Merci pour la pub !

• • • • •

Le Centre d'analyse stratégique a organisé un colloque le 14 novembre sur "Où vont les négociations climatiques internationales ?" en préparation de la CoP de Doha, qui cherchera à résoudre l'équation de Kyoto II. Un rapport et des études en sont issus (voir en bas de la page citée ci-avant). Jusque là, rien que de très classique et cyclique.

Un des chapitres du rapport traite du climato-scepticisme. Chic, nous voici considérés comme phénomène d'étude dans la stratégie gouvernementale : il y avait déjà eu quelques signes d'agitation du coté de Sciences-Po mais jusqu'à présent plutôt du politiquement correct et rien de bien nouveau : les mêmes fredaines transposées des USA en France, les mêmes personnalités soumises aux attaques ad hominem plutôt qu'aux réponses aux questions ouvertes depuis un bon moment, la même nécessité de vilipender ceux qui n'adhèrent pas au consensus pour unir les défenseurs de la case climatique, projet à l'échelle mondiale qui entend réenchanter la politique avec l'aide au développement financée par les crédits carbone et la représentativité du peuple par la gouvernance et certaines ONG, l'économie avec l'économie verte et la consommation durable, la vie de tous les jours avec la sobriété heureuse, la taxe carbone ajoutée à la TIPP et une nouvelle morale, abondamment dispensée par les magazines. "No pressure !", ben voyons.

Je reviendrai plus en détail sur cette partie du rapport dans un autre billet, mais en première lecture ce rapport montre une certaine évolution, qui dépasse certains clichés fort ressassés, inexacts en ce qui concerne les sceptiques en France. La transposition du modèle US, les grands méchants de l'environnementalisme international, est inadéquat en France. Il n'y a pas de mouvement sceptique  du RCA en France, pas même une association. Juste des individus qui ont écrit des livres et qui ont été étiquetés de noms pour le moins insultants et quelques blogs et sites tenus et alimentés par des bénévoles et non des organisations. Quelques "boites à penser" libérales surfent de temps à autre sur le sujet mais sans plus. Le site d'infos Contrepoints.org est certainement le plus constant.

Les lobbys de l'industrie des énergies fossiles, ne financent pas en France, en Belgique et en Suisse, de "boites à penser" sur ce sujet. Les syndicats patronaux ne grognent pas trop et pas ouvertement.

Alors pourquoi avoir peur des sceptiques ? Parce que les sondages ne sont plus euphoriques ? 80 % de convaincus du RCA, c'en était presque soviétique. Les sondages baissent donc et comme la visibilité sceptique n'existe qu'en négatif dans la presse, peu à la radio et pas à la télévision, il a bien fallu pour les grands penseurs de notre avenir sobre se pencher sur le Net. Beaucoup de réactions de lecteurs et, sous réserve de quantification, de plus en plus, de commentaires critiques sur le sujet … Quelques blogs dont Skyfall nommément cité :D. Mais à l'heure du consensus érigé comme objectif, un peu plus de 50 % de soutiens ne suffisent plus manifestement. En démocratie, on a le droit d'interroger le consensus et ses fondements invoqués, mais pas sous le règne de la gouvernance manifestement.

Il n'y a pas de lien vers le site mais ne mégotons pas, même si un film de James Bond nous fait de la concurrence en ce moment.

Mais là où le CAS n'est pas sympa, c'est dans le commentaire sur le site : "Par ailleurs, la position des climatosceptiques est souvent paradoxale puisqu’ils prétendent défendre la science, mais ne se plient pas à ses méthodes en refusant de prendre en compte les erreurs factuelles que leur signalent les chercheurs. Le blog climatosceptique français « Skyfall » fonctionne ainsi sur le principe de publications collectives et anonymes, sans obligation de réponse." 

Et là, hop, ressort un vieux cliché. Puisque nous sommes sceptiques, nous devrions nous plier aux règles scientifiques (et de ses publications). Le théorie des GES et du RCA reste, aux yeux de ceux qui commentent majoritairement sur ce site, non prouvée : ce n'est pas à nous de prouver que cela fonctionne. Il s'agit juste de trouver des arguments plus convaincants … et de moins délirer sur l'utopie non-carbonée. Après tout l'AFIS ne fait pas de contre-études pour lutter contre les pseudo-sciences et les fables pseudo-scientifiques qui traversent les sociétés contemporaines. Je le répète, ici, c'est du bénévolat sans cotisation et sans subvention, que du temps passé à suivre l'actualité. Si je le fais, avec des hauts et des bas, c'est que le sujet m'intéresse : à quoi va aboutir cette construction, cette bulle conceptuelle ? Le climat va-t-il (enfin) suivre les modèles ?

Je reste perplexe sur l' "obligation de réponse". Répondre à qui et sur quoi ? Les commentaires sont ouverts et des esprits malicieux, certains avec constance, y interviennent régulièrement. Mais sont-ils chercheurs, je n'en sais rien (à l'exception d'un seul venu sous son nom propre, spécialiste de l'ajustement des données mesurées au sol). Et quelque part, je m'en moque : car il s'agit de convaincre et non de se retrouver confrontés à l'argument d'autorité. L'anonymat détruit l'argument d'autorité. Le modèle linéaire de l'expertise scientifique ne fonctionne pas ici ;). Le but n'est pas d'arriver à un compromis ou à une position commune et hormis sur la position de scepticisme, il n'y a pas ici de communauté de vues sur les autres sujets. Certaines discussions sont possibles ici, parfois, qui ne se produisent pas ailleurs. Merci à Internet et à ceux qui le font.

Et encore merci pour la pub ! A bientôt !

Araucan

NB : par exemple, évitez de nous enseigner l' "effet de serre" comme cela

@@@@@@

 

 

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

55 Comments     Poster votre commentaire »

51.  Murps | 25/11/2012 @ 16:48 Répondre à ce commentaire

Bob (#50), oh c’est marrant cette histoire d’Okapi !
Imaginez un gosse de 8 ans en 2004, il en a 16 maintenant, et il se rappellera forcément du matraquage dont il a été l’objet et de l’absence de conséquences…
Bon je sais c’est une Lapalissade, mais il n’empêche qu’à force d’alarmer et de prendre les gens pour des XXXX il me parait impossible qu’ils ne se lassent pas.
On peut tromper une personne tout le temps ou tromper tout le monde une fois mais on peut pas tromper… etc…

52.  Laurent Berthod | 25/11/2012 @ 23:33 Répondre à ce commentaire

Murps (#51),

Tiens, « XXXX » à la place de « cons », c’est une bonne idées. La prochaine fois, pour éviter de m’attirer des observations acides de PBR, j’utiliserai ce truc ! 😀

53.  Bousquet de Rouvex | 26/11/2012 @ 14:19 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#52), Eh, eh, bonne idée, ça allègera vos posts… 💡

54.  Murps | 26/11/2012 @ 14:57 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#52), ce que vous pouvez être taquin !
« XXXX » ne veut pas dire « cons » mais ù]\£ !!!

55.  JG2433 | 26/11/2012 @ 15:22 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#52), Murps (#54),

“XXXX” à la place de […]

Et des […] majuscules, en plus ! :roll: