Conférence-débat à Paris

par Benoît Rittaud

À l’invitation des Groupes Professionnels des Associations des anciens de l’ENSEEIHT (École Nationale Supérieure d’Électrotechnique, d’Électronique, d’Informatique, d’Hydraulique et des Télécommunications) et de HEC (Hautes Études Commerciales), je participerai ce mercredi 29 septembre à une conférence-débat en compagnie de Vincent Courtillot de 18h30 à 20h30 sur le thème :

Changement climatique : (in)certitudes.

Celle-ci se tiendra à l’auditorium GDF-Suez, à Paris (23 rue Philibert-Delorme, dans le 17è arrondissement).
Les détails et modalités d’inscription sont disponibles sur le site de l’association AIn7 qui organise cette rencontre.

1.  Marco33 | 28/09/2010 @ 11:51 Répondre à ce commentaire

Y aura-t-il un enregistrement (sonore ou vidéo)?
Parce que les provinciaux que nous sommes se sentent un p’tit peu exclu….!
Et cela étoffera notre biblio ainsi !

2.  the fritz | 28/09/2010 @ 12:00 Répondre à ce commentaire

Marco33 (#1)
tout à fait, et si on était prévenu un peu avant on pourrait toujours prolonger ou anticiper un passage à Paris pour les oiseaux migrateurs que nous sommes devenus, mobilité oblige
D’ailleurs on pourrait ouvrir une rubrique » conférence  » ce qui permettrait de se tenir au courant et éventuellement rejoindre telle ou telle conférence en France et en Navarre

3.  Myke | 28/09/2010 @ 13:37 Répondre à ce commentaire

Marco33 (#1),
Même question que Marco ; il y a aussi les exclus de l’intérieur : quoique Francilien, mes soirées de mercredi sont entièrement occupées.

4.  pastilleverte | 28/09/2010 @ 17:20 Répondre à ce commentaire

@Benoit Rittaud URGENT
j’aurais bien assisté à la conférence, mais je ne fais pas partie de l’association AIn7 etne connait personne en faisant partie, donc ça semble rapé pour moi…à mons que vous puissiez m’inviter… et au minimum, y aura t il un e retransciption des débats ?

5.  Alain | 28/09/2010 @ 18:19 Répondre à ce commentaire

Qui d’autre vient?

6.  Ben | 28/09/2010 @ 19:12 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#4), il ne me semble pas qu’il y ait besoin d’être adhérent d’AIn7 pour venir : sauf erreur, selon ce qui est dit dans la page d’annonce de la conférence, il faut simplement envoyer un mail à Maryse.lemmet@orange.fr. L’entrée est de 25 euros pour les non adhérents de l’association (j’imagine que ça correspond au prix de la location de l’auditorium et du cocktail, en tout cas, je précise que je ne suis pas rémunéré pour mon intervention).

7.  ricounet | 28/09/2010 @ 19:15 Répondre à ce commentaire

moi. je ne suis pas un ancien ni de l’ENSEEIHT ni d’HEC mais je me suis inscris … au flan ! on verra bien demain …

8.  Murps | 28/09/2010 @ 19:29 Répondre à ce commentaire

Une petite caméra pour une visio conf’… Avec URL de téléchargement…

Ca serait pô du luxe pour les petits « betteraviers » de province comme moué.
Si c’est possible, of course !

« ENSEEIHT », c’est pas Toulouse ? Qu’est ce qu’ils fichent à Paris ????
Peuvent pas rester dans leur région ?
smile)

9.  pastilleverte | 28/09/2010 @ 20:03 Répondre à ce commentaire

@ Ben : merci de votre réponse rapide, mais malheureusement la dénommée maryse lemmet m’a poliment mais fermement répondu que n’étant pas sur la liste des anciens ou des adhérents de l’assoc, bref bla bla bla pas possible (j’avais bien noté le prix d’entrée, cno problèmo, et je ne doute pas un instant que vous n’êtes pas rémunéré… ou alors par le lobby pétrolier ? lol)
Je vais peut être tenter le coup de me présenter demain soir , pourriez-vous laisser un message (je réitère, invitation ne voulait pas dire dans mon esprit ne pas payer pour participer aux frais, ce qui est un comble dans le cadre du RCA, soit dit en passant ! (re lol)

10.  Ben | 28/09/2010 @ 20:44 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#9), ok, je vais essayer. Pouvez-vous me donner un numéro où vous joindre pour vous dire si ça marche ? Si d’autres sont intéressés, qu’ils m’envoient aussi un mail, avec leur véritable identité (je ne peux guère solliciter de faveurs pour un pseudo…) et un numéro de téléphone. Pour m’écrire : lemytheclimatique@gmail.com
NB : je ne serai que très peu devant internet demain.

11.  Alain | 29/09/2010 @ 15:18 Répondre à ce commentaire

à ce soir

12.  Alain | 30/09/2010 @ 10:58 Répondre à ce commentaire

je vais faire un bilan en pointilliste

un sujet annexe a été le compte rendu sur la conférences a l’académie des science

un compte rendu de la conférences al’académie des science sur le web
http://www.thegwpf.org/opinion…..ience.html

je résume les point clé, que j’ai entendu de vive voix à la conférences N7/HEC ce mercredi 29sept2010

d’abord la procédure est standard.
il y avait une soixantaine d’académicien intéressés, et autant d’invités typiquement du CNRS et du domaine.
Le huis clos est la règles normal et le président a maintenu cette règle habituelle, pour éviter que les scientifioques se sentent influencé par les journaliste et de bagarent au lieu de discuter techniquement. (nb: j’ai vu le même effet avec la comission d’outreau selon que c’était LCP ou FR3 qui filmait)
d’après Courtillot ca a été courtois a l’exception de 4-5 intervenants polémiques et moins courtois, qui suspecte d’avoir appelé juste après leur potes.
au final les sauf les 4-5 excités tout le monde a discuté en tenant compte des arguments de chacun, et VC estime que les RCA convainc 50% et ne convainc pas 50%, sachant que personne n’est certain de son coup, sauf les energumènes.

courtilot a parlé durant qq minutes des données et des reconstruction, notamment de la comparaison entre les courbes sorties du résumé pour décideur et celles qu’il a reconstruit d’après les données brutes, malgré les obstacles du CRU que le climategate a mis au jour.

VC estime qu’il ne sera pas facile pour les rapporteurs de faire un rapport à valérie pécresse, car il est impossible de sortit des certitudes claires.

par contre tout le monde semble convaincu qu’il faut avancer sur la compréhension des nuages, la clé de cette controverse.

quand on compare ce rapport avec celui de sites écolo qui exigen la dissolution de l’académie des science, et de sylvestre huet qui rapporte le point de vue des rares énergumènes… ca fait peur.

a noter que contrairement à la propagande :
– les esprits ne sont pas si polarisé qu’on le dit
– courtillot & co croient a l’effet de serre, mais juste pense qu’il y a d’autres effets et travaille sur ces hypothèses qu’on en peut ignorer
– il croit aussi a un réchauffement, même si il critique les rapports du GIEc dont les résultats reconstruits ne correspondent pas du tout au rapport, et ne correspondent pas aux simulations
– il sépare le réchauffement de l’attribution au CO2 anthropique (moi j’ajouterais qu’on pourrait aussi séparer CO2 anthropique et autres effets anthropique tels que déforestation, aérosols, agriculture, mondialisation, urbanisation…)

13.  Alain | 30/09/2010 @ 11:10 Répondre à ce commentaire

L’intervention de benoir rittaud s’est fait sur la partie épistémiologique, er reprend le contenu de son livre sur ce sujet.

première partie qui raconte un épisode de risque planétaire que l’on reconnaitra très bien… lisez son livre c’est très fun et instructif.
dans la deuxième il reprend son analyse sur le bal des sciences et des pseudo-science. là aussi je vous laisse lire son livre.
en gros science (astronomie, physique,mathématique,chimie, médecine) et pseudo science (astrologie,paraphysique,numérologie,alchimie,médecine parallèle) sont partenaires sur la piste de danse. au début les grands scientifiques mélangent les deux (Pythagore=gourou, kepler=astrologue…), puis ca se sépare. au début il y a fusion car on ne connais pas encore les bonnes question auquelle la vrai science peut répondre.
la géoscience est très jeune, et la climatologie serait la pseudo-science associée.

sa vision plus positive que courtillot est qu’il n’y aura pas de drame anti-science, mais une amnésie, comme on a oublié les délires de Kepler ou Pythagore.

par contre on oubliera les critiques de ces pseudo-science. désolé pour courtillot et lindzen qui seront oublié. seuls seront mémorisées les créateurs de théorie nouvelles, pas les critiques.

14.  Alain | 30/09/2010 @ 11:19 Répondre à ce commentaire

L’intervention de benoir rittaud s’est fait sur 2 points.
le premier point est la critique des certitudes du GIEC sur les reconstruction et les mesures.

il montre comment les résultats avancés par le GIEC sont démonstratifs sur la véracité des modèles climatiques et l’importance du CO2.

sauf que déjà les reconstructions climatiques type courbe de mann sont expliquées avec les erreurs successivement corrigées (les cernes d’arbres sont un flitre passe haut, on corrige avec l’O16 qui est un filtre passe bas. puis on corrige a propos des arbres jeunes), pour finalement faire apparaitre que les températures actuelles, et surtout la vitesse de montée n’ont rien d’exceptionnel.

ensuite il parle des reconstruction des historiques des températures thermométriques par région tels que présentées par le GIEC dans son rapport final.
tout d’abord on observe bien que chaque continent a une forme de courbe différente.
ensuite on n’y repère pas la tendances exponentielle ni même uniformément croissante. on y voir plustot des croissance et baisses régulières avec des changement de régimes brutaux.
D’ailleurs courtillot se demande si finalement le climat ne serait pas un ensemble de système non linéaires couplés, qui évoluent régulièrement puis brutalement , sous une influence externe faible, change de mode.(NB: j’avance l’image d’une boule de flipper qui a une trajectoire balistique qui change en contact des obstacles, et est influencé par les coup du joueur au bon moment ).

au final les simulations du GIEC semblent totalement fausses, et en plus on se demande si les données n’pnt pas été « corrigées » dans « un certain sens »… mais ca c’est ce qu’on comprend, pas ce qui est dit…

15.  Alain | 30/09/2010 @ 11:20 Répondre à ce commentaire

correctif,14 :
L’intervention de vincent courtillot s’est fait sur 2 points.

16.  Marco33 | 30/09/2010 @ 11:21 Répondre à ce commentaire

Alain (#13),
Merci de se résumé, mais (je reviens dessus) y-a-t-il eu un enregistrement accessible par web?

17.  Alain | 30/09/2010 @ 11:30 Répondre à ce commentaire

le 2e point est a propos de ses travaux sur l’influence solaire.

il a présenté différents travaux montrat d’étrange corrélation entre la durée de perturbations, les vents zonaux, et le magnétisme.

les courbes sont effectivement saisissantes, et bien plus que celle du GIEC, meme corrigées.

on voir aussi que certaines corrélations se font avec un retard d’un an sur l’activité solaire, comme les rayons cosmiques galactiques.

a ce propos il a parlé de ses travaux qui utilisent trois série thermométriques de longue durée, et qu’il a corrélé avec l’activité solaire moyenne.

j’ai pu lui demander ce qu’il pensait du papier de réfutation critiquant l’échelon des températures à Bologne que les réfutateurs attribuent à 2 changement de méthode et d’emplacement de mesure.

il m’a dis qu’il avait vérifié suite a cet article, et qu’aucune méta données, aucun documents ne corrobore ces affirmations et qu’il se refuse à appliquer une correction sans preuve.

d’autant que les corrélation marchen très bien avec les séries de prague et les pays bas.

c’est peut être là que « l’expérience des climatologues » (ironie) est si précieuse, car ils ont appris à appliquer des correction sans faits probant, autre que les données elle mêmes…
pour être plus neutre c’est une manière de faire différente

en tout cas si les potes à sylvestre huet vous rebalancent cet article vous pourrez leur répondre que le toupet n’est pas là ou ils le disent.

en étant plus neutre, et autant sur les reconstructions que sur les corélations, on peut dire que l’un des deux camps ment comme un arracheur de dents pour défendre sa cause.

très grave en science, habituel en politique.

18.  Alain | 30/09/2010 @ 11:36 Répondre à ce commentaire

a propos des théories solatiste du climat il a présenté deux mécanismes avancé pour l’origine physique de ces corrélations.

déjà il explique que le point essentiel dans l’effet de serre c’est l’effet des nuages, et que 10% d’augmentation des nuages écrase largement le réchauffement carbonique.

d’une part il parle des courants très faibles par m2 mais gros au total entre la ionosphère et le sol, qui pourrait avoir un effet sur les nuages, et qui sont modulé (genre 10%, au lieu de 0.4% pour le soleil).

il parle aussi de la théorie de svenmark, qui est en cours de test au CERN avec l’expériences CLOUD

a noter qu’il explique que la théorie de svenmark subit de grosse critiques qui semblent très solides de son point de vue. il semble convaincu qu’elle ne marche pas, mais attend les résultats pour vérifier.

il semble plus convaincu par l’hypothèses des courants ionospériques.

19.  Alain | 30/09/2010 @ 11:37 Répondre à ce commentaire

au niveau humain, il explique qu’il a appris a se blinder depuis quelques années, et qu’il a désormais le cuir plus dur qu’il y a quelques années.

je me suivien d’un autre interview ou il explqiuait qu’il ne pouvait pas faire bosser les jeunes chercheurs sur ses sujets par crainte de ruiner leur carrière.

effarant.

20.  Alain | 30/09/2010 @ 11:40 Répondre à ce commentaire

de son point de vue syslvestre huet est extrémistes qui manque de modérations (reston polit).

il lui aurait clairement dis que depuis qu’il suis le sujet il est devenu un experts du domaine (c’est un historien à la base).

ca me fait rire car quand on critique courtillot parce que c’est pas un climatologue, alors qu’il a basé sa carrière sur l’analyse de série de données ancienne et la détecteion de corrélations…
en plus il bosse en géophysique c’est a dire la discipline mère de la climatologie. comme si on pétro-géologue refusait d’écouter un géologue.

21.  Alain | 30/09/2010 @ 11:59 Répondre à ce commentaire

A noter sur l’intervention de courtillot qu’il a parlé de l’équilibre en sciences entre :
– les observation
– les théories physiques
– les modèles numériques

il dénonce la tendance actuelle a aller vers la modélisation numérique au détriment de l’observation (qu’il incite a développer) et la modélisation physique théorique qui doit suivre…

22.  Ben | 30/09/2010 @ 12:32 Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous,

Désolé, il n’y a pas eu d’enregistrement. Merci à Alain pour son résumé (seule petite restriction : je n’ai pas dit qu’on oublierait les sceptiques comme Lindzen).
Pour la question Paris/Province, le provincial militant que je suis précise que j’ai présenté une conférence sur le climat en tout et pour tout trois fois : une fois à Paris (hier, donc), une fois à Rennes et une fois à Limoges. La prochaine est prévue à Nantes (le 25 novembre, lors des 3è rencontres Jules Verne, à l’École Centrale).

23.  André | 30/09/2010 @ 12:46 Répondre à ce commentaire

J’espère qu’il me sera possible d’aller à cette conférence à Nantes et donc je guette les informations à ce sujet !

24.  Alain | 30/09/2010 @ 13:05 Répondre à ce commentaire

Sur Courtillot, une réflexion a méditer.

il dit bien que corrélation n’est pas preuve, mais ca indique qu’il faut creuser.

de même modélisation n’est pas une preuve mais un indice pour creuser.

en passant il indique bien que jusqu’a récemment il enseignait a ses élèves le RCA comme prouvé par les courbes du GIEC.
ce n’est qu’en essayant de les répliquer qu’il a commencé a douter.

25.  Alain | 30/09/2010 @ 13:13 Répondre à ce commentaire

@Ben

désolé du reporting inexact sur l’oubli des sceptiques, je mélange parfois entre les conf, les articles et le livre (c’est dans le livre, ou j’ai pu l’interpréter comme tel)…
clairement je serais un mauvais reporter, enfin un mauvais bon reporter… parce que je pourrait être journaliste à la moderne en déformant les faits, et projetant mes idées.

A ce propos je peut relayer un remarque de Courtillot sur le fait qu’il n’appréciepas l’évolution actuelle du journalisme, qui au lie de citer les avis (Mr C a dis que, mais Mr J affirme que, et Mr LM souligne que, ce qui contredir les propos de Mr C), se permet d’avancer ses propres idées et de partir dans les croisades d’inspiration intime.

une autre critique globales des intervenants c’est la tendances à rechercher le drammatique chez les média, que l’on peut mettre sur le dos des clients des journaux… a savoir nous.

ca a été un des dernier sujets discuté.

NB: puisqu’on a un des intervenants, plus expérimenté que moi je suppose en reporting, j’accepte et je demande même d’être corrigé
😎 WikiMode

26.  Alain | 30/09/2010 @ 13:20 Répondre à ce commentaire

J’oubliais un thème dans l’intervention de benoit rittaud, c’est a propos de ce qui pouvait justifier cette recherche de science « alarmiste »…
la source serait comme dans l’exemple précédent le plaisir de se battre la coulpe (tendance judéo chrétienne avance VC citant sa femme) puis l’incroyable hubris post moderne de croire qu’on peut changer quelque chose par une union sacrée.

le débat a été plus riche, mais la lecture du livre donnera l’essentiel.

une question à la fin du débat ca a été de ce qui remplacerait le mythe climatique quand il se sera dégonflé.
il a été avancé que ce serait la génétique.

à bien y réfléchir je penserais moi a la biodiversité pour le quel on est en train de créer un GIEC. mais c’est mon opinion.

27.  Alain | 30/09/2010 @ 13:33 Répondre à ce commentaire

J’ajouterais en référence al’introduction et la conclusions que les intervenants ont bien indiqué que les doutes actuels sur le RCA et les controverses ne sont pas une remise en cause de la nécessité d’économiser les énergies et d’améliorer le « mix énergétique » pour prendre le relais des hydrocarbures.

même si les conséqeunces sont les mêmes, utiliser de faux arguments pour justifier de bonnes mesures est dangereux pour les bonnes mesures. quand les citoyens verront qu’il se sont fait rouler, comment réagiront ils?

autre point évoqué a la fin, c’est le fait qu’on ai pris des décisions, fait des investissements couteux, sur un sujet très incertain, alors qu’on a actuellement des problématiques critiques (eau, urbanisation, déchets, faim) qui sont certaines et moins couteuse a régler.

personnellement j’ajouterais, pour avoir une femme originaire d’un pays pauvre dont une ville est annoncé comme inondable par Al Gore, que résoudre la pauvreté, ca résout la vulnérabilité au RCA même s’il existe. et que résoudre l’eau , ca résoud l’alimentation, que résoudre les déchets ca résoud l’eau, et que a l’origine de tout il y a la corruption politique et a l’origine de cette corruption le système financier et commercial actuel…
si vous voulez sauver jakarta des eaux, allez à l’OMC, au FMI, à New York et Beijin…

28.  Alain | 30/09/2010 @ 14:01 Répondre à ce commentaire

ah j’oubliais la relarque de Courtillot, qui expliquait qu’il travaillait pas mal avec des indiens lors de ses travaux en géomagnétisme.

Son impression est qu’ils n’en on rien a faire. Et de là la question ci-dessus, sur pourquoi les occidentaux s’intéressent a ces problématiques, et l’hypothèse que c’est une culpabilité judéo-crétienne et une Ubris post-moderne.
a connecter avec la position de benoit ritaud que la pseudo-science climatique ets un mythe « post-moderne »(pouvoir sur la nature mais sentiment de ne pas le mériter), à différencier des pseudo-science archaique (soumission de l’individu au fait naturel), et des pseudo-science moderne (pouvoir de l’individu sur la nature).
c’est bien expliqué dans le livre.

29.  jean l | 30/09/2010 @ 14:02 Répondre à ce commentaire

Alain (#13),

sa vision plus positive que courtillot est qu’il n’y aura pas de drame anti-science, mais une amnésie, comme on a oublié les délires de Kepler ou Pythagore.

L’amnésie pour le délire d’un individu, aussi prestigieux fût-il, d’accord; pour un délire collectif et globalisé comme le RCA, j’en suis nettement moins sûr. Il y aura forcément des retombées négatives, profondes et durables s’il s’avère qu’il s’est bien agit d’une escroquerie intellectuelle (même avec les meilleures intentions du monde).

30.  Alain | 30/09/2010 @ 14:38 Répondre à ce commentaire

@jean l 29

Ce n’est pas le délire d’individus, mais un comportement général de ce domaine. l’astronomie était de l’astrologie jusqu’à récemment (Galilée?).

Benoit Rittaud expliquait que le livre dans lequel la loi des aires de kepler était expliquée, un des plus beau résultat de l’époque, qui a amené la gravitation, était un livre d’astrologie assez mystique…

un peu comme si on trouvait des trucs sérieux dans le livre sur « l’hypothèse gaïa »… mais je crois que justement il y a des trucs sérieux dedans!

qui se souvient du délire sur le climat au début du siècle ? dans les années 70-80 (ère glaciaire)…

qui se souvient des millions de morts par kreustfeld jacob, des iles coulées au pacifique vers 2000, de l’impossibilité que la bourse baisse sur plus de 5 ans, du trou d’ozone qui continuerait a s’agrandir malgré l’arrêt des CFC, de la famine si la population dépasse les 2-3 milliards (malthus), des prévisions de 20 milliards avant la transition démographique (qui se fera vers 9)…
on oublie for heureusement/fort tristement les erreurs qu’on nous raconte en ne gardant que les victorieux.

qui se souvient de lysenko?

31.  Murps | 30/09/2010 @ 16:12 Répondre à ce commentaire

C’est un peu décevant même si on s’attendait à ce genre de résultat.
Personne n’a réussi à clouer le bec à son interlocuteur finalement, ce qui n’est pas étonnant compte tenu de la teneur du sujet.

Seule satisfaction, les agités tendance écologie militante n’ont pas réussi à imposer leurs théories fumeuses et faire passer les sceptiques pour des négationnistes de la science.

Il n’empêche que je trouve que ces académiciens sont biens frileux dans leurs prises de position : on ne sait toujours pas pourquoi la notion de température globale aurait un sens et comment « l’effet de serre » aurait une véritable existence.

L’histoire tranchera.

32.  Alain | 30/09/2010 @ 16:22 Répondre à ce commentaire

un article sur l’academie des science anglaise qui devient moins péremptoire

http://www.guardian.co.uk/envi.....f-comments

33.  Alain | 30/09/2010 @ 17:08 Répondre à ce commentaire

un livre pour comprendre aujourd’hui

http://www.pseudo-sciences.org.....rticle1445

La Pensée extrême – Comment des hommes ordinaires deviennent des fanatiques
Gérald Bronner. Denoël, 2009, 352 pages, 20 €

Note de lecture de Vincent Laget – SPS n° 291, juillet 2010

291_123-123C’est à cette question complexe que Gérald Bronner tente de répondre. Il aborde du même coup des thématiques essentielles et récurrentes comme, par exemple : pourquoi la pensée irrationnelle ne disparaît-elle pas avec la multiplication des connaissances et le développement des sciences et techniques ?

Les réponses apportées sont intéressantes car elles ne manqueront pas de surprendre et susciteront débat : Gérald Bronner explique que, non seulement la pensée irrationnelle ne disparaîtra pas avec l’augmentation des connaissances mais au contraire, croîtra également avec elle… Il donne également des pistes d’actions à étudier pour lutter efficacement contre la pensée extrême.

Vous l’aurez compris, Gérald Bronner va à l’encontre de pas mal d’idées reçues sur ce sujet et c’est ce qui rend son ouvrage passionnant.

34.  Alain | 30/09/2010 @ 17:16 Répondre à ce commentaire

@32 33

oops erreur de fil….

35.  jean l | 30/09/2010 @ 21:02 Répondre à ce commentaire

Alain (#30),
Pas vraiment d’accord :

qui se souvient du délire sur le climat au début du siècle ? dans les années 70-80 (ère glaciaire)…

Mais qui en a entendu parler à l’époque ? Et quelles conséquences sur notre mode de vie ? Rien. Pas de commune mesure à mon avis avec l’hystérie collective et mondiale du RCA. Quel citoyen ignore aujourd’hui que la planète se réchauffe et qu’il est absolument vital de réformer son mode de vie si on ne veut pas, nous les Terriens, finir au supplice du grill ? Pas beaucoup. Disons que le coup du refroidissement catastrophique du milieu des années 70 était un coup d’essai…. dans l’eau.

qui se souvient de lysenko?

Tous les scientifiques, je pense, et pas mal de non scientifiques. Et pourtant Lysenko n’était qu’un individu et sa supercherie était loin d’avoir la dimension mondiale du RCA, avec tous ses corollaires économiques, politiques, etc.

36.  pastilleverte | 30/09/2010 @ 21:45 Répondre à ce commentaire

résumé assez fidèle, et pour rajouter une touche plus légère, j’ai adoré le côté  » je ne peux pas rester [au cocktail], j’ai promis à ma femme de rentrer pour garder les petits-enfants » (presque sic) de Vincent Courtillot.
Pour en revenir à « quel(s) sujets après le RCA », en en discutant avec un des auditeurs, j’évoquais la biodiversité et/ou acidification des océans, et lui pensait aux nanotechnologies, bien vu me semble t il…

37.  Esprit pragmatique | 30/09/2010 @ 23:24 Répondre à ce commentaire

@ Alain #32 [ un article sur l’academie des science anglaise qui devient moins péremptoire ]

Vraiment? Ma lecture personnelle de l’article Guardian relatif à ce fameux Rapport fait un peu penser aux réactions de cette même « prestigieuse » détentrice de la Science … quand Darwin – vers 185x-60 – y suggéra un ajustement des pensées et conventions de ses contemporains à propos de l’EVOLUTION des espèces…

L’académie me semble prendre ici une position mitigée. Elle préserve toutefois l’opinion qu’IPCC a seulement commis « quelques » erreurs, sans que les doctes britanniques veuillent corriger les empreintes (faussées) marquées dans la tête de tous nos lambda, ni les dispositions politiques contraignantes décidées par des tas de politiciens incompétents en ces matières, depuis leur niveau U.E. jusqu’à celui du politicien local.
Au final, la rédaction du Rapport dut leur prendre du temps pour peser les termes, comme il en est dans les Traités de politique…
Grands vainqueur de l’imposture = Greenpeace, WWF & compagnie, sans oublier IPCC qui sauve la face en jouant un rien low-key.
Je peux évidemment avoir mal lu. Au spécialiste de me corriger?

38.  Murps | 1/10/2010 @ 11:37 Répondre à ce commentaire

Esprit pragmatique (#37), je ne suis pas « spécialiste », mais mon analyse est la même.

L’académie, ce sera « cochon qui s’en dédit »…
Il suffit d’attendre.

39.  Stef | 1/10/2010 @ 12:59 Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous.

Bien que fréquent lecteur de Skyfall, je n’ai jusqu’à présent jamais contribué, je suis donc nouveau sur le forum. J’étais présent à la conférence de mercredi, où j’ai eu le plaisir de discuter avec Benoit.

A propos des échanges ci-dessus sur les pseudosciences et les évocations du postmodernisme, je conseille le livre de Sokal « Pseudosciences et postmodernisme » (on ne pouvait pas mieux tomber !).

Il est toujours bon de prendre un peu de recul, et les analyses de Benoit sont pour cela salutaires. On se rend alors souvent compte que ce qui parait extraordinaire n’est souvent qu’une nième itération d’un phénomène sociologique ou historique pour le moins classique.
Un élément qui est revenu plusieurs fois pendant la conférence : est-ce qu’on ne va pas rapidement oublier tout ce ramdam sur le RCA ?

40.  scaletrans | 1/10/2010 @ 13:43 Répondre à ce commentaire

Stef (#39),
Bienvenue! Votre ton me plait, comme à tout le monde ici je pense !

41.  Araucan | 1/10/2010 @ 14:09 Répondre à ce commentaire

Stef (#39),

Peut-être, sauf s’il devient un cas d’école sur ce qu’il ne faut pas faire ! 😉

42.  Patrick Bousquet de Rouvex | 1/10/2010 @ 14:34 Répondre à ce commentaire

Alain (#26),
Non, ni la biodiversité, ni la génétique, ni les nano : ce sera la surpopulation et la faim dans le monde, et les taxes sont en préparation… :http://newsoftomorrow.org/spip.php?article8835

43.  volauvent | 1/10/2010 @ 15:02 Répondre à ce commentaire

Patrick Bousquet de Rouvex (#42),

La biodiversité est vraiment un bon candidat et tout se met en place. Sa financiarisation donnera lieu à la même convergence d’intérêts au départ antagonistes que le changement climatique. Tout le monde peut y trouver un fromage. Et comme pour le changement climatique, les bases scientifiques sont suffisamment floues pour qu’on leur fasse dire ce qu’on veut. Ce sera aussi un élément important pour le dialogue Nord/Sud (les méchantes multinationales qui pillent les recettes des indiens pour en faire des cosmétiques….).

On sent de la part des politiques une très nette mise en sourdine de Cancun en faveur de Nagoya… pour préparer Rio plus 20, qui sera plus global. Après tout, si cela permet un atterrissage en douceur de la bulle carbone au lieu d’une implosion, ce n’est pas plus mal. Pour beaucoup, Copenhague a été l’occasion de comprendre (enfin!) que le vrai problème global à résoudre, ce sont les relations Nord/Sud, réchauffement ou pas. Le problème du CO2 reprendra alors une place normale qu’il n’aurait jamais dû quitter, un problème potentiel parmi d’autres, banalisé. Et les comiques de l’hystérie actuelle replongeront dans l’anonymat ou rebondiront sans vergogne sur autre chose, selon leurs aptitudes à s’adapter.

44.  Araucan | 1/10/2010 @ 15:17 Répondre à ce commentaire

volauvent (#43),
Nayoga, c’est fait pour faire oublier Copenhague et montrer qu’il y a une convention internationale qui peut marcher. Une des raisons pour laquelle il y a eu autant de sur-investissement à Copenhague est que les conventions plus classiques étaient en panne (en particulier l’OMC).
Mais pour Nagoya, au-delà des promesses de financement (qui font souvent long-feu) et du protocole tordu sur les ressources génétiques qui se prépare (mais trop technique pour soulever les foules et crier à la victoire), que peut-il sortir de Nagoya ? Une xième stratégie dont les objectifs seront aussi irréalistes que des promesses de réduction de l’âge de départ à la retraite ? Des montages de financement bien plus complexes que ceux basés sur le carbone ? (c’est dire !).
Tout cela pour des sujets qui peuvent se révéler ou sont structurellement conflictuels (que faire avec les ressources naturelles, cf les motivations pour lesquelles les pays du sud ont refusé d’inscrire le thon rouge à la CITES), souveraineté nationale, droit au développement contre bien publics mondiaux et pilotage par des structures extérieures au pays concerné …
Allez il y aura bien un déclaration sur le fait qu’il faut protéger la biodiversité et passer le nombre d’aires protégées à 10 + x % de la surface (des terres ou des mers .

Le seul endroit ou cela aura un effet contraignant sera l’Union européenne comme d’habitude, où ce qui est volontaire devient obligatoire au filtre de Bruxelles.

La convention Climat aura perdu définitivement toute valeur magique qu’une fois le protocole de Kyoto expiré.

45.  jean l | 1/10/2010 @ 20:03 Répondre à ce commentaire

volauvent (#43),

La biodiversité est vraiment un bon candidat et tout se met en place. Sa financiarisation donnera lieu à la même convergence d’intérêts au départ antagonistes que le changement climatique. Tout le monde peut y trouver un fromage. Et comme pour le changement climatique, les bases scientifiques sont suffisamment floues pour qu’on leur fasse dire ce qu’on veut. Ce sera aussi un élément important pour le dialogue Nord/Sud (les méchantes multinationales qui pillent les recettes des indiens pour en faire des cosmétiques….).

Mais il reste un hic : la crédulité des peuples a ses limites. Aussi peu de temps après l’affaire du RCA, je doute fort qu’ils « marchent » dans une nouvelle combine concoctée par les Hansen, Hulot, borloo et cie.
vous connaissez le proverbe : à force de crier au loup…

46.  Murps | 2/10/2010 @ 8:58 Répondre à ce commentaire

La biodiversité…
http://www.pseudo-sciences.org.....rticle1442

Encore un truc bidon.
Le côté « support de militantisme écolo » d’un tel concept est bien plus évident que celui du RCA.

47.  Myke | 2/10/2010 @ 9:40 Répondre à ce commentaire

Murps (#46),
Ma femme, qui est prof de biologie, me dit grand bien d’Hervé Le Guyader et de son livre (« Classification phylogénétique … » datant de 2001). La conférence vaut certainement le coup. Avis aux Nantais !

48.  Araucan | 3/10/2010 @ 20:27 Répondre à ce commentaire

Myke (#47),

Compter un fan de plus … smile

49.  André | 7/10/2010 @ 12:36 Répondre à ce commentaire

Ben (#22),

A-t-on un peu plus de précisions sur la conférence projetée à Nantes ? Car je souhaiterais y assister.

Merci !

50.  Myke | 7/10/2010 @ 15:24 Répondre à ce commentaire

André (#49),
Mais Murps a donné le lien utile, si c’est bien à cela que vous faites allusion.

Sorry, the comment form is closed at this time.