2013 …

La fin du monde s'est passée sans problèmes en 2012 … et voici le temps de des bonnes résolutions. Araucan.

• • • • •

Meilleurs voeux à tous !

• • • • •

Résolutions du Nouvel An pour climatologues

• • • • •

Je reconnaitrai qu'il n'y a pas eu de réchauffement ces 12 dernières années.J'éviterai de parler d'urgence à tout moment.

Je ne dirai plus que le réchauffement s'accélère, je reconnaîtrai au moins qu'il fait une pause.

Je reconnaitrai que les niveaux récents des mers n’ont rien d’inhabituel ou de menaçant.

Je reconnaitrai que les modèles climatiques n’ont démontré aucune capacité prédictive à ce jour et ne sont rien d’autre que des projets de recherche.

Je reconnaitrai que les prévisions de baisse de la couverture neigeuse sont fausses.• • • • •

Je reconnaitrai que les températures de l’Arctique sont cycliques et que nous n’avons aucune idée de ce qui arrivera à la banquise de l’Arctique dans les 50 prochaines années.• • • • •

Je reconnaitrai que les prévisions de réchauffement en Antarctique ont été un échec total.• • • • •
Je reconnaitrai que les populations d’ours blancs ne sont pas menacées.

Je reconnaitrai le déclin des ouragans et des tornades majeures (malgré Sandy).

Je ne confondrai plus force d'un ouragan, dégats occasionnés et couverture médiatique de celui-ci.• • • • •

Je reconnaitrai que les sécheresses ont été bien pires dans le passé.J’arrêterai de dire aux gens que le climat devient plus extrême sans produire aucune preuve ou suite au dernier cyclone aux USA.

Je reconnaitrai qu’il y a eu un réchauffement médiéval.

Je reconnaitrai qu’il y a eu un petit âge glaciaire.

Je reconnaîtrai qu'il y a des cycles océaniques.

J'évitererai d'utiliser uniquement les événements météo que lorsqu'ils vont dans le sens du réchauffement.

J’admettrai que les glaciers ont disparu pendant des centaines ou des milliers d’années.• • • • •

Je publierai les données brutes et je ne les perdrai plus.Je reconnaitrai que les données de températures de surface ont été manipulées et sont contaminées par l’effet d’îlot urbain.

Je reconnaitrai qu’il n’y a aucune chaleur manquante.• • • • •

Je reconnaîtrai que les incertitudes sur les flux radiatifs de l'atmosphère sont bien supérieures au supposé forçage du CO2.J’arrêterai de fabriquer des données là où il n’en existe pas.

Je ne confondrai plus prédictions de modèles et données.• • • • •

Je ne changerai plus les systèmes de mesure lorsque les données deviennent défavorables à mes conclusions préférées.• • • • •

Je ne fabriquerai plus d'ajustements à la hausse des températures récentes lorsque les données deviennent défavorables à mes conclusions préférées.• • • • •

Je ne fabriquerai plus de faux ajustements à la baisse des températures anciennes pour rehausser artificiellement les données récentes lorsqu’elles deviennent défavorables à mes conclusions préférées. • •

Je n'utiliserai plus les épaisseurs de cernes de bois comme proxy de la température et je ferai un stage sur les analyses en composantes principales.

Je n'utiliserai pas que les publications des copains pour contribuer à l'AR5 et j'éviterai la littérature grise et celle des ONG.

Je n’écrirai plus la fin de mes articles en utilisant le RCA pour obtenir plus de fonds.• • • • •

Je ne ferai pas de pré-versions pour les amis journalistes de mes recherches avant de les publier.Je cesserai d’empêcher les sceptiques d’être publiés.

Je n’effacerai plus des courriels pour tromper les FOIA.

Je ne ferai plus de pétitions pour dénoncer en place publique les sceptiques.

Je ne ferai plus de militantisme à la télévision.

Je ne traiterai plus les sceptiques de négationnistes.

Je ne ferai plus la promotion de systèmes de production d'énergie couteux et intermitents.

Je ne ferai plus la promotion des taxes et des marchés du carbone.

Je reconnaitrai que les efforts pour fermer les centrales nucléaires ont des conséquences potentiellement très graves pour l’avenir.

J'éviterai d'aller aux cafouillages climatiques globaux comme Cancun ou Doha, car ce ne sont pas des enceintes scientifiques.

Merci à Marot et à Steven Goddard 

(Avec quelques adaptations 🙂 )

@@@@@@

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

199 Comments     Poster votre commentaire »

151.  François | 6/01/2013 @ 14:19 Répondre à ce commentaire

Bob (#149)
« On ne sen débarrassera pas. Inutile de rêver. Travaux toujours trop coûteux pour récupérer un petit lopin de terre sans valeur; insuffisant pour nourrir une vache. »

Vous avez probablement raison. Mais si on accepte de ne pas le faire pour les éoliennes, pourquoi l’exiger pour les quelques milliers de m² occupés par les cœurs des centrales que l’on peut rendre inoffensifs à peu de frais d’un point de vue radio actif sans pour autant prétendre cultiver des betteraves à leur emplacement?…
Quand au « petit lopin », je ne connais pas l’échelle de la photo, mais, même en comptant 100 m² par éolienne (10mx10m), cela fait tout de même 70 à 80 hectares pour un champs d’éoliennes capable de produire la même quantité d’énergie annuellement qu’une centrale. A comparer avec la surface occupée par les cœurs d’icelle…

152.  Nobody | 6/01/2013 @ 16:32 Répondre à ce commentaire

Murps (#146),

ravissant !
Ca résiste à un coup direct de 203 mm ?

A moins d’y mettre un obus nucléaire (genre W33), et encore, ça va juste l’égratigner.
Pendant la deuxième guerre mondiale, même l’artillerie de marine avait du mal à trouer ce genre de blockhaus… et ça n’y faisait au mieux que des trous sur les zones pas trop épaisses, sans affecter la structure.

153.  Bob | 6/01/2013 @ 17:38 Répondre à ce commentaire

François (#151),

100 m² par éolienne (10mx10m)

Celles que j’ai vues installer pas trop loin de chez moi, c’était des trous de 30m de diamètre et de profondeur 10m, pleins de béton armé. Pas de fioritures, juste des cylindres de béton armé avec, au centre une base en acier scellée dans le bloc, du genre de celle de la photo ci-dessus.
(Eoliennes de 2MW nominaux, 480KW réels, et 200 MW et quelques au bout de 10-15 ans selon rapport anglais récent).

Les éoliennes sont typiquement distantes de 400m les unes des autres.

A noter que le béton qui a servi a été fourni et installé par les locaux. Par contre, tout le reste (grues, installation, cables etc.) l’a été par une entreprise spécialisée essentiellement composée d’ouvriers portugais. Rien de local, sauf les surveillants.
Emplois verts locaux pour les érections = quasiment zéro.

154.  minitax | 6/01/2013 @ 18:03 Répondre à ce commentaire

Somme toute, c’est comme pour le tabac : qui a jamais vu un fumeur s’écrouler suite à une inhalation ? Est-ce pour autant que fumer est dénué de risque ?

Manu (#111), comparer le risque du nucléaire civil qui n’a pas fait un seul mort en occident depuis 50 ans malgré un méga-accident causé par une catastrophe naturelle totalement impossible en France, au risque de la fumée qui cause chaque année des millions de de morts directs, il faut vraiment être attardé !

155.  François | 6/01/2013 @ 21:16 Répondre à ce commentaire

Bob (#153)
« Celles que j’ai vues installer pas trop loin de chez moi, c’était des trous de 30m de diamètre et de profondeur 10m, pleins de béton armé. »
Il faudrait donc multiplier mon estimation # 151 par 7? Soit de l’ordre de 500 Ha ( 5 Km²) qu’on ne récupère pas par champs d’éolienne représentant la production annuelle d’une centrale nucléaire? les écolos ne s’en vantent pas…

156.  papijo | 6/01/2013 @ 21:32 Répondre à ce commentaire

François (#155),

les écolos ne s’en vantent pas…

Ni des chemins d’accès au pied des éoliennes qu’il faut créer et laisser en place pendant les 20 ans d’exploitation: mettons 5 m x 100 m en moyenne. Ca fait combien d’hectares de terres cultivables ? (je ne parle pas des accès pour la construction, mais seulement de l’entretien)

157.  AntonioSan | 6/01/2013 @ 21:32 Répondre à ce commentaire

Bob (#153),

Emplois verts locaux pour les érections = quasiment zéro.

Moderez la verdeur de vos propos! 😉

158.  de Rouvex | 6/01/2013 @ 21:37 Répondre à ce commentaire

Eloi (#113), Oui, elle l’a été, souvent, et j’en sais quelque chose en tant que président de l’assoc (minuscule…) Drosera vouée à la protection de l’envir. sur la Montagne limousine et qui a à son actif quatre-cinq combats qui ont réussi à calmer des zigotos prêts à tout et n’importe quoi (stockages explosifs, pollutions porcines de masse, etc.) mais le virage politique pris par la Fédération qui regroupe les assoc. m’en a éloigné peu à peu, surtout depuis que je suis climato-réaliste alors qu’ils sont tous peu ou prou réchauffistes militants.

159.  de Rouvex | 6/01/2013 @ 21:38 Répondre à ce commentaire

AntonioSan (#157), des emplois de coupeurs de bois bandé, peut-être ?

160.  JG2433 | 6/01/2013 @ 22:53 Répondre à ce commentaire

AntonioSan (#157),

Les enverdeurs*, ce sont les écolos eux-mêmes ! 😈

* © un blogueur canadien.

161.  André | 7/01/2013 @ 1:18 Répondre à ce commentaire

Marot (#141),

Merci pour votre aide compensant mon manque de savoir-faire !

162.  André | 7/01/2013 @ 1:30 Répondre à ce commentaire

J’espère avoir réussi à vous donner un diaporama que j’ai parmi mes documents et qui montre fort bien tout ce qu’implique l’implantation d’une éolienne. Alors imaginez la France constellée par 40000 éoliennes, ce nombre répondant au rêve des écolo-terroristes de notre pays. Et bien sûr, impossible d’imaginer un réel démantèlement. A côté, le démantèlement d’une centrale nucléaire, c’est juste « peanuts » !!!

Les_phases_de_construction_d’un_parc_éolien-1.pps

163.  André | 7/01/2013 @ 1:33 Répondre à ce commentaire

Sinon, qu’un gentil contributeur me donne un moyen de le joindre par mail, si c’est possible ……

164.  Mihai | 7/01/2013 @ 6:57 Répondre à ce commentaire

André (#163),

Sinon, qu’un gentil contributeur me donne un moyen de le joindre par mail, si c’est possible ……

Je ne suis pas gentil mais je peux vous aider éventuellement
Il ne faut surtout pas donner son adresse en clair sur un forum, si on ne veut pas se faire spammer à mort.

Vous pouvez me contacter en passant par mon site web la page personnelle de Rocky où mon adresse gmail est encodée via un Javascript :
http://perso.latribu.com/rocky2/ecrivezmoi.html

165.  Mihai | 7/01/2013 @ 7:13 Répondre à ce commentaire

Nobody (#152),

Dès 1942, les Allemands avaient les obus Rochling capables de percer plus de 4 mètres de béton avant d’exploser.
Ceux-ci n’ont jamais été utilisés contre des fortifications, parce qu’il n’y en avaient plus à détruire. Hitler a aussi donner des instructions très strictes pour que le secret ne soit pas divulgué …

166.  Mihai | 7/01/2013 @ 7:15 Répondre à ce commentaire

Oups ! il n’y en avait plus

167.  Nick de Cusa | 7/01/2013 @ 8:31 Répondre à ce commentaire

Matt Ridley (ex The Economist) explique pourquoi il n’y pas lieu de s’inquiéter sur le réchauffement climatique, et résume l’état actuel réel de la connaissance. Bonne synthèse. Traduction de son billet publié par le Wall Street Journal :

http://www.contrepoints.org/20.....co2-double

168.  papijo | 7/01/2013 @ 11:40 Répondre à ce commentaire

Mihai (#165),

Dès 1942, les Allemands avaient les obus Rochling capables de percer plus de 4 mètres de béton

C’est la version brutale !
En pratique, on perce des trous, on met de la dynamite, les détonateurs qui vont bien, et BOUM ! Au moins, on est sûrs de na pas rater sa cible !

169.  Mihai | 7/01/2013 @ 11:47 Répondre à ce commentaire

papijo (#168),

Si les Allemands ont laissé ces bunkers à Berlin, c’est que leur démolition ne valait pas le coup.

170.  Abitbol | 7/01/2013 @ 11:54 Répondre à ce commentaire

Mihai (#169),

Si les Allemands ont laissé ces bunkers à Berlin, c’est que leur démolition ne valait pas le coup.

Reste à savoir si c’est l’ex Berlin-Est et combien de temps ça ne vaudra pas le coup de récupérer de la surface en pleine ville quand on voit le prix de l’immobilier en Europe…
C’est sûr qu’en pleine cambrousse, la question ne se posera pas.

171.  Nobody | 7/01/2013 @ 11:56 Répondre à ce commentaire

Mihai (#165),
Percer une fortification n’est pas équivalent à la détruire. Les obus dont vous parliez feraient sans doute des trous dans le blockaus montré en photo, mais il faudrait beaucoup plus que cela pour le détruire.
Les Anglais ont utilisé des bombes blindées supersoniques contre les abris à sous-marin (bombes « Tall Boy » (5 tonnes) « Grand Slam » (10 tonnes), capable de traverser plusieurs mètres de bétons. Des Tall Boy ont traversé 6m de bétons d’un abris à sous-marin de Brest. Ce n’est pas pour autant que l’abri à été détruit. Il existe d’ailleurs toujours…

172.  Nobody | 7/01/2013 @ 12:08 Répondre à ce commentaire

papijo (#168),

En pratique, on perce des trous, on met de la dynamite, les détonateurs qui vont bien, et BOUM ! Au moins, on est sûrs de na pas rater sa cible !

Ca, ça marche avec des barres ou des tours d’HLM…. mais avec des blockaus et des murs de plusieurs metres de béton, c’est des myriades de trous et des dizaines de tonnes d’explosif qu’il faudrait…. donc beaucoup de temps et d’argent.
En plus, cela ne pourrait marcher que loin d’habitations. Dans une ville, celui qui trufferait un gros bunker comme celui de la photo de suffisamment d’explosifs pour le faire sauter…. ferait sans doute aussi sauter tout le quartier.
… Faudrait donc qu’il soit violemment décroissant… 😉

173.  papijo | 7/01/2013 @ 13:10 Répondre à ce commentaire

Nobody (#172),

Ca, ça marche avec des barres ou des tours d’HLM….

Ca marche également dans les mines, les carrières, etc. Le danger vient des projections, mais avec quelques précautions pour des massifs d’éoliennes en pleine campagne, ce doit être la meilleure solution (pas gratuite évidemment).

174.  Mihai | 7/01/2013 @ 13:31 Répondre à ce commentaire

Pour les socles des éoliennes, on s’en fout du béton à plus d’un mètre de profondeur. Cela réduit fortement ce qu’il faudrait dynamiter pour récupérer le terrain : en gros la partie cylindrique visible sur la photo d’André.

175.  Nobody | 7/01/2013 @ 13:59 Répondre à ce commentaire

Oui, avec les socles d’éolienne, ça pourrait marcher (mais ça ne va pas être donné…)

176.  Marco33 | 7/01/2013 @ 14:14 Répondre à ce commentaire

Mihai (#174),Nobody (#172), papijo (#173), Je ne suis pas ingénieur, mais dans ce cas, pourquoi n’ont-ils pas fait en sorte que la partie massive bétonnée soit à plus d’un mètre de profondeur?

177.  papijo | 7/01/2013 @ 14:32 Répondre à ce commentaire

Marco33 (#176),

pourquoi n’ont-ils pas fait en sorte que la partie massive bétonnée soit à plus d’un mètre de profondeur?

Pour protéger le pied qui est la partie la partie du mat soumise aux contraintes les plus fortes de la corrosion. De plus, cela permet de vérifier facilement le bon état du pied (et de le repeindre de temps en temps !). La zone où la corrosion est la plus forte se situe dans les quelques centimètres autour de la surface du sol (humidité, bactéries, etc.).

178.  pastilleverte | 7/01/2013 @ 15:50 Répondre à ce commentaire

En bref, les éoliennes « laisse béton » ?
(Au fait, béton = CO2, non ?)

179.  Bob | 7/01/2013 @ 16:32 Répondre à ce commentaire

Mihai (#169),
A propos des Bunker à Berlin,

Vous n’avez pas envisagé la possibilité que certains aient pensé que ce genre d’abri pourraient être encore utiles.
Visiblement, ces bâtiments adossés datent des années 60,
La guerre froide. L’ambiance n’était pas terrible, à Berlin.

Brr…Un super abri en cas de catastrophe. Aux USA, à la même époque, des gens se construisaient des abris souterrains à grands frais…

180.  Mihai | 7/01/2013 @ 17:04 Répondre à ce commentaire

Bob (#179),

Vous n’avez pas envisagé la possibilité que certains aient pensé que ce genre d’abri pourraient être encore utiles.

Oh que si ! Il se trouve qu’habitant à proximité du Fort de Loncin, un des rares forts de la position fortifiée de Liège qui ne se soit pas rendu parce qu’il a explosé en ensevelissant 350 de ses 500 défenseurs le 15 août 1914 vers 17h20, je me suis longtemps intéressé à toutes les fortifications des WW1 et WW2. J’ai lu énormément sur le sujet.

181.  Nobody | 7/01/2013 @ 17:18 Répondre à ce commentaire

Bob (#179),

Vous n’avez pas envisagé la possibilité que certains aient pensé que ce genre d’abri pourraient être encore utiles.

Qu’ils aient pu être encore utile ou pas, la vraie raison de leur non-destruction est le cout. La quasi-totalité des grands ouvrages bétonnés de la deuxième guerre mondiale existe encore (en plus ou moins bon état), y compris les encombrantes tours de flak à Berlin (Ouest et Est), les ouvrages du mur de l’atlantique, les abris à sous-marins, etc… et la plupart d’entre eux n’auraient servi à rien en cas d’attaque nucléaire (Il n’y a pas l’épaisseur nécessaire de béton partout, en particulier sur les accès… ça ne remplace pas un bunker profondément enterré).

182.  Bob | 7/01/2013 @ 17:42 Répondre à ce commentaire

Nobody (#181),

Oui mais je précisais… à l’époque de la construction du bâtiment attenant, c’est à dire dans les années 60.
Maintenant, oui, sans doute. C’est une question de coût.
Il est cependant probable qu’avec les moyens actuels et si le prix du m2 augmente dans ce secteur; ils n’hésiteront pas à le démanteler.

J’ai pu constater qu’une quantité de blockhaus présents durant mes jeunes années sur la côte atlantique (Anglet) ont, à présent, disparu.

183.  Nobody | 7/01/2013 @ 18:07 Répondre à ce commentaire

Bob (#182),

Il est cependant probable qu’avec les moyens actuels et si le prix du m2 augmente dans ce secteur; ils n’hésiteront pas à le démanteler.

Il y a rien de moins sur. Par exemple les tours de flak à Berlin ont été vendues à des particuliers qui en ont fait des musées, des résidentes privées, etc…

J’ai pu constater qu’une quantité de blockhaus présents durant mes jeunes années sur la côte atlantique (Anglet) ont, à présent, disparu.

Si tu le dis… je ne connais pas cette portion de la cote, je ne te contredirais donc pas.
Mais dans plein autres endroits j’ai vu les blockaus éventuellement se transformer pour d’autres usages (musées, etc…) ou être aménagés ou intégrés dans des maisons particulières… mais rarement disparaitre, à part les tout petits, ou quelques uns construits sur des portions sableuses.

184.  Nobody | 7/01/2013 @ 18:49 Répondre à ce commentaire

Pour avoir une info sur les couts de destructions de blockaus: La destruction d’une petite redoute (environ 25 m3 de béton) à couté 30 k€… soit environ 1000 €/m3.

185.  Marco33 | 7/01/2013 @ 19:31 Répondre à ce commentaire

Nobody (#183), Ils disparaissent du fait de l’érosion…. pas du blockhaus! Mais de la côte, ce qui fait qu’ils se retrouvent sous l’eau !

186.  piloteman | 7/01/2013 @ 19:46 Répondre à ce commentaire

Nobody (#184),

Pourquoi les détruire, c’est tout ce qu’il restera de notre civilisation,
des blaukhaus et des pieds d’éoliennes.

C’est pas grandiose comme souvenir ?

187.  Mihai | 7/01/2013 @ 21:04 Répondre à ce commentaire

Voilà le lien qui vous permettra de télécharger la présentation annoncée par André
André (#162),

Les_phases_de_construction_d’un_parc_éolien-1.pps (4.9 Mo)
Durée : une quinzaine de secondes avec une connexion VDSL à Max 24 Mbit/s en descente, soit un bon 150 Ko/s.

188.  Murps | 7/01/2013 @ 23:10 Répondre à ce commentaire

Marco33 (#185), oui, ou alors ils s’enfoncent dans les dunes…

Pour revenir à ces éoliennes offshore, je ne peux pas m’empêcher de penser à l’action agressive du milieu marin.
Même si elles sont construites pour résister aux éléments, la question est « combien de temps ? »…
La mer dissous tout !

189.  Araucan | 7/01/2013 @ 23:29 Répondre à ce commentaire

Nobody (#181),

Et j’en connais de 14 toujours bien présents … 🙂

190.  Araucan | 7/01/2013 @ 23:34 Répondre à ce commentaire

Mihai (#166),

Skyfall était en avance de 15 jours sur vous … 😉

191.  JG2433 | 7/01/2013 @ 23:35 Répondre à ce commentaire

Marco33 (#185),

ils se retrouvent sous l’eau !

Faisant suite à la Dune du Pilat, situé juste au sud de celle-ci, dans le secteur de la la plage des Galouneys, se trouvent quelques blockhaus.

Certains reposent encore sur le sable de nos plages, une bonne part git maintenant au fond de l’eau entre 15 et 20m de profondeur.
Sous l’eau, lorsque l’on visite ces blockhaus, les sensations sont garanties. C’est gros, c’est un poil lugubre mais surtout ils servent d’abri à une faune riche et variée.
Je crois que face à notre campement, nous avions la possibilité d’en visiter une petite 10aine. Il y a des gros des moins gros, certains sont presque totalement enlisés d’autres moins. Certains sont pénétrables et on peut même les traverser.

http://www.divosea.com/passion.....t4953.html

N.B. : « ils servent d’abri à une faune riche et variée. » : les écolos, quant à eux, en sont raviss

192.  Araucan | 8/01/2013 @ 0:02 Répondre à ce commentaire

Eloi (#113),

Il me semble que l’écologie aurait pu être constituée de petits groupes “d’experts” très tatillons qui poussent continuellement l’industrie à faire mieux en termes de protection de l’environnement et de la santé. Elle aurait alors été utile pour la société !

Les aspects environnementalistes prennent aussi cette forme, assez fréquents mais moins visibles au niveau des médias : la question est de savoir de quels experts sont constitués ces groupes.
Ces groupes constitués à différents niveaux interviennent soit au niveau juridique soit pour faire évoluer les normes …

Mais l’écologie a raté ce virage :
* elle est devenue politique : elle n’est pas là pour pousser l’industrie à se dépasser, elle est là pour détruire l’industrie ! Elle veut la décroissance, la destruction “du capitalisme” et simplement la destruction de la joie d’être libre, vivant et… consommateur.
* elle est devenue une espèce d’ignoble organisation parallèle, vendant ses services aux lobbys et ses labels d’image écologique, en n’hésitant pas à pratiquer rackets et chantages sur les entreprises : les associations comme Greenpeace sont devenues de véritables mafias.

Elle ne l’a pas raté parce qu’il n’a jamais existé : le mélange idéologique a existé dès le début et en particulier dès les années 70 en France. Dès lors que vous mélangez arguments techniques et politiques la discussion est faussée et l’expert scrupuleux de ce qui est techniquement possible, marginalisé.

Quant aux méthodes de certaines ONG, (la championne est certainement WWF, qui a inventé la certification FSC par exemple), effectivement la limite n’est pas simple, mais ce fut avec le consentement de grands groupes de distribution … Greenpeace fonctionne plus sur le scoop médiatique.

193.  Mihai | 8/01/2013 @ 0:22 Répondre à ce commentaire

190. Araucan | 7/01/2013 @ 23:34 Répondre à ce commentaire

Mihai (#166),

Skyfall était en avance de 15 jours sur vous …

J’avoue ne pas comprendre ce message.

194.  Araucan | 8/01/2013 @ 10:33 Répondre à ce commentaire

Mihai (#193),

Désolé le message était adressé à Nick de Cusa …

Nick de Cusa (#167),

Skyfall était en avance de 15 jours sur vous … 😉
http://www.skyfall.fr/?p=1149

195.  André | 8/01/2013 @ 12:24 Répondre à ce commentaire

Mihai (#187),
Je ne saurais trop remercier Mihai d’avoir suppléé à mon manque de savoir-faire, pour permettre à chacun d’entre vous de constater « de visu » ce qu’implique la construction d’une seule éolienne. Et lorsqu’on pense que le rêve des écolo-terroristes actuellement au pouvoir est d’en mettre 40000 pour « assurer la transition énergétique » qu’ils disent ….

196.  Mihai | 8/01/2013 @ 16:15 Répondre à ce commentaire

André (#195),

Je ne saurais trop remercier Mihai d’avoir suppléé à mon manque de savoir-faire, …

Il ne faut rien exagérer… C’était pour moi un jeu d’enfant.

Il n’y a rien de plus simple que de partager des fichiers sur DropCanvas.
Je vous invite tous à essayer.
Comme Anonymous votre « canvas », qui peut comprendre plusieurs fichiers (la taille est actuellement limitée à 5 Go) restera disponible au moins pendant soixante jours s’il est populaire.
Si vous vous inscrivez, ce qui est facile et sans danger, vos canvas resteront aussi longtemps que vous le désirerez. Vous aurez la possibilité de les supprimer quand vous le voulez.

Voir la FAQ pour les détails

197.  yvesdemars | 8/01/2013 @ 17:32 Répondre à ce commentaire

André (#195),

à voir chez Pierre Gosselin une vidéo instructive : destruction d’un nid d’aigles chauves pour implanter une éolienne

http://notrickszone.com/2013/0.....n-ontario/

après avoir perdu leur nid s’ils survivent ils seront découpés en tranches par les pales

l’aigle chauve serait une espèce menacée au Canada où s’est produit cette affaire, plus aux USA

En plus c’est moche car cet oiseau figure sur divers sceaux et drapeaux américains

198.  André | 9/01/2013 @ 0:59 Répondre à ce commentaire

Mihai (#196),

Ce que je souhaite surtout, c’est que tous ceux qui ont tendance à s’extasier, tel le dénommé François, sur les mérites fantasmés des éoliennes se servent du lien maintenant exact sur le post 187, pour revenir avec les pieds sur terre.

199.  François | 9/01/2013 @ 8:36 Répondre à ce commentaire

André (#198)

Vous êtes certain de ne pas confondre avec quelqu’un d’autre? Parce que si c’est ce que vous avez compris de mes commentaires, il faut que je revoie ma manière de m’exprimer…