Plouf !/2

Traduit de l’anglais par Marot .Source. (Suite et fin)

• • • • •

Eau

La technique de la douche a connu un développement rapide ces dernières années. Moins d'eau, plus d'air, a dit la directive de l'Union européenne sur l'écoconception. Il est révolu le temps où il suffisait qu'une pomme de douche distribue tout simplement de l'eau. Aujourd’hui un aérosol est produit par un processus complexe à l'intérieur de la pomme de douche. La teneur en humidité dans le mélange air-eau résultat est si faible et la teneur en air si forte que la prise d'une douche ressemble plutôt à se passer un sèche-cheveux.

Le gouvernement enseigne même aux plus petits de nos concitoyens combien il est important de traiter l'eau précieuse de façon responsable. Le site web pour enfants du ministère de l'Environnement exhorte à « Réfléchir comment économiser l'eau! Prendre une douche est meilleur pour l'environnement que de prendre un bain. Fermer le robinet lorsque vous vous savonnez. Ne jamais laisser couler l'eau lorsque vous ne l'utilisez pas. Et peut-être pouvez-vous passer aussi moins de temps dans la douche ».

Tout cela est très bien, mais il n'y a qu'un seul problème: ça pue. Notre rue est pleine d’odeurs de pourriture. C’est particulièrement fort en été quand la moitié de Berlin est sous un nuage de gaz.

Le comité d'experts mis en place par l'Autorité de l'eau de Berlin a publié récemment une liste des quartiers où le problème est très important. Ironie du sort, en haut de la liste, il y a la très chic place Gendarmenmarkt. La Pariser Platz à la Porte de Brandebourg sent comme un seau de couches. Ce n'est pas seulement un problème à Berlin. Des quartiers entiers sont également affectés à Hambourg, à Rostock, une ville du nord et dans la Rhur à l'ouest.

Notre consommation a tellement diminué qu'il ne coule plus assez d'eau dans les tuyaux pour entrainer les matières fécales, l'urine et les déchets alimentaires ce qui provoque des blocages. Les boues inertes brunes s’étalent partout dans tous les sens dans les tuyaux qui sont maintenant bien trop grands et libèrent tout leur arôme.

Les responsables de l'eau tentent de compenser la puanteur avec des filtres d’odeurs et des gels parfumés du genre lavande, agrumes et épicéa. Mais les métaux lourds toxiques comme le cuivre, le nickel et le plomb s'accumulent aussi dans le système d'égouts. L'acide sulfurique corrode les tuyaux, ce qui provoque la rouille de l’acier et l'effritement du béton. C'est un problème qu'aucune quantité de désodorisant ne peut résoudre.

Les usines d’épuration d'eau doivent maintenant rincer régulièrement ces tuyaux et conduits. L'eau que nous économisons avec nos toilettes à faible débit est tout simplement injectée directement dans les conduits du système des eaux usées. Certains jours, un demi-million de mètres cubes d'eau du robinet sont ainsi injectés dans le système de drainage de Berlin pour assurer ce que les responsables appellent le « débit nécessaire. »

L'Allemagne a beaucoup d'eau. Elle a beaucoup de rivières et de lacs. La quantité de pluie qui tombe du ciel sur l'Allemagne est cinq fois plus grande que la totalité des besoins en eau de la population et de l'industrie. Il suffirait de moins de trois pour cent des réserves en eau du pays pour alimenter tous les foyers.

La solution évidente à nos problèmes de tuyaux serait d'utiliser plus d'eau à nouveau. Mais ce n'est pas comme cela que les Allemands travaillent. Des gens qui sont sommés depuis si longtemps d'utiliser aussi peu d'eau que possible en prenant une douche ne jettent pas simplement leurs habitudes par-dessus bord. Les appels à la conservation ont créé des empreintes profondes dans notre psychisme.

Lumière

Le mercure est une substance dangereuse. Il s'évapore à la température ambiante. Même de petites quantités peuvent endommager le foie, les poumons et le cerveau. Paracelse, le célèbre médecin, s'est tué par inadvertance avec du mercure. Depuis, les médecins déconseillent de l'inhaler.

 

ampoules.jpg

Cinq milligrammes de mercure dans une seule ampoule à économie d’énergie. Cela impose de les jeter dans des bacs spéciaux.

Ceci rend la renaissance de ce métal lourd toxique dans nos maisons d'autant plus étonnante. Comme tous les bons Européens, nous remplaçons nos vieilles ampoules par des ampoules modernes à économie d'énergie. C'est ce que la Commission européenne a décrété. Le fait que chacune de ces nouvelles ampoules contient jusqu'à cinq milligrammes de mercure est considéré comme un mal nécessaire, parce qu'elles consomment moins d'électricité que les ampoules à incandescence.

Nous avons du mal à dire au revoir aux vieilles ampoules que nous aimions. Elles brillaient tout de suite dès qu’on appuyait sur le bouton, chose que nos nouvelles ampoules ne peuvent pas faire. Si vous faites tomber l’ampoule écologique sur le sol elle devient un éco-tueur.

« Le mercure inhalé pénètre dans le cerveau par la circulation sanguine » dit Gary Zörner du Laboratoire d’analyse chimique de Delmenhorst dans le nord de l’Allemagne. « Chaque parcelle de mercure nous rend un peu plus bête. Cela peut conduire à une démence totale. »

Les scientifiques de l'Agence fédérale allemande de l'environnement ont fait des tests pour déterminer la dangerosité des ampoules à économie d'énergie. Ils ont cassé des ampoules de la gamme de produits du fabricant d’une marque européenne. Puis ils ont mesuré la concentration de matières toxiques dans l'air de la salle, une première fois après cinq minutes et une seconde fois après cinq heures.

Tous les résultats étaient bien au-dessus des niveaux admissibles. Dans certains cas, le niveau de mercure était 20 fois plus élevé que la valeur de référence. Même après cinq heures, il y avait encore assez de mercure dans l'air pour mettre en danger la santé des femmes enceintes, des jeunes enfants et des personnes sensibles.

C’est à cause du mercure qu’il est bien sûr interdit de jeter ces ampoules à économie d'énergie brisées dans la poubelle ordinaire. Une entreprise d'élimination des déchets de Nuremberg dans le sud de l'Allemagne a inventé une machine qui découpe soigneusement chaque ampoule et aspire la matière fluorescente et le mercure. Le mélange est ensuite emballé dans des sacs hermétiques et mis dans des fûts bleus de 300 kilos. Les fûts sont chargés sur camion et emportés dans un ancienne mine de sel dans les montagnes du Harz en Allemagne centrale. Ainsi, l'ampoule à économie d'énergie se retrouve dans un dépôt souterrain de déchets où elle restera à jamais comme déchet contaminé.

Isolation

D'abord, les chérubins et les corniches de la façade sont détruits. Ensuite, le plâtre et les frontons sont retirés. Les vieux murs disparaissent sous des panneaux d'isolation plus épais que des matelas qui sont ensuite peints et tout à coup la vieille maison est une maison économe en énergie. Les éléments décoratifs anciens qui ont maintenant disparu sont simplement peints par dessus. Visuellement cela ne fait pas beaucoup de différence, au moins à distance.

En flânant le long des immeubles historiques en briques du quartier Dulsberg à Hambourg, Albert Schett du bureau de conservation des monuments de la ville souligne la différence acoustique entre maisons isolées et non isolées. « Écoutez » dit Schett, en tapotant les façades qui sont faites désormais d'une couche isolante recouverte d’imitations de briques. « Cela résonne complètement creux. » Mais que ne ferions-nous pas pour économiser quelques litres de mazout de chauffage ?

Il y a toutefois un autre problème : les gens qui vivent dans ces maisons thermiquement isolées se plaignent du « mauvais fonctionnement de leur ventilation » comme le dit une brochure publiée par l'Office fédéral de la construction. On oublie hélas trop souvent que l'isolation modifie le climat intérieur. Par exemple, cela peut conduire un développement de moisissures dans des endroits où on n’en avait jamais eu comme l'intérieur du coffre du volet roulant, derrière les radiateurs et sous les rebords de fenêtres.

Lorsque la moisissure est entrée dans les poutres porteuses, la maison doit être abandonnée, en particulier parce que les panneaux isolants sont de plus en plus humides avec le temps. « C'est comme mettre un chandail mouillé un jour froid » explique un expert en construction. « Oui, nous devenons les meilleurs isolateurs du monde » explique Boris Palmer, le maire du parti Vert de Tübingen près de Stuttgart, « et oui, nous abîmons délibérément notre parc immobilier. »

Que pouvons-nous faire?

Ce serait bien si nous pouvions de temps en temps confronter nos certitudes à la réalité. S’il s'avère que nous avons fait une erreur, il n'y a rien de mal à prendre du recul et essayer quelque chose de différent. Une loi qui élimine aussi les bouteilles consignées respectueuses de l'environnement devrait être réformée en profondeur, tout comme les subventions inefficaces à l'énergie solaire et certaines de nos règlementations sur l'isolation et le recyclage des matières plastiques.

Personne ne devrait être contraint d'apporter chez soi des ampoules toxiques contenant du mercure. Cela n'a pas de sens d'arrêter davantage de centrales nucléaires si cela ne fait que nous rendre dépendants de l'électricité nucléaire importée de France. Et tant qu’un sac en papier est pire pour l'environnement qu'un sac en plastique, la police des moralisateurs verts devrait réfléchir pour savoir si c'est le sac en plastique qu'elle doit interdire.

Les gens qui achètent dans les épiceries bio, qui mangent végétarien ou qui conduisent une voiture électrique sont libres de le faire. Mais cela ne devrait pas leur donner le droit de faire la leçon aux autres sur le bon chemin environnemental pour vivre leur vie. Les choses sont parfois plus compliquées qu'il n'y paraît au premier coup d'œil.

@@@@@@

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

49 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Astre Noir | 10/10/2012 @ 7:54 Répondre à ce commentaire

Aaaaahhhhh !!!!

La suite est aussi agré

2.  Astre Noir | 10/10/2012 @ 7:55 Répondre à ce commentaire

On reprend…..

Aaaahhhhh !!!!

La suite est aussi agréable à lire que la première partie.

Merci Marot

3.  JG2433 | 10/10/2012 @ 9:14 Répondre à ce commentaire

Merci Marot pour cette suite !

Je déplore à nouveau l’incohérence totale des écolos qui, d’un côté, ont réussi à imposer l’usage généralisé des ampoules basse consommation – malgré la présence de mercure – et, d’un autre, ont tout autant la volonté d’imposer l’interdiction de l’amalgame d’argent comme matériau d’obturation en dentisterie restauratrice – au motif que le mercure entre dans sa composition.
J’ajouterai que, dans ce cas, la santé humaine n’est pas en cause. Seules sont avancées les raisons de protection environnementales.

4.  Jojobargeot | 10/10/2012 @ 9:14 Répondre à ce commentaire

Quand on vous dit que les germains sont complètement hystériques en ce qui concerne l’environnement, vous commencez à nous croire. Même Fritz Varhenholt à rejoins notre camp quand il à constaté l’hystérie collective de ses concitoyens. Ce dernier à distribué une volée de bois vert aux « experts » Suisses du climat durant le « Swiss summit for climate & energy  » qui s’est tenu à Berne du 12 au 14 sept. Les ténors en question ayant noyautés toutes les chaires de climatologie du pays, en remerciement de leurs contributions au GIEC. Une chape de plomb de propagande réchauffiste recouvre la Suisse depuis trop longtemps. 👿

5.  pastilleverte | 10/10/2012 @ 11:00 Répondre à ce commentaire

Très réjouissant en effet, mais la coup de « 20 fois la valeur de référence » pour le mercure, non ! Les « valeurs de référence » sont, suivant les produits d’un facteur 100 à 1000 fois supérieur aux doses réellement dangereuses pour la santé (merci de l’éclairage bien plus savant de Laurent Berthod ).
D’autre part, pour l’isolation, il vaut mieux effectivement combiner dès le départ ventilation (efficace !), isolation et régulation qu’entasser des « matelas » sur les murs extérieurs, technique d’isolation en principe la plus efficace, si l’on évite les ponts thermiques.
Mmais Ach ! pas possible en France abîmer gross bâtiments publics historiques classés !!!

6.  Bernnard | 10/10/2012 @ 11:01 Répondre à ce commentaire

Les choses sont parfois plus compliquées qu’il n’y paraît au premier coup d’œil.

C’est pas possible! en voilà une découverte!!!
Merci Marot de cette traduction, on voit bien que les allemands (qui étaient les premiers chimistes du monde), sensibilisés à l’extrême par l’écologie et la nature intacte en arrive à des solutions shadockiènnes. Nous suivons en France le même chemin.

7.  Bernnard | 10/10/2012 @ 11:09 Répondre à ce commentaire

A propos des ampoule à « économie d’énergie ».
Il y a une autre raison de les récupérer.
http://www.lemonde.fr/planete/....._3244.html

8.  Bousquet de Rouvex | 10/10/2012 @ 21:20 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#7), Oui, les terres rares devenant de plus en plus rares à cause de leur surexploitation en Chine, vont bientôt devenir l’or du siècle : récupérons les panneaux PV et les éoliennes qui en contiennent !!!

9.  Astre Noir | 11/10/2012 @ 7:49 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#7),

Il y a une chose que j’ai du mal à comprendre dans l’article.

Les ampoules basses consommation ont commencé à se développer de façon significative en France il y a moins de 10 ans.

Ces ampoules sont censées avoir une durée de vie 6 à 15 fois supérieure à celle des ampoules à incandescence classique (si si, 15 fois, je l’ai lu).

Par conséquent, aujourd’hui, 10 ans après, on devrait commencer à voir tomber en panne les premières ampoules fluocmpactes

Or dans l’article, on nous dit que Solvay a commencé à travailler sur le recyclage de ces ampoules dès 2007 : c’est donc qu’il y avait un marché dès cette époque !

Mézalor, mézalor… On nous aurait menti ? 🙁

10.  Bernnard | 11/10/2012 @ 8:13 Répondre à ce commentaire

Astre Noir (#9),
Honnêtement la durée de vie de ces ampoules me semble inférieure à ce qui est annoncé! j’ai remplacer plusieurs fois des ampoules à faible consommation tombées en panne!

11.  the fritz | 11/10/2012 @ 9:56 Répondre à ce commentaire

Astre Noir (#9),
Ces ampoules sont censées avoir une durée de vie 6 à 15 fois supérieure à celle des ampoules à incandescence classique (si si, 15 fois, je l’ai lu).

———————————-
Cà , c’était pour lancer un prix de vente 6 à 15 fois supérieur aux ampoules classiques
Une autre arnaque du green business

12.  pecqror | 11/10/2012 @ 10:49 Répondre à ce commentaire

Bousquet de Rouvex (#8),

Oui, les terres rares devenant de plus en plus rares à cause de leur surexploitation en Chine

Heu, si elles sont surexploitées, c’est qu’elles sont moins rares!

13.  Bousquet de Rouvex | 11/10/2012 @ 11:10 Répondre à ce commentaire

pecqror (#12), ça se discute… mais il est possible quand même qu’elles soient plus rares que d’autres et que leur surexploitation s’intensifiant, la ressource soit de moins en moins disponible par conséquence ! Voir les discussions sur le pétrole : il a-t-il moyen de connaître la quantité disponible de terres rares ? probablement pas ; est-il par conséquent possible de déterminer un pic-terres rares, probablement pas ; mais ce qui est certain, c’est que les Chinois qui en détiennent la plus grande part des réserves (connues) ferment les robinets à l’export pour se les garder : donc, il peut être intelligent de les récupérer lorsque les produits qu’ils auront fabriqués avec et que nous leur auront achetés seront en fin de vie pour détenir à notre tour un peu de ces terres fort utiles pour nos nouvelles technologies si on ne peut plus leur en acheter : logique, non ?

14.  yvesdemars | 11/10/2012 @ 11:55 Répondre à ce commentaire

Bousquet de Rouvex (#13),

il me semble que les terres rares sont abondantes notamment dans les Pays développés mais leur exploitation a été abandonnée car elle est très polluante

15.  Bernnard | 11/10/2012 @ 12:03 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#14),
Pour en savoir plus:

Voir wiki:
http://fr.wikipedia.org/wiki/T.....9conomique

16.  yvesdemars | 11/10/2012 @ 12:07 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#15),

oui et à ce que je vois les conséquences environnementales de ces matières premières du green business sont sans commune mesure avec celles du gaz de schiste ….

L’extraction et le raffinage des terres rares entraine le rejet de nombreux éléments toxiques: métaux lourds, acide sulfurique ainsi que des éléments radioactifs (uranium et thorium). « Il faut injecter sept ou huit tonnes d’ammonium sulfate dans le sol pour extraire une tonne d’oxyde, ces liquides toxiques vont résider longtemps et les conséquences seraient épouvantables si l’eau souterraine était polluée », a indiqué le vice-ministre de l’Industrie et des Technologies de l’information chinois Su Bo 15. La radioactivité mesurée dans les villages de Mongolie intérieure proches de l’exploitation de terres rares de Baotou est de 32 fois la normale (à Tchernobyl, elle est de 14 fois la normale). D’après la carte des villages du cancer en Chine, la mortalité par cancer est de 70 %16. Il s’agit de cancer du pancréas du poumon et de leucémies 17.

Les effluents toxiques sont stockés à Baotou dans un lac artificiel de 10 km³ dont les trop-pleins sont rejetés dans le fleuve Jaune17. Ces pollutions ont été dénoncées dans un rapport de Jamie Choi, alors responsable de Greenpeace Chine. Ce rapport n’est plus accessible au grand public.

17.  Bernnard | 11/10/2012 @ 12:11 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#16),
Exact!

18.  undegrédeplus | 11/10/2012 @ 13:21 Répondre à ce commentaire

donc, il peut être intelligent de les récupérer lorsque les produits qu’ils auront fabriqués avec et que nous leur auront achetés seront en fin de vie pour détenir à notre tour un peu de ces terres fort utiles pour nos nouvelles technologies si on ne peut plus leur en acheter : logique, non ?

Il est tellement logique de récupérer les terres rares sur les objets jetés (pas forcément en fin de vie) que ça se fait déja.

19.  pecqror | 11/10/2012 @ 15:05 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#15),

En effet les terres rares deviennent de plus en plus rare

20.  Bernnard | 11/10/2012 @ 15:19 Répondre à ce commentaire

pecqror (#19),
C’est un monopole chinois!
Dire que c’est utilisé dans la technologie verte!

21.  Bernnard | 11/10/2012 @ 15:23 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#20),

Dire que c’est utilisé dans la technologie verte!

entre autres.

22.  Marot | 11/10/2012 @ 15:33 Répondre à ce commentaire

Deux compléments au § Isolation

1er complément
Le quotidien Die Welt a titré le 8 octobre :
Another Green Fail: Home Insulation Can Drive Up Energy Consumption
Un autre échec vert : l’isolation des habitations peut augmenter la consommation d’énergie
(j’en ai fait la traduction, s’il y a des amateurs…)

2d complément
Minna Sunikka-Blanka et Ray Galvina du département d’Architecture de Cambridge ont dépiauté le « modèle » de consommation et d’économie utilisé en Allemagne pour convaincre des bienfaits allégués de l’isolation et asseoir des taxes. Le résultat est une catastrophe.

On trouvera le résumé et pendant un temps limité l’article complet ici de l’article paru dans Building Research & Information Volume 40, livraison 3, 2012.

Voici le résumé écrit en français par les auteurs (j’ai ajouté le gras)

La réglementation allemande relative à la rénovation thermique des logements existants exige des normes thermiques élevées, que le gouvernement prétend être techniquement et économiquement applicables.
Cet article examine les données existantes sur 3400 logements allemands; leurs classes d’efficacité énergétique (CEE) calculées sont ensuite comparées à la consommation réelle mesurée.
Les résultats indiquent que les occupants consomment, en moyenne, 30 % d’énergie de chauffage en moins que la classe calculée. Ce phénomène est identifié en raison de l’accroissement de l’effet de « pré-bond » avec la classe calculée. Le phénomène opposé, l’effet de rebond, tend à se produire dans les logements à basse consommation d’énergie, dans lesquels les occupants ont une consommation supérieure à la classe. Un phénomène similaire a été reconnu dans des études récentes néerlandaises, belges, françaises et britanniques, suggérant des implications en termes de politiques dans deux directions.
En premier lieu, l’utilisation de la classe énergétique d’un logement pour prévoir les économies de combustible et de CO2 pouvant être obtenues grâce à des rénovations a tendance à surestimer les économies, à sous-estimer le délai d’amortissement et éventuellement à dissuader d’effectuer des améliorations incrémentielles rentables.
En second lieu, les économies potentielles de combustible et de CO2 pouvant être obtenues par des mesures non techniques telles que le comportement des occupants peuvent se révéler être bien plus importantes que cela n’est supposé en règle générale dans les politiques, de sorte que les décideurs ont besoin de mieux comprendre ce qui motive ou empêche les décisions des occupants.

23.  Araucan | 11/10/2012 @ 15:57 Répondre à ce commentaire

Marot (#22),

je la veux bien parce que cet article met vraiment le doigt sur un problème

ex : According to the study, the fact that insulating materials do not meet the expectations placed upon them it is due to a simple physical law: massive walls can retain solar warmth and radiate the heat into the interior spaces until late in the evening, even in winter. With insulated houses, however, this is not possible because of the thick plastic insulation covering the outer walls. As a result, “the interior is at no time supplied with heat”, the researchers at the Fraunhofer Institute already recognised 27 years ago.

Il y en a d’autres !

24.  François | 11/10/2012 @ 17:21 Répondre à ce commentaire

Marot (#22)
Je confirme. Et pas seulement en Allemagne. J’ai une vieille maison chauffée au fuel ( aïe aïe aïe, je vais être écartelé en place de Grèves) et j’ai demandé à plusieurs boîtes un devis et elles m’ont toutes fait un bilan énergétique avec mesures, tables, abaques et savants calculs sortis d’ordinateurs pour me dire en combien de temps j’amortirai une nouvelle installation. Sans surprise, plus l’installation coûtait cher et plus ma supposée consommation était élevée. Selon les « études », je devais consommer entre 3500 et 4300 litres de fuel par an, pour me chauffer. ( Ils parlaient en Kwh, mais ce n’est pas trop dur de faire la conversion).
Cela fait 15 ans que j’en consomme 2000 par an…

25.  Araucan | 11/10/2012 @ 17:28 Répondre à ce commentaire

François (#24),

Vous me rassurez : j’ai une très vieille maison avec des murs de 60 cm d’épaisseur et quand je demande à quoi cela sert d’isoler (coté intérieur) du coté des murs, tout le monde bafouille … (je n’ai pas de problème sur l’isolation du toit ou les doubles vitrages …)

26.  Araucan | 11/10/2012 @ 17:33 Répondre à ce commentaire

François (#24),

Vos artisans sont honnêtes ! Ils viennent de vous faire faire des économies … 😆

27.  pastilleverte | 11/10/2012 @ 18:57 Répondre à ce commentaire

Comme quoi, le bon vieux chandail amoureusement tricoté par mamie, qui rajoutait les chaussettes de la même veine colorée, ça c’était de l’économie d’énergie de facto !
Bon côté esthétique… mais, hein, des goûts et des couleurs….

28.  Laurent Berthod | 11/10/2012 @ 23:24 Répondre à ce commentaire

François (#24),

Dans le cas que vous nous racontez, le mot « escrolo » est adéquat.

Je propose de réserver le mot escrolo aux commerciaux et le mot environnementeur aux idéologues. Bon, pour les politiques qui se taillent des places de pouvoir bien rémunérées dans les institutions démocratiques de notre pauvre pays, les deux conviennent.

29.  Bousquet de Rouvex | 13/10/2012 @ 5:29 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#16), D’où est extraite votre citation, siou plaît ? Merci

30.  Bousquet de Rouvex | 13/10/2012 @ 5:34 Répondre à ce commentaire

Araucan (#25), Non seulement cela ne sert à rien, mais cela annule la résistivité (R) de votre mur ! Nous préconisons les enduits au chanvre-chaux (4 cm suffisent) qui régulent l’hygrométrie et annulent l’effet de paroi froide sans isoler réellement et en plus cela éclaircit l’ambiance et la colorent le cas échéant.

31.  Bernnard | 13/10/2012 @ 11:14 Répondre à ce commentaire

Bousquet de Rouvex (#29),
Je réponds à la place d’yvesdemars (#16).
C’est extrait de ce lien.

32.  Araucan | 13/10/2012 @ 15:31 Répondre à ce commentaire

Bousquet de Rouvex (#30),

Ça cela m’intéresse : c’est facile à poser ? (si en plus cela peut m’éviter le placo …)

33.  yvesdemars | 13/10/2012 @ 16:46 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#31),

merci j’étais en déplacement depuis hier

34.  Bousquet de Rouvex | 13/10/2012 @ 20:19 Répondre à ce commentaire

Araucan (#32), Mon épouse et moi avons participé il y a une dizaine d’années à l’aventure qui a consisté à refaire pousser du chanvre pour cet usage en Limousin, territoire où il était très présent autrefois pour la fabrication des draps et des cordes. Et à la formation des maçons à son application ainsi qu’à la commercialisation en réseau local et en magasins spécialisés en matériaux « bio ». La chose s’est répandue depuis et on en vend même en magasins de matériaux de construction classiques. Il faut un bon coup de main pour le faire tenir : soit assez liquide et jeté en force (mais ça craquelle en séchant et dégueulasse plafond, sol et fenêtres), soit moins liquide en appuyant sur la truelle : coup de main à prendre : on a des spécialistes ici en Corrèze !
Pour voir des videos, taper « chaux-chanvre » sur Google ou voir des photos sur mon ancien blog « ecolo.canalblog.com »

35.  Araucan | 13/10/2012 @ 21:21 Répondre à ce commentaire

Bousquet de Rouvex (#34),

Merci. J'avais déjà fait une recherche sur Internet, effectivement ce n'est pas simple (et le plus pénible est de nettoyer les murs avant. Mais je vais quand même y réfléchir. (La maison est un peu loin de la Corrèze …)

36.  pastilleverte | 13/10/2012 @ 23:18 Répondre à ce commentaire

@ Araucan # 35 :
par les temps qui courent, vaut-il mieux être prés de la Corrèze ou de la Hollande ?
(Tulle l’a dit…)

37.  Laurent Berthod | 13/10/2012 @ 23:45 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#36),

Et de l’un et de l’autre !

38.  M.Shadok | 13/10/2012 @ 23:56 Répondre à ce commentaire

Il semblerait donc bien que la richesse de la cause escrologiste soit bien en rapport direct avec la puissance économique (souvent relative) du pays qui la prône, non ?

39.  JG2433 | 14/10/2012 @ 8:39 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#36),

vaut-il mieux être prés de la Corrèze ou de la Hollande

Dans le temps, Raymond Cartier avait dit : « La Corrèze plutôt avant le Zambèze. » 😉

40.  JG2433 | 14/10/2012 @ 8:46 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#39),
Je corrige : « Plutôt la Corrèze que le Zambèze »
(Raymond Cartier à Paris-Match, août 1956.)
Paris-Match ?… tiens, tiens.

41.  pastilleverte | 14/10/2012 @ 9:36 Répondre à ce commentaire

@JG2433 # 40

J’ai failli confondre avec l’autre Cartier d’un autre siècle (mais pas avec l’horloger « vendômois ») …
Et d’un autre côté, j’avais à peine 2 ans quand cet article est paru et bien que très précoce (et doué et modeste), je ne savais pas encore lire…

42.  Bousquet de Rouvex | 14/10/2012 @ 9:58 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#40), Moi j’aime la Corrèze et le Zambèze ! J’ai pris le plus gros risque de ma vie en m’approchant au-dessus de la chute, à pied au milieu des rochers (évidemment c’est interdit…) pour voir l’effet du vertige au dessus de l’eau se fracassant 100 m plus bas : effet inoubliable garanti ! 1 mm de plus et je n’étais pas là aujourd’hui pour vous le raconter. Je ne le recommande évidemment à personne, pas plus que de monter au sommet de la tour Eiffel et monter sur la rambarde, mais c’est beaucoup plus beau ! Quand à la Corrèze, je la parcoure en tous sens quotidiennement pour mon boulot et je ne m’en lasse pas ! Par contre ça je vous le recommande.

43.  Bousquet de Rouvex | 14/10/2012 @ 10:02 Répondre à ce commentaire

Bousquet de Rouvex (#34), contaminé par les intervenants de ce blog, j’ai mal orthographié le nom du mien ! En fait c’est : ecoleau.canalblog.com

44.  Murps | 16/10/2012 @ 0:05 Répondre à ce commentaire

Bousquet de Rouvex (#34),

Mon épouse et moi avons participé il y a une dizaine d’années à l’aventure qui a consisté à refaire pousser du chanvre

Vous avez accès à internet en prison ???
😉

45.  Bousquet de Rouvex | 16/10/2012 @ 12:06 Répondre à ce commentaire

Murps (#44), Hi, hi, hi ! Je ne vais pas vous faire un cours basique sur la différence entre le chanvre européen commun, strictement contrôlé de la graine au champ et aux sous-produits : filasse et tiges défribrées et hachées pour l’isolation, ne contenant que peu de THC et le chanvre indien de mémoire Peillonnesque, encore interdit en France, fermez le ban comme dirait not’ Premier M le Héraut !

46.  yvesdemars | 17/10/2012 @ 17:24 Répondre à ce commentaire

pêché via Icecap

le désastre vert espagnol une leçon pour l’Amérique

extrait en rapport avec le thème « plouf »

Marta Sabina lives on the outskirts of Barcelona in one of Spain’s new green technology apartment buildings.

It has been a nightmare for this mother of three young children. Her toilet uses recycled water with chemicals in it.

She said it’s unsafe for her children and often looks no different from toilet water that hasn’t been flushed.

« A lot of times I am coming to the bathroom and I am pushing all the time because the water is dirty and I don’t know if it’s the kids because they have not pushed or if because it’s the water, » Sabina said. « Sometimes it smells very bad and it’s very dirty and it’s not for kids. »

Sabina has also had to heat her family’s hot water on the stove because the building’s solar water heater didn’t work for three years.

c’est un cauchemar pour cette jeune mère de famille de 3 enfants qui vit dans un appartement situé dans un immeuble vert de la banlieue de Barcelone:
les toilettes utilisent de l’eau recyclée traitée avec des produits chimiques : on se demande toujours si on a vraiment tiré la chasse d’eau, ça pue, c’est complètement malsain pour des enfants
Elle doit aussi chauffer l’eau sur sa cuisinière le chauffage solaire collectif ne fonctionne pas depuis 3 ans

Les gaîtés de la vie écolo

47.  miniTAX | 17/10/2012 @ 20:01 Répondre à ce commentaire

le chanvre indien de mémoire Peillonnesque

Bousquet de Rouvex (#45), et encore, pour ce qui est du taux de THC, le chanvre de Peillon, c’est de la gnognote par rapport au chanvre de Hollande 😉
La prochaine fois, on fera à Murps quelques petites leçons sur la sexualité de la Marie-Jeanne, les histoires de fleurs mâles et femelles toussa, hi hi;

48.  Murps | 17/10/2012 @ 23:08 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#47), oh oui ! J’ai séché les cours de collège sur la reproduction…
Faites mon éducation avec quelques unes de vos copines… Heu, surtout si mon épouse n’est pas dans le coin.

49.  Marot | 31/12/2012 @ 12:03 Répondre à ce commentaire

Complément notable aux erreurs sur l’isolation

Une journaliste, mais si, Catherine Bernard est allé voir ce qu’il en est des sottises écolos sur l’isolation des bâtiments neufs.
Texte complet à lire ici.

Son article est centré sur les immeubles de bureaux que les articles ci-dessus ne couvraient pas. Les écarts entre calcul et réalité vont de 1 à 3 voire de 1 à 5.
Il se termine par :

Les particuliers, eux, ont intérêt à surtout surveiller leurs compteurs.