Marcott et al.

 Bon, je ne trouve pas cela très sympa de se cacher ainsi derrière un jeune thésard pour faire un buzz sur le réchauffement "toujours bien là" en faisant dire aux proxies ce qu'ils ne peuvent pas dire. Voici un article de Ross McKitrick qui résume l'affaire.

• • • • •

Tiens, on ne s'est pas fait avoir ! (13/03/2013)

rmkck.jpg

A gauche, variation de la température mondiale au cours des 11.000 dernières années sur la base de l'analyse des fossiles de 73 sites à travers le monde, avec l'ajout des températures mesurées du 20e siècle, d'après Marcott et al.(Science). A droite, le même graphique sans les températures mesurées du 20e siècle,. Sources: à gauche, Science,  à droite, Roger Pielke Jr.

Le 8 mars dernier, un article a été publié dans la prestigieuse revue Science sous le titre "Reconstructions de températures régionales et mondiale des 11 300 dernières années". Les reconstructions de température ne sont pas nouveelles, mais les articles qui prétendent être en mesure de remonter aussi loin dans le temps eux, sont rares, en particulier ceux qui promettent une couverture mondiale et régionale.

Cette nouvelle étude, de Shaun Marcott, Jeremy Shakun, Peter Clark et Alan Mix, est fondée sur une analyse de 73 proxies à long terme, et fournit quelques résultats intéressants : un familier (et banal), un plus étrange, mais probablement sans importance, et un à la fois étonnant et nouveau. Ce dernier est découverte montrant apparemment que le réchauffement au 20ème siècle est plus violent que tout ce que l'on a vu depuis plus de 11 000 ans. Les résultats de cette recherche on fait le tour du monde et les auteurs
sont devenus les derniers d'une longue lignée de célèbres scientifiques du climat.
•••••
Le problème, comme ils l'ont tranquillement admis au cours de ce week-end, est que leur superbe affirmation est sans fondement. La véritable histoire vient à peine de sortir, et ce n'est pas joli-joli. La conclusion banale de l'article de Marcott et al. était que l'histoire climatique de la Terre depuis la fin de la dernière ère glaciaire ressemble à peu près à un U inversé, démarrant dans le froid,  se réchauffant durant quelques milliers d'années, stationnaire au milieu de l'Holocène (6.000 à 9.000 ans) , puis se refroidissant de façon constante au cours des cinq derniers millénaires jusqu'à nos jours. Ce modèle a déjà été mis en évidence dans les études antérieures utilisant des forages terrestres, des carottes de glace et d'autres proxies à très long terme , et a été signalé dans le premier rapport du GIEC en 1990. Certaines études suggèrent qu'il faisait en moyenne un demi-degré de plus qu'actuellement, tandis que d'autres indiquent un, voire deux degrés de plus. Un grand nombre d'hypothèses doit être fait pour calibrer les  proxies sur des degrés Celsius et il n'est donc pas surprenant qu'il y ait des différences.
•••••
Une autre caractéristique familière des reconstructions à long terme est que la partie descendante présente  quelques variations importantes. Beaucoup montrent un long et intense intervalle chaud pendant l'époque romaine il y a 2000 ans, ainsi qu'un autre intervalle chaud durant l'époque médiévale, il y a mille ans. Elles montrent également un épisode froid appelé Petit Age Glaciaire qui se termine dans les années 1800, suivi par le réchauffement moderne. Mais le graphique de Marcott et al. ne les montre pas alors qu'y figure un modeste réchauffement au milieu de l'Holocène et une baisse en douceur vers les années 1800. C'est étrange, mais probablement sans importance, car les auteurs indiquent avoir utilisé de soi-disant proxies «basse fréquence» peu sensibles aux fluctuations sur des durées de temps inférieures à 300 ans. Les différences entre leur graphique et celui d'autres études pourrait probablement être mis sur le compte de méthodes différentes.
•••••
La nouveauté surprenante et spécifique de la courbe de Marcott se trouve tout au bout de la courbe à droite. Leurs données montrent une hausse remarquable qui implique que, pendant le 20ème siècle, notre climat est passé à peu près des conditions les plus froides des 11 500 dernières années aux plus chaudes. Plus précisément, l'analyse établit qu'en moins de 100 ans, nous avons eu un réchauffement plus important que celui qui a nécessité des milliers d'années à se produire, gommant ainsi 5.000 ans de refroidissement.

Cette hausse, ainsi que l'examen de ses fondements, ont été au centre d'un intérêt extrême. L'une des premières questions a été de savoir d'où provenait cette hausse. Marcott a terminé sa thèse de doctorat à l'université de l'État d'Oregon en 2011 et sa thèse est disponible en ligne. L'article de Science est tiré du quatrième chapitre, où sont utilisés les 73 mêmes jeux de proxies et des méthodes apparemment identiques. Mais il n'y a de hausse finale ni dans ce chapitre ni dans le résumé de sa thèse.

Steve McIntyre, de climateaudit.org a examiné les détails de cet article, et a publié le 16 mars une découverte remarquable. Les 73 proxies ont tous été recueillis par d'autres chercheurs, dont 31 proviennent d'alkénones, un composé organique produit par le phytoplancton qui se dépose par couches sur les fonds océaniques, et qui possède des propriétés chimiques corrélées avec la température. Quand une carotte de forage est obtenue, les couches doivent être datés. Si cela est fait correctement, le chercheur peut alors interpréter la couche d'alkénone qui est à, disons, 50 cm sous la surface, comme par exemple, une température de l'océan en moyenne à 0,1 degrés au-dessus de la normale sur plusieurs siècles il y a 1 200 ans. Le haut de la carotte fournit les données les plus récentes, mais il est souvent perturbé par le processus de forage. Ainsi, les chercheurs à l'origine des séries originales prennent soin à de dater la carotte là où l'information commence à devenir utile.

Selon les scientifiques qui ont publiés de telles séries, l'âge au sommet des carottes varie de l'époque actuelle à plus d'un millier d'années. Moins de 10 des séries originales ont des valeurs pour le 20ème siècle. Si Marcott et al. avaient utilisé cette date telle que calculée par les spécialistes qui ont compilé les données d'origine, il n'y aurait pas eu de légère hausse au 20e siècle dans leur graphique, comme d'ailleurs le cas dans la thèse de doctorat de Marcott. Mais Marcott et al. ont re-daté un certain nombre de sommets en changeant la combinaison de proxies qui contribuent à la valeur finale, et cela crée la remontée des températures à la fin de leur graphique. Loin d'être une caractéristique des proxies, c'est un artefact créé en re-datant de façon arbitraire les sommets des carottes de forage.

Pire encore, l'article ne parle pas de cette étape. Dans le complément d'information en ligne, les auteurs ont dit qu'ils ont considérés les sommets de carottes comme datés de nos jours "sauf indication contraire dans la publication originale." En d'autres termes, ils ont affirmé s'appuyer sur la datation d'origine, alors  qu'en fait, ils ont re-daté les carottes de manière à fortement influencer les résultats.

Entre-temps, dans un courriel privé à McIntyre, Marcott a fait une déclaration surprenante. Dans l'article, ils avaient déclaré avoir fait une autre analyse des proxies donnant une bien plus faible hausse au 20e siècle, mais ils y déclaraient que la différence , n'était "probablement pas robuste", ce qui implique que la hausse était insensible aux changements de méthodologie, et était donc fiable. Mais dans son courriel à McIntyre, Marcott dit la reconstruction elle-même n'est pas robuste au 20e siècle: c'est très différent. Lorsque cela est devenu public, l'équipe Marcott promis de traiter ces questions avec une FAQ en ligne.

Cette FAQ est parue au cours du week-end, et contient un aveu remarquable: «La partie de notre reconstructions portant sur le 20ième siècle n'est pas statistiquement robuste, ne peut donc être considérée comme représentative de l'évolution de la température mondiale, et n'est donc à la base de d'aucune de nos conclusions."

Ca y est, vous avouez ! La hausse légère du 20ème siècle a été au centre de l'attention des médias dans le monde entier et les auteurs ont insisté sur les implications de leurs conclusions sur le réchauffement au 20ème siècle. Pourtant, à aucun moment, ils n'ont mentionné le fait que la partie du 20e siècle de la reconstruction ne vaut rien.

Mais les auteurs désormais défendent leurs revendications initiales en disant que si l'on greffe les enregistrement par thermomètres au 20eme siècle à la fin de leur courbe issue des proxies, la tendance à la hausse sera d'une bien plus grande envergure que celle observée dans un intervalle de 100 ans dans leur courbe, ce qui confirme leurs affirmations initiales. Mais vous ne pouvez pas simplement greffer deux séries de température complètement différentes ensemble et en tirer une conclusion du fait qu'elles sont différentes.

L'histoire moderne est échantillonnée en continu et est par conséquent capable d'enregistrer les tendances à court terme et la variabilité. Le modèle issu des proxies, de l'aveu même des auteurs, est fortement lissé et ne reflète pas les fluctuations en dessous d'une échelle de temps de plusieurs siècles. Donc, la lissage relatif des parties antérieures de leur graphique n'est pas une preuve qu'il n'y avait de variabilité à ces époques. Leur méthode ne peut probablement pas les repérer.

Le caractère exceptionnel de leur conclusion initiale d'un plausible réchauffement au 20ème siècle était justement le fait qu'il apparaissait à la fois sur les données modernes et sur les proxies. Mais ce n'est qu'une illusion. Cette convergence de la reconstruction est un artefact provenant du changement de la date finale à l'extrémité de certaines séries de données.

Ces dernières années, il y a eu un certain nombre de cas dans lesquels des articles de haut-niveau de scientifiques du climat se sont avérés, à y regarder de près, s'appuyer sur des combines inconvenantes, des trucages et/ou des analyses erronées. Dès qu'ils sont dévoilés dans la blogosphère, la communauté universitaire se précipite pour mettre les wagons en cercle et dénoncer toute critique comme du "négationnisme." Il y a bien du négationnisme, mais de la part de ces scientifiques qui ne voient pas que leur défense constante de ce type de pratiques grève la crédibilité de leur discipline auprès du public.
——-
A ce jour, Steve McIntyre a publié plus de 15 billets sur cet article … (Cela permet d'avoir un échantillon des problèmes rencontrés avec ce type de travaux).
•••••
Marcott Mystery #1 le 13/03/2013
Marcott Monte Carlo le 04/04/2013 (RomanM)
Clearly distinguished le 07/04/2013
Alkenone Divergence le 09/04/2013
The Impact of TN05-17 le 10 avril 2013
@@@@@@
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

29 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Araucan | 14/04/2013 @ 23:23 Répondre à ce commentaire

Ouh Ouh

2.  AntonioSan | 14/04/2013 @ 23:38 Répondre à ce commentaire

Et la defense des Realclimate a ete pathetique… Ce papier devrait etre retire.

3.  M.Shadok | 14/04/2013 @ 23:57 Répondre à ce commentaire

Lamentable affaire…

4.  Malpas | 15/04/2013 @ 4:57 Répondre à ce commentaire

Les résultats de cette recherche on fait le tour du monde —> ont fait

5.  Malpas | 15/04/2013 @ 5:25 Répondre à ce commentaire

J’avions envoyé trop vite.

Après relecture attentive du tout d’autres coquilles m’apparaissent :

Les reconstructions de température ne sont pas nouveelles —> nouvelles

Ainsi, les chercheurs à l’origine des séries originales prennent soin à de dater la carotte là où l’information commence à devenir utile.

comme d’ailleurs le cas dans la thèse de doctorat de Marcott. —> comme c’est d’ailleurs

Mais dans son courriel à McIntyre, Marcott dit que la reconstruction elle-même n’est pas robuste au 20e siècle: c’est très différent. Lorsque cela est devenu public, l’équipe Marcott a promis de traiter ces questions avec une FAQ en ligne.

et n’est donc à la base de d’aucune de nos conclusions.

que si l’on greffe les enregistrements par

vous ne pouvez pas simplement greffer deux séries de températures

des articles de haut-niveau —> de haut niveau

Si l’on veut pousser le bouchon, dans tout le texte : 20ième —> 20e

6.  minitax | 15/04/2013 @ 8:07 Répondre à ce commentaire

Cette phrase assassine résume toute l’affaire Marcott, retenez la bien parce que vous ne risquez pas de la trouver chez nos propagandistes habituels du RCA dans les merdias, particulièrement chez Tripes & Volailles Foutrac & co :

« La portion 20e siècle de notre paléotempérature n’est pas robuste statistiquement, ne peut peut être considérée comme représentative du changement climatique et par conséquent n’est utilisée dans aucune de nos conclusions ».

Non, elle n’est pas d’un climato-négationniste turbo-libéral mais de Marcott & co eux-mêmes ! (« 20th century portion of our paleotemperature stack is not statistically robust, cannot be considered representative of global temperature changes, and therefore is not the basis of any of our conclusions. »).

Vous constaterez aussi l’incrédulité habituelle que suscitent nos climastrologues quand ils reconnaissent avec le plus grand détachement que les proxies ne sont pas fichus de reconstituer correctement la température du 20e siècle mais, par la magie de Gaïa, seraient capables de nous dire la température d’il y a 1.000 voir 10.000 ans au dixième de °C près.
Mais hé, c’est la « science » climatique climagique.

7.  monmon | 15/04/2013 @ 9:09 Répondre à ce commentaire

On peut dire des choses similaires sur la relation delta O18 et températures mise en évidence sur la neige qui tombe et son application brutale à l’étude des carottes de glace.
Un phénomène saisonier marquant l’appauvrissement de l’atmosphère en élément lourd est interprété comme un signal de la température moyenne de la planète.
Tout est dans le respect du réel……
Au commencement était le verbe et le verbe était mensonge…..

8.  Araucan | 15/04/2013 @ 9:44 Répondre à ce commentaire

monmon (#7),

Steve McIntyre est en train de s’y attaquer (voir ses derniers billets) notamment pour les carottages faits dans les glaciers tempérés ou tropicaux …

9.  scaletrans | 15/04/2013 @ 9:55 Répondre à ce commentaire

Merci pour cet article éclairant.

10.  scaletrans | 15/04/2013 @ 9:56 Répondre à ce commentaire

Petite coquille du début

Tiens on ne s’est pas fait avoir

11.  pastilleverte | 15/04/2013 @ 10:04 Répondre à ce commentaire

Ben oui, mais ce Mc Intyre ne serait-il pas un suppôt des compagnies gazo petroleo charbonnières ?
A t il son diplôme de climatologie appliquée certifiée IPCC ?
Comment ose t il analyser des résultats/méthodes statistiques, c’est à dire quelque chose qu’il maitrise parfaitement ?
A t on le doit de laisser s’exprimer quelqu’un qui a démonté la sanctissime et sacrissime courbe « Hockey Stick »,
quelqu’un qui n’est jamais cité par le cardinal Al gore dans son film propagande documentaire « la vérité qui dérange, si je mens »,
un canadien même pas francophone,
un barbu ???

12.  Bob | 15/04/2013 @ 15:43 Répondre à ce commentaire

Araucan (#1),

Bon, je ne trouve pas cela très sympa de se cacher ainsi derrière un jeune thésard pour faire un buzz sur le réchauffement

C’est aussi la position de Judy Curry mais il est d’usage, pour les plus expérimentés, de mettre les « jeunes » en avant.
Pour les bons articles, s’entend. Là, c’est plutôt de la « chair à canon ». Ils devaient espérer que ça passe inaperçu de McIntyre.

Ceci dit, Marcott a 30 ans. Il est loin d’être un perdreau de l’année tout comme d’ailleurs l’était Mickey M. quand il a fini par avoir sa thèse.
Personnellement, je pense que Marcott et Shakun ont voulu faire « comme leur héros », parce qu’il semble qu’ils pensent que c’est le seul moyen pour devenir célèbre, passer dans les médias etc.

Une véritable et grave distorsion du processus scientifique due à la pression envahissante de ce que les américains appellent « La science par voie de presse »… qui, in fine, justifie les volumineux contrats de recherche attribués par les gouvernements incultes sur ce genre de critères.

Lindzen avait raison qui disait qu’il fallait impérativement changer les modes de financement de la recherche.
Eisenhower s’en était inquiété aussi, à juste titre, lors de sa « farewell address »…en 1961 !

13.  minitax | 15/04/2013 @ 16:46 Répondre à ce commentaire

Personnellement, je pense que Marcott et Shakun ont voulu faire “comme leur héros”, parce qu’il semble qu’ils pensent que c’est le seul moyen pour devenir célèbre, passer dans les médias etc.

Bob (#12),
Soyons charitables, Marcott n’a pas produit de crosse de hockey dans sa thèse et il a très vite reconnu que sa paléotempérature sur le 20e siècle ne vaut pas un clou, ce qui signifie implicitement que, si on a deux neurones fonctionnels, sa paléotempérature sur les périodes plus anciennes ne peut qu’être de la bouillie pour chat.
Mann, lui, est un menteur multi-récidiviste, n’a jamais rien concédé même en face des preuves les plus massifs et incontestables, comme son « tric to hide the decline », le Maine qui se retrouve à Paris ou la série de Tiljander qu’il a retourné tête en bas et ne manque jamais une occasion de se mettre en avant dans sa croisade paranoïaque contre les méchants négationnistes climatiques.

C’est insulter gravement quelqu’un sur plusieurs générations que de le comparer à un escroc comme Mann.

14.  le chti | 15/04/2013 @ 17:06 Répondre à ce commentaire

C’est insulter gravement quelqu’un sur plusieurs générations que de le comparer à un escroc comme Mann

Il vaut mieux s’appeler MANN que minitax, ça ne fait aucun doute.

15.  Bob | 15/04/2013 @ 17:40 Répondre à ce commentaire

minitax (#13),

Marcott n’a pas produit de crosse de hockey dans sa thèse et il a très vite reconnu que sa paléotempérature sur le 20e siècle ne vaut pas un clou

C’est vrai. Je le reconnais bien volontiers. Mais un chercheur de trente ans n’est pas (ne devrait pas être) un débutant et défendre une éthique qui le mettrait à l’abri de ces horreurs…quoique dise son patron et même s’il veut passer « associate professor ».
Mais il est vrai qu’il vaut mieux faire plaisir à son patron, dans ces circonstances et là est peut-être la clef de son comportement.

OK. Ego te absolvo, Shaun !

16.  yvesdemars | 15/04/2013 @ 19:19 Répondre à ce commentaire

Bob (#15),

voire s’il n’y a pas eu d' »amicales pressions » des « scientifiques du GIEC » pour faire évoluer l’étude dans le bon sens à la veille de la clôture de recevabilité des études pour l’AR5 …

17.  yvesdemars | 15/04/2013 @ 19:20 Répondre à ce commentaire

le chti (#14),
ben pas si sûr

18.  Yagloo | 15/04/2013 @ 20:27 Répondre à ce commentaire

le chti (#14),
Franchement, le chti, ça devient lourd.
Minitax a des idées et les défend avec des arguments. Manifestement c’est pas votre cas.
Les trolls ont ici une durée de vie limitée, en partie grâce à des gars comme minitax, et on s’en félicite.
De la contradiction naît le dialogue. Alors donnez vos arguments, et si vous vous faites étriper, tirez-en les conclusions qui s’imposent.

19.  Marco33 | 15/04/2013 @ 20:31 Répondre à ce commentaire

le chti (#14), On ne se sent pas bien?
Encore une claque magistrale pour votre secte, et vous n’aimez pas ça ?
Comme c’est étrange…

😀 😀 😀

20.  le chti | 15/04/2013 @ 22:13 Répondre à ce commentaire

Yvesdemars, Marco33

Vouis n’allez quand même pas croire que ce sondage a une importance/validité quelconque. Si vous en êtes rendus à ce point c’est que vous n’avez vraiment plus rien à vous mettre sous la dent, vous raclez les fonds de tiroirs.

En vérité ça fait un moment que vous les raclez, vous devez avoir les extrêmités des doigts en sang… 😀

21.  Abitbol | 15/04/2013 @ 22:47 Répondre à ce commentaire

Marco33 (#18), yvesdemars (#17),

Allons les gars, vous n’allez pas croire un fait tangible ?

Au fond des tiroirs, on trouve plein de choses. Dans l’arrière boutique du chti, pas grand chose… dans sa caboche, rien du tout.

22.  AntonioSan | 15/04/2013 @ 23:39 Répondre à ce commentaire

le chti (#20), pas plus que les delires de Lewandovsky et Cook… 😉

23.  Clem | 16/04/2013 @ 0:13 Répondre à ce commentaire

Yagloo (#18), Ah mais vous pensiez qu’il était là pour contribuer ?

24.  jojobargeot | 16/04/2013 @ 7:25 Répondre à ce commentaire

le chti (#20), Encore faut-il avoir quelque chose à racler au fond des tiroirs, dans votre cas c’est plutôt au fond des poubelles qu’il faut aller chercher vos arguments scientifiques, c’est en général à cet endroit que finissent toutes les « preuves irréfutables » du RCA. Maintenant que ce sondage vous laisse froid, ce n’est guère étonnant, tant vous et votre clique êtes totalement déconnectés de la réalité, aveuglés par vos croyances, les citoyens et pour certains aussi électeurs vous l’on prouvé par le jeux des urnes en ne manifestant qu’un intérêt minoritaire à vos programmes sentant le « réchauffé ». Vous n’êtes plus qu’une minorité politique moribonde car refusant systématiquement les règles du jeu démocratique, pire encore, voulant les mettre en suspend sous prétexte d’écologie, l’électorat ne s’ est pas laissé avoir, moins con que vous l’imaginez le méprisable citoyen de base.
Brassant de l’air avec arrogance d’un côté et nous pompant l’air de l’autre, recyclez-vous dans la climatisation ça vous rendra enfin utile en cas d’hypothétiques canicules.

25.  Bob | 16/04/2013 @ 9:26 Répondre à ce commentaire

jojobargeot (#24),

Brassant de l’air avec arrogance d’un côté et nous pompant l’air de l’autre, recyclez-vous dans la climatisation

+1 !

26.  Nicias | 16/04/2013 @ 10:51 Répondre à ce commentaire

minitax (#13),

il a très vite reconnu que sa paléotempérature sur le 20e siècle ne vaut pas un clou

Mouais. Il a reconnu que ce n’était pas robuste, mais sans dire pourquoi. Dans la FAQ, il me semble qu’il concède du statistiquement on significatif. Tout cela parce qu’en fait qu’il n’a plus assez de proxies au 20eme siècle pour construire un indice représentatif de la terre (mais il les a avant en a plus avant). Cela nous ne dit en rien si ils divergent ou non des thermomètres au 20eme siècle.

Pas que je ne soit pas d’accord sur le reste, un vrai escroc nie jusqu’au bout même après avoir pris 3200 ans de prison et trois peines de mort devant un tribunal texan.

27.  the fritz | 16/04/2013 @ 11:15 Répondre à ce commentaire

Clem (#23),
ben chacun contribue selon ses moyens

28.  patri | 3/07/2013 @ 16:11 Répondre à ce commentaire

On se demandait si le gouvernement voulait un réel débat sur la transition énergétique. Je pense que l’on a la réponse avec 2 ministres de l’écologie virés en un an ? http://www.activeau.fr/Blog.asp?PBMInit=1

29.  the fritz | 4/07/2013 @ 21:07 Répondre à ce commentaire

patri (#28),
Je pense que l’on a la réponse avec 2 ministres de l’écologie virés en un an
———————————
C’est pas les ministres qu’il faut virer , c’est tout le ministère