Prédictions 2011.

Juste un post pour collectionner les prédictions qui vont être faites en 2011. Elles se font certes plus rares qu'avant Copenhague (allez savoir pourquoi) … mais il semble bien que certains ne puissent s'en empêcher … Les prédictions les plus notables seront ajoutées au présent post. N'hésitez pas à en proposer (avec citation originale incluant la date, traduction, lien ou publication avec références). Ah oui, juste à propos du RCA !

Vous pouvez aussi aller faire un tour sur http://www.2012predictions.net/environmental.htm 🙂 .

• • • • •

1 Températures (page 2) – Nombre :5 (dont une de Hansen …)

2 Niveau des mers (page 3) – Nombre :

3 Acidité des mers (page 4) – Nombre :

4 Arctique (page 5) – Nombre : 6

5 Antarctique (page 6) – Nombre : 1

6 Glaciers (page  7) – Nombre : 2

7 Catastrophes naturelles (page 8) – Nombre :2

8 Eau potable, alimentation, biodiversité, maladies (page 9) – Nombre :1

9 Politique (page 10) – Nombre :

10 Divers (page 11) – Nombre :1

Dernière mise à jour le 16/11/2011

• • • • •

Pour le florilège des prédictions faites antérieurement, voir le site Real Science.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

590 Comments     Poster votre commentaire »

551.  Araucan | 16/09/2011 @ 23:06 Répondre à ce commentaire

Prévisions au choix sur la glace arctique

La disparition de la mer de glace a déjà atteint des niveaux que les scientifiques ne prévoyaient pas avant trente ans.

Le Groupe Intergouvernemental d’experts des Nations Unies sur l’Evolution du Climat utilise des modèles qui prévoient que l’Arctique sera dépourvu de glace d’ici la fin du siècle.

Mais cela pourrait se produire dès 2013, d’après l’une des estimations les plus catastrophistes. D’autres experts pensent que l’Océan Arctique sera dépourvu de glace d’ici 2020-2050.

« Je pense qu’il y a encore une grande probabilité pour que l’Océan Arctique soit dépourvu de glace en été autour de 2016, à plus ou moins trois ans » a déclaré Wieslaw Maslowski de la Naval Postgraduate School.

Il est plus difficile de mesurer l’épaisseur de la glace que sa superficie, les deux étant en baisse, d’après les scientifiques.

http://www.actualites-news-env.....tique.html

552.  Bob | 16/09/2011 @ 23:21 Répondre à ce commentaire

Araucan #551

Ce canard (http://www.actualites-news-env.....tique.html)
accumule les âneries…

553.  lemiere jacques | 17/09/2011 @ 11:48 Répondre à ce commentaire

Papyjako (#536),

Depuis 1998, l’année la plus chaude est 1998.

et le gros problème de tout ce débat qui le rend complètement ridicule c’est que ce n’est que la température de la basse atmosphère …quant à la « chaleur » , déjà bien difficile à définir pour un système non équilibré, eh bien personne ne sait qu’en dire, c’est pourtant la seule grandeur qu’on puisse relier à un « forçage »…pour ça devrait suffire à etre modeste…

554.  Araucan | 17/09/2011 @ 18:36 Répondre à ce commentaire

Bob (#552),

Oh, ce sont juste les prédictions qui m’amusent ici, surtout qu’il y a les dates de 2013 et 2016 …

555.  Bob | 17/09/2011 @ 18:42 Répondre à ce commentaire

Araucan #554

Hé, hé !
Je comprends ça !

556.  Mihai V | 17/09/2011 @ 20:27 Répondre à ce commentaire

Depuis 1998, l’année la plus chaude est 1998.

Sauf que sur base des températures relevées à Liège-Bierset (aéroport), station 64780 EBLG, à 5 km de chez moi et à la même altitude à 10 m près, pour la période 1973-2010 :
2005 vient en première position avec une moyenne annuelle de 11.4 °C et
1998 seulement en 14e position avec 10.3 (10.31 avant arrondi)
La température moyenne sur ces 38 ans est de 9.8°C (9.77 avant arrondi).

Exemples de relevés mensuels de TuTiempo :
Juillet 1998 : T = 16.6
August 1998 : T= 18
juillet 2011 : T =15.6

Voilà ce que cela donne, en détails :

#__Année_T____(T avant arrondi final)
01 2005 11.4 (11.35)
02 2006 11.3 (11.27)
03 2007 11.1 (11.14)
04 1994 11.0 (11.01)
05 2002 11.0 (10.97)
06 2003 10.9 (10.93)
07 2000 10.7 (10.73)
08 1999 10.7 (10.72)
09 1995 10.6 (10.63)
10 2009 10.4 (10.43)
11 1989 10.4 (10.40)
12 1990 10.3 (10.34)
13 2008 10.3 (10.32)
14 1998 10.3 (10.31)
15 1997 10.3 (10.27)
16 2004 10.2 (10.22)
17 1992 10.2 (10.16)
18 2001 10.1 (10.13)
19 1993 9.9 ( 9.91)
20 1976 9.8 ( 9.82)
21 1988 9.8 ( 9.79)
22 1982 9.7 ( 9.73)
23 1983 9.5 ( 9.51)
24 1974 9.4 ( 9.43)
25 1975 9.4 ( 9.35)
26 1977 9.3 ( 9.29)
27 1991 9.2 ( 9.23)
28 2010 9.1 ( 9.08)
29 1981 9.0 ( 9.01)
30 1973 9.0 ( 8.97)
31 1996 8.8 ( 8.79)
32 1980 8.6 ( 8.64)
33 1984 8.6 ( 8.61)
34 1978 8.5 ( 8.49)
35 1979 8.3 ( 8.33)
36 1986 8.2 ( 8.19)
37 1987 8.1 ( 8.07)
38 1985 7.7 ( 7.69)

557.  Araucan | 28/11/2011 @ 7:39 Répondre à ce commentaire

http://www.sudouest.fr/2011/11.....77-706.php

Il y a le feu à la banquise : le scénario du réchauffement climatique pour l’Europe

Dans un contexte tendu, après l’échec de la conférence sur le climat de Copenhague (novembre 2009) et le bilan insatisfaisant de celle de Cancun en 2010, retour sur le cri d’alarme lancé en septembre dernier par les océanographes et glaciologues, concernant la fonte estivale de la banquise et ses conséquences pour la planète.

1) Pas de vacances pour le changement climatique en 2011…

S’il a fait froid et beaucoup plu en juillet en France, bien plus haut dans le Grand Nord, la fonte estivale de la banquise arctique a battu cet été des records qui n’étaient attendus que dans 30 ans, selon les projections du dernier rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec), en 2007. Océanographes et glaciologues le confirment dans deux nouvelles études publiées en septembre par l’université de Brême (Allemagne) et le Centre national d’étude de la neige et de la glace (NSIDC) [site en anglais ] : la glace de mer de l’hémisphère nord , à la fin de l’été, est désormais au plus proche de son minimum annuel et ne s’étend plus que sur environ 4,3 millions de Km.

2) La situation en 2016 : un été arctique sans glace ?

Ce spectaculaire retrait a déjà atteint il y a quatre ans, en 2007, où, pour les glaciologues, l’Arctique est entré dans un nouveau régime climatique, et probablement la planète avec lui : sur les 32 années de collecte de données satellitaires, les cinq records de fonte ont eu lieu ces cinq dernières années. L’été 2011 remet une nouvelle fois les pendules de la planète à l’heure : si la tendance actuelle se poursuit, c’est désormais dans environ cinq ans, dès 2016 (entre 2013 et 2019), que l’océan Arctique pourrait être libre de glace à la fin de l’été. D’autres experts, moins pessimistes, tablent sur un été sans glace entre 2020 et 2050. Bien sûr, la banquise devrait toujours se reformer en hiver, mais sa disparition en été aura pour corollaires l’accroissement du réchauffement des eaux de l’océan arctique et la fonte des glaciers du Groenland, deux paramètres de l’élévation du niveau marin, et du renforcement du changement climatique global en cours.

3) Ce qui va se passer en Europe

* Une érosion de 15 % des côtes européennes ces 25 dernières années.

Selon le Journal de l’environnement, un troisième rapport, qui vient d’être rendu par le programme européen CLAMER (Climate Change and European Marine Ecosystem Research), montre à son tour que la fonte des glaces arctiques a provoqué des changements sans précédents et beaucoup plus rapides qu’attendu, sur les mers et océans de l’Europe, depuis 1986. Les experts des 17 instituts océanographiques de 10 pays européens, réunis à Bruxelles le 15 septembre dernier, ont ainsi établi que la combinaison de la hausse du niveau de la mer et de vents plus puissants a contribué à l’érosion de 15% des côtes européennes. Phénomène douloureusement observé sur le littoral atlantique de notre région, avec le recul du trait de côte que Sud Ouest suit à la loupe depuis plusieurs années.

* Gros coup de chaud en vue pour les mers d’Europe.

Sur cette même période, les eaux des mers européennes se sont réchauffé environ dix fois plus vite que le taux moyen observé pour le XXe siècle, et ce, à mesure de la fonte de la glace de l’Arctique. En Europe, la hausse des températures à la surface des eaux a été trois à six fois plus forte que la moyenne mondiale. Quant aux modélisations du CLAMER, elles excèdent là aussi largement le rapport du GIEC de 2007 : pour le réchauffement des océans, les dernières simulations suggèrent qu’un réchauffement de 1,5 °C à 5° c est attendu dans le golfe de Gascogne à la fin du XXIème siècle. Enfin, si la hausse du niveau de la mer reste très difficile à prévoir, elle est aussi revue à la hausse : elle pourrait atteindre 0,6 m à 1,9 m le long de certaines côtes européennes en 2100.

* La balle est dans le camp de la communauté internationale.

Décidément, comme en 2010, l’actualité 2011 du changement climatique pulvérise littéralement les projections émises par le GIEC en 2007. Très attendu par la communauté scientifique, le prochain rapport du GIEC, dont la publication est prévue pour 2014, est déjà sur le feu. D’ici là, tous les voyants rouges du climat ne devraient pas cesser de clignoter furieusement. Le temps semble s’accélérer et, selon les scientifiques, c’est après-demain, sinon demain, que notre système climatique pourrait connaître des bouleversements majeurs, accompagnés d’une hausse importante du niveau marin. La communauté internationale va-t-elle rompre à Durban avec l’attitude de renoncement qu’elle semble avoir adoptée pour la question climatique depuis l’échec de Copenhague ? C’est à souhaiter. Les scientifiques ne cachent plus leur inquiétude : oui, il y a bien le feu à la banquise.

Communiqué de presse Clamer

LONDRES (Reuters) – Les mers européennes sont soumises à des changements d’une rapidité sans précédent en raison de la fonte des glaces arctiques, de la hausse des températures et de la migration de la vie marine dues au changement climatique, écrivent des experts dans un rapport.

Cette étude a été réalisée par le Clamer, projet européen qui réunit 17 instituts océanographiques de dix pays.

“Le changement est clairement visible et il est beaucoup plus rapide que ce que nous pensions”, a déclaré mardi à Reuters Carlo Heip, chef de file du projet Clamer et principal auteur du rapport.

Lors de ces 25 dernières années, la température de la mer a augmenté à mesure de la fonte de la glace de l’Arctique. La combinaison de la hausse du niveau de la mer et de vents plus puissants a contribué à l’érosion de 15% des côtes européennes, explique le rapport.

Sur cette période, les eaux se sont réchauffées environ dix fois plus vite que le taux moyen observé pour le XXe siècle.

De 1986 à 2006, la hausse des températures à la surface des eaux européennes a été trois à six fois plus forte que la moyenne mondiale.

“Les simulations indiquent qu’à la fin du XXIe siècle, la température de la mer Baltique aura augmenté de 2 à 4 degrés, celle de la mer du Nord de 1,7 degré et celle du golfe de Gascogne de 1,5 à 5 degrés”, poursuivent les experts.

Concernant la hausse du niveau de la mer, les estimations pour 2100 prévoient une élévation de 60 cm à 1,9 mètre pour certaines côtes britanniques.

UN ÉTÉ SANS GLACE EN 2013 ?

Deux autres études publiées mardi par l’université de Brême et le Centre national d’étude de la neige et de la glace (NSIDC), basé aux Etats-Unis, montrent que la fonte de la glace en Arctique s’est accélérée, pouvant laisser imaginer un été sans glace d’ici une décennie.

Les cinq fontes estivales les plus importantes ces 32 dernières années ont toutes été enregistrées ces cinq dernières années et les chercheurs affirment que la glace disparaît plus vite que prévu durant l’été.

“La possibilité d’avoir un été arctique sans glace arrive à grands pas. De nombreuses données indiquent que les modèles sous-estiment la vitesse de la perte de la glace”, a dit Kim Holmen, directeur de recherche à l’institut polaire norvégien.

La fonte de la glace en été a déjà atteint des niveaux qui étaient attendus pour dans 30 ans, selon un rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC).

Les prévisions du GIEC laissaient entendre qu’un été sans glace pouvait advenir à la fin du siècle. Mais selon les hypothèses les plus alarmistes, cela pourrait être le cas dès 2013, tandis que d’autres experts optent pour un été sans glace entre 2020 et 2050.

“J’estime qu’il y a une grande probabilité d’assister à un été sans glace dans l’océan Arctique aux alentours de 2016, avec une fourchette de trois ans dans les deux sens”, a dit Wieslaw Maslowski de la Naval postgraduate school, située en Californie.

http://www.fedre.org/content/r.....uropeennes

558.  yvesdemars | 28/11/2011 @ 14:24 Répondre à ce commentaire

Araucan (#557),

le détestable quotidien de ma région que je n’achète plus depuis longtemps tant il est désinformateur et faux c… est un défenseur acharné du GIEC et généralement de la pensée unique tant en matière environnementale qu’économique

Je rappellerai simplement que dans les années 1980 (à l’époque on ne parlait pas de RCA) SO avait prédit que Lacanau serait une île au début des années 2000 …. Le recul du trait de côte de la côte landaise et girondine n’est pas tant dû à la hausse du niveau des mers qu’aux courants face à un glacis sédimentaire qui n’est pas renouvelé.

Que veut dire une érosion de 15% des côtes européennes ??? est une longueur de côtes qui reculent ou un trait de côte qui recule de 15% de quoi?? ça mériterait un zéro … (manque de définition)

selon des prévisions plus alarmistes ( langage codé habituel qui insinue au lieu des dire clarement

notons que la presse ne parle que peu de Durban (sans doute échuadée par le fiasco de Coipenhague)

559.  Araucan | 28/11/2011 @ 14:54 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#558),

S'il n'y a pas tant d'articles que cela, c'est qu'il n'y a pas grand chose (de spectaculaire) ni de grandes nouvelles à attendre.

Mais si vous voulez suivre jour par jour voici un site (avec des photos ! 🙂 )

http://www.iisd.ca/vol12/enb12523f.html (la version anglais arrive plus tôt que la version française)

http://unfccc.int/meetings/dur.....g/6245.php

http://unfccc.int/meetings/dur.....g/6245.php

560.  Bob | 28/11/2011 @ 18:50 Répondre à ce commentaire

Araucan (#559),

Et la météo de Durban pour la sauterie, c’est là :

http://www.meteox.fr/14_jours_.....tlng=30.94|-29.84

Bon, il va pas faire très chaud, mais pas de neige annoncée (Al Gore, reviens !).
Par contre, un peu de pluie.

561.  Patrick Bousquet de Rouvex | 1/12/2011 @ 13:04 Répondre à ce commentaire

Bob (#560), Dommage pour eux qui avaient pourtant choisi un pays où l’été débute, pour ne pas risquer de se retrouver pris dans les glaces comme à Copenhague !!

562.  the fritz | 1/12/2011 @ 13:16 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#558),
Coipenhague
——————–
Et pourquoi pas Coïtenhate, tant qu’on y est

563.  Araucan | 8/12/2011 @ 21:22 Répondre à ce commentaire

De la part de Bob

Bob (#1637),

Durban oblige, l’ex-physicien nucléaire (brièvement) Foucart du Monde nous ressort le grand prêtre de la secte : James Hansen, l’astrologue, pour motiver les foules plutôt sceptiques :

http://www.lemonde.fr/planete/…..L-32280515

Pour Hansen, pshhittt, disparu l’holocène, il a cinq mille ans. Plus de période Romaine, médiévale etc..
On aura la température la plus chaude depuis au moins 3,2 millions d’années…nous assure le gourou interplanétaire spécialiste de Vénus.

Les enchères restent ouvertes, mais pour l’instant, c’est quand même le biologiste Jean Didier Vincent qui tient le record car il a promis l’apocalypse imminente avec +2° en 2014. (sur la 3). Il n’a pas dit combien il ferait en 2100 mais, si on extrapole, nous serons tous frits.

Je le mets en entier :

San Francisco Envoyé spécial – Deux petits degrés Celsius de plus par rapport aux températures préindustrielles seraient déjà « un désastre ». Présentant de nouvelles données au congrès d’automne de l’American Geophysical Union (AGU), qui se tient à San Francisco (Etats-Unis), le climatologue James Hansen a adressé, dans une conférence donnée mercredi 7 décembre, une sévère mise en garde aux négociateurs réunis à Durban (Afrique du Sud).

Selon le chercheur, célèbre pour avoir été le premier scientifique, en 1988, à tirer le signal d’alarme sur la question climatique, le seuil des 2 0C de réchauffement fixé par la communauté internationale ne permet pas de protéger les sociétés sur le long terme. Le directeur du Goddard Institute for Space Studies (GISS), principal laboratoire d’études climatiques de la NASA, présentait une reconstruction de l’évolution des températures au cours des 5 millions d’années écoulées. « Nous sommes aujourd’hui tout près des températures de la période de l’éémien, il y a 130 000 ans, ou du holsteinien, il y a 400 000 ans, a déclaré M. Hansen. Or, à ces deux périodes, nous savons que le niveau moyen des mers était de 4 à 6 mètres plus élevé qu’aujourd’hui. »

Ses travaux, menés avec Makiko Sato (GISS), montrent qu’avec un degré de plus qu’aujourd’hui – c’est-à-dire 1,7 0C de plus par rapport au niveau préindustriel -, la Terre excéderait les températures atteintes au cours de ces deux récents pics de chaleur. Elle atteindrait sa période la plus chaude depuis environ 3,2 millions d’années. « Dépasser ce réchauffement renverrait le climat à ce qu’il était au début du pliocène », lorsque les océans étaient environ 25 m au-dessus de leur hauteur actuelle, ajoute le chercheur. « Si la teneur en CO2 venait à doubler, précise-t-il, cela reviendrait à augmenter la température moyenne d’environ 3 0C (par rapport au niveau préindustriel) et cela renverrait la planète à un état où la cryosphère (l’ensemble des glaces de mer et des glaciers continentaux) n’existait pas. »

Fonte des calottes

La hausse des températures ne fait pas monter les océans instantanément : le système se met lentement à l’équilibre. Mais, selon M. Hansen, les données paléoclimatiques montrent que le rythme d’élévation des mers peut atteindre 1 m à 2,5 m par siècle, en raison de la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique.

Le seuil de 2 0C au-dessus des niveaux préindustriels est la certitude d’un « désastre à long terme », conclut M. Hansen. Même si « nous ne savons pas précisément à quel terme ». Pour le chercheur, connu pour ses positions très tranchées et jouissant d’un grand prestige dans la communauté scientifique, « pour conserver un climat qui ressemble à peu près à celui de l’holocène, la période au cours de laquelle la civilisation s’est développée », il faut « maintenir la concentration de CO2 atmosphérique sous les 350 parties par million (ppm) ». Elle était de 270 ppm au XIXe siècle et elle est aujourd’hui de 390 ppm.

Mais, ajoute le directeur du GISS, il est possible de la faire baisser « en supposant que la reforestation peut pomper 100 milliards de tonnes de carbone » et « en réduisant les émissions de 6 % par an, en commençant dès l’an prochain ». Or, rappelle-t-il, « si nous avions commencé il y a seulement cinq ans, une baisse de 3 % par an aurait suffi ».
Stéphane Foucart

De mes cours de géologie, il m’en souvenait que le Pliocène était une période plutôt agréable. Mais l’histoire se réécrit, forcément .

564.  Mihai V | 8/12/2011 @ 21:49 Répondre à ce commentaire

Araucan (#563),

Le lien dans le message précédent ne fonctionne pas.
Voici le lien vers l’article de l’imMonde.

Des cinq commentaire actuels, quatre viennent de « convaincus« . C’est à désespérer.

565.  Laurent Berthod | 8/12/2011 @ 23:13 Répondre à ce commentaire

Mihai V (#564),

Des cinq commentaire actuels, quatre viennent de “convaincus“. C’est à désespérer.

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Aujourd’hui pour être abonné au Monde, il faut être convaincu !

Outre les aspects idéologiques, si vous êtes parisien vous recevez votre torchon le lendemain matin du jour où vous pouvez le trouver en kiosque dès 14 heures, si vous habitez en province, et que vous n’êtes pas retraité, vous le trouvez dans votre boîte aux lettres le soir en rentrant du boulot le lendemain de sa parution (en province on bosse plus tôt qu’à Paris et la distribution du courrier y est plus tardive ! Je le sais j’en ai fait l’expérience). Pour être abonné, il faut donc soit être convaincu, soit être radin, soit être provincial retraité !

566.  yvesdemars | 9/12/2011 @ 17:52 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#565),
tant qu’ils ne sont pas convainqueurs tout espoir n’est pas perdu 🙂

567.  Laurent Berthod | 9/12/2011 @ 21:15 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#566),

😀 😀 😀

568.  williams | 20/01/2012 @ 17:35 Répondre à ce commentaire

williams (#3),

Il y a un an j’avais simulé la prévision de la moyenne de l’anomalie annuelle des températures globales que devrait nous donner la NOAA. Voilà que le site de la NOAA ( http://www.ncdc.noaa.gov/cmb-faq/anomalies.html ) vient d’être mis à jour et nous dit que 2011 a une moyenne de l’anomalie de la température globale de 0,5123°C. Ce qui est telle comme je l’avais prévu en janvier 2011 comme vous pouvez le vérifier : Il y a un an j’avais simulé la prévision de la moyenne de l’anomalie annuelle des températures globales que devrait nous donner la NOAA. Voilà que le site de la NOAA ( http://www.ncdc.noaa.gov/cmb-faq/anomalies.html ) vient d’être mis à jour et nous dit que 2011 a une moyenne de l’anomalie de la température globale de 0,5123°C. Ce qui est telle comme je l’avais prévu en janvier 2011 comme ci-dessus vous pouvez le vérifier.

Depuis 3 ans que je fais ces prévisions annuelles de l’anomalie de la température sur Terre, c’est la 3ème années consécutives où les prévisions sont juste avec une simulation tenant compte de tout (ENSO, AMO, activité solaire, CO2 etc) comme je l’explique dans cette page de mon site et comme le montre une page où vous avez le lien dans cette page http://la.climatologie.free.fr.....fement.htm .

Pour 2012 voici la prévision annuelle de la température de la Terre que je prévois suivant les données de la NOAA. 2012 devrait avoir une anomalie supèrieure à celle de 2011 comme on passe d’un La Nina en 2011 à un La Nada pour 2012.

Donc l’anomalie de la température sur Terre devrait être de 0,582 à +ou-0,04°C à la fin de l’année avec les données de la NOAA.

Williams

Williams

569.  Patrick Bousquet de Rouvex | 22/01/2012 @ 0:39 Répondre à ce commentaire

williams (#568), de + 0.5 ou -0.5 ?

570.  Mihai V | 22/01/2012 @ 3:12 Répondre à ce commentaire

williams (#568),

… et nous dit que 2011 a une moyenne de l’anomalie de la température globale de 0,5123°C.

Cette anomalie serait donc, selon la NOAA, déterminée au dix-millième de degré près.
C’est ASTAP (à se taper le cul par terre jusqu’à production d’étincelles) comme on dit chez nous.

Ils nous prennent vraiment pour des c.ns.

571.  Bob | 22/01/2012 @ 12:46 Répondre à ce commentaire

Mihai V (#570),

Ils nous prennent vraiment pour des c.ns.

Je ne pense pas. Ils ont simplement reproduit le résultat brut donné par l’ordinateur de service en oubliant sa signification.
Et de nos jours, ils prétendent mesurer la « température moyenne de l’air à la surface de la planète » à 0,05°C près ! (Authentique !)
Qui va le croire ? A part eux.

Il semble que la calamitologie ait oublié toutes les notions fondamentales relatives aux incertitudes et aux marges d’erreurs.

…Sans doute un autre effet pervers de la modélisation informatique;

Autrefois, il était impératif d’indiquer les résultats des mesures avec des marges d’erreur.
+ ou – 0,1°C par exemple et on voyait ainsi immédiatement que les chiffres qui indiquaient les centièmes, les millièmes, les dix-millièmes n’avaient aucun sens.

Je suis convaincu que les calamitologues ont, de manière générale, été les victimes d’un enseignement secondaire (et ultérieur) laxiste et dégradé.
Oui, c’est ASTAP.

572.  Marot | 22/01/2012 @ 13:22 Répondre à ce commentaire

williams (#568)
Vos prévisions sont de beaucoup meilleures que toutes les autres.

Sincères félicitations.

573.  miniTAX | 22/01/2012 @ 16:10 Répondre à ce commentaire

Williams : « Donc l’anomalie de la température sur Terre devrait être de 0,582 à +ou-0,04°C »
Bob (#571),
Williams aussi a besoin d’une remise de niveau en physique de seconde.
Il n’y a que les scientologues du climat pour pondre plus de décimales que l’incertitude.

574.  miniTAX | 22/01/2012 @ 16:13 Répondre à ce commentaire

« Je suis convaincu que les calamitologues ont, de manière générale, été les victimes d’un enseignement secondaire (et ultérieur) laxiste et dégradé. »
—————–
Je confirme, la méthode « globale » est appliquée aussi au climat et pas seulement à la lecture. Le résultat est le même à chaque fois, un désastre.

575.  JG2433 | 22/01/2012 @ 16:39 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#574),

la méthode “globale” est appliquée aussi au climat et pas seulement à la lecture. Le résultat est le même à chaque fois, un désastre.

Une différence notable entre ces deux désastres :
— l’un est sensé se produire en 2100,
— l’autre est d’ores et déjà advenu.
J’ai juste ? 😕

576.  Mihai V | 22/01/2012 @ 23:12 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#575),

Si je puis me permettre, une petite mise au point :
– l’un est censé se produire en 2100.
On confond souvent « sensé » (qui a du sens) et « censé » ( supposé).

Pour le reste vous avez juste.

577.  JG2433 | 22/01/2012 @ 23:51 Répondre à ce commentaire

Mihai V (#576),

Si je puis me permettre

Bien sûr !
J’ajoute que la commission de ce genre de faute que je suis amené à faire, je ne les apprécie guère.
La cause en est une relecture trop rapide ou « zappée ».
Et ensuite, reproches (tardifs) assurés.
Le fauteur ne va toutefois pas jusqu’à s’infliger des punitions…

578.  williams | 23/01/2012 @ 13:37 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#573),

Williams : “Donc l’anomalie de la température sur Terre devrait être de 0,582 à +ou-0,04°C”
Bob (#571),
Williams aussi a besoin d’une remise de niveau en physique de seconde.
Il n’y a que les scientologues du climat pour pondre plus de décimales que l’incertitude.

miniTAX, si ici j’ai donné ma prévision au 1000ème près c’est pour la simple raison que la NOAA fait ainsi comme tu peux vérifier et donc pour comparer avec eux après. Si je ne fais pas comme eu et donnerais une prévision au 10ème près cela n’aurait plus de sens pour comparer avec la moyenne de la NOAA qu’elle nous donne.

Alors que pour les prévisions saisonnières c’est au 100ème et non 1000ème près que je les donne tout comme bp le font et par ce que Météo-France nous donne les anomalies des températures mensuelles au 10ème ou 100ème près.

Comprends-tu maintenant ?

Williams

579.  Jojobargeot | 23/01/2012 @ 16:35 Répondre à ce commentaire

Araucan (#563),
Mais dites-moi, ai-je bien lu? Ils reconnaissent que par le passé le climat changeait….sont dingue et la cause alors! 😈

580.  Araucan | 23/01/2012 @ 16:48 Répondre à ce commentaire

Jojobargeot (#579),

Ils cherchent toujours …

581.  miniTAX | 23/01/2012 @ 17:17 Répondre à ce commentaire

miniTAX, si ici j’ai donné ma prévision au 1000ème près c’est pour la simple raison que la NOAA

williams (#578), donner un chiffre au 1000e alors que l’intervalle de confiance est de quelques centièmes, c’est une ânerie et ça mérite zéro pointé, point barre. Que ce soit la NOAA, Météo France ou le Pape qui l’ait fait, une ânerie reste une ânerie.

Et puis de toute façon, donner des prévisions de la température au millième alors qu’il est impossible de connaître la température au dixième près (il suffit de regarder l’écart entre les 5 sources disponibles, ou les « ajustements » de plusieurs centième de °C constamment introduits en douce par la NOAA, le GISS ou le CRU) , c’est une abomination scientifique qui n’existe que dans la seule « science » climastrologique de la FARCE, NULLE PART AILLEURS. Si tu étais ingénieur et qu’on devait te confier la construction d’un pont, d’une fusée, d’un robot ou d’un tunnel, commettre ce genre de bourditude et tu prends directement la porte.

C’est pas seulement une abomination, c’est une ignominie, un sabotage, un meurtre, un génocide contre la science et la raison.
C’est assez clair ou non pour toi ???

582.  Murps | 23/01/2012 @ 22:24 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#581),

C’est pas seulement une abomination, c’est une ignominie, un sabotage, un meurtre, un génocide contre la science et la raison.
C’est assez clair ou non pour toi ???

J’aurais simplement dit « ça n’a pas de sens », mais sinon on a bien le même point de vue.
😉
J’ajouterai qu’à un oral de Capes/agreg on se fait drôlement remonter les bretelles avec une expérience de thermométrie à 10E-6 près…

Enfin je parle de la note finale, car en général le jury part en vous serrant la main et vous félicite pour votre prestation :
– C’est bien. C’est TRES bien ! bravo ! au revoir et merci ! disent-ils.
—-> note = 03.5/20

583.  gillesdeslandes | 23/01/2012 @ 22:37 Répondre à ce commentaire

euhhh, ce serait pas mal de changer le titre de ce chapitre « prédictions 2011 », non ? de toute façon, ça ne change pas grand chose, vu que ce ne sont que des prédictions (bon, modélisées tout de même, le grand luxe, quoi !).
Allez, entre une prévision au 1/1000° et une prédiction à 98% de certitude au pif,, y’a pas photo, non ? et puis pour les désastres à venir, ce serait bon d’être quand même prévenus avec une certaine précision…
comme disait Allais (Alphonse) « il ne faut pas prendre la vie au sérieux car de toute façon on n’en ressort jamais vivant » ; quelle anticipation à l’aube de 2012 !

584.  Araucan | 24/01/2012 @ 0:33 Répondre à ce commentaire

Voilà d’autres prédictions pour 2112
http://www.bbc.co.uk/news/magazine-16536598

585.  williams | 24/01/2012 @ 10:10 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#581),

Donner un chiffre au 1000e alors que l’intervalle de confiance est de quelques centièmes, c’est une bêtise là encore tu n’as pas tord.

Mais par contre donner des prévisions de la température au millième ceci est du fait que la NOAA fait ainsi si non c’est plus comparable. Et quand ils donnent la température au millième c’est le fait que c’est une moyenne donc la somme de plein de températures au 10ème divisées par le nombre de températures utilisées, ce qui ne tombe pas rond. C’est aussi pour cela que l’indice du tout les phénomènes climatiques (AO, NAO, QBO…), de l’activité solaire etc sont aussi au 100 ou 1000ème près.

Williams

586.  miniTAX | 24/01/2012 @ 11:51 Répondre à ce commentaire

Mais par contre donner des prévisions de la température au millième ceci est du fait que la NOAA fait ainsi si non c’est plus comparable.

williams (#585), mais bien sûr que ce n’est plus comparable, c’est ça le coeur du sujet !!! Le « changement climatique » est tellement peu changeant par rapport à l’incertitude (énorme) de mesure de la température que ça rend c’est un fait, massif et incontestable.
Un fait est un fait, ce n’est pas en sortant du chapeau une magouille pseudo-scientifique proscrit même par un manuel de physique niveau seconde (à savoir donner plus de chiffres significatifs que le permet l’intervalle de confiance) que tu vas changer ce fait, en rendant comparable une chose par essence PAS comparable. C’est aussi anti-scientifique que de présenter la météo avec une carte qui donne la température des villes au centième de °C (et pourtant, les mesures météo sont infiniment plus nombreuses et homogènes que les mesures climatiques), même l’homme de la rue se tordrait de rire, il n’y a qu’un climatologue qui n’y voit rien à redire.

Si tu n’as qu’une balance qui donne le poids au kg, quoi que tu fasses, tu ne pourras pas rendre crédible des prédictions de variations de poids de quelques dizaines de g, c’est tout simplement de l’astrologie, vu que personne ne peut confirmer ou réfuter tes élucubrations. Je ne vois pas comment expliquer plus clairement, c’est incompréhensible que tu puisses persister dans une telle abomination.

Réfléchis deux secondes, si ton exercice de prédiction (et celui des réchauffistes) a un moindre sens, pourquoi ne médiatiser que les prédictions de température, et non pas de précipitations, une métrique largement bien plus utile et qui a largement bien plus d’impacts sur un climat, son évolution et son influence sur l’Homme ? Et pourquoi pas non plus de la pression atmosphérique, de l’humidité de l’air, du taux de luminosité, du vent …

587.  Murps | 24/01/2012 @ 22:11 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#586), on avait déjà discuté de cela dans un autre fil il y a quelques mois.

J’avais comparé ces chiffres pleins de décimales avec la fameuse évaluation de la longueur du nez de l’empereur de Chine (que j’ai découvert en lisant Feynmann…).

Pour des moyennes de températures, cette pratique de la multiplication des décimales est particulièrement pittoresque. Une espèce d’exception scientifique, un cas particulier propre à la climatotologie.

588.  yvesdemars | 25/01/2012 @ 17:08 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#586),

ce matin en montant sur ma balance j’ai constaté que j’avais pris 300g depuis hier ce qui fait une tendance de +109 kg/an je suis bon pour devenir sumo avant la fin de l’année (à condition de faire aussi de la muscu …)

avant hier c’était le contraire j’étais menacé par Auschwitz a brève échéance

589.  Laurent Berthod | 25/01/2012 @ 17:35 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#588),

Tiens, c’est marrant, moi j’ai perdu 500 g sur la même période. Dans 180 jours je n’existe plus ! 😀

590.  JG2433 | 25/01/2012 @ 20:32 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#589),

Dans 180 jours je n’existe plus !

Non, pas ça !