Réfutation de l’effet de serre du CO2 atmosphérique selon les lois de la physique.

Voici la traduction faite par Scaletrans soutenu par Manu de l'article de vulgarisation de Gerhard Gerlich et Ralf D. Tscheuschner sur leur article de réfutation de l'effet de serre du CO2, source de bien des polémiques.

Sources : Résumé

Article complet

Réponse aux commentaires

Pensée-Unique

• • • • •

Résumé

 

L’effet de serre atmosphérique, une idée que les auteurs font remonter aux travaux traditionnels de Fourier (1824), Tyndall (1861) et Arrhenius (1896) mais qui est toujours soutenue en climatologie du globe, décrit essentiellement un mécanisme fictif par lequel l’atmosphère d’une planète agit comme une pompe à chaleur animée par un environnement interagissant "radiativement " mais équilibré "radiativement" avec le système atmosphérique.

 

Selon la deuxième loi de thermodynamique une telle machine planétaire ne peut exister. Néanmoins, dans presque tous les textes de climatologie du globe et dans une littérature secondaire largement répandue on considère qu’un tel mécanisme est réel et s’appuie sur des fondements scientifiques solides. Dans cet article l’hypothèse populaire est analysée et les principes physiques sous-jacents sont clarifiés.

En démontrant que:

  1. Il n’y a pas de lois physiques communes entre le phénomène des serres et les soi-disant effets de serre atmosphériques,

  2. Il n’existe pas de calcul pour déterminer la température moyenne de surface d’une planète,

  3. La différence fréquemment mentionnée de 33°C est un nombre sans signification et calculé faussement,

  4. Les équations de rayonnement de cavité sont utilisées à tort,

  5. L’hypothèse d’un équilibre radiatif est non physique,

  6. La conductivité thermique et le frottement ne sont pas égaux à zéro,

L’hypothèse d’un effet de serre atmosphérique est erronée.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
301.  Patate | 8/08/2010 @ 6:38 Répondre à ce commentaire

Mmm je crois que le problème vient de notre définition de l’effet de serre radiatif. Pour moi c’est juste la différence de bilan spectral entre lumière solaire, réémise par la surface et en sortie de tropo. Dans ce sens les obervations rapportées sont les mesures que l’on est en droit d’attendre.

302.  Curieux | 8/08/2010 @ 9:13 Répondre à ce commentaire

Patate (#301),

Mmm (…) le problème vient de notre définition de l’effet de serre radiatif. Pour moi c’est juste…

On se fout de ton opinion sur les définitions.

303.  Marot | 8/08/2010 @ 10:42 Répondre à ce commentaire

Curieux (#302),
Navrante la science « post-moderne ».

Un effet défini comme une différence entre bilans !

304.  Araucan | 8/08/2010 @ 11:58 Répondre à ce commentaire

Patate (#301), Curieux (#302), Marot (#303),

Pour discuter d’un phénomène supposé, autant d’abord se mettre d’accord sur la définition de ce phénomène (quitte ensuite à sérier les différentes définitions, à discuter de leurs manifestations ou de leurs réalités), cela éviterait beaucoup d’incompréhensions et de discussions oiseuses …

305.  Laurent | 8/08/2010 @ 14:48 Répondre à ce commentaire

Patate (#301),

Pour moi c’est juste la différence de bilan spectral entre lumière solaire, réémise par la surface et en sortie de tropo

Bah non… ce que tu décris a un nom précis: c’est le bilan radiatif…

L’effet de serre radiatif, c’est bien le mécanisme physique qui est sensé réchauffer le sol (ou l’empêcher de se refroidir) grâce aux « backradiations ».

306.  Patate | 8/08/2010 @ 14:56 Répondre à ce commentaire

Donc nous sommes au moins d’accord que les mesures de bilan radiatif montrent qu’une partie du rayonnement de la surface est renvoyé vers celle-ci ? Et ce par des gaz comme H2O, CO2, NOx, O3 etc ?

307.  Laurent | 8/08/2010 @ 15:01 Répondre à ce commentaire

Patate (#306),
Pas exactement « renvoyé », mais plutôt « ré-émis », oui bien sur.
… ais-je dis le contraire quelque part?… je ne crois pas.

308.  Patate | 8/08/2010 @ 15:19 Répondre à ce commentaire

bon,

mais que faites-vous alors de l’étude dont j’ai donné lien qui détermine quelle fraction du réchauffement peut être attribué à ces back-radiations ?

309.  Marot | 8/08/2010 @ 15:26 Répondre à ce commentaire

Patate (#308),
Quel lien ? quelle référence ?

310.  Curieux | 8/08/2010 @ 15:31 Répondre à ce commentaire

Marot (#309),

Nos troll deviennent vraiment trop paresseux, avant il faisaient des copiés/collés mais avec ce foutu RCA, il fait beaucoup trop chaud pour remuer même les doigts !

311.  Laurent | 8/08/2010 @ 15:44 Répondre à ce commentaire

Patate (#308),

J’ai déjà dit au moins 3 fois que mon opinion sur cet effet ne dépend que des résultats d’une expérience (facile à faire et peu couteuse), que j’attends donc (et cela ne me dérange pas d’attendre 10 ans s’il le faut…).
En attendant, on peut me citer n’importe quelle étude pour ou contre, c’est totalement inutile quand un résultat expérimental peut donner la réponse.

312.  Patate | 8/08/2010 @ 19:53 Répondre à ce commentaire

Marot : c’est dans les posts que je vous ai forwardé.

Laurent : oui vous m’avez déjà dit qu’une expérience simple suffirait à vous convaincre, mais vous ne m’avez jamait fait l’honneur de me dire quelle expérience ni de me donner un lien vers les posts où vous la mentionnez.

313.  Marot | 8/08/2010 @ 20:16 Répondre à ce commentaire

Patate (#312),
1) vous vous foutez de moi ou quoi ? « c’est dans les posts que je vous ai …. »
allez poubelle puisque vous n’êtes pas capable de dire ce que c’est.

2) la je rigole, l’expérience simple de Laurent a été détaillée dans billet sans sujet.

allez chercher et bon vent, j’ai la référence exacte mais je ne vous la donnerai pas, chacun son tour.

Sorry, the comment form is closed at this time.