Du lait à l’ail …

C'est le mois d'août et tout le monde essaye de profiter des effets du RCA. Tout le monde ? Enfin presque … Les méfaits potentiels du RCA ne cesseront de me surprendre. Une nouvelle classe d'additifs alimentaires va voir le jour … Araucan.

• • • • • 

Réduire les gaz des animaux d'élevage en ajoutant de l'ail à leur nourriture pourrait réduire de manière substantielle les émissions de gaz à effet de serre, selon une étude réalisée par des scientifiques du Pays de Galles et présentée par Euronews.

Un composé organo-sulfuré obtenu à partir de l'ail permet de tuer la bactérie productrice de méthane dans le système digestif des vaches, selon le professeur Jamie Newbold qui dirige un programme de recherche de 5 millions d'euros à l'université d'Aberystwyth.

Les vaches qui mangent de la nourriture enrichie avec ce composé à base d'ail, appelé allicine, rejettent 40 % de gaz en moins sans que cela ne perturbe leur fermentation digestive, selon cette étude.

Le méthane est un gaz à effet de serre bien plus puissant que le dioxyde de carbone, et les émissions liées à l'agriculture représentent environ 18 % des émissions de gaz à effet de serre, a expliqué Kenton Hart de l'université d'Aberystwyth à Euronews.

Les scientifiques affirment qu'une réduction de 40 % des émissions de méthane produites par les vaches pourrait limiter de manière substantielle le réchauffement climatique.

David Williams de Neem Biotech, qui produit l'allicine, a déclaré que pour approvisionner un quart du cheptel bovin du Royaume-Uni, il faudrait 5 500 tonnes d'ail par an, ce qui pourrait représenter un « très très gros marché », a-t-il confié à Euronews.

Le seul point négatif est que l'allicine altérerait le goût du lait et des autres produits laitiers. Les chercheurs, qui réalisent également des expériences sur les moutons et d'autres bestiaux, étudient à présent d'autres métabolites de l'ail qui pourraient produire le même effet sans les inconvénients.

(Source)

@@@@@@

Une lecture d'été à 10 euros : Nourritures canailles, où l'on apprend entre autres comment le persil a pris une bonne part de la place dévolue à l'ail dans notre alimentation.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Marot | 5/08/2011 @ 19:59 Répondre à ce commentaire

l’allicine altérerait le goût du lait et des autres produits laitiers.

Aucune importance, il suffira de dire que c’est du lait pauvre en CO2.
Les commerçants le vendront 40% plus cher aux gogos qui veulent sauver la planète.

2.  do | 5/08/2011 @ 20:21 Répondre à ce commentaire

Boursin ail et fines herbes sans intervention humaine… fabuleux non!

3.  Laurent Berthod | 5/08/2011 @ 21:13 Répondre à ce commentaire

Oui, enfin, les alliacées, ça fait pêter, non ?

4.  Esprit pragmatique | 5/08/2011 @ 21:20 Répondre à ce commentaire

Dire que les mêmes chercheurs-zinzins risquent de hurler quant à l’usage agricole massif d’OGM provenant de groupes chimistes !

Ont-ils au moins évalué une projection d’effets à long terme qu’occasionnerait un éventuel dérèglement métabolique de ces substances sur la vie des bovidés et la génétique? :-]
Vont-il les appliquer sur ces immenses troupeaux sauvages qui pullulent dans la savane d’Afrique, puis sur les « vaches sacrées » indiennes, puis d’autres ruminants de tous ordres peuplant notre planète? Sérieux défis et big business pour des spin-off de leurs universités… Qu’en dira José Bové?

5.  Araucan | 5/08/2011 @ 21:29 Répondre à ce commentaire

Esprit pragmatique (#4),

Tout à fait
http://fr.wikipedia.org/wiki/Allicine
cela reviendrait à propager un antibiotique dans la nature … et à créer des souches résistantes …

6.  Araucan | 5/08/2011 @ 21:31 Répondre à ce commentaire

do (#2),

Dans le café au lait ? 🙁

7.  Murps | 5/08/2011 @ 23:57 Répondre à ce commentaire

Araucan (#6), on peut faire boire le café à la vache, à défaut de mettre le lait dans le café ou le café dans le lait…

8.  Marot | 6/08/2011 @ 0:03 Répondre à ce commentaire

Araucan (#6), Murps (#7)
Le nuage de lait parfumera le thé, un vrai bonheur.

9.  Araucan | 6/08/2011 @ 0:55 Répondre à ce commentaire

Marot (#8), Murps (#7),

Imaginez un yaourt à l’ail et à la fraise …

Le pire que j’ai jamais vu, au choix, c’étaient des nems trempés dans le café au lait ou une tartine avocat-mayonnaise dans le café au lait ou le thé au lait …

Murps (#7),

On retrouvera la caféine dans le lait. Pour le goût du café, j’en suis moins sûr. Idem avec l’alcool : la bière favorise la montée de lait, l’alcool passe, mais le goût du houblon pas sur …

10.  Marot | 6/08/2011 @ 0:57 Répondre à ce commentaire

Araucan (#9),

Le pire que j’ai jamais vu, au choix, c’étaient des nems trempés dans le café au lait ou une tartine avocat-mayonnaise dans le café au lait ou le thé au lait …

Au petit matin les croissants avec un pastis c’est très bon aussi.

11.  Marot | 6/08/2011 @ 10:23 Répondre à ce commentaire

Sur le livre de Madeleine Ferrières « Nourritures canailles »

Une entrevue dans Le Point.

Plus intéressant, une liste de quelques aliments et préparations avec ses commentaires. Cela va de l’ail et persil jusqu’aux tripes en passant par le haricot de mouton.

Roboratif

12.  Murps | 6/08/2011 @ 10:25 Répondre à ce commentaire

Marot (#10), Vous n’avez rien à faire sur ce site, bande de barbares hérétiques que vous êtes !

13.  Marot | 6/08/2011 @ 10:34 Répondre à ce commentaire

Murps (#12)

14.  Araucan | 6/08/2011 @ 11:06 Répondre à ce commentaire

Marot (#11),

Si je l’ai conseillé, c’est que je l’ai trouvé passionnant, avec une bonne dose d’humour et un exercice du doute renouvelé …

15.  Marot | 6/08/2011 @ 12:35 Répondre à ce commentaire

Araucan (#14)
Vous avez eu bien raison !

16.  pastilleverte | 6/08/2011 @ 13:11 Répondre à ce commentaire

mais zenfin, qu’avez-vous donc contre l’ail, c’est bon pour la santé (j’ai bien dit pour la santé, pour le goût… c’est vous qui voyez/sentez/appréciez).
Non, à part le couplet stupide qui dit que ça réglerait en partie la hausse des températures (oui, c’est vrai quelques millionièmes de degrés en moins, c’est toujours ça), je trouve cet article passionnant (surtout pour les anthropologues des siècles à venir.
Et pour élever le débat : tartine au pâté de foie dans café au lait (avec ou sans ail, voir « goût » plus haut)
MMM vous m’en direz des nouvelles !

17.  Araucan | 6/08/2011 @ 13:32 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#16),

Ce qui est sur c’est que les anthropologues vont s’en donner à coeur joie …

18.  Titoune | 6/08/2011 @ 13:48 Répondre à ce commentaire

Déja que le café au lait est une véritable hérésie pour un amateur de bon café….

19.  pastilleverte | 7/08/2011 @ 17:02 Répondre à ce commentaire

@ titoune
oui, c’est bien pour ça que je boit plus de café au lait le matin (ni ne trempe une tartine de pâté de foie, pratique que j’ai-rarement-pratiqué il y a presque 50 ans déjà).

20.  Didier | 9/08/2011 @ 16:59 Répondre à ce commentaire

Ha oui, super reportage sur le sujet sur euronews… disons que les ruminants sont responsables de … 15% des émissions de méthane… personne, je suppose n’imagine un monde sans ruminants… diminuons de 40% leurs émissions… bon…. maintenant, voyons ce que représente l’augmentation du méthane depuis 25 ans par rapport au CO2 et ce que ça représente niveau « influence sur les températures par rapport à sa capacité d’effet de serre présumé »…. cela est bien expliqué au 2/3 de cette page >> http://www.pensee-unique.f​r/oceans.html

avec comme extrait majeur à gauche du graph>>>> La courbe du haut qui est très connue, nous indique la proportion du CH4 atmosphérique en ppb, de 1983 au début 2009.
Un ppb c’est une partie (en volume) par milliard. Cela représente 1 mm3 dans un volume de mille litres. Un ppb, c’est aussi un millième de ppm qui est l’unité standard utilisée pour mesurer le taux de CO2 dans l’atmosphère.

Pour avoir une idée de l’influence de l’effet de serre (selon le GIEC) du méthane atmosphérique par rapport à celui du CO2, on peut faire un calcul (grossier) en se souvenant que l’effet de serre du CH4 serait 25 fois plus grand que celui du CO2 (Un article tout récent dit que c’est 33 fois, mais c’est à vérifier).

Ainsi, l’effet du méthane contenu dans l’atmosphère correspondrait approximativement à l’équivalent de de 45 ppm de CO2 à comparer aux 385 ppm de CO2 actuellement mesurés à Mauna Loa. On constate que d’après les mesures rapportées ci-contre, l’équivalent en CO2 du méthane présent dans l’atmosphère est passé de 41ppm (en 1983) à 45 ppm (en début 2009) ce qui correspond à une augmentation, en équivalent CO2 de 4 ppm en 26 ans. Rappelons que, pendant la même période, c’est à dire entre 1983 et le début 2009, le taux de CO2 réel, lui, aurait augmenté de quelques 45 ppm (en 26 ans) selon les mesures effectuées à Mauna Loa.

Autrement dit, l’augmentation du taux de CH4 dans l’atmosphère de 1983 à nos jours est pratiquement négligeable par rapport à celle du CO2 pendant la même période… contrairement à ce que pourrait laisser penser la courbe (du haut), représentée ci-dessus, dont l’axe des ordonnées est zoomé de façon outrancière..

en conclusion, l’augmentation en 26 ans du CH4 en équivalent CO2 est de 1/10 de l’augmentation du CO2…. si les températures ont augmentée de 0.5 degré, uniquement du aux GAS, ce que nous contestons bien entendu, comptons que 1/10 de cette hausse cad 0.05 degré est du au méthane… sachant que les ruminants représentent 15% peut-être des emissions de méthane, voyez ce que ça peut représenter de vouloir baisser leurs emissions de 40%…. ha ha ha c’est à MDR !!! et on y investit des millions d’€ ds des recherches totalement débiles et injustifées….

Vidéo Euronews>>>

http://fr.euronews.net/2011/08.....es-vaches/

21.  pastilleverte | 9/08/2011 @ 17:24 Répondre à ce commentaire

@didier
TsTsTsTs… on dépasse les 390 ppm maintenant à Mauna Loa,
ne désinformez-pas SVP !
(je deuxième- degrétise, bien sûr)

22.  williams | 10/08/2011 @ 12:11 Répondre à ce commentaire

Didier (#20),

Quand je vois ce reportage sur le méthane et les ruminants sur Euronews c’est pas croyable jusqu’où ils vont ! ! Pour eux les animaux ne peuvent plus vivre sans émettre des GES tout comme l’histoire avec les australiens et chameaux alors que ce fût toujours le cas depuis des millions d’années. Alors que tout êtres vivants émettent des GES comme les hommes,…

De plus si ils font ce qu’ils disent, c’est à dire en changeant des composants de la nourriture de ces animaux on ne sait pas les conséquences que ça pourraient apporter après cela (cancer…).

Williams

23.  monmon | 10/08/2011 @ 16:48 Répondre à ce commentaire

20 {#) Didier

Mais que devient le CH4 pour être aussi peu abondant alors qu’il fuit de partout!
Merci d’une réponse plausible

24.  yvesdemars | 10/08/2011 @ 19:59 Répondre à ce commentaire

monmon (#23),
attention le méthane n’est pas stable à long terme comme le CO2, il forme de l’eau et du …. CO2 au contact de l’oxygène et devient alors anecdotique ….

25.  monmon | 10/08/2011 @ 21:06 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#24)

Merci . Je le soupçonnais.
Savez vous dans quel environnement cela se passe?

26.  miniTAX | 11/08/2011 @ 9:20 Répondre à ce commentaire

A noter aussi qu’il y a 2 papiers d’une MEME université qui viennent de sortir pour tenter d’expliquer pourquoi le taux de méthane n’a pas augmenté depuis 20 ans. Oui, oui, vous avez bien lu, le méthane n’a pas augmenté et nos climastrologues ne savent toujours pas pourquoi (l’un dit que c’est les pratiques agricoles, l’autre que c’est le remplacement du pétrole par le gaz naturel). C’est sûr que ce genre de news, on ne va pas risquer de l’apprendre de nos merdias.

En attendant, il faut quand même… réduire nos émissions de méthane, concluent-ils. Hé, c’est la « science » climatique !

27.  Marot | 12/08/2011 @ 5:54 Répondre à ce commentaire

Le moment est intéressant. En plus des deux études citées par miniTAX (#26), il faut signaler :

en Antarctique (2e billet dans la page) les stations automatiques peuvent avoir des biais variables de plus de 10°C selon l’ensoleillement et le vent (2 co-auteurs sont au LGGE);

en Arctique les tendances construites par la réanalyse ERA-40 sont mises en cause.

Le feuilleton Charles Monnet et les ours polaires continue, voir Luboš Motl.

28.  Titoune | 12/08/2011 @ 10:39 Répondre à ce commentaire

Voyons ce que dit l’abstract de l’étude des grenoblois.

1 – le plateau antarctique = une zone de 1000km de diamètre autour du pôle sud

2 – des évènements occasionnels en été et en absence de vent forts

Effectivement ça doit changer toute notre perception du réchauffement climatique. Un peu riqiqui l’os à ronger des sceptiques.

29.  miniTAX | 12/08/2011 @ 12:24 Répondre à ce commentaire

Marot (#27), le papier de Monnett, le seul dans toute l’histoire de l’humanité qui relate l’observation d’ours polaire noyés (sans strictement aucune preuve, ni photographie, ni autopsie, ni prélèvement, nada, que dalle vu que l’observation a été faite de visu par survol !) a été revu avant publication par
1) Andrew Derocher, un réchauffiste activiste de la pire espèce qui accessoirement, a reçu 1 million de $ de Monnett pour faire des recherches sur les ours polaires juste après avoir « revu » le papier de Monnett (pur hasard bien sûr).
2) Lisa Rotterman, qui est accessoirement … la femme de Monnett

Le « pire-rivioued » à la mode réchauffiste est pire que prévu, ça dépasse carrément l’imagination. Mais hé, c’est la « science » climatique.

30.  Murps | 12/08/2011 @ 15:16 Répondre à ce commentaire

D’après Grinepisse, des centaines de cadavres d’ours blancs morts d’insolation parsèment les plages d’islande. Ils sont dévorés par les lions échappés du zoo de Reykjavik et qui se sont parfaitement adaptés au climat de savane qui s’étend maintenant sur l’ensemble de l’île volcanique, vierge de tous ses glaciers.

Plus c’est gros, plus ça passe…

31.  Marot | 12/08/2011 @ 16:54 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#29)
J’ai apprécié à sa juste nullité ce qui fut le fond de l’article de Monnett :

à un demi kilomètre d’altitude, il a « vu » des petites taches blanches. Il en a déduit immédiatement :
1) que c’étaient des ours polaires;
2) qu’ils étaient morts et pas en train de nager.

Étant dans un appareil d’observation, il n’a pas fait descendre l’appareil, il n’a évidemment pas pris de photo, c’est bête, il avait du oublier l’appareil.
Il n’était pas seul dans l’avion, aucun des autres n’a témoigné, une négligence sans doute.
Et là dessus il a fait des stats à n’en plus finir.

Pour sa femme, c’est prouvé, il ne lui a jamais parlé de son papier. Elle l’a reçu en disant : « Mon chéri, quelle surprise, toi qui est spécialiste des ours, justement quelqu’un a fait un papier dessus. »
À quoi il a répondu sans le regarder : « Sans doute un concurrent ! ».

32.  Titoune | 12/08/2011 @ 21:15 Répondre à ce commentaire

A propos de Monnett

http://www.ibtimes.com/article.....search.htm

Sorry, the comment form is closed at this time.