base reste la nécessité d'augmenter la crédibilité envers le public de la climatologie. Cela exige des données et des métadonnées disponibles publiquement, un processus rigoureux d'examen par les pairs, et de répondre aux arguments soulevés par les sceptiques. L'intégrité des responsables scientifiques (par exemple les administrateurs de grandes institutions de recherche, de comités de rédaction, de comités importants, et dans les évaluations) est particulièrement importante à cet égard. Le besoin de crédibilité auprès du public et de transparence a considérablement augmenté ces dernières années avec l'augmentation du poids politique de la recherche sur le climat. L'organisation de la recherche sur le climat n'est pas encore adaptée à cette évolution et nos institutions doivent avoir des stratégies pour y répondre.
_________________________
Voir aussi Hans von Storch :

I would assume that more interesting issues will be found in the files, and that a useful debate about the degree of politicization of climate science will emerge. A conclusion could be that the principle, according to which data must be made public, so that also adversaries may check the analysis, must be really enforced. Another conclusion could be that scientists like Mike Mann, Phil Jones and others should no longer participate in the peer-review process or assessment activities like IPCC.

J'espère que des sujets plus intéressant seront trouvés dans ces fichiers et qu'un débat utile sur le dégré de politisation de la climatologie émergera. Une conclusion pourrait être que le principe de rendre publiques les données soit réellement appliqué, afin de permettre aux contradicteurs de vérifier les analyses.Une autre conclusion serait que les scientifiques tels que Mann, phil Jones et autres ne devraient plus participer au processus de revue par les pairs ni aux activités d'évaluation du GIEC.

______________________________
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Luc Chartrand | 25/11/2009 @ 1:54 Répondre à ce commentaire

Mise à jour :

http://diberville2009.wordpres.....les-rechau

Petits mensonges de Phil Jones

Demandes d’enquêtes par des parlementaires aux États-Unis, au R-U,
aveu de refroidissement récent de la part d’un alarmiste.

L’article fondamental de Lindzen et Choi (2009) , video satirique « Hide the decline »

2.  Manu95 | 25/11/2009 @ 3:42 Répondre à ce commentaire

Luc Chartrand (#1),
Le lien est cassé/incomplet. S’il est trop long ou contient des caractères exotiques posant problème la solution est de passer par TinyUrl.com

3.  Luc Chartrand | 25/11/2009 @ 4:15 Répondre à ce commentaire

http://wp.me/pIvn9-k

Petits mensonges de Phil Jones

Demandes d’enquêtes par des parlementaires aux États-Unis, au R-U,
aveu de refroidissement récent de la part d’un alarmiste.

L’article fondamental de Lindzen et Choi (2009) , video satirique “Hide the decline”

4.  Dyblast | 25/11/2009 @ 8:11 Répondre à ce commentaire

FS
Tout simplement enorme … Futura science sont devenu des vrais integristes …
« On peut aussi espérer qu’il ne polluera pas le – vrai – débat scientifique sur la question du changement climatique. »
« Cette planète mérite un débat serein »
..dans le forum
« Futura Sciences se refuse à cautionner une manipulation frauduleuse. »
« Sur ces bases, toute discussion scientifique sérieuse est impossible et celle ci est donc immédiatement fermée. »

Donc globalement on peut avoir un débat mais on peut pas en avoir …

5.  Blanc Cassis | 25/11/2009 @ 8:29 Répondre à ce commentaire

Le réchauffement est pire que prévu jusque la :

http://bit.ly/6FkalG

Plus c’est gros, plus ça passe dans la presse qui ne fait que transcrire les informations alarmistes sans prendre la peine d’investiguer.

Il n’y aura rien à attendre de Sarkozy et Borloo puisqu’ils partent jouer les pompiers de la planète, l’un à Manaus puis Trinidad, l’autre en Chine.
Copenhague leur permet de se refaire la cerise.

6.  miniTAX | 25/11/2009 @ 8:48 Répondre à ce commentaire

Copenhague leur permet de se refaire la cerise.

Blanc Cassis (#5),
J’ai l’impression qu’ils vont surtout se prendre une grosse tarte.

7.  Daniel | 25/11/2009 @ 8:58 Répondre à ce commentaire

Hide The Decline – Climategate

http://www.minnesotansforglobalwarming.com/m4gw/

8.  Blanc Cassis | 25/11/2009 @ 11:38 Répondre à ce commentaire

C’est encore pire que ce qu’on pensait

http://bit.ly/6JTbFk

Ils vont bientôt nous expliquer que l’oxygène se raréfie au delà de 10 km d’altitude :

Achetez des actions Air Liquide 🙂

9.  Woody | 25/11/2009 @ 12:05 Répondre à ce commentaire

A lire :

« Les légions du climato-scepticisme » par Eric Mettout

10.  Edailnes | 25/11/2009 @ 12:26 Répondre à ce commentaire

Woody (#9), Et le pire, c’est qu’à les lire, être traité de négationniste, de révisionniste et de suppôts des lobbys n’a rien d’insultant ni d’agressif…

11.  Blanc Cassis | 25/11/2009 @ 12:28 Répondre à ce commentaire

@ Woody

« David Abiker m’a proposé de participer à Parlons Net, vendredi prochain. Il y invite Claude Allègre ou son alter ego, Vincent Courtillot, géologue comme son mentor et tout aussi persuadé de l’inanité des théories du réchauffement. J’hésite. Je crains le piège: je n’ai ni les compétences scientifiques, ni les capacités rhétoriques, ni la vocation à leur porter la contradiction. Et je n’ai pas plus envie de leur servir la soupe. Dilemme. »

Courageux mais pas téméraire le gaillard

Claude Allègre et Vincent Courtillot sont géologue donc incompétents pour qu’il participe au débat ?
Alors Eric Mettout, non scientifique, serait compétent car il est journaliste, oui pour faire du copier coller !!!

12.  Argus | 25/11/2009 @ 12:40 Répondre à ce commentaire

Si vous voulez rigoler un peu allez voir le dernier article pondu le 24 Nov sur le Blog du Figaro… Pas un mot sur le climategate et une courbe de température à hurler de rire ;

http://blog.lefigaro.fr/climat.....iques.html

Mais le plus marrant, comme toujours, ce sont les réactions des lecteurs nettement mieux informés que les « journalistes ».
Face à Internet, la presse a vraiment du souci à se faire.
On le savait mais là, le décalage est criant…

Ils veulent se suicider ou quoi ?

13.  Marot | 25/11/2009 @ 13:03 Répondre à ce commentaire

Argus (#12),
Extraordinaires lecteurs, quasi unanimes pour renvoyer l’auteur et son journal aux oubliettes avec une tone de CO2 au cou.

14.  rageous | 25/11/2009 @ 13:20 Répondre à ce commentaire

Blanc Cassis (#8),
http://www.copenhagendiagnosis.org/ (voir en PDF le résumé)
Question surenchères ça mollit pas!
Je guette la revue de presse de la tête au carré, emmission scientifique de rance inter, depuis lundi, et tjs rien… Pourtant la presse en parle et sa revue de presse n’est pas exclusive à la France, il bloque notre animateur du service public?

15.  NoWarm | 25/11/2009 @ 13:27 Répondre à ce commentaire

Heureusement que nous avons internet pour avoir de vraies infos !
Rien dans les journaux, rien à la radio… silence total !

Quand je pense qu’on plaignait les soviétiques de leur manque d’information !

16.  super.mouton | 25/11/2009 @ 13:30 Répondre à ce commentaire

Argus (#12), Ouahou, je suis super heureuse et impressionnée par la tonne de com’ de gens qui ont enfin ouvert les yeux! Faut que ça continue! Ah si Roro était là, il serait vert! loooooool

(j’aime bien aussi le commentaire du réchauffiste qui dit que les sceptiques disent des c**** (c’est vrai que le truc sur la masse CO2 et que CO2 n’est pas un GES u peu spe) et qui donne al gore le pire comme exemple (alors que tout le monde, et même les réchauffistes un peu sérieux qui ont lu le rapport aux décideurs(hum) savent que al gore dit des conneries, qu’ils « vulgarise » cette « science » pour les gens « idiots »

17.  super.mouton | 25/11/2009 @ 13:31 Répondre à ce commentaire

NoWarm (#15), et en ce moment c’est les chinois qui soit disant censurent tout (enfin ça je ne sais pas , puisque je ne sais rien sur la chine…)

18.  Marco33 | 25/11/2009 @ 13:54 Répondre à ce commentaire

NoWarm (#15),
Tout cela est certes inquiétant, mais perso je trouve cela plutôt intéressant : finalement quoi? Nous avons aujourd’hui la démonstration éclatante d’un système fort, bien verrouillé, qui sans avoir besoin d’une structure hiérarchique, s’auto-contrôle, s’auto-censure !
Pour nos médias et politiques, il s’agit de survie.
De toute façon quand la bulle éclatera, ils se retourneront avec force ( et certainement avec plus de virulences que celles qu’ils nous reprochent ) contre les « scientifiques » à l’origine du RCA.
Il suffit de se rappeler notre propre et lamentable histoire : ce sont les « résistants » de la 25ème heure qui étaient les plus virulents lors de l’épuration en 1944-45.
C’est aussi chez nous que l’on disait « qu’il vaut mieux avoir tord avec Sartre (communiste) que raison avec Aron » : on préfère le Verbe, même s’il dit les plus grosses conneries, à la réflexion et au pragmatisme qui font moins rêver….

Mais comme je l’ai déjà dit : gardez en mémoire les noms et écrits, car à ces girouettes, à ces spécialistes du retourne-veste, il faudra qu’ils rendent des comptes…..
Aux autres, ce qui néanmoins joueront sur l’incertitude (car même si nous avons raison, la climatologie reste et restera une science d’incertitudes), qui voudront se justifier par « de toute façon, cela ne peut faire que du bien à la Planète » : pas de cadeaux non plus !

Nous avons eu la chance de ne pas vivre dans un paradis socialiste, ils essaient de nous tirer vers un monde d’intégrisme vert.
Oui, c’est une guerre !

19.  douar | 25/11/2009 @ 14:15 Répondre à ce commentaire

rageous (#14),
Ben, sur France Inter, à 13 h 00, rien sur le hacking sauf une info; que pour les GES, « ce serait pire que prévu » selon Le Treut, climatologue auprès du GIEC. Si ce n’est pas du cherry picking ça…

20.  Araucan | 25/11/2009 @ 14:39 Répondre à ce commentaire

Marco33 (#18),

Nous avons aujourd’hui la démonstration éclatante d’un système fort, bien verrouillé, qui sans avoir besoin d’une structure hiérarchique, s’auto-contrôle, s’auto-censure !

Et censure les autres au passage, puisqu’ils détiennent les points clefs (sauf l’Internet !).

NoWarm (#15),

Le système actuel n’est pas soviétique, loin de là, ni même chinois ou coréen du nord.
Il n’en est pas moins pernicieux au regard de l’information des citoyens et des choix politiques à faire et à combattre…

21.  Araucan | 25/11/2009 @ 14:54 Répondre à ce commentaire

Argus (#12),

Réaction faite sur ce blog du Figaro.

22.  gorsky | 25/11/2009 @ 14:54 Répondre à ce commentaire

A propos d’information, lisez ou relisez « La connaissance inutile » de JF REVEL écrit en 1988 et vous serez très surpris sur l’évolution de la circulation de l’information aujourd’hui par rapport à il y a 20 ans …

23.  François | 25/11/2009 @ 15:09 Répondre à ce commentaire

Une modeste réflexion :
La façon  » naturelle  » pour réagir au climategate de tous les médias (français essentiellement) confondus est de s’accrocher à la seule mesure effectivement vérifiable et admise même par les sceptiques du RCA est que le taux de CO2 actuel est en augmentation constante de 1 à 2 ppmv par an depuis une 30éne d’année. Pour preuve le nbre d’articles depuis qq jours (comme par hasard) relatif au taux de co2 qui n’a jamais été aussi élevé dans l’atmosphère. Cette augmentation de CO2 peut d’ailleurs être commentée abondament pour s’avoir si elle est d’origine humaine ou non (autre débat).
Comme ce sont les émissions de CO2 que « Copenhague » vise à réduire et sans doute à taxer, cela suffit amplement comme porte de sortie et comme objectif.

Au global le soi-disant réchauffement qui en résulte permet de justifier la politique de réduction du CO2 auprès du public qui reste très attirés par les questions relative au temps qui fera « demain » et les aspects catastrophiques associés (inondations, etc…) même s’il y a bien sûr pour un public initié aucune corrélation évenementielle. Tous ça pour dire que les emails douteux concernant les courbes températures cela n’a pas bien d’importance au regard de l’objectif de réduction de CO2.
A copenhague il ne s’agira pas de convaincre le grand public mais les décideurs économiques pour lesquels le réchauffement est sans doute anecdotique (économie du green business à la clé).

Pour finir, je pense qu’au delà du réchauffement qui reste bien sûr à prouver, l’objectif des politiques et autres instances internationales est avant tout de mener des politiques de réduction de nos consommations d’énergies fossiles. Ce qui pour l’instant n’a pas vraiment été le cas : Aucun effet Kyoto visible lorsqu’on analyse la courbe de consommation d’énergie fossile mondiale.

24.  chria | 25/11/2009 @ 15:29 Répondre à ce commentaire

Argus (#12),
Ah la courbe qui ont mis c’est vraiment du foutage de gueule, « le bon tempo c’est plutôt 25 ans poursuivent les chercheurs », vraiment n’importe quoi, ils utilisent les mêmes ficelles qu’ils dénoncent… La honte.

25.  miniTAX | 25/11/2009 @ 15:35 Répondre à ce commentaire

Pour preuve le nbre d’articles depuis qq jours (comme par hasard) relatif au taux de co2 qui n’a jamais été aussi élevé dans l’atmosphère.

François (#23), bah oui, normal qu’ils ne parlent en ce moment que du taux de CO2 en hausse, et évitent soigneusement d’évoquer la température, qui est en baisse. Pour faire leur propagande, il leur suffit de ne raconter que la moitié de l’histoire qui les arrange. Ou dans le cas du ClimateGate, de ne rien raconter du tout.
Il y a un nom pour ça : le mensonge par omission.

26.  Marco33 | 25/11/2009 @ 15:36 Répondre à ce commentaire

Araucan (#20),
J’avais omis ce point qui est aussi important, néanmoins un bémol à votre remarque :
-le fait que l’on puisse tout de même émettre notre opinion dans les forums ou « réactions des lecteurs » associés aux articles publiés,
-l’existence d’internet qui permet notre existence.

Imaginez cette même situation sans internet : leur entreprise serait une réussite totale, car même avec le refroidissement, ils pourraient retourner les faits à leur avantage.

Finalement, internet est leur cauchemar…bientôt, ils « démontreront » une empreinte carbone criminelle de la part des sites sceptiques !!!

27.  miniTAX | 25/11/2009 @ 15:38 Répondre à ce commentaire

Finalement, internet est leur cauchemar…bientôt, ils “démontreront” une empreinte carbone criminelle de la part des sites sceptiques !!!

Marco33 (#26), dire qu’Al Gore s’est vanté d’avoir « inventé internet ». Il doit sûrement regretter.
Quelle somptueuse ironie !

28.  Luc Chartrand | 25/11/2009 @ 15:55 Répondre à ce commentaire

C’est ce que disent aussi les Minnesotains pour le réchauffement climatique …

http://minnesotansforglobalwar.....ernet.html

(Laissé un message sur la manip — erreurs des extrémités, etc. — sur le site du Figaro, on verra si sera publié)

29.  Araucan | 25/11/2009 @ 16:22 Répondre à ce commentaire

Marco33 (#26),

On vit dans un monde dangereux : les effets boomerang sont plus rapides et visibles ainsi que les effets pervers. : les intox y ont une durée de vie plus limitée …

Pour les courriers des lecteurs, il faut être abonné ou enregistré (sauf Le Figaro …. qui a pris ce risque et c’est tout à son honneur). plus modération souvent « idéologique » (sans préjudice des question de forme.

François (#23), miniTAX (#25),

L’augmentation du CO2 est une non nouvelle, c’est pour dire que c’est encore pire que l’an dernier ! Qui est à la source ? L’OMM, qui veut reprendre la main dans les questions climatiques et se positionner dans les discussions de Copenhague…

30.  Marco33 | 25/11/2009 @ 16:24 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#27),
Tiens, je ne le savais pas !
Qu’a-t-il fait d’autre?
Aidé Einstein à élaborer la théorie de la relativité?
Aidé Jésus Christ a marcher sur l’eau?

31.  JG2433 | 25/11/2009 @ 17:03 Répondre à ce commentaire

@Marco33 (18)
@gorsky (22)

J.F. Revel avait relaté ceci (je ne sais plus dans quel livre, paru vers 1990, il me semble).
Un intellectuel communiste dit : « Nous avions (sous Staline) raison de nous tromper ».

J.F. Revel répond : « Et nous, … tord d’avoir raison ».

Mais, là c’est de la politique, je m’écarte…

32.  l'autre pierre | 25/11/2009 @ 17:08 Répondre à ce commentaire

Aurcan il ont noté ta rembarque sur les copiés coller au Figaro
J’avais posté ceci
Apprendre à lire le Figaro
Source Wiki
« Bien que le contenu de la Pravda soit étroitement contrôlé par ses éditeurs, il n’est pas impossible de déceler la vérité dans le journal parmi les articles de désinformation et de propagande. De nombreux lecteurs deviennent experts dans l’art de deviner la vérité. La formulation des articles est un indice important pour comprendre le message. Les nouvelles les plus importantes sont souvent mentionnées brièvement et placées dans des rubriques obscures. Les pages du verso contiennent souvent des informations plus avérées que les pages du recto. À la place d’une mauvaise nouvelle en URSS, le journal parle d’une série de désastres similaires dans d’autres pays. »
la rédaction ne publie pas mon post, surement à cause du copier collé sur wikipédia

33.  yvesdemars | 25/11/2009 @ 17:19 Répondre à ce commentaire

Notons ce matin une peite évolution au Journal de 8h d’Europe 1.
Le journaliste relatant les efforts désespérés de notre Président et de son Ministre de l’Environnement pour que Copenhague ne soit pas un bide complet a fini en disant que « même si on n’est pas d’accord avec le RCA » (tiens tiens entrer dans cette catégorie n’est plus infâmant), les mesures proposées vont dans le bon sens ;;; »

Ils doivent sentir le vent du boulet et préparent une adaptation comme dt Allègre 🙂

Le seul journaliste qui a fait son boulot c’est Elkabbach qui a organisé le débat contradictoire sur LCP et réagi aux propos de C Duflot l’autre jour sur Europe1 (voir sur Alerte Environnement)

34.  chria | 25/11/2009 @ 18:39 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#33),
Je l’ai entendu et j’ai interprété cela comme étant une perche vers ce climategate, afin de bien montrer que copenhague ne sera pas un bide car cela dépasse finalement le cadre du RCA. Tout cela n’augure rien de bon, car savoir si l’homme est responsable ou non va passer en arrière plan. Une façon de contrer les arguments sceptiques, en les esquivant !

35.  Araucan | 25/11/2009 @ 23:18 Répondre à ce commentaire

l’autre pierre (#32),

Merci !

36.  Araucan | 28/11/2009 @ 1:22 Répondre à ce commentaire

De Mike Hulme de l’Université East Anglia

[Upcoming UN climate conference in Copenhagen] “is about raw politics, not about the politics of science. […] It is possible that climate science has become too partisan, too centralized. The tribalism that some of the leaked emails display is something more usually associated with social organization within primitive cultures; it is not attractive when we find it at work inside science. It is also possible that the institutional innovation that has been the I.P.C.C. has run its course. Yes, there will be an AR5 but for what purpose? The I.P.C.C. itself, through its structural tendency to politicize climate change science, has perhaps helped to foster a more authoritarian and exclusive form of knowledge production – just at a time when a globalizing and wired cosmopolitan culture is demanding of science something much more open and inclusive.

http://wattsupwiththat.com/200.....ts-course/

37.  Daniel | 28/11/2009 @ 8:32 Répondre à ce commentaire

Skewed science
Climate change, University of East Anglia, Phil Green
A French scientist’s temperature data show results different from the official climate science. Why was he stonewalled? Climate Research Unit emails detail efforts to deny access to global temperature data

By Phil Green

http://network.nationalpost.co.....ience.aspx

38.  Marot | 28/11/2009 @ 9:35 Répondre à ce commentaire

Sur la crédibilité et les distorsions partisanes.

Un posteur B.L. Manley poste dans Realclimate « The CRU hack: Context » le commentaire n° 855 suivant (un extrait)

I think a lot of posters and talking heads are totally missing the point here. The issue with CRU isn’t about science at all. It’s about the behavior of some of the most prominent and initiated individuals in the pro-anthropogenic camp… Most “ignorant” people can quickly see that the scientific process has indeed been totally corrupted by ideology and cannot be relied upon. If this were some junior researchers doing this that would be one thing. But no, this is total destruction of credibility by any measure.

Ce qui est clairement visé est la crédibilité de ces chefs de file et individus renommés et en aucun cas les observations ou les faits scientiquement établis.

Et voici la réponse creuse et hors sujet de Schmidt le galérien qui depuis neuf jours rame à contre courant :

[Response: What does this « total destruction » look like? Really. What in those emails convinces you that the glaciers are not melting, the CO2 is not increasing, the CO2 is not a greenhouse gas, that the stratosphere is not cooling or that Arctic sea ice is all hunky dory? – gavin]

Crédibilité des scientifiques ? ça ne m’intéresse pas, regardez les glaciers, le CO2, etc.

Comment peut-il se caricaturer lui-même ainsi ?

39.  Marot | 28/11/2009 @ 10:13 Répondre à ce commentaire

à noter également le culot du gars des chemins de fer Pachauri :

It is important for me to clarify that the I.P.C.C. as a body follows impartial, open and objective assessment of every aspect of climate change carried out with complete transparency.

http://dotearth.blogs.nytimes......ate-files/

Faux-cul ? vous avez dit faux-cul ?

It is important for me to clarify that the I.P.C.C. as a body follows partial, locked and distorted assessment of every aspect of climate change carried out with complete opacity.

40.  Lambda | 28/11/2009 @ 10:18 Répondre à ce commentaire

L’info a été reprise sur Motomag : http://www.motomag.com/Rechauf.....e-des.html

41.  anecdote | 28/11/2009 @ 16:05 Répondre à ce commentaire

Bonjour,
J’ai élaboré une synthèse dédiée au grand public :
http://www.pensee-unique.fr/pasteau.pdf
Je ne savais pas trop dans quel topic en parler alors je met le lien ici.
Encore merci à Jean Martin pour avoir vérifié ma synthèse et l’avoir hébergé sur son site.
Tous les commentaires sont les bienvenus.
Bon weekend.

42.  yvesdemars | 28/11/2009 @ 17:02 Répondre à ce commentaire

anecdote (#41),
excellent, très bonne synthèse

une remarque sur la diapo n°26: la phrase « la chaleur est importante pour le blé et la vigne si elle ne dure pas trop .. »

Je pense que c’est plutôt  » bénéfique » qu’il faudrait écrire

43.  Redbaron 17 | 28/11/2009 @ 17:21 Répondre à ce commentaire

J’ai lu sur le forum une comparaison intéressante entre la guerre d’Irak et le RCA…
Je la trouve très pertinente.
en fait…
Les USA et les Anglais avaient inventé :
« Les armes de destructions massives des Irakiens »

Le GIEC a fait mieux, il a inventé :
« La courbe de réchauffement massif. »
« Le gaz de réchauffement massif. »

Qui dit mieux… ???!!!!!!!!!

44.  Florent76 | 28/11/2009 @ 18:15 Répondre à ce commentaire

anecdote (#41), Brillante synthèse Anecdote !!!

Tous les journalistes devraient lire la diapo 49 qui est d’utilité publique pour se rappeler ce qu’est la vraie recherche scientifique (organigramme très clair) et comprendre la manipulation de masse qui prévaut depuis plus d’une décennie.

A diffuser d’urgence…

45.  brennec001 | 29/11/2009 @ 13:26 Répondre à ce commentaire

@redbaron17
sur pensée unique on trouve un lien vers un texte du professeur Rossi concernant une histoire des idées qui ont mené vers celle du réchauffement climatique. Difficile a cette lecture de ne pas faire un accès de parano et de ne pas sortir une théorie du complot mais il y est cité un indiscutable comploteur: Maurice Strong dont la carrière laisse pantois; Pour le reste il est intéressant de voir la filiation de nos modernes alarmistes avec Julian Huxley
http://www.pensee-unique.fr/Rossi1.pdf

46.  Araucan | 29/11/2009 @ 21:39 Répondre à ce commentaire

anecdote (#41),

Merci !
Je me l’imprime…

47.  the fritz | 29/11/2009 @ 22:18 Répondre à ce commentaire

Woody (#9),

Cela dit, a-t-on fait avancer le schmilblick en laissant ce tenant du climato-scepticisme( je précise V Courtillot) dérouler son discours sans pouvoir, faute des compétences nécessaires, lui porter la contradiction scientifique?

Mettout fait-il un aveu d’incompétence?

Sorry, the comment form is closed at this time.