Coup de blizzard sur le GIEC.

(Le GIEC, ayant chanté toutes ces années et tout ragaillardi, s'apprêtait à s'envoler vers la Scandinavie. Mais un pirate, fort illégal, entreprit de semer la zizanie en diffusant les secrets de ces grands esprits. Que n'avait-il pas fourni aux regards ébahis ? De la vilenie ! De la matière à déni ! Comme on nous le serinait à l'envi de ce coté-ci. Mais à force de buzz et de bruit, après un directeur démis, qui l'eut cru, voici l'affaire qui rebondit et s'amplifie : Pachauri, le président du GIEC s'en saisit !)
• • • • •
En passant, un début de liste sur le décryptage des codes :.

• • • • •

Les Nations unies vont mener leur propre enquête sur des courriers électroniques publiés sur Internet et qui, pour les sceptiques du rôle de l'activité humaine dans le changement climatique, suggèrent que des spécialistes de renom ont tenté de dissimuler des résultats contraires à leurs thèses, a annoncé un haut responsable onusien vendredi.

Aide contextuelle à la création de courbe de température.

L'université d'East Anglia, qui abrite l'Unité de recherche sur le climat (CRU) victime du détournement de courriels, a déjà ouvert une enquête. Des extraits de ces échanges entre des scientifiques de haut vol peuvent laisser penser qu'ils tentent de soustraire certains résultats à l'opinion publique, ce dont les climato-sceptiques se sont emparés pour crier au complot.

Rajendra Pachauri, président du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC), a déclaré vendredi à la BBC que l'ONU enquêterait "dans le détail" sur ces graves accusations. "Nous ne voulons en aucun cas cacher quoi que ce soit sous le tapis", a-t-il assuré.

Le directeur du CRU, Phil Jones, a quant à lui démissionné de ses fonctions en attendant les conclusions de l'enquête de l'Université.

 

AP (Source)

Merci à Luc et à son site très en pointe sur la question, pour la traduction de l'illustration.

 

• • • • •

Le MET Office va réexaminer les données météo sur 160 ans. Cela va prendre 3 ans. La base de données du MET Office est l'une des trois sources qui alimentent les travaux du GIEC. Le gouvernement anglais n'est toutefois pas très chaud, arguant que les sceptiques vont s'en emparer. A noter que le directeur vient d'écrire aux 188 autres agences météo pour leur demander la permission de publier les données brutes. Le MET Office se déclare confiant dans la méthode qu'il a élaboré mais en même temps, il espère mettre en place une méthode nouvelle et ouverte pour l'analyse de ces données ! (Source : TimesOnLine)

• • • • •

Et un petit poême de circonstance !

Le châtiment de la cuisson appliqué aux imposteurs

Chaque fois que les gens découvrent son mensonge,
Le châtiment lui vient, par la colère accru.
" Je suis cuit, je suis cuit ! " gémit-il comme en songe.

Le menteur n'est jamais cru.

Alphonse Allais

• • • • •

Un site sur Internet et les rumeurs …

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Blanc Cassis | 4/12/2009 @ 22:32 Répondre à ce commentaire

L’argent n’a pas l’odeur du pétrole

http://bit.ly/6FIxL3

2.  Blanc Cassis | 4/12/2009 @ 22:52 Répondre à ce commentaire

Le marketing de Copenhague :

http://bit.ly/5BsxnM

3.  Blanc Cassis | 5/12/2009 @ 6:58 Répondre à ce commentaire

Le MET va réexaminer 160 ans de données !!!

http://bit.ly/58NJ6d

et
Mr Gore said: “The correct policy response will include both of these powerful tools. But the degree of political difficulty associated with a carbon tax is a degree of difficulty much higher than the cap and trade approach.”

Bourse Carbone, ONU, Greenpeace &Co, même combat : étonnant, n’est ce pas ?

4.  joletaxi | 5/12/2009 @ 10:36 Répondre à ce commentaire

Je crois qu’il ne faut pas minimiser les répercussions de ce climate gate

Hier soir sur la très officielle BBC;
débat sur le RCA et le climate gate(le mot a été prononcé à de multiples reprises!!) entre un collaborateur du CRU, profil savant Mr. Tournesol,très calme ,si british, et Marc Morano, très sur de lui, limite condescendant et pitié pour les pauvres pêcheurs
Le « complice » du CRU expose sa « salade » habituelle » façon Benoit XVI qui récite les évangiles.M. Morano l’interrompt,et lui balance les arguments que l’on connaît,et l’interroge sur les requêtes des données.Notre savant lui répond » qu’il n’est pas au courant » de cette partie du dossier.M.Morano « l’étrille » de questions et là notre très british:

will You shut up.Invraisemblable!!!

Moi je vous dis,il n’y pas que le climat qui est déréglé…

5.  Araucan | 5/12/2009 @ 12:23 Répondre à ce commentaire

Blanc Cassis (#3),

Merci, j'ai remis la nouvelle dans l'entête !

joletaxi (#4),

Je crois qu’il ne faut pas minimiser les répercussions de ce climate gate

Certains l'ont fait au début mais l'ampleur que cela a pris aux USA (et certainement au RU aussi) ajouté au plantage du plan Climat australien fait que les politiques et dirigeants doivent mettre en place des pare-feux. Pour que l'ONU intervienne (sachant que c'est un machin compliqué où les décisions mettent du temps à sortir), c'est que les questions remontent (et pas seulement que des médias aux USA …).
Toujours est-il que l'effet est pour le moment sans précédent …
On verra la suite !

6.  Curieux | 5/12/2009 @ 13:37 Répondre à ce commentaire

joletaxi (#4),
Auriez-vous un lien sur la video BBC ?

7.  floyd | 5/12/2009 @ 15:30 Répondre à ce commentaire

Curieux (#6),

Je ne sais pas si joletaxi parlait de cette vidéo là, mais il y a eu un débat sur CNN avec Morano:

http://www.eyeblast.tv/public/.....GdaG8zDkkU

Autrement la BBC a parlé du ClimateGate et a fait un reportage sur les programmes informatiques volés:

http://news.bbc.co.uk/2/hi/pro.....395514.stm

8.  Curieux | 5/12/2009 @ 15:59 Répondre à ce commentaire

floyd (#7),
Le reportage sur le code « way below the standard of commercial software » est ravageur. Il est en plus brillamment (« surligné » 😉 ) ce qui permet à tout le monde comprendre aisément. Un modèle de journalisme à expédier d’urgence à nos bras cassés.

9.  Araucan | 5/12/2009 @ 16:23 Répondre à ce commentaire

Curieux (#8),

Il faut lire les commentaires sur WUWT : ce facteur fudge ne serait pas utilisé …

10.  Curieux | 5/12/2009 @ 16:46 Répondre à ce commentaire

Araucan (#9),

Il ne parle pas particulièrement de la matrice fudge mais de la programmation calamiteuse parfaitement « surlignée » en rouge à l’écran.

Sur le fudge factor, si j’ai bien compris, voilà le truc.
– Il crée une matrice en chargeant les données réelles,
– il crée (à la « main » !) une matrice de même dimension que celle des données réelles dont les valeurs sont choisis, plusieurs fois « 0 » puis des valeurs croissantes sauf la dernière. il ajoute un multiplicateur à la série qui, à mon sens, doit permettre d’ajuster facilement la courbe finale,
– il interpole, respectivement valeur par valeur, les deux matrices pour créer une troisième matrice qui elle sera imprimé et contiendra les nouvelles valeurs nécessaires.

A mon avis la finesse du procédé c’est de permettre d’avoir une courbe qui paraît naturelle parce qu’elle est « piloté » par la série originelle qui est naturelle.

11.  Araucan | 5/12/2009 @ 17:11 Répondre à ce commentaire

Curieux (#10),

C’est aussi ce que j’ai compris : cela semble mis parce que la courbe initiale ne donne pas le résultat qui va bien (cernes d’arbres) mais à vérifier sur les données correspondantes …. !

Sur les programmes non documentés, ce n’est pas nouveau en soi mais c’est mieux !
Les scientifiques ne sont pas des développeurs : ils trouvent quelque chose, par exemple comment détecter telle bactérie, ensuite il faut au moins autant de travail pour mettre au point le test commercial ou homologué fiable … ce n’est pas le même monde.
Idem pour les stats : il devrait y avoir un statisticien dans chaque labo … ce serait mieux, mais les statisticiens sont dans des labos de statistiques !

12.  floyd | 5/12/2009 @ 17:31 Répondre à ce commentaire

Curieux (#6),

Voici la vidéo dont parlait Joeletaxi avec Morano qui se fait insulté:

http://www.youtube.com/watch?v.....r_embedded

13.  plombier | 5/12/2009 @ 20:11 Répondre à ce commentaire

Aujourd’hui vague de froid sur les Etats-Unis. Neige sur Houston et dans le nord du Mexique (+ vidéo)

http://www.meteo-world.com/news/index-2840.php

14.  NoWarm | 5/12/2009 @ 20:46 Répondre à ce commentaire

L’ONU qui va enquêter sur le GIEC ?

Ben autant dire que le poisson va vite être noyé !

Non ! il faut que ce soit des experts scientifiques et informaticiens totalement indépendants qui fassent ce travail.

15.  pecqror | 5/12/2009 @ 23:08 Répondre à ce commentaire

NoWarm (#14), plutôt le GIEC va enquêter sur le CRU.. Le poisson ne risque rien, il peut nager tranquillement..

16.  Curieux | 5/12/2009 @ 23:23 Répondre à ce commentaire

floyd (#12),
Merci !

17.  pecqror | 6/12/2009 @ 0:06 Répondre à ce commentaire

floyd (#12), Insulté!! il ne faut pas exagéré, quand je vois Jouzel, j’ai aussi envie de lui dire la ferme…

18.  floyd | 6/12/2009 @ 0:23 Répondre à ce commentaire

pecqror (#17),

Il se fait traiter de trou du cul! Si c’est pas insulté ça, je sais pas ce qu’il faut! 😀

19.  floyd | 6/12/2009 @ 0:27 Répondre à ce commentaire

pecqror (#17),

Regardez la fin de la vidéo à 2:00, le prof Watson, celui qui a un balais dans le cul, traite Morano de ‘What an asshole!’

20.  Araucan | 6/12/2009 @ 0:49 Répondre à ce commentaire

Dans un article du National post
http://network.nationalpost.co.....z0Y6KcQceK

Avec la méthode de calcul !

Courtillot and his colleagues were forced to turn to other sources of temperature measurements. They found 44 European weather stations that had long series of daily minimum temperatures that covered most of the 20th century, with few or no gaps. They removed annual seasonal trends for each series with a three-year running average of daily minimum temperatures. Finally they averaged all the European series for each day of the 20th century.

CRU, in contrast, calculates average temperatures by month — rather than daily — over individual grid boxes on the Earth’s surface that are 5 degrees of latitude by 5 degrees of longitude, from 1850 to the present. First it makes hundreds of adjustments to the raw data, which sometimes require educated guesses, to try to correct for such things as changes in the type and location of thermometers. It also combines air temperatures and water temperatures from the sea. It uses fancy statistical techniques to fill in gaps of missing data in grid boxes with few or no temperature measurements. CRU then adjusts the averages to show changes in temperature since 1961-1990.

Read more: http://network.nationalpost.co.....z0YrSRPZY3

http://network.nationalpost.co.....z0Y6KcQceK

Voici les courbes de Courtillot ! A toutes fins utiles !

21.  Woody | 6/12/2009 @ 20:01 Répondre à ce commentaire

Un billet intéressant sur le blog Energies nouvelles :

Et si le niveau des mers venait globalement et de façon passagère à baisser ?

Par Raymond Bonnaterre

L’énergie du forçage climatique correspondant à l’accroissement de la fraction d’irradiance solaire absorbée par notre planète se retrouve essentiellement dans les océans. Ce surcroît d’énergie captée à un instant donné est le produit de l’irradiance solaire, éminemment variable, par la fraction supplémentaire absorbée qui est une fonction croissante dans le temps, en relation avec la variation de la teneur en GHG dans l’atmosphère par rapport à celle de 1850. Il est donc possible de prévoir que durant un espace de temps relativement bref de l’ordre de quelques années il sera possible d’observer successivement soit une synergie entre les deux phénomènes, durant laquelle l’irradiance solaire croît en même temps que le forçage, soit à une neutralisation réciproque durant laquelle l’irradiance solaire décroît tandis que l’absorption par les GHG continue sa progression inexorable, au rythme des rejets anthropiques. Le forçage climatique correspond à la superposition de deux effets majeurs, l’un variable, l’irradiance solaire, avec des périodicités décennales, ou sur 60 ans ou sur des siècles (LIRE) et l’autre de forme quadratique, liée à l’accumulation des GHG dans l’atmosphère. De telles phases, de façon amortie et retardée dans le temps, apparaissent dans l’étude du niveau moyen des mers. Les données publiées à ce jour sur les niveaux moyens des mers relevés par les satellites Topex jusqu’en 2002 puis par Jason 1 et 2 mettent en évidence de telles phases (FIG.I). Les relevés entre ceux de 1993 et les derniers publiés à mi-2009 permettent clairement d’identifier deux phases: la première, en bleu sur le graphique, allant jusqu’en 2003 montrant une progression quadratique de ces niveaux, la deuxième depuis cette date, en rouge, qui présente un net amortissement des phénomènes.

Lire la suite

22.  Florent76 | 6/12/2009 @ 20:57 Répondre à ce commentaire

Coup de blizzard sur le GIEC… et si le titre de ce topic correspondait à un fait avéré ?

Ca serait plutôt drôle, mais le fait est que météorologiquement, un grand coup de neige et de froid fait partie des états accessibles de l’atmosphère pour finir ce sommet !

De quoi refroidir les ardeurs des militants verts qui me font franchement pitié car ils ne savent pas combien leur cause est dévoyée et que derrière cette mascarade se joue des tranferts de milliard d’euros par an pour financer une compensation carbone qui dédouane ceux qui payent de remettre en cause le moins du monde leurs rejets polluants… Mieux on créé un agro-business vert encore plus destructeur pour l’environnement quand on voit les immondes mixtures inventées pour servir de carburant de rechange et les ressources végétales qu’il faut pour les produire.

Ils veulent des résultats de Copenhague : les riches décideurs vont leur en donner, mais ce ne seront pas ceux qu’ils croient !

23.  Araucan | 6/12/2009 @ 22:52 Répondre à ce commentaire

Woody (#21),

Deux remarques :
1) je croyais avoir entendu que l’irradiance solaire ne jouait pas sur le réchauffement constaté à la fin du 20ième siècle (dixit les pro-RCA), mais bon je vois que ça évolue
2) quand la mer monte, c’est la faute au RCA, quand elle baisse aussi …. et le RCA finit toujours par gagner ! 😉

Mais il y a des graphiques intéressants dans cet article, … et aussi des aspects intéressants à la lecture.

24.  Woody | 6/12/2009 @ 23:54 Répondre à ce commentaire

Les invités radio du lundi 7 décembre :

Sur France Inter, à 8h20: Nicolas Demorand recevra Vincent Courtillot, Jean-Louis Borloo et Jean-Pascal Van Ypersele dans la matinale.

25.  chria | 7/12/2009 @ 9:30 Répondre à ce commentaire

entre 10 et 11h un climatologue sceptique invité chez Bourdin à RMC. A noter qu’à la question « croyez-vous au réchauffement climatique » les auditeurs ont répondu non à 51%…

26.  floyd | 7/12/2009 @ 10:06 Répondre à ce commentaire

chria (#25),

Un autre signe d’espoir dans ce monde de fou : sur le site du Figaro, 53 % seulement des gens sont inquiétés par le changement climatique.

http://www.lefigaro.fr/actuali.....-t-il-.php

27.  chria | 7/12/2009 @ 10:29 Répondre à ce commentaire

Arghhh le climatologue sceptique c’est Le Treut !
Ils se foutent de nous !

28.  chria | 7/12/2009 @ 10:39 Répondre à ce commentaire

Bon Le Treut se place comme Huet c’est-à-dire à fond dans le Giec mais de manière raisonné, sans être catastrophiste et en mettant en avant qu’il existe d’autres problèmes urgents, comme Allègre.
Une nouvelle position qui vient peut-être des gesticulations violentes des écolos qui commencent à saouler tout le monde. EN même temps un moyen d’éviter le débat de fond.

29.  chria | 7/12/2009 @ 10:51 Répondre à ce commentaire

huet nous résume la bible, avec ce genre d’arguments qui me feront toujours halluciner :

Les températures moyennes se sont élevées d’environ 0,4°C depuis 1980 en moyenne annuelle planétaire. Cette évolution est perceptible pratiquemetn partout, mais surtout, la structure de cette élévation – plus sur les continents que les océans, plus la nuit que le jour, plus aux hautes latitudes nord – porte l’empreinte digitale de l’effet de serre. Aucun autre facteur climatique (Soleil, océans, glaces, courants océaniques) n’est compatible avec cette structure.

Je passe sur ces interprétations des incertitudes…

Ces incertitudes, malheureusement, ne font qu’agraver le problème… puisqu’elle retardent l’adaptation à un changement qui, lui, ne fait pas de doute : il est impossible que la machine climatique ne réagisse pas au coup de boutoir d’un effet de serre aussi renforcé, c’est le détail de sa réaction qui reste difficile à prévoir. Assimiler incertitude et « cela sera moins grave » est une erreur de raisonnement courante, mais rédhibitoire… comme le montre le problème du niveau marin

http://sciences.blogs.liberati.....limat.html

30.  Florent76 | 7/12/2009 @ 11:20 Répondre à ce commentaire

chria (#29),

Les températures moyennes se sont élevées d’environ 0,4°C depuis 1980 en moyenne annuelle planétaire. Cette évolution est perceptible pratiquemetn partout, mais surtout, la structure de cette élévation – plus sur les continents que les océans, plus la nuit que le jour, plus aux hautes latitudes nord – porte l’empreinte digitale de l’effet de serre. Aucun autre facteur climatique (Soleil, océans, glaces, courants océaniques) n’est compatible avec cette structure.

Qu’est-ce-que c’est que cette ânerie ? Sur la structure de cette élévation durant les années 1990, évidemment que les océans et les courants océaniques qui par leur inertie diminuent les écarts de températures et transportent la chaleur aux hautes latitudes joue un très grand rôle !

Quant au plus de réchauffement la nuit que le jour, j’y vois bien une empreinte anthropique, mais certainement pas celle du CO2. C’est l’effet d’îlot urbain sur des stations prise en compte par le GIEC qui sont très mal placées et sans s’assurer qu’elles soient très éloignées de toute surface artificialisée.

Voilà pour la structure du réchauffement… sachant que dans les années 2000 il ne se poursuit plus sauf si fait quelques « trick » pour ne considérer que des stations toujours plus urbaines… CQFD

31.  miniTAX | 7/12/2009 @ 11:43 Répondre à ce commentaire

Voilà pour la structure du réchauffement… sachant que dans les années 2000 il ne se poursuit plus sauf si fait quelques “trick” pour ne considérer que des stations toujours plus urbaines… CQFD

Florent76 (#30),
Le nombre de stations pour compiler la température dite globale est passé de 6000 à 2000 en 20 ans ! (cf la page du GISS).
Et dans la température dite globale du CRU, on ne trouve PAS UNE SEULE station rurale, pas une (Mont Aigoual, qui est une station de référence et on ne peut plus rurale, n’y est pas !).

Quant aux stations qui permettraient selon le magicien Huet de savoir que ça s’est réchauffé vite aux hautes latitudes, elles sont quasi inexistantes et celles par ex. du Groenland montrent TOUTES qu’il y faisait plus chaud dans les années 1940 : il y a même un billet écrit par Fred qui s’appelle ironiquement Réchauffement avec précédent du Groenland (pour la banquise arctique, bien sûr, il y a ZERO station)

C’est ça qui est à la base des convictions de l’empreinte humaine dans le RC selon Huet. Admirez l’artiste !

32.  Araucan | 7/12/2009 @ 12:25 Répondre à ce commentaire

chria (#29),

C’est quoi une empreinte digitale ? 😀

A noter que le Libé d’aujourd’hui reprend la citation de Mann sur les Terres platistes mais aussi fait deux pages (en fin de cahier) sur des sceptiques, Nikonov, Guillet, Roger Helmer, Leandro Janni (articles réservés aux lecteurs papier ou abonnés).

Par contre voici le début de l’éditorial :

Aujourd’hui, 56 journaux dans 44 pays font un geste sans précédent : parler d’une seule voix par le biais d’un éditorial commun. Nous le faisons parce que l’humanité se trouve confrontée à une situation d’extrême urgence.

A moins d’unir nos efforts pour prendre des mesures décisives, le changement climatique va ravager notre planète et, ce faisant, perturber fortement notre prospérité et notre sécurité. Les dangers sont devenus tangibles en une génération. Maintenant, les faits commencent à parler : sur les quatorze dernières années, onze ont été les plus chaudes jamais enregistrées, la calotte glaciaire de l’Arctique est en train de fondre et, l’an dernier, la flambée des prix du pétrole et des produits alimentaires a donné un avant-goût des terribles bouleversements à venir. Dans les revues scientifiques, la question n’est plus de savoir si l’homme en est le grand responsable, mais combien de temps il lui reste pour limiter les dégâts. Cependant, à ce jour, le monde a réagi avec mollesse et sans enthousiasme.

Le changement climatique résulte d’une action sur plusieurs siècles, il aura des conséquences qui dureront pour toujours, et nos chances de le maîtriser vont être déterminées dans les quatorze jours qui viennent. Nous demandons aux représentants des 192 pays réunis à Copenhague de ne pas hésiter, de ne pas se lancer dans des discussions, de ne pas se faire de reproches mutuels, mais de saisir la chance d’échapper au plus grand échec politique de l’époque moderne. Cela ne devrait pas être une lutte entre le monde riche et le monde pauvre, ou entre l’Est et l’Ouest. Le changement climatique nous concerne tous et doit être résolu par tous.

floyd (#26), 15000 votants et on peut continuer à voter …

33.  floyd | 7/12/2009 @ 12:28 Répondre à ce commentaire

Araucan (#32),

Fabuleuse, celle la:

Le changement climatique résulte d’une action sur plusieurs siècles, il aura des conséquences qui dureront pour toujours

Bon oui je ne vois pas ce qu’il y a d’extraordinaire, le climat a toujours changé et cela à toujours des conséquences! 😆 N’importe quoi! 😡

Sorry, the comment form is closed at this time.