Gergis et le Hockey Stick.

Comme toutes les histoires qui finissent bien, celle-ci commence par Il était une fois … un article scientifique dont l'auteur principale s'appelle Gergis, et qui se proposait de combler un trou dans notre connaissance du passé climatique de la terre, en particulier celui de l'hémisphère sud. A peine paru, déjà cité dans le futur rapport du GIEC.

Un bloggeur de passage, au nom de musicien Jean Sibelius, par l'annonce attiré, n'en n'a pas moins réclamé, et les données utilisées et les données éliminées. Car les courbes en cross de hockey, comme chaque sceptique le sait, sont bien souvent bidonnées. Fait à signaler, les données utilisées furent données par l'auteur, ce qui n'était pas le cas dans un proche passé et promptement analysées par les statisticiens alléchés. Et que croyez-vous qu'il arriva ?

Présélection des données au doigt mouillé, données proxies utilisées à l'envers (up-side-down proxies), impossibilité de retrouver la méthode utilisée : l'histoire se répète parfois et là elle trébuche à nouveau sur les mêmes erreurs de méthode. Co-auteurs peu regardants, relecteurs mais non vérificateurs, éditeur peu méfiant : le hockey stick de l'hémisphère sud vécut peu de temps et l'article, diligeamment, fut officiellement retiré.

Moralité : tant est le hockey stick répété, qu'à la fin il est démonté. 🙂 .

Espérons désormais que toutes les études multi-proxies ACP seront révisées.

Merci aux sites référencés ici, WUWT, Bishop Hill et bien sûr, Climate audit.

@@@@@@

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
1.  scaletrans | 9/06/2012 @ 12:00 Répondre à ce commentaire

Excellent petit épigramme !

2.  Bob | 9/06/2012 @ 13:03 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#1),
Il est évident, dans cette sous-discipline qu’est » la climatologie » (si cela a un sens), que si tous les articles peer-reviouvés et publiés étaient examinés à la loupe, il n’en resterait pas beaucoup debout.

De fait, contrairement à ce qu’affirment certains zélotes, le peer-pal-review ne garantit rien du tout quand à la justesse d’un article. Rien.

C’est probablement vrai aussi pour d’autres disciplines et, en particulier, pour la médecine où on voit beaucoup d’articles retirés après examen post-publication.

Finalement, on peut se demander si le peer-review ouvert sur internet n’est pas plus approprié. C’est le procédé utilisé par certaines revues mais c’est réservé aux abonnés.

3.  Titoune | 9/06/2012 @ 13:38 Répondre à ce commentaire

le peer-pal-review ne garantit rien du tout quand à la justesse d’un article.

C’est exact, quand on voit que G&T ont réussi à publier leur torchon, quand on regarde les publications de E&E ou l’article de Spencer et al, il y a de quoi se pmoser quelques questions (je n’aborde même pas l’affairfe Courtillot) ou la conduite de personnes comme De Freitas…

4.  Nicias | 9/06/2012 @ 15:39 Répondre à ce commentaire

J’avoue que je viens seulement d’apprendre la semaine dernière que ces gens choisissaient les proxys qui collaient aux températures instrumentales sur une période de référence. Quand j’ai lu cela, j’ai tiqué et cela m’a pris 2 mn pour comprendre que cette méthode donnait des crosses de hockey. Je n’ai que de vagues souvenirs en statistique de ma licence d’économie et peut être que dans mon champs on est ultra entrainé a éviter les biais, mais je ne comprend pas ces gens qui font des erreurs de méthode digne de gamin de 12ans.
Du coup ces derniers jours j’ai lu des dizaines de posts avec commentaires chez CA. Je n’ai pas trouvé un seul indice que choisir les données de cette façon était considéré comme problématique par les paléoclimatologue. Un seul a trouvé SteveM et sa clique d’économétristes trop « idéalistes ». Le pauvre, Il aimerai bien faire autrement mais il n’y arrive pas. La sélection des proxys sur des critères objectifs ne permet pas d’arriver au résultat voulu !

5.  lemiere jacques | 9/06/2012 @ 16:24 Répondre à ce commentaire

Bob (#2),
c’est vrai, et comme il n’est possible que lire les résumés….
en outre, les problèmes se cachent souvent au plus profond, soit dans les données brutes soit dans leur traitement via les algorithmes..
EN réalité, les peer rewieurs font confiance, alors que la seule démarche de validation d’une publication, c’est de refaire le travail, de A à Z.
Si on ajoute, que parfois des gens conscients que dans leur partie ce n’est pas le contenu de l’article qui importe , mais l’existence m^me d’une publication envoient des articles avec des erreurs….j’ai vu ça…

Titoune (#3),
vous êtes amusant, quand on vous parle de Mann , on rappelle les éléments de sont travail qui posent problème, et vous vous vous contentez de qualifier de torchon , ce qui ne vous sied pas…

6.  Bob | 9/06/2012 @ 16:44 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#5),

EN réalité, les peer rewieurs font confiance, alors que la seule démarche de validation d’une publication, c’est de refaire le travail, de A à Z.

Il ne faut cependant pas généraliser. Il existe des revues et des referees sérieux qui font bien leur boulot, surtout dans les sciences dites dures. Dans ces disciplines, il est très difficile de faire passer des âneries. Les discussions auteurs/referees s’étalent parfois sur plusieurs mois. Et on a toujours la possibilité de faire appel à d’autres referees jusqu’à ce que l’éditeur tranche.
Le problème est qu’avec une « science » comme la climato, il y a très peu de certitudes, des bases de données plus ou moins cohérentes, peu de données fiables et … beaucoup de spéculations, ce que les sciences dures n’admettent qu’exceptionnellement mais qui semblent passer, en climato, comme lettre à la poste dans les revues. Surtout dans les revues « grises » d’ailleurs.

7.  François | 9/06/2012 @ 17:25 Répondre à ce commentaire

Ainsi, après Mann et Briffa, Gergis nous sort une crosse de hockey bidonnée? Et pour la troisième fois, après avoir sauté dessus le Giec est contraint de faire marche arrière devant la crainte de se faire accuser une fois de plus de malhonnêteté et/ou d’incompétence?
Petit à petit, la crosse de hockey devient pour la climatologie ce qu’est la remise en cause du 1° principe pour la physique…

8.  Clem | 9/06/2012 @ 18:10 Répondre à ce commentaire

Quelle honte pour la « science » de notre époque que tout cela…

9.  scaletrans | 9/06/2012 @ 18:31 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#5),

J’avais déjà relevé l’usage du mot « torchon ». C’est d’autant plus amusant à propos d’un travail qui n’a pu être réfuté malgré plusieurs tentatives malheureuses. C’est petit, très petit.

10.  Marot | 9/06/2012 @ 18:40 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#9)
Ce qui est navrant c’est que les crosses de hockey ont toutes été démontées et prouvées fausses alors que l’article de G&T n’a jamais eu de contradiction sérieuse. les très modestes tentatives ont échoué à cela devant les réponses cinglantes des premiers auteurs.
Ses détracteurs se contentent de crier au torchon ou à d’autres mots mais sans jamais donner un seul argument factuel.

11.  pastilleverte | 9/06/2012 @ 20:16 Répondre à ce commentaire

Evidemment, « Crosse de hockey », ça fait penser au Canada, le pays de Steve Mac intyre.
D’où : on ne lui fait pas à lui (outre le fait, très mineur bien sur, qu’il touche sa bille – son palet ?- en statistiques)

12.  Murps | 9/06/2012 @ 20:53 Répondre à ce commentaire

Bob (#2),

Il est évident, dans cette sous-discipline qu’est” la climatologie”

Ce n’est même pas une discipline ; enfin telle qu’elle est maltraitée actuellement.
😉

Nicias (#4),

Je n’ai que de vagues souvenirs en statistique de ma licence d’économie et peut être que dans mon champs on est ultra entrainé a éviter les biais, mais je ne comprend pas ces gens qui font des erreurs de méthode digne de gamin de 12ans.

Ce n’est même pas évident.
Figurez-vous que je suis, modestement, titulaires de plusieurs diplômes scientifiques de notre enseignement national et je dois dire que dans les disciplines que j’ai travaillé, l’aspect statistique a été un peu « oublié » ou tout au moins réduit à sa plus simple expression.

Alors les erreurs « dignes d’un gamin de 12 ans », il n’est pas étonnant que je sois capable d’en faire : je n’ai pas les réflexes de statisticiens chevronnés.

Si vous prenez des naturalistes (géologues, océanographes…), la formation rigoureuse en stats n’est pas mieux assurée, avec ceci de plus que la maîtrise des sciences dures ne l’est pas non plus ; sans critiquer par ailleurs l’excellence de leurs formations spécifiques.

13.  Nicias | 9/06/2012 @ 21:31 Répondre à ce commentaire

Murps (#12),

Oui vous avez sans doute raison et c’est pour cela que je me suis qualifié de « ultra entrainé ». Je suis d’ailleurs extrêmement heureux que les McIntyre, McCulloch et autre qui officient chez CA sont issus de l’économie ou du moins de sa filiale statistique, l’économétrie. Pour une fois on ne passe pas pour des clowns et ça fait plaisir.

Ceci dit il y a quand même des problème qui sont méthodologiques et commun à toutes les sciences. CA, c’est quand même le musée des horreurs du climategate. Lorsque je lis un gars (Bradley ?) qui s’excuse auprès de son collègue de vouloir introduire une nuance dans un article et précise qu’il a choisit un mot délibérément ambigu [sic], ça me révulse.
Et puis ces gens qui partent du résultat souhaité pour arriver à la méthode, puis en changent au besoin…

14.  lemiere jacques | 10/06/2012 @ 1:30 Répondre à ce commentaire

Nicias (#13),

MAis enfin….

pas besoin de stat…
d’un coté pour établir une température moyenne globale..des milliers de stations et on n’est pas foutu de connaitre l’incertitude….
de l’autre un ensemble restreints de proxy …et on ose comparer….

fort bien , ne nous cassons pas le c… on prend les courbes de température sur le siècle de Vesoul, tombouctou new yok et deux ou trois autres bled comme ça et on sort une température globale!!!! C’est une galéjade….
Clairement les courbes d’agrégation de proxy c’est de l’enfumage pur et simple..

Les proxy on les regarde un par un à un endroit …

15.  lemiere jacques | 10/06/2012 @ 1:45 Répondre à ce commentaire

Murps (#12),Oui et non…vous ne feriez pas des erreurs comme Mann…ou la nouvelle super WOOMANN ….comment feriez vous pour agréger les séries de divers proxy par exemple..posez vous la question.. et si besoin vous iriez voir un statisticien…

16.  Sandra | 10/06/2012 @ 16:23 Répondre à ce commentaire

A propos de courbes, en voici une amusante:

http://alpen.sac-cas.ch/fr/rev.....1000000632

Il est inutile de vous inscrire pour lire toute la propagande réchauffiste assénée à coups de marteau (aucune pondération ni probabilités; c’est du lourd). Si vous tomber sur une carte régionale, cliquez sur les flèches dessus et vous accéderez au graphique « Saison d’hiver aux Grisons ». Passez avec le curseur sur le texte en dessous pour lire la légende en entier.

Ceci écrit, avez-vous déjà vu des courbes aussi fantaisistes???

17.  Marot | 10/06/2012 @ 18:05 Répondre à ce commentaire

Sandra (#16)
J’ai la désagréable sensation d’un Club alpin délirant :

Pas assez de neige = calamité = plus de glaciers

et quand il y a de la neige un tout petit peu plus que d’habitude, un gros titre :
Lorsque les Alpes étouffent sous la neige

18.  Sandra | 10/06/2012 @ 19:04 Répondre à ce commentaire

Marot (#17), Oui, il y a de ça… Pendant des siècles, les glaciers n’ont fait qu’avancer et reculer et c’était normal. Et depuis les années 1980, c’est la faute de l’homme. J’adore la montagne, mais les positions du Club alpin suisse sont celles du catastrophisme ambiant. En gros, il suffit d’aller en montagne pour constater les effets du RCA!!! Comme si le recul des glaciers était une preuve irréfutable. Ils ont réussi à terminer un article en évoquant la vague de froid de cet hiver, qui aurait eu lieu du RCA. Celui-ci aurait privé de leur couverture de glace en hiver de grandes étendues de l’océan Arctique dans le nord-ouest de la Russie. Du coup, cela favoriserait la formation d’une zone de haute pression qui dirige de l’air froid vers l’Europe. Donc, en résumé, il fait froid parce qu’il fait chaud, le réchauffement d’origine humaine est un fait établi, les vagues de froid sont tout à fait possible, les vagues de chaleur aussi et tout est notre faute. Je suis sûre qu’on devient schizophrène pour moins que ça.

19.  Bob | 10/06/2012 @ 19:32 Répondre à ce commentaire

Sandra (#18),

Surtout qu’ils ont un chercheur (Mathias Huss) qui a bien étudié les avancées et les reculs des glaciers de chez eux au cours de âges ainsi que les causes (l’AMO)…Et Otzi, ils l’ont oublié ?
Doivent pas trop lire les publications, ces zouaves..

20.  Laurent Berthod | 10/06/2012 @ 20:32 Répondre à ce commentaire

Sandra (#18),

Oui, oui ! Vous avez mis le doigt sur une connerie énorme, qui se répète année après année !

21.  jojobargeot | 11/06/2012 @ 9:46 Répondre à ce commentaire

Sandra (#16), Encore plus amusant, neige dans les Grisons…..ce matin.
Comme d’hab, nos Bourbines (Suisses-allemands) à l’instar des Germains sont totalement hystériques en ce qui concerne l’environnement, ils sur-réagissent très rapidement à toutes annonces catastrophiques.
Sans s’en référer au peuple, ils nous ont donc déjà collés une taxe carbone sur le dos, nous somme trop bêtes pour décider de ce genre de choses, il faut dire que la désinformation au seins de nos médias fait bien les choses dans le sens des khmers-verts et nos dirigeant très en forme pour inventer des taxes plus connes les une que les autres. Exemple un impôt de 20 ct par litre d’essence, qui dure depuis près de 30 ans sous prétexte de mort de forêts, ces masochistes de « casques à boulons » on voté pour, sous l’influence des grünen allemands à l’époque et depuis nous payons pour rien car à ce jour, nous savons que ce n’était que de la désinformation.
Si au moins cette manne avait servi l’écologie, on pourrait encore l’accepter, or ce n’est pas le cas. Toujours très pressés d’instaurer des taxes, non soumises à la votation par le peuple, alors que l’impôt doit être soumis au peuple.
L’hystérie collective entretenue par le pouvoir, toutes les chaires de climatologies dans les universités Suisse étant sous la coupe des zélotes du GIEC, des médias infestés d’activistes verts, tout va dans le sens de faire croire que nous n’avons pas le temps de débattre sur le sujet, la démocratie doit être mise ne veilleuse devant ce péril.
On en est là, doit-on entrer en guerre contre les fossoyeurs de la démocratie?

22.  jojobargeot | 11/06/2012 @ 9:54 Répondre à ce commentaire

Titoune (#3), Ou est la preuve que nous attendons tous de ta part…..j’attends.

Prière de revenir « polluer » ce site quand enfin, mais j’en doute séreiusement, Titoune aura une preuve scientifiquement établie.

23.  cdc | 11/06/2012 @ 11:52 Répondre à ce commentaire

Voir aussi le post de Jo Nova, http://joannenova.com.au/2012/.....ks-gergis/
qui fait benoîtement remarquer que la différence de température sur un millénaire ast de… 0,09°C ! Comme elle le fait remarquer, pourquoi s’embarrasser de thermomètres alors qu’avec des proxies on travaille au millidegré !

24.  Sandra | 11/06/2012 @ 17:05 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#20), Merci du lien! Je n’avais encore pas lu cet article, très intéressant et corrosif comme j’aime. 🙂 Et, effectivement, c’est une ânerie qui tourne en boucle depuis des années (ils ont inventé le mouvement perpétuel…!). Mais quand certains s’amusent à dessiner des courbes au crayon de couleur qui reviennent sur elles-mêmes (un mathématicien s’étoufferait de rire), on se demande quand même s’ils arrivent à croire à leurs manipulations ou s’ils sont profondément idiots.

25.  lemiere jacques | 11/06/2012 @ 18:40 Répondre à ce commentaire

cdc (#22),

oui!!!!
très juste….
sortir un signal dit de temperature à partir de cernes des arbres….

bon pour le vingtième siècle on constate que le réchauffement global, n’est pas un réchauffement global... donc même en cas de rechauffement global on ne peut pas voir de signal constant….

On doit donc trouver dans un ensemble restreint de proxy un signal qui peut être variable!!!! sachant en outre que la corrélation enntre ce signal et le proxy m^me est mal corrélé….
Enfumage, le résultat dependra des hypothèses et des choix de l’auteur.

26.  miniTAX | 12/06/2012 @ 8:28 Répondre à ce commentaire

Josh a sorti un dessin pour décrire la crosse de hockey à-la-Gergis

Gergis sans la crosse :

27.  pecqror | 12/06/2012 @ 22:45 Répondre à ce commentaire

Titoune (#3),

c’est exact, quand on voit que G&T ont réussi à publier leur torchon,

Pourquoi c’est un torchon???

quand on regarde les publications de E&E ou l’article de Spencer et al, il y a de quoi se poser quelques questions

Pourquoi????? et quelles questions????

(je n’aborde même pas l’affairfe Courtillot) ou la conduite de personnes comme De Freitas…

Pourqouoiiiiii ??????

28.  Astre Noir | 13/06/2012 @ 10:59 Répondre à ce commentaire

Est-ce à dire que Gergis canne ?

29.  pastilleverte | 13/06/2012 @ 12:10 Répondre à ce commentaire

@ astre noir
ça va plaire aux Huns, mais pas aux Zozautres (désolé !)

30.  Bob | 13/06/2012 @ 12:16 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#26),

Oui. Voici le cartoon de Josh et Lucia, au sujet de la « méthode Joelle (Gergis) »

31.  Bousquet de Rouvex | 13/06/2012 @ 12:49 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#26), sans la crosse, dites-vous ? Pourtant, elle a un nez en forme de crosse… ceci expliquant sans doute cela ? (morpho-psychanalyse de comptoir, d’accord, mais tellement frappante ??)

32.  Titoune | 13/06/2012 @ 13:09 Répondre à ce commentaire

ça va plaire aux Huns

Aux Mongols.

33.  Murps | 13/06/2012 @ 14:15 Répondre à ce commentaire

Bousquet de Rouvex (#30), quand cesserez vous de nous chercher des crosses ?

—->> je suis déjà sorti…

34.  miniTAX | 13/06/2012 @ 15:39 Répondre à ce commentaire

Astre Noir (#27), yep, Gergis canne et les cavaliers de l’apocalypse climatique.

35.  miniTAX | 13/06/2012 @ 15:50 Répondre à ce commentaire

mince l’image n’est pas passée, retry, hi hi

36.  Bousquet de Rouvex | 13/06/2012 @ 16:35 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#33), c’est Obama disant à Hansen, sous l’oeil approbateur et néanmoins hilare de Mann : Yes, I canne ?

37.  Murps | 13/06/2012 @ 22:17 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#33), photo terrifiante mais magnifique !
🙂

38.  lemiere jacques | 17/06/2012 @ 19:31 Répondre à ce commentaire

a propos de hockey ..sur no trick zone donne encore un article ahttp://notrickszone.com/2012/06/17/hockey-stick-was-refuted-before-its-fabrication-study-ignored-ipcc-and-mann-took-world-on-a-10-year-joyride/

Il y a une bonne façon d’utiliser les proxy…;

39.  Bob | 17/06/2012 @ 21:58 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#38),
Certes.
Les liens aussi

http://notrickszone.com/2012/0.....r-joyride/

40.  lemiere jacques | 17/06/2012 @ 23:21 Répondre à ce commentaire

Bob (#39),
oui et on peut aussi aller sur climat audit bien sur…

41.  AntonioSan | 18/06/2012 @ 5:44 Répondre à ce commentaire

jojobargeot (#21), Le Temps et Pierre Veyat sont des exemples de cet activisme mediatique vert…

42.  l'autre pierre | 9/07/2012 @ 16:09 Répondre à ce commentaire

Transition énergétique et climatique
Des sous des sous , votre épargne nous intéresse. Pour ce faire une imagination sans limite

http://www.actu-environnement......16138.php4

43.  l'autre pierre | 9/07/2012 @ 16:10 Répondre à ce commentaire

Transition énergétique et climatique
Des sous des sous , votre épargne nous intéresse. pour ce faire une imagination sans limite

http://www.actu-environnement......16138.php4

44.  the fritz | 16/07/2012 @ 19:16 Répondre à ce commentaire

Analyse détaillée de l’affaire chez DURAN
http://www.pensee-unique.fr/bonnetdane.html#gerg

46.  MichelLN35 | 19/10/2012 @ 11:12 Répondre à ce commentaire

Araucan (#45),

Voilà une bonne chose.
Actuellement, l’article de Scélralini est aussi en cours de contestation par des scientifiques anglais auxquels s’ajoutent des français, notamment regroupés autour de Houdebine-AFIS, auprès des éditeurs de la revue américaine.

D’autre part, le retour sur un vieux fil m’a permis de retrouver ci-dessus, chez Bob#39, la référence à l’article de 1995 sur les cernes de Cryptomeria japonica, de Varenholtz traduit par Gosselin sur notrickzone que j’avais traduit et commenté en juillet et qui pourrait être joint à Traductions et autres textes si vous le trouvez utile.

De mon point de vue il est bien intéressant car en utilisant les variations de 13C atmosphérique, il montre que ces variations sur 2000 ans correspondent à celles de GISP2 (18O de la glace) et en outre peuvent être calibrées au pas annuel sur les variations altitudinales de températures mesurées dans les forêts de Cryptomeria du lieu, variations MESUREES, à la fois spatiales et temporelles donc.

Au passage, cela montre que l’attribution anthropique de l’allègement du CO2 atmosphérique (carburants fossiles) est tout à fait injustifiée, il a faisait plus chaud que maintenant autour de l’an mil, car le 13CO2 était moins abondant, comme il est moins abondant dans les cernes des arbres actuels situés à basse altitude, là où il fait plus chaud qu’à haute altitude, où il est plus abondant.

47.  Araucan | 23/10/2012 @ 21:11 Répondre à ce commentaire

Mais l’aventure continue avec l’ AR5 quand même
http://climateaudit.org/2012/1.....more-17121

48.  JG2433 | 27/10/2012 @ 19:12 Répondre à ce commentaire

Nouveau billet de J. Duran :

27 Octobre 2012 : L’Optimum Médiéval et le Petit Age Glaciaire retrouvés (une fois de plus)

http://www.pensee-unique.fr/theses.html#om

La conclusion de J. Duran :

Cependant et pour ce qui est d’un Optimum Médiéval hémisphérique et même global, équivalent au réchauffement que nous connaissons, il apparaît que la balance des évidences accumulées penche de plus en plus en faveur de son existence. Il faudra bien que le GIEC le reconnaisse pour ce qu’il est et ne se contente pas de compiler les publications d’un petit groupe de chercheurs interconnectés. Dès lors, on pourra se poser la question à laquelle il faudra bien répondre un jour : Si la Nature, seule, a été capable de faire varier la température du globe de manière notable durant les millénaires précédents, pourquoi ne serait-elle plus capable de le faire de nos jours ? (h/t D. Whitehouse).
Vous l’avez compris, sous-jacente à cette question, se trouve la lancinante interrogation sur notre compréhension notoirement insuffisante des variations naturelles du climat de la planète qu’il faudra bien résoudre un jour, pour pouvoir (enfin) déterminer, avec une meilleure certitude, quelle est exactement l’influence de l’homme sur le climat.

Sorry, the comment form is closed at this time.