Si les trains n’arrivent pas à l’heure …

 c'est bien connu, c'est de la faute du climat. Ainsi va l'histoire des idées, un nouveau concept surgit et tout se réécrit. Voici les meilleurs passages d'un article sur les trains qui n'arrivent  pas ou n'arriveront plus à l'heure … Le climat a bon dos …

• • • • •

NB : cet article tient compte des projections officielles françaises au niveau mondial (et non régionales) transmises au GIEC en février 2012. 2 à 6° d'augmentation sont prévues d'ici 2100.

Les conséquences du changement climatique sur les conditions météorologiques en Europe sont d’ores et déjà bien identifiées dans leur typologie même si nous n’avons encore que peu d’éléments quant à leur
intensité ou leur localisation exacte. Pour un pays comme la France, elles suggèrent notamment une multiplication des événements climatiques extrêmes : précipitations intenses, conduisant à des inondations ; canicules estivales ; épisodes de grand froid.

____________________

Afin de réduire la vulnérabilité du système ferroviaire et plus généralement du système de mobilité, les grandes entreprises de transport et les pouvoirs publics ont commencé à définir une stratégie d’adaptation de leurs activités. Au Royaume-Uni, par exemple, 550 milliards de livres (611 milliards d’euros) devront être dépensés dans les infrastructures d’ici 2050 pour les adapter au changement climatique ; par exemple, un milliard de livres devra être consacré à la protection contre les inondations d’ici à 2035, une augmentation de plus de 80 % des dépenses actuelles dans ce domaine.

_____________________

Une réflexion stratégique de cette ampleur doit être menée avec les pouvoirs publics. En France, une étape décisive a été le Grenelle de l’Environnement (2007). Il a été décidé d’élaborer un Plan national d’adaptation au changement climatique (PNACC) pour différents secteurs d’activité, dont le domaine des transports.

Le PNACC identifie diverses actions. Il s’agit notamment d’anticiper et limiter les dégâts éventuels par intervention ex ante sur les facteurs qui vont déterminer l’ampleur des dégâts (par exemple l’urbanisation des zones à risques). Mais l’enjeu est aussi d’organiser la remise en état rapide d’équipements qui auraient subi les impacts liés au changement climatique (par exemple rétablir rapidement la distribution électrique après un événement extrême).

______________________

Certains éléments des travaux d'anticipation fait dans d'autres pays sont ensuite décrits.

En Espagne.

L’ADIF, gestionnaire des infrastructures ferroviaires espagnoles, a cherché à identifier et évaluer les risques posés par l’augmentation de la fréquence des inondations due au changement climatique et à déterminer le degré d’urgence des actions correctives éventuellement nécessaires. Onze études de risques d’inondations dans différentes régions espagnoles ont été réalisées : dans chaque cas, un zonage des risques d’inondations a été effectué afin de connaître a priori les portions de ligne affectées par des risques accrus d’inondation ou par les mouvements des bassins versants ; une analyse paramétrique des risques est effectuée en tenant compte du degré de probabilité du déclenchement d’une catastrophe par les mouvements de terrain ou l’action des eaux et de la gravité des endommagements ; ensuite, une étude détaillée des éléments des infrastructures ferroviaires (terrassements, ponts, tunnels) a été entreprise afin d’examiner l’impact d’une inondation sur l’état de chacune de ces structures et de mettre en œuvre les différentes stratégies et mesures pour prévenir ou atténuer les impacts, sans omettre le maintien de l’équilibre naturel du système hydrologique.

Au Japon.

Des mesures particulièrement intéressantes sont mises en place ou sont en cours de développement par Japan Railways (JR). JR Central a constaté une augmentation de la température des rails ces dernières années (plus de 60°C). Pour éviter le gauchissement de la voie, la maintenance des longs rails soudés et des joints de rail doit être renforcée. Les procédures de mesures, les méthodes pour la maintenance spécifiques pour cette période de l’année à forte chaleur sont mises en place par l’exploitant. Afin d’atteindre le « zéro accident » dû au gauchissement de la voie, les structures de voie nécessitant une maintenance renforcée sont identifiées ainsi que le type de maintenance à effectuer. La température maximale estimée, qui était fixée à 60°C, est modifiée à 65°C. Des changements dans la gestion des longs rails soudés par rapport à cette augmentation de la température sont étudiés par JR East. La révision des analyses du degré de sûreté au niveau des fixations de traverses est également étudiée. JR West met également en place des mesures pour prévenir le gauchissement de la voie. Un véhicule de maintenance avec caméra CCD pour détecter l’ouverture du joint a été développé. Des dispositifs pour la mesure d’écartement de la voie ont également été testés. JR Kyushu et JR Shikoku ont également mise en place une optimisation des opérations des changements des rails afin de diminuer les accidents lors de grandes chaleurs mais également les grands froids.

Au Royaume Uni.

JOurdanFR1
(Source : Network Rail, octobre 2010)

_______________________________

 Pour la SNCF.

Le cœur de cette stratégie repose sur une série de mesures « sans regret », c’est-à-dire des mesures dont le bilan coût / bénéfice demeure favorable quel que soit le rythme d’évolution du climat.

JOurdanFR2
(Source : SNCF 2012)

Nb : les infrastructures relèvent de Réseaux ferrés de France.

(Source)

@@@@@@

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

106 Comments     Poster votre commentaire »

101.  chacalou | 3/06/2013 @ 20:54 Répondre à ce commentaire

minitax (#91),

Bob (#88), oui mais bon, en même temps, c’est télé-poubelle ARTE qui l’a dit hein !

M.Shadok (#84),

Après le CO2, voilà-t-y pas que le sable va venir à nous manquer :
sur Arte-TV
Y’en a qui n’ont vraiment peur de rien…

Avec des arguments comme ça, c’est clair qu’on est rassuré. On peut continuer à se développer sans réfléchir ;). En plus y en a qui ont déjà la solution!

M.Shadok (#95),

Sérieux : ça ne me paraîtrais pas très difficile d’industrialiser, tout ça… ou alors, j’ai rien compris !

Dépêchez vous de déposer le brevet si c’est si facile, à mon avis y a de l’argent à se faire.

102.  Murps | 3/06/2013 @ 22:29 Répondre à ce commentaire

minitax (#99),

Alors quand je vois nos escrolos faire semblant de s’inquiéter pour une hypothétique pénurie de sable pour dans un siècle, soit disant parce qu’on se développe trop et qu’on construit trop, j’ai des envies de meurtre.

Là je vous suis.
Je me suis demandé comment on allait considérer ce genre de pantalonnade dans 5 ou 10 ans. Ou plus tard.
Le pire à mon avis est qu’ils ne font pas « semblant de s’inquiéter », ils on l’air sincère.
Insondable bêtise humaine. Elle dépasse ce qu’on peut imaginer.

103.  Murps | 3/06/2013 @ 22:34 Répondre à ce commentaire

« ils ont l’air »
Pardon.

104.  M.Shadok | 4/06/2013 @ 2:57 Répondre à ce commentaire

minitax (#99), Murps (#103),

+1

105.  M.Shadok | 4/06/2013 @ 3:00 Répondre à ce commentaire

Désolé, le +1 était destiné à Murps (#102) et pas du tout à Murps (#103), bien sûr !

106.  Murps | 4/06/2013 @ 7:00 Répondre à ce commentaire

M.Shadok (#105), ça fait rien, ça m’a fait plaisir quand même.
M.Shadok (#105), +1
😉