Sauvez les cachalots !

Sur la scène des grandes peurs planétaires, la perte de biodiversité entre en compétition avec le RCA. Les baleines et les cachalots ont toujours eu un grand capital de sympathie : mais voilà qu'elles aussi sont désormais instrumentalisées à la sauce du RCA. Les arbres servaient au stockage du carbone et les cachalots servent désormais à activer la croissance du plancton, qui va stocker du carbone … Le carbone fixe désormais la valeur d'utilité de tout ce qui nous entoure … et le cachalot perd sa liberté d'être simplement un cachalot pour n'être plus qu'un relais dans la grande machinerie du RCA. Le RCA a tout de même une capacité incroyable de désenchantement en ramenant tout à sa logique.

• • • • •

Selon une étude australienne publiée dans plusieurs grands magazines scientifiques dont les Proceedings of the Royal Society B, les défécations des grands cachalots aideraient à la préservation de l'environnement, en diminuant la quantité de gaz à effet de serre présents dans l'atmosphère.

Grâce à leur activité, les grands cachalots éliminent plus de gaz à effet de serre qu'ils n'en produisent.

Courbe

 

Légende du graphique à droite : Exports et import de carbone par les cachalots : en pointillés, le carbone exporté du fait de stimulation par les fèces de cachalots, en tiretés, le carbone émis par la respiration des cachalots, et en ligne pleine, les émissions totales de carbone, y compris les émissions liées aux carburants fossiles.

En effet, ils stimulent fortement le développement du phytoplancton océanique grâce à leurs excréments qui
contiennent une grande quantité de fer. Selon des chercheurs australiens, l'ensemble des grands cachalots de l'océan Antarctique rejette environ 50 tonnes de fer chaque année via ses excréments.

Ces derniers stimulent la multiplication du phytoplancton, qui absorbe du dioxyde de carbone durant la photosynthèse. De plus, ce plancton joue un rôle important dans l'écosystème en étant mangé par le zooplancton, à son tour consommé par de plus gros animaux marins.

Il a été calculé que les 12.000 grands cachalots présents dans l'océan Antarctique (le grand cachalot est un mammifère présent dans tous les océans et toutes les mers) permettraient d'éliminer 400.000 tonnes de CO2 tous les ans, soit deux fois la quantité qu'ils rejettent durant la respiration.

Malheureusement, même si la chasse au grand cachalot est interdite depuis 1982, il en est toujours victime et constitue une espèce en danger. Sans cela, il y aurait aujourd'hui environ 120.000 de ces animaux dans l'océan Antarctique. Ces 120.000 grands cachalots seraient capables de dégrader indirectement 2 millions de tonnes nettes de CO2 chaque année.

(Source)

(Article)

@@@@@@

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Abitbol | 21/06/2010 @ 9:02 Répondre à ce commentaire

Les chauffards n’ont pas fini de nous emm…
Cette histoire de cacachalots est proprement ridicule !

2.  Marot | 21/06/2010 @ 9:08 Répondre à ce commentaire

Et les vers de terre, masse supérieure à celle de tous les autres êtres vivants qu’ils disent.

3.  Manu95 | 21/06/2010 @ 9:20 Répondre à ce commentaire

Et les termites qui produisent énormément de CO2.

Avec cette nouvelle arnaque de protection de la diversité, on peut s’attendre à toutes les exagération possibles à propos d’espèces soit-disant menacées mais aussi à propos de bestioles dont on ne soupçonne même pas l’existence.

À quand un mouvement pour la protection des nains de jardin (et de celui de l’Élysée) ? Ah bon, cela existe déjà…

4.  Manu95 | 21/06/2010 @ 9:41 Répondre à ce commentaire

Manu95 (#3),
Correction : les termites produisent du méthane, plus que tout autre être vivant, dixit Wikipédia.
Mais comme le méthane est vite oxydé en CO2, je n’avais pas tout faux…

5.  Marot | 21/06/2010 @ 9:56 Répondre à ce commentaire

Manu95 (#4),
Nous cherchons vraiment la petite bête.

Le ver solitaire, ténia, est aussi une espèce menacée.

6.  Murps | 21/06/2010 @ 10:00 Répondre à ce commentaire

TEST : Es-tu un bon écolo ?

Pour savoir si tu es digne de figurer parmi les meilleurs défenseurs de notre planète comme Nicolas ou Yann, imprime la liste suivante et complète là au stylo en choisissant les termes « bien » ou « pas bien ».
La correction est en caractères blancs juste à côté, il te suffira de sélectionner le texte avec la souris pour avoir la correction.

Exemple :
cachalot : bien
pèche au thon rouge : pas bien

Bon travail !

arbre : bien
voiture : pas bien
tomate bio : bien
maïs ogm : pas bien
éolienne : bien
GIEC : bien
centrale nucléaire : pas bien
téléphone portable : pas bien
supermarché : pas bien
enfant : pas bien
vélo : bien
insecticide : pas bien
nourriture de fast-food : pas bien
colorant alimentaire : pas bien
bouillie bordelaise : bien
CO2 : pas bien
photovoltaïque : bien
voiture électrique : bien
diesel : pas bien
BP : pas bien
greenpisse : bien
Nico Hulot : bien
Claude Allègre : pas bien
la terre : bien
croissance économique : pas bien
lampe Bc : bien
Benoit Rittaud : pas bien

Zéro erreurs ; Bravo, tu es un véritable défenseur de l’environnement les générations futures seront fières de ton action.

Moins de deux erreurs : c’est pas si mal, mais tu peux encore progresser. Achète les livres de Yann et les films de Nico pour t’améliorer encore.

Plus de deux erreurs : tu es un irresponsable. Tu dois d’urgence te recycler dans un cam… dans un parti vert qui fera ton éducation. Ne fait surtout pas d’enfants !
Allez, courage, tu finiras toi aussi par aller dans le bon sens !

Désolé les amis, ça m’a pris comme ça, je le ferai plus.
Promis.

Murps

7.  Murps | 21/06/2010 @ 10:01 Répondre à ce commentaire

Oops ! Désolé.
LEs balise « fontes blanches » ne marchent pas.
Et ça tombe un peu à plat.

🙁

8.  the fritz | 21/06/2010 @ 10:35 Répondre à ce commentaire

Je ne vois pas pourquoi le cachalot et ses frères qui sont au bout de la chaîne alimentaire en mer pourraient continuer à manger leurs crevettes et les pingouins alors qu’on veut interdire la viande à l’espèce humaine et la mettre au vert et à brouter comme les vaches
Les feces des cachalots riches en fer stimulent la croissance des algues, mais celles qui passent par les fesses des hommes sont riches en carbone et stimulent la croissance des végétaux: obligeons les hommes à aller chier dans la forêt , on séquestrera ainsi du CO2 en bien plus grande quantité et pour bien plus longtemps que les cachalots

9.  Marc-T | 21/06/2010 @ 11:44 Répondre à ce commentaire

J’ai encore une meilleure idée :partant du principe que les cacas humains et porcins sont aussi bons que les cacas de cachalots et qu’ils provoquent des dystrophies à cause des rejets excessifs en régions côtières (algues vertes, dinoflagellés, etc ..), il faudrait remplir les super tankers d’effluents urbains et de lisiers de cochon pour aller les disperser au large, en zone oligotrophe afin de stimuler la production primaire (phytoplacton), et piéger ainsi du CO2. Je veux bien vous faire une étude de faisabilité et d’impact à 10 million d’€ incluant (1) le bilan carbone, (2) l’augmentation de production primaire en fonction du taux de dilution, (3) les éventuels déséquilibres des populations phytoplanctoniques, (3) l’augmentation du pH dans les zones de trop forte photosynthèse.

10.  Marc-T | 21/06/2010 @ 12:04 Répondre à ce commentaire

Je viens de lire l’article original, après avoir fait mon billet d’humeur, désolé. Il y a un fondement qui est juste, au delàs de l’absurdité de relier tout cela au RCA. Les cachalots vont rechercher leur nourriture dans les grands fonds sombres et impropres à la photosynthèse et vont chier en surface. Ils remontent donc des nutriments des grands fonds impropres à la photosynthèse pour les rejeter en surface là où le gentil phytoplancton a de la lumière et peut donc piéger leméchant CO2. (il faudra bien dire aux cachalots de faire caca quand ils viennent respirer en surface et non quand ils chassent au fond).

Bon dans la nature je pense que ce sont surtout les « up-wellings » (ou remontées d’eaux profondes) qui participent au recyclage des nutriments, mais j’ai pas le temps de vous le prouver tout de suite, je suis hors du circuit depuis trop longtemps.

11.  piloteman | 21/06/2010 @ 12:04 Répondre à ce commentaire

Magnifique graphique qui en utilisant une échelle logarithmique donne de l’importance à des quantités qui n’en ont aucune.
En utilisant le même type de représentation graphique on peut faire dire n’importe quoi.
et puis 50t de fer … ça fait jamais qu’un ou deux camions … mais de quoi on nous parle là ? Et ça sort de :

une étude australienne publiée dans plusieurs grands magazines scientifiques

doivent pas avoir grand chose à se mettre sous la dent en ce moment.

12.  Marot | 21/06/2010 @ 12:06 Répondre à ce commentaire

Marc-T (#9),

Bienfaiteur de l’humanité Gaïa, écologiste engagé, Panda honoraire, vert en pointe, phare de la Pensée, Timonier en chef, Augmenteur de biodiversité, Réducteur d’acidité, Stakhanof du lisier épandu, Génie des soues, Grand leader des effluents,

et tout ça pour seulement 10 millions d’€ !

Heureusement que je reste sans voix.

13.  the fritz | 21/06/2010 @ 13:11 Répondre à ce commentaire

# 24/03/2010 Prolifération toxique de plancton due à l’activité des géo-ingénieurs spécialistes des océans

Une nouvelle étude menée à l’Université de Western Ontario met en garde contre le risque de dommage écologique causé par la fertilisation des eaux océaniques avec des traces de l’élément fer. Cette méthode de fertilisation est proposée pour éliminer le dioxyde de carbone de l’atmosphère et le séquestrer dans les profondeurs océaniques.

BE Canada numéro 366 (24/03/2010) – Ambassade de France au Canada / ADIT – http://www.bulletins-electroni...../62711.htm

Pour avoir accès à la publication scientifique, cliquez ici 641 KB.
vous trouverez le lien ici
http://www.plancton-du-monde.o.....resse.html
Que les scientifiques de la biodiversité ne soient pas d’accord entre eux , cela se comprend, mais que l’on prennent l’argument du RCA pour faire comprendre aux gens qu’il faut arrêter d’exterminer telle ou telle espèce animal dépasse l’entendement

14.  Péké | 21/06/2010 @ 14:09 Répondre à ce commentaire

Mangez des épinards et surtout des lentilles accompagnés d’un bon steak.
Utilisez vos déjections pour votre jardin ou en forêt.
Quand vous irez à la plage, cet été,, essayez de vous retenir.

15.  scaletrans | 21/06/2010 @ 14:09 Répondre à ce commentaire

Manu95 (#3),

A propos des nains de jardins, le FLNJ eut l’idée un jour d’en grouper 72 à l’entrée d’une galerie travers-banc sur le carreau d’une ancienne mine de fer devenue musée où j’œuvre bénévolement (ce qui me donne pas mal de boulot). Dommage que je ne sache pas mettre de photos ici…

16.  pastilleverte | 21/06/2010 @ 16:19 Répondre à ce commentaire

Concurrence déloyale !
Le caca des chalots avait coutume de fournir l’ambre grise, parfum très prisé de nos compatriotes « inc’oyables et me’veilleux »;
Or, au nom du dogme carbo centrique ( église réformée AlGorieno-Pachaurienne), nous allons être privés de cet effluent cher à notre coeur, à nos narines et à nos portefeuilles, pour soi-disant absorber le très très très vilain-méchant-pas beau CO2;
Assez !
Muscadins de tous les pays, debout !
Unissez-vous !
Que mille flots d’ambre grise fleurissent sur le pavé !

17.  RanTanPlan | 21/06/2010 @ 16:19 Répondre à ce commentaire

Selon des chercheurs australiens, l’ensemble des grands cachalots de l’océan Antarctique rejette environ 50 tonnes de fer chaque année

Et donc, ça serait bien ça ?

Si les chasseurs de cachalots sont les « méchants » japonais, leur bilan carbone est finalement plus que correct. En effet, d’un côté ils tuent les producteur de fer que sont les cachalots (pas bien) et de l’autre, ils compensent avec les carcasses de voitures balancées au large (celles là même que Greenpeace n’a eu de cesse de pointer du doigt comme une pollution honteuse).
Voilà une publication à double tranchant !
Pour faire un geste écologique, balançons nos carcasses de voitures en pleine mer. Celles-ci contenant bien entendu une bonne part de fer

18.  Fétrocho | 21/06/2010 @ 16:57 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#16),

Oui mais bon quand même je crois que je vais qd même passer mon tour sur le Charnel n°5 au caca de cétacé……..

Une question me taraude : Le « Brise Souffle » senteurs « Enchanting Night » c’est aussi du résidu gazeux de Cachalot ou ça pue naturellement ?

19.  the fritz | 21/06/2010 @ 17:04 Répondre à ce commentaire

Tant qu’on y est , on aurait pu faire pareil avec le Clem, je veux dire le Clemenceau; cela eut été la façon la plus écologique pour se débarrasser ce cadeau empoisonné

20.  Marc-T | 21/06/2010 @ 17:53 Répondre à ce commentaire

@13 THE FRITZ.

Bien vues vos références sur les apprentis sorciers qui ont déversé du Fe dans les océans. Ce serai prétentieux de prétendre que je l’aurais parié, mais …. j’avais été choqué -à juste titre- d’apprendre cette expérience.
Un exemple de zones dystrophiée par l’homme : en baie de Seine où les rejets telluriques apportant N, P et oligoéléments, provoquent une hausse importante de la production primaire, ce qui peut paraître bénéfique. Seul problème, les diatomées, consomment toute la silice dont elles ont besoin, puis faute de silice, ne se développent plus. Du coup, on a prolifération de dinoflagellés, qui n’ont pas besoin de silice. Seul problème, elles produisent les fameuses toxines qui rendent impropres à la consommation les fruits de mer.

La nature est complexe et le CO2, c’est tellement simple.

Et oui, les géoingénieurs peuvent être encore plus dangereux que les pollueurs car il ont l’arrogance et labonne conscience avec eux.

Merci de cette référence que je vais relire plus en détail.

21.  Murps | 21/06/2010 @ 20:52 Répondre à ce commentaire

Bien vues vos références sur les apprentis sorciers qui ont déversé du Fe dans les océans.

Mais tout à fait.
C’est extraordinaire, cette prétention de pouvoir modifier le climat en balançant du fer dans l’océan. Vraiment étonnant de naïveté, tant sur les objectifs que sur la méthode.

On peut aussi faire pipi dans la mer, ou chanter « Jean François de Nantes » tous en coeur un soir de beuverie : ça doit avoir le même effet.

Les générations futures ont pas fini de rigoler en lisant cela.

D.E.G.

Murps

22.  Araucan | 21/06/2010 @ 22:12 Répondre à ce commentaire

Marc-T (#20),

il suffit d'ajouter de la silice aux rejets pour éviter ces inconvénients … 😀

J'en profite pour remettre l'histoire des mammouths …

http://www.lemonde.fr/planete/....._3244.html

La curiosité des climatologues est sans limite. En voici qui se penchent, le plus sérieusement du monde, sur le fonctionnement du système digestif du mammouth… Avec, en conclusion de leurs travaux, publiés lundi 24 mai dans la revue Nature Geoscience, ce qui est présenté comme une révolution conceptuelle.

Pour Felisa Smith (université du Nouveau-Mexique à Albuquerque), l'anthropocène – la période géologique actuelle, marquée par l'influence dominante des activités humaines – n'aurait pas débuté avec la révolution industrielle, comme généralement accepté, mais avec la colonisation de l'Amérique par les premiers chasseurs-cueilleurs, voilà quelque 14 000 ans !

Le rapport avec les intestins du laineux pachyderme ? Voilà 12 900 ans, le climat de l'hémisphère Nord a connu une brusque baisse des températures. La Terre sortait de sa dernière période glaciaire et se réchauffait lentement quand, brusquement, elle revint pour un millénaire à ses glaciales conditions précédentes…

"DRYAS RÉCENT"

Grâce aux carottes de glaces prélevées au Groenland, les scientifiques savent que cette période dite du "Dryas récent" a connu une chute abrupte de la concentration de méthane (CH4) dans l'atmosphère. Précisons que ce puissant gaz à effet de serre est produit par l'activité microbienne dans les sols ou les marais mais aussi, pour une bonne part, dans le tube digestif des -herbivores.

Or l'essentiel de la "mégafaune" américaine – le mammouth, mais aussi le paresseux géant, le cheval, et une centaine d'espèces de grands herbivores – disparaît précisément peu avant ou au cours du Dryas récent, sans doute exterminé par quelques siècles de chasse intensive des "paléo-Indiens"…

A partir d'un certain nombre d'hypothèses sur la démographie et la fonction digestive de ces grands animaux, Mme Smith et ses coauteurs ont évalué le déficit d'émissions de CH4 causé par leur disparition : environ 10 millions de tonnes (Mt) annuelles. "La disparition de ces espèces pourrait donc avoir représenté 12,5 % de la réduction totale de méthane" observée dans les archives glaciaires au Dryas récent, écrivent ainsi les auteurs. Et avoir eu, du coup, un impact non négligeable sur la chute des températures à cette période.

Situer les débuts de l'anthropocène il y a quelque 14 000 ans plutôt qu'au XIXe siècle est-il bien sérieux ? Au début des années 2000, le climatologue William Ruddiman avait aussi tenté un changement de paradigme. Il avait proposé que l'augmentation de CH4 atmosphérique notée à partir de 4000 avant notre ère soit reliée au développement en Asie de la riziculture, très émettrice du gaz en question…

Cette théorie d'un anthropocène -débutant en 4 000 avant J.-C. n'a jamais vraiment convaincu. Ces derniers travaux pourraient aussi ne récolter que le -scepticisme de la communauté scientifique…

Faut pas se moquer comme cela de la mégafaune …

Mais on peut se poser la question : si la population humaine venait à se réduire, dramatiquement (mauvaise traduction de l'anglais), cela n'induirait-il pas une diminution du CO2 émis et donc aussi un petit age glaciaire (au moins ) ?

23.  l' autre pierre | 21/06/2010 @ 22:24 Répondre à ce commentaire

à Marc-T | 21/06/2010 @ 11:44« partant du principe que les cacas humains et porcins sont aussi bons que les cacas de cachalots »
pour compléter Murp
cochon pas bien
algues vertes pas bien

24.  Murps | 22/06/2010 @ 8:31 Répondre à ce commentaire

Araucan (#22), « hénaurme » !
:-))

25.  yvesdemars | 22/06/2010 @ 9:10 Répondre à ce commentaire

Murps (#6),
bouillie bordelaise : bien ??? =pollution des sols par le sulfate de cuivre
mais il est vrai que c’est considéré comme un fongicide écolo …

biocarburants bien ou pas bien ??? ça dépend des chapelles ….
éoliennes : bien ??? oui si c’est à la campagne pour les bobos écolos des villes ….

26.  Patrick Bousquet de Rouvex | 22/06/2010 @ 10:05 Répondre à ce commentaire

Araucan (#22), « Situer les débuts de l’anthropocène il y a quelque 14 000 ans plutôt qu’au XIXe siècle est-il bien sérieux ? Au début des années 2000, le climatologue William Ruddiman avait aussi tenté un changement de paradigme.  » : c’était à l’époque du paradigme terrestre ?

27.  joletaxi | 22/06/2010 @ 11:20 Répondre à ce commentaire

Un avis différent sur cette question

http://theresilientearth.com/?.....-new-epoch

28.  Murps | 22/06/2010 @ 14:50 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#25), la bouillie bordelaise, c’est le summum du bio.
C’est NA-TU-REL !
Un simple mélange de Sulfate de cuivre et de chaud.
Epissétout !

C’est pas comme ces cochonneries de E120 et de E100 !
Voyez vous même :
http://guidenaturabio.com/natu.....in_25.html
et
http://www.lanature.fr/forum/b.....t1687.html

Que du naturel !

29.  Curieux | 22/06/2010 @ 18:27 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#25),
écolo mon c… comme dit Zazie. La bouillie bordelaise contient du cuivre qui est toxique à haute dose.
Ainsi les éleveurs de mouton dans le bordelais évitaient certains vallons dont les coteaux de vignes étaient traités à la bouilli bordelaise parce que leurs bêtes y mourraient.

30.  Manu95 | 22/06/2010 @ 18:52 Répondre à ce commentaire

Un simple mélange de Sulfate de cuivre et de chaux , bien sûr. 😉

31.  rageous | 22/06/2010 @ 19:02 Répondre à ce commentaire

Murps (#28),
Un simple mélange de Sulfate de cuivre et de chaud.
chaux… une redoutable contamination de fièvre réchauffiste? Après ce froid juinieste 😉

32.  Scaletrans | 22/06/2010 @ 19:18 Répondre à ce commentaire

Patrick Bousquet de Rouvex (#26),

😀

33.  Murps | 22/06/2010 @ 20:45 Répondre à ce commentaire

Manu95 (#30), oh, ça va, hein !

Ne détournez pas la conversation, rapport à cette faute de frappe !
C’est facile d’attaquer sur une faute de frappe (mauvaise foi inside), ce qui l’est moins, c’est de se battre sur les arguments.

Et les arguments, ils sont irréfutables : juste du CUSO4 et du CaOH.
Naturel, que j’vous dis !
🙂

34.  Araucan | 22/06/2010 @ 21:36 Répondre à ce commentaire

Murps (#33),

La raison en est simple : sans bouillie bordelaise, plus d’agriculture bio pour de nombreuses cultures (dont la vigne) : c’est un antifongique.

35.  Patrick Bousquet de Rouvex | 23/06/2010 @ 17:36 Répondre à ce commentaire

Scaletrans (#32), citation : « on n’est pas payés cher, mais on rigole bien ». Merci.

36.  Patrick Bousquet de Rouvex | 23/06/2010 @ 17:38 Répondre à ce commentaire

Patrick Bousquet de Rouvex (#35), à propos, si Exxon et les autres… etc., etc. : j’ai un petit pb de trésorerie, là…

Sorry, the comment form is closed at this time.