Scoop : les éditoriaux qui nous attendent après l’échec de Copenhague

(redirigé depuis Le Mythe climatique ; commentaire à faire ici, sur Skyfal)

Maintenant (samedi 19 décembre, 00h15) que la conférence de Copenhague est terminée et que son échec est patent, voici quelques uns des éditoriaux à paraître, peut-être, dans les prochaines heures…

L’éditorial du docteur Coué :

Copenhague : un goût amer, mais des ambitions intactes
Bien sûr, la déception est là au lendemain d’une conférence à l’issue de laquelle les pays riches ont une nouvelle foi démontré que leur portefeuille compte davantage que la planète et l’avenir de nos enfants. Faut-il pourtant s’abandonner au pessimisme ? Loin de là. En réalité, l’issue immédiate de Copenhague n’est une surprise pour aucun observateur bien informé, car plusieurs facteurs conjoncturels étaient venus gâcher la fête. En particulier, Barack Obama, empêtré par l’action délétère des lobbys pétroliers et de son opposition néo-conservatrice, a dû temporairement revoir ses ambitions à la baisse pour la cause climatique dans son propre pays. Les hasards du calendrier électoral n’ont pas joué en faveur de Copenhague, mais le charisme du président américain, nouveau prix Nobel de la paix, reste intacte et, une fois ces élections passées, nul doute que le pays historiquement le plus pollueur de la planète saura prendre ses responsabilités, sous l’autorité d’un leader à l’honnêteté qui tranche avec celle de son prédécesseur honni. Les plaies ouvertes par ce dernier finiront par cicatriser mais, profondes, elles mettront un peu plus de temps que prévu.
D’autre part, tout le monde s’accorde à dire que Copenhague et sa mobilisation citoyenne sans précédent pourrait être un succès après coup, qui ne manquera pas de se renouveler et de peser lourd dans les prochaines réunions, notamment celle de Mexico. La bonne surprise pourrait fort bien venir de là, et les partisans du laisser-faire, les négationnistes climatiques et autres lobbys de l’industrie pétrolière auraient bien tort de se réjouir trop vite.

L’éditorial du docteur Tant Mieux :

Copenhague est mort ? Vive Copenhague !
James Hansen, l’un des principaux artisans de la prise de conscience de l’urgence climatique, souhaitait l’échec de la conférence de Copenhague. Un succès, expliquait-il, ne pouvait être qu’illusoire, car entaché de compromis. Or si le compromis est une nécessité démocratique, il ne peut être utilisé pour traiter de l’affaire du climat, car on ne négocie pas avec les lois de la physique et de l’effet de serre.
L’échec de Copenhague, c’est d’abord l’échec d’un système à bout de souffle : celui dans lequel l’élite dirigeante est seule habilitée à prendre les décisions. La capitale danoise a été le théâtre de cette grave rupture entre les citoyens et les dirigeants. Comme toujours, ces derniers pensent qu’ils seront toujours vainqueurs : vain espoir qui rappelle l’aveuglement de Louis XVI juste avant la Révolution. En convoquant les Etats Généraux en 1789, le roi pensait asseoir son autorité : il n’a fait qu’accélérer un processus alors déjà irréversible. De même, la conférence de Copenhague n’aura fait que structurer davantage les initiatives citoyennes en faveur d’une action forte pour lutter contre le réchauffement climatique. Incapables de prendre la mesure de l’exigence de l’opinion, les élites dirigeantes sont involontairement en train de passer la main aux défenseurs de l’environnement qui, par des actions directes et résolues, se montrent les plus en phase avec l’attente citoyenne. Cette impulsion nouvelle donnée aux actions des ONG, la prise de conscience écologique toujours plus profonde de l’opinion internationale, montrent que l’écologie, loin de n’intéresser qu’une élite urbaine, fait désormais partie du paysage politique de manière durable. L’exigence de l’opinion va se renforcer encore au gré des manifestations de plus en plus préoccupantes du dérèglement climatique, au point que, bientôt, les décideurs ne pourront plus se dérober. Et les efforts qu’ils devront consentir leur feront regretter le confortable compromis dilatoire qu’ils auraient pu se donner à Copenhague. En ce sens, donc, l’échec de la conférence est en effet une bonne nouvelle.

L’éditorial du Grand Inquisiteur :

Nos enfants nous accuseront
Si la Planète pouvait parler, elle nous condamnerait à mort. Mais elle n’aura pas besoin de le faire : l’humanité vient de tracer elle-même la route de son funeste destin. La courte vue de nos dirigeants, incapables de s’entendre à Copenhague malgré la pression unanime des scientifiques et des ONG, annonce un bien sombre avenir.
Ce matin, lorsque ma petite fille de sept ans est venue me réveiller, j’ai eu la gorge nouée en songeant au monde que nous lui préparons. Un monde fait de famines, de crises, de guerres, de tempêtes et de larmes. Tandis qu’elle s’émerveille devant la neige, le sapin de Noël et les décorations de la maison, aurai-je le cœur de lui dire que, dans quelques années tout au plus, elle ne pourra plus jamais jouer dans la neige, car celle-ci ne tombera plus ? qu’il n’y aura plus d’éclairage pour Noël ? que les sapins auront peut-être disparu ?
Depuis des années, les scientifiques les plus éminents se penchent sur la question du climat. Leur conclusion a été, et est toujours, sans appel : sans un effort à l’échelle mondiale, les températures vont augmenter de 6 degrés, avec le cortège de drames que cela implique. La cupidité des possédants, l’incurie des dirigeants, la complicité des médias, tout cela a contribué à la situation actuelle d’une humanité qui avance résolument vers le gouffre climatique. Il fallait voir ces mines hypocrites, ces Sarkozy, ces Merkel, faussement abattus par l’échec de la conférence de Copenhague, mais en réalité ravis d’être parvenus à vendre l’avenir du monde pour un plat de lentilles, qu’ils se partageront sans tarder avec les autres puissants de ce monde, tous ces affameurs, ces pollueurs et ces parasites de la Planète.
Lorsque nos enfants vivront ce que nous leur préparons, ils se retourneront vers cette tragique conférence de Copenhague. Ils auront le droit de nous demander des comptes. Et nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas.

Toute ressemblance avec les vrais éditoriaux à venir sera, bien sûr, la preuve d’un scandaleux plagiat de leur part…

Benoît Rittaud.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
201.  Volauvent | 15/01/2010 @ 14:11 Répondre à ce commentaire

Argus (#200),

Comme je l’ai écrit dans mon post 188, il y a parfois cynisme ET incompétence.

202.  Araucan | 15/01/2010 @ 23:54 Répondre à ce commentaire

Argus (#200),

Vous connaissez la différence entre un polytechnicien et un TGV ? 😉

203.  Araucan | 15/01/2010 @ 23:59 Répondre à ce commentaire

Argus (#200),

Par rapport à votre lien il faut citer ce qui est mis sur la page Web tout de même :

Au-delà des attentes suscitées tout au long de l’année 2009 par le sommet de Copenhague et des déceptions qu’elles ont engendrées, la conférence a conduit à deux résultats qui marqueront l’histoire de la lutte contre le changement climatique : l’implication forte dans la mise au point de l’accord de Copenhague non seulement des deux principaux émetteurs de gaz à effet de serre que sont la Chine et les États-Unis, mais aussi des pays émergents (Afrique du Sud, Inde, Brésil), ainsi que la main tendue aux pays en développement. Ainsi, dans un monde multipolaire de plus en plus complexe, les acteurs majeurs dans la lutte contre le changement climatique sont désormais associés à la coopération internationale. Le prix à payer pour l’intégration de ces nouveaux entrants a résidé à Copenhague dans « l’oubli » du Protocole de Kyoto : il appartient maintenant aux pays historiquement engagés dans la lutte contre le changement climatique de décliner l’accord de Copenhague mais aussi de le réconcilier avec les acquis du Protocole de Kyoto. Tel pourrait être le sens de l’engagement européen durant l’année 2010. Il serait sans nul doute soutenu par la société civile.

Quel gazouillis !

204.  Marco33 | 16/01/2010 @ 10:08 Répondre à ce commentaire

pecqror (#197),
Après écoute, et si on a en mémoire l’intervention de Courtillot face à Jouzel dans l’émission « C dans l’air » animée aussi par Yves Calvi, on s’aperçoit que ce dernier a été favorablement impressionné par V. Courtillot.
On ressent (ce n’est que mon avis) en plus un intérêt qui pourrait être favorable pour le scepticisme….Mais cela ne transparaît qu’à peine, car on sent encore une réticence à vouloir aller contre la religion actuelle.

205.  Argus | 16/01/2010 @ 12:53 Répondre à ce commentaire

@araucan 200 :
Non ? quelle est la différence ?

@volauvent #201
Je ne dis pas le contraire…

Mais je pense plutôt que nos décideurs se retrouvent dans une sorte de bulle virtuelle ou tout semble permis et où la rigueur perd son sens.

J’ai constaté de visu que certains miens collègues, autrefois fort raisonnables, semblaient perdre le sens du réel quand ils « montaient » au Ministère.
Ils échafaudaient des projets irréalisables et (heureusement) non réalisés. Vivaient dans une sorte de monde virtuel où seuls les discours comptent et d’où toute rationalité semblait effacée.

J’ai trouvé cela effrayant (et n’ai pas éprouvé de jalousie, Ben !. Au contraire). Cette sorte de délire que procure le pouvoir, où plus exactement l’illusion du pouvoir.

Certains ne s’en sont pas remis. D’autres, comme Courtillot, apparemment, oui. Sans doute sauvé par la science.
Allègre ? Je n’en suis pas sûr.

206.  Araucan | 16/01/2010 @ 13:02 Répondre à ce commentaire

Argus (#205),

Les TGV, eux, on sait les arrêter …

207.  Manu95 | 16/01/2010 @ 14:12 Répondre à ce commentaire

Je connaissais la variante: « Quand un train déraille, il s’arrête. Un politichien/officier supérieur/grand chef (barrer les mentions inutiles), lui, il continue »

208.  the fritz | 17/01/2010 @ 0:02 Répondre à ce commentaire

Argus (#200),
http://www.lematin.ch/flash-in.....s-baleines

Tsunamis et surdité des baleines c’est finalement la même chose: une histoire d’eau et de transmission des ondes

209.  Florent76 | 17/01/2010 @ 16:21 Répondre à ce commentaire

Quand on fait du catastrophisme climatique à tout va et que le star système s’en mêle, ça devient du grand n’importe quoi :

La catastrophe d’Haïti causée par l’échec du sommet de Copenhague – dit l’acteur Danny Glover

http://blogs.telegraph.co.uk/n.....ny-glover/

Soyez en sûr : Toutes les catastrophes qui vont arriver en 2010 vont avoir quelque chose à voir avec l’échec du sommet de Copenhague !!!

C’est pourtant une bénédiction : tout le fric qui n’a pas été alloué dans cette mascarade va pouvoir servir pour sauver les rescapés de ce terrible séisme.

210.  miniTAX | 17/01/2010 @ 18:05 Répondre à ce commentaire

Dans le même registre, le prêcheur taré Pat Robertson vient d’attribuer les malheurs des Haïtiens à leur pratique du vaudou qu’il considère comme un pacte avec le diable.
Le plus ironique dans l’histoire, c’est qu’Al Gore avait utilisé Robertson comme caution morale pour son climato-alarmisme en disant  » “How crazy can I be? Pat Robertson believes me!” (« Je ne suis pas fou, Pat Robertson me croit ») et avait même affiché un spot vidéo de soutien de Robertson de sa campagne tonitruante WeCanSolveIt.
Comble de l’ironissime, après la saillie peu ragoutante du télé-évangéliste, Al Gore s’est empressé de supprimer toute référence au fou de Dieu sur son site (référence qui reste encore dans le cache google mais pas pour longtemps).

Bref, c’est typique du manque de scrupule abject qu’on voit systématiquement chez les escrologistes ! Quand le passé dérange, ils le suppriment en espérant fait peau neuve avec de nouveaux mensonges, comme si leurs erreurs de jugement n’avaient jamais existé. Et ce sont les mêmes qui traitent les sceptiques de « négationnistes » et demandent aux humains de faire repentance de crimes écologiques imaginaires.
Jamais tort, jamais honteux.

211.  Marot | 17/01/2010 @ 20:21 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#210),
Merci miniTAX.

La vidéo est largement diffusée ailleurs
http://www.youtube.com/watch?v=PIQensOtIzA
http://www.splendad.com/ads/sh.....Al-And-Pat
etc.

Je comprends mal cette attitude d’enfant les doigts dans la confiture qui croit que supprimer une page le rendra innocent.

212.  Choucas | 17/01/2010 @ 22:22 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#210),

Jamais tort, jamais honteux.

C’est typique des psychopathes.

213.  Araucan | 19/01/2010 @ 0:50 Répondre à ce commentaire

Pour voir le niveau d’optimisme de la convention Climat dépêchez-vous d’aller sur son site, c’est mortifère à souhait !

http://unfccc.int/2860.php

Sorry, the comment form is closed at this time.