Climategate 3

Lors du précédent Climategate, avec les e-mails dévoilés, une archive  a été diffusée, verrouillée par un mot de passe. Par un e-mail envoyé le 12 mars 2013 à différents blogs sceptiques, ce mot de passe a été dévoilé. Voici le texte signé FOIA qui accompagnait ce mot de passe. (Source)

• • • • •

===========================================================


Sujet: FOIA 2013: le mot de passe

Il est temps de rabouter les cordages et de dissiper certaines spéculations sur le Climategate.

En effet, cette fois, je parle au singulier. Après les évolutions de carrière de certains, je ne peux plus utiliser le pluriel du pape 😉

Si ce courriel semble un peu décousu, cela vient probablement de ma formation linguistique et au fait   d'essayer de m'adresser à la fois à un large public (je m'attends à ce qu'il soit partiellement reproduit plus ou moindre échéance) et aux destinataires de ce courrier électronique (qui ne sont pas encore tous choisis).

Le "all.7z" mot de passe est [censuré].

NE PAS PUBLIER LE MOT DE PASSE. Citez le reste si vous le souhaitez.

Diffuser l'archive cryptée était plus pratique. Je ne voulais pas laisser les e-mails traîner.

J'ai préparé les CG1 & 2 seul. Parcourir l'ensemble des 220.000 e-mails aurait pris plusieurs mois de travail dans un environnement de plus en plus défavorable.

Les mettre tous dans le domaine public était le dernier recours. La majorité des e-mails ne sont pas pertinents, certains d'entre eux sont sans doute sensibles et socialement dommageables.

Pour obtenir le reste des courriels scientifiquement (ou autre)
pertinents, je vous demande de transmettre ce message à toutes les personnes motivées et responsables qui pourraient offrir bénévolement un peu de temps pour passer en revue ce matériel avant publication.

Le filtrage et le retrait d'e-mails personnellement sensibles ne nécessite pas de compétences particulières.

Je ne suis pas très à l'aise d'envoyer le mot de passe à des personnes non sollicitées, mais je n'ai pas de meilleures idées pour le moment. Si vous pensez que cela vous rend «complice» d'une manière que vous n'aimez pas, ne faites rien.

Je n'attends pas de grandes surprises des e-mails qui restent à organiser. Mais il n'est pas impossible aussi que les pièces les plus importantes y soient. Personne sur la planète n'a eu l'archive en clair depuis CG2.

Ceci est la vérité : pas de complot, pas de pirates rémunérés, pas de Big Oil. Ceci n'est pas une conspiration de républicains. La politique aux États-Unis m'est étrangère et je ne suis pas non plus du Royaume-Uni. Il y a de la vie en dehors de la sphère anglo-américaine.

Si quelqu'un se demande encore pourquoi prendre de tels risques, ou ne voit ici qu'une violation de la vie privée, voici quelques mots …

Ce que j'ai vu au début dans les coulisses ne m'a pas rendu confiant sur l'état de la climatologie – bien au contraire. Je me suis retrouvé en face d'un choix qui pourrait bien avoir un impact mondial.

En bref, lorsque j'eus à choisir entre ma propre sécurité, la vie privée et la carrière de quelques scientifiques et le bien-être de milliards de personnes qui vivront dans les décennies à venir, les deux premières ne furent pas déterminantes.

C'était moi ou personne, maintenant ou jamais. C'était une combinaison de plusieurs conditions improbables et qui ne se reproduiront pour personne dans un avenir prévisible. Le cirque était sur le point de commencer à Copenhague. Après, il aurait été trop tard.

La plupart des gens conviennent que la climatologie a déjà orienté les capacités, l'innovation, la psychologie et la "puissance" matérielle de l'humanité. Le scénario sera encore plus grandiose dans les prochaines décennies si les choses se déroulent conformément au script. Nous avons affaire à des milliers de milliards de dollars et à une influence potentielle considérable sur pratiquement tout un chacun.

La richesse de la société dans laquelle il naît influe fortement sur la vie future d'un nouveau-né. Cela fait une énorme différence si l'humanité utilise ses actifs pour réaliser des progrès, ou si elle vise à arrêter et inverser la tendance, essentiellement en sacrifiant les moins lotis aux dieux du climat.

On ne peut engloutir des milliards dans le puits sans fin de cette entreprise et prétendre que rien ni personne n'en sera affecté.

Si l'économie d'une région, un pays, une ville, etc se détériore, que se passe-t-il chez les plus pauvres? Est-ce qu'en général leurs perspectives sont améliorées ? Non, ils prendront les coups les plus durs. Aucune pensée magique climatique ne peut inverser ce constat.

Il est aisé pour beaucoup d'entre nous du monde occidental d'accepter un minuscule inconvénient vert, puis de se vautrer dans ce juste sentiment, entouré par notre technologie «propre» et l'énergie qui n'est que légèrement plus chère si elle est bien subventionnée.

Les millions et les milliards d'êtres humains déjà aux prises avec la malnutrition, la maladie, la violence, l'analphabétisme, etc n'ont pas ce luxe. Le prix de la «protection du climat», avec ses effets cumulatifs et collatéraux conduira à en détruire et affaiblir un grand nombre, durant des décennies et des générations.

A l'inverse, un "changeur de jeu" pourrait avoir un effet bénéfique avec une portée similaire.

Comme j'avais la possibilité d'en réaliser ne serait-ce qu'une partie, alors je devais essayer. Je ne pouvais pas justifier moralement l'inaction. Même si je risquais tout, de n'en être jamais remercié, et dene probablement jamais en parler à personne.

J'ai fait ce que je considère comme étant le plus défendable, et je le referais encore (mais avec de légères modifications, car essayer de publier quelque chose de vrai sur RealClimate était manifestement au-delà du possible;-) ).

Même si je me trompais complètement et que ces scientifiques ont une bonne raison de nous avoir trompés (au lieu de faire un dossier solide avec des données réelles), je pense que la diffusion de la vérité est toujours le pari le plus sûr, et de loin.

Un grand merci à Steve et Anthony et à bien d'autres. Ma contribution ne se serait jamais faite sans votre travail (que vous soyez ou non d'accord avec mon point de vue).

Oh, encore une chose. J'ai été surpris d'apprendre sur un blog «progressiste», corroboré par un célèbre «scientifique», que les publications faisaient partie d'une campagne coordonnée recevant de grandes quantités de financements occultes de la part de groupes industriels de l'énergie œuvrant dans l'ombre.

Je n'étais pas au courant de l'arrangement, mais j'accueille chaleureusement leur décision de soutenir mon projet. Pour ce faire, j'ai ouvert une adresse bitcoin: 1HHQ36qbsgGZWLPmiUjYHxQUPJ6EQXVJFS.

Plus sérieusement parlant, je l'accepte avec gratitude les dons modestes pour soutenir L'(autre) Cause. Cette adresse peut également servir de signature numérique pour conjurer ces vols d'identité qui font partie du répertoire des trucs pour climatologues de nos jours.

Continuez votre bon travail. Je ne serai pas en mesure d'utiliser cette adresse e-mail pour longtemps si vous répondez, je ne peux même en garantir la lecture ou de répondre. Je le ferai plusieurs envois, à tous ceux à qui je peux penser.

C'est fini et je suis sorti.

M. FOIA

@@@@@@

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

95 Comments     Poster votre commentaire »

51.  Bob | 18/03/2013 @ 16:59 Répondre à ce commentaire

Agamemnon (#47),

Elle suffirait à elle-seule à refuser le papier.

C’est vrai… A conditions que les referees ne fassent pas eux-même partie du club.
Ce qui n’arrive jamais et ne peut arriver dans ce genre de sous-discipline ultra spécialisée.
Où et comment trouver des referees à la fois compétents et indépendants dans un domaine aussi pointu ?

C’est tout le problème des ces chapelles sectaires qui ont envahi une partie importante de la science moderne.
Le diagramme des relations de MIckeyM que l’on peut trouver dans le rapport Wegman en dit très long sur ce genre de déviation catastrophique.
En gros MickeyM est copain et a publié avec la quasi-totalité des paléo-climatologues. Alors, aucune chance que ses articles, aussi tordus soient-ils, soient jamais rejetés, même si certains ont bien émis de graves doutes dans les courriels (suposés privés) du Climategate.
Impunité garantie avec omerta assurée de la part du reste de la communauté scientifique. Du velours…

52.  AntonioSan | 18/03/2013 @ 17:04 Répondre à ce commentaire

Bob (#49), Voir Cattiaux et al… voir Parrenin et al…

53.  AntonioSan | 18/03/2013 @ 17:11 Répondre à ce commentaire

Bob (#49), Agamemnon (#48),

J’ai une amie qui plusieurs fois a postule pour des postes et dont les competences etaient taillees sur mesure pour les postes en question… Eh bien chaque fois, on lui prefera le petit copain d’un labo dont les qualifs etaient certes moindres mais dont l’allegeance etait beaucoup plus previsible…

54.  Agamemnon | 18/03/2013 @ 18:12 Répondre à ce commentaire

Il y a quelques très bons qui y arrivent. J’en connais certains mais cela se voit plus en Universités. Et contrairement à ce que les universitaires vous disent, le fait de partir à l’étranger est très souvent un lourd handicap. Loin des yeux, loin du coeur.
En plus, si vous avez la chance d’être auditionné, cela vous coutera un max de blé si vous êtes expat. Il m’a pas fallu plus d’un an pour comprendre que je n’avais rien à gratter en France.
De source sur, sur un poste taillé pour mon profil dans un organisme dont je tairai le nom par charité, je ne fus pas auditionné. Le big boss contre l’avis des chefs de section a clamé que j’avais trop d’expérience et qu’il préférait un junior……..

55.  Bob | 18/03/2013 @ 18:46 Répondre à ce commentaire

AntonioSan (#52), Agamemnon (#53),

Hélas (trois fois), comme vous, je connais moult histoires de ce genre. Avec des gens hyperbiens mais pas du sérail, ou des gens hyperbiens mais déclarés sur-qualifiés, trop vieux, voire »trop biens » etc. J’ai même été témoin d’un cas où le meilleur candidat M Conf (et de loin) n’a pas été retenu parce que le prof craignait qu’il lui fasse de l’ombre « On n’a pas besoin d’un génie mais d’un gars qui fasse le boulôt … » (Sic) m’a-t-on dit.

J’ai mis deux jours à m’en remettre. Le gars a été recruté ailleurs où il a fait merveille.

Bon, il faut être clair.
Il y a de grosses erreurs, beaucoup d’injustices, mais en moyenne, on recrute quand même des bons…presque toujours.
Rien n’est parfait et, par exemple Claude Allègre (bonnes analyses, et souvent mauvaises solutions) qui en connaissait un brin sur tout ça, avait qualifié le Comité National du CNRS (donc chargé des recrutements) de Comité « self-service »; ça en disait long et c’était bien vu ( les gros labos représentés au Comité se servaient) mais maintenant, c’est encore pire et c’est nettement moins transparent.

Ceci-dit, Je ne suis pas certain qu’il soit possible d’éliminer ces (graves) défauts.
La cooptation, de manière générale, est sujette à toutes les déviations. Et comment faire autrement ? Le petit monde franchouille est trop petit. Ils se connaissent tous.
Inviter des étrangers ? On l’a fait. Ils ne connaissent pas le dessous des cartes. Ils sont peu écoutés quand ils parlent.

Bref…La justice n’est pas de ce monde (si dans l’autre).

56.  Murps | 18/03/2013 @ 18:55 Répondre à ce commentaire

Bob (#54), Nul n’est prophète… etc…

57.  Araucan | 18/03/2013 @ 21:08 Répondre à ce commentaire

Agamemnon (#54),

Pour avoir vu le système fonctionner de l’intérieur, voici comment cela se passe:
x postes sont ouvert l’année n.
Ils sont répartis entre labos sur la base,  » c’est mon tour, je t’en ai laissé un l’an dernier ou il y a deux ans, maintenant c’est mon tour et d’ailleurs, j’ai un thésard sous la main qui me convient … »
Le profil mis en place (parfois très très étroit …) convient bien sûr au-dit thésard, qui doit vraiment alors en rajouter pour se rater (cela arrive de temps en temps) et comme le recrutement (jury) comporte des représentants du labo qui accueillera …
L’avantage de recruter ‘sur place’ c’est qu’il n’y a pas à mettre le nouveau au courant, qu’il a été testé pendant trois ans et qu’il a déjà pris l’habitude des us et coutumes du labo … et qu’il a éventuellement déjà des papiers à mettre en publication.

Les postes de chargés de recherche sont quasiment tous ciblés, mieux vaut le savoir avant (ceux qui sont ciblés en général le savent …).

58.  Bob | 18/03/2013 @ 23:02 Répondre à ce commentaire

Araucan (#57),

(ceux qui sont ciblés en général le savent …)

Oui et il y en toujours qui viennent faire de la figuration et servir d’alibi au « concours national de recrutement ».
Il est vrai que j’ai vu des profils ridicules qui étaient carrément le titre de la thèse du pressenti ce qui a le mérite d’être clair mais fait jazzer.
Ce n’était pas comme ça autrefois, au moins au CNRS, où les postes de AR/CR n’étaient que très rarement profilés. Par contre, dans les facs, pour les postes de Mconf.. Si.

59.  Araucan | 18/03/2013 @ 23:36 Répondre à ce commentaire

Bob (#58),

Ce dont je parle se réfère à du vu dans les années 80 et 90 dans deux EPST différents, pas le CNRS …
Je suppose que cela se poursuit …

60.  Laurent Berthod | 18/03/2013 @ 23:42 Répondre à ce commentaire

Bob (#55),

J’ai même été témoin d’un cas où le meilleur candidat M Conf (et de loin) n’a pas été retenu parce que le prof craignait qu’il lui fasse de l’ombre

Pourquoi « même ». ça doit être un des cas les plus courants de « ciblage ».

Moi j’ai assisté à ça, dans ma jeunesse, il y a plus de quarante ans, pour un poste d’assistant ! Ce n’était pas de moi qu’il s’agissait, mais d’un ami fort brillant. Je ne pense pas que ce fut le prof titulaire de la chaire, remarquable, qui fut le plus responsable de ce refus, mais son équipe de maitres-assistants et d’assistants, qui n’étaient vraiment pas à la hauteur. Le pire c’est que cet ami l’a pris, sans doute jusqu’à aujourd’hui, comme un échec lié à son niveau de compétence.

61.  AntonioSan | 19/03/2013 @ 17:18 Répondre à ce commentaire

Eh bien on peut dire que l’Universite d’East Anglia est inquiete: elle envoie des avocats intimider ceux qui oseraient diffuser le mot de passe, le « password » pour CG3.

Pendant ce temps la, les anti-pipelines aux USA s’agitent autour des activistes verdatres. La presse de Reuters se dechaine, demandant tour a tour une taxe carbone et stigmatisant les dirigeants qui coupent dans les sinecures de recherche vertes…

Nos banquiers verts sont dos au mur, et donc plus dangereux…

62.  Bob | 19/03/2013 @ 18:29 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#60),

mais son équipe de maitres-assistants et d’assistants

Bon. Soyons honnêtes. Les recrutements massifs réalisés dans les nombreuses facs nouvellement mises en place sous de Gaulle, n’ont pas été ce qu’ils auraient dû être. On a dû trainer certains d’entre les gens recrutés à cette époque jusqu’à la retraite. Mais quelques uns ont bien travaillé.
Le CNRS et les autres EPST (qui ne s’appelaient pas comme ça à l’époque) avaient déjà un concours national avec jury et les places n’étaient pas plus nombreuses que maintenant.

63.  yvesdemars | 19/03/2013 @ 19:05 Répondre à ce commentaire

nouveau post de Mc Intyre

très technique, mais pose des questions dérangeantes en particulier sur le recalibrage profondeurs / dates
Perso je ne suis pas assez calé pour l’analyser en détail …
Agamemnon peut être ?

64.  Agamemnon | 19/03/2013 @ 22:03 Répondre à ce commentaire

J’ai parcouru en vitesse le billet de McIntyre. Si j’ai bien compris, ils n’ont même pas pris la peine de recalibrer les âges mais ont « runner » des algorithmes pour recalculer les âges au sommet de leur colonne strati en prenant comme origine la date 0bp puis en interpolant jusqu’à l’âge radiométrique connu le plus au sommet de la carotte. Il semble qu’en l’absence du protocole qui a permis ces adjustements (c’est un doux euphémisme) on en soit rendu à des conjectures. A ce stade et à moins qu’il y ait de solides justifications fournis, ça sent la merde.

Je lirai ça à tête reposé plus tard.

65.  Agamemnon | 20/03/2013 @ 0:01 Répondre à ce commentaire

Punaise, c’est pire que ce que je pensais. Sur la figure 2, le réajustement fait passer la datation la plus jeune (le plus haut dans la carotte) de l’an mille à l’année 1950. Le pire c’est qu’il ne s’agit aucunement d’une nouvelle datation.
La manip a en tout cas un effet énorme et je vous laisse deviner le but de la manip…

66.  yvesdemars | 20/03/2013 @ 11:24 Répondre à ce commentaire

Agamemnon (#65),

merci beaucoup.Il est vrai que le « papier » (je vous laisse choisir le type) a été revu par Mann lui-même

67.  yvesdemars | 20/03/2013 @ 11:32 Répondre à ce commentaire

Agamemnon (#65),
dans le commentaire de Mc Intyre un certain Jean S aurait trouvé ceci

Hah! There is some additional fun in Marcott’s main plot (Figure 1A). Mann’s hockey stick there is the global EIV-CRU from Mann et al. (2008), which means that there is no actual reconstruction post 1850, since it’s the Reg-EM produced EIV reconstruction! So they have now essentially “grafted the thermometer record onto” Mann’s reconstruction. To his credit, Mann has always been careful to plot the post 1850 part in EIV reconstructions in a different color. He is actually explicitly warning in his data description spreadsheet that the values for 1850-2006 are instrumental data.

So in Marcott et al Fig 1A we have a comparision in the interval 1850-1950 between their reconstruction (uptick) and Crutem3 (LAND only) (annual?) intrumental record (no uptick). But that’s not all, folks! See the associated uncertainties … Mann et al (2008) uncertainties (which seem to match in the plot to those given in the spreadsheet, i.e., 2 sigma, whereas Marcott et al uncertainties are 1 sigma) are naturally calculated only up to 1849 (as there is no actual reconstruction afterwards), but in the Figure 1A they continue all the way to the end. Where did those 1850-2006 uncertainties come from?

Ceci est repris sur WUWT
http://wattsupwiththat.com/201.....ott-et-al/

Autrement dit Marcott aurait greffé la fin de la courbe de Mann, ça s’appelle de la science circulaire c’est nouveau !!!

68.  yvesdemars | 20/03/2013 @ 11:44 Répondre à ce commentaire

et ils n’ont même pas eu l’attention (Man l’avait fait) de colorier différemment la fin de la courbe obtenue à partir des thermomètres

Sur le blog de J Curry Rud Istvan enfonce le clou dans le cercueil de Marcott

http://judithcurry.com/2013/03.....e-whistle/

69.  yvesdemars | 20/03/2013 @ 11:54 Répondre à ce commentaire

Agamemnon (#65),

en fait les données avant trucage montrent qu’il y a eu au cours de l’Holocène un réchauffement sans précédent …. au Moyen Age 🙂

70.  Agamemnon | 20/03/2013 @ 12:39 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#69),

Exactement. Et cela n’a pas échappé à un commentateur qui est arrivé aux mêmes conclusions.

71.  yvesdemars | 20/03/2013 @ 18:25 Répondre à ce commentaire

Agamemnon (#70), si cela avait échappé à quelqu’un dans un mail Marcott a répondu à Mc Intyre que les reconstructions récentes étaient « peu robustes » (c’est à dire statistiquement non significatives)

Please note that we clearly state in paragraph 4 of the manuscript that the reconstruction over the past 60 yrs before present (the years 1890 − 1950 CE) is probably not robust

histoire complète

http://hockeyschtick.blogspot......stick.html

72.  JG2433 | 20/03/2013 @ 18:33 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#67),

Autrement dit Marcott aurait greffé la fin de la courbe de Mann

Marcottage et Marcotterie ? 😀 😀

73.  Bob | 20/03/2013 @ 18:37 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#71),
Oui. Voici le paragraphe en question.
Bien sûr, comme il est enterré en petits caractères dans le texte, comme dans un contrat d’assurance, les journalistes n’ont pas pris la peine de le lire et ont largement brodé sur ce que l’article était censé leur dire et qui leur faisait plaisir.
Peu importe la désinfo.

Pouahhh !

74.  yvesdemars | 20/03/2013 @ 18:56 Répondre à ce commentaire

Bob (#73),
ce qui prouve que les journalistes qui ont relayé l’étude sont soit des incompétents soit des menteurs (probablement les deux 🙂 )

75.  yvesdemars | 20/03/2013 @ 18:56 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#72),
macrottage et macrotteries

76.  Agamemnon | 20/03/2013 @ 19:02 Répondre à ce commentaire

Je pense qu’il y a des problèmes beaucoup plus sérieux dans cet article notamment concernant le ré-assignement des âges 14C. Problèmes qui potentiellement pourraient conduire à un retrait pur et simple ou au moins à un corrigendum plus que copieux.

77.  Bob | 20/03/2013 @ 19:15 Répondre à ce commentaire

Agamemnon (#76),
Je suis d’accord. Mais la date de dépôt pour l’AR5 est passée… juste.

78.  yvesdemars | 20/03/2013 @ 20:07 Répondre à ce commentaire

Bob (#77), il y a un précédent avec Mann là dessus. Dans la mesure où des « scientifiques  » mainstream du GIEC contrôlent l’agenda des rapports et où* on peut penser que le GIEC fait sortir les études juste avant la date limite ce qui exclut les critiques (et les valide même si elles sont réfutées par la suite) ceci devrait être interdit les dates limites devraient être fixées indépendamment mais ce serait aujourd’hui difficile de trouver une autorité indépendante acceptée par le GIEC tout a été verrouillé …

79.  AntonioSan | 20/03/2013 @ 20:15 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#78), oui Jouzel et compagnie vont utiliser ce papier a moins bien sur que le scandale soit tel que le GIEC l’abandonne aux loups.

80.  pastilleverte | 20/03/2013 @ 23:09 Répondre à ce commentaire

Une remarque sans doute stupide :
et si la « fuite » était un coup monté par le GIEC, très très pervers???
(je dis ça comme ça, je vois pas trop l’intérêt, mais ???)

81.  Agamemnon | 20/03/2013 @ 23:28 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#80),

Je suis pas certain de vous suivre.

82.  yvesdemars | 21/03/2013 @ 12:07 Répondre à ce commentaire

il y avait plus de CO2 dans l’atmosphère à la fin de la dernière période glaciaire

http://www.thegwpf.org/paper-f.....n-ice-age/

Comment marcott va-t-il nous expliquer que avec plus de CO2 que maintenant il faisait moins chuad que maintenant ?????

83.  Nicias | 21/03/2013 @ 17:31 Répondre à ce commentaire

Bob (#73),

Relisez bien le passage que vous citez. Marcott ne dit pas que sa reconstruction n’est pas robuste au 20éme siècle.
Il dit qu’il n’y a pas de différence « robuste » entre la version « infilled » (c-a-d ou l’on a rempli les trous dans les donnée grâce à RegEM) et « non-infilled ».

Les journalistes n’ont pas remarqué que la reconstruction de Marcott n’était pas robuste parce-qu’avant tout, ce n’est écrit nulle part.

84.  Bob | 21/03/2013 @ 18:24 Répondre à ce commentaire

Nicias (#83),

Les journalistes n’ont pas remarqué que la reconstruction de Marcott n’était pas robuste parce-qu’avant tout, ce n’est écrit nulle part.

Si, ça l’est, même si le vocabulaire est un peu abscons et c’est d’ailleurs Shaun Marcott en personne qui a donné son interprétation de son propre texte (en spécifiant le &4) lors d’un échange de courrier avec Steve Mc Intyre. Voici son courrier, on ne peut plus clair à ce sujet.

Dear Stephen,

Thank you for the inquiry. Please note that we clearly state in paragraph 4 of the manuscript that the reconstruction over the past 60 yrs before present (the years 1890 − 1950 CE) is probably not robust because of the small number of datasets that go into the reconstruction over that time frame. Specifically, we concluded this based on several lines of evidence.

Regarding the SH reconstruction: It is the same situation, and again we do not think the last 60 years of our Monte Carlo reconstruction are robust given the small number and resolution of the data in that interval.
Regards,
Shaun

La nécessité de « remplir les trous » et donc le petit nombre de données disponibles pour la période moderne qui est particulièrement critique, n’aurait pas dû échapper à un oeil un tant soit peu objectif et non perverti. Mais c’est peut-être un peu trop demander.
En tout cas, Marcott décode parfaitement son propre &4 et considère que la conclusion à tirer était évidente.
Je suis de son avis.

85.  Nicias | 22/03/2013 @ 13:36 Répondre à ce commentaire

Bob (#84),

c’est d’ailleurs Shaun Marcott en personne qui a donné son interprétation de son propre texte

Il est juriste talmudique ou scientifique ?

Marcott peut raconter tout ce qu’il veut, je sais lire:

« This difference is probably not robust »

C’est la différence entre la version non infilled et la version infilled qui n’est pas robuste. Il peut prétendre n’importe quoi, il n’a pas écrit
que sa reconstruction n’était pas robuste au 20eme siècle ou alors il faudra me citer le passage. Que la version non infilled ne soit pas « robuste », c’est évident, surtout pour un Steve McIntyre, mais il ne l’a pas écrit.
Point barre.


En tout cas, Marcott décode parfaitement son propre &4 et considère que la conclusion à tirer était évidente.

Après avoir interprété on doit maintenant décoder. Moi je ne suis pas exégète et les journalistes non plus.

Vous ètes devenu pote avec Nick Stokes ? « Team Bob », sort de ce corps !

86.  Bob | 22/03/2013 @ 14:41 Répondre à ce commentaire

Nicias (#85),

Il est vrai que son texte du paragraphe &4 devait effectivement être décodé pour les journalistes et pour ceux pour lesquels il faut mettre les points sur les i …

C’est le mot « infilled » qui est important dans ce paragraphe. Il implique un manque criant de données, ce que précise d’ailleurs Marcott dans son email.
Et il est vrai que la version écrite dans l’article était, pour le moins, sibylline.

J’imagine que cette partie du texte a dû faire l’objet de chaudes discussions entre les co-auteurs, reviewers etc.
Il leur fallait être assez prudent quand même tout en essayant de ne pas affaiblir le message alarmiste que certains voulaient faire passer.
Un panneau dans lequel les journalistes se sont engouffrés tête baissée.
Tout à voir avec la politique et rien avec la science. Mais c’est vrai que dans ce genre de science ultra-politisée, il faut savoir lire entre les lignes.

Merci pour la comparaison avec Nick Stokes ! ça aurait pu être pire.

87.  yvesdemars | 22/03/2013 @ 14:59 Répondre à ce commentaire

Nicias (#85),
Bob (#84),

un commentaire savoureux de l’article de Marcott

“Marcott is both valid and confirms the hockey stick. Unfortunately the parts that are valid do not confirm the hockey stick and the parts that confirm the hockey stick are not valid.”

Nicias (#85),

Marcott écrit que la différence entre la version « infilled » et la version « non infilled » n’est pas significative en raison de la faiblesse der l’échantillon

je suis d’accord mais cela sous-entend aussi que la variation de 0,6°C non significative s’applique aussi aussi aux échantillons infillés ou non .. et que cela remet en question la lame finale

88.  Bob | 22/03/2013 @ 16:02 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#87),
Bien vu, le commentaire savoureux. C’est tout à fait ça.

89.  Nicias | 22/03/2013 @ 16:06 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#87),

Marcott écrit que la différence entre la version “infilled” et la version “non infilled” n’est pas significative en raison de la faiblesse der l’échantillon

Non, il dit que la différence n’est pas « robuste » et ne donne pas de raison.


je suis d’accord mais cela sous-entend

Sans vouloir paraitre obtus, je ne décode pas les sous entendus et je n’ai absolument pas compris la même chose que vous du court passage cité par Bob. La variation de 0,6° s’entend celle de la série « brute » par rapport à la version « infilled ».

90.  yvesdemars | 22/03/2013 @ 16:37 Répondre à ce commentaire

Nicias (#89), Bob (#88),

sans vouloir faire de sous entendus si la différence statistique des deux séries est de 0,6°c et qu’elle n’est pas significative alors le point de terminaison supporte une incertitude d’au moins le même montant.

Or l’upstick terminal de marcott est au plus de cet ordre de grandeur.

de toutes façons mélanger des données filtrées sur des centaines d’années et des données filtrées sur quelques dizaines d’années n’a pas de sens.

A ce compte là je dirai que l’Allemagne a connu ces cinq dernières années un downstick hivernal sans précédent si je lisse les 95 années précédentes sur 30 ans ….

91.  Bob | 22/03/2013 @ 18:24 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#90),

un downstick hivernal sans précédent si je lisse les 95 années précédentes sur 30 ans ….

Toutafé. Bon exemple.
Etonnant, non ?

92.  yvesdemars | 22/03/2013 @ 18:50 Répondre à ce commentaire

Bob (#91), en plus malgré le redatage l’upsick terminal de Marcott est décalé vers le passé de 50 ans vs celui de Mann (qui a substitué à ses proxies qui se cassaient la guele les données des thermomètres)

mais le plus important c’est :de toutes façons mélanger des données filtrées sur des centaines d’années et des données filtrées sur quelques dizaines d’années n’a pas de sens.

93.  Bob | 22/03/2013 @ 20:19 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#92),

« upsick terminal »
Oui, c’est une maladie mortelle pour la Marcott’s tick

94.  yvesdemars | 23/03/2013 @ 17:56 Répondre à ce commentaire

Bob (#93),

bien vu 🙂 ce devait être subliminal 🙂 🙂

95.  Murps | 30/03/2013 @ 13:55 Répondre à ce commentaire

A-t-on de nouvelles informations intéressantes au sujet du contenu de ces courriels volés ?