Quand Claude Allègre sort du corps d’Alain Lipietz

Voici une réaction sur l'émission d'hier soir sur Arte (voir ici, ainsi que ma propre réaction à chaud (commentaire n°107)), écrite sur le vif par quelqu'un que nous appellerons François François. L'honnêteté commande de préciser qu'il s'agit d'un ami à moi. Ben.

• • • •

Quand Claude Allègre sort du corps d'Alain Lipietz

par François François

Est-il besoin de déterrer Pierre Bourdieu pour comprendre comment la télévision fonctionne ? Pour mémoire, on rappellera son attitude quelque peu ambivalente à aller sur le plateau d’« Arrêt sur image » pour « expliquer » qu’il lui est impossible de s’exprimer pleinement.
Benoît Rittaud, hier soir climatosceptique de service sur Arte dans l’émission « 28 minutes » sur la conférence sur le climat qui s’ouvre à Doha, ne pensait pas remuer notre brave Pierre dans sa tombe. Il n’imaginait pas non plus se voir affubler du qualificatif de criminel par Alain Lipietz pour avoir exprimé son scepticisme sur l’origine humaine d’un réchauffement climatique (que les températures ne corroborent plus depuis dix ans).

• • • •

Que s’est-il vraiment passé ? Voici une interprétation, qui mériterait une investigation plus poussée pour en objectiver la portée : notre fin politicien d’Europe-Ecologie – Les Verts n’a pas vraiment les moyens de se comporter autrement qu’en catégorisant son voisin de criminel avant toute discussion. Un voyou de cité aurait employé le même registre argumentatif, en usant peut-être d’un mot plus vulgaire mais moins agressif (les temps font qu’il vaut mieux être un inverti, comme aurait dit Proust, qu’un climatosceptique désormais associé à Mohamed Merah ; que le lecteur me pardonne cet effet de manche qui me permet juste de replacer de tels propos dans un contexte d’actualité).

• • • •

Si notre écologiste de service s’est montré agressif, c’est qu’il souhaite à tout prix éviter la confrontation des registres argumentatifs. Le fait qu’il ait tort ou raison n’est pas le problème. Il est certain que, homme intelligent, Alain Lipietz est tout à fait capable de tenir une conversation contradictoire en étayant ses arguments de manière fine, avertie et efficace. Mais le bon Pierre nous rappelle que le format télévisuel ne permet pas l’expression des nuances d’un débat contradictoire. En effet, la subjectivation des risques liés au réchauffement climatique repose sur l’objectivation des incertitudes (les 90% du GIEC). Or, comme Benoît Rittaud tentait de le démontrer (tout en s’indignant de l’attaque subie aussi basse qu’imprévisible), le GIEC est un organisme intergouvernemental, qui illustre d’ailleurs la perpétuation des états dans leur composante moderne, voire un brin positiviste – imaginant encore que la Science peut apporter une expertise claire et concise sur des objets aussi complexes, chaotiques et incertains. Les décideurs politiques ont besoin d’une expertise suffisamment objective pour justifier l’action politique.

• • • •

Alain Lipietz, tout comme les membres du GIEC eux-mêmes, sait bien que la recherche climatique est soumise à des incertitudes. Mais l’expression du doute pour des personnes comme lui est perçue comme dangereuse car porteuse de confusion. Bruno Latour, désormais ami des scientifiques, écrivait ainsi dans Le Monde, le 22 mai 2010 : "On comprend bien la capacité de nuisance des climatosceptiques : avec un grain de scepticisme, vous pouvez freiner tout un train de décisions politiques". Les comportements visant à considérer l’expression du doute comme dangereux ont été analysés par Frewer (2003). Melor (2010) a mis en évidence le phénomène tendant à minimiser l’incertitude. Voilà pourquoi, pour couper court à tout débat, Lipietz n’a pas d’autre choix que d’agresser d’emblée son contradicteur, pour le déstabiliser et créer une confusion des registres argumentatifs empêchant toute expression. C’est ainsi que Benoît Rittaud n’a pas pu recadrer le débat sur le registre épistémique de l’incertitude des connaissances.

• • • •

Cette confusion des registres mélangeant politique et idéologie est renforcée par le format de l’émission. Bien que pouvant justifier d’une neutralité axiologique, en permettant l’expression de la contradiction, la corrélation du réchauffement avec les évènements extrêmes justifiés à grands coups d’images de tornades et de tableaux quantitatifs renforce l’idée d’objectivation de risques avérés. Pourtant, aucun scientifique sérieux, y compris au GIEC, ne pourra corroborer une telle corrélation, ou accréditer la vision catastrophique d’océans dont le niveau ne varie tout au plus que de quelques millimètres par an !

• • • •

Ce procédé rhétorique qui ne laisse pas la possibilité d’expression de son contradicteur était le registre exclusif du climatosceptique Claude Allègre. On rappellera son empoignade avec Jean Jouzel, lequel ne pouvait pas en placer une ! Avec toute la bonne foi du monde, le vice-président du GIEC n’avait demandé qu’un simple débat contradictoire, que l’intelligence de Claude Allègre ne laissa pas se déployer.

• • • •

Alain Lipietz et Claude Allègre sont rompus aux logiques communicationnelles et connaissent parfaitement le format du message à délivrer, quitte à se montrer agressif et faire fi de la bienséance qui doit prévaloir dans un débat courtois. Claude Allègre, sors de ce corps !

Frewer LJ, Hunt S, Brennan M, et al. 2003. The view of scientific experts on how the public conceptualize uncertainty. J Risk Res 6(1):75-85

Mellor F. 2010. Negotiating uncertainty: Asteroids, risk and the media. Public Underst Sci 19(1):16-33

• • • • • • • •
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

27 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Ben | 27/11/2012 @ 10:55 Répondre à ce commentaire

Pour éviter les méprises, l’emploi dans cet article du terme « objectif » ne doit pas être associé à l’idée de vérité ; il s’agit plutôt, si je comprends bien, de l’idée d’une rationalisation, d’une mise en forme structurée compréhensible et exploitable.
J’ai à présent visionné l’émission et vous ferai part de mon sentiment quand j’aurai plus de temps.

2.  the fritz | 27/11/2012 @ 12:50 Répondre à ce commentaire

J’espère que pour tous , la comparaison Allègre Lipietz s’arrête à la façade , car si l’on dit que la fin justifie les moyens , les objectifs de Allègre sont de faire triompher la science , ceux de Lipietz ne sont pas clairs et on cherche toujours à les comprendre

3.  Murps | 27/11/2012 @ 13:16 Répondre à ce commentaire

le GIEC est un organisme intergouvernemental, qui illustre d’ailleurs la perpétuation des états dans leur composante moderne, voire un brin positiviste –

Un brin positiviste ???

C’est une blague ??
Alors que le GIEC est un monument de science pathologique !!!

the fritz (#2),

les objectifs de Allègre sont de faire triompher la science , ceux de Lipietz ne sont pas clairs et on cherche toujours à les comprendre

Ah mais bien qûr que si qu’ils sont clairs les objectifs de M. Lipietz : faire appliquer une charia verte, tout simplement !

4.  the fritz | 27/11/2012 @ 13:23 Répondre à ce commentaire

Murps (#3),
faire appliquer une charia verte,
—————————
Mais encore?

5.  Bob | 27/11/2012 @ 13:54 Répondre à ce commentaire

Murps (#3),

une charia verte

Vous êtes sûr de la couleur ?
Compte tenu des antécédents de Lipietz et de ses collègues, je parierais plutôt pour le rouge.
AMHa, l’environnement et l’écologie, ces gens-là s’en moquent éperdument. Juste un moyen pour parvenir à leurs fins.

6.  Clem | 27/11/2012 @ 13:54 Répondre à ce commentaire

Charia verte = communisme par la biais de l’écologie.

7.  Clem | 27/11/2012 @ 13:56 Répondre à ce commentaire

Zut, bob m’a devancé de probablement quelques secondes ! 😉

8.  encore un effort | 27/11/2012 @ 14:11 Répondre à ce commentaire

es objectifs de Allègre sont de faire triompher la science , ceux de Lipietz ne sont pas clairs et on cherche toujours à les comprendre ?
le mouvement écologiste est le refuge de beaucoup de militants de l’extrême gauche des années 70.
Lipietz dit Juillet est issu de la Gop Gauche ouvrière et paysanne il le revendique dans son blog il oublie qu’il était un chef maoiste
il a participé avec son organisation à l’implantation de josé Bové au Larzac.
On attend ses excuses pour s’être trompé sur la Chine ,l’Albanie le Cambodge
passer du marxisme au maoisme puis à l’écologie est leur pente naturelle.Ces idéologies expliquaient tout et continuent à tout expliquer.Tant pis pour les dégâts
Jamais d’excuses
avant c’était la lutte des classes et le matérialisme dialectique qui expliquait tout maintenant c’est le Co2 d’origine humaine.

Que diable Benoît Rittaud est-il allé faire dans cette galère??????

9.  miniTAX | 27/11/2012 @ 14:18 Répondre à ce commentaire

Ben (#1), dire que « les décideurs politiques ont besoin d’une expertise suffisamment objective pour justifier l’action politique » en parlant du GIEC, désolé mais votre ami est à côté de ses pompes.
Le GIEC a été établi dès le début pour étudier le changement-climatique-d’origine-anthropique, c’est écrit en noir sur blanc dans ses statuts. L’Homme, surtout occidental, a donc été désigné coupable dès le départ par une clique de néo-malthusien altermondialistes et l’action politique pour faire rendre gorge au coupable a déjà été décidée à l’avance, notamment au sommet de Rio. Donc « l’expertise » du GIEC n’a rien d’objectif, ni de scientifique, c’est juste de la science pathologique au service de visées idéologiques totalitaires.

On aurait pu excuser votre ami pour son ignorance de la chose, mais quand il insinue que Jouzel, un propagandiste zélé du climatisme et sbire du lobby nucléaire, serait de « toute la bonne foi du monde », ça en devient carrément grotesque. Un charabia verbeux ne peut pas cacher l’ignorance.

10.  JG2433 | 27/11/2012 @ 14:18 Répondre à ce commentaire

Murps (#3),

Alors que le GIEC est un monument de science pathologique !!!

D’autant plus que son objectif n’est pas l’avancée de la connaissance scientifique proprement dite.
En effet, souvenons-nous du mandat précisément donné au GIEC [IPCC : Intergovernmental Panel on Climate Change]…
Sa justification, comme chacun sait, n’est que politique. Avec pour but implicite la mise en œuvre d’une gouvernance mondiale orchestrée par l’ONU.

Le GIEC a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation.

Le parti-pris (en gras) est là !

D.E.G. (©Murps et al.) 😉

11.  JG2433 | 27/11/2012 @ 14:29 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#9),
Nos posts sont arrivés ex-æquo !
Pour dire la même réalité. 🙂

12.  Marco33 | 27/11/2012 @ 16:16 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#10), JG2433 (#10), N’y-a-t-il que les « sceptiques » qui sachent lire?
Comment peut-on affirmer comme l’a fait la voisine de droite de Ben, que le GIEC n’avait pas d’a-priori sur l’origine du changement climatique?
Incompétence ou mensonge?

13.  pastilleverte | 27/11/2012 @ 17:28 Répondre à ce commentaire

@ marco33# 12
ou myopie
(elle n’avait pas les lunettes vertes de certaine candidate écologique)

14.  JG2433 | 27/11/2012 @ 18:27 Répondre à ce commentaire

Marco33 (#12),

Incompétence ou mensonge ?

Pourquoi  » ou  » ?
Pourquoi pas les deux ?
Quoique, au-lieu de « mensonge », ce pourrait être plutôt « la foi »

Il n’existe qu’une sorte de foi : la mauvaise,
selon Sartre (qui, par ailleurs, n’est pas spécialement ma tasse de thé…)

15.  jipebe29 | 27/11/2012 @ 22:10 Répondre à ce commentaire

@Marco#12
Les deux, mon capitaine!

16.  Laurent Berthod | 27/11/2012 @ 22:48 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#14),

Il n’existe qu’une sorte de foi : la mauvaise, selon Sartre (qui, par ailleurs, n’est pas spécialement ma tasse de thé…)

Et qui savait être d’une parfaite mauvaise foi quand ça l’arrangeait !

17.  Jojobargeot | 29/11/2012 @ 9:58 Répondre à ce commentaire

Marco33 (#12), Les deux mon général !!

18.  the fritz | 29/11/2012 @ 11:11 Répondre à ce commentaire

Jojobargeot (#17),
Tiens , Marco a été promu ?

19.  pecqror | 29/11/2012 @ 12:21 Répondre à ce commentaire

Jean Paul Sartre, un des membres fondateurs de Libération ( journal très respecté sur ce site pour leur « analyse pertinente ») était aussi un très grand comique.
« La liberté de critique est totale en URSS ». 1954
http://goo.gl/rqktC

20.  miniTAX | 29/11/2012 @ 13:26 Répondre à ce commentaire

pecqror (#19),
Jean Paul Sartre, très grand comique ?!?
Les victimes du régime des Khmers rouges, dont Sartre avait fait des éloges appuyés en le qualifiant de « communisme le plus pur », doivent mourir de rire.

Quand je vois une crapule rouge semblable tel que Lipietz se pavaner et donner des leçons à l’humanité, je ne sais pas si ça me fait chier ou ça me fait vomir.

21.  scaletrans | 29/11/2012 @ 15:53 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#20),

Pour moi: les deux mon général!! Mais on sait bien qu’il y a deux poids deux mesures dans les jugements de l’histoire moderne.

22.  joletaxi | 29/11/2012 @ 15:59 Répondre à ce commentaire

on gagne quelque chose???

joeletaxi – Belgique
29.11.12 | 15h57

Voter pour ce commentaire

@diogene

et pourquoi pas ne pas venir en discuter sereinement sur skyfall.fr

23.  Bob | 29/11/2012 @ 18:11 Répondre à ce commentaire

joletaxi (#22),

on gagne quelque chose???

La considération. C’est pas si mal.

24.  joletaxi | 29/11/2012 @ 19:33 Répondre à ce commentaire

arf… c’est d’un comique typiquement belge

journal TV

le chef de gare, qui est à Doha,en direct intervient et nous sert son, blabla habituel.
séquence suivante:
une vague de froid, et des neiges abondantes sur Moscou , où on prévoit un début d’hiver exceptionnellement rigoureux.

comme l’a démontré l’expérience de notre ami Ben, rien n’est fait au hasard en matière de media, ils n’auraient pas une petite idée sournoise?

25.  Bob | 29/11/2012 @ 20:07 Répondre à ce commentaire

joletaxi (#24),

Ils ont aussi oublié de mentionner la Chine qui a reçu les plus fortes chutes de neige depuis 52 ans. (-14°C par endroits). En Novembre.
Voir les photos et texte à droite

Trop petite pour les Belges, la Chine ?

En réalité, une énorme bulle de froid qui vient du pôle Nord et recouvre une bonne partie de l’HN.
Encore un coup du RCA, vont-ils dire à Dohâ(nerie).

26.  pastilleverte | 1/12/2012 @ 11:16 Répondre à ce commentaire

Bob (#25),

Ne serait-ce point ce que Marcel Leroux appelait un « AMP » ?

Ne manquerait plus que le peu d’eau (HA) ne se mette à geler au Qatar.
Comme qui dirait, ça jetterait… un froid !

27.  yvesdemars | 1/12/2012 @ 17:58 Répondre à ce commentaire

Bob (#25),

et à mi décembre cette vague de froid devrait couvrir toute l’Europe centrale et une partie de la France

seules les régions atlantiques seraient épargnées

(source GFS)