Contre-expertise.

Voici le communiqué de presse d'Anthony Watts sur son dernier article, basé entre autres sur son travail d'analyse de la qualité des stations aux USA avec l'aide de nombreux volontaires.

CHAPEAU BAS !

• • • • •

 

Une réanalyse des températures de surface US a été conduite en utilisant le Système de classification des sites récemment approuvé par l'Organisation mondiale de la Météorologie et mis au point par Michel Leroy, de Météo France (NdA : ils nous l'avaient bien caché à MétéoFrance, 🙂 ). La nouvelle classification caractérise plus précisément la qualité d'un site en termes de suivi des tendances des températures de surface spatiallement représentatives. Cette nouvelle analyse démontre que les tendances sur 1979-2008 aux USA ont été faussement doublées, car 92 % de cette surestimation résultait d'ajustements erronnés à la hausse par la NOAA pour des sites bien situés. Cet article est le premier à utiliser le système mis à jour sur les questions de localisation des sites USHCN et les ajustements de données.

La nouvelle évaluation améliorée (NdA : pour les USA), pour les années 1979 à 2008, fournit des tendances de +0,155°C par décennie pour les sites de haute qualité, de +0,248°C par décennie pour les sites de faible qualité et de +0,309°C par décennie après ajustement des données par la NOAA. Cette question de la qualité des sites est une question importante au regard du suivi des températures de surface par le Réseau de l'histoire mondiale du climat et le réseau BEST.

• • • • •

Documents diffusés

Communiqué de presse : Watts_et_al_2012-PRESS RELEASE (PDF)

L'article (An area and distance weighted analysis of the impacts of station exposure on the U.S. Historical Climatology Network temperatures and temperature trends, is co-authored by Anthony Watts of California, Evan Jones of New York, Stephen McIntyre of Toronto, Canada, and Dr. John R. Christy from the Department of Atmospheric Science, University of Alabama) Huntsville:

Watts-et-al_2012_discussion_paper_webrelease (PDF)

Les figures de l'article: Watts et al 2012 Figures and Tables (PDF)

Une presentation PPT des résultats avec des figures supplémentaires :

http://wattsupwiththat.files.wordpress.com/2012/07/watts-et-al-station-siting-7-29-12.ppt

• • • • •

Autres résultats :

· Des différences statistiquement significatives existent entre les stations conformes et non-conformes, de même qu'entre stations urbaines et rurales.

· Les tendances des stations de faible qualité sont fortement ajustées à la hausse et les stations de bonne qualité sont aussi ajustées vers le haut pour atteindre celles de faibles qualité.

· Les stations rurales bien situées montrent un réchauffement trois fois plus important après que l'ajustement NOAA ait été appliqué.

·Les sites urbains se réchauffent plus rapidement que ceux en zone semi-urbaine, qui eux-même se réchauffent plus vite que les sites ruraux.

· La tendance de la température moyenne en données brutes pour les stations de bonne qualité est plus faible de 0,15°C par décennie que pour le calcul fait avec les stations de faible qualité.

· Les stations USHCN aéroportuaires montrent une différence significative pour la tendance avec les autres stations USHCN, et en raison des équipements présents et à d'autres problèmes, pourraient ne pas être des stations représentatives pour suivre l'évolution du climat.

• • • • •

Que la discussion commence !

@@@@@@

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
201.  scaletrans | 11/08/2012 @ 15:51 Répondre à ce commentaire

Effectivement, on a toujours procédé par approximations de plus en plus fines.
Pour la climato, il me semble qu’il y a trop d’incertitudes, trop d’inconnues fondamentales pour pouvoir modéliser. Tout ce que l’on sait, c’est que le « modèle général » réchauffiste ne fonctionne pas, mais ça, on peut le prouver facilement dans le cadre des lois physiques (habilement tournées, mais tournées quand même), et par l’observation. Sans parler du constat de magouilles, de la crosse de hockey aux Climategate.1 et .2

202.  lemiere jacques | 13/08/2012 @ 19:48 Répondre à ce commentaire

Murps (#199),
oui…aussi je ne comprends pas trop cette récurrence à la fixette entropiste…

Un papier très amusant chez pielke.
http://pielkeclimatesci.wordpr.....t-al-2012/

simulation de l’effet de chaleur urbain….

203.  Murps | 14/08/2012 @ 22:40 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#200),

Pour la climato, il me semble qu’il y a trop d’incertitudes, trop d’inconnues fondamentales pour pouvoir modéliser.

Hélas, c’est pire que cela, je pense.
On ne sait même par comment démarrer la modélisation.

Ces simples questions sont déjà un casse-tête.
– « quels sont les paramètres physiques pertinents qui définissent un climat ? »
– « existe-t-il un climat global ? »
– « quelles sont la périodes de temps représentatives ? »
– « les moyennes sont-elles représentatives ? »
– « les lois habituelles de conservation sont-elles applicables pour prévoir ?
– …

Le résultat de 100 années de recherche (et plus…) est sans appel : il n’existe pas actuellement de modèle générale de circulation.
Et je paraphrase Leroux.

204.  Marot | 15/08/2012 @ 11:03 Répondre à ce commentaire

Murps (#202)
Trucages
Ne sachant pas modéliser, il est plus facile de truquer les températures sous l’excuse d' »ajustements ».

Un nouveau relevé de Steven Goddard

Comprendre les ajustements USHCN

Les algorithmes utilisés pour créer les ajustements sont très simples.

Avant 1900 hausse pour cacher le réchauffement 1900-1940 que le CO2 n,’explique pas
Années 1910 à 1950 baisse pour cacher la décennie la plus chaude de l’histoire des États-Unis
Depuis 1975 hausse parce que la théorie de Hansen exige que les températures soient corrélées avec la hausse des émissions de CO2.

« Si les faits ne correspondent pas à la théorie, changez les faits »
– Albert Einstein

205.  Bob | 15/08/2012 @ 11:27 Répondre à ce commentaire

Marot (#203),
Pierre Morel, le fondateur du LMD avait dit texto :

« On voit un réchauffement progressif qui se monte à 0,6°C en un siècle. mais sur ce 0,6°C en un siècle, il y en a 0,4 qui sont des corrections

« Le signal est faible. S’il y en a un, il est bruité. Très bruité. Donc c’est pour vous dire que ce n’est pas évident de mesurer ça et par conséquent la scrutation extrêmement attentive pour ne pas dire obsessionnelle de ces diagrammes de variations séculaires de tel ou tel paramètre, notamment la température est un tout petit peu…
dangereuse, si vous voulez. »

206.  MichelLN35 | 15/08/2012 @ 12:06 Répondre à ce commentaire

Murps (#199),

Il y a sur Arxiv un article qui pourrait être intéressant sur les modèles et l’entropie : http://arxiv.org/pdf/1208.2678.pdf

Les physiciens pourraient peut-être y trouver des choses théoriques utiles concernant toutes les planètes.

207.  François | 15/08/2012 @ 17:38 Répondre à ce commentaire

Marot (#203)
Intéressant …et éclairant.
Savez vous si ces corrections concernent seulement les températures US ou toutes?
Y a-t-il quelque part une courbe de l’évolution des températures brutes? ( Indépendamment de la validité ou non de telles « moyennes »).

208.  Marot | 16/08/2012 @ 10:13 Répondre à ce commentaire

François (#206)
Je ne sais pas comment cela se pratique hors USA.

Il y a d’autres trucages « d’ajustements » largement diffusés : Australie, Islande, Nouvelle Zélande notamment.

Sorry, the comment form is closed at this time.