Popper vs. Festinger

(redirigé depuis Le Mythe climatique)

Une fois n’est pas coutume, ce billet s’intéresse à une contradiction collective des climato-sceptiques.

Côté pile, les sceptiques brandissent parfois le célébrissime « critère de scientificité de Popper » contre les carbocentristes. Rappelons à tout hasard que, selon Popper, une théorie mérite le qualificatif de « scientifique » si, et seulement si, il est possible d’imaginer une expérience susceptible de la mettre en défaut. Un exemple parmi d’autres de l’application du critère de Popper au carbocentrisme est cette citation tout à fait étonnante tirée du second rapport du GIEC (1995) :

L’augmentation des températures (…) va augmenter le risque de sécheresses et/ou d’inondations dans certaines régions et la possibilité que l’amplitude de ces phénomènes se réduise dans d’autres régions.

Sans jeu de mots, ça s’appelle ne pas se mouiller. Or précisément, « ne pas se mouiller » est un bon résumé du reproche de Popper aux pseudosciences : une théorie scientifique, elle, prend des risques en prévoyant l’apparition de tel phénomène plutôt que de tel autre. Une théorie capable de prévoir tout et son contraire, c’est-à-dire pour laquelle il n’est pas même possible d’imaginer comment on pourrait la mettre en défaut, ne peut pas être considérée comme scientifique. La citation du GIEC ci-dessus tombe clairement sous le coup de cette critique.

Côté face, certains sceptiques accusent les carbocentristes de « dissonance cognitive ». Forgée en 1954 par Leon Festinger, cette notion consiste à poser que, lorsque quelqu’un s’est fortement engagé dans une croyance qu’un événement vient frontalement contredire, le moyen psychologique le plus courant pour surmonter le choc consiste à se faire prosélyte, à « renflouer » la croyance en lui trouvant de nouveaux adeptes. Des sceptiques estiment que les carbocentristes souffrent de dissonance cognitive : d’une part les revers que le carbocentrisme subit (comme la stagnation de la température globale) sont effectivement autant de réfutations graves, d’autre part le discours carbocentriste appelant à l’éveil d’une « conscience climatique mondiale » relève bien du prosélytisme.

Sans être dénués d’intérêt, ces deux reproches ont le défaut de s’exclure mutuellement. En effet, si l’on reproche au carbocentrisme de ne pas pouvoir être réfuté (c’est-à-dire de violer le critère de scientificité de Popper), alors il n’est par définition pas possible d’espérer le mettre face à une irréductible contradiction, et les carbocentristes ne peuvent donc pas être taxés de dissonance cognitive. Celle-ci exige que « la croyance [soit] suffisamment spécifique et suffisamment en prise avec le monde réel pour que des événements puissent la réfuter de manière non équivoque » (« The belief must be sufficiently specific and sufficiently concerned with the real world so that events may unequivocally refute the belief. »), et qu’« une réfutation indéniable [se produise] et [doive] être reconnue par l’individu engagé dans la croyance » (« Such undeniable disconfirmatory evidence must occur and must be recognized by the individual holding the belief. »). Une telle définition rend impossible que la dissonance cognitive s’accompagne d’une violation du critère de Popper.

S’agissant du carbocentrisme, il me semble que, même si la dissonance cognitive et le critère de Popper peuvent ponctuellement constituer d’utiles éléments d’appréciation, aucun des deux n’est parfaitement adapté à la situation. Juger une théorie en construction à l’aune du critère de Popper est extrêmement réducteur : à peu près aucune théorie scientifique émergente ne peut jamais surmonter ce critère. Quant au prosélytisme carbocentriste, on ne peut guère le relier à une quelconque réfutation indéniable et reconnue comme telle, car le prosélytisme climatique a commencé il y a au moins vingt ans (1988 et la déposition de Hansen au Congrès américain est un point de repère majeur), c’est-à-dire bien avant les grands revers infligés au carbocentrisme depuis (la stagnation de la température globale, notamment). Tout au long de son ouvrage fondateur (When Prophecy Fails, écrit avec Henry Riecken et Stanley Schachter), Festinger insiste quant à lui sur l’importance d’une réfutation frontale de la croyance dans le processus de dissonance cognitive conduisant à un comportement prosélyte.

Aussi avons-nous affaire à quelque chose d’intellectuellement plus complexe que le discours astrologique ou celui d’une secte millénariste. Alors que le premier peut bien s’analyser avec Popper et le second avec Festinger, le discours carbocentriste, lui, relève d’une mosaïque qui échappe à l’un et l’autre de ces deux critères bruts. La richesse épistémologique du mythe climatique n’en est que plus grande.

Benoît Rittaud.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
51.  Argus | 16/01/2010 @ 20:12 Répondre à ce commentaire

@Araucan,
Je sais. On ne se refait pas !
Mais vous ne pensez tout de même pas que c’est notre philosophe Flipo qui conduisait ce camion ?

52.  abb | 16/01/2010 @ 20:55 Répondre à ce commentaire

Argus (#51),
Pas le permis…

53.  Araucan | 16/01/2010 @ 21:56 Répondre à ce commentaire

Argus (#51),

Non , ce n’est pas une erreur individuelle, c’est une erreur systém(at)ique : cela fait au moins 10 km que le camion fait ça !

54.  aladin | 17/01/2010 @ 14:14 Répondre à ce commentaire

Araucan (#53),

S’agit-il peut-être de Phil Jones et Michael Mann dans leur nouvel emploi ?

55.  aladin | 17/01/2010 @ 14:46 Répondre à ce commentaire

On m’apprend toutefois que l’orientation de la lame du chasse-neige est réglable et qu’il s’agit ici de repousser la neige d’un seul côté de la route ( logique, par exemple, à un intersection routière ).
Nous n’avons donc pas affaire ici à Jones ou à Mann mais bien à d’authentiques professionnels qui connaissent leur boulot.

56.  JG2433 | 17/01/2010 @ 15:34 Répondre à ce commentaire

aladin (#54),

b>Bob Dylan : « HIGHWAY 61 REVISITED » (1965)

« Ballad Of A Thin Man »

« La ballade d’un homme mince »

Because something is happening here
But you don’t know what it is
Do you, Mister Jones ?

Parce qu’il se passe quelque chose ici
Mais vous ne savez pas quoi
N’est-ce pas, Monsieur Jones ?

Mister Jones’, qui est-ce, finalement ?
Une personne coincée dans son milieu ?

57.  aladin | 17/01/2010 @ 17:20 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#56),

Personnellement, j’aurais plutôt choisi « I put a spell on you » de Screamin’Jay Hawkins pour illustrer le RCA. 🙂

58.  Araucan | 17/01/2010 @ 17:32 Répondre à ce commentaire

aladin (#55),

Donc si elle est réglable, pourquoi ne pas rejeter la neige sur le terre plein central plutôt que que sur la seconde bande de roulement (si c’est une autoroute) ou sur le bord si ce n’en est pas une ? (on voit bien la différence de la bande entre l’arrière et l’avant du chasse-neige …).
C’est l’Angleterre mais tout de même !

59.  miniTAX | 17/01/2010 @ 18:11 Répondre à ce commentaire

Araucan (#58), il n’y a PAS de terre plein central, juste une barrière et la voie inverse (à gauche pour la GB), non encore déneigée.
Vous ne devez pas croiser ou dépasser souvent une déneigeuse vous !

60.  aladin | 17/01/2010 @ 18:40 Répondre à ce commentaire

Araucan (#58),

pourquoi ne pas rejeter la neige sur le terre plein central plutôt que que sur la seconde bande de roulement

Parce qu’en observant la photo, on remarque que les panneaux de signalisation en haut à droite sont vu de l’arrière par rapport à l’angle de la prise de vue, elle-même prise probablement depuis une structure surplombant les voies. On remarque aussi que les voies ne semblent pas absolument parallèles mais paraissent s’éloigner progressivement l’une de l’autre en s’avançant vers l’observateur. L’ensemble laisse suggérer qu’il s’agit ici d’une sortie d’autoroute et que dans ce cas, si le chasse-neige avait rejeté la neige le l’autre côté, le tas formé par celui-ci aurait nécessairement coupé la route à l’intersection des deux voies.

61.  aladin | 17/01/2010 @ 18:42 Répondre à ce commentaire

Araucan (#58),

D’ailleurs, la preuve.

62.  brennec001 | 17/01/2010 @ 19:37 Répondre à ce commentaire

pas dans le fil. Le figaro tombe des nues:
http://www.lefigaro.fr/science.....oleil-.php

63.  Araucan | 17/01/2010 @ 20:41 Répondre à ce commentaire

aladin (#60),

miniTAX (#59),

Eh bien mettez vous d’accord ! 😉

64.  antoniosan | 17/01/2010 @ 23:57 Répondre à ce commentaire

Le David Berardan nouveau est aussi arrive!
L’auteur du blog « Chronique du Temps » fait l’article du bouquin de Hoggan et Littlemore « Climate Cover Up ». Hoggan possede une agence de communication et est le chairman de la Fondation Suzuki, groupe activiste ecologiste et Littlemore n’est qu’un journaleux ayant suivi le Gore Bootcamp a Montreal…
Ces specialistes du PR sont les contributeurs d’un blog detestable intitule « desmogblog » qui est une sorte de delation permanente, qui sur requete anonyme, recherche ce qu’ils peut trouver sur tout scientifique qui aurait l’outrecuidance de s’exprimer en doutant du rechauffement climatique… Bien sur les anglosaxons sont principalement vises mais notre David qui visiblement glande dans son labo a Orsay, ce qui lui laisse du temps pour faire l’important a Wikipedia sur des sujets qu’il ne maitrise pas et bloguer, y est alle de son ecot sur Courtillot et Allegre…
Le blog bien sur lie avec le Jean-Marc, Huet et la star du LMD qui se cache derriere ICE…
Ah la fine equipe!

65.  miniTAX | 18/01/2010 @ 0:23 Répondre à ce commentaire

« la star du LMD qui se cache derriere ICE »
———————–
antoniosan (#64),
Punaise, je l’ai oublié celui-là 😉
Pourquoi « star » ? Et comment tu sais qu’il est au LMD ?
Sur son blog, il semble avoir qq lueurs de lucidité de temps à autre, mais ces derniers temps, il est de plus en plus hystérique, à force de voir tout partir en sucette autour de lui.
Faudrait dans le futur penser à débarquer pour le calmer de temps à autre :mrgreen:

66.  antoniosan | 18/01/2010 @ 5:08 Répondre à ce commentaire

Plusieurs commentaires comme « les voisins de Jussieu » quand il embraye sur IPGP m’inclinent a penser qu’il enseigne au LMD… Et puis son arrogance aussi…

67.  mica | 18/01/2010 @ 9:14 Répondre à ce commentaire

LMD, IBGP, PR, ICE ????? traduction??

68.  mica | 18/01/2010 @ 9:16 Répondre à ce commentaire

antoniosan (#64),
lien vers le blog en question??

70.  miniTAX | 18/01/2010 @ 11:12 Répondre à ce commentaire

J’ai collé sur un billet de ce cher ICE ceci, au cas où mon post y est censuré (il ne censure pas d’habitude mais on sait jamais, le désespoir peut vous faire faire bcp de chose :mrgreen: )

ICE : « Globalement, les observations semblent pour l’instant être cohérentes avec l’intensité du feedback de la vapeur d’eau dans les modèles »
—————————–
Les simulations utilisées par Santer et al dans le graphique que vous montrez, pourquoi elles s’arrête en l’an 2000, ce qui fait qu’on a tronqué presque 1/3 de la période où la comparaison observation-modèles aurait pu se faire ?

Laissez moi deviner, on ne peut pas savoir parce que Santer refuse de divulguer ses données, jusqu’à ce qu’il ait été obligé de le faire par ses supérieurs (cf ses révélations dans les emails du climategate).
Bingo ! Et quand on voit ses données, on comprend pourquoi il n’a pas envie de les rendre public : erreur de 10°C dans l’archivage de la série du CNRM (ça va, l’honneur du LDM est sauf) qui fiche en l’air la moyenne, nombre de séries non représentatif après 2000 : climateaudit.org/2009/05/09/mannian-collation-by-santer/
Bref, un autre cas de « hide the decline » dont la bande du climategate s’est fait une spécialité.

Donc le semblant de cohérence entre observations et modèles dont vous parlez, pour l’instant, c’est du vent. Revenez quand TOUTES les données auront été comparées et quand vous montrerez que Douglass et al aura été réfuté correctement (càd sans que Santer ne triche comme un porc en tronquant les données après 1999 dans son hypothèse H2).

P.S. Voici ce qui se passe en coulisse pour la non divulgation des données par Santer pour Santer et al 2007, au cas où qq a encore le moindre doute sur le « hide the decline » par cet autre hideux « climatologue » du GIEC.
– landshape.org/public/FOIA/mail/1228249747.txt : Santer se plaint de se faire taper sur les doigts par ses supérieurs pour avoir refusé de divulguer ses données, en disant « j’en ai marre d’en prendre dans la gueule »… pour cacher ses données et usé de toutes les ruses possibles pour fuir le FOIA. Le monde à l’envers !
– landshape.org/public/FOIA/mail/1228330629.txt
un jour plus tard, Santer en rajoute, en disant à sa clique que si le management ne lui donne pas raison (pour ne pas divulguer ses données, warf, warfff), il « pense sérieusement à démissionner ». Les données avaient été finalement quand même mis en ligne par le PCMDI, le LLNL, contrairement au GISS ou le CRU a su rester digne de son rang et maintenir un minimum d’éthique scientifique. Santer, lui comme on peut s’y attendre avec les grandes gueules, n’a pas démissionné, le fromage est trop bon pour qu’il songe à lâcher le morceau.
Mais hé, c’est la « science » climatique.

71.  scaletrans | 18/01/2010 @ 12:27 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#70),

Il y est encore à 12 h 30. On parie sur la durée de « résilience » ? :mrgreen:

72.  Just1 | 18/01/2010 @ 12:45 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#70),

J’ai lu ton post sur ce site, avant de débarquer ici. Ca m’a bien fait rire.

Ca fait quelques semaines que je parcours ce blog, donc je ne sais pas comment ICE se comportait avant, mais ses récents billets sont ceux d’un réchauffiste convaincu, partant en lutte contre les sceptiques pervertissant la sainte réalité, avec certains arguments qu’on peut retrouver dans la bouche d’intervenants ignares sur (dés)infoclimat. Courtillot, skyfall et ses fidèles, pensée-unique, WUWT en prennent pour leurs grades. Seuls les posts d’HollyDays sont intéressants sur ce blog, même si sa conviction est clairement affichée.

ICE lit régulièrement les posts sur Skyfall, pour trouver matière à remplir ses billets. Vous pouvez donc le saluer, peut-être qu’il vous répondra. 😆

73.  Murps | 18/01/2010 @ 13:33 Répondre à ce commentaire

Franchement, c’est du Dallas tout ça ! :-O
On a franchement peine à croire qu’il s’agit d’une polémique scientifique.
D’ailleurs ça ne l’est probablement plus, scientifique…

74.  M. Fernand | 18/01/2010 @ 16:53 Répondre à ce commentaire

Certes la falsifiabilité est une caractéristique de tout modèle qui finit, à un moment où à un autre, par être expérimentalement contredit. C’est à ce moment que l’on change de modèle, voir la physique de Newton et la physique relativiste. A l’inverse, tout système purement formel a toujours « raison » et ne donne pas prise à l’expérimentation. Si l’on suit les modèles du GIEC, ils semblent logiquement consistants, mais ils sont purement formels, obéissant à des algorithmes (semble-t-il) peu en rapport avec les observations in situ. Sans doute est-ce leur principal défaut, qui conduit à leur faire sortir ce que l’on souhaite, pourvu que l’on bricole un peu l’input, et non ce que l’on obtient par les projection à partir de mesures réelles et fiables.
Mais à vrai dire, ce ne sont même pas les algorithmes qu’il faut incriminer : une règle de trois fonctionne toujours, même si l’on bricole les valeurs affectées aux variables ; le véritable problème est qu’une certaine pression d’ordre sociologique pesant sur la production de connaissances : on exige, en somme, que les résultats des calculs soient conformes à une idéologie. C’est là, je crois, le fond du « climategate ».

75.  Argus | 18/01/2010 @ 18:17 Répondre à ce commentaire

Un excellent ami (chercheur) me fait passer ceci, qui doit nous rappeler bien des choses :

Le physicien Leó Szilárd (du projet Manhattan entre autres) a imaginé, dans une nouvelle de science-fiction intitulée « La Fondation Mark Gable », que le besoin se fasse sentir de retarder le progrès scientifique. Avec beaucoup d’ironie et de mordant, il décrit la solution suivante (appelée aujourd’hui Agence Nationale de la Recherche) :

« Vous pourriez créer une fondation, dotée de trente millions de dollars par an. Les chercheurs impécunieux pourraient demander une subvention, à condition que leurs arguments soient convaincants. Organisez dix comités, composés chacun de douze savants, et donnez-leur pour tâche de transmettre ces demandes. Enlevez à leurs laboratoires les savants les plus actifs et nommez-les membres de ces comités. Prenez les plus grands savants du moment et faites-en des présidents aux honoraires de cinquante mille dollars par an. Fondez vingt prix de cent mille dollars à attribuer aux meilleures publications scientifiques de l’année. […] D’abord, les meilleurs savants seraient enlevés à leurs laboratoires, et passeraient leurs temps dans les comités à transmettre les demandes de subvention. Ensuite, les travailleurs scientifiques impécunieux s’appliqueraient à résoudre des problèmes fructueux qui leur permettraient presque certainement d’arriver à des résultats publiables. Il est possible que la production scientifique s’accroisse énormément pendant quelques années. Mais en ne recherchant que l’évident, la science serait bientôt tarie. Elle deviendrait quelque chose comme un jeu de société. Certains sujets seraient considérés comme intéressants, d’autres non. il y aurait des modes. Ceux qui suivraient la mode recevraient des subventions, les autres, non. Et ils apprendraient bien vite à suivre la mode. »

(Traduction de Nicolas Witkowski dans « Une histoire sentimentale des sciences », Le Seuil, collection Point-sciences, 2005.)

76.  Araucan | 18/01/2010 @ 21:16 Répondre à ce commentaire

Argus (#75),

Il manque juste les effets de réseaux et les aides européennes, sinon, ça colle !

77.  Araucan | 18/01/2010 @ 21:32 Répondre à ce commentaire

M. Fernand (#74),

Le problème n’est pas en soi de faire des modèles, le problème de ce que l’on fait de leurs résultats et comment on les confronte à la réalité.
Dans le cas du CC, on en a fait l’alpha et l’oméga de la climatologie : les modèles reconstruisent les données manquantes (cf le cas de l’Antarctique), les modèles nous prédisent notre avenir et les modèles ne se trompent pas.
Trois erreurs … fondamentales.

78.  Marot | 18/01/2010 @ 21:36 Répondre à ce commentaire

Araucan (#76), Aide européenne :

3 millions d’euros à Pachauri-TERI pour étudier les glaciers de l’Himalaya qui ne fondent pas et les conséquences désastreuses et gna gna gna…
eureferendum.blogspot.com/2009/12/high-noon-for-pachauri.html
et
http://www.eu-highnoon.org/

79.  Araucan | 18/01/2010 @ 22:15 Répondre à ce commentaire

Marot (#78),

Trouvé sur le site
« Higher temperatures on the earth’s surface at higher latitudes cause an increase in the emission of methane. Therefore higher temperatures are not just a consequence of climate change but also a cause of it, conclude climate researchers in an article published this week in Science.  »

Là cela devient vraiment trapu …
http://www.eu-highnoon.org/nl/.....vents.html

Sur les objectifs du projet

The HighNoon approach and objectives
The principal aim of the project is to assess the impact of Himalayan glaciers retreat (on ne sais pas) and possible (idem) changes of the Indian summer monsoon on the spatial and temporal distribution of water resources in Northern India and to provide recommendations for appropriate and efficient response strategies that strengthen the cause for adaptation to hydrological extreme events. on va faire des recommandations sur des phénomènes que l’on suppose mais que l’on n’a pas mesurés, très fort !

Objectives

* To integrate available climate- and hydrological data, and state-of-the art regional models (pas beaucoup de données manifestement au moins sur les glaciers …)
* To study the changes under various climate change scenarios and to analyse consequential impacts on water resources in particular on changes in snow and glacier melting and changed spatio-temporal monsoon patterns (sans les modèles pas de salut)
* To determine socioeconomic scenarios and reliable boundary conditions per physical or administrative unit for planning of adaptation measures (modèles suite aux modèles)
* To understand the current coping strategies in place covering both upstream, mid stream and downstream sites and investigate impacts on water quantity, water quality, socio economic aspects, and adaptive capacity (là cela devient bizarre : on va faire des scénarios mais on regarde les stratégies locales mises en place pour faire face à des scénarios non encore élaborés)
* To develop a stakeholder driven applicable and cross-sectoral plan of action for adaptation measures in the field of water supply, agriculture, energy and health (rien que cela)
* To estimate the cost effectiveness of the various measures proposed
* To understand the cross sector interaction of measures and their cross category impact on water quantity, water quality and socio economy, and adaptive capacity.(là je ne comprends plus ce que cela veut dire)

POur les participants voir là
http://www.eu-highnoon.org/nl/.....pants.html
Deux instituts indiens, au moins pas l’ONG TERI …

80.  mica | 18/01/2010 @ 22:33 Répondre à ce commentaire

personne n’a entendu les conneries de Dany Glover sur le séismes à Haîti, serait la conséquence de l’echec de Copenhague… et du réchauffement climatique!!!

81.  mica | 18/01/2010 @ 22:33 Répondre à ce commentaire


ddddd

82.  ardeche07 | 18/01/2010 @ 22:49 Répondre à ce commentaire

mica (#80),
Et oui, ils nous avaient déjà fait le coup sur TF1 lors du Tsunami.
Donc j’en conlu que si la terre ne s’était pas rechauffée de 0.7°C toutes les plaques tectoniques resteraient immobiles, mais a cause de ces 0.7°C les plaques se mettent à bouger ! Il est beau notre niveau scientifique au XXI siecle ! Et le pire c’est que les gens sont assez cons pour y croire.

Sorry, the comment form is closed at this time.