Le climat a-t-il récemment basculé ?

Voici la traduction d'un des articles cités dans le billet de Judith Curry sur les bascules du climat, celui de Swanson et Tsonis 2009. L'autre article Tsonis et al. [2007], est et il y est fait régulièrement référence dans le texte qui suit. Araucan.

• • • • •

Le climat a-t-il récemment basculé ?

Kyle L. Swanson (Atmospheric Sciences Group, Department of Mathematical Sciences, University of Wisconsin-Milwaukee, Milwaukee, WI 53201, USA.) (kswanson@uwm.edu)

Anastasios A. Tsonis (Department of Mathematical Sciences, University of Wisconsin-Milwaukee, Milwaukee, Wisconsin, USA.

Cet article est une mise à jour d'un travail antérieur montrant que des changements spécifiques de l'évolution temporelle agrégée des modes principaux de variabilité océaniques ou atmosphériques de l'hémisphère nord sont des signes annonciateurs de changement de climat. Plus particulièrement, quand ces modes principaux sont synchronisés ou en résonance et que leur couplage augmente de concert, le système climatique apparaît entrer dans un nouvel état, signalé par une rupture dans la tendance de la température moyenne mondiale et dans le type de variabilité de l'El Niño/Oscillation australe (NdT : ou ENSO : El Niño/Southern Oscillation). Un nouveau moyen et amélioré de quantifier le couplage entre les modes climatiques confirme qu'une autre synchronisation de ces modes, suivie d'une augmentation de ce couplage apparut en 2001/2002. Cela laisse à penser qu'une rupture de la tendance de la température moyenne mondiale par rapport au réchauffement régulier de la période 1976-77 à 2001-02 a pu se produire.

 

1 Introduction.

 

La question de la variabilité climatique décennale et inter-décennale est d'une importance fondamentale, non seulement pour la science mais aussi pour la société tout entière. En interpréter le passé et faire des projections fondées de la variabilité potentielle future demande (i) d'identifier les processus dynamiques internes au système climatique qui la génère (voir Mantua et al. [1997]; Zhang et al. [1997]; Zhang et al. [2007]; Knight et al. [2005]; Dima and Lohmann [2007]) et (ii) de reconnaître la succession d'événements qui signale le début d'événements de large amplitude, par exemple, de bascules de l'état climatique. Ces bascules signifient tant des changements dans le comportement qualitatif des modes de variabilité climatiques, que des ruptures de la tendance des températures moyennes mondiale et des hémisphéres. La plus connue est celle intervenue en 1976-77. Cet hiver particulier inaugura une longue période où la partie tropicale de l'Océan pacifique fut plus chaud qu'habituellement, avec des événements ENSO marqués, en contraste avec la faible variabilité de l'ENSO des décennies antérieures (Hoerling et al. [2004]; Huang et al.[2005]). La température moyenne mondiale de surface montra une inflexion, en transition du refroidissement des décennies antérieures à 76/77 au fort réchauffement qui a caractérisé la fin du siècle.

Etendre l'analyse à tout le 20ième siècle (partie inférieure de la figure 1), met en évidence trois bascules du climat signalées par des ruptures de la tendance de la température dans le temps, en superposition d'un réchauffement général vraisemblablement du à l'augmentation des gaz à effet de serre. La température moyenne mondiale diminua avant la première guerre mondiale, augmenta dans les années 20 et 30, diminua des années 40 à 1976/77 puis comme noté ci-dessus augmenta ensuite jusqu'à la fin du siècle. Dans la mesure où elle est contrôlée par le bilan radiatif net au sommet de l'atmosphère (IPCC 2007), de telles ruptures de son évolution implique des discontinuités de ce bilan. Celles-ci sont difficiles à réconcilier avec l'évolution dans le temps supposée sans heurt des gaz à effets de serre anthropiques et du forçage radiatif des aérosols  (Hansen et al. 2003). Cela suggère qu'une réorganisation interne du système climatique sous-tend ces bascules (Zhang et al. 2007).

Cet article est une mise à jour d'un travail antérieur montrant une préfiguration de telles bascules climatiques dans l'évolution temporelle des modes principaux de variabilité océaniques ou atmosphériques de l'hémisphère nord (Tsonis et al. 2007). Il y était supposé que certains aspects du système climatique se comportent d'une manière analogue à des systèmes dynamiques chaotiques synchronisés (Bocaletti et al. 2002). En particulier, il a été montré que lorsque ces modes de variabilité sont synchronisées et que le couplage entre les modes augmente simultanément, le système climatique devient instable et entre dans un nouvel état. Cette succession d'événements est identique à celle des transitions entre régimes des systèmes dynamiques chaotiques synchronisés [Pecora et al. 1997]. Ce nouvel état se caractérise par une rupture de l'évolution de la température moyenne mondiale et dans la variabilité de l'ENSO. Une synchronisation suivie par une augmentation du couplage a coïncidé avec tous les changements majeurs du 20ième siècle et il a été aussi montré qu'elles caractérisent les changements climatiques dans les simulations océan-atmosphère. Alors que dans les observations, de telles ruptures dans l'évolution de la température sont clairement superposés à un réchauffement à l'échelle du siècle, potentiellement du à un forçage anthropique, ces ruptures résultent en écarts significatifs de ce réchauffement sur des périodes de temps de plusieurs décennies.

En utilisant une nouvelle mesure de la force de couplage, cette mise à jour montre que ces modes climatiques se sont récemment synchronisés, avec un pic de synchronisation en 2001/2002. Celle-ci a été suivie par une augmentation du couplage. Cela suggère que le système climatique pourrait avoir basculé de nouveau, avec un changement conséquent dans l'évolution de la température moyenne mondiale par rapport au réchauffement post 1976/77 vers une nouvelle période (de durée indéterminée) de température moyenne mondiale à peu près constante.

 

101.  Caille folle | 20/01/2011 @ 23:51 Répondre à ce commentaire

Laurent (#91),

Certes, il y a des sources de carbone, mais il y a aussi des puits: sans apport extérieur les flux sont équilibrés.

Vous refusez de reconnaître que l’augmentation de CO2 est due aux activités humaines car le film que vous défendez sous entend le contraire.
L’augmentation de CO2 est due aux activités humaines:
concentration record depuis plusieurs centaines de milliers d’années, émissions d’environ 10 milliards de tonnes par an qui vont bien quelque part…, augmentation régulière (où est la corrélation avec les éruptions volcaniques discutées dans votre film ?), analyses isotopiques qui montrent indiscutablement que le carbone excédentaire est issu de la combustion de carbone fossile.

102.  M | 20/01/2011 @ 23:57 Répondre à ce commentaire

Pauvre petite caille folle sourde et aveugle à tout raisonnement logique, qui ne sait que répéter comme un perroquet ce qu’elle a appris sur ses seules sources réchauffistes.

103.  Laurent | 21/01/2011 @ 0:29 Répondre à ce commentaire

Caille folle (#100),

mais il y a aussi des puits

Non? sans déconner…. 😉

sans apport extérieur les flux sont équilibrés.

Affirmation sans preuves. Sans mesure précise de bilan, secteur par secteur, il est totalement impossible d’affirmer ce que vous dites…
C’est pourquoi que tu croie qu’on envoie de nouveaux capteurs dans l’espace pour justement essayer de mesurer ces bilans petite caille…. juste pour s’amuser à dépenser des centaines de millions d’Euro que la recherche a en trop? 😉

Vous refusez de reconnaître que l’augmentation de CO2 est due aux activités humaines

Je ne refuse rien, je ne sais pas quelle portion des émissions anthropique participe aux bilans d’augmentation de CO2… et sans mesure précise, personne ne le sait…

L’augmentation de CO2 est due aux activités humaines

Question affirmation tu es très forte… question preuves et argumentation, tu vaux 0….
Il y a de grandes chances qu’une partie de cette augmentation soit due aux activités anthropique…. sans bilan précis de mesure secteur par secteur, je, et toi, et tout le monde est infoutu de dire combien

émissions d’environ 10 milliards de tonnes par an qui vont bien quelque part

Non? sans blague?… et quelle est la portion qui d’après toi reste effectivement dans l’atmosphère?
Tu n’a rien pour le dire, pas un seul bilan sérieux appuyé sur des mesures précises.

analyses isotopiques qui montrent indiscutablement que le carbone excédentaire est issu de la combustion de carbone fossile.

D’après certaines publications…. alors que d’autres montrent « indiscutablement » autre chose… 😉

Manichéenne la petite caille… elle ne retiens que ce qui va dans son sens, et ne se pose jamais de question… comme beaucoup de carbocentristes amateurs… 😉

104.  M | 21/01/2011 @ 2:35 Répondre à ce commentaire

Laurent (#102),

« tout le monde est infoutu de dire combien »

Il a fallu que je vienne sur des forums et blogs français pour découvrir le mot « infoutu » – que le dictionnaire de FF ne connaît toujours pas et j’ai les trois dernières versions dites classique, réforme et moderne. Chez nous on dit plutôt « pas fichu » ou « pas foutu ».

Plus sérieusement, ces quantités de CO2 anthropique émises sont aussi calculées à la grosse louche en se basant principalement sur les consommations de pétrole, de charbon et de bois que des états veulent bien communiquer à une agence onusienne/américaine de l’énergie. Et les données fournies datent souvent quelque peu… même pour des pays gros producteurs comme la Chine et la Russie.

Qui pourrait estimer avec un peu de précision le bilan des seuls incendies de forêt russes de cet été. Combien de tonnes de bois mais aussi de tonnes de tourbe (invisible) sont parties en fumée ?

105.  Murps | 21/01/2011 @ 7:24 Répondre à ce commentaire

M (#104),

“tout le monde est infoutu de dire combien”

Chez nous on dit plutôt “pas fichu” ou “pas foutu”.

La langue française est une langue vivante, elle évolue.
J’utilise le terme « infoutu » depuis ma plus tendre enfance…
😉

Par contre le terme « puits de carbone » utilisé par les agités du bulbe m’a toujours paru suspect. Allez savoir pourquoi, ça me fait penser au sexe des anges !

106.  pecqror | 21/01/2011 @ 10:33 Répondre à ce commentaire

M (#103),

Qui pourrait estimer avec un peu de précision le bilan des seuls incendies de forêt russes de cet été. Combien de tonnes de bois mais aussi de tonnes de tourbe (invisible) sont parties en fumée ?

A la louche, je dirais 100 millions de tonnes de C

107.  williams | 23/01/2011 @ 12:31 Répondre à ce commentaire

Voilà que Tamino http://tamino.wordpress.com/ a fait une courbe en supprimant les effets sur le climat des phénomènes naturels comme l’ENSO (El Nino ou La Nina), éruptions volcaniques…

Faire une courbe en suprimant les phénomènes naturels qui influencent le climat a court et moyen terme n’a aucun sens. Ca ne montre absoluement pas comment évoluent le climat vu que la moyenne des données des relevés des températures au sol et de la SST sont traphiquées en faisant ainsi alors.

Ceci est une façon de faire croire se qu’on veus ! Et voilà que des réchauffistes utilise maintenant !

Concernant ce Tamino quelqu’un sait il qui sais exactement (est ce un scientique…) ?

Williams

108.  Myke | 23/01/2011 @ 12:37 Répondre à ce commentaire

williams (#107),
une pièce à conviction (parmi d’autres)
http://wattsupwiththat.com/201.....ll-tamino/

109.  Patrick Bousquet de Rouvex | 23/01/2011 @ 12:45 Répondre à ce commentaire

williams (#107),

(est ce un scientique…) ?

Oui, ça doit être un « scientique » ! Pas un scientifique, en tout cas…

110.  Bob | 23/01/2011 @ 12:51 Répondre à ce commentaire

William :

Tamino est Grant Foster, un gars qui a publié en 1990 sur les étoiles.
Voir ici dans les emails du climategate :

http://www.eastangliaemails.co.....;kw=tamino

111.  williams | 23/01/2011 @ 13:08 Répondre à ce commentaire

Patrick Bousquet de Rouvex (#109),

Oui, en allant trop vite a la dernière phrase j’ai fais des fautes.

Williams

112.  Patrick Bousquet de Rouvex | 23/01/2011 @ 17:51 Répondre à ce commentaire

williams (#111), mais non, c’est excellent au contraire : c’est souvent par erreur que se font les grandes découvertes (pénicilline, etc.) et pourquoi pas les nouveaux mots pertinents ?

113.  Patrick Bousquet de Rouvex | 23/01/2011 @ 17:56 Répondre à ce commentaire

Je propose donc, en parallèle aux « climatomanciens » de Ben, le terme de « scientiques » pour tous ces suceurs de sang des pauvres peuples effarés par leurs balivernes pseudo-scientifiques de banquises qui fondent à vive allure, d’ours blancs qui ne savent plus nager et de mers qui submergent les littoraux jusqu’à Paris !

114.  JG2433 | 23/01/2011 @ 18:41 Répondre à ce commentaire

Patrick Bousquet de Rouvex (#113),

Approche lexicologique :

• Science –> Scientifique

115.  JG2433 | 23/01/2011 @ 18:54 Répondre à ce commentaire

Patrick Bousquet de Rouvex (#113),

Invention lexicologique toute à fait personnelle :
• Science –> Scientifique
• Scientisme –> Scientique* smile

116.  JG2433 | 23/01/2011 @ 19:07 Répondre à ce commentaire

williams (#111),
Il y a eu de ma part une probable fausse manœuvre à l’origine de l’envoi prématuré d’un premier post tronqué (# 114).

J’ajoute à mon post #115 (cf : le smiley smile) :
Confirmant à ma façon l’appréciation de votre lapsus par PBR, je trouve que dans votre faute de frappe, il y a plus matière à rire qu’à blâmer. smile

117.  Patrick Bousquet de Rouvex | 23/01/2011 @ 19:54 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#116), exact, avec en plus un côté mot-valise qui évoque un parasite peu ragoutant…

118.  Patrick Bousquet de Rouvex | 23/01/2011 @ 19:57 Répondre à ce commentaire

c’était plutôt une approbation du post 115 !

119.  M | 23/01/2011 @ 21:15 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#116),

Sur un blog en grand-breton j’ai même vu « scientWist ».

Pas sûr que c’était voulu … mais même sur un clavier QWERTY, le W est séparé du T par deux touches, ce qui rend la bête faute de frappe peu crédible…

[HS]
Savez-vous que dans le fichier d’affixes fr*.aff utilisé par le vérificateur d’OOo, il y a une description du clavier AZERTY pour détecter les faute de frappe de touches voisines et suggérer des corrections plus pertinentes.

C’est la règle KEY (qui tient sur une seule ligne):
KEY azertyuiop|qsdfghjklmù|wxcvbn|aéz|yèu|iço|oàp|aqz|zse|edr|rft|tgy|yhu|uji|iko|olpm|qws|sxd|dcf|fvg|gbh|hnj
[/HS]

Sorry, the comment form is closed at this time.