Les regrets au sujet de la théorie du CO2

[Voici pourquoi vous n’entendez pas parler de Thomas C Chamberlin, chef géologiste au US Geological Survey et contemporain d’Arrhenius, au sujet de la « théorie de l’effet de serre qui a plus d’un siècle ».]

Deux décennies après les travaux initiaux de Chamberlin sur le sujet, la théorie sur le rôle du CO2 sur le climat était tombée en défaveur. Chamberlin exprima à de multiples reprises ses regrets d’avoir suivi Arrhenius et d’avoir adopté la théorie trop hâtivement. Il écrivit ceci dans une longue lettre à Charles Schuchert du Peabody Museum de Yale, en 1913 :

Je n’ai aucun doute que vous ayiez raison en pensant que ceux qui acceptent la théorie du CO2 [sur le climat] sont moins nombreux par rapport à il y a quelques années. La suggestion originale de Tyndall, selon laquelle un déficit de CO2 pourrait avoir été la cause de l’âge glaciaire reçut peu d’intérêt et sembla avoir été oublié au point que, lorsque Arrhenius formula la même théorie, celle-ci sembla nouvelle et originale et, comme elle semblait fondée sur des déductions mathématiques des observations de Langley et issue d’une grande autorité, elle attira un large public. Malheureusement, les déductions d’Arrhenius à partir des observations de Langley semblent avoir été infondées et dès que cela fut découvert, une réaction fut inévitable… Je regrette profondément d’avoir été parmi les premières victimes de l’erreur d’Arrhenius.

Chamberlin avait presque complètement fini son article de 1897, « un Ensemble d’Hypothèses sur les Changements Climatiques », quand il tomba sur le premier essai d’Arrhenius. Avant de terminer son papier, il abandonna son « évaluation très conservative sur le CO2 » et accepta les conclusions d’Arrhenius en se fiant à sa « supposée haute autorité ». Chamberlin regrette d’avoir exagéré son point de vue en suivant celui d’Arrhenius, qui il pensa, était dans un certain sens, aux antipodes. Dans une lettre écrite à Ellsworth Huttington en 1922, Chamberlin exprima de nouveau ses profonds regrets d’avoir accepté hâtivement les résultats numériques d’Arrhenius et de ne pas avoir laissé ses « démons personnels » l’éloigner d’Arrhenius jusqu’à la mise sous presse de son article. Chamberlin pensa que le rôle du CO2 sur l’atmosphère avait été exagéré et que pas assez d’attention avait été portée sur le rôle de l’océan, qu’il considère comme « sa contribution originale sur le sujet ».

Source : Historical perspectives on climate change par James Rodger Fleming, Oxford University Press, 1998.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
51.  MON810 | 19/06/2010 @ 18:30 Répondre à ce commentaire

Manu95 (#50),

Mais qu’attendre d’un journaleux en mal de copie qui s’est proclamé journaliste scientifique, alors qu’il n’a qu’une formation d’historien…

Et encore, dans son CV en ligne, il ne dit pas jusqu’à quel niveau. Il a aussi bein pu abndonner après un première année de licence ! Il est tellement nul et sot que ce ne serait pas étonnant qu’il n’ait pas réussi à aller plus loin. Disons, pour être charitable, peut-être le DEUG.

52.  joletaxi | 19/06/2010 @ 18:55 Répondre à ce commentaire

je ne résiste pas à vous signaler cette petite vidéo
http://rogerpielkejr.blogspot......esson.html

Tn matière de promesses….

53.  Manu95 | 19/06/2010 @ 19:20 Répondre à ce commentaire

MON810 (#51),
Je respecte les historiens tant qu’ils se limitent à l’histoire, qui certes peut utiliser des méthodes scientifiques mais n’est certainement pas à comparer aux sciences dures, basées essentiellement sur l’expérience.

Il est loin le temps où un scientifique pouvait dire connaître toute la science de son époque. C’était probablement vrai du temps de Newton ou de Lavoisier, mais certainement plus maintenant.

Je suis chimiste de formation (ULg, 1969) mais j’ai fait tout autre chose pendant ma carrière d’Officier des Troupes du Service Médical en Belgique.
Je n’ose donc même plus me dire chimiste après 40 ans pendant lesquels je n’ai pas suivi l’actualité et les énormes progrès faits en chimie (je ne connais pratiquement rien de la chimie des polymères, plastiques et silicones) . J’ai préféré pendant mes études, la chimie minérale analytique à la chimie organique.
Mais il me reste quand même des bases solides de chimie générale et de physique qui me permettent de me faire un avis personnel sur ce que je lis dans la presse.

Alors quand un Huet se dit journaliste spécialisé en science et se permet de critiquer Allègre, Courtillot et autres vrais scientifiques qui ont fait leurs preuves, le drapeau rouge du foutage de gueule grimpe au mat à toute vitesse. La modestie n’est sûrement pas son fort et son arrogance n’a d’égale que sa bêtise. Avec des journalistes « scientifiques de haut niveau » comme lui et son copain Foucart, il n’est pas étonnant que des journaux comme l’imMonde et Libé perdent des clients.

54.  gus | 19/06/2010 @ 19:26 Répondre à ce commentaire

MON810 (#51),
ce qui m’a fait le plus rire, c’est l’empressement qu’il a eu à tomber dans le panneau.
Faut-il de longues études scientifiques pour savoir que la glace fond à partir de 0°C? Même les historiens savent çà!
Dans l’un de ses papiers, il traitait quelqu’un qui avait eu le malheur de lui déplaire de cuistre; en fait, il n’avait tout simplement pas compris!

Enfin, tant qu’on rigole! http://www.skyfall.fr/wp-inclu.....grin.gifIl fait concurrence à Mettout, j’avoue qu’elle est rude!

55.  Laurent Berthod | 19/06/2010 @ 23:38 Répondre à ce commentaire

piloteman (#20),

Ben en Corse, je ne sais pas, mais en vallée du Rhône, c’est déjà arrivé, Mistral oblige, avec incendie des herbes environnantes, enfumage et fermeture de l’autoroute A7, embouteillage monstre, etc. ! Le C02 dégag(z)é, bonjour les dégâts !

56.  Laurent Berthod | 19/06/2010 @ 23:41 Répondre à ce commentaire

Daniel (#24),

Si je comprends bien les modèles sont priés de prévoir ce qui est décidé par nos écoloidéologouvernants !

57.  Marot | 19/06/2010 @ 23:53 Répondre à ce commentaire

gus (#45),
J’ai bien aimé !

La réponse de la Comtesse qui ne peut pas laisser un message sans y déposer sa prétendue science est tout aussi hilarant.

La « théorie du glissement des glaciers » tout comme le « Mais comment s’écoule donc un glacier? » assénés pour des glaciers immobiles est savoureux.

58.  Mafieux assoiffé de gloire et d'argent | 20/06/2010 @ 11:10 Répondre à ce commentaire

Marot (#57),

La “théorie du glissement des glaciers” tout comme le “Mais comment s’écoule donc un glacier?” assénés pour des glaciers immobiles est savoureux.

Vous faites référérence, je crois, à l’échange sur les glaciers du Kibo et sur les liens donnés par mon ami Olivier. Les deux articles étaient judicieux et notamment celui de Louis Lliboutry qui est la bible des glaciologues.

Pour votre information les glaciers du Kibo ne sont pas immobiles. Ils fluent.

59.  gus | 20/06/2010 @ 12:42 Répondre à ce commentaire

Mafieux assoiffé de gloire et d’argent (#58),

Tout le monde sait que les glaciers bougent.
Ce qui nous fait rire, c’est la prétention de cette petite bande (s’ils sont plusieurs) qui démontrent à tour de post qu’il n’ont pas un niveau scientifique de classe de seconde. Ils se prétendent bardés de diplômes et se précipitent vers Wikipedia dès qu’on utilise un terme scientifique.

Je me suis amusé à les titiller à propos des ensembles de mesures de Hansen, le résultat était tout aussi comique, certains connaissent la table des matières de Wikipedia mais n’ont pas été plus loin.

Le coup de la glace était vraiment très drôle, quand on parle de la température de fusion de la glace, il y en a un qui m’a amené un travail de modélisation mathématique du déplacement de la glace en fonction du sol de la vallée en disant quand vous aurez lu tout çà vous aurez le droit de parler…, il ne s’était tout simplement pas aperçu que c’était hors sujet.

Il m’arrive de croiser des cuistres, mais la presse n’avait pas encore relaté leur championnat

60.  Araucan | 20/06/2010 @ 14:49 Répondre à ce commentaire

gus (#59),

D’autant que la question est plus une question de sublimation de la glace que de fusion …

61.  gus | 20/06/2010 @ 18:46 Répondre à ce commentaire

Araucan (#60),

exactement, ils auraient peut-être cherché le terme dans wiki ..:)

62.  gus | 20/06/2010 @ 19:03 Répondre à ce commentaire

gus (#61),
derniere minute: Huet se rattrappe aux branches: alors que quelqu’un d’autres lui a fait remarquer que la perte de glace du Kili est due à un manque de précipitation, c’est que le glacier est pourri.

16 juin 2010
09:34 AM
par Sylvestre Huet

A Aesculapius : oui, vous avez bien compris. Autrement dit, comme j’ai essayé sans succès de le faire comprendre au service photo de Libé, le Kili est l’exemple le plus pourri des glaciers tropicaux pour montrer l’effet actuel du changement climatique. Parce que les militants du climat vont clamer « regardez, il fond ! », alors que l’histoire est trop compliquée pour être racontée en trois mots.

On ne sait plus si sa première réponse stupide est due au service photo ou au glacier qui ne comprend ce que c’est qu’un grand journaliste

J’avoue que l’ensemble est de plus en plus réjouissant.

63.  pouf pouf | 22/06/2010 @ 8:13 Répondre à ce commentaire

Ça vous arrive de mettre des arguments rationnels sur ce forum ? Ou c’est juste un club d’admiration mutuelle pour militants fanatiques ? Les références scientifiques précises vous indisposent, on dirait… personne ici ne connaît le principe de fonctionnement de la recherche, et son corollaire obligé la bibliographie ?

64.  Marot | 22/06/2010 @ 9:12 Répondre à ce commentaire

pouf pouf (#63),
Une provoc bien grosse, qu’espérez-vous ?

Plouf !

65.  Marco33 | 22/06/2010 @ 9:31 Répondre à ce commentaire

pouf pouf (#63),
LOL, Plus Gros TROLL que ça, tu meurs !!!!

66.  mica | 22/06/2010 @ 13:53 Répondre à ce commentaire

@ pouf pouf, non on aime bien s’auto-congratuler…

67.  Patrick Bousquet de Rouvex | 22/06/2010 @ 14:04 Répondre à ce commentaire

Pierre-Ernest (#1), je vous conseille de lire l’article Wiki sur Arrhénius corrigé par Manu95 : il y est dit qu’Arr. n’oubliait pas la vapeur d’eau, au contraire !

68.  pouf pouf | 23/06/2010 @ 20:01 Répondre à ce commentaire

Pour info, les climatologues ne l’oublient pas davantage, mais c’est sans doute un détail pour vous…

69.  Marco33 | 23/06/2010 @ 22:51 Répondre à ce commentaire

Le canari dans la mine disaient-ils….il sera centenaire ce piaf !!!
Leur conception figée de la nature est leur péché originel !!!
Sans compter une influence religieuse marquée par une conception d’un monde passéiste hissé en paradis perdu conduisant en une lente décrépitude jusqu’au moment du jugement dernier…..
Voilà le fondement de toutes ces résurgences millénaristes sur notre fin !

Sorry, the comment form is closed at this time.