Lobsters attack.

Il y a eu les requins, puis les méduses et puis maintenant, le danger venu de la mer s’appelle le homard. Ne laissez surtout pas vos orteils dépasser du canot dans la baie du Maine sur la Côte Est des États-unis ! Le homard est cannibale. La belle affaire, c’est une pratique fort répandue en mer. Mais la cause fondamentale à ce qui ne peut qu’apparaître comme un dérèglement de mère Nature, forcément harmonieuse et paisible, est bien sûr le RCA. Le RCA rend fou et aurait touché les homards de son rayon mortifère.

Voilà comment une caméra posée au fond de la baie et deux courbes, dont une de température, créent un marronnier d’été. Araucan.

• • • • • •

Voici la vidéo.

La caméra, dis ai-je, été posée au fond de la mer pour voir la prédation des poissons démersaux (cabillauds, harrengs …) sur le homard, car il n’y a pas que les humains qui aiment sa chair parfumée. Las, la scène d’horreur défila devant les yeux ébahis d’un étudiant, qui interprète cela comme un phènomène anormal, le cannibalisme homarien (d’Homarus, nom latin du genre ) n’étant documenté qu’en captivité. La caméra permettrait même d’établir que 90 % des jeunes homards sont mangés par de plus gros.

La température a augmenté dans le golfe du Maine. (Ce pourrait être du Gore)

warming-seas-640_2.jpg

Car voilà qu’en parallèle, un phénomène étrange frappe les caseyeurs de homard du Maine : les homards grossissent et les prix baissent.

lobster-graphs-combined-640_4.jpg

C’est assez contre-intuitif dans le domaine halieutique : plus pêcher et de plus gros individus un produit recherché ne devrait pas conduire à la ruine du secteur.

La logique algorienne et giecienne ayant été fort diffusée ces quinze dernières années, il s’ensuit donc que le parallélisme des courbes conduit à la conclusion : c’est l’augmentation de la température du golfe (pour la courbe, on ne sait s’il s’agit de la température de l’eau de mer ou de l’atmosphère) qui permet aux homards de mieux se reproduire et de grossir plus vite. Pour cela, il faut manger et donc le homard consomme sa progéniture plus nombreuse …

Bien sur, cela ne peut durer longtemps (quoique cela fait vingt ans) et la chute brutale de population est attendue. Si cela se produit, on en entendra parler.

Le RCA rend les homards obèses et cannibales, les pêcheurs pauvres et bientôt ruinés pour cause de surproduction (c’est le seul point nouveau, dans le secteur, c’est plutôt la sous-production qui renvoie les pêcheurs à terre.

De fait, il n’y a peut-être pas besoin d’invoquer le spectre du RCA. La sur-pêche d’autres espèces et en particulier des poissons démersaux, friands de jeunes crustacés, peut tout à fait expliquer cette pullulation de homards. Trouver une solution sera certainement plus compliqué, car le homard consomme aussi des alevins … et les populations de cabillaud de l’Ouest atlantique tardent à se reconstituer : les mauvais esprits disent que c’est dû aux phoques devenus trop nombreux car protégés, les autres se grattent la tête et ne voient pas de solution.

Mais bon, une vidéo et deux courbes suffisent désormais pour évoquer l’apocalypse. En attendant, mangez du homard du Maine ! (Le breton n’est pas mal non plus, mais il y en a beaucoup moins et il est surveillé de près, paraît-il). 😉 .

D’après Source 1, source 2.

@@@@@@

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

32 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Araucan | 26/07/2013 @ 0:12 Répondre à ce commentaire

Psitt …

2.  Nicias | 26/07/2013 @ 12:00 Répondre à ce commentaire

50° F= 10° C

Le golfe du Maine est en haut, partagé avec le Canada.

NOAA: Managers also recently capped the number of lobster trap permits in the primary Gulf of Maine fishing area to maintain current harvest levels and the abundance of the resource in this area.

Wikipedia: Le plus gros homard jamais mesuré a été capturé en Nouvelle-Écosse (Canada) en 1977 et pesait près de 20 kg pour une taille comprise entre 90 et 120 cm.

Sugestion pour un nanard climatologique: un film d’une bataille entre un ours blanc et un homard.

3.  scaletrans | 26/07/2013 @ 14:54 Répondre à ce commentaire

Le menteur part toujours du particulier au général, et avec les me(r)dias, on peut dire que ça marche à tous les coups !

4.  scaletrans | 26/07/2013 @ 14:55 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#3),

pour aller au général 😳

5.  miniTAX | 26/07/2013 @ 17:34 Répondre à ce commentaire

La sur-pêche d’autres espèces et en particulier des poissons démersaux, friands de jeunes crustacés, peut tout à fait expliquer cette pullulation de homards.

@Auracan,
Surpêche, c’est toujours ce que disent les escrolos. Pour eux, il n’y aurait pas surpêche que quand il n’y a aucune pêche, on l’a vu avec le thon de méditerranée. Les pêcheurs de la région qui ramènent des tonnes de cabillauds ne voient pas de baisse mais les bureaucrates, bien installés à terre, eux savent qu’il y a surpêche, grâce aux modèles de leur science Nintendo, qui ne sont mêmes pas fichus de donner des estimations cohérentes entre deux rapports. Et c’est pas moi qui le dit, c’est le NYT, un journal pourtant totalement dévoué à la cause malthusien-climato-catastrophiste.
Bref, de la « science » aux conclusions décidée à l’avance (càd que quoi que l’homme fasse, c’est toujours MAL) et commandée par les pastèques, pour ne pas changer.

Et puis le coup des escrolos qui se plaignent que les homards soient surabondants et que les profits soient « tout petits », c’est somptueux, venant de professionnels de l’indignation dont le fond de commerce consiste à crier à l’épuisement des ressources et à conchier le capitalisme et le profit. Avec les escrolos, c’est pile ils gagnent, face tu perds.

6.  Murps | 26/07/2013 @ 21:08 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#5), vu l’article du NYT. C’est pourtant parfaitement exact ! Ce que j’aime chez les écolos, c’est que je suis chaque fois surpris… Là encore, j’ai eu droit à mon petit lot.

C’est vraiment comique quand on y pense : le type, claffi de diplômes en ceci-cela-océnagraphie, assis confortablement derrière sa console et qui explique aux pêcheurs, non pas combien ils vont pêcher mais combien ils ont péché.
Et évidemment, c’est tout faux…

7.  Araucan | 26/07/2013 @ 23:22 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#5),

Désolé mais je n’arrive pas à accéder à cet article mais j’en ai trouvé un autre
http://deepseanews.com/2012/02.....verfished/

http://climatide.wgbh.org/2012.....verfished/

Bon manifestement dans cette histoire, de mauvaises données étaient entrées dans les modèles … Les pêches scientifiques cela sert à quelque chose tout de même, justement à récupérer un ou plusieurs échantillons pour avoir une idée des classes de taille et les rapports age/taille. Ignorer qu’il puisse y avoir des effets années dans la reproduction me semble aussi assez stupéfiant.
Maintenant ce n’est pas rare.

Pour voir les évaluation dans leur détail (Europe) voir là pour 2013
http://www.ices.dk/publication.....x#Default={%22k%22%3A%22%22%2C%22r%22%3A[{%22n%22%3A%22owstaxIdPublicationType%22%2C%22t%22%3A[%22string%28\%22%2307e57de4c-131f-4b00-8017-a22aa319b7d4\%22%29%22]%2C%22o%22%3A%22and%22%2C%22k%22%3Afalse%2C%22m%22%3Anull}%2C{%22n%22%3A%22owstaxIdPublicationYear%22%2C%22t%22%3A[%22string%28\%22%2307f0eee16-eafd-4f7e-a812-ad44514fa365\%22%29%22]%2C%22o%22%3A%22and%22%2C%22k%22%3Afalse%2C%22m%22%3Anull}]}

Les scientifiques les plus fins reconnaissent que leurs modèles n’ont qu’un temps mais ce qu’on leur demande est de prévoir combien de tonnes on peut pêcher (et même avec les meilleures données on peut se tromper, car ces bestiaux se déplacent ou parce l’on se trompe -sur la quantité de juvéniles par exemple ou parce que l’on sous ou sur estime ces juvéniles à un ou deux ans à l’avance : et les résultats se voient aux débarquements. Le cabillaud a été fermé en Ouest Ecosse mais avait augmenté en mer d’Irlande … en 2012 …

http://qsr2010.ospar.org/fr/me.....8_3_FR.gif

Eh oui, il y a de la surpêche.

Prises de cabillauds (source FAO) …
http://upload.wikimedia.org/wi....._cod_2.png

NB : je ne crois pas à un équilibre harmonieux entre espèces et je pense qu’il peut y avoir des changements brutaux de biomasses relatives entre espèces. Je pense aussi que l’on peut foutre le cirque entre populations (et parfois ne croyant bien faire, notamment avec une notion aussi archaïque que le MSY repris à toutes les sauces par les politiques comme le moyen d’optimiser les prises et la biomasse). Et qu’effectivement, laisser les pêcheurs pêcher tout ce qu’ils peuvent sans régulation simplifierait le travail et réduirait l’administration. Et on ne s’embêterait plus à essayer de prévoir ce que dame Nature concocte, parce qu’il n’y aurait plus grand chose (renseignez vous sur le délire qu’est la pêche à la coquille St Jacques du coté de St Brieuc St Malo, Mont St Michel). On aurait alors développé beaucoup plus en France l’aquaculture (parce que voyez vous mon cher, le poisson c’est tellement plus sain 😉 ) et il n’y aurait plus que de la pêche de loisir (certains pays pour certaines pêcheries ont fait ce choix, pas sur que cela rapporte moins au total).

Mais bon globalement, ce n’est pas trop mon problème puisque je mange peu de poisson (question de culture).

8.  Araucan | 26/07/2013 @ 23:24 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#5),

Et il y a de bonnes chances pour que les premiers à pleurer sur les prix soient les pêcheurs eux-mêmes …

9.  M.Shadok | 28/07/2013 @ 2:54 Répondre à ce commentaire

Araucan (#7),

Mais bon globalement, ce n’est pas trop mon problème puisque je mange peu de poisson (question de culture).

Auriez-vous donc un problème avec la pisciculture ?

😉 😉 😉

10.  pastilleverte | 29/07/2013 @ 11:03 Répondre à ce commentaire

A quand le même phénomène au large des côtes bretonnes??? 🙂

11.  M.Shadok | 31/07/2013 @ 0:41 Répondre à ce commentaire

Araucan (#7),

Après l’homard, on va devoir manger du lion !

PS : je partage votre NB et reste persuadé que cette absence d’équilibre touche la totalité du vivant (évolutionnisme, du prion à la baleine) avec ou sans intervention humaine. Et que de toutes façons, nous n’y pouvons absolument rien.

12.  miniTAX | 31/07/2013 @ 9:33 Répondre à ce commentaire

M.Shadok (#11), j’avais mangé ce poisson à Fort de France, grillé, c’est d’un délice indescriptible. C’est une espèce en prolifération qu’on aimerait avoir toujours plus.
Ceci dit, j’y ai toujours entendu parler de rascasse, de poisson-scorpion ou poisson-soldat (les épines sont venimeuses), jamais de « poisson-lion ».

13.  oliver | 1/08/2013 @ 0:26 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#12),

Sur l’ile de Ré, on ne les mange pas, on les adopte…

http://www.cc-iledere.fr/wp-co.....HOMARD.pdf

Par moments, je me demande si le cerveau humain ne souffre pas de dégénérescence actuellement.

14.  scaletrans | 1/08/2013 @ 10:42 Répondre à ce commentaire

oliver (#13),

Ces manifestations d’infantilisme et de moraline dégoulinante sont, de par leur multiplication, très inquiétantes. elles montrent en particulier la décrépitude de l’esprit critique et du sens du ridicule que savaient si bien mettre en exergue avec leur humour percutant les titis parisiens.
Comme disait à peu près Upinsky « lorsque l’on atteint le sommet du ridicule et que personne ne rit, cela fait trembler, car on sent venir derrière les flots de sang » (j’extrapole un peu…)

15.  jdrien | 1/08/2013 @ 11:34 Répondre à ce commentaire

oliver (#13), ce qui est curieux, c’est qu’en Bretagne, le hormard se porte bien, le réchauffement climatique y serait-il moins sensible ?http://www.skyfall.fr/wp-inclu.....on_lol.gif

16.  oliver | 1/08/2013 @ 12:31 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#14), jdrien (#15),

L’écologisme est la norme officielle sur l’ile de Ré depuis de nombreuses années.
Mais comme souvent de nos jours, ils sont pris à leur propre piège.

http://www.journal-ile-re.fr/?.....d_page=462

http://www.journal-ile-re.fr/?.....d_page=735

C’est comique quand on le regarde de l’extérieur. Ca l’est beaucoup moins quand on est concerné.
Le pire, c’est qu’ils ne comprennent même pas qu’ils ne font que récolter ce qu’ils ont semé.
Pour mémoire, l’essentiel des dégâts de la tempête Xynthia sur l’ile a été provoqué par un simple défaut d’entretien des digues qui était connu depuis des lustres.
Aux Portes en Ré, c’est même pire. L’eau est passée parce que les travaux d’un digue étaient arrêtés par décision de justice depuis des mois suite à une plainte d’un propriétaire qui estimait que cette digue allait lui faire perdre un peu de vue sur la mer. Si les travaux avaient été effectués normalement, il n’y aurait pas eu d’inondation sur la commune.

17.  Placid Raymond | 1/08/2013 @ 12:48 Répondre à ce commentaire

jdrien (#15),
Si le mois de juillet a été beau et ensoleillé en Bretagne, l’eau de la Manche est encore bien fraiche pour un début aout. Le thermomètre de piscine que j’y ai jeté hier depuis le pont de mon petit bateau indiquait 16°C à quelques centaines de mètres du bord. J’attendrai la fin septembre pour m’y tremper.
Pas encore cette année qu »on verra des hippopotames se coincer dans les turbines du barrage de la Rance.
Cette fraicheur de l’eau incite peut-être les homards à se serrer les uns contre les autres pour se tenir chaud. D’où une démographie galopante.
J’ai d’ailleurs décidé de me dévouer pour combattre ce danger d’invasion homardienne en posant un casier me permettant de capturer de temps à autre une de ces délicieuses petites bêtes. Si leur nombre venait à augmenter encore, je veux bien en manger plus souvent.

18.  de Rouvex | 1/08/2013 @ 23:00 Répondre à ce commentaire

Placid Raymond (#17), Si ça continue come ça, je vais perdre mon pari…

19.  de Rouvex | 2/08/2013 @ 14:21 Répondre à ce commentaire

de Rouvex (#18), http://www.20minutes.fr/societ.....me-annonce
eh oui, au-delà de quelques jours, c’est comme jouer à pile ou face, mais les medias l’ignorent encore..

20.  Anecdote | 3/08/2013 @ 23:33 Répondre à ce commentaire

de Rouvex (#19),
A propos de la dernière phrase de l’article, il n’est pas vrai que les prévisions à court et moyen terme aient beaucoup progressé. En réalité, lorsque la circulation est d’ouest (AMP atlantiques), la prévisibilité est bonne sur la semaine. En revanche, lorsque la circulation est méridienne (AMP de trajectoire groënlandaise ou scandinave), les modèles cafouillent souvent à moyen terme, c’est toujours le cas ; il suffit de suivre attentivement les sorties de ces différents modèles pour s’en rendre compte.
Météo-France (MF) refuse toujours d’utiliser le concept AMP pour améliorer la qualité de ses prévisions ; la description des phénomènes météo par les prévisionnistes de MF auprès des media nous le confirme à chaque fois.

21.  Murps | 4/08/2013 @ 21:58 Répondre à ce commentaire

Anecdote (#20), intéressant commentaire sur les qualités de prévisions ; vous êtes certain de votre fait ?
Si j’ai bien compris les prévisions à la semaine sont meilleures par flux de Ouest/atlantique que lorsque des « lentilles » d’air froid viennent d’Islande, c’est ça ? Pourquoi ?

22.  Hacène | 4/08/2013 @ 22:38 Répondre à ce commentaire

Murps (#21),
Parce que le modèle tricellulaire est à la ramasse avec les échanges méridiens. Lorsqu’ils sont particulièrement marqués, ça foire. De plus, avec des AMP moins directs, « atlantiques », on a le temps de voir arriver la perturbation.

23.  scaletrans | 5/08/2013 @ 10:49 Répondre à ce commentaire

Hacène (#22),

Vous voulez parler des AMP qui suivent la trajectoire Nord américaine ?

24.  Hacène | 5/08/2013 @ 11:22 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#23),
Je parle des mêmes AMP qu’Anecdote (#20), de trajectoire atlantique, ceux qui viennent de l’ouest du Groenland et doivent traverser l’Atlantique avant d’arriver sur les côtes d’Europe occidentale. La dimension méridienne de leur trajectoire est moins marquée et par ailleurs leur trajectoire plus longue : la prévision est correcte. Avec une trajectoire plus directe, ça va vite et c’est mal pris en compte par les modèles de circulation.

25.  Murps | 5/08/2013 @ 13:52 Répondre à ce commentaire

Hacène (#24), il y aurait comme qui dirait une « stabilité » de la trajectoire des AMP lorsque ceux-ci se déplacent « horizontalement » sur une carte en quelque sorte ? C’est ça ?

C’est du à la régularité des vents sous les latitudes moyennes ? Genre alizés ?
Ou alors c’est trop « bas » les alizés ?

26.  Anecdote | 6/08/2013 @ 20:31 Répondre à ce commentaire

Murps (#25),
En préambule il faut rappeler qu’un AMP, dans son déplacement, se présente sous la forme d’un dipôle anticyclone-dépression (les 2 branches anticyclonique et dépressionnaire s’éloignant progressivement l’une de l’autre avec le temps) ; avant son départ du pôle, l’AMP est un anticyclone (lors de son départ, il crée une petite dépression, de fait par soulèvement de l’air relativement doux), et lors de son « arrivée » dans une agglutination anticyclonique, essentiellement un anticyclone (la branche dépressionnaire se comblant puis disparaissant dans les hautes latitudes).

Pour rebondir sur la réponse d’Hacène, disons qu’il y a 2 raisons expliquant cette différence de qualité de prévision (à échéance égale) entre 2 « schémas » de circulation (AMP de trajectoire atlantique ou AMP de trajectoire directe (= scandinave ou Est-groënlandaise)) :
1) L’âge de l’AMP arrivant sur l’Europe occidentale, de l’ordre de la semaine s’il suit une trajectoire atlantique, de l’ordre de 2-3 jours s’il suit une trajectoire directe. Or il est plus facile de prévoir la trajectoire d’un AMP déjà existant.
2) Le relief de la surface terrestre traversée par l’AMP : les massifs montagneux un minimum imposants constituent des obstacles plus ou moins importants (tels des cailloux dans une rivière) qui conduisent à un détournement ou une fragmentation, ralentissement ou accélération de l’AMP, bref qui contraignent leur déplacement et nécessairement complexifie la modélisation de ce dernier (il faut rappeler que les basses couches sont approximativement représentées dans les modèles, qu’il s’agisse des masses d’air ou des reliefs). Il va donc de soi que le déplacement des AMP sur l’Atlantique, en l’absence de fait de relief, est plus simple à calculer et le résultat des simulations est alors plus fiable.

Enfin, si la trajectoire d’un AMP atlantique est souvent « zonale », c’est-à-dire dirigée d’ouest en est (bien qu’il y ait toujours une composante nord->sud dans la trajectoire), c’est parce que les dépressions créées par ces AMP sont souvent très énergétiques (grande humidité disponible oblige -> beaucoup de chaleur latente dégagée) et donc « étirent » en quelque sorte la partie cyclonique de l’AMP efficacement (i. e. loin) vers le nord-est (la partie anticyclonique de l’AMP allant vers le sud-est).
A l’inverse, un AMP de trajectoire directe conduit souvent à une aspiration d’humidité et donc d’énergie moins importante vers le coeur de sa dépression associée, dès lors sa trajectoire est plus méridienne ; on le voit d’autant mieux lorsque plusieurs AMPs successifs empruntent une trajectoire directe : les dépressions des derniers AMPs de la série sont de faible intensité car chacune d’elle aspire de l’air issu généralement de la face arrière de l’AMP précédent, donc un air pas très chaud ni très humide (de fait) et donc peu « énergétique ».

Quant aux alizés ce sont des vents soufflant depuis une agglutination anticyclonique (AA) vers l’équateur, toute AA étant par définition une agglutination d’AMP venant grosso modo du nord-ouest.

27.  Hacène | 7/08/2013 @ 10:18 Répondre à ce commentaire

Murps (#25),
Rien à ajouter à Anecdote (#26), qui a été complet. Juste une petite illustration en appoint, ça aide toujours.

Où l’on voit bien que les interactions avec le relief sont nécessairement plus complexes lorsque la trajectoire est particulièrement méridienne (interactions évidemment dépendantes de la trajectoire initiale de l’AMP et de sa puissance).

28.  Murps | 7/08/2013 @ 12:51 Répondre à ce commentaire

Hacène (#27), merci pour le petit schéma très parlant.
Toutes ces démonstrations qualitatives me paraissent assez convaincantes.

29.  AntonioSan | 7/08/2013 @ 18:57 Répondre à ce commentaire

Anecdote (#26), Hacène (#27),
un plaisir de vous lire!

30.  Nicias | 12/08/2013 @ 18:27 Répondre à ce commentaire

A Lobster Supply and Demand Story

31.  Anecdote | 2/09/2013 @ 14:25 Répondre à ce commentaire

Bonjour,

J’ai une suggestion à vous soumettre concernant les AMPs.
Ne pourrait-il pas constituer sur ce forum un sujet à part entière en parallèle du « Fil info de sceptiques » par exemple ? Ce serait intéressant pour les « AMP-philes » et les autres, à mon avis. (tout ce qui concerne les AMP est noyé dans les divers autres sujets.)

Ce sujet permettrait de discuter de la situation météo du moment (comparaison observations/modèles), ainsi que des évolutions à long terme. A ma connaissance ce serait le 1er sujet, dans un forum, dédié à ce concept.

Dans l’attente de vos commentaires, je vous souhaite un bon après-midi.

32.  scaletrans | 2/09/2013 @ 18:38 Répondre à ce commentaire

Anecdote (#31),

Ce serait une excellente initiative, d’autant plus que nous avons encore ce jours-ci des démonstrations grandeur tout à fait probantes.