Un commissaire climato-sceptique ?

 Couac à la commission européenne ou comment une ONG génère de l'info … Je me suis permis de mettre quelques remarques dans le texte …

• • • • •  

Janusz Lewandowski, le commissaire européen chargé du budget, a scandalisé ses collègues en mettant en doute l’existence même du réchauffement climatique dans un entretien avec la presse polonaise. La veille, son propre pays, la Pologne, avait bloqué des tentatives européennes pour renforcer les engagements climatiques de l’Union. Le commissaire européen a également déclaré le 21 mai à Novy Przemysl (en français : « Nouvelle Industrie ») qu’il était opposé aux objectifs de l’UE sur le climat et que la politique européenne de fermeture progressive des centrales au charbon était une « catastrophe » pour la Pologne.

Greenpeace a envoyé la traduction anglaise de cet article à EurActiv et au Guardian. (Oh les délateurs …!)

La révélation du scepticisme de M. Lewandowski quant au réchauffement climatique est survenue un jour après que la Pologne a empêché le Conseil Environnement de l’UE à Luxembourg de renforcer ses objectifs sur les émissions de CO2, une semaine seulement avant que Varsovie ne prenne les rènes de la  présidence tournante de l’UE, le 1er juillet.

Ce qu'aurait dit Lewandowski.

« La thèse selon laquelle l’énergie au charbon serait la principale cause du réchauffement climatique est très discutable », a affirmé le commissaire. « De plus, le réchauffement climatique en lui-même est de plus en plus remis en question ». M. Lewandowski, membre du parti de centre-droit au pouvoir en Pologne, Plateforme civique, a également qualifié les objectifs de l’UE pour 2020 (une réduction de 20 % de la consommation d’énergie et des émissions de CO2, ainsi qu’une part de 20 % d’énergies renouvelables dans le bouquet énergétique) comme « trop  ambitieux pour l’économie polonaise ».

« Les dirigeants politiques polonais doivent convaincre [l’UE] qu’il n’est pas possible d’abandonner le charbon aussi vite », a-t-il expliqué. « Ce serait une catastrophe pour la Pologne ».

Greenpeace vend sson rapport à Euractiv.

Même si les scientifiques s’accordent sur le fait que les augmentations de température observées au cours des dernières décennies ont été causées par l’activité humaine, certains sceptiques, souvent financés par de puissants lobbys, ne sont pas de cet avis. Une étude, réalisée par Greenpeace, a révélé que le géant du pétrole, ExxonMobil, avait versé 22 millions de dollars à des groupes climato-sceptiques depuis 1998.

La Commission « clairement unie » sur le changement climatique.

Le porte-parole du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a déclaré à EurActiv que l’opinion de M. Lewandowski sur le sujet était de l’ordre du privé. « La Commission reste clairement unie sur le thème de l’action climatique », a affirmé Michael Karnitschnig. « Ce n’est pas un défi ou un problème majeur ».

Mais les environnementalistes soulignent que M. Lewandowski ne s’est pas exprimé dans le magazine à titre personnel et qu’il est responsable d’un budget de 130 milliards d’euros. « Le commissaire devrait s’expliquer et clarifier ses déclarations », a affirmé Joris den Blanken, porte-parole de Greenpeace, à EurActiv. « Dans le cas contraire, des répercussions sur son rôle à la Commission européenne devraient être envisagées ». (A noter que les ONG réclament un budget UE plus vert)

Lewandowski géné aux entournures.

Le porte-parole de M. Lewandowski, Patrizio Fiorilli, a déclaré que les propos du commissaire sur le réchauffement climatique n’étaient pas « anormaux », extrêmes ou isolés. Il n’a toutefois pas souhaité confirmer que M. Lewandowski assumait pleinement ses déclarations. « Son problème, et donc son avis, est que 90 % de l’énergie en Pologne provient du charbon et il s’inquiète du rythme auquel sont mis en œuvre les changements », a expliqué M. Fiorilli à EurActiv. Le commissaire pense que la Pologne a besoin de plus de temps et d’une aide pour modifier ses infrastructures afin de pouvoir abandonner le charbon, a-t-il précisé. « Il n’est pas possible de mettre en œuvre une mesure qui s’applique à 27 Etats membres sans prendre en compte leur sitation initiale », a ajouté M. Fiorilli.

Blocage de la Pologne au Conseil environnement du 21 juin.

Après le Conseil Environnement (21 juin), au cours duquel la Pologne (c'est à dire le gouvernement polonais, pas le commissaire de nationalité polonaise chargé du budget …) a bloqué l’adoption des propositions de l’UE sur le climat, le ministre britannique en charge de l’énergie, Chris Huhne, a regretté ce qu’il a qualifié de « jour noir pour le rôle de leader de l’Europe dans la lutte contre le réchauffement climatique ». « Je suis profondément déçu que le seul pays de l’UE à ne pas avoir accepté un bon compromis sur la manière de faire passer l’Europe à une économie faible en carbone ait été la Pologne », a-t-il déploré dans une déclaration.

La Pologne s'oopose régulièrement aux politiques climatiques de l’UE, depuis qu’elle a mené les protestations contre les propositions de l’UE pour les objectifs de 2020 en 2008.(Mais elle n'est pas la seule …)

Conclusions du Conseil environnement du 21 juin. (voir page 10).

(Source).

Dans les cartons, taxation carbone du transport routier.

@@@@@@

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone