Les vertus de la pauvreté

• • • • •

Une comparaison d'empreintes carbones entre deux familles, nigérienne et américaine, ou de quoi vous dégoûter définitivement de la "sensibilisation" au changement climatique. Caricatural pour certains, tout ce qu'il y a de plus sérieux pour d'autres, comme ArteTV, producteur de la vidéo.

Lien: Empreintes carbone

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
51.  maurice | 20/04/2010 @ 19:58 Répondre à ce commentaire

joletaxi (#50),
Bonjour joletaxi

c’est carrément jouissif cette mise en cause du Met Office, j’ai bien peur néanmoins qu’à notre niveau franco-français ça ne rencontre pas l’écho espéré , c’est trop bien vérouillé (notre fameuuuuse exception culturelle, manière égocentrique et élégante de dire que nous vivons en autarcie et dans une éternelle auto-satisfaction)

Je l’ai expérimenté aujourd’hui même parmi mes collègues qui de toutes façons ne savaient même pas que c’est le Metoffice qui émettait ses recommandations auprès d’Eurocontrol, ni son rôle dans les prédictions rechauffistes…

52.  yvesdemars | 20/04/2010 @ 20:23 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#19),
oui lire florin Aftalion qui a fait un papier marrant là dessus

53.  Araucan | 20/04/2010 @ 20:45 Répondre à ce commentaire

En fin de vidéo, il est dit que si toute l’humanité vivait la famille nigériane présentée alors nous ne consommerions que 1 % des ressources de planète ? A noter que si c’était le cas, alors effectivement nous ne supporterions pas ce genre de propagande … car pas de télés ni d’avions / à noter que sans le progrès technique, il n’y aurait pas non plus autant de monde : pas de vaccins qui arrivent aussi en Afrique, pas de commerce de produits alimentaires sur de longues distances (d’où des famines en Europe comme ailleurs), épidémies. A noter aussi que nombre de pays reçoivent de l’argent de leur diaspora émigrée, ce qui facilite souvent la vie sur place et de l’aide au développement. Le monde dans lequel on vit est profondément inégalitaire et on peut discuter comment l’améliorer. Mais je doute que la notion d’empreinte écologique y aide beaucoup : c’est un instrument de propagande de WWF, qui vise à le faire adopter comme échelle de comparaison entre humains et de fait comme calcul d’un objectif à atteindre …
Pour le blabla complet voir là http://fr.wikipedia.org/wiki/E.....9cologique
Une critique de ce truc : http://www.stat.gouv.qc.ca/pub....._ecolo.pdf
« L’empreinte écologique traduit, en des termes évocateurs, les incidences environnementales des modes de consommation. Toutefois, l’interprétation des résultats de l’empreinte écologique doit tenir compte des limites conceptuelles et méthodologiques relevées dans ce rapport. L’utilisation de l’empreinte écologique comme indicateur de développement durable demeure controversée. D’ailleurs, les gouvernements qui l’ont adoptée comme indicateur sont peu nombreux. Le présent rapport est basé sur la méthodologie du GFN. Fondée sur des comptes protégés par une licence, cette méthodologie a été critiquée pour son manque de transparence (bien que la publication, en
2008, d’un guide méthodologique l’ait rendue plus claire). De plus, des études ont démontré que les résultats qui en sont issus sont sensibles vis-à-vis des variations des données et de la méthodologie.
La mesure de l’empreinte écologique par l’approche entrées-sorties, basée sur les tableaux du SCN, rend les calculs plus transparents et donne des résultats désagrégés par secteurs. Cette méthode pourrait donc être plus pertinente pour l’analyse de politique119. Il n’en demeure pas moins que l’objectif politique sous-jacent, soit la réduction de l’appropriation de la productivité biologique par les populations humaines, est peu utile à la prise de décision. De plus, la méthode de pondération de l’empreinte écologique est arbitraire par rapport à l’ordre de préférence social.
D’ailleurs, la mesure de l’empreinte écologique d’une région peut être interprétée de manière à suggérer une orientation vers l’autarcie.
Ainsi, en dépit de son utilité pour révéler les effets environnementaux des modes de consommation, l’empreinte écologique ne devrait pas servir à orienter la politique. Pour être pertinente comme indicateur de développement durable, la mesure de l’empreinte écologique devrait donc être considérée au sein d’un jeu d’indicateurs susceptible de couvrir l’ensemble des aspects dont le bien-être des sociétés dépend. Par ailleurs, bien que l’approche entrées-sorties
permette de lier la mesure de l’empreinte écologique à un cadre de mesure intégré au SCN, cette méthodologie n’a été appliquée, à notre connaissance, que dans la littérature scientifique. Une méthodologie standardisée basée sur l’approche entrées-sorties, qui autoriserait la comparabilité des résultats entre les territoires nationaux ou subnationaux, n’a pas encore été élaborée.
Enfin, même mesurée à l’aide de l’approche entrées-sorties, l’empreinte écologique n’est pas très liée à l’approche par capitaux, recommandée par le WGSSD pour le suivi du développement durable. Comme indicateur de développement durable, l’empreinte écologique demeure en marge, sur le plan méthodologique, de l’orientation que la communauté internationale privilégie
pour le suivi du développement durable. En conclusion, étant donné ses limites conceptuelles et méthodologiques, l’absence d’une méthodologie standardisée basée sur l’approche entrées-sorties et la faiblesse du lien avec l’approche par capitaux, l’empreinte écologique n’est pas jugée pertinente, en ce moment, comme indicateur de développement durable.  »

En résumé , un machin qui ne sert à rien sauf à exciter les journalistes …

Il est à noter que la concept a déjà diffusé dans des documents de conventions internationales : on le reverra certainement bientôt …
http://www.cbd.int/doc/meeting.....-10-fr.pdf

54.  maurice | 20/04/2010 @ 21:21 Répondre à ce commentaire

si toute l’humanité vivait la famille nigériane présentée qui diantre gaverait de modèles les mainframes du Met Office pour inventer à l’humanité un nouveau type d’apocalypse ?
qu’est ce qu’on s’ennuierait 🙁

mais pas pour longtemps, les fanatismes, superstitions et croyances obscures prendraient vite le relais, avec tous les nettoyages ethniques et religieux qui en découlent habituellement. C’est sur que tuer son prochain à coup de machette c’est plus « green » qu’avec des F16 , mais bon je suis pas sur qu’on pourrait parler de progrès

55.  Mizaël FAUCON | 20/04/2010 @ 21:50 Répondre à ce commentaire

Les éleveurs de porcs en Bretagne compensent carbone en produisant des algues vertes…

56.  plombier | 20/04/2010 @ 21:59 Répondre à ce commentaire

@ maurice
« si toute l’humanité vivait comme la famille nigériane  »

Le territoire du Niger est constitué à 80 % du Sahara et du Sahel. Seule une bande au sud du pays est verte. L’accès à l’eau est un problème pour une grande partie de la population, même si des châteaux d’eau arrivent petit à petit dans les villes.

Le désert progresse de 200 000 hectares chaque année. Les programmes gouvernementaux de reforestation se heurtent aux fréquentes sècheresses et à la demande croissante en bois et en terres agricoles. Depuis 1990, la forêt a perdu un tiers de sa surface et ne couvre plus qu’un pourcent du pays.

Certains animaux, comme les éléphants, les lions et les girafes, sont en danger de disparition en raison de la destruction de la forêt et du braconnage. Le dernier troupeau de girafes en liberté de toute l’Afrique de l’Ouest évolue dans les environs du village de Kouré, à 60 km de la capitale Niamey. D’autre part, une réserve portant le nom de « Parc du W » (à cause des sinuosités du fleuve Niger à cet endroit) se trouve sur le territoire de trois pays : le Niger, le Bénin et le Burkina Faso. Dans le fleuve Niger, les hippopotames sont protégés et se multiplient au point de devenir menaçants pour les populations locales. À la tombée de la nuit, il n’est pas rare qu’ils viennent saccager les cultures du bord du fleuve.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Niger#Environnement

57.  plombier | 20/04/2010 @ 22:12 Répondre à ce commentaire

oups , famille nigerienne pour le Niger ,nigériane c’est pour le Nigeria .

58.  plombier | 20/04/2010 @ 22:23 Répondre à ce commentaire

Le sud du Niger à nouveau confronté à de graves pénuries alimentaires

De Boureima HAMA (AFP) – Il y a 12 heures

http://www.google.com/hostedne.....haCodcqYEQ

59.  yvesdemars | 20/04/2010 @ 22:23 Répondre à ce commentaire

plombier (#57),
oui d’ailleurs le Nigeria est un important producteur de pétrole, mais contrairement à d’autres (venezual, Pays du Golfe) les populations n’ont pas l’air d’en bénéficier
et on n’y meurt pas que de faim et de manque d’hygiène, il y aussi la guérilla et les luttes tribales (cf les biafrais).
Si c’est le modèle Cochet, non merci

60.  maurice | 20/04/2010 @ 22:33 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#59),

oui mais on y meurt jeune, alors pour Cochet c’est tout bon, moins d’empreinte co2 (et ça résout aussi le problème de financement des retraites accessoirement)

61.  plombier | 20/04/2010 @ 22:36 Répondre à ce commentaire

yvesdemars

Nigeria corruption +la production quotidienne est tombée de 2,5 millions de barils en 2006 à 1,7 million mi mai 2009, en raison des sabotages oragnisés par les « militants » rebelles du Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger (MEND).

Niger rébellion touarègue ,pourtant les ressources naturelles du Niger sont l’or, le fer, le charbon, l’uranium et le pétrole.

62.  Antonio San | 20/04/2010 @ 22:53 Répondre à ce commentaire

Marot (#49),

Marot,

Si je puis me permettre cette comparaison, ce que Météo France reproche (toujours !) à Leroux c’est d’avoir expliqué le vol des oiseaux sans avoir construit un 747 pour le démontrer! Allègre dans son livre stigmatise parfaitement cette attitude pages 85, 131 et 132.

Quant aux calculs, l’opinion de Pierre Morel lors de sa conférence est remarquable.

Talagrand en réponse à Atlan, pontifiait que les modèles ne sont pas guidés par les observations et prétendait qu’ils étaient fondés sur les lois de la physique. Morel, ancien patron et fondateur du LMD s’inscrit en faux et explique que les modèles ne sont pas fondés sur les lois de la physique.

Morel reconnaît que les modèles sont essentiels et je dirais que Leroux démontre que les observations sont essentielles à toute modélisation. Pauvre Talagrand !

Cela veut dire qu’il y a du travail sur la planche et que la stagnation des modèles depuis une dizaine d’années constatée par Morel peut s’expliquer en partie par une carence intellectuelle, celle-là même dénoncée par Leroux et dont sa dénonciation ouverte lui a causé tant d’ennuis : crédits suspendus, étudiants discriminés et censure éditoriale en France. Ses deux derniers livres ont été publiés en anglais comme le signale si bien Bélouve!

Le lien que vous avez donné est certainement le meilleur point d’introduction car il n’est de meilleur pédagogue que Leroux lui-même, d’où l’attribution des Palmes Académiques.

Résumons :

Les Anticyclones Mobiles Polaires sont des descentes d’air froid d’origine polaire qui se propagent des pôles vers l’équateur sous forme de minces lentilles d’environ 1,5 kilomètre d’épaisseur et dont l’expansion contrôle les champs de pression et des vents en basses couches, leur diamètre pouvant atteindre 3 000 kilomètres et sur le flanc desquelles des dépressions cycloniques associées se développent. Leroux citant la confirmation de l’expérience FASTEX de 1997 identifiant le précurseur d’une tempête atlantique en basse couche et non en altitude comme le souhaitaient les pontes de MF, explique que les basses couches les plus denses, les plus riches en vapeur d’eau –près de 50% de la vapeur d’eau est concentrée entre 0 et 1 500 mètres d’altitude- et en chaleur latente sont le siège des échanges méridiens d’énergie (entre les pôles et l’équateur) et que les dépressions ne se creusent pas à partir de courants d’altitude mais sont au contraire, la conséquence de la propagation de l’AMP.

Il explique aussi que la stratification de la troposphère est capitale dans la distribution des échanges d’énergie. Morel décrivait la stratosphère comme un milieu relativement calme, et la troposphère comme un milieu très agité plus ou moins chaotique. Or on peut dire que Leroux a décrit et compris le fonctionnement de ce milieu et donc son travail a augmenté la qualité prévisionnelle.

La crise Islandaise est l’illustration d’école de l’AMP et contrairement à ce qu’affirment Huet et les suspects usuels qui l’inspirent, la trace du nuage de cendres n’était pas « contre intuitive » du tout mais, au contraire, parfaitement prévisible en suivant les conditions météo et son évolution aux différentes altitudes, parfaitement modélisable pour peu que l’on utilise le concept AMP comme guide. En paraphrasant Leroux, pour certains l’apparence irrégulière de phénomènes résulte simplement de leur ignorance des règles qui les régissent.

L’affirmation stipulant que le panache maintenant ne s’élève qu’à 2 000 mètres et donc représenterait un danger moindre est fallacieuse. Dès le début de l’éruption et malgré une envolée en altitude des cendres localisée à l’apex du cratère, les photos du volcan montrent que le panache a suivi les flux des AMPs successifs, à l’interface supérieure des AMPs. Ce n’est qu’au front des AMPs et dans les dépressions associées que les ascendances ont dispersé le nuage en altitude.

Ainsi les premiers jours étaient d’importance capitale afin d’estimer grâce aux mesures les niveaux de concentrations et leur distribution par rapport à un état zéro idéal. Au lieu de cela, il aura fallu attendre 6 jours avant que MF n’envoie un avion renifleur…

Il semble que le météorologiquement correct affecte peu ou prou les danois et les allemands dont les sites offrent des cartes claires et des simulations actualisées qui évidemment –et comment pourrait-il en être autrement- confirment le concept AMP.

http://www.dmu.dk/Internationa.....anicplume/

http://www.dwd.de
voir « analysekarten »; « bodenluftdruck Europa »

Voila pourquoi je dénonçais le « silence des agneaux », silence assourdissant des augures climatiques et leur embarras face à un tel démenti cinglant de leur paradigme car accepter que l’AMP explique la dispersion du panache volcanique c’est aussi devoir reconnaître la justesse de la mécanique climatique de Leroux qui elle, démolit sans concession le mythe du Réchauffement Global.

Nous devons tous à ce volcan Islandais l’Eyjafjöll une fière chandelle !

63.  maurice | 20/04/2010 @ 23:02 Répondre à ce commentaire

Antonio San (#62),

merci pour l’éclairage , dommage que Leroux ne soit plus de ce monde pour enfoncer le clou

64.  Ben | 20/04/2010 @ 23:07 Répondre à ce commentaire

@ Antonio San, merci beaucoup. Me permettez-vous de faire la synthèse de vos commentaires et d’en faire un billet à part entière ?

65.  Araucan | 20/04/2010 @ 23:11 Répondre à ce commentaire

Oui, celle d’avoir démontré que les modèles, il vaut s’en méfier !

66.  Antonio San | 20/04/2010 @ 23:19 Répondre à ce commentaire

Sylvestre Huet dans son billet doux offre le lien suivant:

http://www.insu.cnrs.fr/a3480,.....fjoll.html

Je cite: « Du fait des risques encourus par les avions de ligne traversant un nuage de cendres volcaniques, les fines particules de cendres éjectées à haute altitude lors des éruptions endommageant les moteurs et l’électronique des avions et réduisant la visibilité des pilotes, l’Organisation de l’aviation civile internationale a mis en place une veille volcanique des routes aériennes internationales. Pour ce faire, le globe a été divisé en neuf zones dont la surveillance est placée sous la responsabilité des VAAC (Volcanic Ash Advisory Centers). À l’intérieur de leur zone de responsabilité, ces VAAC sont chargés de localiser et prévoir le déplacement, pendant les heures qui suivent l’éruption, des nuages de cendres volcaniques représentant un danger potentiel. Le VAAC en charge de la région Europe-Afrique est placé sous la responsabilité de Météo-France sur son site de Toulouse. Le VAAC de Londres a la responsabilité de la zone dans laquelle se trouve le volcan islandais. »

Cela explique la prédominance d’un bureau étranger. mea culpa!

Donc c’est encore un succès du Met Office!!! A noter sur le site CNRS, l’absence totale de concept météorologique explicatif des mesures radars: pourquoi le premier nuage est-il situé à cette altitude? Pourquoi le second nuage est-il plus bas? etc…

67.  plombier | 20/04/2010 @ 23:20 Répondre à ce commentaire

Climat sceptique remporte la victoire de données ( pour le prix d’un timbre » )

Dans une décision historique , UK Information Commissioner’s Office a statué que la Queen’s University Belfast doit remettre les données obtenues au cours de 40 années de recherche dans 7000 ans d’anneaux de croissance irlandaise a Doug Keenan.

Keenan est devenu célèbre pour la poursuite d’une série de différends au vitriol avec des universitaires britanniques sur des données climatiques. Il y a deux ans, il a accusé Phil Jones de l’Unité de recherche climatique (CRU) de l’Université de East Anglia de « fraude » sur son analyse des données de stations météorologiques en Chine. Jones a récemment admis qu’il pourrait avoir à réviser le document concerné .

http://www.guardian.co.uk/envi.....ta-victory

68.  Antonio San | 20/04/2010 @ 23:23 Répondre à ce commentaire

Ben (#64), bien sur et visitez aussi le site CNRS recommandé par Huet dont je parle dans mon post 66.

69.  plombier | 21/04/2010 @ 0:17 Répondre à ce commentaire

http://wattsupwiththat.com/201.....tree-data/

70.  Ben | 21/04/2010 @ 1:33 Répondre à ce commentaire

Antonio San (#68), le billet est publié ici. Merci de votre contribution.
Petite célébration en passant : il s’agit du 500ème billet publié sur Skyfall.

71.  Patrick Bousquet de Rouvex | 21/04/2010 @ 11:16 Répondre à ce commentaire

Antonio San (#62), Remarquable commentaire que je me suis empressé de copier sur mon blog ! Merci.

72.  RanTanPlan | 21/04/2010 @ 16:01 Répondre à ce commentaire

Je reviens sur la video que j’ai enfin regardée hier. Ok, c’est accrocheur et caricatural. Mais c’est justement ça qui déclenche le débat dans ce genre d’émission.

Nous ne sommes pas dans une émission scientifique ou à vocation scientifique, mais dans une émission à vocation de réflexion sur nos sociétés.
Par conséquent, puisqu’on nous bassine que le CO2 est le grand Satan, observons donc à la loupe le CO2 pour deux familles prises absolument pas au hasard et essayons d’en dégager quelques conclusions.

– Plus une société est développée, plus le bilan CO2 est important pour ses citoyens.
– Le développement d’une société se mesure au « confort » des citoyens, lequel se décline (en vrac total) par la stabilité politique, la santé, la durée de vie, la scolarisation et sans doute également sur une notion plus vague comme le bonheur. etc.
– L’équilibre entre un confort acceptable et un bilan CO2 responsable (du point de vue de la pensée unique. On n’est évidemment pas obligé d’accepter cette vision) est alors le sujet moteur pour l’évolution des sociétés. Des sociétés comme les USA ET le Niger pris en exemple ici.

Comment doivent et peuvent évoluer les deux pays pris en exemple pour répondre au mieux à cet équilibre ?
Si on remplace CO2 par ressources de la planète -ce qui est fait en conclusion- on dresse le constat (peut être également caricaturé) que tout le monde ne peut pas jouir du même confort que les USA aujourd’hui. Ce n’est pas non plus par altruisme véritable que le Niger consomme peu de ressources ; la famille pris en exemple souhaite bénéficier d’un peu plus de confort. Pour fabriquer une télévision, par exemple, il faut bien entendu imaginer une industrie et un niveau technologique qui ne sont pas du tout représentés ici.

Enfin, en se plaçant du point de vue sceptique traditionnel, l’empreinte carbone n’a pas de sens du point de vue climat. En a t’elle d’un point de vue de consommation, par exemple ? Ne peut on lui préférer un truc du style tonne équivalent pétrole et refaire l’émission ?

73.  Laurent | 21/04/2010 @ 19:40 Répondre à ce commentaire

La famille nigérienne se nourrit avec des céréales produites localement, donc avec des rendements de quelques centaines de kg à l’hectare.
Le NIger n’assure pas son autosuffisance alimentaire, avec pourtant une densité de population bien plus faible que dans beaucoup d’autres endroits du globe (même en tenant compte que la plus grande partie du territoire est désertique et que seul environ 15% est vraiment « utilisable » et en ne calculant la densité de population qu’avec cette surface réduite).

Ceci veut dire que toutes les familles du monde ne peuvent pas vivre comme la famille nigérienne…. il n’y a pas suffisamment de terres arables… et une seule planète ne pourrait pas y suffire… (le 1% de conclusion est donc grossier et ultra-mensonger).
Ceci veut aussi dire, que malgré une population en partie constituée de « familles nigériennes »… la planète actuelle suffit en gros à nourrir tout le monde (même si pas forcément très bien)… ce qui veut dire que les autres familles (particulièrement les familles Européennes, mais aussi la famille américaine montrée), sont particulièrement frugales en surface de terre arable, en comparaison de la famille nigérienne… et ceci grâce à l’agriculture tant décriée et nommée « productiviste » (en croisant le doigts et en crachant par terre pour conjurer le mauvais sort)….

Quelle conclusion j’en tire: c’est que la notion « d’empreinte écologique » n’est pas que approximative, perfectible, etc…. elle est carrément MENSONGERE et Illusionniste en faisant passer le contraire de la réalité pour la réalité.
Ce qui est le plus grave, c’est que tous les médias se donnent le mot pour continuer à propager cette notion stupide, grossièrement mensongère et dangereuse.

74.  Manu95 | 21/04/2010 @ 22:20 Répondre à ce commentaire

Ceci veut aussi dire, que malgré une population en partie constituée de “familles nigériennes”… la planète actuelle suffit en gros à nourrir tout le monde (même si pas forcément très bien)…

J’ai vu une émission TV où l’on montrait l’énorme gaspillage de nourriture aux Etats-Unis où certains se nourrissent en faisant les poubelles des mieux nantis (aliments encore emballés mais ayant atteint leur « date de péremption »).
Il est aussi connu que nos grandes surfaces jettent aussi beaucoup d’aliments défraîchis mais encore parfaitement consommables.

La Terre suffirait certainement à nourrir la population actuelle, s’il y avait moins de gaspillage et une politique d’envoi de nos surplus de production vers les pays les plus pauvres.

75.  LionelB | 22/04/2010 @ 16:26 Répondre à ce commentaire

Merci à RantanPlan et Astre Noir pour le « retour aux sources » du texte de Mizio. Il m’a encore fait rire et cette fois je me suis dépêché de le télécharger;
merci à Araucan pour la prise d’altitude vers le jugement du gvt canadien.

76.  scaletrans | 22/04/2010 @ 16:44 Répondre à ce commentaire

Manu95 (#74),

Les règlementations toujours plus lourdes sur l’alimentation contribuent aussi à accroître le gaspillage. Vous oubliez le gâchis des cantines, notamment scolaires…

77.  Laurent Berthod | 22/04/2010 @ 21:10 Répondre à ce commentaire

Manu95 (#74),

La terre suffit à nourrir la population actuelle. Le problème c’est qu’il a des pauvres qui n’ont pas les moyens de payer et, s’ils n’ont pas les moyens de payer, en face, il n’y a pas la production correspondant à leurs besoins . C’est normal, pas qu’il y ait des pauvres, mais qu’on ne produise pas si c’est pour vendre à perte.

78.  Laurent Berthod | 22/04/2010 @ 21:13 Répondre à ce commentaire

Laurent (#73),

Entièrement d’accord avec vous. C’est le simple bon sens. Mais le monde est devenu fou !

79.  Daniel | 23/04/2010 @ 16:29 Répondre à ce commentaire

Encore plus fou :

http://www.liberation.fr/̷.....-le-climat

80.  yvesdemars | 23/04/2010 @ 16:53 Répondre à ce commentaire

Daniel (#79),
le lien ne fonctionne pas

81.  maurice | 23/04/2010 @ 17:52 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#80),

ça doit etre ça
http://www.liberation.fr/terre.....-le-climat

Les cinq questions, d’ordre à la fois général et utopique, portent sur l’acccord ou le désaccord avec «l’abandon du mode de surproduction et de surconconsommation pour rétablir l’harmonie avec la nature», le «transfert des dépenses de guerre vers un budget supérieur pour la défense de la planète», ou encore «un Tribunal de justice climatique pour juger ceux qui détruisent la Terre mère».

ce serait risible si ça n’était pas dramatique

82.  Patrick Bousquet de Rouvex | 23/04/2010 @ 18:04 Répondre à ce commentaire

Daniel (#79), j’lavais déjà signalé il y a quelques jours sur une autre page et on avait évoqué le rôle des forêts primaires -donc de la Bolivie- comme émettrices principales de CO2 : devra-t-il se juger lui-même comme ennemi du climat ?

83.  yvesdemars | 23/04/2010 @ 20:24 Répondre à ce commentaire

Patrick Bousquet de Rouvex (#82),
oui et puis la Bolivie est le deuxième pays d’Amérique du Sud, derrière le Vénézuela pour les réserves de gaz naturel, a-t-il l’intention de ne pas les exploiter ??

84.  yvesdemars | 23/04/2010 @ 20:26 Répondre à ce commentaire

restant sur le domaine des réserves fossiles il faut savoir que au rythme actuel le monde dispose de 25 années de réserves grâce notamment au gaz non conventionnel
voir

c’est plutôt une bonne nouvelle

85.  yvesdemars | 23/04/2010 @ 20:26 Répondre à ce commentaire

oops 250 années

86.  Patrick Bousquet de Rouvex | 23/04/2010 @ 21:03 Répondre à ce commentaire

Sur le même site, très près de nos sous (oh ! shocking !), un calcul a déjà été fait qui impute au volcan une facture qu’il faudrait présenter aux polytechniciens de Météo-France et aux génies du Met-Office : http://www.usinenouvelle.com/a.....ce.N130371

87.  Laurent Berthod | 24/04/2010 @ 1:37 Répondre à ce commentaire

maurice (#81),

Si j’ai bien compris l’idée du tribunal est née dans l’esprit maladif de juristes anglais (l’esprit des juristes, anglais ou non, est souvent maladif !)

Voir :

http://www.guardian.co.uk/envi.....tal-damage

et

http://alerte-environnement.fr/?p=2752 (Commentaires 11 et 12)

Mais on peut me démentir si je me trompe.

88.  maurice | 24/04/2010 @ 8:21 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#87),

oui en effet, et nul besoin de dégazer ou de déforester pour être jugé et condamné, un simple délit d’opinion suffirait:

Supporters of a new ecocide law also believe it could be used to prosecute « climate deniers » who distort science and facts to discourage voters and politicians from taking action to tackle global warming and climate change.

89.  Laurent Berthod | 24/04/2010 @ 18:07 Répondre à ce commentaire

maurice (#88),

J’avais pas repéré ça. Ben c’est du joli ! Quand on dit que le vert mène au brun, on ne se trompe guère…

90.  Marot | 24/04/2010 @ 18:56 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#89),
au brun ET au rouge

91.  Araucan | 24/04/2010 @ 20:43 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#87), maurice (#88), Marot (#90),

Si je comprends bien cette histoire, il suffirait de rajouter l’article qui va bien pour la Cour pénale internationale avec la définition suivante
Ecocide is the extensive destruction, damage to or loss of ecosystem(s) of a given territory, whether by human agency or by other causes, to such an extent that peaceful enjoyment by the inhabitants of that territory has been severely diminished.

http://www.thisisecocide.com/thesolution/

Et l’excitée propose aussi « Controversially, Higgins is suggesting ecocide would include damage done to any species – not just humans. »

C’est la variole qui va faire un procès pour entrave à son développement et utilisation d’arme de destruction massive (vaccin) ayant conduit à son extinction !

Plus sérieusement, il y a dans les conventions environnementales, un dispositif dit de conformité, qui permet de faire passer des états sur le grill, mais cela ne marche pas très bien …. 😀

92.  maurice | 25/04/2010 @ 12:02 Répondre à ce commentaire

Araucan (#91), ce matin j’ai passé 3 heures à arracher (je précise, pas désherber chimiquement) les mauvaise herbes de mon terrain, qui malgré le RCA n’ont jamais poussé aussi bien à la sortie d’un hiver très humide (en fait le département – 06- a retrouvé un niveau hydro normal après quelques années de déficit).

on va me dénoncer pour génocide ?

93.  Antonio San | 25/04/2010 @ 20:16 Répondre à ce commentaire

http://www.worldclimatereport....../#more-424

A lire!

94.  maurice | 25/04/2010 @ 23:44 Répondre à ce commentaire

Antonio San (#93), elle est bonne celle là. Grace à ce champignon on apprend qu’a cause du RC il fait plus chaud en Californie qu’en Alaska ! incroyaaable

95.  Araucan | 25/04/2010 @ 23:51 Répondre à ce commentaire

Antonio San (#93),

Encore une confusion entre introduction d’espèce et RCA …

96.  Mizaël FAUCON | 26/04/2010 @ 0:42 Répondre à ce commentaire

Le climat, une affaire politique

http://laviedesidees.fr/Le-cli.....rnite.html

97.  jean l | 26/04/2010 @ 6:20 Répondre à ce commentaire

maurice (#81),
Ce tribunal évoque assez bien le tribunal divin qui jugerait les hommes après leur mort en fonction de leurs péchés, ici contre la déesse Terre.

98.  Scaletrans | 26/04/2010 @ 10:43 Répondre à ce commentaire

Mizaël FAUCON (#96),

J’aime bien la confiscation revendication des inventions par les Anglo Saxons, particulièrement celle de la machine à vapeur :mrgreen:
Chez les Soviétiques aussi, il y avait un certain Popov qui semblait avoir tout inventé…

Sorry, the comment form is closed at this time.