Un glacier à Hawaï

• • • • •
Les blocs déposés par un ancien glacier qui recouvrait le sommet du Mauna Kea sur l'île de Hawaii ont fourni des preuves du ralentissement du système nord-Atlantique actuel Il y a 14 500 ans.

Une étude, publiée dans Earth and Planetary Science Letters par des chercheurs de l'Oregon State University, de la Woods Hole Oceanographic Institution, Université de la Colombie-Britannique et l'US Geological Survey a trouvé des indices géochimiques près du sommet du Mauna Kea qui permettent de retracer la formation de l'ancien glacier, l'influence de la dernière glaciation, de tempêtes majeures plus fréquentes à Hawaï, et l'impact d'un événement climatique distant. Une calotte glaciaire d'environ 70 kilomètres carrés couvrit le Mauna Kea, il ya 14.500 ans.
Le Mauna Kea (4207,5 m), est en un sens la plus haute montagne du globe, car il s'élève à 10230 m au-dessus du plancher océanique. Inactif depuis des milliers d'années, on y met en évidence quatre périodes glaciaires durant les 200 000 dernières années, dont la dernière a pris fin il y a environ 11 000 ans. Le sommet du Mauna Kea est entièrement recouvert d'une calotte de glace il y a 21 000 ans.
Toutefois, l'étude constate que le glacier du Mauna Kea a recommencé à croitre il ya environ 15.400 années. Cela coïncide presque exactement avec un ralentissement majeur de ce que les scientifiques appellent la Circulation Méridionale Atlantique de renversement, (Atlantic meridional overturning circulation) ou AMOC, dans l'océan Atlantique Nord.
L'AMOC fait partie du
système de circulation océanique globale qui transporte la chaleur des tropiques vers l'Atlantique Nord. Ce transport de chaleur explique la douceur des hivers de l'Europe de l'Ouest, compte tenu de la latitude.

Circulation thermohalineL'étude des changements climatiques passés indique que l'AMOC a ralenti à plusieurs reprises, dans les périodes étonnamment courtes, ce qui a provoqué des refroidissements importants en Europe. De ce fait, un déclin potentiel du courant est d'un intérêt considérable. Mais ses effets peuvent s'étendre bien au-delà. (1)

"Les nouvelles données de Mauna Kea, et les autres résultats provenant de séries géologiques océaniques et lacustres de différents endroits, montrent que le déclin de l'AMOC a provoqué un changement de climat dans le monde entier", a affirmé M. Clark. «Ces connexions sont assez remarquables, un changement dans l'Atlantique Nord affectant un glacier situé à des milliers de kilomètres de là". "L'impact global des changements AMOC," Clark a ajouté, "est énorme."

La formation, la taille et le mouvement des glaciers fournissent des indications précieuses, car elles reflètent les changements de température, de précipitations ou les deux.
Ligne de rivage d'un lac de moraine.La croissance du glacier Mauna Kea attribuée au ralentissement de l'AMOC provient à la fois de conditions plus froides et d'une forte augmentation des précipitations – trois fois supérieures qu'actuellement – en raison de tempêtes cycloniques plus fréquentes venant du Nord sur les îles Hawaï.
Ces résultats ont été obtenus à partir d'un isotope de l'hélium contenus dans les blocs  de rochers laissés par le glacier du Mauna Kea. La teneur de cet isotope d'hélium indique quand les blocs ont été exposée à l'atmosphère par le retrait de la glace. Ces dépôts de blocs du Mauna Kea sont les seules traces de glaciation du Nord de l'océan Pacifique subtropical (NdT : et pour cause !). A proximité, les traces de glaciation du  Mauna Loa ont certainement été détruites par des éruptions volcaniques.


Cette étude confirme que les changements rapides de l'AMOC peuvent déclencher des changements globaux. Certaines diminutions brutales de l'AMOC ont été associées à une augmentation de l'apport d'eau douce continentale dans l'Atlantique Nord.

(D'après Source) (Plus))
(1) Certains avaient annoncé un ralentissement de l'AMOC, mais non … (Source)
@@@@@@
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  joletaxi | 10/08/2010 @ 20:49 Répondre à ce commentaire

Voilà un article bien agréable, avec un beau dessin comme je les aime.
Seulement voilà, ce beau schéma que nous avons tous déjà vu concernant les courants n’est peut-être plus d’actualité(comme les modèles climatiques qui les intègrent,mais cela, on s’en tape puisque depuis un bout de temps, ils ont tous foiré dans leurs prévisions)

http://theresilientearth.com/?.....-dismissed

j’aime bien les articles de ce Monsieur, bien que concernant la voiture électrique… je m’égare

2.  Petite fleur des Alpes | 10/08/2010 @ 21:31 Répondre à ce commentaire

Ouais, bon, choisissez mieux vos sources : cet article d’Anslow et al. est totalement réchauffiste. Tous les grands noms de la paléo-glaciologie réchauffiste sont cités. L’usage des modèles numériques est permanent.

Poubelle !

3.  Antonio San | 10/08/2010 @ 21:42 Répondre à ce commentaire

« Les nouvelles données de Mauna Kea, et les autres résultats provenant de séries géologiques océaniques et lacustres de différents endroits, montrent que le déclin de l’AMOC a provoqué un changement de climat dans le monde entier », a affirmé M. Clark. «Ces connexions sont assez remarquables, un changement dans l’Atlantique Nord affectant un glacier situé à des milliers de kilomètres de là ». « L’impact global des changements AMOC, » Clark a ajouté, « est énorme. »

Ces télé-connexions devrait-on dire. Le raccourci est un peu gonflé… d’autant que plus loin on lit:

La croissance du glacier Mauna Kea attribuée au ralentissement de l’AMOC provient à la fois de conditions plus froides et d’une forte augmentation des précipitations – trois fois supérieures qu’actuellement – en raison de tempêtes cycloniques plus fréquentes venant du Nord sur les îles Hawaï.

Ces résultats ont été obtenus à partir d’un isotope de l’hélium contenus dans les blocs de rochers laissés par le glacier du Mauna Kea

Le refroidissement de 15ky BP a entrainé la croissance du glacier à cette latitude car le contraste entre AMPs plus froid et air chaud a creé les conditions d’importants transfers d’air humide, à travers le regain de tempêtes cycloniques sur l’archipel. Voilà ce que l’étude isotopique démontre. Le reste -AMOC- n’est pas une démonstration de cause à effet, c’est une conjecture tout au plus.

4.  Marot | 10/08/2010 @ 21:45 Répondre à ce commentaire

Petite fleur des Alpes (#2),
Cette vision intolérante et partiale n’étonne plus du tout.

Mais une preuve de plus est toujours bonne à noter.

5.  Araucan | 10/08/2010 @ 23:03 Répondre à ce commentaire

Petite fleur des Alpes (#2),

Mon dieu quelle horreur, alors ? Qu'aurais-je fais ? Lu de la littérature dangereuse qui m'aurait entrainé jusqu'à croire que le CO2 piège les IR sur terre (si, si !) ?
Voyez-vous j'aime vivre dangereusement …

L'idée d'un glacier à Hawaï m'a bien plu, celle de l'AMOC refroidissant le Pacifique encore plus ( bien qu'il reste certainement à vérifier au-delà de la corrélation, la relation effective entre les deux *) à l'inverse de la Nina qui refroidit tout le globe (si le climat est global, bien sur) et l'idée d'un petit coup de froid vers -15 600 ans aussi : juste l'idée que le climat peut changer, parfois assez brutalement et que les glaciers peuvent peuvent faire des sprints de glaciers au pays des paréos.
* mais il va falloir attendre la machine à remonter dans le temps …
Mais dites moi, je suis intrigué, comment un article sur un glacier disparu depuis 11 000 ans maintenant pour cause de réchauffement sans CO2 supplémentaire anthropique, pourrait-il être taxé de "réchauffiste" ? Juste parce que d'après vous, ceux qui l'ont écrit le sont ? Ne serait-ce point juste classer cet article par rapport aux auteurs et non par rapport à ce qu'ils disent ? Ou parce qu'être "réchauffiste" inclut tout un système de pensée, beaucoup plus complexe que le simple lien CO2 anthropique=RCA="tous les glaciers vont fondre" ? Faire des modèles c'est être "réchauffiste" ?

Désolé ce qui m'intéresse c'est ce qu'ils disent (je me moque de leurs éventuelles étiquettes), quitte à me poser des questions sur certains points ou à en critiquer d'autres. Mais la lecture est un sport dangereux, tout le monde le sait.

6.  Warm | 10/08/2010 @ 23:07 Répondre à ce commentaire

Le refroidissement de 15ky BP a entrainé la croissance du glacier à cette latitude car le contraste entre AMPs plus froid et air chaud a creé les conditions d’importants transfers d’air humide, à travers le regain de tempêtes cycloniques sur l’archipel.

La réponse à la grande question sur la vie, l’univers et le reste, ce n’est pas 42…

non non…

c’est AMP

7.  skunt | 10/08/2010 @ 23:13 Répondre à ce commentaire

Araucan (#5),

Le mot « réchauffiste », vous le trouvez idiot ?

8.  skunt | 10/08/2010 @ 23:48 Répondre à ce commentaire

Araucan (#5),

à l’inverse de la Nina qui refroidit tout le globe (si le climat est global, bien sur)

Ca le refroidit en moyenne. Mais les régions (sauf la région où se produit le phénomène) peuvent être plus chaudes pendant El Nino que pendant La Nina. Vous devriez regarder une carte.

9.  Araucan | 10/08/2010 @ 23:56 Répondre à ce commentaire

skunt (#8),

Donc la Nina fait baisser l’indice de température mondiale. Donc l’indice de température mondiale donne une vue faussée des climats de la Terre, puisque « Mais les régions (sauf la région où se produit le phénomène) peuvent être plus chaudes pendant El Nino que pendant La Nina ».
Nb : des cartes j’en regarde tous les jours, je trouve cela plus parlant et mieux refléter la diversité du monde qu’un chiffre qui tombe tous les mois …
(Même si je sais qu’une carte n’est pas le pays, comme disait mon pote Aristote …, voyez jusqu’où va mon scepticisme ! 😉 )

10.  skunt | 11/08/2010 @ 1:01 Répondre à ce commentaire

Araucan (#9),

Donc la Nina fait baisser l’indice de température mondiale.

Oui.

Donc l’indice de température mondiale donne une vue faussée des climats de la Terre, puisque “Mais les régions (sauf la région où se produit le phénomène) peuvent être plus chaudes pendant El Nino que pendant La Nina”.

D’abord, que vous regardiez le climat dans sa globalité ou bien une région en particulier, vous ne pouvez pas conclure de variations annuelles qu’elles ne rendent pas compte du climat. Ensuite, au contraire, cela montre que l’indice est sensible au phénomène ce qui lui donne un sens.

des cartes j’en regarde tous les jours, je trouve cela plus parlant et mieux refléter la diversité du monde qu’un chiffre qui tombe tous les mois …

Vous, vous êtes aussi malin que ma cousine.
L’autre jour, en fin de soirée bien arrosée, j’explique un peu le climat à ma cousine.
– « Allègre, il dit que ça se refroidit ».
– « Ben je vois pas des masses comment c’est possible de conclure ça, puisque par exemple certains organismes montrent un début d’année jamais aussi chaud depuis le début des mesures, hip ». Forcément, je ne parle que de la température globale, pour simplifier.
Si elle veut plus d’infos, elle ira sur le site de météo France, sur celui du CNRS, elle achetra des livres. On ne peut pas tout expliquer en 5 minutes avec la rigueur d’un scientifique.
Il y a des gens qui comprennent pas ça. Ma cousine, elle le comprend.
C’est une petite maline.

11.  Petite fleur des Alpes | 11/08/2010 @ 9:56 Répondre à ce commentaire

skunt (#10),

Ma cousine, elle le comprend.
C’est une petite maline.

Votre cousine, elle serait pas un peu post-doc à l’IPSL ?

12.  Petite fleur des Alpes | 11/08/2010 @ 10:02 Répondre à ce commentaire

Araucan (#5),

Mais dites moi, je suis intrigué, comment un article sur un glacier disparu depuis 11 000 ans maintenant pour cause de réchauffement sans CO2 supplémentaire anthropique, pourrait-il être taxé de « réchauffiste » ? Juste parce que d’après vous, ceux qui l’ont écrit le sont ?

C’est ce que vous et vos copains nous expliquez à longueur de journée ici même.

Ne serait-ce point juste classer cet article par rapport aux auteurs et non par rapport à ce qu’ils disent ?

C’est ce qui est fait ici même tous les jours, 250 fois par jour.

Ou parce qu’être « réchauffiste » inclut tout un système de pensée, beaucoup plus complexe que le simple lien CO2 anthropique=RCA= »tous les glaciers vont fondre » ?

C’est ce qu’on nous explique ici même tous les jours.

Faire des modèles c’est être « réchauffiste » ?

Idem…

13.  skunt | 11/08/2010 @ 10:11 Répondre à ce commentaire

Petite fleur des Alpes (#11),

Non, non. C’est pas son truc, la climato.
Un peu comme Araucan.

14.  Araucan | 11/08/2010 @ 10:48 Répondre à ce commentaire

Petite fleur des Alpes (#12),

C'est rigolo, comme le principe d'amalgame fonctionne …. dans les deux sens !

skunt (#13),

Ah ouais ? :lol:Parce qu'Aristote c'est mon copain ?

15.  skunt | 11/08/2010 @ 10:52 Répondre à ce commentaire

Araucan (#14),

Ouais. Mais elle le vit bien.

16.  Araucan | 11/08/2010 @ 11:06 Répondre à ce commentaire

skunt (#15),

Moi aussi, cela m’amuse même beaucoup la climato !

17.  luc | 11/08/2010 @ 11:09 Répondre à ce commentaire

Araucan (#14),
On peut faire des modèles, tout en sachant que ce ne sont que des modèles qui doivent toujours être confirmés par l’expérience.
Tout le monde fait des modèles en physique, pas forcément d’ordinateur pour cela, une feuille de papier suffit souvent.
Ensuite, on passe à l’expérience et si cela ne colle pas, deux solutions:
la mesure est fausse ou le calcul est faux, éventuellement les deux.

Pas besoin d’être réchauffiste pour cela.

18.  Araucan | 11/08/2010 @ 11:25 Répondre à ce commentaire

luc (#17),

Tout à fait mon cher Watson ! (Et j’ajouterais aussi aussi tout dépend à quoi on les utilise et ce que l’on veut leur faire dire !)

19.  Peak.Oil.2008 | 11/08/2010 @ 13:19 Répondre à ce commentaire

@Luc. Est-ce que faire une équation c’est déjà faire un modèle ?

20.  luc | 11/08/2010 @ 13:23 Répondre à ce commentaire

Peak.Oil.2008 (#19),
Oui, les modèles informatiques dont on parle sont en fait des batteries d’équations qu’il est impossible de résoudre à la main.

21.  luc | 11/08/2010 @ 13:26 Répondre à ce commentaire

Araucan (#18),
Souvenir de cours de math en école d’ingénieur.
Notre prof était en support de chercheurs en physique, elle nous racontait que des chercheurs lui apportait leurs calculs non vérifiés par l’expérience. Une fois sur deux, ils avaient calculé une intégrale sur un domaine où la fonction n’était pas définie; çà ne marche pas très bien.

22.  Murps | 11/08/2010 @ 15:39 Répondre à ce commentaire

luc (#21), souvenir du commentaire désabusé d’un prof de thermohydraulique à Grenoble sur un logiciel développé au CEA (qui soit dit en passant est certainement un excellent logiciel) ; logiciel qui donnait des résultats complètement faux dans une situation ou l’on savait calculer le résultat « à la main ».

J’ai moi-même pu constater des incohérences sur un code de calcul neutronique dans des configurations très simples.

Garbage in, garbage out…

23.  Antonio San | 11/08/2010 @ 17:28 Répondre à ce commentaire

Warm (#6), warm ce n’est pas ma faute si vous ignorez la realite de la circulation atmospherique mon petit…

24.  Warm | 11/08/2010 @ 18:04 Répondre à ce commentaire

Antonio San (#23),

Warm (#6), warm ce n’est pas ma faute si vous ignorez la realite de la circulation atmospherique mon petit…

Mais oui, mon grand, aidez moi à trouver une totale liberté de penser cosmique vers un nouvel âge réminiscent 🙂

25.  joletaxi | 11/08/2010 @ 18:07 Répondre à ce commentaire

pourtant,les modèles donnent de bons résultats

Les inondations au Pakistan ont-elles un rapport avec le phénomène climatique qui touche la Russie ?

Il n’y a aucun lien entre les deux phénomènes. Ce que nous observons actuellement au Pakistan est dû à une mousson précoce, un phénomène que nous n’avions jusque là jamais observé
INTERVIEW – Pascal Scaviner, le responsable du service des prévisions de la chaîne Météo,

et pour faire bonne mesure

Le Pakistan compte ses morts : 1 600 en deux semaines, 165 en Inde voisine, et 500 000 sans-abri dans la seule région du Pendjab. Plus de 10 millions de personnes sont touchées par la catastrophe.

En Russie, les températures descendent à peine en dessous de 40°C. Des villages entiers ont pris feu, tout comme des forêts et de vastes étendues de terres. Plus de 50 personnes ont déjà perdu la vie. Moscou, entre autres, étouffe sous un smog extrêmement malsain.
« Combinaison malheureuse de deux phénomènes »

Or il y a un lien « dynamique » entre ces deux catastrophes. C’est ce qu’explique Olivia Romppainen-Martius de l’Institut pour l’atmosphère et le climat de l’Ecole polytechnique fédérale (EPF) de Zurich.

Je vous dis, les modèles ça marche à tous les coups

26.  RDEURO | 11/08/2010 @ 18:25 Répondre à ce commentaire

joletaxi (#25),
On a aussi:
Weatheraction
et
Accuweather

27.  joletaxi | 11/08/2010 @ 18:33 Répondre à ce commentaire

RDEURO (#26),

puis-je vous faire remarquer une toute petite différence?

les 2 exemples que je cite sont des explications de phénomènes météo que l’on suit depuis quelques jours.On a des photos satellites,des relevés de stations, on a les pressions, le taux d’humidité,la t°(enfin peut-être?)les vents au sol, en altitude etc… et voilà 2 interprétations radicalement différentes preuve que ces 2 spécialistes n’ont rien compris
Weatheraction a fait des prévisions, basées sur une « popotte » bien à lui, et qui donne des résultats convaincants;
Ne serait-il pas logique de lui demander son avis à lui,et renvoyer les 2 autres cultiver des fraises?

28.  Antonio San | 11/08/2010 @ 19:11 Répondre à ce commentaire

joletaxi (#27), a voir
http://www.youtube.com/watch?v.....r_embedded

Corbyn dont on aime se gausser dans les cercles meteo a pourtant un tableau de previsions justes impressionnant… quand le MET Office ne prevoyait rien d’anormal, il avait deja averti de precipitations neigeuses pour la GB l’hiver dernier…

29.  Marot | 11/08/2010 @ 19:23 Répondre à ce commentaire

joletaxi (#25),
L’article le plus complet qui reprend les dires d’Olivia Romppainen-Martius est ici.
Dans un autre, on a droit aux fortes paroles de MM. Kapikian et Bourg.

Florilège tiré de l’ensemble.

Le Pakistan est à l’intersection, lourde de conséquences, entre un jet stream (rappel entre 10 et 15 km d’altitude) venu du nord et la mousson exceptionnellement forte (nuages de mousson entre 1 et 5 km d’altitude) provenant du sud.
Et ça s’est « intersecté » ! chienne de vie.

Olivia Romppainen est également sûre que les fortes précipitations qui touchent actuellement le nord-ouest de la Chine, semant la mort et la désolation, ont été déclenchées par la rencontre entre le jet stream et la mousson. C’est aussi le cas des inondations qui viennent de provoquer huit morts en Allemagne, en Pologne et en Tchéquie.
C’était notre scoop. Les moussons nouvelles de Chine, Allemagne, Pologne, Tchéquie et lieux circumvoisins sont arrivées.
Bravo l’artiste, c’est bien de la climatologie.

Dominique Bourg, philosophe (!) et professeur ordinaire à la faculté des géosciences et de l’environnement de l’Université de Lausanne, est formel. «La météo n’explique pas tout. Ce qui se passe suit exactement les modèles climatiques.»
Ben voyons.

Or la canicule russe, avec ses masses d’air chaud, renforce ce jet stream, explique Olivia Romppainen, interrogée par swissinfo. Dans la région où le jet stream se forme, des masses d’air plus fortes sont tirées vers le haut.
A cet endroit-là, juste au-dessus du Pakistan, une nouvelle anomalie se produit. « Cette année, les moussons avaient amené énormément d’humidité vers le nord de l’Inde et du Pakistan. En montant, ces masses d’air humides ont provoqué les fortes pluies. »
En résumé :
1) le jet stream se forme sur la Russie, il tire des masses d’air chaud
2) au Pakistan la mousson a amené de l’humidité, qui l’eût cru ? et ces satanées masses d’air sont montées !

Conclusion
Ces événements sont appelés à s’intensifier dans un climat subissant les effets d’une augmentation des gaz à effet de serre.
Comme l’activité cyclonique qui s’est effondrée ces dernières années, mais chuuut, on n’en parlera pas.

30.  Antonio San | 11/08/2010 @ 19:29 Répondre à ce commentaire

Marot (#29), merci pour ce florilege. Quand un jet stream rencontre une mousson, il se raconte des histoires a dormir debout…

31.  RDEURO | 11/08/2010 @ 19:40 Répondre à ce commentaire

joletaxi (#27),
Peut être, mais il serait bien qu’il donne la formule de sa popote histoire de comprendre son travaille. C’est vrai que le peu qu’il donne est d’un point de vu scientifique extrêment maigre…
Cependant, on ne peut négliger les résultats.

32.  RDEURO | 11/08/2010 @ 19:42 Répondre à ce commentaire

Antonio San (#28),
Merci, je n’avais pas encore vu cette vidéo.

33.  Petite fleur des Alpes | 11/08/2010 @ 23:32 Répondre à ce commentaire

luc (#17),

On peut faire des modèles, tout en sachant que ce ne sont que des modèles qui doivent toujours être confirmés par l’expérience.

Pour ma part, j’avais noté, avec jubilation et empressement, une intervention de Benoit Rittaud, dans un débat télévisé avec Jean Jouzel, où il énonçait gravement : « Un modèle ça valide les théories. »

Accordez vos violons, les gars…

P.S. : Je vous retrouve la vidéo et la phrase exacte de Rittaud ?

34.  Marot | 11/08/2010 @ 23:47 Répondre à ce commentaire

Petite fleur des Alpes (#33),
Mais oui, mais oui au boulot…

35.  luc | 12/08/2010 @ 7:47 Répondre à ce commentaire

Petite fleur des Alpes (#33),

j’aimerais et avec le contexte; çà fait tellement Jouzel ton truc. Un modèle fait partie de la théorie, il ne peut donc se valider lui-même

37.  miniTAX | 13/08/2010 @ 11:05 Répondre à ce commentaire

Evidemment, notre Petite Chèvre des Alpes a pondu sa bouse malodorante en mettant sur le dos de Ben une ineptie typique des réchauffistes (« Un modèle ça valide les théories ») et quand on lui demande de préciser, il n’y a plus personne. Modus operandi classique des propagandistes fanatiques que la réchauffolosphère nous inflige tous les jours : calomniez, calomniez, il en restera toujours quelques choses.

38.  Clem | 14/08/2010 @ 2:04 Répondre à ce commentaire

Petite fleur des Alpes (#33),

Pour ma part, j’avais noté, avec jubilation et empressement, une intervention de Benoit Rittaud, dans un débat télévisé avec Jean Jouzel, où il énonçait gravement : « Un modèle ça valide les théories. »

Accordez vos violons, les gars…

P.S. : Je vous retrouve la vidéo et la phrase exacte de Rittaud ?

Tiens c’est rigolo, moi non plus je ne me souviens pas avoir entendu Benoit Rittaud dire cela.
Peux-tu préciser, comme tu le propose, s’il te plait ? Tu as l’air si sûr de toi.
Peut-être dans une autre vidéo ? 😈

39.  Marot | 15/08/2010 @ 14:24 Répondre à ce commentaire

Petite fleur des Alpes (#33),
Quatre jours plus tard, on attend toujours avec impatience.

40.  Clem | 17/08/2010 @ 14:46 Répondre à ce commentaire

On ne le reverra pas je crois… (ou sous un autre pseudo)
Invariablement le même scénario avec les réchauffistes.

Sorry, the comment form is closed at this time.