Deux interviews

Merci à Bob pour le signalement. En ces périodes de frimas, mieux vaut rester au chaud…

• • • • •

Sur les îles en danger, voici l'entretien de Virginie Duvat sur France Info et où l'on s'aperçoit que les îles coralliennes ont bien des défis à relever avant celui du putatif RCA, celui-là même qui a donné vie au groupe des petits états insulaires dans les négociations à l'ONU et sur le climat. Mais là aussi, le RCA peut être aussi le moyen de se cacher de véritables questions à résoudre. A lire sans s'arrêter sur le quatrième de couverture. Recension ici.

L'homme, qui a conquis la planète, s'est adapté à toutes sortes de climats en migrant. Mais installé sur un territoire, il s'est également adapté aux variations du climat. Yves Coppens en parle . Le chapitre V de l'ouvrage collectif "Des climats et des hommes" ne vous sera pas très utile, mais le reste est alléchant.

Thèse/……………………………./Antithèse

nature.jpg

Al Gore : Réchauffement mondial           Nouvelles : la température mondiale chute.

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••Pas de réchauffement sur une décennie.

Et maintenant place à la nature qui va donner un avis opposé.

@@@@@@

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  Bob | 22/05/2012 @ 23:34 Répondre à ce commentaire

@ araucan
Yves Coppens a toujours tenu des discours raisonnables à propos du supposé RCA…
L’Histoire, au sens large, permet de prendre du recul.
C’est pour cela que pour les adeptes du RCA, elle commence en 1980, cad au début de l’ère satellitaire.

2.  Araucan | 22/05/2012 @ 23:45 Répondre à ce commentaire

Bob (#1),

Effectivement
http://www.ledauphine.com/savo.....climatique

« Le changement climatique est une banalité de l’histoire de notre planète, depuis les 4,66 milliards d’années de son existence. La Terre vit ces changements en permanence pour diverses raisons telles que des modifications d’orbite, des changements dans la distance au soleil, les différentes intensités du rayonnement solaire etc. Dans l’histoire de l’homme, on retrouve donc ces coups du climat. Depuis toujours, il s’y est adapté et a évolué par rapport au climat. Son redressement sur ses deux pieds par exemple est dû à un besoin nouveau de sécurité et de rapidité dans ses déplacements alors que disparaissait la forêt tropicale. Dans un autre ordre d’idée, la fin de la dernière grande glaciation il y a 10 000 ans fait apparaître de nombreuses graminées qui incitent l’homme à la cueillette et à la pratique des semences. L’espèce humaine a donc toujours conquis ces changements climatiques. »
« Il faut déculpabiliser les populations »

Cette conquête se fait donc à la fois par des évolutions biologiques mais aussi par des évolutions techniques et culturelles ? « Effectivement, aujourd’hui encore, on invente de nouveaux vaccins, de nouvelles technologies pour lutter contre toutes sortes de fléaux. Dans le même temps, certaines populations d’Afrique du sud-est développent naturellement des anticorps contre le paludisme, maladie contre laquelle il n’existe toujours pas de vaccin. Je crois cependant que le développement culturel dépasse le naturel dans le sens où de nombreux changements ne peuvent être dus au hasard. » Votre travail apporterait donc un peu d’optimisme dans la compréhension du réchauffement climatique actuel… «Je pense en effet qu’il faut dédramatiser le réchauffement climatique actuel et plus encore, déculpabiliser les populations. Certes, les travaux du Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC) démontrent une part d’influence humaine mais dans le fond, ces changements sont essentiellement naturels. Il faut aussi relativiser le caractère exceptionnel de la rapidité de ce changement. D’autres modifications climatiques ont eu lieu très rapidement ; à tel point que l’on retrouve dans le sol sibérien des restes de mammouths en chair et en os qui n’ont pas eu le temps d’être dévorés par les prédateurs alentours. L’homme a toujours utilisé son environnement pour survivre. Il faut bien sûr l’utiliser à bon escient mais ce qui est certain, c’est que l’évolution continue à bas bruit. »

3.  Sandra | 23/05/2012 @ 14:17 Répondre à ce commentaire

Mmmmh, que c’est bon de lire de tels billets…! C’est marrant, parce que je suis tombée il y a quelques jours sur un article dans la presse suisse qui prétendait que la décennie 2001-2011 a été la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des mesures et tout le verbiage qui s’ensuit. J’ai comme l’impression que les préoccupations de la population ont dérivé vers d’autres cieux et que certains activistes tentent désespérément de maintenir le même niveau d’alarmisme que jadis. Ben oui, il paraît que c’est leur fond de commerce et j’imagine que les dons à certaines associations risquent de baisser si la peur diminue.

4.  yvesdemars | 23/05/2012 @ 18:53 Répondre à ce commentaire

notons que les îles coralliennes montent (et descendent) avec le niveau des océans. Les problèmes sont surtout liés à la surexploitation des lentilles d’eau douces, pas de RCA là dedans …

5.  miniTAX | 23/05/2012 @ 23:15 Répondre à ce commentaire

« Ben oui, il paraît que c’est leur fond de commerce et j’imagine que les dons à certaines associations risquent de baisser si la peur diminue. « 

Sandra (#3), il n’y a pas que les escrologistes de carrière qui ont besoin de l’alarmisme pour se financer, il y a tous les bureaucrates et chercheurs qui ont fait toute leur carrière grâce à l’alarmisme climatique et qui vont devoir se trouver un vrai métier quand les politicards réaliseront que le prétexte de « sauver la planète » ne permet plus de tondre le moutontribuable. Ca a déjà commencé au Canada, écoutez les escrolos de Nature pousser les cris de mammouth qu’on dégraisse. Et c’est juste un teaser, quand Romney sera président US, avec le congrès et le Sénat aux mains des Républicains, on passera au vrai massacre. J’espère que ça saignera beaucoup et qu’on entendra les hurlements de la raclure verte traverser les océans. En France, on y viendra un jour, mais certainement seulement quand Jouzel sera au cimetière. Comme dab, on sera toujours en retard d’une guerre.

6.  pastilleverte | 24/05/2012 @ 10:42 Répondre à ce commentaire

@ Araucan sujet iles coralliennes.
Il me semblait avoir fait un, très bref, compte-rendu de la conf de Virginie Duvat organisée par l’IDDRI, ci-devant carbo-centriste par ailleurs.
J’ai pu discuter avec elle après la conf.
La présentation était très claire, les problèmes des îles coralliennes sont d’abord d’ordre économique // démographique.
Tout changement climatique, quel qu’en soit la cause, risque d’aggraver ces problèmes.
Elle dirige un laboratoire pluri-disciplinaire et a, apparemment, pas la « grosse tête du Spécialiste-je-sais-de-quoi-je-parle-moi ».
d’ailleurs c’était assez réjouissant de voir la tête et la réaction du (sous ?) directeur « scientifique » de sciences-po, qui ne s’attendait visiblement pas à entendre un discours aussi peu alarmiste. Au point de chercher à clore la conférence, dans sa partie Questions/Réponses un bon 1/4 heure avant le fin programmée ! (et goujat avec ça !)
Virginie Duvat se dit énervé de la façon dont les médias parlent du CC / RCA, et pas uniquement pour la question des îles coralliennes, qu’elle connaît très bien, étant plus une scientifique de terrain que de laboratoire.
Elle juge que la manière dont sont rédigés les articles est contre productive, y compris pour des labos comme le sien.
Tiens donc… Encore une hérétique à bruler ?

7.  Bob | 24/05/2012 @ 11:06 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#6),

Tiens donc… Encore une hérétique à bruler ?

Ou plus simplement, une scientifique qui fait correctement son boulôt ?
De nos jours, ça n’est pas si courant que ça (dans ces domaines proches du RCA) et cela méritait d’être signalé.

8.  Bernnard | 24/05/2012 @ 11:37 Répondre à ce commentaire

Juste pour appuyer le commentaire de miniTAX au dessus(#5). Hier au cours du JT de 20h de France 2 un reportage a présenté le boom de l’exploitation de l’or noir au Texas.

Les US œuvrent pour être auto suffisants en pétrole et s’en donnent les moyens.
voir à partir de 35’10

Preuve que dans ce pays on comprends que les valeurs vertes amènent à la récession!

9.  miniTAX | 24/05/2012 @ 16:04 Répondre à ce commentaire

Preuve que dans ce pays on comprends que les valeurs vertes amènent à la récession!

Bernnard (#8),
Pour être plus exact, s’il y a un boom de l’or noir et du gaz de schiste US, c’est uniquement grâce au secteur privé, par le fait que 80% de la production américaine d’hydrocarbure est assurée par des petits producteurs (elle a la vie dure le mythe escrologiste du big oil), que les propriétaires fonciers possèdent aussi le droit d’exploiter le sous-sol (ce qui n’est pas le cas en Europe) et que le boom se produit dans les états qui ne sont pas sous la dictature verte (Texas ou Dakota du Nord, par contraste à New York ou la Californie qui font des misères au gaz de schiste).

Contrairement à ce qu’insinuent constamment nos merdias étatiques, ce boom n’a donc ien à voir donc avec une quelconque volonté politique du gouvernement Obama, le gouvernement le plus écolo-radical et le plus anti-fossiles jamais élu (cf le sabordage du projet Keystone, le nombre de permis d’exploitation sur les terres fédérales le plus faible jamais accordé, la promesse d’Obama de faire exploser le prix de l’électricité et de ruiner les producteurs d’électricité à base de charbon…). Pour voir la vraie politique énergétique d’Obama à l’oeuvre, il ne faut pas regarder à l’échelle du « pays », il faut regarder ce qui se passe en Californie, aux mains des khmers verts, un état ruiné qui paie ses fonctionnaires avec des reconnaissances de dette, patrie du fameux CARB et autres délires réglementaires hystériques. Et ce n’est pas joli joli à voir.

10.  lemiere jacques | 24/05/2012 @ 17:25 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#6),
bien sur cette façon de se concentrer sur un problème .;à venir ..
je me souviens d’un reportage sur Madagascar et le réchauffement climatique..comme si le problème essentiel de mada était le réchauffement climatique..
bengladesh pareil…
Et ces gens ont l’argument ultime car quelque problème que vous leur montrez ils vont arguer que lutter contre le réchauffement climatique le résoudra..guerre famine pauvreté surexploitation d’une ressource…et ils ajoutent et m^me si il n’y pas de rc lutter contre celui ci est bénéfique pour cette raison!!!!!

11.  Nicias | 24/05/2012 @ 18:35 Répondre à ce commentaire

Des climats et des hommes est un colloque organisé par l’institut de l’archéologie préventive avant de devenir un bouquin. Les vidéos des intervenants sont disponibles en ligne, j’en avais déjà donné le lien lors de mon arrivée sur ce site. C’est passionnant dans l’ensemble.

12.  Bob | 24/05/2012 @ 18:56 Répondre à ce commentaire

Nicias (#11),
Merci. Il n ‘est pas inutile de rafraichir la mémoire de temps en temps.

13.  Jojobargeot | 25/05/2012 @ 8:39 Répondre à ce commentaire

Araucan (#2), Du p’tit lait, ceci dit on ressent encore cette nécessité de citer l’incontournable GIEC, une petite courbette au passage, obédience encore obligatoire tant que le truc issu du « machin », dixit De Gaulle, ne sera pas enfin jeté aux oubliettes.

14.  Marot | 26/05/2012 @ 7:12 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#5)
Il faut dire qu’à la lecture de Science et vie junior non, de Nature c’est au même niveau, les types de la Zone d’expérimentation des lacs (Experimental lakes area) n’y allaient pas avec le dos de la cuillère.
Sur les oestrogènes et les poissons sauvages :
7 ans (!) de travail pour retrouver une féminisation bien connue des mâles par les œstrogènes naturels et de synthèse. Deux conclusions à retenir pour le poisson « tête-de-boule » étudié 7 ans durant : accrochez-vous :
Malgré de nombreuses preuves que les poissons mâles sont féminisés, on ne sait pas si ces expositions chroniques à bas niveau ont un impact négatif sur la viabilité des populations sauvages.
Mais :
en fin de compte on aura une quasi extinction de l’espèce. Et toc !

Autre réussite la nocivité des lacs de barrages
si le lac inonde une zone humide
et si il y a de la tourbe dans la zone humide,
alors c’est nocif :
39 fois plus de méthyl mercure émis qui fait passer la concentration de 0,9 ng/litre à 2 ng/l.

P.S. MM les journalistes retenez bien 39 et pas 2 au lieu de 0,9 pas bon ces petits nombres !

15.  Roger | 26/05/2012 @ 7:37 Répondre à ce commentaire

Marot (#14),
N’y a-t-il pas de loi pour faire condamner ce genre d’escoqueries intellectuelles ? J’imagine bien une association lobbyiste qui demanderait des dommages et intérêts systématiques aux journaleux et autres escrocs de la pensée pour « dommage à la pensée rationnelle et à la véracité des faits, tromperie manifeste dans le but d’obtenir des avantages financiers (ex : des taxes), création d’angoisses et phobies populaires, atteinte à l’instruction mathématique des collégiens (2/0,9 = 39) » et j’en passe…

16.  Titoune | 26/05/2012 @ 13:39 Répondre à ce commentaire

le boom se produit dans les états qui ne sont pas sous la dictature verte (Texas ou Dakota du Nord, par contraste à New York ou la Californie qui font des misères au gaz de schiste).

Tout le monde ne pense pas pareil….

http://fuelfix.com/blog/2012/0.....-in-texas/

17.  scaletrans | 26/05/2012 @ 18:35 Répondre à ce commentaire

Roger (#15),

Vous n’êtes pas le seul à en rêver! Il y a toujours eu des charlatans dans l’histoire, mais il n’ont jamais été aussi nombreux qu’aujourd’hui, et il n’y en a jamais eu autant à recevoir des prébendes des pouvoirs publics.

18.  Bousquet de Rouvex | 27/05/2012 @ 11:05 Répondre à ce commentaire

Marot (#14), Mais Marot, c’est terrible, 2 nanogrammes par litre !!!, Vous ne vous rendez pas compte ??!!! En fait c’est 10 000 fois plus que 0.0002 ng !!! Affreux, vous dis-je !

Sorry, the comment form is closed at this time.