AR5/Chapitre 11.

Suite des analyses de l'AR5.

• • • • •

Cacher la faillite.

WUWT (23/12/2012) David M. Hoffer

 

Les rapports du GIEC (AR1 à 4) avaient été publiés dans une relative obscurité. Le ClimateGate et l'émergence de la blogosphère comme le principal forum de débat sur l'intersection de la science et des politiques publiques a tout changé. L'AR4 en particulier a été examiné en détail, et totalement discrédité. Il était truffé de références à la littérature grise, d'affirmations, connues pour être fausses, et écrit d'une manière trompeuse avec des informations importantes  minimisées ou supprimées parce qu'elles ne correspondaient pas au récit.

Connaissant le niveau de contrôle que va recevoir l'AR5, je m'attends depuis un certain temps à que ce le GIEC déploie des efforts considérables pour conserver son récit alarmiste sans complètement ruiner leur crédibilité scientifique. Les projections à court terme (2016-2035) étant au chapitre 11, là où il y a le plus à perdre rapidement, me semble être le meilleur endroit pour voir comment les choses vont être gérées.

En effet, le chapitre 11 est littéralement truffé de mises en garde. Pour être juste, certaines d'entre elles sont légitimes. Les éruptions volcaniques par exemple, ne peuvent pas être prises en compte parce que nous ne savons ni quand,ni où, et ni quelle puissance. Par ailleurs, ils changent leur manière de faire car leurs projections sont basées sur une réduction importante des émissions d'aérosols au cours des prochaines années. Peut-être qu'ils ont des raisons légitimes de s'attendre à cela, mais avec la montée en puissance de la consommation de combustibles fossiles de pays comme la Chine, l'Inde et le Brésil à un rythme qui dépasse de loin la consommation du monde occidental, je trouve cela assez peu probable. Plus amusant, c'est cependant leur mise en garde répétée plusieurs fois que leurs projections ne peuvent pas être détectables en raison de la variabilité naturelle. Étant donné que les sceptiques ont été vilipendés pour avoir souligné que les données de température à ce jour sont bien comprises dans la variabilité naturelle, je trouve ça un peu hypocrite d'utiliser maintenant cette même variabilité naturelle pour protéger leur incapacité à démontrer clairement que les effets sur lesquels ils ont si longtemps insisté, étaient dominants, urgents et catastrophiques.

Mais les efforts du GIEC à vouloir protéger chaque projection d'un manteau de mises en garde peut très bien les conduire à leur perte. Les efforts considérables déployés à cet effet relèvent de l'anecdote amusante, mais pourrait bien se révéler des bombes. Voici un exemple du côté amusant de leurs efforts:

  • Il est fort probable que les valeurs de référence de l'ozone en surface (O3) changeront au cours du 21ème siècle, bien que les projections à travers les scénarios RCP, SRES, ou alternatifs pour différentes régions passe de -4 à 5 ppb en 2030 à de -14 à 15 ppb en 2100.

 

Pouvez-vous imaginer un expert financier à la télévision, annonçant avec un visage impassible, qu'après une analyse exhaustive, il est tout à fait sûr que dans un an, le NASDAQ sera, ou supérieur, ou inférieur au niveau actuel ? Pour être juste, je pense qu'ils ont mal formulé ce qu'ils voulaient dire, mais c'est loin d'être le seul exemple. L'AR5 a fuité en premier lieu à cause de la façon dont est traitée la variabilité solaire. Bien que ce prochain extrait du chapitre 11 soit amusant, le point considéré est plus grave:

  • Comme on le verra dans la section 8.2.1.4.1, des données satellitaires récentes (Harder et al., 2009) ont montré que la diminution dans les longueurs d'onde UV de la phase récente de déclin du cycle solaire était bien plus importante que prévue. Les variations d'UV solaires déterminent la chimie stratosphérique de l'ozone et peut changer le forçage radiatif (FR). Haigh et al. (2010) montrent que si ces observations sont exactes, elles impliquent une relation inverse entre le FR solaire et l'activité solaire au cours de cette période plus importante que ce qui a été jusqu'à présent estimé. Ces nouvelles mesures augmentent ainsi l'incertitude des estimations du signe de l'énergie solaire FR, mais elles ne sont pas susceptibles de modifier les estimations de l'amplitude maximale absolue de la contribution solaire au FR, qui reste faible (chapitre 8). Cependant, elles suggèrent la possibilité d'un impact beaucoup plus important de variations solaires sur la stratosphère qu'on ne le pensait, et certaines études émis l'hypothèse que cela pourrait entraîner d'importantes répercussions régionales sur le climat (tel que discuté dans 10.3.1.1.3), qui ne sont pas nécessairement reflétés par la métrique RF (voir 2.8.16).

 

En essayant de résumer :
1. Les données d'observation suggèrent qu'ils font de la physique totalement à l'envers
2. En dépit du fait qu'ils sont sûrs que la quantité de changement est faible …. toutefois
3. Il peut en résulter des effets régionaux plus marqués que prévu.

Que dire ? Ils pensent que la physique est changée, mais nous devons rester confiants, penser que l'ordre de grandeur est de faible ampleur mais que les impacts pourraient être plus importants de toute façon … Tout comme pour l'ozone, leur rédaction comporte tant de mises en garde préventives qu'ils ne se tromperont jamais complètement quoiqu'il arrive. Quant à savoir ce que sont les effets réels …. la seule conclusion que je peux en tirer est qu'ils ne le savent pas vraiment.

Mais ce dernier exemple est, à mon avis en tout cas, le plus flagrant de tous. Il concerne les modèles climatiques eux-mêmes. En utilisant les dates initiales telles que 1960, ils entrent dans les détails expliquant comment les modèles reflètent bien les indices climatiques réels observés jusqu'à présent. Ils parlent ensuite de diverses techniques pour les rendre plus précis, dont l' "initialisation". Sans entrer dans les détails de ce qu'est l'initialisation, voici un extrait assez surprenant :

  • Il est considéré avec un accord élevé que l'initialisation améliore grandement plusieurs aspects du climat (comme les SST de l'Atlantique Nord avec plus de 75% des modèles d'accord avec l'amélioration du signal), mais il y
aussi un accord élevé qu'elle peut aussi en  dégrader d'autres (comme les températures du Pacifique équatorial).

Je n'ai aucune idée de la quantité d'avertissements nécessaires à les sauver du naufrage dans le cas suivant. Mais je dois le reconnaître, ils essaient:

  • Comme indiqué dans la 11.3.1, la plupart des projections présentées dans 11.3.2-11.3.4 sont basées sur le scénario RCP4.5 et s'appuient sur la propagation parmi les chances de l'ensemble CMIP5  comme une mesure ad hoc de l'incertitude. Il est possible que le monde réel puisse suivre un chemin extérieur (au-dessus ou au-dessous) de l'amplitude prévue par les modèles CMIP5. Une telle éventualité pourrait se produire si il y a des processus opérant dans le monde réel qui ne figurent pas dans, ou sont insuffisamment représentés dans les modèles. Deux possibilités principales doivent être considérées: 1) les forçages radiatifs à venir et les autres forçages peuvent diverger par rapport au scénario RCP4.5 et, plus généralement, pourraient tomber en dehors des scénarios RCP; 2) la réponse du système climatique réel  aux forçages radiatif et autres peut différer de celle prévue par les modèles CMIP5. Une troisième possibilité est que les fluctuations internes dans le système climatique réel sont mal simulées dans les modèles.

La question est que lorsque vous ajustez un modèle, une partie devient plus précise et une autre partie le devient moins (comme cela arrive avec leurs techniques d'initialisation). Cela montre bien que les modèles souffrent justement de ces problèmes. C'est la preuve qu'il existe des facteurs dans le monde réel qui sont mal modélisés ou totalement absents des modèles. Étant donné que dans ce même chapitre du GIEC, cela devrait être une conclusion assez évidente car il y est admis qu'ils ont eu tort en premier lieu d'ignorer la physique de la variation du rayonnement solaire alors qu'ils n'auraient pas dû, puis en l'incluant mais en obtenant un effet complètement inversé. En fait, le chapitre 11 suggère également que les modèles sont en difficulté avec les aérosols, avec la variabilité multi-décennale de l'Atlantique, la variabilité décennale du Pacifique, l'oscillation Pacifique inter-décennale et la circulation de Walker.

En bref, la preuve que les modèles donnent les bonnes réponses pour des mauvaises raisons leur saute au visage. Les modèles peuvent faire la climatologie correcte, mais seulement pour les années avec des données. En bref, ils peuvent utiliser les données de 1960 pour obtenir celles de 2012, mais seulement parce que la réponse et les ajustements à faire sont connus pour 2012. Lorsque ces mêmes modèles essayent de faire des projections dans l'avenir, et que nous attendons quelques années qu'il se réalise (les projections de l'AR4 à partir de 2007 par exemple sont déjà hors des clous pour 2012), la question devient vraiment évidente. L'AR4 a suggéré que si aucun réchauffement n'apparaissait pendant 15 ans, alors les modèles étaient probablement faux. L'AR5 semble confirmer qu'ils ont en fait, tout faux en entourant leurs projections avec tant de réserves qu'une ère glaciaire ou une combustion spontanée pourraient être comprises dans les marges d'erreur indiquées.

Bien sûr, ce n'est pas la version finale. Seul le temps dira comment ces questions seront abordées maintenant qu'elles sont sur la table. Mais le caractère artificiel et la densité des mises en garde conduisent à rendre évident ce dont ils essayent de se protéger.

Le chapitre 11 est disponible ici.

 

@@@@@@
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

40 Comments     Poster votre commentaire »

1.  JG2433 | 2/02/2013 @ 10:18 Répondre à ce commentaire

Ainsi donc, ‘y a du boulot, avant que la version finale devienne vraiment « sexy » – je veux dire… « présentable ». :roll:

Me revient à l’esprit cette blague :

Depuis une plage de la côte atlantique française, un adulte et un jeune âgé d’une dizaine d’années sont en train de se baigner. À peine éloignés de la plage, le jeune questionne son père :
« Dis, Papa… c’est encore loin l’Amérique ? »
Le père :
« Tais-toi et nage ! » 😀

PS : quelques suggestions de corrections :

je m’attends depuis un certain temps que le GIEC —> … à ce que le GIEC

qu’ils ne ne se tromperont jamais complètement —> qu’ils ne ne se tromperont…

en obtenant un l’effet complètement inversé —> … un l’effet…

2.  pastilleverte | 2/02/2013 @ 10:39 Répondre à ce commentaire

Moi qui ai mon CAPES de Climastrologie
Certificat d’Aptitude aux Prédictions Énergiquement Superfétatoires,
j’approuve des deux mains (et des deux pieds) la rédaction claire, concise, précise, ferme et définitive du rapport du GIEC.
Tout opposant à cette pensée-unique (bonjour jacques Duran) s’expose à être condamné au bûcher des sceptiques hérétiques
(chaleur des flammes comprise entre 98,738°C et 1539,382°C
+/- 720,322°C)

3.  yvesdemars | 2/02/2013 @ 12:09 Répondre à ce commentaire

ça tombe bien

un des défenseurs acharnés de la crosse de hockey et carbocentriste bon teint se désolidarise du dogme

il estime que la défense d’une sensibilité élevée (due au CO2) devient de plus en plus intenable

sur WUWT

« Annan now suggests the IPCC “is in a bit of a pickle” »

traduction pas évidente : le GIEC est un peu dans un cornichon ???

4.  Mihai | 2/02/2013 @ 12:43 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#3),

le GIEC est un peu dans un cornichon

Je traduirais par : Le GIEC est un peu dans une situation difficile.
Cfr http://www.thefreedictionary.com/pickle

5. Informal an awkward or difficult situation to be in a pickle

5.  Bob | 2/02/2013 @ 13:53 Répondre à ce commentaire

Mihai (#4),

Où en langage moins chic mais plus dans l’esprit de « in a bit of a pickle »
« Le Giec est dans la panade « 

6.  JG2433 | 2/02/2013 @ 13:55 Répondre à ce commentaire

Mihai (#4),

Le GIEC est un peu dans une situation difficile.

Ce que le bon peuple pourrait traduire par :

« Le GIEC est un peu dans une situation m**de ! » 😈

[traduction libre de ma part…]

7.  JG2433 | 2/02/2013 @ 13:57 Répondre à ce commentaire

Grrr… 😳 mauvais copier-coller. Lire :
« Le GIEC est un peu dans la m**de ! »
Mes excuses !

8.  yvesdemars | 2/02/2013 @ 14:09 Répondre à ce commentaire

Mihai (#4), Bob (#5), JG2433 (#6), JG2433 (#7),

ou le GIEC pédale dans la choucroute pour sauver ses meubles

9.  Nicias | 2/02/2013 @ 17:44 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#3),

Je viens de lire deux post sur le comming out d’Annan (ex pom pom girl de Mann !) chez WUWT et Lucia. Les rats quittent le navire !

Il est clair que l’hypothèse CAGW est hors jeux, la finale sera entre les lukewarmer et les sceptiques hardcore.

10.  Murps | 2/02/2013 @ 22:10 Répondre à ce commentaire

je m’attends depuis un certain temps que le GIEC déploie des efforts considérables pour conserver son récit alarmiste sans complètement ruiner leur crédibilité scientifique.

Ca c’est pas possible à mon avis.

11.  Zebul | 2/02/2013 @ 22:13 Répondre à ce commentaire

En espérant que vous ayez raison.
Mais comment faire pour que cette information soit publiée correctement dans les médias ?
J’ai déjà lu dans le Monde (Foucart ou Kempf) en décembre 2012 que la meilleure estimation de la montée des eaux liée au réchauffement climatique devait se faire au doigt / au pif…

12.  de Rouvex | 3/02/2013 @ 0:18 Répondre à ce commentaire

Bob (#5), dans la saumure

13.  M.Shadok | 3/02/2013 @ 1:06 Répondre à ce commentaire

Ouais, ça me conforte dans mon idée : les politocards, plutôt que d’être élus sur un soit disant « programme » devraient plutôt l’être sur leur CV et après enquête de voisinage…

14.  Murps | 3/02/2013 @ 10:09 Répondre à ce commentaire

Zebul (#10),

Mais comment faire pour que cette information soit publiée correctement dans les médias ?

Mais ça l’est mon bon Monsieur ! Il y a une véritable polémique sur le réchauffement !
Mais il faut lire la presse étrangère et non francophone de préférence.
Au hasard, essayez les recherches en anglais, allemand, russe, tchèque…

15.  JG2433 | 3/02/2013 @ 10:35 Répondre à ce commentaire

Murps (#13),
Et peut-être même en serbo-croate ! 😉

16.  Bob | 3/02/2013 @ 12:53 Répondre à ce commentaire

M.Shadok (#12),

plutôt que d’être élus sur un soit disant « programme » devraient plutôt l’être sur leur CV

Personnellement, je prônais un examen des capacités.
Une sorte de permis (à points) de conduire le char de l’état.

Le problème, évidemment, c’est qu’il risque de ne pas rester grand monde…

17.  Murps | 3/02/2013 @ 14:34 Répondre à ce commentaire

Bob (#15),

conduire le char de l’état.

Marianne n’est pas en coupé sport ?
Je suis déçu…

18.  Fabge02 | 3/02/2013 @ 18:35 Répondre à ce commentaire

Incroyable!

Je suis abonné à une newsletter d’un climatologue marocain, du nom de Mohammed-Saïd KARROUK, que j’ai rencontré dans un colloque, fort sympathique au demeurant.
Il nous envoie régulièrement des informations très alarmistes, en gros la position du GIEC. Et, là, je viens de recevoir un article qui s’intitule :

« Des anciens de la NASA dénoncent l’escroquerie du Réchauffement Climatique Anthropique »
pas une critique dessus, un simple transfert d’article

Vous trouverez l’original sur tous les bons sites (CO2isgreen), je suis néanmoins soufflé d’avoir reçu cela sous cette forme. Un changement de paradigme?

19.  Marco33 | 3/02/2013 @ 18:43 Répondre à ce commentaire

Fabge02 (#17), Et oui, le vent tourne….

20.  Araucan | 3/02/2013 @ 23:29 Répondre à ce commentaire

Fabge02 (#18),

Ce n’est pas la première fois que des anciens de la NASA mettent les pieds dans le plat …
Mais ils ont l’air de s’être organisés désormais …
http://www.therightclimatestuff.com/

21.  M.Shadok | 4/02/2013 @ 1:21 Répondre à ce commentaire

Bob (#16),
On pourrait aussi faire ça par tirage au sort…

22.  M.Shadok | 4/02/2013 @ 1:38 Répondre à ce commentaire

Marco33 (#19),
Pfff… encore un de ces saloperie de site de négationnistes du réchauffage !
(En bref, c’est pas eux qui feront évoluer l’opinion du pecus vulgum)

Bon, plus sérieux : comment admettre qu’on a décerné un Nobel pour une vulgaire escroquerie à échelle planétaire (la seule chose qui soit vraie) ?

Et/ou qu’un politique puisse admettre qu’il s’est planté ? En fait, non : ils s’en fichent complètement du carbonisme :. ils ont tout simplement besoin de voix pour être (ré)élus.

« Panem et circenses » pour le bon peuple, c’est bien suffisant.

23.  jmr | 4/02/2013 @ 8:39 Répondre à ce commentaire

Stéphane Paoli sur France Inter dans son émission 3D de dimanche questionne Jean Jouzel « nobélisé » à nouveau par le prix Vetlesen et commente les infos de notre Jouzel national ainsi : « des questions évidemment existentielles qui engagent le futur de notre humanité« . Effectivement Jouzel venait d’expliquer que ce que l’on constatait depuis une vingtaine d’années était une fonte accélérée du Groënland et des glaces de mer qui participait à l’élévation du niveau des mers pour 1 mm par an.

« A l’échéance de quelques siècles voire du millénaire on pourrait bien avoir une élévation du niveau des mers de quelques mètres »
Ça c’est fort, non ?

« Comment se fait-il que les politiques ne vous écoutent pas plus ? » enchaîne Stéphane Paoli.

Ah, bon ? Je ne savais pas que les politiques s’intéressaient au millénaire. Comme dirait Coluche « Ça vient de sortir… »

24.  de Rouvex | 4/02/2013 @ 8:47 Répondre à ce commentaire

Murps (#17), AMX plutôt, c’est là que passe notre argent…

25.  pastilleverte | 4/02/2013 @ 10:24 Répondre à ce commentaire

M.Shadok (#22),
sans vouloir faire de ‘l »anti Nobel primaire », on parle bien là du Nobel de la Pais, attribué par les norvégiens.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que les récipiendaires varient du « très évident » au « n’importe quoi ». (je laisse à chacun le soin de remplir les « bonnes » cases…)
Et sans vouloir faire non plus de l’anti Norvège(ien) primaire, pays que je ne connais pas au demeurant, ce me semble être une sorte de dictadouce peuplé d’ultra gauchistes (quand ce n’est pas à l’autre bout de l’échelle, voir le fou furieux tueur d’enfants), donneurs de leçons sur les aspects « verts » (pour faire simple, voir d’ailleurs notre chère franco-norvègienne Eva J***).
Quand on est un pays grand comme les 2/3 de la France peuplé de quelques (5 ?) millions d’habitants, favorisé par la géographie, on peut se vanter de pouvoir être auto suffisant en enr, hydraulique notamment, et fustiger les autres pays parce qu’ils sont à la traine.
Accorder le prix Nobel de la Paix à une institution aussi transparente et scientifiquement irréprochable que le GIEC va dans le même sens.jmr (#23),
Ben oui quoi il faut penser à nos arrière-arrière-arrière-petits-enfants, et surtout leurs arrière-arrière-arrière-petits-enfants qui constateront peut être un jour que le niveau des mers aura grimpé de quelques décimètres, la Faute (sur mer ,) à qui ???

26.  pastilleverte | 4/02/2013 @ 10:25 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#25),
prix Nobel de la PaiX, bien sur

27.  Laurent Berthod | 4/02/2013 @ 10:29 Répondre à ce commentaire

jmr (#23),

“des questions évidemment existentielles qui engagent le futur de notre humanité“

C’est de l’écriture robotisée à la Paoli ! Son robot ne connait que quelques variantes…

28.  scaletrans | 4/02/2013 @ 17:13 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#27),

Ha oui, Paoli, le piposophe de France Inter…chaque fois que je l’entends, je coupe (car malheureusement, en FM on ne reçoit bien que Radio France par ici…), heureusement que j’ai ma box, mais on ne peut pas la traîner dans toute la maison…

29.  Bob | 4/02/2013 @ 17:26 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#28),

le piposophe de France Inter

+1

30.  Murps | 4/02/2013 @ 18:47 Répondre à ce commentaire

Bob (#29), j’ai cru un instant à une faute de frappe…
😆

31.  JG2433 | 4/02/2013 @ 19:13 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#28),

Paoli, le piposophe de France Inter

😆

… qui s’écoute parler et qui débite des truismes à la pelle ! :mrgreen:

32.  the fritz | 4/02/2013 @ 20:14 Répondre à ce commentaire

Cacher la faillite.
————————
comment on traduit cela : par « hide the decline  » ?

33.  Laurent Berthod | 4/02/2013 @ 21:43 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#31),

… qui s’écoute parler et qui débite des truismes à la pelle !

Des truismes grandiloquents, c’est encore ça le plus pénible !

34.  Laurent Berthod | 4/02/2013 @ 21:44 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#33),

Des truismes, enfin, c’est au moins aussi souvent de sottises affligeantes !

35.  Laurent Berthod | 4/02/2013 @ 21:45 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#34),

Des sottises affligeantes et non moins grandiloquentes !

36.  JG2433 | 4/02/2013 @ 22:58 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#35),
Des paroles verbales dixit… je ne sais plus qui ! 🙂

37.  Araucan | 6/02/2013 @ 23:54 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#1),

Fait !

38.  mica | 2/04/2013 @ 12:31 Répondre à ce commentaire

bonjour,
je cherche une référence des prévisions, dans l’AR4, sur le climat dans chaque régions du monde. Je l’avais trouvé à l’époque mais la j’ai beau relire ce truc et je trouve rien… Enfin si qqn voit ce que je veux dire??

39.  minitax | 3/04/2013 @ 8:11 Répondre à ce commentaire

mica (#38), Chapter 11: Regional Climate Projections : http://www.ipcc.ch/publication...../ch11.html

40.  piloteman | 3/04/2013 @ 9:54 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#26),

non, non, dans ce cas précise c’est le prix Nobel de la Paye… 😉