De Stalingrad à Copenhague

(redirigé depuis Le Mythe climatique ; commentaires à faire ici, sur Skyfal)

Le président Pompidou, à qui l’on demandait un jour quel était son dossier le plus urgent à traiter, répondit : « c’est de lire La Gloire de l’Empire », cette fascinante uchronie de Jean d’Ormesson (Gallimard, 1971). Dans cette veine, alors que le Climategate et la conférence de Copenhague font rage, je pense qu’il est aujourd’hui urgent de regarder cette passionnante vidéo : « Le Mythe de la bonne guerre » de Jacques Pauwels. (Il n’est pas absolument nécessaire de l’avoir vue pour lire le présent billet, mais ne manquez pas de le faire dès que vous pourrez.) Le passage suivant (entre 42’ et 46’) a particulièrement retenu mon attention :

Le tournant de la guerre, c’était quand ? (…) Beaucoup de gens croient que [c’est lors du débarquement en Normandie, en juin 1944]. (…) Pas du tout ! Le tournant est auparavant. Stalingrad ? Même pas ! (…) C’est le 5 décembre 1941. (…) C’est [le jour de] la première contre-attaque soviétique devant Moscou. Ce jour-là, ont sait que ses généraux ont dit à Hitler : (…) « Vous allez perdre la guerre. » (…) Ce jour-là, Hitler a compris (…) qu’il allait perdre la guerre. Mais personne ne le savait. C’est pour ça que beaucoup de gens croient que c’est à Stalingrad, le tournant de la guerre. Non, parce qu’à Stalingrad, tout le monde savait que l’Allemagne allait perdre la guerre. Mais Hitler le savait déjà un an auparavant.

N’étant pas un spécialiste, je ne puis garantir que ces propos d’histoire militaire sont pertinents. Néanmoins, ils suggèrent une analogie avec le carbocentrisme que j’espère intéressante. (Et, comme les futurs lecteurs de mon ouvrage le découvriront, l’analogie est un mode de réflexion qui me semble utile, à la capitale condition près de garder à l’esprit qu’une analogie ne constitue pas un élément de preuve mais seulement une incitation à la réflexion.)

Parmi les sceptiques, beaucoup (dont moi) ont la certitude que le carbocentrisme va finir par s’effondrer, et que cet effondrement n’est somme toute qu’une question de temps. De mon point de vue, ces sceptiques sont dans la situation des responsables des États-majors des armées engagées dans la guerre fin 1941 selon ce que décrit Pauwels : tous connaissent l’issue à venir de la guerre, alors que le grand public, lui, l’ignore encore. Ce que le public continue à voir, ce sont les victoires de l’armée allemande ; l’inévitable retournement à venir ne peut être perçu que par ceux qui s’intéressent de près aux événements.
C’est à la bataille de Stalingrad (fin 1942), nous explique Pauwels, que tout le monde comprend, et non plus seulement les observateurs les plus attentifs. Dans cette perspective, Stalingrad n’est donc pas le « tipping point » de la guerre, mais seulement le moment où l’évidence, jusque là souterraine, apparaît au grand jour.
C’est en ce sens que le Climategate pourrait bien être comparable à Stalingrad. Il permet, enfin, au scepticisme climatique d’obtenir une large couverture médiatique (bien qu’à contrecœur de la part de certains médias), et laisse croire à une percée soudaine et inespérée. Mais la victoire du scepticisme s’est probablement dessinée beaucoup plus tôt : sans les assauts sceptiques de Steve McIntyre, Ross McKitrick, Patrick Michael, John Christy ou Richard Lindzen (entre autres), bien des mails du Climategate n’auraient pas existé. Et sans l’explication « anticipée » de McIntyre présentée dès 2005, qui aurait mis en doute les explications de Phil Jones sur le fameux « trick to hide the decline » ?

Copenhague n’a pas pu éviter le Climategate, dont il a été question dès le premier jour de la conférence. Ainsi, et sans présager des intentions initiales de celui (ou ceux), taupe ou pirate, qui a divulgué le fameux dossier, le Climategate est désormais une composante indissociable de Copenhague. La faiblesse apparente des avancées carbocentristes à cette conférence actuellement (16 décembre), et notamment la ligne prudente des Américains et les justifications préventives de la Chine si les négociations venaient à échouer… tout ça me laisse penser que la conférence va être un échec, par-delà les probables effets d’annonces auxquels il faut s’attendre au soir de la clôture, le 18 décembre.
C’est ainsi que ce jour-là, peut-être, tout le monde pourra savoir que le carbocentrisme a perdu. Même si les moins avertis des carbocentristes, eux, ne le sauront peut-être pas encore.

Benoît Rittaud.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
51.  Ben | 17/12/2009 @ 23:08 Répondre à ce commentaire

Rui G. Moura (#50), j’ai créé le mien il y a exactement 6 jours (et a migré sur Skyfal au bout de 5). Il s’agit en fait du site compagnon d’un livre à paraître, qui porte le même titre (voir ici pour une présentation).

52.  Araucan | 17/12/2009 @ 23:33 Répondre à ce commentaire

Traduction Google de l’interview de Molion sur le site de
Rui G. Moura (#50),

« Il n’ya pas de réchauffement planétaire»,
En tant que représentant de l’OMM en Amérique du Sud

Par Carlos Madero
UOL spécial de Science et Santé

Avec 40 ans d’expérience dans les études climatiques sur la planète, un météorologue à l’Université fédérale d’Alagoas, Luiz Carlos Molion présente au monde un discours inversé par rapport à celui prononcé par la plupart des climatologues.

Représentant des pays d’Amérique du Sud, la Commission de climatologie de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), Molion assure que les humains et leurs émissions dans l’atmosphère sont peu susceptibles de provoquer le réchauffement climatique. Il dit aussi qu’il a manipulé de nombreuses données sur la température des terres et assure : la Terre se refroidira dans les 22 prochaines années.

Dans un entretien avec UOL, Molion ricana interrogé sur un possible voyage à Copenhague, « perdre mon temps, dit-il, seuls le Brésil, parmi les pays émergents, l’accent est mis sur la conférence de l’ONU. Les revendications météorologue que le débat n’est plus à devenir scientifique et la politique économique, et que les puissances mondiales étaient impatients de stopper le progrès des pays en développement.

UOL: Bien que tous les pays discutent des moyens de réduire les gaz à effet de serre dans l’atmosphère pour limiter le réchauffement planétaire, vous dites que la terre se refroidit. Pourquoi?
Luiz Carlos Molion: Ces variations ne sont pas conjoncturels, mais ils sont répétitifs. La vérité est que ceux qui contrôlent le climat mondial n’est pas de CO2. Au contraire! Il s’agit d’une réponse. Ceci a été démontré par plusieurs expériences. Si ce n’est pas de CO2, contrôle le climat? Le soleil, qui est la source principale d’énergie pour l’ensemble du système climatique. Et il ya une période de 90 ans ou plus, elle passe du minimum au maximum d’activité. Records de l’activité solaire, le temps de Galileo montrent que, par exemple, le soleil était bas dans l’activité en 1820, à la fin du 19e et début 20e siècle. Maintenant, le soleil doit répéter ce pic, à travers les prochaines 22, 24 ans, avec une faible activité.

YouTube: Cela permettra de réduire la température de la Terre?
Molion: va diminuer le rayonnement qui arrive et qui aideront à réduire les températures globales. Mais il est un autre facteur interne qui permettra de réduire le climat de la planète, les océans et la grande quantité de chaleur emmagasinée en eux. Aujourd’hui, il ya des bouées qui sont capables de plonger à 2.000 mètres de profondeur et se déplacent avec les courants. Ils seront enregistrement de la température, la salinité et faire une sélection. Ces bouées indiquent que les océans sont la perte de chaleur. Comme ils constituent 71% de la superficie des terres, a bien évidemment un rôle important dans le climat terrestre. L’océan [] Pacifique représente 35% de la superficie, et il a signalé que le ventilateur fonctionne à partir de 1999, 2000. La dernière fois qu’il faisait froid dans la région tropicale a été entre 1947 et 1976. SO 30 ans est resté froid.

YouTube: Ce refroidissement sera répétée, puis, dans les années à venir?
Molion: A cette époque il y avait une réduction de la température, et il y avait la coïncidence de la seconde guerre mondiale, où la mondialisation a commencé pour de bon. Pour produire, les pays avaient à consommer plus de pétrole et de charbon, et les émissions de carbone se sont intensifiées. Mais depuis 30 ans il ya eu refroidissement et parlait dans une nouvelle ère glaciaire. Alors, par coïncidence, dans la mi-1976 l’océan était chaud et il ya eu un réchauffement des températures mondiales. Ici, alors certaines personnes – dont une partie a parlé de la nouvelle ère glaciaire – qui dit réchauffement se produisait et que l’homme est responsable.

YouTube: Vous dites que le Pacifique est refroidie, mais la température moyenne de la Terre sont plus élevés, selon la plupart des études présentées.
Molion: Dépend de la façon dont vous mesurez.

YouTube: Mesures à tort aujourd’hui?
Molion: Pas un problème pour mesurer, en soi, mais que les chaînes sont utilisées, malheureusement, avec un parti pris qui se réchauffe.

YouTube: Vous dites qu’il ya direction?
Molion: There are. Il ya six semaines, les hackers entré les ordinateurs d’East Anglia en Angleterre, qui est un bras directe du GIEC Groupe d’experts intergouvernemental [sur les changements climatiques], et ils sont tombés plus d’un milliers d’e-mails. Certains d’entre eux sont compromettantes. Manipulés d’une série qui, au lieu de témoigner d’un refroidissement, a montré un réchauffement.

YouTube: Pensez-vous garantir qu’il n’y est une manipulation?
Molion: Si vous ne souhaitez pas utiliser une si forte terme, disons qu’ils sont ajustés à montrer un réchauffement, qui n’est pas vrai.

YouTube: Si il ya tant de détails techniques, pourquoi ce débat sur le réchauffement climatique? Le gouvernement est conscient ou ils sont aussi trompé?
Molion: C’est la grande question. En fait, le réchauffement climatique n’est plus un sujet scientifique, bien que certains scientifiques à s’y engager. Il est devenu une plate-forme politique et économique. La façon dont je vois à réduire les émissions consiste à réduire la production d’électricité, qui est la base pour le développement partout dans le monde. Parce que il ya des pays qui ont leur siège sur le trottoir combustibles fossiles, il n’existe aucun moyen de diminuer la production d’électricité sans réduire la production.

YouTube: Cela refléterait plus les riches ou pauvres?
Molion: L’effet serait plus important pour les pays en développement, certainement. Les pays développés ont déjà une certaine stabilité et peut légèrement réduire, par exemple, l’amélioration de la consommation des appareils électriques. Mais la croissance démographique exigera une plus grande consommation. Si mon interprétation est correcte, les pays en dehors des tropiques subiront un refroidissement global. Et ils devront consommer davantage d’énergie pour ne pas mourir de froid. Et qui affecte tous les pays développés.

YouTube: Vous donc, nie toute influence de l’homme dans le changement de température de la Terre?
Molion: les flux physiques des océans, des poteaux, la végétation et les volcans ajouter jusqu’à 200 Gt , les émissions par an. L’incertitude que nous avons ce nombre est de 40 Gt jusqu’en ou le bas. L’homme vient de mettre 6 Gt, si les émissions de l’homme comptent pour 3%. Si cette conférence ne peut pas réduire les émissions de moitié, soit 3 Gt au milieu de 200 Gt? Il ne changera rien au climat.

YouTube: Préconisez-vous, alors, que le Brésil ne doit pas signer le nouveau protocole?
Molion: du bloc de quatre du groupe BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine), le Brésil est le seul qui accepte les choses, que « la queue » à ces questions. La Russie s’en fout, la Chine va signer pour l’apparence. Au Brésil, la plupart de nos émissions proviennent de la combustion, ce qui signifie la destruction des forêts. Espérons que cette conférence obtenir quelque chose de bon à réduire la destruction des forêts.

YouTube: Mais la réduction des émissions n’apporterait aucun bienfait pour l’humanité?
Molion: Le média met le CO2 comme un méchant, comme un polluant, et n’est pas. Il est le gaz de la vie. Il est prouvé que lorsque vous double de CO2, la production des plantes augmente. Je suis d’accord que les combustibles fossiles sont polluantes. Mais pas à cause de CO2, mais parce que d’autres constituants tels que le soufre, par exemple. Une fois libéré, il se combine avec l’humidité de l’air et se transforme en gouttelettes d’acide sulfurique et les gens en inhaler. Voici les problèmes pulmonaires.

YouTube: S’il n’y a pas de mécanismes pour mesurer la température moyenne de la Terre, comme vous avez la preuve que la température diminue?
Molion: Nous voyons le refroidissement, avec des hivers plus froids, les gelées fortes, et au début de la fin. Voyez ce qui s’est passé cette année au Canada. Ils ont planté en avril, comme toujours, et sur Juin 10, il faisait un froid sévère qui a tué tout et ils ont dû replanter. Mais ce fut la fin du printemps, début de l’été, et devrait être chaude. Brésil souffre la même chose. En 1947, la dernière fois que je suis passé par cette situation, la fréquence de gel était si grande, qui a pris fin avec la plantation de café au Parana.

YouTube: Qu’en est-il de la fonte des glaciers?
Molion: Cette déclaration est irréaliste. En effet, la fonte des glaces est flottant. Et il n’augmente pas le niveau des mers.

YouTube: Mais la mer ne progresse pas?
Molion: Non. Il ya une image faite par les explorateurs en Australie en 1841 d’une marque où était le niveau de la mer, et aujourd’hui il est au même niveau. Il ya des endroits où les progrès de mer et d’autres où il coups de pied, mais elle n’est pas liée à la température mondiale.

YouTube: Vous avez vu certains progrès avec le Protocole de Kyoto?
Molion: Néant. Entre 2002 et 2008, ont été conçus pour réduire les émissions de 5,2% et jusqu’à présent les émissions continuent d’augmenter. En Europe, il n’y avait pas de réduction. Turned discours de politiciens qui veulent être respectueux de l’environnement et au moment même de croire que le développement et les pays émergents contribuent au réchauffement. Je pense qu’en tant que néo-attitude colonialiste.

YouTube: Ce que la Convention de Copenhague serait utile pour discuter de l’environnement?
Molion: Certainement il y aurait des émissions. Carbone ne contrôle pas la météo. Ce qui pourrait être discutée serait la suivante: pour améliorer les conditions de prédire les événements majeurs comme les tempêtes, les ouragans, les sécheresses, et en essayant de générer des adaptations de l’homme à lui, que la production de plantes de s’adapter à la jungle du nord, une incidence plus faible d’eau. Et avec cela, réduire les inégalités sociales dans le monde.

YouTube: Sentez-vous une seule voix dans ce discours contre le réchauffement climatique?
Molion: Ici au Brésil il ya quelques-uns, et un nombre croissant de personnes contre le réchauffement climatique. Ce que je peux dire, c’est que je suis un pionnier. Un des problèmes est que quiconque n’est pas en faveur du réchauffement de la planète subir des représailles, leurs projets ont échoué et que leurs articles ne sont pas acceptés pour publication. Ils [les gouvernements] causent un dommage à la nation, la société, et non pas ma personne.

Posté par Rui G. Moura

53.  MichelLN35 | 18/12/2009 @ 9:26 Répondre à ce commentaire

Araucan (#47),
Je me suis procuré un livre en français bien intéressant de Marcel Leroux, il s’agit de son cours de 2nd cycle/master Ecoles d’ingénieur, intitulé La dynamique du temps et du climat, publié en 1996 avec une deuxième édition en 2004 chez Dunod, coll. sciences sup. Il est malheureusement assez cher (50 Euros, si je me souviens bien, le prix n’est pas marqué) mais si plein de renseignements intéressants et il tord proprement le cou, dans la 2e édition, au RCA.

54.  scaletrans | 18/12/2009 @ 10:20 Répondre à ce commentaire

MichelLN35 (#53),

Son dernier livre : http://www.amazon.fr/Dynamic-A.....038;sr=1-3
est paru, mais il est un peu cher pour un petit retraité comme moi…
Ceci dit, c’était un grand bonhomme, et je l’admire beaucoup, bien que n’ayant pas eu la chance de le connaître personnellement.

55.  Araucan | 18/12/2009 @ 11:19 Répondre à ce commentaire

MichelLN35 (#53),

Merci, c’est très utile …

scaletrans (#54),
Rupture de stock !

56.  scaletrans | 18/12/2009 @ 15:13 Répondre à ce commentaire

Araucan (#55),

Rupture de stock !

Ha quand même ! C’est rassurant quelque part.

57.  Rui G. Moura | 18/12/2009 @ 18:06 Répondre à ce commentaire

Je crois qu’il est un annonce Amazon du bouquin. Le livre sortira seulement en Janvier ou Fevrier 2010. C’est la deuxième édition en Anglais du livre « La dynamique du temps et du climat » actualizé par Marcel. Le maítre a travaillié jusqu’à la dernière seconde de sa vie totalemente dédiée à la climatologie. Leroux a prier a sa famille pour publier son dernier livre. Je sais que les éditeurs français n’ont pas acepeter la publication en langue Française. Il serait la troisème édition du livre fondamental de Marcel Leroux. Voilà pourquoi il sera publié en Anglais. Le livre aura toutes les dernières conclusions de Marcel sur sa théorie des AMP (Anticyclone Mobile Polaire). Je crois qu’il sera superbe. [Excusez mois mon pauvre Français actuel]

58.  Nowarm | 18/12/2009 @ 18:26 Répondre à ce commentaire

A part ça, le débat est ouvert :

http://www.dailymotion.com/vid.....ur-le_news

Qui sont les négationnistes ?

59.  Araucan | 18/12/2009 @ 23:11 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#56),

Mais cela fait suer de ne pas l’avoir en français quand même …

60.  scaletrans | 19/12/2009 @ 11:20 Répondre à ce commentaire

Araucan (#59),

Ha si j’avais le temps !
Plus simplement, j’ai commencé à traduire la lettre ouverte de Monckton et Fielding…

61.  Ben | 19/12/2009 @ 11:31 Répondre à ce commentaire

Araucan (#59), peut-être faudrait-il chercher un éditeur pour une traduction française ? On pourrait se partager le travail de traduction.

62.  Abder | 19/12/2009 @ 12:12 Répondre à ce commentaire

Ben (#61),
Pas la peine de réinventer la roue, l’ouvrage « Dynamic Analysis of Weather and Climate: Atmospheric Circulation, Perturbations, Climatic Evolution » est une traduction intégrale de l’excellent ouvrage (que j’ai lu ça fait déjà des années, ce qui m’a permis de renforcer mes positions toujours sceptiques) écrit en français par Marcel Leroux « La dynamique du temps et du climat » signalé plus haut par 53. MichelLN35. Le livre sous la main, je viens de comparer la table des matières de la version anglaise.

63.  Winston S. | 19/12/2009 @ 13:19 Répondre à ce commentaire

Rien à voir avec le climat, mais je suis étonné, à propos de l’invasion de l’URSS par Hitler, qu’on continue en France à ne pas du tout connaître Vladimir Rezun, alias Victor Souvorov:

http://en.wikipedia.org/wiki/Viktor_Suvorov

Évidemment, il n’est pas traduit en Français. J’ai eu l’occasion de lire en italien le premier tome de son grand oeuvre, qui traite des questions purement militaires, stratégiques et technologiques de la question. Aux arguments de Souvorov sur ces points, je n’ai jamais trouvé de contre-argumentation convaincante.

La thèse de VS: en juin 41, l’Armée Rouge s’apprête à déferler sur l’Allemagne, puis sur l’Europe occidentale. Hitler le sait, et sait aussi qe c’est une folie d’attaquer l’URSS à ce moment, car la Reichwehr n’est pas préparée à une telle offensive (surtout pour l’hiver). Il décide quand même d’attaquer, car une position défensive face à l’AR serait intenable.

Avant de lire cette thèse, je n’avais jamais trouvé d’explication satisfaisante au fait qu’Hitler cesse l’attaque sur l’Angleterre, alors que celle-ci était sur le point de céder, pour attaquer soudainement l’URSS.

Thèse controversée, mais il est tout de même étonnant, vu la richesse d’information et de précision du livre de Souvorov (lui-même militaire de formation), qu’on fasse comme si elle n’existait pas.

64.  Winston S. | 19/12/2009 @ 13:22 Répondre à ce commentaire

« je n’avais jamais trouvé d’explication satisfaisante au fait qu’Hitler cesse l’attaque sur l’Angleterre »

Ou plutôt, le seul argument se résume à: Hitler était fou, impatient etc. Mais FBoizard me semble avoir remis les choses à leur place plus haut.

65.  Araucan | 19/12/2009 @ 13:23 Répondre à ce commentaire

Abder (#62),

L’édition 2004 est épuisée : donc c’est une réédition qui est nécessaire

Ben (#61),

C’est ce livre Global-Warming : Myth or Reality, qu’il faudrait traduire (énorme travail) mais on peut toujours voir comment faire…

66.  Ben | 19/12/2009 @ 13:43 Répondre à ce commentaire

Araucan (#65), oui, c’est à celui-là que je pensais, en fait. Il y aurait besoin d’un livre de référence, complet et en français, sur la question du RC. Celui-là est un candidat évident.

67.  Araucan | 19/12/2009 @ 14:06 Répondre à ce commentaire

Ben (#66),

Il faut contacter les ayant-droits d’un coté (famille et Jacques Comby) et d’autre part, vu la masse de travail, trouver des volontaires (traduction et relecture) et organiser le travail. Enfin trouver un éditeur …

68.  scaletrans | 19/12/2009 @ 14:28 Répondre à ce commentaire

Araucan (#67),

Le problème avec plusieurs traducteur étant d’assurer l’unité de l’ouvrage sur le plan stylistique comme scientifique et technique.

69.  Araucan | 19/12/2009 @ 14:32 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#68),

Je ne sous-estime pas le travail ni les difficultés, loin de là !

70.  Ben | 19/12/2009 @ 15:46 Répondre à ce commentaire

Araucan (#67), ça paraît une bonne procédure. Y a plus qu’à. Pour l’éditeur, le plus logique est de s’adresser à Springer (ils publient aussi des livres en français).

71.  Franck Boizard | 20/12/2009 @ 11:40 Répondre à ce commentaire

«Avant de lire cette thèse, je n’avais jamais trouvé d’explication satisfaisante au fait qu’Hitler cesse l’attaque sur l’Angleterre»

On peut avancer deux explications, sans faire appel à votre thèse :

> une militaire (domaine dans le quel Hitler n’était pas un crétin total). La Manche, bien qu’étroite, est difficile à traverser (à part Jules César deux fois et Guillaume une fois …). Sans détruire la Royal Navy, c’est impossible. Or, la destruction de la RN suppose la destruction préalable de la RAF, qui n’a pas eu lieu.

Le blocus pouvait donc sembler une option plus efficace.

> une idéologique : Hitler avait écrit dans Mein Kampf que l’espace vital de l’Allemagne était à l’est. Il ne faisait qu’appliquer le programme qu’il estimait le meilleur pour l’avenir de son pays.

Pour en revenir à notre sujet, la causalité unique de tous les malheurs (la juiverie mondiale pour les nazis, le grand capital pour les communistes, le CO2 pour les réchauffistes) est une constante des idéologies.

Elle procure à ses adeptes un immense confort psychologique (qui assure son succès) en réduisant l’incertitude du monde, qui est en réalité chaotique, incertain, inconnu, multi-causal.

On retrouve d’ailleurs dans le réchauffisme les traits des totalitarismes :

> causalité unique (voir plus haut)

> manichéisme et intolérance : tout ce qui n’est pas pour nous est contre nous. Il n’y a pas de loyaux adversaires. Il n’y a que nous et des ennemis du genre humain.

> goût du grandiose : les succès sont immenses et les échecs retentissants. Les conséquences du moindre geste sont forcément mondiales.

> utopisme et ferveur révolutionnaire : il s’agit ni plus ni moins que de créer un monde nouveau, de «sauver la planète» en rétablissant un paradis originel où tout ne serait que calme (mais pas luxe) et volupté.

> l’anti-humanisme : l’homme faillible, avec ses compromissions, ses consommations, ses envies, ses faiblesses, voilà l’ennemi. Vive l’homme vert nouveau, tout d’airain et d’inaltérable pureté écologique.

> une totale imperméabilité aux faits. Inutile d’insister, c’est l’objet de ce blog.

Ces traits sont profondément ancrés dans un certain type d’humains, ce qui explique le succès des totalitarismes.

Les choses ne sont pas arrangées par le fait que l’éducation moderne (parents + école) ne favorise pas la rigueur et l’autonomie et par conséquent tend à fabriquer d’éternels enfants maternés, particulièrement vulnérables aux séductions du douillet confort intellectuel que procurent les simplifications des totalitarismes.

Comme tous les totalitarismes, qui sont inadaptés à la vie mouvante, le réchauffisme s’écroulera.

La seule question qui compte aujourd’hui est : comment en limiter les dégâts avant l’écroulement ?

Pour ma part, je fais le pari, au pif, que le réchauffisme sera discrédité vers 2020 (les idéologies ont la vie longue, c’est une de leur propriété que les démentis de la réalité ont peu de prise sur elles).

72.  thierry_st_malo | 21/12/2009 @ 18:55 Répondre à ce commentaire

Franck Boizard (#71),
Je suis un petit peu plus optimiste ( ou pessimiste ) que vous. La fin du pétrole bon marché ( je n’ai pas dit la fin du pétrole tout court ) devrait forcer les amateurs de 4×4 Ushuaïa à redescendre sur terre avant 2020…
Ils veulent la décroissance ? Ils vont l’avoir, et je ne crois pas qu’elle leur plaira beaucoup plus qu’à moi 🙁

73.  Choucas | 22/12/2009 @ 0:06 Répondre à ce commentaire

thierry_st_malo (#72),

« Je suis un petit peu plus optimiste ( ou pessimiste ) que vous. La fin du pétrole bon marché… »

La fin du pétrole bon marché ? Pas si sûr…

http://www.agoravox.fr/spip.ph.....um=2340441

74.  floyd | 22/12/2009 @ 0:30 Répondre à ce commentaire

Choucas (#73),

La version électronique du livre ‘Le nouvel ordre du pétrole’:
http://rapidshare.com/files/32.....trole.djvu

Lecteur djvu:
http://windjview.sourceforge.net/

75.  thierry_st_malo | 22/12/2009 @ 9:16 Répondre à ce commentaire

Choucas (#73),
Une courbe beaucoup moins bidonnée que la « crosse de hockey »… Personnellement, elle me laisse rêveur.

http://www.wtrg.com/daily/crudeoilprice.html

76.  thierry_st_malo | 22/12/2009 @ 9:23 Répondre à ce commentaire

thierry_st_malo (#75),
J’oubliais, excusez-moi. Je ne mets absolument pas en cause l’existence des réserves prouvées, c’est le coût d’extraction qui m’intéresse. J’avais lu quelque chose sur le nouveau procédé Raytheon, mais on a parfois des surprises en passant à l’échele industrielle.

77.  Frédéric, admin skyfall | 22/12/2009 @ 17:17 Répondre à ce commentaire

thierry_st_malo (#76), juste une remarque, le coût d’extraction est dans la définition de « réserves prouvées », cf par ex. l’INSEE :

Les réserves prouvées sont les quantités d’hydrocarbures, de charbon qui, selon les informations géologiques et techniques disponibles, ont une forte probabilité (>90%) d’être récupérées dans le futur, à partir des gisements connus et dans les conditions technico-économiques existantes.

Le coûts moyen d’extraction actuel est inférieur à 10$/baril.

78.  thierry_st_malo | 22/12/2009 @ 18:27 Répondre à ce commentaire

Frédéric, admin skyfall (#77),
Je viens d’apprendre quelque chose 🙂

79.  Choucas | 22/12/2009 @ 23:18 Répondre à ce commentaire

floyd (#74),

Merci.

80.  Manu95 | 23/12/2009 @ 9:51 Répondre à ce commentaire

Le prix du pétrole

Le prétendu « pétrole cher »… Enlevez nos taxes et il ne reste rien. Savez-vous le prix du litre de gazole à la pompe en Egypte en novembre 2009 ? UNE livre égyptienne virgule 10. Soit environ 14 (quatorze) centimes d’euro le litre ! Nous le payons sept fois plus cher.

Communiqué sur un blog par quelqu’un qui revenait d’Égypte. Je n’ai malheureusement noté la référence.

81.  Manu95 | 23/12/2009 @ 10:23 Répondre à ce commentaire

Manu95 (#80),

D’après Google c’était dans les commentaires d’un article du Figaro. Mais l’auteur, un certain Harmas, ne donnait pas de référence.

Plus sûrs les prix actuels des carburants sur ce site :
http://gasoline-germany.com/in.....hangeto=EN
Pour le diesel en Égypte c’est actuellement 0.19 €/litre

82.  floyd | 23/12/2009 @ 10:34 Répondre à ce commentaire

Manu95 (#81),

De toute façon on sait très bien que le prix de l’essence est fortement taxé dans nos pays:
http://www.enerzine.com/10/450.....ance+.html

83.  Hacène | 23/12/2009 @ 17:01 Répondre à ce commentaire

Araucan (#67),
Sandrine Leroux nous avait expliqué ici même que la version française avait été refusée par Dunod qui ne souhaitait pas rééditer l’ouvrage, que son père disait être « up to date ». Je suppose que la version anglaise est une traduction de la version française. Inutile donc d’envisager une traduction longue et difficile, alors qu’il suffit de trouver un autre éditeur français et de lui proposer un bouquin clef en main (enfin, presque…).
Peut-être pourrait-on contacter Sandrine Leroux, plutôt un peu après les fêtes…

84.  Araucan | 25/12/2009 @ 16:04 Répondre à ce commentaire

Hacène (#83),

Joyeux Noël ! Je crois qu’il sera nécessaire de faire le point sur la situation à la rentrée …

85.  Hacène | 26/12/2009 @ 18:18 Répondre à ce commentaire

Araucan (#84),
En effet ! Masson était le premier éditeur, avant Dunod, faudra voir de ce côté-là. Quoi qu’il en soit, la première chose à faire sera de contacter Sandrine Leroux.
En attendant, bonnes fêtes…

86.  Sirius | 30/12/2009 @ 22:00 Répondre à ce commentaire

Désolé si j’arrive sur le tard. Cet article est excellent. L’analogie est pertinente. Pour Copenhague, il a visé en plein dans le mille (mon calendrier indique le 30 décembre). On peut espérer que la suite poursuivra la même tendance…

Sorry, the comment form is closed at this time.